Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre V. Retour de l’équipage de l’Utile à Madagascar puis à l’île de France

Texte intégral

Séjour à Madagascar

1A leur arrivée à Foulepointe (Madagascar), les naufragés trouvent la division navale du capitaine de vaisseau Froger de l’Eguille, qui a les fonctions de chef d’escadre.

  • 1 AN – Marine, 3 JJ 358 - Pièce 32.

2Les marins du Roi réconfortent les naufragés et Froger de l’Eguille recueille le témoignage de Lafargue, le commandant de l’Utile. Il rédige un rapport concernant la position de l’île de Sable1 :

  • 2 Ce chiffre est erroné, peut-être s’agit-il d’une faute du copiste qui écrit 30 pour 300.

« Rapport fait par Mr. de l’Eguille sur la fausse situation de l’Isle de Sable placée sur la carte du dépôt de la Marine de 1740 par 15°  30’ Lat. Sud et 53°  12’ longitude orientale de Paris.
Mr. de la Fargue Capne de la flutte de la Compagnie des Indes l’Utile m’a déclaré qu’il était parti de Foulpointe le 22 juillet dernier pour l’Isle de France, que la nuit du 31 juillet au premier août à 10 heures du soir d’un beau temps, le vent du Sud à SSE faisait route à l’E ¼ SE, il avait échoué son vaisseau sur les récifs de l’isle de Sable située sur la carte du dépôt de la Marine de 1740 par 15°  30’ de latitude Sud et par la longitude orientale du méridien de Paris de 53°  12’, sans voir la terre. Que dans fort peu de temps le second pont et la chaloupe qui était dessus s’étoit enfoncés sans avoir le temps de la mettre à la mer et le Vau brisé. Que l’équipage s’était tenu sur le côté du Vau jusqu’au jour. Qu’ils se sont sauvés sur cette isle sur les débris qui leur servaient de pont, au nombre de 122 hommes blancs et environ 60 noirs. Que Mr Ollivier officier de côte, passager s’étoit noyé avec 17 hommes de l’équipage et un noir tanneur de la Compagnie. Le Cap. et son second m’ont rapporté que cette isle était toute de sable et faux corail, qu’elle a 700 toises de longueur et 30 de largeur2et qu’elle est élevée au-dessus du niveau de la mer de 15 à 18 pieds sans arbres ni herbe ni eau douce. Elle est toute environnée de récifs du côté de l’Orient ou du vent, ils s’étendent à plus d’une portée de canon au large d’elle et sous le vent d’environ 30 toises en quelques endroits sans qu’on puisse y aborder nulle part avec aucun bâtiment. Ils ont remarqué que la pointe du N.O. de cette isle est d’un sable mouvant qui s’allonge et se raccourcit fréquemment. Tous les récifs sont sur un fond de roche et un peu au large de ceux de dessous le vent ils ont trouvé un bon fond de sable fin où il y a 15 à 18 pieds d’eau dans un seul endroit, ils n’ont pu sonder ailleurs. Dans le mauvais temps ou du moins dans les ouragans, ils pensent qu’elle est couverte entièrement.
Le premier soin de ces infortunés a été de sauver le plus de vivres qu’ils ont pu et de se procurer de l’eau douce à quoi ils ont réussi en creusant 15 à 16 pieds dans le sable, ils en ont trouvé de passable mais je pense qu’elle étoit saumâtre car ils ont été trop satisfaits de celle qu’ils ont bu à bord de mon vaisseau comme par délice. Cette découverte sans laquelle ils étoient tous perdus leur a donné le courage de sauver des quarts de farine, des salaisons, du vin, de l’eau de vie, de la poudre à canon, des agrès et beaucoup de bois des débris du Vau que la mer a apporté à la plage. Le Sr. Castellan du Vernet d’Aunat du diocèse d’Alais, jeune homme de bonne santé et courageux, second du vaisseau, ne se laissant point abattre par l’infortune de l’aveu du capitaine, les a tous sauvés du péril où ils étoient en encourageant ses compagnons et leur servant d’exemple en prenant la hache lui-même pour bastir des débris du Vau avec leur aide un espèce de bateau plat de 33 pieds de long, qu’ils ont lancé à l’eau où ils sont embarqués 122 personnes avec le plus d’eau et de provisions qu’ils ont pu. Ils sont partis le 27 septembre ont fait route pour ce port où ils sont arrivés aujourd’hui au nombre de 121 ayant perdu un homme dans la traversée. Ils ont laissé environ 60 noirs sur l’isle avec leurs tentes et pour trois mois de vivres et provisions qu’ils pourront prolonger en vivant d’oiseaux de mer et de leurs œufs dont il y a une grande abondance sur l’isle et qu’on tue à coup de bâton. Ils en ont presque toujours vécu pendant qu’ils y ont été pour économiser leurs provisions. Il y a aussi beaucoup de traces de tortues dont cependant ils n’ont pris qu’une parce que ce n’était pas la saison où elles vont pondre à terre. Pour consoler ces malheureux noirs, ils leur ont donné l’espérance de les venir prendre le plus tôt qu’ils pourroient.
Ces messieurs m’ont dit avoir observé 15°  52’ de latitude Sud sur cette isle qui serait 22 minutes plus Sud que 15°  30’ où la carte du dépôt de la Marine de 1740 la place et qu’ayant estimé le chemin qu’ils ont fait revenant d’icy, ils comptent qu’elle est à l’ENE 4 dgr Nord 92 lieues de Foulpointe, ce quy differeroit de 46 lieues qui la feroit plus près de ce port sur la mesme carte. Mais je ne sais si l’on peut bien compter sur l’estime qu’ils on faite dans un pareil bâtiment d’autant que tous les vaisseaux qui vont de l’isle de France dans l’Inde par la petite route vont tous prendre connaissance de la pointe Nord de Madagascar sur laquelle ils se dirigent leur route en partant et si cette isle de Sable estoit aussi ouest ils en auraient souvent connaissance, ce qui n’arrive pas. Voici l’Etat-major du vaisseau :

  • Mr. de La Fargue Capitaine avec brevet de Capitaine de brûlot pour la campagne.
  • Castelan du Vernet d’Aunat dans le diocèse d’Alais
  • Benazet du Temple de Dinan
  • Namur de la Martinique
  • Morin de Nantes
  • Lespinay du Languedoc
  • Le Moine de Rouen
  • L’Aumonier
  • Cadu l’écrivain
  • Le chirurgien
  • 3 Il s’agit très probablement du chef de traite Valgny qui succéda à Gaillard nommé en 1756. Il ira (...)

Par ce quy est rapporté cy-devant, on voit que ces infortunés ont resté 58 jours sur cette misérable Isle flottant entre les horreurs d’une mort prochaine et le peu d’espérance qu’ils avoient de s’en tirer. Ils sont arrivés icy dépourvus de tout n’ayant de hardes que ce qu’ils avoient sur le corps. Nous avons taché de les consoler dans leur malheur en donnant un peu de linge aux officiers et recommandant les équipages à Mr. Vally3, j’ay écrit à Mr. Delavalle de les venir prendre en revenant de la Baye d’Antongil avec le Silhouette pour les ramener à l’isle de France. »

Michel Joseph Froger de l’Eguille
Originaire de Marennes (1702 ou 1705), il fut garde-marine à Rochefort (1722), enseigne de vaisseau (1732), lieutenant de vaisseau (1741), chevalier de Saint-Louis (1740), capitaine de vaisseau (1751), chef d’escadre (1761), lieutenant Général des Armées navales (1766). Il mourut à Angoulême le 5 septembre 1772. Il est venu renforcer l’escadre du comte d’Aché en octobre 1758 avec le Minotaure (74 canons), commandé par lui-même, l’Illustre (64 canons), commandé par le capitaine de vaisseau de Ruis, et l’Actif (64 canons), commandé par le capitaine de vaisseau Beauchère. Il participe alors aux combats de Pondichéry contre l’escadre de l’amiral Pocock sur les côtes de Coromandel. En 1761, le Zodiaque (74 canons) a remplacé l’Illustre, qui était le troisième bâtiment de la division lors de son arrivée dans l’océan Indien en 1758 et s’était échoué à l’île de France en 1760 avant d’être condamné, c’est-à-dire d’être déclaré hors de service. Il décède en 1772.

3Castellan du Vernet emprunte une embarcation locale et va rejoindre le Silhouette en baie d’Antongil. Ce vaisseau de côte de la Compagnie gagne Foulepointe où les rescapés sont embarqués. Le Silhouette appareille le 26 octobre, mais les fièvres qui sévissent sur la côte malgache ont déjà fait leur œuvre. Pendant la traversée onze marins meurent de « fièvres malgaches » et parmi eux Jean Lafargue, ex-capitaine de l’Utile, « le 12 novembre à 1 heure et demi après midi alors qu’on est à la vue de l’île Bourbon ».

4Dans notre livre (Guérout, Romon, 2010), nous estimions que le nombre d’esclaves abandonnés devait être compris entre soixante et quatre-vingt, et nous penchions pour le premier, en nous appuyant sur le rapport de Froger de l’Eguille transcrit ci-dessus et qui recueillait ses informations de la bouche même de Lafargue à son arrivée à Foulepointe. Nous évoquions aussi la possibilité que ce dernier, en avançant le nombre de soixante, n’ait cherché « à minimiser l’ampleur de sa traite frauduleuse ». Il se trouve que fin 2012, ont été trouvés aux Archives nationales de nouveaux documents. En septembre 1772, onze ans après les faits, Castellan du Vernet écrit à Mr. De Boynes, secrétaire d’Etat à la Marine pour lui demander d’envoyer un navire pour vérifier s’il ne se trouve pas des survivants sur l’île. Le nombre de Malgaches abandonné indiqué par Castellan dans ces lettres est de quatre-vingts. Il nous semble que ce chiffre doit être retenu. Les réserves que nous avions émises concernant le chiffre indiqué par Lafargue paraissent justifiées.

Les naufragés à l’île de France et le refus de Deforges-Boucher de secourir les Malgaches

5Le 25 novembre 1761, les rescapés accostent à Port-Louis, six mois après leur départ. Le gouverneur de l’île de France, Antoine Marie Desforges-Boucher (1715-1790), leur réserve un accueil glacial. Dans sa correspondance avec les directeurs de la Compagnie, il déplore la perte de l’Utile et pointe les responsabilités :

  • 4 AN – Colonies, C4 13 – 1760 - Journal de Desforges Boucher, Gouverneur de l’Ile de France, du 12 a (...)

« M. Castellan premier lieutenant sur ce vaisseau, officier d’une capacité peu commune, a entrepris la construction d’une espèce de barque ou chaland qu’il a bâtie sur l’Isle des sables avec les débris du vaisseau et ramené tout l’équipage ainsi que le capitaine à Foulpointe où Mr. Delaval les a embarqués sur le Silhouette pour les transporter ici. Mais le Sieur Lafargue est mort dans cette traversée et a bien fait car ce n’est uniquement qu’à son entêtement et à sa mauvaise conduite que l’on doit attribuer la perte de ce vaisseau4. »

6Castellan du Vernet rapporte alors au Gouverneur la promesse qu’il a faite aux Malgaches laissés sur l’île, mais il se heurte à un refus catégorique. Desforges-Boucher n’évoque pas dans sa lettre le sort des Malgaches laissés sur l’île. On peut penser que sa décision de ne pas les secourir étant prise, il préfère passer ce « détail » sous silence pour ne pas avoir à justifier leur abandon. Sa fureur a sans doute motivé son refus d’envoyer un navire de secours vers l’île de Sable au mépris de la vie des naufragés.

  • 5 Le négrier Jesus Maria Jose y San Francisco, une corvette portugaise armée à Bahia (Brésil), appar (...)
  • 6 AN – Colonies, C4 13.

7Par crainte d’une disette, on a interdit à Lafargue de ramener des esclaves, pour ne pas augmenter le nombre de bouches à nourrir. Pourtant, moins de dix jours après le départ de l’Utile pour Foulepointe, un négrier portugais, le Jesus Marie Joseph5 arrive au Port-Louis venant du Mozambique et y débarque 210 noirs. L’extrait d’une lettre du Conseil supérieur de l’île de France datée du 4 septembre 17616 nous permet d’apprendre l’affaire :

« 6 juillet 1761 - Arrivée à l’Ile de France du portugais Jesus Marie Joseph avec 210 noirs venant du Mozambique. Quoique cette nation n’eut aucun droit d’apporter une pareille cargaison on avait cru néanmoins devoir prendre ces noirs et on les avoit payés 55 piastres chacun. L’état de cette vente n’a point été envoyé, ces noirs avoient été payés partie en matière d’argent et partie en fournitures des magasins. »

8Cet achat d’esclaves à un armateur étranger, bien que formellement interdit par la Compagnie, semble organisé par les représentants de la Compagnie à l’île de France eux-mêmes. On conçoit aisément qu’un navire portugais ne va pas entreprendre une navigation de près de deux mois sans être assuré d’écouler à l’arrivée les esclaves qu’il transporte. Sans doute dans le réseau serré des rivalités et des inimitiés, l’affaire n’a–t-elle pas reçu l’assentiment de tout le monde, et dans l’embarras, on répond par avance aux critiques des directeurs auxquels on a omis de rendre compte de l’opération, bien qu’ayant payé les esclaves au moins en partie avec des fournitures provenant des magasins de la Compagnie.

9Mais là n’est pas le nœud de l’affaire, comment en effet expliquer qu’après avoir interdit au commandant de l’Utile de ramener des esclaves, le gouverneur Desforges accepte d’en introduire 210 en provenance du Mozambique ? On peine à trouver une explication à l’attitude du gouverneur dans cette affaire, sinon que, compte tenu du prix d’achat des esclaves, l’opération portugaise était plus profitable que l’aurait été celle de l’Utile.

Notes

1 AN – Marine, 3 JJ 358 - Pièce 32.

2 Ce chiffre est erroné, peut-être s’agit-il d’une faute du copiste qui écrit 30 pour 300.

3 Il s’agit très probablement du chef de traite Valgny qui succéda à Gaillard nommé en 1756. Il ira ensuite relever Glemet comme chef de traite à Fort-Dauphin. Un document manuscrit rédigé par lui se trouve au British Museum (B. Museum, Add. Mss. 18130, fo 79, Fragments d’écrits de Valgny, vers 1755).

4 AN – Colonies, C4 13 – 1760 - Journal de Desforges Boucher, Gouverneur de l’Ile de France, du 12 août 1761 au 31 août 1762.

5 Le négrier Jesus Maria Jose y San Francisco, une corvette portugaise armée à Bahia (Brésil), appartenant à David O. Lopes, capitaine Dom Pedro, arrive le 6 juillet au Port-Louis et en repart le 6 août pour le Mozambique.

6 AN – Colonies, C4 13.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site