Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre I. Découverte de l’île par la Diane (1722)

Texte intégral

  • 1 BN, GE SH18E PF213 DIV3 P24.

1En 1739, l’île de Sable apparaît pour la première fois sur une carte marine. Il s’agit de la « Carte réduite de l’Océan Oriental ou Mer des Indes dressée au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine1 ». L’île y figure avec la mention : « Islot de Sable vu par la Diane 1723. »

2Contrairement à ce qu’indique la carte, c’est en 1722 que l’ile fut découverte par la Diane, un vaisseau de la Compagnie française des Indes orientales commande par le capitaine Jean Marie Briand de la Feuillée.

3La Diane avait appareillé de Lorient le 29 juin 1721 en compagnie de l’Atalante commandée par Jacques La Salle. Le 9 avril 1722 elle jeta l’ancre dans le port sud-est de l’île de France. Après un aller et retour à l’île Bourbon, la Diane fit de nouveau voile vers Saint-Paul (île Bourbon), d’où elle appareilla le 8 août 1722 à destination de Calicut (Côte de Malabar).

Figure 1-1 – Détail de la carte de 1739 – « Islot de Sable vu par la Diane 1723. »

Les Mascareignes
Dans l'histoire des îles Mascareignes (La Réunion, anc. île Bourbon ; Maurice, anc. île de France ; Rodrigue et quelques petites îles), la Diane et l’Atalante ont joué un rôle important. Les deux navires ont en effet transporté les premiers colons destinés au peuplement de l’île de France : une compagnie de Suisses sous la direction de Beugnot, comportant 210 hommes, 20 femmes et 30 enfants. Le voyage des deux navires fut un très long calvaire de près de neuf mois, au cours duquel, à bord de la Diane seule, 52 personnes, équipage ou passagers, trouvèrent la mort. Pour essayer de conjurer les effets du scorbut, les deux navires firent une escale de dix-huit jours à l’île de Santiago du Cap Vert puis une escale de près de deux mois à l’île Grande devant Rio de Janeiro. Le 12 févr. 1722 naissait à bord un bébé, baptisé Jean-Jacques, fils de Jacques Gast d’Hauterive et de Renée Guillot sa femme, il ne devait vivre que six jours. A bord, se trouvait Denis de Nyon, ayant reçu de Louis XV une commission de « gouverneur et d’ingénieur à l’Isle de France ».

Le journal de bord de la Diane

  • 2 AN – Marine, 4 JJ 90.

4L’île fut découverte le 11 août 1722. Guillaume Le Housel, le pilote de la Diane, mentionne l’évènement dans son journal de bord2 avec une orthographe très approximative :

  • 3 14 L : 14 lieues marines.

« Du Dimanche 9e aoust 1722. Les vents variable d’ESE au SE bon petit frais bautan [beau temps] nous avons singlé [cinglé : fait voile] au NNE jusque sur les 6 heures du matin, la pointe la plus ouest au Sud, la pointe la plus à l’est au SSE 1435, la Grande Coupée au S1/4 SE jusqu’à midi que ayant pris hauteur,

je observe

19 °49’

je arette [arrête] mond [si in se réfère à la copie ci-dessous il s’agit du point de départ]

52 ° 36’

par la longitude de

75 ° 05’

Du Lundi 10e aoust 1722. Les vents variable du SE à ESE bon frais, bautant nous avons singlé au NNE jusque à midi que ayant pris hauteur je trouve que la route m’a vallu le Nord 4 deg Ouest

36 L

Latt observée

18 ° 02’

52 ° 31’

Longitude

75 ° 00

Du mardi 11e aoust 1722. Les vents variables du Sud au SSE et SE bon petit frais. Nous avons singlé au NNE jusque à midi que ayant pris hauteur je trouve que la routte ma vallu le Nord 4 dg Ouest

34 L

Latt observée

16 ° 19’

52 ° 22’

Longitude

74 ° 51’

Sur les 5 heure ¼ après midi nous avons eu connaissance de un illote base qui este par Latt de 16 dg elle me reste le milieu au NNE distance de 2 L ½, la pointe de l’est au NE1/4 N elle peut avoir environ 2 lieues de lon. Fesant valloir la routte Le Nord de Bourbon vous alle droitte la charcher [chercher] de boute au corré (?)

Figure 1-2 – Journal de la Diane.

La Diane
Navire de 330 tonneaux, elle est lancée en Angleterre en 1721 et a réalisé plusieurs voyages de traite d'esclaves. Premier voyage : départ de Lorient le 30 mai 1721 en compagnie de l’Atalante – Retour le 19 avril 1724 après un voyage à Calicut. Deuxième voyage : commandée par Terrien, elle appareille le 28 octobre 1724 pour un voyage de traite en Angola, puis Saint-Domingue, retour à Lorient le 26 juin 1726. Troisième voyage de traite : départ de Lorient le 27 octobre 1727, commandée par Jacques Le Neuf de Tournevillet, pour Ouidah, puis la Louisiane, retour à Lorient le 30 avril 1729. Quatrième voyage de traite : appareillage de Lorient le 15 octobre 1729, commandé par Jacques Tortel, traite 304 esclaves à Gorée au Sénégal puis gagne l’île de France et revient à Lorient le 25 mai 1731. Cinquième voyage : appareillage de Lorient le 6 mars 1731 sous le commandement de Hyacinthe Lhermitte pour l’océan Indien. Elle y restera jusqu’à sa condamnation (mise hors de service), réalisant un voyage de traite au Mozambique. Elle effectue aussi un voyage à Antongil en 1732, marqué par une révolte d’esclaves. Elle sera condamnée à l’île de France en décembre 1736.

Du mercredi 12e aoust 1722. Les vents variables du Sud à ESE bon frais, bautan nous avons singlé jusque sur les 1 heur après minuit que nous avons mis a panne jusque sur les 5 heur du matin que nous avons fait servir et singlé sur plusie (?) au NNO jusque midi que ayant pris hauteur je trouve que la routte ma vallu le

NO 2dg O

20 L 2/3

Lat observ

15 ° 37’

51 ° 33’

Longitude

74° 02’ »

  • 4 AN – Marine 3 JJ 330, pièce 22.

5Une copie non datée de ce journal se trouve également aux Archives nationales4 :

« Routes du Vau la Diane en aoust 1722 depuis le relèvement de l’isle Bourbon jusqu’à la vue de Madagascar.
Le 8 aoust à midi relevé le Cap Bernard à l’ENE 8 lieues.

Lat observée

21d 7 min, St Gilles à l’E1/4NE 5d N, 4 à 5 lieues ; la pointe la plus Sud SE1/4S 5d

52d 35

Est à 9 L. Latitude observée 21d 7

Le 9 aoust observé à midi 19d 49 à 6 heurs du matin on avait relevé la pointe plus ouest au Sud, la plus à l’Est au SSE, 14 L. La grande coupée au S ¼ SE et 52d 35 pris le point de départ à 75 5’

Le 10 vents variables du SE à l’ESE, B. f. B. T., singlé au NNE. Route réduite le Nord 4d Ouest, 36 Lieues

52d 27

Latitude observée 18d 1

Longitude 75d 0

Le 11 vents du Sud au SSE et SE, B. δ. F. Singlé 1 d Route le Nord 4 d Ouest 34 L.

52d 20

Latitude observée 16d 19 Long. 74d 51

Le 11 à 5 heures ¼ après midi vu un islot de sable dont le milieu restoit au NNE 2 L. à 2 L. ½.
Le 12, vents variables, singlé sur plusieurs routes à différents moments. Route le NO 2d O. 20 L. 2/3

Latitude observée 15d 33

Long. 74d 2… »

6Le journal de bord original n’est pas toujours d’une lecture facile, le texte du second, document simplifié, est plus clair. Sur les pages correspondant aux dates comprises entre le 8 et le 13 août 1722 du journal original, des chiffres sont écrits au crayon, à gauche dans la marge. Un examen rapide permet de comprendre qu’ils indiquent la valeur de la longitude par rapport au méridien de Paris. Il s’agit donc à l’évidence de notes destinées au calcul des coordonnées géographiques de l’île de Sable. L’auteur du second document a systématiquement modifié ou fait des erreurs en recopiant ces valeurs.

7L’examen de ces deux documents pose une série de questions dont la réponse, au demeurant assez complexe, éclaire les difficultés rencontrées par les navigateurs de l’époque. Le développement de cette question qui ne manquera pas d’intéresser les amateurs de navigation maritime figure en annexe 1.

La Diane fut-elle la première ?

8On peut cependant se poser la question de savoir si la Diane fut vraiment le premier bâtiment à avoir vu l’île de Sable. A notre connaissance, trois cartes antérieures indiquent une île non nommée à une position voisine. La plus ancienne est publiée en 1680 à Amsterdam par le célèbre cartographe hollandais Joannes Van Keulen.

Figure 1-3 – Détail de la carte de Joannes Van Keulen (1680), Nieuwe Pascaert van Oost Indien Verthoonende hen van C. de Bona Esperanca tot aan het Landt van Eso (Nouvelle carte des Indes orientales depuis le Cap de Bonne-Espérance jusqu’au Japon et l’Australie).

9La seconde carte, publiée à Paris par le Père Coronelli, indique dans son cartouche : « Route maritime de Brest à Siam et de Siam à Brest faites en 1685 et 1686 selon les remarques de six Pères Jésuites, envoïez par le ROY DE France en qualité de ses Mathématiciens dans les Indes, et la Chine. Dressé par le Père Coronelli, Cosmographe de la République de Venise. A Paris chez J.B. Nolin avec privilège du Roy. 1687. »

Figure 1-4 – Carte de Coronelli (1687).

Figure 1-5 – Détail de la carte de Pierre Mortier (1700).

10La troisième publiée en 1700 à Amsterdam est due à Pierre Mortier, elle est intitulée : « Carte des Costes d’Afrique depuis le cap Lopo jusques à l’isle Mazira. Levée par ordre expres des Roys de Portugal sous qui, on en a fait la découverte. »

  • 5 Environ 450 km.

11La latitude est proche de 15 ° 15’ Sud alors que curieusement la carte ne comporte pas d’échelle de longitude. Il faut cependant replacer ces indications dans le contexte de la navigation et de la cartographie du début du xviiie siècle. Les erreurs très importantes commises par les navigateurs dans le calcul de la longitude, au point par exemple que les Cargados et l’île de Sable pourtant distantes de près de 240 milles nautiques5 sont parfois confondues, posent un problème épineux aux cartographes de l’époque.

  • 6 Le 11 avr. 1799, le both Les deux Frères, commandé par L. Gautier, et armé par Lousteau fils appare (...)

12Que décider, si deux observations distinctes aboutissent à localiser deux îles à proximité l’une de l’autre ; doit-on garder sur la carte une seule ou deux îles ? Une carte générale de l’Afrique dressée en 1806, illustre cette difficulté, son auteur Herisson a choisi de garder un étrange couple d’îles de Sables : une grande et une petite (figure 1-6). Les cartes du xviiie siècle conserveront, souvent pendant longtemps de nombreux doublets, dont l’énigme ne sera résolue qu’avec l’apparition des chro­nomètres et l’usage du sextant. Dans cette zone de l’océan Indien, c’est aussi le cas d’îles fantômes telles que Santa Apolonia et Juan de Lisboa6 qui subsistèrent longtemps, notamment sur les trois cartes ci-dessus.

Figure 1-6 – Carte de Herisson (1806), détail.

Notes

1 BN, GE SH18E PF213 DIV3 P24.

2 AN – Marine, 4 JJ 90.

3 14 L : 14 lieues marines.

4 AN – Marine 3 JJ 330, pièce 22.

5 Environ 450 km.

6 Le 11 avr. 1799, le both Les deux Frères, commandé par L. Gautier, et armé par Lousteau fils appareille de Port-Louis (île de France) pour aller à la recherche des îles St. Jean de Lisboa. Les deux Frères croisa jusqu’au 13 mai sans rien trouver, il revint bredouille à l'île de France le 16 août.

Table des illustrations

Légende Figure 1-1 – Détail de la carte de 1739 – « Islot de Sable vu par la Diane 1723. »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 1-2 – Journal de la Diane.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 1-3 – Détail de la carte de Joannes Van Keulen (1680), Nieuwe Pascaert van Oost Indien Verthoonende hen van C. de Bona Esperanca tot aan het Landt van Eso (Nouvelle carte des Indes orientales depuis le Cap de Bonne-Espérance jusqu’au Japon et l’Australie).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 1-4 – Carte de Coronelli (1687).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Figure 1-5 – Détail de la carte de Pierre Mortier (1700).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Figure 1-6 – Carte de Herisson (1806), détail.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540