Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre VI. Echos littéraires du naufrage de l’Utile

Texte intégral

1Parmi les auteurs qui font écho à l’histoire de l’Utile dans les années 1760-1770 l’abbé Pingré, Bernardin de Saint-Pierre et l’auteur anonyme du document de colportage –, aucun ne semble avoir été en possession de l’ensemble des données concernant cet événement. Ils n’imaginent pas non plus son épilogue en 1776, avec le sauvetage de huit rescapés. Il faudra attendre l’année suivante et la publication d’un même article dans plusieurs gazettes, puis plus tard la parution des œuvres de Condorcet et de l’abbé Rochon pour que la fin de l’histoire soit connue du public.

Le transit de Vénus
L’observation du transit de la planète Vénus devant le Soleil a pour but de calculer la distance Terre-Soleil par la méthode de la parallaxe. A cet effet, en 1761, des astronomes français, anglais et autrichiens furent envoyés simultanément en plusieurs points du globe. L’abbé Pingré devait ainsi observer le phénomène à Rodrigue et Le Gentil à Pondichery.

Abbé Pingré (1761)

  • 1 Hoarau S., Janiçon M. P., Racault J.M., Voyage à Rodrigue, le transit de Vénus de 1761 : la missio (...)

2L’abbé Pingré, astronome venu observer depuis l’île Rodrigue le transit de Vénus devant le Soleil, est présent à l’île de France en 1761. Il décrit dans le manuscrit de son Voyage à Rodrigue1, le contexte local dans lequel se déroule le voyage de l’Utile. Il fait une allusion indirecte au naufrage et à la fraude du commandant Lafargue, mais il passe sous silence la décision de Desforges et ignore bien entendu le triste sort qui sera celui des rescapés malgaches.

« Le Conseil souverain de l’Île de France est composé de cinq ou six conseillers, outre un procureur du Roi, le gouverneur y préside. Les lois sur lesquelles ce tribunal dirige ses jugements sont très sages, on se plaint qu’elles ne sont pas toujours exécutées, on accuse même quelques-uns de ceux qui devraient montrer l’exemple d’être les premiers à les enfreindre. On était alors occupé principalement des préparatifs nécessaires à la défense de l’île ; on craignait en quelque sorte moins les forces de l’ennemi, que la famine qui pouvait être occasionnée par l’investissement de l’île. Le départ de la marine du Roi laissait une charge de moins, mais on doutait cependant s’il y avait assez de provisions pour en entretenir les habitants durant deux mois. On avait fait partir quelques vaisseaux pour faire des provisions de riz à Madagascar et, pour ne pas multiplier les bouches inutiles, on défendit en même temps tout commerce extérieur des esclaves. L’appât du gain faisait négliger la défense. On achetait des Noirs à Madagascar ; on prenait pour revenir des routes détournées et inconnues, soit pour cacher sa marche, soit pour déposer les Noirs en lieu sûr en attendant qu’on pût les faire entrer commodément. C’est peut-être à ce manège qu’on a dû la perte de quelques-uns de ces vaisseaux et de toute leur cargaison. »

3L’allusion à l’Utile est transparente, et Pingré est le seul à parler de la fraude du commandant de l’Utile.

Le récit imprimé du naufrage de l’Utile est colporté

4L’histoire étonnante du naufrage passionne l’opinion au point qu’un texte imprimé est distribué par les colporteurs, sans doute au milieu de l’année 1763. Imprimé à Bordeaux, chez Jean Chappuis, le document est ici transcrit intégralement.

Figure 6-1 – Frontispice de l'imprimé de la Relation du naufrage.

  • 2 Un autre document identique a été imprimé à Amsterdam et diffusé à Paris chez Knapen.

« Relation, des principales circonstances qui ont accompagné et suivi le naufrage de la frégate l’Utile, Capitaine M. de Lafargue, sur le ressif de l’Isle de Sable ou du Corail, situé au 15e degré 52 minutes de latitude Sud, et au 52e degré de longitude à l’Orient de Paris2. »

  • 3 Sans doute une déformation par consonance de « pour attiner », verbe correspondant au mot attinage (...)

« Depuis que la Navigation est connue, il n’y a peut-être jamais eu de naufrage plus attendrissant que celui de la Frégate l’Utile. C’est par le coup le plus extraordinaire de la Providence, que ceux qui montaient ce Vaisseau ont eu le bonheur de trouver le salut au sein même du désespoir et de la mort. L’Histoire, ni le Roman n’offrent point d’événement plus capable d’intéresser des concitoyens & des hommes. Le récit en est dû à une Nation qui scait penser et sentir, & surtout à un Gouvernement attentif à procurer, par l’émulation, des sujets capables & fidèles aux Souverains & à l’Etat, pour le service de la Marine. Voici ce que portent de plus intéressant les pièces justificatives des faits qu’on a sous les yeux, & qui sont en état d’être mis sous ceux du Ministre.
La Frégate l’Utile partit de Foul-Pointe le 22 juillet 1761, pour aller à l’île de France. La nuit du dernier de ce mois au premier Août suivant, au moment que la plus grande partie de l’Equipage étoit ensevelie dans le sommeil, le Vaisseau fut tout-à-coup poussé & comme soulevé au milieu des flots, par une secousse impétueuse. Il alla se précipiter sur une chaîne de rochers couverts d’eau, & entrecoupés par des torrens. Dans le premier effroi du réveil, l’Equipage se croit perdu : le cri du désespoir est la seule voix qui se fait d’abord entendre.
La chute subite de la mâture soulage le Vaisseau, en le jettant au même instant dans un péril extrême, par une secousse qui le porte tout-à-coup sur le côté droit.
Dans cette horrible extrémité l’Equipage ne voit plus que la mort, & ce n’est que dans le désespoir que les Officiers trouvent l’intrépidité & l’activité qui leur sont nécessaires. Les prières & les menaces sont employées tour-à-tour : on sauve ce qu’on peut dans la chambre la plus élevée ; on jette à la mer les canons de stribord, côté sur lequel le vaisseau était penché ; on essaye inutilement d’y jetter aussi ceux de bas-bord ; on attache des cordages, pour empêcher les baux de s’écarter, & pour s’assurer des bateaux. Ce n’est qu’avec effort & qu’a l’aide de tout ce qu’on peut saisir, qu’on se soutient parmi les secousses du Vaisseau, qui se redresse & retombe à chaque moment, & qui est presque submergé par l’impétuosité des vagues & des lames : on demande au Ciel, par des cris lamentables, l’arrivée du jour.
Au milieu de ce tumulte & la nuit, le Vaisseau, qui souffroit la plus violente fatigue, menace de s’entrouvrir ; le gouvernail casse la barre d’arcasse, & la barre les baux de derrière : on fait partir le gouvernail ; le fond du Bâtiment s’ouvre dans le même instant On se sauve des soutes ; les malades sont noyés dans leurs cadres : on n’a plus devant les yeux que la terreur ou la mort. On veut jetter le canot à la mer ; mais les chutes et rechutes du Vaisseau rendent tous les efforts inutiles : tous les travailleurs sont précipités au milieu des débris, tout est au comble du désespoir.
Vers les trois heures du matin, le mouvement du vaisseau paraît se ralentir ; nouvelles tentatives pour mettre le canot à la mer, aussi infructueuses que les premières. Il survient tout-à-coup une lame qui par sa chute enfonce le pont ou le coffre, & entraîne tout dans la cale avec les hommes. Alors le vaisseau se divise en six principales parties, sur chacune desquelles l’Equipage se trouve dispersé au hasard. Il n’est pas possible d’exprimer l’horreur de ces séparations, il faut la sentir.
On ne décrira point les cris lugubres & lamentables des Noirs ; les gémissements de tous ces infortunés qui voyant fondre à chaque instant la mort sur eux avec les vagues, & qui se sont suspendus sur les abîmes que par les débris où ils se tiennent avec peine enfin toutes ces saillies mortelles qui font frémir la Nature en de pareil cas, & qui doivent toucher l’humanité, plutôt que frapper l’imagination. Au moment où chacun croyoit être englouti dans les flots, une voix se fait entendre, qui crie terre à plusieurs reprises. Tous prennent d’abord ces cris pour des effets de leur étourdissement. La voix continue de percer les ténèbres où l’on étoit encore enveloppé ; on s’enhardit à l’écouter ; on reconnoit celle du commis de la Frégate. Aussitôt ceux qui scavent nager s’élancent dans les flots, vers l’asyle qui leur est annoncé : les Sieurs Audique & Monier sont les premiers à donner aux autres un exemple qui devient funeste à la plupart.
L’aurore commence à paroître ; le crépuscule offre une espèce d’Isle le long du réssif ; l’espérance renaît sur les différents débris : à mesure que le jour croît, l’Isle désirée se découvre plus distinctement, mais elle ne fait voir encore qu’un roc de corail ; elle laisse craindre à des malheureux épuisés de fatigues, de n’y trouver qu’un refuge où il faudra peut-être expirer plus cruellement que dans les flots ; tout ce qu’ils voyent n’est qu’un sinistre présage, & l’extrême aridité de la côte, & l’air abattu de ceux qui s’y étoient sauvés à la nage, tout étouffe l’espoir dans les cœurs. Cependant on demande des nouvelles du Capitaine ; on le croyoit péri : il se présente à la bouteille de bas-bord, qu’il fait briser pour l’en tirer. Il apperçoit avec joie la terre en sortant de ce réduit ; il cherche à rallier l’équipage ; on délibère sur les moyens de gagner la terre ; on parvient à établir un cordage sur un débris peu distant de l’Isle : cet expédient coûte bientôt la vie au jeune frère que le Sieur Castelan du Vernet, premier lieutenant de la Frégate, avoit eu la consolation de voir sauvé des périls de la nuit. Une lame furieuse renverse tout-à-coup le débris sur lequel il étoit, il s’y attache avec effort par dessous ; mais il est bientôt forcé de quitter prise par la violence des secousses. En vain lutte-t-il contre les flots pour rejoindre le débris qui lui est échappé ; en vain se porte-t-il vers son frère, qui lui tend les bras ; le choc impétueux du torrent le repousse et le replonge dans le gouffre. Le Sieur Castellan du Vernet, tout hors de lui-même, oublie qu’il ne scait pas nager, & veut s’arracher des bras des matelots qui le retiennent, pour s’élancer vers son frère, & le sauver ou périr. Il a la douleur de le voir emporter par la furie des vagues, sans pouvoir lui donner aucun secours.
Le renversement du débris fait craindre que le cordage ne vienne à se détacher ; on le saisit de nouveau & on l’étend sur une partie des premières allonges de stribord, qui avoit passé sous celle de bas-bord. On se tient au cordage ainsi tendu, & l’on parvient, avec beaucoup de périls & en recevant les secousses les plus terribles, au débris voisins de la terre, mais ce voisinage étoit bien dangereux ; il falloit, pour passer du débris dans l’île, franchir un courant d’eau qui couvroit le corail, le roc & des précipices. Néanmoins, dans l’impatience où l’on étoit d’arriver à terre, on attend avec peine que la lame se soit retirée. Quelques-uns s’élancent sur un plateau du Ressif, & ont le bonheur de prendre terre avant le retour de la lame ; mais d’autres secoués avec violence par le retour de la lame, sont en danger de périr, & ne se sauvent qu’en saisissant le corail qui les blesse & les mutile.
Le Sieur Castellan du Vernet essuya le plus grand péril dans ce passage ; il y aurait été submergé, si le Sieur Herga, Chirurgien-Major du Vaisseau, qui étoit à terre, ne fut promptement venu à son secours. Le Sieur Benagé dut son salut à deux Noirs qui l’arracheront aux flots qui l’emportaient ; le Sieur Monier fut sauvé par le moyen d’un cordage : enfin, c’est à travers de tant de danger que la plus grande partie de l’Equipage arrive sur l’Isle désirée. Presque tous sont meurtris, mutilés & couverts de contusions ; ce sont plutôt des spectres que des hommes.
Ces malheureux Insulaires ont encore la désolation de se voir sur un roc desséché par les ardeurs du Soleil, & qui ne leur offre aucune pâture : ils se regardent les uns & les autres d’un œil morne et abattu ; ils se disent par un silence mortel, que c’est en vain qu’ils ont espéré se trouver un asyle ; leur sang se glace dans les veines, tandis que la chaleur excessive brûle au dehors ; ils tremblent, ils sont agités et enflés, comme dans les crises d’une fièvre violente accompagnée d’hydropysie.
Cependant les plus intrépides sortent, par l’effet du désespoir, de leur abattement, se traînent vers les débris de la Frégate, pour y chercher des vivres.
Ils ont le bonheur d’y trouver quelques barriques d’eau de vie & quelques barrils de farine. Les premiers qui font cette découverte se jettent avidement sur tout ce qui peut calmer leur soif : ils sont bientôt suivis par d’autres : on ramasse avec soin ces précieux restes, & l’on se hâte de les dérober à la mer.
Il y avoit dans l’Isle, pour tout habitant, une multitude d’oiseaux, qui d’abord étoient venus fondre précipitamment sur les hommes de l’Equipage ; comme ils voltigeaient presque à terre, on les prend & on les abat sans peine ; on les fait rôtir sur la cendre, en les arrosant d’un peu d’eau de vie ; ce fut la nourriture principale de l’Equipage pendant son séjour dans l’île.
A l’approche de la nuit, qui amenoit avec elle un froid vif & âpre, il fut question de se construire un abri avec quelques débris & quelques lambeaux de voiles, on parvient à former une espèce de tente. Ce refuge se trouvant trop étroit pour contenir tout le monde ; la plupart se retirent dans les cavités du corail, avec les pensées les plus sombres, & des réflexions d’autant plus accablantes, qu’ils venoient de voir expirer plusieurs Officiers Mariniers.
Le jour succède à une nuit affreuse. Depuis l’instant où l’on étoit entré dans l’Isle, on avoit presqu’entièrement perdu l’usage de marcher ; on se traînoit ou l’on n’allait que d’une manière chancelante, comme dans une grande yvresse. Le bloc de corail paroissoit aussi agité que les débris mêmes qu’on avoit quittés ; la plupart s’imaginoient être sur une Isle flottante, & pensoient être entraînés à chaque instant au gré des vagues. Les mugissements continuels de la mer causoient des étourdissements effroyables ; tous les objets ne s’offroient que sous des aspects extraordinaires, comme dans un songe où l’imagination s’épouvante d’elle-même.
Cependant chacun revoit avec une sorte de joie les compagnons de son infortune ; on songe en même temps à sauver ceux qui étoient demeurés sur les débris : quelques coups d’eau de vie inspirent assez de courage à plusieurs pour affronter de nouveau les abîmes d’où ils étoient sortis ; ils vont chercher un Officier Marinier dangereusement blessé, ils le rapportent comme ils peuvent, & le mettent entre les mains du Chirurgien, qui lui fait un appareil douloureux avec des lambeaux de voile.
D’autres cherchent des instruments pour percer le corail. On établit en même temps une police exacte & ferme pour économiser la farine & la boisson : on recommande à tous l’activité du travail ; on reproche à quelques-uns leurs excès ; on propose à tous leur salut, pour prix de leurs efforts : tout ce que la prudence humaine, jointe à la confiance, peut fournir de ressources, est employé.
La découverte qu’on fit d’une source d’eau, ou plutôt d’une liqueur épaisse & blanche comme du lait, fut une espèce de miracle qui excita une joie universelle. On part en procession pour aller vers cette heureuse source ; le Ciel y est mille fois béni, mille actions de grâces font retentir les airs. Cependant cette eau étoit salée & se corrompoit bientôt, plusieurs périrent en la buvant.
Ensuite l’idée de construire un Bâtiment pour sortir de l’Isle, vint à quelques-uns, elle est bientôt saisie par tout le monde ; mais la difficulté étoit de la réaliser. Il falloit un plan & des matériaux, il falloit une exécution prompte & heureuse, le Charpentier ne pouvoit rien effectuer, ce qui jetta tout le monde dans la consternation.
Le sieur Castellan du Vernet, qui pour soulager le capitaine, se portoit de tous côtés, & veilloit, en sa qualité de premier Lieutenant, au maintien du bon ordre, déclara qu’il se chargeoit de travailler au plan du Bâtiment en question ; & sans délibérer, il commença à le dessiner sur une plate-forme dressée avec des débris. A la vue des premiers traits de l’épure d’un Bateau en forme de Prâme, l’espérance se relève dans tous les coeurs, & y ranime le courage. La suivante procure quelque repos.
Chaque jour inspire une nouvelle fermeté, une nouvelle vigueur, malgré la disette où l’on est, pour fournir des travaux. Les officiers tantôt dirigent les opérations qui leur sont distribuées, tantôt conduisent chacun leur peloton aux débris ; on démolit tout ce qui présente, & l’on travaille à construire un four et une forge.
Le point qui alarmoit le plus, c’est qu’on craignoit de manquer du bois nécessaire pour la construction du Bateau, auquel il fallait donner au moins quarante-cinq pieds de quille sur quinze de face, pour pouvoir transporter tout l’Equipage.
Le Sieur Castellan du Vernet épuisé de fatigues & accablé d’incommodités, se traîne comme il peut sur la plate-forme, en tombant dans des évanouissements continuels. Sa situation jettoit tout le monde dans l’accablement ; on craignoit à chaque moment de le perdre, & chacun lui témoignoit ses terreurs, comme si l’on eut été sur le point de faire une seconde fois naufrage. Parmi les cris lamentables qu’on poussoit autour de lui, il recevoit soudain & comme par saillie la connoissance ; il se hâtoit de mettre à profit les momens où il étoit à lui, pour achever son travail, en montrant la plus grande confiance, afin d’en inspirer aux autres. Il étoit obligé d’être tout à la fois Commandant, Ingénieur, Charpentier, Scieur-de-long, en un mot, de se multiplier suivant les divers besoins & les différentes opérations. Déjà on a la satisfaction de voir des planches étendues sur une espèce de chantier, de voir le fourneau de la forge achevé, & le Bateau prendre une forme régulière.
A ce spectacle que chaque jour rendoit plus intéressant, ce n’étoit plus la consolation qui se montroit sur les visages, c’étoit presque de la joye ; ces courageux Insulaires croyoient déjà voir leur Patrie combattre encore pour elle & pour le Roi, & s’il falloit périr, périr du moins en vendant leur vie bien cher aux Ennemis.
Le Sieur castellan du Vernet va jusqu’à perfectionner ses inventions ; il fabrique un soufflet pour la forge avec de la basane, le dessus d’un coffre & deux panneaux de la grande chambre lui servent à en faire la boiture. Il se transporte sur les débris pour y chercher tout ce qui peut servir à l’exécution de son plan ; il arrache des mains des Matelots des pièces d’argent que ces infortunés s’amusoient à ramasser au lieu de cloux, il les jette à la mer à leur yeux, & les fait travailler à leur propre vie.
Cependant on n’étoit pas un moment sans alarmes. Il survenait de temps en temps des agitations et des bouillonnements autour de l’Isle, qui faisoient frémir, & qui replongeoient les travailleurs, c’est à dire tout l’équipage ; dans des consternations entrecoupées. On avoit découvert presque au milieu de l’Isle des débris de vaisseaux, qui annonçaient qu’elle étoit souvent submergée par la mer. On redoutoit sans cesse les ouragans et les tempêtes. L’heureux Esquif étoit prêt à s’achever, lorsque les flots courroucés emportent pendant une nuit obscure un espace de l’Isle d’environ 125 toises. Cet évènement causa une terreur d’autant plus affreuse, qu’on touchoit au moment de pouvoir se sauver.
Enfin, le Sieur Castelan du Vernet a la consolation de mettre la dernière main à son ouvrage le 27 septembre, 56 jours après le naufrage. Tout l’Equipage alors éclate en cris d’allégresse ; on verse des larmes de joye sur ces planches qui avoient été arrosées de pleurs si amers. Chacun appelle le Sieur Castelan son bienfaiteur & son père, chacun le remercie de la vie qu’il tient de son activité & de son industrie ; tous demandent pour lui les bénédictions du Ciel & les récompenses qu’il a méritées. Ce devoit être pour cet Officier une satisfaction bien touchante & bien digne d’un cœur sensible, de voir que des débris, ou plutôt des restes, pour ainsi dire du tombeau de l’Equipage, il étoit parvenu à faire un bâtiment capable de sauver la vie de cent vingt-deux Européens, tous Officiers ou Matelots expérimentés. On bénit solennellement le Bâtiment, & pour lui donner un nom qui lui convienne, on l’appelle la Providence. On se prépare donc au départ sans délais pendant la nuit du 26 au 27 Septembre. Tous les bras s’employèrent avec le plus grand empressement pour ratîner3 le Bateau, on vient à bout de le faire marcher sur des rouleaux, malgré plusieurs accidents & des terreurs continuelles ; enfin on le lance à l’eau, en le retenant avec une ancre à jet qu’on avoit retirée des débris.
Aussitôt le grand mât à bascule est dressé, les voiles sont appareillées, la mer en courroux menace de les prendre de flanc ; mais on a le bonheur de faire présenter la proue à la lame. Les cent vingt-deux Français s’embarquent ainsi avec l’espérance, ils sont obligés de s’entrelasser les uns dans les autres pour pouvoir y être tous contenus avec quelques vivres. Les Noirs, qu’on était forcés de laisser sur l’Isle demeurèrent dans un silence accablant au moment du départ. Le Sieur Castelan étoit désolé plus que jamais de n’avoir pu donner que 33 pieds de quille au bateau, parce que le bois n’avoit pas suffi. Mais quel parti prendre dans une pareille extrémité ? Ce fut de laisser des vivres aux malheureux Noirs, en leur promettant de les envoyer chercher, & en leur laissant même un écrit par lequel leurs services étoient attestés, afin que si quelqu’un venoit à passer, on les y recut sans difficulté.

A cet endroit du texte, un renvoi imprimé dans la marge indique : « On a envoyé un bâtiment de l’Isle de France, pour prendre ces infortunés. », mais une note manuscrite ajoutée ultérieurement précise : « On avait promis d’envoyer et on ne l’a pas fait jusqu’à présent. »

Figure 6-2 – Renvois imprimés et manuscrits dans la marge.

  • 4 Le Sieur Castellan, natif d’Aunat, Diocèse d’Alet en Languedoc, au centre des Pyrénées, sert sur l (...)

Au bout de quatre jours de traversée, après avoir rencontré de grosses mers & des vents variables, le fortuné Bâtiment arrive le premier Octobre, à neuf heures du soir, au Port de Foul-Pointe. M. d’Aiguille, Chef d’Escadre étoit sur le point de sortir de ce Port, où il étoit mouillé ; il demanda en passant d’où venoit ce Bateau, le Sieur Castelan du Vernet, qui reconnut sa voix lui repondit que c’étoient les débris de la Frégate l’Utile, qui avoit fait naufrage à l’Isle de sable. Tout ce qu’on lui raconta touchant ce naufrage & ce qui l’avoit suivi, ainsi que sur le nombre d’hommes qu’on lui dit qu’il y avoit dans le Bateau, lui parut incroyable. Ce Général partit le lendemain pour l’Europe. Avant son départ il donna au Sieur Lafargue, Capitaine, une lettre pour M. de Laval, commandant le Silhouette, qui étoit à l’Isle de Marotte dans la Baye d’Antongil, afin qu’il vint prendre l’équipage du Bateau à Foul-Pointe, & qu’il le transportât à l’Isle de France. Ce fut le Sieur de Castelan qui fut chargé de remettre cette lettre, & qui s’embarqua en conséquence dans une petite pirogue ou nacelle. Le Silhouette mouilla à Foul-Pointe le 23 Octobre, & partit le 26 pour l’Isle de France, où il arriva le 25 novembre. Pendant la route le Sieur de Lafargue mourut, le 12 de ce dernier mois, à la vue de l’île Bourbon. On conçoit bien que le récit du naufrage qu’on vient de décrire, & de toutes les circonstances qui l’on accompagné, & encore plus l’espèce de prodige avec lequel l’Equipage de la Frégate l’Utile fut sauvé, causa le plus grand étonnement à ceux qui furent comme les témoins de la vérité du fait, en voyant cet Equipage & le Bateau construit par le Sieur Castelan du Vernet4.
Pour témoigner leur reconnaissance à cet Officier, tous ceux qui composoient l’Equipage le forcèrent d’agréer un Certificat signé d’eux, & qui atteste les faits avancés sur son compte dans cette relation. Le Sieur Castellan du Vernet auroit constamment refusé une attestation d’ailleurs si glorieuse pour lui, s’il lui avoit été permis de rejetter un monument qui lui paroissoit nécessaire pour faire croire des faits aussi extraordinaires & aussi peu vraisemblables, & si sa sensibilité avoit pu répondre autrement à celle que lui marquoient par-là les compagnons de son naufrage & de ses travaux. Il se trouvoit trop heureux d’avoir soulagé la vie à cent vingt hommes, tous estimables en leur genre, pour ne pas accepter ce qui devoit lui rappeller à jamais à lui-même le service qu’il leur avoit rendu, & le mettre en état de certifier ce qui sera toujours sa consolation & sa gloire. L’An mil sept cent soixante-un, le vingt-neuvième jour de novembre, au Port de France : Nous Maître d’Equipage, Officiers-Mariniers & Matelots de la Frégate l’Utile, Capitaine de Lafargue : Certifions authentiquement qu’ayant naufragé à dix heures de nuit du dernier juillet au premier août de la susdite année, sur l’Isle de Sable, ou pour mieux dire de Corail, sur laquelle nous avons resté jusqu’au 27 Septembre au soir, & que nous fîmes route pour Foul-Pointe sur un Bateau plat à trois quilles, dans le plan des Prâmes, quoique en petit, puisque ledit Bateau n’avoit que trente-trois pieds de quille ; nous arrivâmes à Foul-Pointe cent-vingt-un hommes tout compris, le premier Octobre. Il ne nous falloit rien moins qu’un Officier comme M. Castellan du Vernet notre premier Lieutenant, qui lui seul, après notre triste naufrage, a ranimé le courage d’un chacun par la construction du susdit Bateau ; non seulement il en leva les plans, mais même il l’exécuta en partie, & cela des débris qu’il falloit aller lever sur différentes parties des plus grands débris, dont il fut le premier à donner l’exemple. Nous pouvons publier qu’il trouvoit du remède à tous les obstacles, qui n’étoient pas moindre, tout incommodé qu’il fut, & affligé de la perte d’un frère qui promettoit beaucoup. Il ne décessoit jamais le travail depuis la pointe du jour à la nuit close ; son industrie nous donna une Forge, car il fit un soufflet d’une basane qu’on sauva. Si nous tracions ce qu’il a fait jour par jour, le détail seroit trop long. Nous dirons avec vérité qu’après Dieu, nous devons notre sortie de cette Isle à lui seul, puisque c’est à la connaissance du plus simple de l’Equipage, que nous n’agissions que par son conseil. & ses ordres au travail qui étoit indispensable pour parvenir au but où Dieu nous a fait la grace d’arriver. A peine fûmes-nous sortis de la susdite Isle, qu’il forma le projet de venir prendre les Noirs que nous y laissions, pourvu qu’à Foul-Pointe il eût pu trouver un rechange de voiles ; ce qu’il n’a pu exécuter par ce défaut. Nous supplions instamment le susdit Lieutenant d’accepter notre reconnoissance par le présent exposé, n’étant que la vérité. En foi de quoi avons signé le jour & an que dessus. Lange Stepons, Pierre Desdebes, Mandement, Joseph Elissade, Bertrand Vergès, Jean-Louis Catalot, Vital Sarran, Taillefer, De Pierre Florimer, Martin Darlas, Jean Deffaa, Jean Cazenave, Caubinot, Joseph Duval, Jean-Louis Rossy, Pierre Balere, François Jourcin, François Le Quennet, Ribert, David Lassale, François Lafitte, Jean Lafourcade, Pierre Laems, Vincent S. André, Jean Bertrand, Pierre Cruchet, Pierre Dembrun, Jean Fourquet. »

  • 5 AN – Colonies E 65 – (Aix en Provence) – Dossier Castellan du Vernet

5Outre le certificat peu banal, délivré par l’équipage, Castellan du Vernet, deux ans plus tard, en obtiendra un autre des Directeurs de la Compagnie des Indes5 :

  • 6 Annibal Pannier de Saint-Bal, Syndic de la Compagnie des Indes et banquier.
  • 7 Antoine David, Directeur de la Compagnie des Indes de 1743 à 1764.
  • 8 Charles Robert Godeheu d’Igoville, Directeur de la Compagnie des Indes.
  • 9 Jean-Baptiste Boize, Premier secrétaire de la Compagnie des Indes.

« Nous Sindics et Directeurs de la Compagnie des Indes certifions à tous qu’il appartiendra que le Sr. Castellan du Vernet premier lieutenant de la Marine de la Compagnie, s’est embarqué le dix-sept novembre mil sept cent soixante au Port du passage en qualité de second sur la frégatte l’Utile commandée par le Sr. Lafargue pour le voyage de l’Isle de France et de Bourbon ; que ce bâtiment a eu le malheur de faire naufrage le 31 juillet 1761 par un gros temps pendant la nuit sur une chaîne de rescifs de l’Isle de Sable, coste de Madagascar ; que les violentes secousses de la mer contre les roches ayant dégradé ce navire en très peu de tems et mis l’Etat-major et l’équipage composé de cent vingt hommes dans un danger imminent de périr tous sans ressources, le Sr. Castellan du Vernet et ceux de ses officiers qui dans une si triste extrémité étaient en état d’agit ; ramenèrent par leur fermeté le courage des équipages, à l’effet d’employer tous les moyens possibles pour se sauver sur l’isle de Sable, qu’en effet après des travaux et des risques infinis suivant les détail que cet officier en a rapporté à la Compagnie, et qui lui sont venus d’ailleurs par différentes lettres, non seulement tous le monde a eu le bonheur de se sauver sur cette isle, mais encore que cet équipage sous la conduite du Sr. Castellan du Vernet, qui s’en trouvait le commandant, s’est rendu en quatre jours de traversée à Madagascar sur un bateau qu’il a construit lui-même sur cette isle déserte en cinquante-six jours de tems avec les débris de la frégatte et sur les plans du Sr. Castellan du Vernet qui n’a cessé de les encourager par ses conseils et par son exemple, ainsi que les gens de l’équipage l’on reconnu par le certificat qu’ils en ont donné à ce Commandant, signé d’eux ; et qu’il nous a produit et sur le compte que la Compagnie a rendu à Mr. le Controlleur Général, le Ministre a obtenu du Roy une gratification de 900 livres pour le dit Sr. Castellan du Vernet, et pour donner à cet officier une marque de la satisfaction que nous avons du zèle et de la capacité qu’il a fait paroitre en cette occasion, nous luy avons délivré le présent certificat signé de nous pour lui servir et valoir ce que de raison, et je lui fait apposer le cachet des armes de la Compagnie et contre signer par le secrétaire d’Icelle, fait à Paris en l’Hôtel de la Compagnie des Indes, le dix-huit juin mil sept cent soixante-trois. Paumier de St-Bal6, David7, Godheu8
Pour la compagnie
Boize9. »

Bernardin de Saint-Pierre (1773)

  • 10 Bibliothèque du Havre, Manuscrit no 82 fo B4 - Brouillons du texte du Voyage à l’Ile de France de (...)

6Bernardin de Saint-Pierre, séjourne à l’île de France entre 1768 et 1770, il publie son Voyage à l’île de France en 1773. S’il ne connaît pas l’épilogue de l’histoire, il révèle toutefois le refus de l’administration de la Compagnie d’aller rechercher les naufragés. Cependant, il n’osera pas publier ses critiques, ni certaines révélations sur les excès des colons. On les retrouve cependant dans son manuscrit conservé à la bibliothèque du Havre dont voici la transcription10.

  • 11 Bernardin de Saint-Pierre commet ici une erreur car Lafargue décéda en mer le 12 novembre 1761.
  • 12 Bibliothèque Municipale du Havre - Manuscrit no 82, fo B4.

« Le vaisseau l’Utile partant de Madagascar s’échoua sur une isle appelée l’isle aux sables, presque à fleur d’eau, et sans eau ni herbe d’aucune espèce. Ce vaisseau avait environ 160 nègres esclaves, le Cap. les fit descendre avec son équipage et ce qu’on put sauver des provisions du vaisseau qui avait coulé, ensuite on résolut de le démembrer pour en construire une barque qui put les ramener à l’isle de France. Les noirs esclaves le servirent avec un grand zèle dans ce travail. Quand la barque achevée et faites aussi grande qu’on l’avoit pu, le capitaine s’aperçut avec chagrin qu’elle ne pouvait contenir que les gens de son équipage, il les fit donc embarquer secrettement et ayant laissé tant soit peu de provisions avec les noirs il leur promit de leur envoyer un vaisseau dès qu’il serait arrivé à l’Isle de France, les malheureux, femmes et enfants, levèrent les mains au ciel et leur souhaitèrent un bon voyage, cependant le Cap. étant arrivé au bout de trois semaines à l’Isle de France rendit conte [sic] à l’administration de son malheur et de la promptitude du secours qu’il fallait porter aux noirs abandonnés au milieu de la mer11. D’autant qu’il ne fallait que quelques jours de voyage pour aller à eux, les vents étant presque toujours favorables. Mais les chefs de l’administration décidèrent qu’ils devoient être péris et on les abandonna sur cette isle. Depuis on n’a pas même aperçu d’ossements, la mer couvrant ce haut fond dans les équinoxes. Ils pouvaient avoir péri mais l’administration était très coupable car enfin c’étaient des hommes qu’ils livraient à la mort et la démarche qu’elle devoit faire, quoique inutile eut prouvé qu’elle faisait quelques cas des hommes et qu’elle devoit, même de [manière] inutile, à leur mémoire12. »

Gazettes et journaux (1777)

  • 13 Journal de politique et de littérature, no 13, 5 mai, tome second, Bruxelles, 1777, p. 253.
  • 14 Gazette des gazettes, Année 1777, juillet, première quinzaine, Bouillon, p. 50.
  • 15 Journal historique et politique de Genève, no 24, 30 août 1777.
  • 16 Journal encyclopédique, volume 44, Pierre Rousseau, 1777, p. 560. Ce journal fut publié à Liège pa (...)

7En 1777, la nouvelle du sauvetage des rescapés parvient en Europe et plusieurs journaux publient un texte identique. En mai, le Journal de politique et de littérature13, publié à Bruxelles ; en juillet, la Gazette des gazettes14, publié dans le duché de Bouillon ; en août, le Journal historique et politique de Genève15 et le Journal encyclopédique16, publié à Liège :

« Extrait d’une lettre du Port-Louis dans l’Isle de France La corvette du Roi la Dauphine, commandée par le Chevalier Lanuguy-Tromelin, Enseigne de vaisseau, partit de ce port le 25 de Novembre dernier, pour aller reconnaître l’Isle aux Sables, & y prendre des noirs, que plusieurs bâtiments y avoient apperçus précédemment ; le 28, au coucher du soleil, on découvrit l’Isle, & le 29, M. Lepage, Officier de la corvette, fut envoyé avec une chaloupe & une pirogue à l’ouest de l’Isle, d’où il ramena à bord de la corvette sept négresses & un négrillon ; âgé de huit mois, qui étoient les seules personnes existantes dans cette Isle ; on interrogea ces femmes infortunées, qui répondirent qu’elles étoient dans cette Isle depuis la perte du vaisseau de la Compagnie des Indes l’Utile, qui fit naufrage le 31 juillet 1761 ; qu’après le départ de l’équipage, qui se sauva dans une espèce de chalan, fait des débris du vaisseau, il étoit resté environ 80 noirs ou négresses dont 18, peu de temps après, s’embarquèrent sur un rat, & ne reparurent plus ; que, depuis environ douze ans, il n’en étoit plus resté que treize, les autres étant morts de misère. Ces mêmes femmes rapportent n’avoir vu, pendant les quinze années qu’elles ont passées dans l’isle, que cinq navires, dont plusieurs ont essayé de mettre à terre ; que le troisième, la Sauterelle, y avoit réussi, que, le mauvais temps où la peur ayant obligé un Matelot de rester avec eux, cet homme s’étoit embarqué sur un rat, il y a environ trois mois, avec trois Noirs et trois Négresses, dans l’espérance de se rendre à l’Isle de Madagascar. Quant au genre de vie que ces malheureux ont mené dans cette Isle déserte, depuis l’époque de leur naufrage, voici ce qu’on en a pu recueillir. Ils étoient parvenus à se bâtir, avec les débris du vaisseau, une espèce de case, qu’ils avoient construite sur la partie la plus élevée de l’Isle ; ils l’avoient couverte de l’écaille des tortues, qui leur servaient de nourriture. Les poissons, les oiseaux & leurs œufs étoient leur unique ressource. Un puits, pratiqué dans le sable, leur donnoit pour boisson une eau saumache (sic), & les plumes d’oiseau, tissues fort artistement, leur servoient de pagnes et de couvertures.
Cette Isle n’est qu’un banc de corail, qui peut avoir un quart de lieue de longueur, sur 300 toises de largeur, & dont la hauteur peut avoir environ 15 pieds. La mer a rassemblé autour de sa circonférence du corail brisé & du sable, de manière que le milieu de l’Isle est plus bas que ses bords ; il n’y croît que de la soldanelle, qui rampe sur le sable. Tout le contour de l’Isle est cerné de récifs, qui s’étendant 150 toises dans la partie Sud, & se rapprochent de la côte. En allant vers le nord, dans les mauvais temps, qui sont assez fréquens, à ce que disent les naufragés, le vent ensabloit leur case, & ils étoient souvent dans la crainte d’être engloutis par la mer. M. l’Intendant a donné asyle chez lui à l’enfant, à sa mère, nommée Eve, & à une autre négresse mère de celle-ci, nommée Dauphine ; l’enfant a été baptisé, & a reçu le nom de Jacques Moyse. »

Condorcet (1781)

  • 17 Condorcet 2003, p. 52.

8Condorcet fait une première allusion à l’histoire en 1781 lorsqu’il publie ses Réflexions sur l’esclavage des nègres. Il prend comme exemple le naufrage de l’Utile et l’abandon des esclaves pour montrer « combien les Européens sont éloignés en général de regarder les noirs comme leurs semblables »17 ; on aurait pu imaginer contestation plus virulente. Lorsqu’il fut admis le 8 avril 1788 à la Société des amis des Noirs, il venait de publier une seconde édition des Réflexions. Si Condorcet avait connu le récit du naufrage rédigé par de Keraudic, sans doute y aurait-il trouvé l’illustration parfaite de son propos.

9En relatant l’histoire des esclaves de l’Utile, Condorcet commet plusieurs erreurs qui posent la question de ses sources. Il attribue par exemple le sauvetage des rescapés à la Sylphide et non à la Dauphine. Ayant sans doute eu vent du drame vécu par les esclaves de l’Utile et souhaitant s’en servir pour illustrer son propos, il prit contact avec le capitaine de vaisseau Louis-Dominique de Joannis, ancien capitaine de la Compagnie des Indes passé dans la marine royale. Ce dernier s’en ouvrit à Madame de Brain, sœur de Desforges-Boucher, qui vivait à Paris. Elle écrivit à son frère, au château de Gol à l’île Bourbon, la résidence familiale où il s’était établi après avoir quitté en 1767 ses fonctions de gouverneur. Après l’émoi initial, l’affaire avait peu à peu été oubliée. Le sauvetage des rescapés la ramena brutalement sur le devant de la scène, l’affaire devenant particulièrement gênante pour Desforges-Boucher. Très méfiant et cherchant à connaître les intentions de Condorcet, il fit parvenir à sa sœur un paquet secret contenant des » notes instructives » et lui fit ses recommandations :

  • 18 AD 56, E 2226 – Correspondances A. Desforges-Boucher, Lettres adressées à Mme de Brain datées du 2 (...)

« Je suis fort content de savoir que le paquet secret que je vous ai adressé vous soit parvenu ; je suis bien assuré que vous n’userez qu’avec circonspection de son contenu et qu’autant qu’il vous sera nécessaire pour parvenir à la connaissance de ce que l’on désire de savoir. J’ai écrit à notre ami Joannis de vous faire part de tout ce qu’il a pu entrevoir dans les questions de M. le Mquis de Condorcet18. »

10Condorcet fut-il informé ou désinformé par Desforges-Boucher ? Il écrit simplement, sans commenter la décision du gouverneur : « M. des Forges, alors gouverneur de l’île de France, refusa d’envoyer un vaisseau sous prétexte qu’il courait risque d’être pris. »

Abbé Rochon (1791)

  • 19 Rochon Alexis Marie, abbé, Voyage à Madagascar et aux Indes Orientales, Paris, 1791, p. LIX-LXIIJ (...)

11L’abbé Rochon, astronome de la Marine Royale, présent à l’île de France en même temps que Bernardin de Saint-Pierre consacre plusieurs pages au naufrage et au sauvetage des rescapés dans son Voyage à Madagascar et aux Indes Orientales. Sans doute parce qu’il le publie tardivement à Paris en 179119, sa critique est plus vive, et plus directe. Il s’insurge contre la décision de ne pas porter secours aux naufragés, d’autant plus facilement que l’air du temps a changé : « Tout homme qui a quelque sentiment d’humanité frémit quand il sait qu’on a laissé périr misérablement ces pauvres noirs, sans daigner faire aucune tentative pour les sauver. »

12La vertueuse indignation de Rochon, un personnage haut en couleur, une forte personnalité, doit être tempérée. En effet à une époque de prise de conscience, les idées et les comportements changent rapidement et il est parfois aisé de pointer des attitudes et des déclarations contradictoires à quelques années de distance.

13Dans le même ouvrage Rochon s’indigne :

« Hommes justes et compatissants, voyez ce qu’il en a coûté de sang et de crimes, pour amener vos colonies à cette espèce de prospérité dont vous entendez tous les jours exagérer la plupart des avantages, comme si cette prospérité toujours précaire n’étoit pas plus apparente que réelle, puisque l’opulence du petit nombre n’est fondée que sur la servitude et la misère de la multitude. »

14Mais lors du violent différend qui oppose le Gouverneur Jean-Daniel Dumas à l’intendant Pierre Poivre en 1767/1768, la saisie des papiers du Sr.Glémet régisseur des traites du Roi à Madagascar, nous montre un autre visage de Rochon. Voici un extrait de l’une de ces lettres :

  • 20 AN – Colonies, C5a 3, pièce 25 – Extrait des lettres et autres papiers du Sr. Glemet trouvés après (...)

« Une lettre du S. Glémet au nommé Filet dit La Bigorne interprète envoyé dans la baie d’Antongil par laquelle lettre, sur la recommandation de M. Dumas, le S. Glémet ordonne à son cher Filet de procurer à M. l’abbé Rochon toutes les facilités pour la recherche de beaux morceaux de cristal… Lui demande de procurer à M. l’abbé Rochon l’achat de deux esclaves, … Lettre du 17 septembre 1768. »20

15On peut remarquer que toutes ces critiques se concentrent sur la décision de Desroches de ne pas secourir les Malgaches restés sur l’île. Personne en revanche ne souligne la désobéissance de Lafargue, pas plus que la fraude organisée par le gouverneur lui-même.

Notes

1 Hoarau S., Janiçon M. P., Racault J.M., Voyage à Rodrigue, le transit de Vénus de 1761 : la mission astronomique de l’abbé Pingré dans l’océan Indien / Alexandre-Gui Pingré, édition critique, Paris, 2004. - 373 p.

2 Un autre document identique a été imprimé à Amsterdam et diffusé à Paris chez Knapen.

3 Sans doute une déformation par consonance de « pour attiner », verbe correspondant au mot attinage, terme utilisé pour désigner la mise en place des tins, ici destinés à faire glisser la quille de la Providence lors de sa mise à l’eau.

4 Le Sieur Castellan, natif d’Aunat, Diocèse d’Alet en Languedoc, au centre des Pyrénées, sert sur les vaisseaux de la Compagnie des Indes depuis 1741, il s’est trouvé au siège de Madras en 1746 et 1747, sur le vaisseau le Duc d’Orléans ; il commanda pendant le siège un détachement de matelots ; il était en 1759 Lieutenant de Frégate [à bord du] Saint-Priest, lorsque le vaisseau fut attaqué au nord du Cap Finistere par une frégate anglaise qui, quoique supérieure en force, fut fort maltraitée ; il fit un grand nombre de voyage dans les Indes. Il a eu trois frères morts au service du Roi ; l’un au siège de Bergopsoon, l’autre sur le vaisseau le Beaumont, & le troisième fut submergé en sa présence à l’Isle de Sable. Son père et son grand-père ont servi dans le Royal-Roussillon, Infanterie. Ce fut son grand père qui, quoique retiré du service avec une pension du Roi, fut chargé de porter secours au Mont-Louis & à la Sardaigne française, contre les incursions de Dom Miguel, ce fameux partisan espagnol, qu’il vint à bout de chasser.

5 AN – Colonies E 65 – (Aix en Provence) – Dossier Castellan du Vernet

6 Annibal Pannier de Saint-Bal, Syndic de la Compagnie des Indes et banquier.

7 Antoine David, Directeur de la Compagnie des Indes de 1743 à 1764.

8 Charles Robert Godeheu d’Igoville, Directeur de la Compagnie des Indes.

9 Jean-Baptiste Boize, Premier secrétaire de la Compagnie des Indes.

10 Bibliothèque du Havre, Manuscrit no 82 fo B4 - Brouillons du texte du Voyage à l’Ile de France de Bernardin de Saint-Pierre.

11 Bernardin de Saint-Pierre commet ici une erreur car Lafargue décéda en mer le 12 novembre 1761.

12 Bibliothèque Municipale du Havre - Manuscrit no 82, fo B4.

13 Journal de politique et de littérature, no 13, 5 mai, tome second, Bruxelles, 1777, p. 253.

14 Gazette des gazettes, Année 1777, juillet, première quinzaine, Bouillon, p. 50.

15 Journal historique et politique de Genève, no 24, 30 août 1777.

16 Journal encyclopédique, volume 44, Pierre Rousseau, 1777, p. 560. Ce journal fut publié à Liège par Pierre Rousseau à partir du 1er janv. 1756.

17 Condorcet 2003, p. 52.

18 AD 56, E 2226 – Correspondances A. Desforges-Boucher, Lettres adressées à Mme de Brain datées du 20 novembre 1781, fo 171.

19 Rochon Alexis Marie, abbé, Voyage à Madagascar et aux Indes Orientales, Paris, 1791, p. LIX-LXIIJ (Introduction).

20 AN – Colonies, C5a 3, pièce 25 – Extrait des lettres et autres papiers du Sr. Glemet trouvés après sa mort à Foulpointe, Isle de Madagascar.

Table des illustrations

Légende Figure 6-1 – Frontispice de l'imprimé de la Relation du naufrage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 6-2 – Renvois imprimés et manuscrits dans la marge.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540