Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Préambule

Texte intégral

1Comment rendre compte de ce qui s’est passé sur cette île ignorée du monde pendant des siècles ? Comment saisir l’inaperçu ?

2Tromelin apparaît, anonyme, sur quelques cartes marines avant même sa découverte officielle par la Diane en 1722, mais la terrible imprécision de la navigation et la circonspection avec laquelle on recueille alors le témoignage des marins n’apportent aucune certitude.

3Baptisée « île de Sable », elle figure sur les routiers de l’océan Indien, sans pour autant qu’on y ait posé le pied. La première occasion de le faire fut une double tragédie, celle du naufrage de l’Utile dans la nuit du 31 juillet 1761, puis deux mois plus tard celle de l’abandon des esclaves malgaches qu’il transportait. Oubliés sur cet îlot presque désertique devenu prison maritime, ces derniers y inscrivirent quinze ans durant le récit muet de l’ignominie.

4Comment écouter leur silence, comment redonner la parole à leur humanité bafouée ?

5Presque deux siècles et demi plus tard, c’est la pelle à la main que nous avons creusé le sable comme on creuse les mémoires et avons tenté de faire entendre leur voix.

6Jusqu’à l’installation d’une station météorologique en 1954, l’île ne fut qu’effleurée du regard par des marins de passage, gardant pour elle seule le tumulte effrayant des cyclones qui chaque année labourent l’océan et la submerge à moitié. Par deux fois pourtant des marins y abordèrent, non sans difficultés, pour un séjour de quelques heures. Ils nous en ont livré, pour la première fois, une vision ne portant pas l’empreinte de l’angoisse et de la désespérance.

7Désormais nommée Tromelin, du nom du commandant de la Dauphine, qui sauva les survivants de l’Utile, l’île connaît un nouveau drame, un autre naufrage qui en 1867 va la ramener à son destin sinistre de piège tendu aux navigateurs. Un navire battant pavillon anglais, l’Atieth Rahamon, vint à son tour se fracasser sur le récif. Il n’y eut pas de victime, mais les rescapés durent attendre deux mois l’arrivée des secours, endurant au passage la fureur d’une dépression tropicale. La description qu’en fit Samuel Hodges, son capitaine, anticipait la création d’une station météorologique dont la principale mission fut précisément la traque des cyclones.

8Mais avant que celle-ci ne soit érigée, un troisième sinistre allait couvrir le rivage de la côte sud des débris d’un grand trois-mâts inconnu. Une recherche obstinée de plusieurs années n’est pas parvenue à percer le mystère. Aucun nom, aucun témoignage ne s’y attache. Pourtant la mise au jour lors des fouilles archéologiques d’un petit bâtiment construit après le départ des naufragés de l’Utile et avant l’installation de la station météorologique, laisse pressentir un autre drame et le séjour probable de quelques naufragés dont le sort final reste une énigme.

9La station installée, l’île désormais habitée changea de statut ; un phare et une piste d’aviation aménagée écartèrent durablement le spectre des naufrages. Toutefois aucun des résidents qui vont s’y succéder ne sera permanent, chacun d’eux ne sera par conséquent dépositaire que d’une bribe de la mémoire du lieu.

10Comment reconstituer cette histoire éclatée ?

11A l’instar du phare dont les éclats trouent la nuit toutes les quatre secondes, l’histoire de l’île est ainsi faite d’une multitude d’éclairages successifs : ceux du séjour des techniciens et des aides météo, des ouvriers venus construire les bâtiments ou entretenir les équipements, ceux du passage des navires, des aéronefs, des visiteurs, ceux aussi des missions scientifiques qui s’y succèdent pour observer les oiseaux, les tortues, les insectes et la maigre végétation. Il va donc falloir renouer les fils de ces témoignages, de ces fragments de vie, pour leur redonner cohérence et tisser l’écheveau de la mémoire.

12L’histoire ainsi reconstruite est celle d’un îlot minuscule d’à peine un kilomètre carré, une poussière de corail perdue au milieu des flots. Et, à bien y réfléchir, l’idée s’impose qu’il s’agit là, en définitive, d’un minuscule grain de mémoire, comme une particule élémentaire de matière historique.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540