Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre IV. Le récit du naufrage de l’Utile

Texte intégral

  • 1 SHD Lorient, 1 P 297 – liasse 14, pièce 85. Manuscrit anonyme.

1Le texte manuscrit rédigé, selon nous, par Hilarion Dubuisson de Keraudic, écrivain du bord, décrit le naufrage et narre le séjour des naufragés sur l’île1. « Relation du naufrage de l’Utile sur l’Isle de Sable ou pour mieux dire de Corail par 15 deg 32 m observé sur l’Isle.

Nous sommes partis de Foulpointe, côte de l’Isle de Madagascar, le 23 juillet 1761 environ les 4 heures après-midi et avons été contrariés par les vents de la partie du S au SE jusqu’à notre perte.
Le 30 à midi sur l’observation de 16 deg 20 m faite, un officier a le soir dit à un autre que nous courrions un risque de nous perdre dans la nuit courant cette bordée et qu’il ne dormirait pas tranquille si on ne virait de bord. On a réellement mis dans l’autre bord à 6 heures du soir et le lendemain à la pointe du jour nous avons reviré. On a observé à midi depuis 16 degm à 16 deg 18 m et on a continué à courir le cap jusqu’à l’Est au plus près du vent (très beau temps, toutes voiles dehors filant environ 4 nœuds). La hauteur observée chacun l’a dit au Capitaine, et le premier pilote lui a dit qu’il venait de pointer la carte, qu’il ne se faisait qu’à 20 lieues des barres de Nazaret à quoi le Capne a répondu que ce ne pouvait être que sur la carte de Bayonne, qu’il était un ignorant ; et nous avons continué à courir, mais malheureusement le point du pilote ne s’est trouvé que trop juste
(en marge) 31 juillet 1761. Toute la journée quantité d’oiseaux (dans la crainte de se perdre) Car descendant me coucher à 10h 20 et quelques minutes j’ay regardé où nous avions le cap. Il était droit à l’Est : descendant sur le champ, comme j’étais sur la dernière marche de la Ste Barbe, le Vau a donné deux coups de talon sans être bien violent, j’ai sauté en haut. Le Vau a talonné à nouveau très fort, Mr de Castellan a paru sur le gaillard, les officiers de quart demandaient dans le moment, qu’est ce que c’est que cela, et tout le monde est resté comme interdit. On a cependant brassé à culer, croyant pouvoir peut-être parer. La mer nous a pris alors en travers. Les horreurs d’un trépas violent et prochain occasionné par les lames les plus terribles, les secousses les plus affreuses et les plus réitérées, les roulis les plus grands et les plus vifs ont jeté la terreur dans presque tout le monde. On a délibéré sans rien résoudre à mettre les bateaux à la mer que nos gens avoient chargés à couler bas, définitivement ils ont restés à bord. Enfin on s’est déterminé à jeter la mâture à la mer et on l’a exécuté. Le grand mât a été jeté à tribord également que le mât d’artimon et celui de misaine à bâbord, cela a soulagé le Vau mais les coups de roulis et les coups de talons ont continués, le Vau tombait surtout sur tribord (côté du large) à faire frémir. Il a eu de si violents coups de talons que la barre du gouvernail a fait sauter le tillac de la chambre, malgré ses barreaux en plusieurs endroits ; ce qui fit déterminer M. de Castellan à l’aller couper lui-même. Sans mâts et gouvernail en proie aux brisants et à la mer la plus terrible faisant coffre [déferlant] à plus de 5 pieds au-dessus du plus haut du vaisseau, il a été une heure de plus sans faire eau et sans se partager, jusqu’à environ 2 heures après minuit. M. Castellan l’ayant bien rôté (?) de tribord à bâbord et jeté et fait jeter les canons de tribord à la mer ; pendant tout ce temps les barreaux se cassaient sous nos pieds et enfin le pont est tombé. L’avant s’est séparé de l’arrière, les côtés se sont détachés et le fond a quitté les hauts. Les bateaux se sont écrasés dans la cale. Nous ignorions qu’il y eut rien de découvert proche de nous, croyant être sur un haut fond seulement, chacun s’accrocha comme il pût aux débris, surtout à l’arrière étant le plus considérable toujours couverts de la mer qui faisait coffre sur nous ; nous attendions et comptions être à notre dernier moment. Chaque seconde nous faisait souffrir mille morts à peine pouvions nous respirer, tant ces furieuses lames étaient vivement répétées. C’est ainsi que nous avons étés jusqu’au jour, temps long et affreux ! Le jour a enfin parût et faisant un peu clair nous avons aperçu la terre, cela a été annoncé par un cri de joie, sortant du sein de la tristesse, de plus nous avons vu du monde s’y promenant. Nous avons pour bien dire été ressuscités la croyant habitée, mais hélas ! c’étaient de nos gens que les débris y avaient portés ayant étés jetés dehors la nuit et conduit à terre par ces furieuses lames. Le jour et la vue de la terre qui avaient un peu diminués nos frayeurs, n’avaient en rien ôté à la mer de ses fureurs. Plusieurs personnes se jetèrent à la mer avec une ligne pour tâcher de gagner la terre et établir un va-et-vient, inutilement. Quelques-uns gagnèrent sans pouvoir rien porter. Il fallait haler les autres sur les débris, où ils se seraient noyés ; enfin effrayé de ce que l’arrière sur le côté duquel nous étions s’ouvrait et fermait à chaque instant, qui a coupé en deux plusieurs. Joint à l’envie que j’avais de secourir les autres, nageant bien, je me jetai le premier de l’Etat-major à la mer, et fut suivi d’un des seconds lieutenants. La lame qui venait de briser et qui s’en retournait au large m’y entraîna derrière la poupe, à environ une encablure au large malgré tous mes efforts.
Celui qui me suivit fut plus heureux, car il trouva la lame roulant à terre et s’y rendit non sans beaucoup de peine et blessures. Tous nos messieurs qui étaient sur la carcasse de derrière me crurent noyé allant et venant dans ces furieuses lames (j’écris pour ma famille voilà pourquoi je mets au long ce qui m’est arrivé) J’avais attrapé une grande planche de sapin sur laquelle j’étais accroché. Il y avait quelque temps, un noir esclave se noyant, voulut aussi s’en saisir mais deux coups de pieds que je lui donnais finirent de lui ôter ses forces. J’entendis en ce même instant une voix qui me demandait du secours, je me renversais et vit un matelot tout sanglant qui nageait avec des forces bien abattues droit à moi. Je le devançais, il prit place sur un bout de ma planche et nous faisions nos efforts pour gagner terre. Mais n’avançant pas, les lames m’écrasant et chargé de nager presque pour deux, je lui abandonnais la planche en plongeant à deux reprises à la vue d’une barrique de vin qui était dans la lame qui faisait coffre sur ma tête. Je me rendis enfin sur de longs récifs de corail où la lame me roula et me mît dans un état pitoyable, tombant dans un moment à deux brasses d’eau, dans d’autres à 6 pouces et moins. J’arrivais enfin sur la prétendue terre tout sanglant et prêt à rendre l’âme de fatigue et de blessures. Quelques minutes après arriva aussi le matelot de la planche, il était dans un très triste état. Pendant ce temps l’arrière du Vau s’étant allégé d’un peu de bois de fer côtes et fonds, était venu a présenter le bout à terre au lieu du travers et comme il y avait de distances à autres des débris, ont établit des cordes tenantes d’un débris à l’autre et environ les 8 à 9 heures du matin, tous nos Messieurs et notre équipage se sauvèrent, même Mr. de La Fargue qui était incommodé, notre perte n’a été que de 20 hommes blancs. Monsieur le Chevalier de Castellan volontaire et Mr. Olivier Offier de Coste, passager, beaucoup de noirs par avoir fermé ou cloué les écoutilles. &a
1er août 1761. Dès ce jour on a commencé à travailler avec force à sauver des vivres et nos débris, plus à chercher à trouver de l’eau par le moyen d’un puit.
Le 2, même chose et récapitulation faite des vivres il s’est trouvé sauvé :
22 barils de farine
8 barriques de vin rouge
2 pièces d’eau de vie
12 tierçons d’idem au moins
1 idem de cidre assez mauvais
1 petit baril de beurre
Beaucoup de suif et graisse de Loupes (?)
200L en plusieurs morceaux de lard et bœufs
1 baril d’huile à peu de chose près.
Plusieurs bouteilles d’idem
Idem de liqueurs.
Nous avons fait une grande tente avec la grande bonnette et des pavois et nous y sommes mis avec toutes les provisions et mis l’équipage dans de petites tentes, nous commencions très fort à sentir le besoin d’eau, plusieurs noirs mourraient ne leur donnant rien.
L’équipage (à 15 ou 17 hommes près qui travaillent avec zèle) nous avoient volés 5 jambons aussi sauvés mais cela n’a pas paru extraordinaire volant dans le naufrage même, et ayant toujours continué jusqu’au dernier moment, le maître leur servant d’exemple de fainéantise, d’impatience et d’arrogance &a
Le 3. On continuait à ramasser tout ce qu’on trouvait a bord que ce que la lame portait à terre. A midi ayant été fait une ordonnance par laquelle tout voleur, soit de vivres ou boissons serait puni de mort et ce d’un consentement général, on prit sur le fait au même instant, deux hommes qui tirèrent aux dés pour être fusilier ayant sauvé quelques fusils. On allait en exécuter un, lorsqu’il décampa et se jeta à la mer dans les lames. Sur les 5h du soir comme on préparait le fusil, le Mtre Canonnier qui travaillait au puit arriva à la tente avec une bouteille d’eau douce passable et demanda qu’on fit grâce au condamné en faveur de la grâce que Dieu venait de nous faire d’avoir trouvé de l’eau potable sans laquelle nous serions tous morts, ce qui fut accordé et nous partîmes en procession en chantant le Te Deum, pour voir ce miracle. L’eau n’y a jamais manqué n’y diminué et on l’avait à discrétion, quelques noirs très affaiblis par la soif sont morts en chemin, les uns de débilité pour s’y rendre, d’autres par en avoir trop bu. Ils ne sont pas exprimables les secours que nous avons tirés depuis le premier moment jusqu’au dernier de ces malheureux esclaves que nous avons été obligés d’y abandonner à la honte de tous. Excepté une vingtaine tant de l’état-major que de l’équipage qui ont surpassé la force et le courage humain par leur travaux et peines continuelles.
Les 4 et 5 on continue à travailler aux débris et M. Castellan à faire une embarcation en chaland de 32 pieds ½ sur 12 de large a son grand baud, plat dessous et a rien par les deux bouts, ponté et de 5 pieds de haut.
Le 6. On a sauvé l’ancre à jet.
Le 7. Travaillé aux débris et bateau.
Le 8. La mer grosse, on n’a pu aller à la carcasse.
Le 9. Idem. L’après-midi à deux heures, nous avons vu une embarcation à deux mâts sous le vent à nous. On a hissé plusieurs pavillons et brûlé deux barils de poudre que je pense qu’ils n’ont pas aperçu mais bien l’Ile, ayant viré de bord et pris la route de l’Inde.
Le 10. Nous avons commencé à faire jouer une forge que nous avons faite et un soufflet très bon, grosse mer.
Le 11. Toujours au travail sans que je le répète, grosse mer, on a pris une tortue de mer de 500L au moins au point du jour.
Le 12. Travaillé à bord, le bateau où sa construction allant toujours.
Le 13. Idem
Le 14. Idem on a « décourbé » les porte-haubans ayant besoin pour le bateau.
Le 15. Idem et ayant fait un four, on y cuit du pain.
Le 16. On a tiré beaucoup de cordage et courbes.
Le 17. Le tronçon du grand mât de hune pour faire des bordages, sauvé un canon de 8 et monté sur l’île sur son affût, sauvé un perrier.
Le 24. Idem et on commence à cuire du biscuit pour le départ et choisir le place pour le chaland.
Le 25. Les levées de bout, toujours travail du point du jour jusqu’à la nuit.
Le 26 et le 27. Idem. La mer très grosse.
Le 28. Idem La mer belle.
Le 29. Sauvé des morceaux de voiles qui étaient en étui.
Le 30. Idem et le 31. Sauvé un rouleau de plomb, du cordage et mit un petit catamaran a la mer (pièces de bois amarrées ensemble sur lesquelles on va à la mer) portant 3 hommes et nous avons pris 2 grandes sardes (poisson)
Le 1er 7bre. Belle mer, sauvé une hache, la moitié de la pierre à meule. Le catamaran a été dehors et pris du poisson.
Le 2. Sauvé le grand cric &ca
Le 3 et le 4. La mer mauvaise, la cuisson du biscuit finie.
Le 5. Grosse mer, le 6 et 7 travaillé à sauver.
Le 8. On a défait la grande tente pour avoir le mât de pavillon pour faire notre mât de misaine et la bonnette nos voiles.
Le 9. Idem au travail tant à terre qu’à la mer.
Le 10. Sauvé une gueuse, 1 pince, du plomb et du fer beaucoup.
Le 11. Sauvé 6 gueuses.
Le 12. Commencé à calfater le bateau.
Le 13 et 14. La mer grosse.
Le 15. Belle mer, sauvé 17 gueuses.
Le 18 et 19. Mauvaise mer.
Le 20. Belle mer.
Le 21. Fait un très grand catamaran, présenté et mis les deux mâts au bateau.
Le 22. Mis de l’eau dans le bateau pour voir si le calfatage était bon.
Le 23. Mer très grosse
Le 26. La mer belle Le bateau a été fini et on a mouillé un grappin d’abordage marié avec une gueuse pour hâler au large le grand catamaran. Bénit le bateau et nommé La Providence, mouillé après-midi l’ancre à jet par 18 brasses fond de corail et coquillage brisé, a environ deux fortes encablures et demie de l’Ile sous le vent.
Le 27. Lancé le bateau avec beaucoup de travail et étant tous embarqués à 5 hre du soir au nombre de 122. Rangés comme des sardines, nous avons appareillé.
(dans la marge) Il nous est mort a bord ce jour un Mot du flux de sang. Le 1er 8bre 1761 le matin
Le 1er 8bre à 9 hre du soir a Foulpointe après avoir de chemin estimé 74 lieues. Nous avons trouvé à notre arrivée Mr. de l’Eguille, Chef d’escadre avec 3 Vaux du Roy qui nous ont donné de quoi nous changer et qui ont appareillé à la pointe du jour le lendemain 2 8bre.
Comme nous avions sauvé la Chapelle nous avons eu la messe tous les dimanches et fêtes et la prière régulièrement soir et matin. Il aurait été trop long de détailler tout ce que nous avons sauvé avec des peines inconcevables, nous avons eu surtout Mrs. de Castellan et Herga qui ont travaillés non comme deux hommes mais comme trente et sans me flatter je les ay bien secondé, nous avons une obligation infinie au pauvre Castellan. Il a été le constructeur et le Mtre Charpentier car celui que nous avions ne savait seulement pas aligner une pièce de bois des autres. Je n’en dis mot cependant Monnier de Nantes a aidé a Castellan, mais nos noirs abandonnés je voudrais n’en jamais finir, car ils ont fait tout ce qu’on aurait dû attendre d’un équipage qui aurait eu de la bonne volonté et qui chercherait à sauver sa vie.

Noms de l’Etat-Major

De La Fargue

Capne

De Castellan

1er Lieunt

De Benaze l’aisné

2d Lieunt

De la Mure

2d Lieunt

Monier de Nantes

2d Lieunt

L’Epinay

Enseig. »

Figure 4-1 – Récit de l’écrivain du bord.

2D’un très grand intérêt, ce texte éclaire de nombreux aspects concernant l’île de Tromelin, le séjour des naufragés, et les rapports entre esclaves et équipage.

3Ce qui frappe d’emblée le lecteur d’aujourd’hui, c’est l’image saisissante, libre et spontanée du racisme : luttant pour la vie, agrippé à une poutre au milieu des déferlantes, le narrateur dissuade à coups de pied un « noir » de partager sa planche de salut. Lutte pour la vie ? Mouvement d’instinct ? Nullement. L’instant suivant, un matelot « blanc » survient, à qui il offre son secours.

  • 2 Passage repris de Guérout M., L’archéologie rend la parole aux esclaves oubliés de Tromelin, dans (...)

4L’ingénuité avec laquelle Keraudic narre cet évènement souligne l’enracinement de ce préjugé dans les mœurs du temps. C’est pourtant le même homme qui, quelques semaines plus tard, empruntant le langage convenu de la charité, s’apitoiera sur le sort des esclaves que l’on s’apprête à abandonner. Peut-être faut-il aussi interpréter cette apparente incohérence comme le signe que les choses sont en train de changer : directement concerné, on réagit viscéralement, les vieux réflexes jouent ; lorsqu’on prend du recul, les idées nouvelles affleurent2?

Hilarion Pierre Dubuisson de K’Audic (ou Keraudic)
Embarqué à Port-Louis (île de France) le 24 juin 1761 comme écrivain sur l’Utile, il remplace Pierre-François Triponet qui avait fait la traversée de Bayonne à l’île de France. Né en 1725, à Saint-Brieuc et résidant à Lorient, il a successivement été embarqué en 1753 comme écrivain à bord du Dauphin qui effectuera un voyage en Chine, puis du Vengeur pour un voyage à Pondichery en 1758.

Notes

1 SHD Lorient, 1 P 297 – liasse 14, pièce 85. Manuscrit anonyme.

2 Passage repris de Guérout M., L’archéologie rend la parole aux esclaves oubliés de Tromelin, dans Les Naufragés, Omnibus, 2014, p. 76.

Table des illustrations

Légende Figure 4-1 – Récit de l’écrivain du bord.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 791k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site