Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre III. Le naufrage de l’Utile (1761)

Texte intégral

1L’Utile est un bâtiment de charge, une flûte, de la Compagnie des Indes armé à Bayonne au printemps 1760.

  • 1 Capitaine de brûlot : Brevet délivré « pour la campagne » donné aux officiers de la une flûte de 8 (...)

2Commandé par le capitaine de brûlot1 Jean Lafargue, le navire appa­reille avec l’Adour le 17 novembre 1760. Arrivé à l’île de France en avril 1761, il en part le 27 juin pour le port de Foulepointe sur l’île de Madagascar, avec pour mission d’y acheter des vivres.

Figure 3-1 – Plan de la flûte Normande, une flûte de 800 tonneaux.

  • 2 AD 56, E 2227 – Correspondances de Desforges-Boucher, fo 57v.

3Lorsqu’il appareille de Foulepointe, le 22 juillet, l’Utile ne suit pas la route directe vers l’île de France, mais se dirige vers l’île Rodrigue, plus à l’est. Le capitaine Lafargue compte sans doute y débarquer des esclaves achetés à Madagascar. Le gouverneur général de l’île de France et de Bourbon, Antoine Marie Desforges-Boucher - il l’écrira plus tard – était « parfaitement informé qu’il [l’Utile] a embarqué à Madagascar près de 300 noirs de pacotille qu’il devait jeter à Rodrigue2. » En suivant cette route la flûte navigue plus au nord que les routes habituelles et passe donc à proximité de l’île de Sable.

4La cause principale du naufrage est due aux données divergentes des cartes à la disposition de La Fargue.

  • 3 SHD – Lorient, 1 P 297 - liasse 14, pièce 85 - Récit du naufrage et du séjour dans l’île des naufr (...)
  • 4 Le Gentil de la Galaisière, Voyage dans les mers de l’Inde, fait par ordre du roi à l’occasion du (...)
  • 5 D’Après de Mannevillette, Instructions sur la navigation des Indes Orientales, Paris, Imprimerie R (...)
  • 6 AN, 3 JJ 358 fo 32 - Rapport pour rectifier sur la carte du dépôt de la Marine la situation de l’î (...)

5Plusieurs textes nous permettent de reconstituer les conditions du naufrage. En premier lieu le récit de Dubuisson de Keraudic, écrivain du bord3, mais aussi les textes de Le Gentil de la Galaisière qui disposait du journal de navigation de l’Utile4, de d’Après5, et du chef d’escadre Froger de l’Eguille qui recueille le compte rendu de Lafargue6.

6L’Utile appareille de Foulepointe le 22 juillet 1761 à 16 h 00, voici les différentes données dont nous disposons :

Les vents
– Au Sud à SSE [déclaration de Lafargue à Mr. d’Eguille].
– De la partie du Sud à SE, très beau temps [Keraudic].
– Au SSE petit frais [Le Gentil].

Le cap suivi et l’allure
– Est 1/4SE et Est au plus Lafargue].
– Cap à l’Est au plus près du vent, toutes voiles dehors [Keraudic]
– « Il courait sa bordée de l’Est au plus près du vent » [Le Gentil].

La vitesse
– Filant environ 4 nœuds [Keraudic].
– Au plus quatre nœuds [Le Gentil].

Les positions
Positions observées [Keraudic et Le Gentil, qui dispose du journal de l’Utile] :

– Le 30 juillet à midi (méridienne), Latitude 16 ° 20’
– Le 31 juillet à midi, Latitude entre 16 ° 8’ et 16 ° 18’
– Pendant la présence sur l’île, Latitude 15 ° 52.

La variation (déclinaison + déviation)
Entre 18 ° et 19 °.

La dérive au plus-près de la flûte
Probablement entre 8 ° et 10 °. Le Gentil estime quant à lui la dérive de l’Utile entre la dernière observation de la latitude et le moment du naufrage et en déduit une position estimée de l’île comprise entre 15 ° 54’30’’, et 16 ° 4’30’’.

Le courant permanent dans la zone
Il est évalué en 1841 par le C.C. Jehenne commandant la gabarre Prévoyante, à environ 1 nœud vers l’ouest, mais plus probablement de 0,5 nœud.

7Mais l'essentiel tient dans les cartes utilisées. De toute évidence l’Utile dispose de deux cartes dont les indications sont divergentes :

8– Keraudic fait état d’une controverse entre le capitaine et le pilote :

  • 7 A propos des « barres de Nazaret » ou « bancs de Nazareth », d’Après écrit (D’Après, Paris, 1775)  (...)

« Le 30 a Midy sur l’observation de 16deg 20m faite, un officier a le soir dit à un autre que nous courrions un risque de nous perdre dans la nuit courant cette bordée et qu’il ne dormiroit pas tranquille si on ne viroit de bord, on a réellement mis dans l’autre bord à 6 heure du soir et le lendemain à la pointe du jour nous avons reviré. On a observé à Midy depuis 16deg 8m à 16deg 18m et on a continué à courir le cap jusqu’à l’Est au plus près du vent (très beau temps, toutes voiles dehors filant environ 4 nœuds). La hauteur observée chaqu’un l’a dit au Capitaine, et le premier pilote luy a dit qu’il venait de pointer la carte qu’il ne se faisait qu’à 20 lieues des barres de Nazaret7à quoi le Capne a répondu que ce ne pouvoit être que sur la carte de Bayonne , qu’il étoit un ignorant ; et nous avons continué à courir mais malheureusement le point du pilote ne s’est trouvé que trop juste. »

9– D’Après donne quant à lui des précisions sur les cartes se trouvant à bord :

  • 8 Peut-être d’Après a-t-il remis lui-même à de Lafargue sa nouvelle carte, car les deux hommes se co (...)
  • 9 Cette indication permet de définir avec exactitude la carte dont dispose Lafargue, il s’agit de la (...)

« L’île de Sable, située au nord de l’île Bourbon par 15°  52’ de latitude fut découverte par le vaisseau la Diane en 1722. La flûte l’Utile y fit naufrage le 31 juillet 1761, pour avoir négligé de s’ en rapporter àla situation que je lui ai donnéé e sur ma carte de 17538, et avoir préféré celle dune autre carte qui la place de 25 minutes plus Sud9. Cette île est un plateau de sable d’environ 700 toises de longueur nord-nord-ouest et sud-sud-est, et de 350 de largeur, avec un banc de sable qui le prolonge de 600 toises vers le sud-sud-est. L’équipage se sauva sur une espèce de prame ou bateau plat, construit des débris du vaisseau, et aborda à Foulpointe le 27 septembre. »

10– Le Gentil lui aussi donne son avis sur la question :

  • 10 Le Gentil fait ici une erreur, c’est le 11 août 1722, que la Diane aperçut l’île.
  • 11 Le Gentil commet là une autre erreur, puisque comme nous l’avons vu, deux cartes françaises éditée (...)

« M. Daprès en 1754 & M. de la Carrière en 1768, partirent donc tous les deux de l’île Bourbon en s’élevant au Nord, dans l’intention de reconnaître l’île de Sable. Cette Isle fut vue par la Diane en 172310 ; l’Utile s’y perdit en 1761, en revenant de Madagascar, sept ans après la tentative de M. Daprès, qui n’ayant point vu cette Isle, a pu être la cause innocente de la perte du Vaisseau, le capitaine s’étant figuré que cette Isle, qui d’ailleurs n’étoit pas marquée sur sa carte, n’existoit pas, puisque M. Daprès ne l’avoit pas vue11. M. de la Carrière étoit informé comme toute la colonie de l’Isle de France, du désastre de ce malheureux Vaisseau ; mais il ne vit point l’Isle, non plus que M. Daprès. L’île de Sable est très difficile à trouver ; non seulement sa latitude ne me paroit pas bien déterminée ; de plus, l’Isle de Sable est très petite & et très rase : elle n’a qu’environ trois quarts de lieue de tour, & elle n’est élevée que de dix-huit à vingt pieds au-dessus du niveau de la mer. »

  • 12 Carte réduite de l’Océan Indien Orientale (sic) qui contient la côte d’Afrique depuis le 9e degré d (...)

11Il semble bien que la « carte de Bayonne » mentionnée par Keraudic soit celle de d’Après datant de 175312, qui donne à l’île à une latitude de 15°  55’ S. Quant à Lafargue, il se fie à la carte du Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, datant de 1739 et qui indique la position de l’île à une latitude de 16°  20’ S. La différence correspond bien au commentaire de d’Après cité ci-dessus, qui indique que l’autre carte à la disposition de Lafargue place l’île 25’ plus au sud.

Figure 3-2 – Les débris de l’Utile.

  • 13 Le Gentil de la Galaisière, Voyage dans les mers de l’Inde, fait par ordre du roi à l’occasion du (...)

12Le Gentil13 souligne pour sa part :

« Selon la Diane elle a 16 degrés de latitude ; mais dans le journal que j’ai de la perte de l’Utile, je trouve que ce vaisseau, le jour qu’il se perdit, avoit observé à midi la latitude depuis 16 degrés 8 minutes jusqu’à 16 degrés 18 minutes, ce qui fait 10 minutes d’incertitude ; or, depuis midi on continua de courir la bordée de l’Est au plus près du vent qui étoit au Sud-sud-est, petit frais à faire au plus quatre nœuds ; & qu’à 10 heures 21 minutes du soir, le Vaisseau donna les premiers coups de talon qui précédèrent immédiatement son naufrage : donc, par un calcul très simple de trigonométrie rectiligne, en supposant la variation de 19 degrés, on trouvera que le vaisseau ayant parcouru quarante-un nœuds, il a dû diminuer en latitude de 13 minutes & demie  ; il en résulte donc pour la latitude de l’île de sable, 15 degrés 54 minutes & demie & 16 degrés 4 minutes & demie, le milieu donnerait 15 degrés 59 minutes et demie, ce qui ne differeroit que d’une demi-minute de la latitude assignée à cette isle par la Diane ; mais encore selon la même relation & le même journal de l’Utile, ils ont observé l’Isle 15 degrés 53 minutes & il paroit qu’ils s’en tiennent en effet à cette dernière détermination. Voilà donc encore une incertitude de 6 minutes et demie : elle seroit, à la vérité, peu importante pour tout autre objet plus considérable, qu’on pourroit voir facilement de dix à douze lieues, mais pour un si petit point que l’Isle de Sable, & placé au milieu des courants, cette même différence mérite beaucoup d’attention. »

13Cependant il est clair que Le Gentil n’a pas pris la peine de retracer les routes de l’Utile dans les heures qui ont précédé le naufrage. Si on se livre à cet exercice en utilisant les données disponibles on se rend compte que la latitude observée le 30 juillet à midi est entachée d’une grossière erreur. Pour reconstituer les routes suivies, il faut partir du seul point dont la position est sûre : la position actuelle de l’île (Latitude : 15°  53’ Sud), puis remonter de proche en proche l’itinéraire suivi. On arrive au constat que l’erreur commise le 30 juillet est de 33 milles.

Figure 3-3 – Schéma des routes suivies.
A – Latitude observée le 30 juillet à 12 h 00 (mesure entachée d’une grosse erreur, la latitude réelle est celle du point B, soit 33 milles plus au nord).
B – Point où se trouvait réellement l’Utile le 30 juillet à midi (Latitude 15°  47’ Sud).
BCDEF – Route fond de l’Utile (qui tient compte de la variation et de la dérive due au vent et au courant).
E – Latitude observée le 31 juillet à midi (entre 16°  08 Sud et 16°  18’ Sud) la restitution donne une latitude à midi de 16°  14’ Sud.
T1 – Position de Tromelin sur la Carte du Dépôt des cartes de 1739.
T2 – Position de Tromelin sur la carte de d’Après de Mannevilette datée de 1753.
T3 – Position réelle de Tromelin.
Les branches BC’, CD’, DF’, représentent les routes surface au plus-près.
Les segments C’C, D’D, F’F représente la dérive due au courant sur chacun des tronçons (courant adopté : 1 nœud vers l’ouest).

14Le naufrage trouva donc des causes multiples. Il est dû, d’une part, à l’utilisation d’une carte de l’océan Indien sur laquelle la position de l’île de Sable était erronée et, d’autre part, à une grossière erreur d’observation qui a rendu inutiles les manœuvres des trente-six dernières heures. On doit aussi ajouter à ces deux causes premières, le manque de prudence du commandant qui, disposant de deux cartes donnant des indications contradictoires, n’a pas pris de précautions particulières alors qu’il arrivait à proximité de l’île. En général, dans de telles circonstances, les navires mettent en panne pendant la nuit, ou s’éloignent, ne remettant en route qu’avec le jour lorsqu’ils ont la possibilité d’apercevoir l’île en effectuant une veille attentive. Cette manœuvre qu’avait exécutée Morphey en août 1756 lorsque, à la nuit tombante, il ne pouvait plus voir l’île de Sable.

Notes

1 Capitaine de brûlot : Brevet délivré « pour la campagne » donné aux officiers de la une flûte de 800 tonneaux. Compagnie des Indes (Haudrère, 2005, p. 899).

2 AD 56, E 2227 – Correspondances de Desforges-Boucher, fo 57v.

3 SHD – Lorient, 1 P 297 - liasse 14, pièce 85 - Récit du naufrage et du séjour dans l’île des naufragés (sept pages non datées et non signées, mais écrites avec certitude par l’écrivain du bord, Hilarion Dubuisson de K’audic).

4 Le Gentil de la Galaisière, Voyage dans les mers de l’Inde, fait par ordre du roi à l’occasion du passage de Vénus sur le disque solaire, le 6 juin 1761 et le 3 du même mois de 1769, Paris, Imprimerie royale, 1779/1781, tome I , p. 663-665.

5 D’Après de Mannevillette, Instructions sur la navigation des Indes Orientales, Paris, Imprimerie Royale, 1819, p. 52.

6 AN, 3 JJ 358 fo 32 - Rapport pour rectifier sur la carte du dépôt de la Marine la situation de l’île de Sable

7 A propos des « barres de Nazaret » ou « bancs de Nazareth », d’Après écrit (D’Après, Paris, 1775) : » Quoique marqués sur toutes les cartes anciennes, que je les ai placés sur les miennes au Nord de l’Île de France & qu’il en soit fait mention dans le Routier Portugais, on n’a pu encore s’assurer de leur existence, quelques recherches qu’on ait fait ». On sait maintenant que ces bancs n’existent pas.

8 Peut-être d’Après a-t-il remis lui-même à de Lafargue sa nouvelle carte, car les deux hommes se connaissaient bien ? En 1750, Lafargue a été premier lieutenant du Chevalier Marin sous les ordres de d’Après. C’est à l’occasion d’un voyage à Gorée avec ce bâtiment que d’Après effectua ses premières observations à l’aide de l’octant de Hadley. On pourrait même interpréter la phrase de d’Après comme une marque de dépit de voir son ancien lieutenant négliger son conseil.

9 Cette indication permet de définir avec exactitude la carte dont dispose Lafargue, il s’agit de la carte du Dépôt des cartes de 1739, qui place l’île de Sable à une latitude de 16 ° 20’ S, alors que la carte de d’Après de 1753 place l’île à 15 ° 55’ S.

10 Le Gentil fait ici une erreur, c’est le 11 août 1722, que la Diane aperçut l’île.

11 Le Gentil commet là une autre erreur, puisque comme nous l’avons vu, deux cartes françaises éditées avant 1760 indiquent l’île.

12 Carte réduite de l’Océan Indien Orientale (sic) qui contient la côte d’Afrique depuis le 9e degré de latitude méridionale jusqu’au 30e, avec l’isle de Madagascar et les isles adjacentes dressée par D’Après de Mannevillette, capitaine des vaisseaux de la Compagnie des indes, 1753.

13 Le Gentil de la Galaisière, Voyage dans les mers de l’Inde, fait par ordre du roi à l’occasion du passage de Vénus sur le disque solaire, le 6 juin 1761 et le 3 du même mois de 1769, Paris, Imprimerie royale, 1779/1781, tome I, p. 663-665.

Table des illustrations

Légende Figure 3-1 – Plan de la flûte Normande, une flûte de 800 tonneaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 3-2 – Les débris de l’Utile.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 3-3 – Schéma des routes suivies.A – Latitude observée le 30 juillet à 12 h 00 (mesure entachée d’une grosse erreur, la latitude réelle est celle du point B, soit 33 milles plus au nord).B – Point où se trouvait réellement l’Utile le 30 juillet à midi (Latitude 15°  47’ Sud).BCDEF – Route fond de l’Utile (qui tient compte de la variation et de la dérive due au vent et au courant).E – Latitude observée le 31 juillet à midi (entre 16°  08 Sud et 16°  18’ Sud) la restitution donne une latitude à midi de 16°  14’ Sud.T1 – Position de Tromelin sur la Carte du Dépôt des cartes de 1739.T2 – Position de Tromelin sur la carte de d’Après de Mannevilette datée de 1753.T3 – Position réelle de Tromelin.Les branches BC’, CD’, DF’, représentent les routes surface au plus-près.Les segments C’C, D’D, F’F représente la dérive due au courant sur chacun des tronçons (courant adopté : 1 nœud vers l’ouest).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540