Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre IX. Sauvetage des survivants de l’Utile

Texte intégral

Tentatives de sauvetage des survivants

  • 1 SHD – Marine – Lorient, 1 P 201 – 732 (Rôle du Comte de Provence). Débarqué le 4 septembre 1762. C (...)
  • 2 AN – Marine, B4 118, fo 242 v - Lettre de Castellan du Vernet à Mr. De Boynes datée du 14 sept.177 (...)

1A peine revenu à l’île de France, Castellan embarque le 1er janvier 1762 comme premier lieutenant à bord du Comte de Provence, dont le capitaine est de Trehoüart de Beaulieu. M. de Saint-Georges, chef d’escadre, a mis sa marque à bord1. Ce dernier, tenu au courant de la promesse de Castellan de secourir les Malgaches abandonnés, propose d’envoyer une goélette de secours2. Mais l’apparition de navires de la Royal Navy à Rodrigue fait surseoir à l’opération, car on craint la capture du bâtiment par les anglais. Castellan débarque du Comte de Provence et le 4 septembre 1762 embarque comme passager à bord de la flûte le Chameau qui regagne la France. Après son départ, la promesse qui lui avait été faite d’aller rechercher les Malgaches ne fut pas tenue.

  • 3 AN –Marine, B4 118, fo 241 - Lettre de Castellan du Vernet à Mr. De Boynes datée du 29 sept.1772.
  • 4 d’Epinay 1890, p. 193.

2Il est certain que Castellan resta tourmenté par la promesse formulée aux Malgaches restés sur l’île, puisqu’en septembre 1772, onze ans après les faits, il écrit au comte de Boynes, secrétaire d’Etat à la Marine (1771-1774), pour lui demander d’envoyer un navire pour vérifier s’il ne se trouve pas de survivants sur l’île. Il commence sa lettre en ces termes : « L’humanité m’engage de vous faire part ». On a cependant peine à comprendre pourquoi il a attendu aussi longtemps pour entreprendre cette démarche. Le contexte géopolitique de l’océan Indien et les déboires de la Compagnie des Indes expliquent probablement ce délai. Sans doute Castellan a-t-il tenté de faire réagir la Compagnie des Indes, mais celle-ci est au bord de la faillite lors de la signature du traité de Paris, le 10 février 1763, qui met un terme à la guerre de Sept Ans. La Compagnie va devoir transmettre l’année suivante l’administration des îles au pouvoir royal. La transition est difficile et on comprend qu’il ne soit pas entendu. L’administration royale en place, il se résout à adresser sa supplique au secrétaire d’Etat à la Marine. Sa réponse est favorable ; il demande des précisions sur les circonstances du naufrage de l’Utile et un plan de l’île, que Castellan s’empresse de lui faire parvenir3. De Boynes donne probablement des ordres au gouverneur de l’île de France pour qu’on aille s’assurer de la présence d’éventuels rescapés. A. d’Epinay4 assure que ces ordres ont été donnés. Cependant la première tentative dont nous ayons retrouvé la trace ne date que de 1775.

La Sauterelle
Cotre construit à Lorient de décembre 1770 à juin 1771 par Antoine Groignard. Rayé des listes en 1777 à l’île de France. Caractéristiques : 40 tx (ce tonnage diffère de celui indiqué par Demerliac 1995, p. 104) – L (Q) 40 pieds – largeur 21 pieds – creux 9 pieds – tirants d’eau lège 5 pieds 6 pouces et en charge 9 pieds 6 pouces. Equipage : 3 off. 18/24 hommes d’équipage. Armement : 6 canons de 3 ou 4 livres. Sous le commandement de Mengaud de la Hage, elle arrive en océan Indien en 1772 en provenance de Lorient.

Vaine tentative du cotre la Sauterelle

  • 5 AN – Colonies, C4 39, fo 446.

3En août ou septembre 1775, le cotre la Sauterelle5 reçoit du gouverneur de Ternay la mission d’essayer de récupérer les naufragés.

  • 6 AN – Colonies, C4 39, fo 446.

4Dans un « état des flûtes, frégates, corvettes, présents au Port-Louis », daté du 2 août 1775, on indique justement que « la Sauterelle - 4 canons – 70 tonneaux – En bon état (dans le cas d’être vendue) » est « prête à partir pour l’Isle de Sable6 ». Cette tentative malheureuse de l’équipage de la Sauterelle et de de Ternay est narrée par Guiran de la Brillane le gouverneur de l’île de France qui lui succédera :

  • 7 AN– Colonies, C4 40. Correspondances générales. Ile de France – 1776, fo 228. Lettre du Chevalier (...)

« un des bâtiments qu’il avait envoyé à cet effet, ayant eu son câble coupé, dans le moment que deux hommes avaient été à terre sur un radeau ; fut obligé d’appareiller. Le radeau ayant été brisé ; un des deux regagna le bâtiment à la nage avec beaucoup de peine ; et l’autre qui n’en eut pas le courage ; resta parmi les noirs7… »

5De Ternay envoie alors successivement deux autres bâtiments pour tenter le sauvetage, mais par deux fois l’état de la mer empêche tout débarquement.

Sauvetage par la Dauphine (1776)

  • 8 AN – Colonies, C4 39, fo 446 du 2 août 1775.

6Ce n’est que seize mois plus tard qu’une corvette de la marine royale, la Dauphine, est dépêchée à son tour vers l’île de Sable. La corvette est commandée par l’enseigne de vaisseau Jacques Marie Boudin de Lanuguy de Tromelin. Ce dernier, averti des difficultés du débarquement sur l’île a pris soin d’embarquer une pirogue utilisée par l’hôpital de Port-Louis pour pêcher ; elle est mentionnée dans l’inventaire des embarcations présentes dans le port en 17758.

La Dauphine
Corvette de 4 canons construite à l’île Bourbon mise en chantier en 1772 et terminée en août 1773. Armement : de 4 à 8 canons. Achetée par la marine royale pendant sa construction vers juin 1773, elle participe sous le commandement de Ferron avec comme second Jacques Marie Boudin de Lanuguy de Tromelin au troisième voyage d’exploration d’Yves de Kerguelen-Tremarec pour les terres australes. Ce dernier embarqué sur le Roland est accompagné de le frégate l’Oiseau (capitaine de Saulx de Rosnevet). Ils partent de l’île de France le 17 octobre 1773. Elle sera capturée par trois corsaires anglais en juin 1780.

  • 9 AN – Marine, C6 992, Rôle d’équipage de la corvette la Dauphine (1778 – 1779) : Etat-major (5) :
    Ja (...)

7La Dauphine appareille de Port-Louis le 25 novembre 1776 et est en vue de l’île le 28 dans la soirée. Le 29 novembre, servi par des condi­tions de vent et de mer favorables, de Tromelin met à l’eau la pirogue et une chaloupe sous la direction de Le Page, l’un de ses officiers, dont on retrouve le nom dans un rôle de la Dauphine9. Les derniers rescapés sont récupérés et débarquent à l’île de France le 14 décembre.

  • 10 SHD – Marine – Brest, Ms 161 90, Compte rendu par le Sr. de Lanuguy-Tromelin, Lieutenant de Vaisse (...)

8Trois ans plus tard, Tromelin rend compte brièvement du sauvetage, dans un document où il retrace les principaux évènements qui ont marqué son séjour dans l’océan Indien10 :

« En 1776, M. le chevalier de Ternay voulut faire un nouvel effort pour sauver les nauffragés qui s’étaient perdus en 1761 dans le vaisseau l’Utile sur un écueil de la mer des Indes connu sur les cartes sous le nom de l’Isle de Sable. Mrs. les administrateurs du Roi me chargèrent de cette mission honorable, dans le tems où l’arrière-saison ne permettait pas que je pusse naviguer et servir à l’approvisionnement de la colonie.
Tous ceux qui avoient tenté avant moi de sauver ces nauffragés y avaient échoué : j’eus le bonheur de réussir complettement dans mon expédition, mais il est de mon devoir d’annoncer publiquement que je dois une partie de mes succès au S. Lepage officier sur ma corvette. Je le chargeai du commandement de la chaloupe destinée à approcher de cet écueil. Cet officier prit si bien ses mesures, que, sans perdre un seul homme il fit passer à la pirogue la Barre dans l’endroit le moins dangereux, et sauva sept négresses et un enfant. Seul reste des 300 naufragés, qui depuis 15 ans vivaient sur ce danger ; de tortues, de poissons et d’eau saumâtre, car on ne trouve sur cette Isle, que la mer couvre presqu’en entier dans les gros tems, ni arbrisseaux, ni même d’herbe. »

  • 11 Seul Condorcet cite son nom dans : Condorcet Antoine de, Réflexions sur l’esclavage des nègres et (...)

9Ce récit nous apporte la confirmation du rôle joué par Le Page, dans le sauvetage. Dans ce compte rendu non daté qu’il envoie à Antoine de Sartine, secrétaire d’Etat à la Marine, Tromelin insiste sur le rôle de Le Page11, d’autant que ce document vise, de toute évidence, à obtenir une récompense pour le Page qui avec les autres officiers de la corvette la Dauphine l’a suivi à bord de la flûte la Pintade, dont il reçut le commandement le 28 décembre 1778 avec mission de porter en France les lettres et les paquets de la colonie à destination de la Cour. Pendant ce voyage, au large des Açores, Tromelin livre en avril 1779 un combat contre un corsaire anglais. S’il se tire avec honneur de l’engagement contre un cotre mieux armé que lui, Le Page est grièvement blessé.

10Ce document livre une information capitale : le nombre des esclaves embarqués, Tromelin cite en effet le nombre de 300 naufragés. L’équipage et les passagers sont au total 142 (122 rescapés et 20 noyés). Il reste donc 158 esclaves. Ce chiffre est recoupé par celui de 160 mentionné par Bernardin de Saint-Pierre dans son manuscrit : un passage qui ne sera pas publié dans le texte définitif du Voyage à l’Isle de France. Condorcet s’il cite le chiffre de 300 fait quant à lui une confusion en indiquant qu’il s’agit du nombre d’esclaves, mais ce chiffre et la mention du nom de Le Page semble indiquer qu’il puise l’information à sa source : le compte rendu de Tromelin. Bien que non daté, le document écrit par Tromelin est probablement rédigé peu de temps après le retour de la Pintade à Lorient, fin mai 1779. La première édition du livre de Condorcet a lieu quant à elle en 1781.

11On peut donc désormais savoir ce qu’il est advenu de ces 158 esclaves : 70 sont morts noyés au moment du naufrage, sans doute, pour nombre d’entre eux, pris au piège dans des soutes. On en avait cloué les panneaux, nous précise Keraudic. En effet, sur les plans de l’île dessinés au retour, à côté des tentes les plus au nord il est indiqué : « campement des noirs : 88 » ce qui indique le nombre esclaves rescapés. 80 esclaves malgaches étant aban­donnés sur l’île deux mois après, 8 sont donc morts pendant cette courte période, très probablement dans les premiers jours, de soif et de faim comme l’indique sans trop insister Keraudic, car il semble bien que, devant la pénurie de vivres et d’eau, on en ait privé d’abord les esclaves.

Les naufragées racontent (1776)

  • 12 Lichfield John, The Independent, 05 February 2007.

“It is a very human story, a story of the ingenuity and instinct for survival of people who were abandoned because they were regarded by some of their fellow human beings as less than human12.”

12Les naufragés sauvés on apprend enfin comment ils se sont organisés et sont parvenus à survivre, plusieurs pièces de correspondances en témoignent :

1 - « Lettre du Chevalier de Guiran La Brillanne au Ministre13

  • 13 AN – Colonies, C4 40 – Correspondances de M. de Ternay et Maillard Dumesle au Ministre de la Marin (...)

Au Port Louis – Isle de France, le 22 Xbre 1776
Il y a quinze ans que le vaisseau de la compagnie l’Utile se perdit sur l’Isle de Sable. L’équipage se sauva dans une chaloupe et aborda heureusement à Madagascar. On avait promis à un certain nombre de noirs qui les avaient aidés à mettre ce bâtiment en état, de les envoyer chercher le plus tôt possible : on l’avait cependant négligé. M. le Chevalier de Ternay, instruit qu’on avait vu ces malheureux sur cette île, a donné à plusieurs fois des ordres pour aller à leur secours, mais la difficulté d’aborder avait fait toujours échouer ce projet ; un des bâtiments qu’il avait envoyé à cet effet, ayant eu son câble coupé, dans le moment que deux hommes avaient été à terre sur un radeau ; fut obligé (f° 228 v°) d’appareiller. Le radeau ayant été brisé ; un des deux regagna le bâtiment à la nage avec beaucoup de peine ; et l’autre qui n’en eut pas le courage ; resta parmi les noirs. M. de Ternay a fait depuis cette époque, d’autres tentatives infructueuses. Il y a environ un mois que le général y a envoyé M. de Tromelin, enseigne de vaisseau, commandant la corvette la Dauphine qui a été plus heureux : une pirogue qu’on luy avait donné dans le port luy a été d’une grande ressource ; le temps l’a d’ailleurs bien servi. Il y a envoyé à terre : où l’on a trouvé sept négresses et un petit enfant de huit mois : c’est tout ce qu’il restait. Il a appris que, depuis trois mois, le blanc, trois noirs et autant de négresses avaient fait un radeau et qu’ils s’étaient aventurés dessus, pour tenter d’aller à Madagascar. Il y a apparence que ce projet, dicté par le désespoir leur aura été funeste et qu’ils auront péri. J’ay appris par ces négresses que pendant le long séjour qu’elles avaient fait à l’Isle de sable, elles avaient vécu ainsi que tous ceux qui étaient avec elles de quelques racines et de tortues de mer qui abondent à ce rivage en grande quantité ; un puit qu’ils avaient creusé leur donnait de l’eau et comme l’isle manque de bois, ils avaient ménagé la carcasse de l’Utile qui leur en a toujours fourni. M. le Chevalier de Ternay à qui ces négresses doivent le bonheur d’être rendues icy, a demandé leur liberté, c’est un acte de justice de sa part, qui caractérise la bonté de son cœur et qu’il est en droit d’exiger.
Je suis avec respect Monseigneur,
Votre très humble et très obéissant serviteur »

2 - « Lettre de M. Maillart, Intendant des Isles de France et de Bourbon à Monsieur de Sartines, Ministre de la Marine, datée du 16 décembre 177614

  • 14 AN – Marine, G 222 – fo 34B – Lettre publiée par la Revue d’Histoire des Colonies françaises, 1929 (...)
  • 15 La corvette du Roi la Dauphine a sauvé 7 négresses et un négrillon. Les sept négresses restes info (...)
  • 16 C’est à dire depuis la remise de l’Ile de France et de Bourbon à l’autorité royale, le changement (...)

On savait que le 31 juillet 1761, le vaisseau l’Utile15 avait naufragé sur l’Isle de Sable. Quelques blancs de l’équipage échappés dans la chaloupe gagnèrent Madagascar. On sut par eux dès lors tous les détails du naufrage et qu’ils avaient laissé sur l’Ile un grand nombre de noirs Javas. La Compagnie des Indes n’a pas envoyé chercher ces malheureux. Je n’ai pas ouï dire depuis la prise de possession16 de ces îles qu’on y eut pensé. M. de Ternay et moi depuis notre arrivée y avons envoyé quatre fois et les trois premières n’ont opéré que la certitude qu’il y avait encore quelques personnes. On n’a pu mettre à terre parce que le temps ne le permettait pas et même dans ces voyages un matelot d’un bâtiment du roi resta à terre, la mer étant trop grosse et n’ayant pu joindre la pirogue. Enfin nous avons envoyé la corvette du roi la Dauphine commandée par M. Tomelin [pour Tromelin] le cadet, enseigne de vaisseau, qui a eu le bonheur d’arriver par beau temps. Il y a ajouté l’intelligence et la bonne manœuvre et en moins de 3 heures, 7 négresses et un négrillon de 8 mois, créole de cette île aride, se sont embarqués dans la pirogue, ont gagné le bord de la corvette et sont arrivés ici hier.
Nous avons appris que le matelot blanc avec six noirs ou négresses avaient, il y a environ quatre mois hasardé de se mettre à la mer sur un seul radeau fait de débris espérant gagner Madagascar. Ils ont laissé sur l’île sept femmes et le négrillon qui viennent d’arriver, mais nous n’espérons pas que le blanc et ses compagnons d’infortune aient eu le bonheur d’atteindre Madagascar.
Nous avons considéré ces malheureuses femmes et l’enfant comme libres. Je les ai sur le champ fait vêtir et placer à l’hôpital. Une d’entre elles est très vieille et très infirme. Les autres sont encore jeunes et se portent bien. Dans le nombre se sont trouvés une mère et sa fille. C’est à cette dernière qu’appartient le petit enfant de 8 mois très bien portant, mais sa mère est très fatiguée.
Leur sort m’a si fort intéressé que j’ai offert à cette mère, sa fille et son enfant l’asile de ma propre maison. Ils l’ont accepté avec joie et j’en ai une grande de les faire soigner et de les rendre heureux. Je fais baptiser l’enfant, je lui donne le surnom de Moyse et le nom de baptême sera Jacques qui est le mien et je le ferai élever. M. le Chevalier de Ternay, Monseigneur, vous fera le détail de la manière dont ces malheureux sur cette île de sable aride ont vécu, se sont logés et se sont nourris. Il est à remarquer qu’ayant proposé à ces femmes de retourner libres dans leur patrie (Madagascar) et croyant leur faire une proposition très agréable, elles ont paru l’entendre avec froideur, elles y seraient esclaves des autres noirs. »

3 - Lettre datée de 1776, non signée17

  • 17 AN – Marine, G 222, fo 34A publiée par la Revue d’Histoire des Colonies françaises, 1929, p. 298.

« Après le départ des officiers majors et de l’équipage du vaisseau de la Compagnie l’Utile naufragé sur l’île au Sable le 31 juillet 1761, il resta sur ladite île les noirs esclaves de la traite de ce bâtiment qui ont vécu depuis le départ de ces officiers, de tortues, d’oiseaux et d’huîtres. Leur maison était bâtie avec de petites roches et mal couverte de sorte que quand il faisait de la pluie ils étaient obligés d’en sortir pour abriter le feu. Les femmes ramassaient les plumes d’oiseaux pour en faire de petits pagnes pour se couvrir. Il en partit il y a environ douze ans un radeau fait de débris du vaisseau, amarrés avec des cordes de plumes d’oiseaux, cloués avec quelques clous jetés à terre dans les mauvais temps ; leur voile était d’un pagne de plumes aussi excepté qu’elle était un peu plus grande que leurs pagnes qu’ils faisaient pour eux. Il y avait sur ce radeau 18 nègres. Il y a plusieurs femmes qui ont accouché ; mais le défaut de vivres et de logement à l’abri ont été la cause de la perte de ces femmes et de leurs enfants. Il est parti encore un autre Radeau construit par le matelot resté sur cette isle, d’un vaisseau passant pour prendre les dits naufragés dans la même forme que celuy porté cy dessus avec trois noirs et trois négresses. Ils disent avoir toujours conservé le feu depuis la perte dudit vaisseau. »

13Nous avons retranscrit au chapitre 6 l’extrait d’une lettre reçue de l’île de France qui fut publiée par plusieurs journaux en 1777.

Baptême de l’enfant et secours porté à sa mère

14Dès le lendemain de son arrivée à Port-Louis à bord de la Dauphine, on a fait baptiser l’enfant :

  • 18 AN – Ile Maurice – Série KA-Civil Status and population records, Registre KA 63 – Extrait de Baptê (...)

« Baptême de Jacques Moyse, libre
Le quinze décembre mil sept cent soixante seize, je soussigné ay baptisé Jacques Moyse âgé d’environ huit mois fils naturel de Semiavou négresse malgache déclarée libre par Mrs les administrateurs pour le Roy, parrein a été Jean Pierre Paschal et marreinne Apaulinne libres. Le Parrein a déclaré ne savoir signer.
apolline Contenot
Préfet apostolique »18

Figure 9-1 – Certificat de baptême de Jacques Moïse.

15Ainsi la mère de l’enfant ne fut pas affranchie, mais déclarée libre, car ayant été « traitée » en fraude, elle n’était pas considérée officiellement comme esclave. Son nom malgache était Semiavou, « celle qui n’est pas orgueilleuse », mais elle fut nommée d’office Ève et déclarée libre. Bien curieuse manière de donner la liberté à un être humain que d’oblitérer de la sorte son nom et de nier ses origines. Ainsi l’enfant est-il baptisé et la mère « débaptisée » par le gouverneur avec la même bonne conscience. Plus encore que les violences physiques subies par ailleurs par les esclaves, la violence de cet « acte de charité » en dit long sur le chemin qui restait à faire vers l’égalité.

  • 19 Lowson Geoffrey, Lieutenant, Royal Indian Navy, A little-known island of the Indian Ocean, in Cham (...)

16Un texte relatant le relevé hydrographique de l’île de Tromelin effectué en 1875 par le HMS Shearwater (voir ci-après), mentionne la présence en 1911 à l’île Maurice de l’arrière-petite-fille de l’une des rescapées19. Cette information est reprise par le Northern Avocate (Nouvelle-Zélande) du 16 novembre 1911, p. 6, sous le titre : « An island tragedy ».

Notes

1 SHD – Marine – Lorient, 1 P 201 – 732 (Rôle du Comte de Provence). Débarqué le 4 septembre 1762. Castellan reçoit 3 parts de prises soit 309 livres 4 sols 3 deniers sur la prise le 31 mars 1762 de la palle le William.

2 AN – Marine, B4 118, fo 242 v - Lettre de Castellan du Vernet à Mr. De Boynes datée du 14 sept.1772.

3 AN –Marine, B4 118, fo 241 - Lettre de Castellan du Vernet à Mr. De Boynes datée du 29 sept.1772.

4 d’Epinay 1890, p. 193.

5 AN – Colonies, C4 39, fo 446.

6 AN – Colonies, C4 39, fo 446.

7 AN– Colonies, C4 40. Correspondances générales. Ile de France – 1776, fo 228. Lettre du Chevalier de Guiran La Brillanne au Ministre, Au Port Louis – Isle de France, le 22 Xbre 1776.

8 AN – Colonies, C4 39, fo 446 du 2 août 1775.

9 AN – Marine, C6 992, Rôle d’équipage de la corvette la Dauphine (1778 – 1779) : Etat-major (5) :
Jacques-Marie Boudin de Tromelin – Commandant
Morphy – Officier de la Compagnie des Indes.
Le Page – Offi cier bleu
Le Chevalier Stuart – Officier bleu
Gueho – Chirurgien non entretenu.
Officiers mariniers (8), matelots (21), soit 29 hommes de mer, 3 surnuméraires, 4 mousses, 1 personne en augmentation.

10 SHD – Marine – Brest, Ms 161 90, Compte rendu par le Sr. de Lanuguy-Tromelin, Lieutenant de Vaisseau du Roi, à Monseigneur de Sartine, de sa mission aux Indes.

11 Seul Condorcet cite son nom dans : Condorcet Antoine de, Réflexions sur l’esclavage des nègres et autres textes abolitionnistes, Paris, 2003, p. 52.

12 Lichfield John, The Independent, 05 February 2007.

13 AN – Colonies, C4 40 – Correspondances de M. de Ternay et Maillard Dumesle au Ministre de la Marine – 1776, fo 228.

14 AN – Marine, G 222 – fo 34B – Lettre publiée par la Revue d’Histoire des Colonies françaises, 1929, p. 296-297.

15 La corvette du Roi la Dauphine a sauvé 7 négresses et un négrillon. Les sept négresses restes infortunés de noirs naufragés sur le vaisseau l’Utile à l’Isle de Sable le 31 juillet 1776 (sic).

16 C’est à dire depuis la remise de l’Ile de France et de Bourbon à l’autorité royale, le changement d’administration explique un peu cette extraordinaire négligence.

17 AN – Marine, G 222, fo 34A publiée par la Revue d’Histoire des Colonies françaises, 1929, p. 298.

18 AN – Ile Maurice – Série KA-Civil Status and population records, Registre KA 63 – Extrait de Baptêmes, Mariages & Sépultures. Blancs, libres & Esclaves. 2 janvier-31 décembre 1776, fo 51 à 82 recto, fo 89 verso.

19 Lowson Geoffrey, Lieutenant, Royal Indian Navy, A little-known island of the Indian Ocean, in Chambers’s Journal of Popular Literature, Science and Art, Seventh Series, 1911, p. 604.

Table des illustrations

Légende Figure 9-1 – Certificat de baptême de Jacques Moïse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540