Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1DELPHINE SPICQ

2Résumé : Les cartes traditionnelles hydrologiques chinoises : le Huang Yun hekou gujin tushuo 黃運河口古今圖說 de Linqing 麟慶 (1791‑1846)

3Bien avant l’ère chrétienne, les Chinois ont, pour administrer leurs territoires, mis en place et développé des outils et des savoirs, parmi lesquels la cartographie. Ainsi les fonctionnaires chinois ont inclus dans les monographies des territoires dont ils avaient la charge, des cartes des zones urbaines et agricoles mais aussi des cours d’eau dans le but d’améliorer leur connaissance des lieux et l’efficacité de leur administration.

4Le Huang Yun hekou gujin tushuo a été écrit par Linqing, un haut fonctionnaire mandchou qui a été en charge de la section sud du grand canal de 1833 à 1843. Cet ouvrage présente dix cartes de l’intersection du grand canal et du fleuve Jaune entre 1522 et 1838. Outil administratif, cet ouvrage fournit par ailleurs de nombreuses informations sur les différents dispositifs hydrauliques ajoutés au niveau de l’intersection entre ces deux dates.

5Mots-clés : administration, cartes, Chine, conservation hydraulique, grand canal, fleuve Jaune.

6Abstract: Chinese Traditional Hydrologic Maps: Linqing’s 麟慶 (1791‑1846) HUANG YUN GUJIN TUSHUO

7Well before the Christian Era, Chinese people had created and developed tools and knowledge to manage their land. Cartography was one of them. Thus, officials in charge have included in their gazetteers maps of urban or farming areas as well as water courses in order to improve their knowledge of the place and their management of it.

8The Huang Yun hekou gujin tushuo was written by Linqing, a high Manchu official, in charge of the south section of the Grand Canal from 1833 to 1843. This book offers 10 maps of the intersection of the Yellow River and the Grand Canal between 1522 and 1838. Conceived primarily as an administrative tool, this small opus also gives detailed information about the many hydraulic implements successively added at the intersection between these two dates.

9Keywords: Grand Canal, China, Government, Maps, Water Conservancy, Yellow River.

10EMMANUEL POISSON

11Résumé : La confrontation textes-terrain dans la construction des savoirs par Lê Quý Đôn, lettré vietnamien du xviiie siècle

12À première vue, Lê Quy Ðôn pourrait apparaître comme un simple disciple de l’« École des vérifications et des preuves », courant apparu en Chine à la charnière des Ming et des Qing, qui dominera tout le xviiie siècle. Si l’impact de ce courant sur la réflexion du mandarin vietnamien ne saurait être minoré, il apparaît qu’il entretient un rapport complexe avec la réflexion menée en Chine. Son itinéraire intellectuel et géographique est en effet marqué par une tension entre deux pôles : Pékin et le terrain vietnamien. Dans la capitale chinoise, alors qu’il est en ambassade, sa culture lettrée lui vaut la reconnaissance de ses pairs coréens et chinois, elle conforte sa légitimité de lettré-fonctionnaire.

13Mais dans son rapport au Viêt-Nam, cette culture classique chinoise est mise à l’épreuve lorsque Lê Quy Ðôn entreprend un vaste programme de construction des savoirs en adéquation avec la réalité locale. Il attache une importance particulière aux usages, aux animaux et aux plantes locales. Sa singularité réside dans une aptitude – rare dans le Viêt-Nam du xviiie siècle – à transcender le milieu lettré en diversifiant ses sources d’information.

14Mots-clés : « École des vérifications et des preuves », savoirs pratiques, Chine, Viêt-Nam, lettrés.

15Abstract: Confronting text with local reality in building knowledge by Lê Quý Đôn, an 18th-century Vietnamese scholar

16At first glance, Lê Quy Ðôn could appear as a mere follower of the so-called search of evidence which appeared in China at the turn of the Ming and Qing dynasties and dominated the whole eighteenth century. If the impact of this school on Lê Quy Ðôn’s thought cannot be underestimated, the Vietnamese scholar maintained a complex relationship with the debates that took place in China. His intellectual and geographical itinerary is indeed marked by a tension between two poles: Beijing and Vietnam. During his assignment at the Vietnamese embassy in China his literary culture earned him the recognition of his Korean and Chinese peers and reinforced his legitimacy as a scholar-official. However, this classical culture was challenged in Vietnam when Lê Quy Ðôn launched an extensive program of construction of knowledge whose aim was to build a body of knowledge in line with local reality.

17Keywords: “Search for evidence”, Practical Knowledge, China, Vietnam, Scholar-Officials.

18CONSTANTIN CANAVAS

19Résumé : Al-Jazarī’s Compendium of Ingenious Devices : A model of representing and communicating technical knowledge in a medieval Islamicate context

20Le Livre sur la Connaissance des Appareils Merveilleux d’Al-Jazarī : un mode de représentation et de communication du savoir technique dans le contexte musulman médiéval.

21En 602 H./1206 après J.-C. al-Jazarī publia son Livre sur la Connaissance des Appareils Merveilleux à Diyarbakir en Anatolie. Le traité copieusement illustré décrit principalement des horloges et autres automates pneumatiques-hydrauliques-mécaniques. Dans sa préface l’auteur évoque comme motivation de publication le désir de son seigneur d’obtenir une documentation sur les appareils merveilleux mais fragiles qui pourrait survivre dans le temps. On peut arguer que le traité d’al-Jazarī’s balance entre une description pratique (comment faire fonctionner) et l’ambition de procurer un manuscrit regardé par le gouverneur Artuqid comme un objet prestigieux. Les riches illustrations des manuscrits allaient jouer un rôle très important dans la réception du traité.

22Mots-clés : Al-Jazarī, automates, horloges hydrauliques, illustrations, manuscrits arabes.

23Abstract: Al-Jazarī’s Compendium of Ingenious Devices: A model of representing and communicating technical knowledge in a medieval Islamicate context

24In 602 H./1206 C.E. al-Jazarī published in Diyarbakir, Southeast Anatolia, his Compendium of Ingenious Devices. The richly illustrated treatise describes mainly clocks and other pneumatic-hydraulic-mechanic automata. In his foreword the author mentions as motivation for the publication the desire of his sovereign to have a documentation of the marvellous but fragile devices that would survive in time. The study argues that al-Jazarī’s treatise balances between his practical description of how-to-make-it-work and the fulfilment of the ambition of the sponsor of the manuscript who presumably regarded the content and the illustrations as an object of prestige. The copious illustrations played an important role in the later reception of the technical treatise.

25Keywords: Al-Jazarī, Automata, Hydraulic Clocks, Illustrations, Arabic Manuscripts.

26MARIE-JOËLLE LOUISON-LASSABLIERE

27Résumé : La codification chorégraphique dans les manuels techniques de danse du xve au début du xviiie siècle

28Au xvie siècle, l’archivage du savoir chorégraphique prend appui sur la portée musicale qui sert à noter chaque pas par l’initiale de son nom. Ce système fonctionne comme un aide-mémoire individuel pour danseur averti. Dans son Orchésographie (1588), Arbeau note la description littéraire des pas, le croquis représentant le danseur et la tablature qui se lit à la verticale, avec une explication analytique des enchaînements et des conseils techniques ou scénographiques. Le xviie siècle invente un système graphique : sur une page blanche conçue comme un sol virtuel, Feuillet trace la danse. Dans son ouvrage Le Maître à danser (1725), Rameau parachève cette recherche en effectuant la synthèse des systèmes d’écriture chorégraphique. Ces diverses publications révèlent une évolution conceptuelle (on passe de l’orchésographie à la chorégraphie) et pédagogique : au xve siècle, on thésaurise le savoir ; à partir de la Renaissance, on le théorise. Mais aucun système n’atteindra l’universalité de la notation musicale. Pour finir, ces tentatives contribuent à l’avènement de la danse classique et à la définition du statut de chorégraphe.

29Mots-clés : chorégraphie, codification, danse, pas, tablature.

30Abstract: The Codification of Choreography in Technical Dance Handbooks from the 15th Century until the Beginning of the 18th Century

31In the 15th century, the archiving of choreographic knowledge took support on the musical stave which is used to note each dance step by the initial of its name. This system operated like an individual reminder for the experienced dancer. In his Orchésographie (1588), Arbeau noted the literary description of the steps, the sketch representing the dancer and the tablature which was read vertically, with an analytical explanation of the filers and technical or scenic advice. The 17th century saw the arrival of graphic system : on a white page designed like a virtual floor, Feuillet sketched the dance. In his work Le Maître à danser (1725), Rameau completed this research by making a synthesis of the choreographic written forms. These various publications reveal a conceptual evolution (from the orchesography to the choreography) and a pedagogic one : in the 15th century, people hoarded the knowledge ; from the Renaissance, they theorized it. But no system would attain the universality of musical notation. Finally, these attempts contributed to the advent of classical dance and to the definition of the choreographer’s status.

32Keywords: Choreography, Coding, Dance, Step, Tablature.

33MARINA NORDERA

34Résumé : Savoir danser, apprendre à écrire (xve–xvie siècle)

35Dans le processus de transcription d’une danse sur le papier, le sujet trace le signe – texte, code ou image qu’il soit – en visualisant le corps en mouvement dans le temps et dans l’espace à partir d’une position précise et en l’adressant à un lecteur qui danse, a dansé ou pourra danser cette même danse. La transmission de ce savoir pratique advient à travers l’expérience du corps et subit une réduction avant d’être tracée sur le papier. L’étude du choix du point de vue et de l’adresse du signe est l’objet de cet article qui prend en considération un corpus d’écrits techniques sur la danse produits en Europe entre la moitié du xve et la fin du xvie siècle. Ces documents témoignent de conceptions spécifiques du corps, de l’espace, du temps, du mouvement, du geste, de la perception, en somme des éléments constitutifs de l’activité et des techniques du corps qu’ils cherchent à normaliser et réduire à la page. Par l’analyse de ces éléments, il sera possible de formuler quelques hypothèses afin d’esquisser une épistémologie des procédés d’observation, description, codification et archivage de la danse en Europe à l’époque moderne.

36Mots-clés : danse, point de vue, techniques du corps, écritures du corps en mouvement, écrits techniques.

37Abstract: Knowing How to Dance, Learning How to Write (15th-16th cies.)

38In the process of dance transcription on paper, the subject traces the sign – text, code or image – visualizing the body moving in time and space from a precise location. He is conceiving the signs for a reader who is dancing, danced or may dance the same dance. The transmission of this practical knowledge passes through the experience of the body and need to be reduced in order to fit in paper. The study of the choice of perspective and address of the sign is the subject of this article that considers a corpus of technical dance texts produced in Europe from the mid-fifteenth to the late sixteenth century. These documents reflect specific conceptions of the body, space, time, movement, gesture and perception ; all of the components of the activity and the body techniques they seek to standardize and reduce to the page. By analysing these elements, some assumptions will be made in order to outline an epistemology of observation, description, codification and archiving processes of dance in in early modern Europe.

39Keywords: Dance, Point of View, Body Techniques, Writing the Moving Body, Technical Writings.

40MARIE GLON

41Résumé : Quand la danse intègre les « arts et métiers » : communautés et tensions autour du livre technique

42Le début du xviiie siècle voit la publication de nombreux livres techniques proposant une méthode de transcription de la danse sur le papier : la « Chorégraphie ». Leurs auteurs sont des maîtres de danse qui, par cette activité de publication, instaurent une communauté de métier, au niveau international ; le livre technique est alors un moyen de promotion sociale des professionnels, un moyen de diffusion d’une technique spécifique, mais aussi le support de dialogues à distance. Cependant cette insertion de l’art de la danse au sein du monde des techniques ne va pas sans tensions, à une époque où plusieurs compositeurs de ballets commencent à se réclamer d’un art libéral. L’histoire du succès puis de la condamnation d’un ensemble de livres techniques traduit ainsi un changement culturel profond – qui révèle aussi la spécificité d’une pensée technique propre au début du xviiie siècle, marqué par une grande porosité entre les activités pratiques et intellectuelles.

43Mots-clés : danse, notation du mouvement, professeurs de danse, édition, communication écrite.

44Abstract: When Dance Became Integrated in the «Arts and Crafts»: Communities and Tensions around Technical Books

45At the beginning of the 18th century, many technical books dedicated to a specific way of describing dance on paper known as “Chorégraphie” were published. Their authors were dancing masters who created an international trade culture through their publishing activity : for the dancing masters resorting to Chorégraphie, these technical books were a means of social promotion, of diffusion of a particular technique, and Chorégraphie also enabled them to communicate with their peers, creating a European network of [cultural and intellectual] exchange. However, the insertion of dance into the technical world also generated tensions in a period when several dance composers began to present dance as a liberal art. The story of the success, followed by the extinction of a series of technical books explored in this article reveals a major cultural shift– and sheds light on a form of technical thinking typical of the early 18th century, characterized by an original combination of abstraction and craftsmanship.

46Keywords: Dance, Movement Notation, Dancing Masters, Publishing, Written Communication.

47ALVARO SANTANA-ACUÑA

48Résumé : Des arts manuels à la profession savante : les livres techniques d’arpentage au xviiie siècle en France

49Cette contribution analyse la standardisation des instruments d’arpentage afin de comprendre comment l’art de l’arpentage passe d’un « art » local à une profession savante et nationale, celle de l’ingénieur géographe. Nous étudions sept des plus influents manuels d’arpentage publiés en France entre les années 1690 et 1760, ainsi que des documents peu connus du Bureau national du cadastre (1791-1802) et de l’École nationale des ingénieurs géographes (1794-1802). La documentation technique sur l’arpentage analysée montre que la définition d’un ensemble d’instruments standardisés (en particulier le graphomètre et la trigonométrie géodésique) participe de façon significative à la construction de l’identité d’une profession scientifique. Enfin, cette contribution explore les liens entre la diffusion de la littérature technique sur l’arpentage, la création d’organisations professionnelles et le déploiement d’une nouvelle forme institutionnelle, le premier cadastre national de la France à la fin du xviiie siècle.

50Mots-clés : arpentage, manuels, instruments, ingénieur géographe, cadastre.

51Abstract: From Manual Art to Scientific Profession: Technical Books on Land Surveying in Eighteenth-Century France

52This paper analyzes the standardization of land surveying instruments to offer a better understanding of the transformation of land surveying from a local manual art into a national scientific profession: the engineer-geographer. The paper studies seven of the most influential manuals of land surveying published between the 1690s and the 1760s in France as well as little known documents of the National Bureau of the Cadastre (1791-1802) and the National School of Engineer-Geographers (1794-1802). The technical literature on land surveying analyzed here provides a compelling historical example of how the identity of an emerging scientific profession can be built by means of defining a set of standardized instruments (especially the graphometer and geodetic trigonometry). Finally, the paper discusses some connections between the spread of technical literature on land surveying, the creation of professional organizations, and the undertaking of a new institutional form, the first national cadastre of France in the late eighteenth century.

53Keywords: Land-Surveying, Manuals, Instruments, Engineer-Geographer, Cadastre.

54YUMIKO OHYAMA

55Résumé : L’utilisation des manuels pour l’élevage des vers à soie dans le Japon des xviiie et xixe siècles

56Le développement de la sériciculture japonaise aux xviiie et xixe siècles se caractérisa par le rôle des marchands d’œufs de vers à soie, la circulation des spécialistes et la richesse des manuels illustrés. La restriction sur le commerce extérieur au xviie siècle entraîna une pénurie de soieries importées qui fut compensée par l’augmentation des écrits sur la culture de la soie pour en développer la production domestique.

57Beaucoup de manuels illustrés furent rédigés par des marchands (souvent éleveurs eux-mêmes) expliquant les matériaux, les outils et les gestes. Ils propageaient la méthode d’élevage des vers en se déplaçant dans les provinces et augmentaient ainsi leurs profits. Quelques ouvrages proposaient de nouvelles méthodes pour améliorer les conditions d’élevage : contrôle de la chaleur et de l’humidité, régime alimentaire, etc. Dans cet article, nous analysons l’influence de ces écrits sur l’expansion et l’évolution des techniques d’élevage du ver à soie.

58Mots-clés : sériciculture, manuels illustrés, marchands d’œufs de ver à soie, circulation des spécialistes.

59Abstract: The use of manuals for silkworm breeding in eighteen and nineteen century Japan

60The development of Japanese sericulture in the eighteenth and nineteenth centuries was characterized by activity of silkworm eggs merchants, free movement of experts and the richness of illustrated manuals. The restraints on foreign trade in the seventeenth century led to a lack of imported silk products, which was offset by an increase of writings on the culture of silkworm to boost domestic production.

61Many illustrated handbooks were written by merchants (often farmers themselves) to explain materials, tools and gestures. They travelled across the countryside to spread new sericulture methods and thereby increasing their profits. Some books suggested new methods to improve raising conditions: control of heat and humidity, diet and so on. In this article, we analyse the influence of these writings on the expansion and evolution of rearing techniques of silkworms.

62Keywords: Sericulture, Illustrated Manuals, Silkworm Egg Merchants, Movement of Experts.

63JEAN-MICHEL MATHONIÈRE

64Résumé : Vignole et les compagnons du Tour de France

65La Règle pour les cinq ordres d’architecture de Jacopo Barozzi da Vignola (1507-1573) a connu un exceptionnel destin éditorial : réédité plusieurs centaines de fois depuis sa parution en 1562, ce livre est devenu un recueil de modèles aussi bien pour les architectes que pour les artisans. Parmi ces derniers, les compagnons « du tour de France » ont joué un rôle important dans sa diffusion, notamment les tailleurs de pierre et les menuisiers. Tenu en grande estime, le personnage de Vignole a fini par former, vers la fin du xviiie siècle, le substrat de la figure légendaire de Maître Jacques, habile tailleur de pierre de l’Antiquité et fondateur d’une des branches de la tradition compagnonnique.

66Mots-clés : Vignole, ordres d’architecture, compagnonnage, tailleurs de pierre, Maître Jacques.

67Abstract : Vignola and the journeymen of the « Tour de France »

68The Règle pour les cinq ordres d’architecture written by Giacomo Barozzi da Vignola (1507-1573) had an exceptional editorial destiny : reprinted hundreds of times since its publication in 1562, this book has become a collection of models for architects and craftsmen. Among these, the journeymen of the « Tour de France » have played an important role in its dissemination, including stonecutters, masons and carpenters. Held in high esteem, the character of Vignola eventually formed towards the end of the eighteenth century, the substrate of the legendary figure of Master Jacques, a skilled stonemason from Antiquity and the founder of a branch of the journeymen traditional association.

69Keywords: Barozzi da Vignola, Orders of Architecture, Companions, Stonemasons, Master Jacques.

70SIMON ANDRE THODE

71La géographie comme guide pratique : le Pittsburgh Navigator de Zadok Cramer et l’utilisation de cartes et de textes au début de la colonisation de l’ouest américain le long de la rivière Ohio, 1800-1813

72Cet article examine l’œuvre de Zadok Cramer qui dirigea une maison d’édition à Pittsburgh au début du dix-neuvième siècle. Sa maison était connue pour ses livres sur la navigation des fleuves, ses almanachs, et ses récits de voyage des premières explorations de l’ouest des États-Unis. Il s’agit ici de présenter les publications les plus importantes de Cramer et de retracer les effets qu’eurent ces publications sur la diffusion du savoir concernant les territoires occidentaux auprès des premiers colons occidentaux. Cramer utilisa la publication comme outil pour traduire le savoir scientifique en forme plus utile et compréhensible à un public plus large et varié. Le but de ses publications n’était pas d’être précis et technique, mais plutôt de créer un modèle simplifié d’un territoire, qui pouvait aider les colons à traverser les environnements inconnus et à intégrer ces régions à l’imaginaire d’un espace national.

73Mots-clés : histoire du livre des xviiie et xixe siècles aux États-Unis, navigation des fleuves, guides de voyage, science de l’observation, histoire des colonies.

74Abstract: Geography as a How-to Guide: Zadok Cramer’s Pittsburgh Navigator and the Uses of Maps and Texts in Early American Western Settlement along the Ohio River, 1800-1813

75The paper examines the works of Zadok Cramer, a Pittsburgh publisher of the early nineteenth century who became known for the production of river navigators, almanacs, and travel accounts of the early western United States. The paper gives an account of key works, and traces the effects that they had on the dissemination of knowledge about western lands to early western settlers. Through publication, the paper argues Cramer was able to translate more technical knowledge collected by individual expert observers into material useful to a broad public. The aim of these works was not to be precise, but instead to create a more simplified model of a region, which could assist settlers in moving through unfamiliar environments, and to integrate these environments into a national space.

76Keywords: Early United States Printing, River Navigators, Travel Guides, Observational Science, Colonial Settlement.

77FRANÇOISE RICHER-ROSSI

78Résumé : Traités grammaticaux et guides de prononciation. De l’intention didactique aux préoccupations idéologiques des traducteurs espagnols dans la Venise du xvie siècle

79À Venise dans la deuxième moitié du xvie siècle, au moment où l’Espagne exerce son hégémonie politique et militaire en Italie, des guides de prononciation et des précis grammaticaux accompagnent certaines traductions de l’italien vers l’espagnol ainsi que des originaux espagnols. Ces ouvrages dans lesquels s’imbriquent et se croisent les langues italienne et espagnole, projettent une lumière significative sur les relations Espagne-Italie au milieu du xvie siècle. Nous allons nous pencher sur les guides de prononciation et les précis grammaticaux qui accompagnent des traductions de l’italien vers l’espagnol et des originaux espagnols (Alonso de Ulloa) ainsi que sur les ouvrages de Juan Miranda et de Cristóbal de Las Casas, respectivement auteur d’une grammaire de la langue espagnole en italien, et d’un dictionnaire bilingue. Nous allons moins nous intéresser à la méthode qu’aux intentions qui président à l’élaboration de ces manuels, et à leurs systèmes de représentations.

80Mots-clés : Espagne, Venise, xvie siècle, précis grammaticaux, guides de prononciation.

81Abstract: Grammar Appendices and Pronunciation Guides: from the Didactic Intention to the Ideological Preoccupations of Spanish Writers in 16th Century-Venice

82During the second half of the 16th century in Venice, when Spain exercised both political and military hegemony over Italy, pronunciation guides and grammar appendices accompany some Italian to Spanish translations as well as Spanish originals. These books, in which Italian and Spanish languages intermingle, cast a significant light on relationships between Spain and Italy at the middle of the 16th century. We shall look into pronunciation guides and grammar appendices which accompany Italian to Spanish translations and Spanish originals (Alonso de Ulloa), as well as into books by Juan Miranda, author of a Spanish grammar in Italian, and Cristobal de Las Casas, who wrote a bilingual dictionary. We shall focus on the method used and on the intentions that result in the elaboration of the books, and in their systems of representations.

83Keywords: Spain, Venice, 16th Century, Grammar Appendices, Pronunciation Guides.

84MARIE-LOUISE PELUS-KAPLAN

85Résumé : Le livre et la langue comme clés de contact. Deux manuels d’apprentissage des langues slaves dans les villes hanséatiques (fin xvie siècle-début du xviie siècle) : entre livres techniques et codes de civilité

86Les manuels d’apprentissage des langues vivantes constituent un genre à part parmi les livres techniques de l’Europe moderne : ils enseignent moins une technique qu’une pratique, et ont pour objectif de permettre le contact et les échanges de tous ordres entre étrangers issus de mondes différents. Le contact linguistique entre Allemands et Slaves est connu grâce, notamment, à deux manuels du début du xviie siècle. Celui de Nicolaus Volckmar, publié en 1612 à Dantzig où les contacts entre Allemands et Polonais étaient quotidiens, est très proche des manuels de conversation publiés alors dans toute l’Europe, fortement inspirés par les modèles mis au point par les humanistes (Vivès, Camerarius). Le manuel recopié à la main en 1607 par le jeune marchand lubeckois Tönnies Fonne, qui se trouve à Pskov pour son commerce, est adapté à la condition des jeunes Allemands célibataires en voyages d’affaires en Russie. Confrontés à des gens dont ils doivent se méfier tout en sachant qu’il faut gagner leur confiance, ils atteignent leurs objectifs en alliant le sens de l’humour à une connaissance précise, phonétique surtout, du langage parlé et des tournures idiomatiques.

87Mots-clés : langues vivantes, manuels de conversation, allemand (langue), polonais (langue), russe (langue).

88Abstract: Book and Language as Ignition Keys. Two Slavic Language Teaching Phrasebooks from Hanseatic Towns (end of the 16th-beginning of the 17th Century): Between Technical Books and Codes of Politeness

89The foreign language teaching phrasebooks constitute a genre by itself among the technical books of modern Europe: they teach less a technique than a practice, and aim at allowing contact and exchanges of all kinds between foreigners coming from different worlds. The linguistic contact between Germans and Slavs is in particular known thanks to two phrasebooks of the early 17th century. That of Nicolaus Volckmar, published in 1612 in Danzig where Germans and Poles were in contact every day, is very close to the phrasebooks published at the time all over Europe, strongly inspired by the models developed by the humanists (Vivès, Camerarius).

90The phrasebook hand-copied in 1607 by the young Lubeck merchant Tönnies Fonne, while he was in Pskov for his trade, is adapted to the specificities of young unmarried Germans in business trips to Russia. Confronted with people they must watch out while trying to gain their confidence, they managed to reach their purposes by allying the sense of humor to a precise, first of all phonetic, knowledge of the spoken language and of the idiomatic forms.

91Keywords: Foreign Languages, Phrasebooks, German (Language), Polish (Language), Russian (Language).

92GENEVIÈVE DEBLOCK

93Résumé : Le Bâtiment des recettes, un ouvrage technique français de la Bibliothèque bleue

94L’étude d’un ouvrage technique appartenant à la littérature de colportage permet de réfléchir aux relations entre l’organisation du marché du livre et les modes d’appropriation de celui-ci par son public. Le Bâtiment des recettes est un habile dosage de recettes médicales et domestiques, de recettes artisanales et de tours de charlatan, un ouvrage dont le but initial est la transmission d’un savoir empirique, qui fait cependant de ses lecteurs des expérimentateurs. C’est donc un simple livre pratique joignant l’utile et l’agréable, édité dans l’intention d’élargir le marché du livre. On peut cependant considérer qu’un tel ouvrage a sa place dans l’évolution générale des mentalités. En effet, son public se transforme et dépasse rapidement le seul public lettré ou savant pour s’approprier la pratique de la lecture d’un texte technique et celle de ses corollaires que sont l’observation, la réflexion et le scepticisme. Au-delà d’une fonction économique, le Bâtiment des recettes acquiert alors une fonction culturelle et une dimension sociale.

95Mots-clés : histoire du livre, littérature technique, littérature de colportage, médecine pratique, magie, divertissement.

96Abstract: The Bâtiment des recettes, a technological French book from the “Bibliothèque bleue”

97The study of a technical work belonging to literature about chapbook enables us to consider the links between the organization of the book market and the ways its public appropriate it. The Bâtiment des recettes is a clever balance of medical, domestic and craft recipes and quack’s tricks, a work whose initial aim is to convey empirical knowledge, which however leads its readers to experiment themselves. It is therefore a simple practical book combining business with pleasure, edited with the intention of widening the book market. However, it can be considered that such a work has its place in the general evolution of mentalities. Its public actually changes and rapidly reaches beyond the sole well read or learned public in order to appropriate the practice of the reading of a technical text and its corollaries which are observation, reflection and skepticism. Beyond an economical function, the Bâtiment des recettes then acquires a cultural function and a social dimension.

98Keywords: Books History, Technical Literature, Chapbooks, Practical Medicine, Magic, Entertainment.

99CATHERINE SABLONNIÈRE

100Résumé : La transmission des savoirs et des techniques modernes en agriculture en Espagne au xixe siècle : des traités savants aux cartillas et aux almanachs

101De la fin du règne de Ferdinand VII à la veille de la révolution de 1868 en Espagne, un important corpus d’ouvrages traitant de l’agriculture et ses techniques est publié dans la péninsule, notamment des cartillas, petits manuels en vers, propageant une « bonne » méthode sous une forme prisée des contemporains friands d’aphorismes, d’adages et autres formes versifiées d’une certaine poésie populaire, parfois illustrés. Cette étude prétend mettre en lumière les réseaux d’édition et les rapports entre une littérature agricole savante et des écrits populaires afin de déterminer les modalités de circulation de certains savoirs et tenter de mesurer l’impact que put avoir l’imprimé comme vecteur de modernité dans le monde agricole espagnol de l’époque isabéline, alors en pleine restructuration et au cœur d’un enjeu social et culturel de première importance.

102Mots-clés : Espagne, xixe siècle, manuels d’agriculture, savoir populaire, culture écrite.

103Abstract: Transmission of modern agricultural knowledge and technology in 19th-century Spain: from Scientific Treatises to Cartillas and Almanachs.

104In Spain during: the 19th century, many books, cartillas and manuals upon agriculture were published. This study aims at highlight how they reflect aspects of popular culture and how technical knowledge was transmitted. Studying the link between publishers, the circulation of books, the relevance of translations, the references to authorities, we try to set out how printed culture could operate as a vector of modernity in Spanish agriculture.

105Keywords: Spain, 19th Century, Agricultural Manuals, Popular Knowledge, Written Culture.

106SACHA TOMIC

107Résumé : Transmettre le savoir-faire : le défi des manuels d’analyse chimique au xixe siècle

108Cet article présente un genre littéraire peu connu en histoire des sciences et qui s’épanouit au cours du xixe siècle : le manuel d’analyse chimique. Ce type d’ouvrage situé à l’interface entre livre technique et livre savant a pour ambition de transmettre le savoir et le savoir-faire en analyse chimique. Cette activité fondamentale des chimistes et des experts repose sur des pratiques artisanales et scientifiques spécifiques aux différentes techniques analytiques. Cette étude examine les modalités de transmission de l’analyse chimique à travers la création des « écoles pratiques » dans différentes institutions. Elle propose ensuite une typologie des manuels d’analyse chimique, leur champ d’application et le profil des auteurs. Enfin, cette étude aborde les différentes stratégies narratives adoptées par les auteurs et les éditeurs pour relever le défi de transmission du savoir-faire à l’écrit.

109Mots-clés : analyse chimique, savoir-faire, écoles pratiques, expertise, représentations visuelles.

110Abstract: Passing down Knowledge: the Challenge of Chemical Analysis Textbooks in the 19th Century

111This paper presents textbooks of chemical analysis, a little known literary genre in history of science, which blossomed during the 19th century. This literature situated at the interface between technical and learned books had for ambition to transmit chemical analysis’ skills.

112This fundamental chemists’ and experts’ activity relies upon specific crafts and scientific practices required by various analytical techniques. This study examines chemical analysis’ modalities of transmission in different institutions through the creation of “practical schools”.

113It then proposes a typology of chemical analysis’ textbooks, their scope and authors’ profile. Finally, this paper approaches the various narrative strategies adopted by authors and publishers to meet the challenge of the written transmission of skills.

114Keywords: Chemical Analysis, Skills, Practical Schools, Expertise, Visual Representations.

115LINNÉA ROLLENHAGEN TILLY

116Résumé : Le premier livre sur les techniques de construction en suédois : compilation ou création ?

117Paru en 1752, Inledning till Mecaniken och Byggningskonsten jämte en beskrifning öfwer åtskillige af framledne coimmercie-rådet och commendeuren af kongl. Nordstierne-Orden Hr. Polhem opfundne machiner par Carl Henric König (1726-1804) constitue le premier ouvrage publié en suédois sur l’art de la construction et de la mécanique. La rédaction de cet ouvrage eut lieu sous la supervision d’Augustin Ehrensvärd (ingénieur en charge de fortifications) et probablement en collaboration avec Johan E. Carlberg (architecte de la ville de Stockholm). Commencé en 1744 l’idée initiale était de réaliser un inventaire des inventions de Christopher Polhem (1661-1751), mais dans sa version finale l’introduction prit la forme d’un manuel sur l’art de la construction. En effet, il semble que ce livre fut composé pour servir de support dans l’enseignement à l’école d’architecture de la ville de Stockholm où König enseigna à partir de 1745. En 1773 l’auteur obtint le titre d’architecte de la ville de Stockholm et l’année suivante il fut nommé professeur d’architecture à l’Académie royale des Beaux-Arts de Suède et fut le premier à y dispenser un cours sur ce sujet. La Bibliothèque royale conserve des manuscrits relatifs à cet enseignement. L’ouvrage est une compilation d’informations provenant d’ouvrages européens (tels Johann G. Angermann, l’abbé Laugier, Jacques François Blondel et Johann B. Izzo) ainsi qu’un résumé de l’art de la mécanique, tel qu’il fut appréhendé par Polhem et ses disciples.

118Mots clés : construction, instruction, compilation, savoirs techniques, Suède, xviiie siècle.

119Abstract: The first book on building technology in Swedish: compilation or creation?

120Published in 1752, Inledning till Mecaniken och Byggningskonsten jämte en beskrifning öfwer åtskillige af framledne coimmercie-rådet och commendeuren af kongl. Nordstierne-Orden Hr. Polhem opfundne machiner by Carl Henric König (1726-1804), constitutes the first book in Swedish on building and mechanics. Augustin Ehrenswärd (an engineer at the fortification) oversaw the writing of the book, and the author most probably also did collaborate with the city architect of Stockholm Johan E. Carlberg. Starting in 1744, the initial idea seems to have been to inventory the inventions by Christopher Polhem (1661-1751), but in its final version it turned out as a handbook on the arts of building. Actually, the book seems to have been conceived as a support for the school of architecture of Stockholm where König taught since 1745. In 1773, the author became himself city architect of Stockholm and the forthcoming year he was named Professor of architecture at the Swedish Royal Academy of Fine Arts and became the first lecturer on this subject. The Royal Library also holds manuscripts that were used to his teaching. The published book summarizes information from European literature on the subject (such as Johann G. Angermann, the abbé Laugier, Jacques François Blondel and Johann B. Izzo) as well as a summary of the art of mechanics by the Polhem and his students of the art of Mechanics.

121Keywords: Construction, Instruction, Compilation, Technical Knowledge, Sweden, 18th Century.

122MICHELA BARBOT & ROBERT CARVAIS

123Résumé : Les livres sur le toisé et l’estimation en France et en Italie (xvie-xixe siècles) : circulations, continuités, ruptures

124Dans ce texte, nous voudrions développer une analyse comparée des manuels et des traités publiés en matière de toisés et d’estimation des immeubles urbains entre les xvie et xixe siècles en France et en Italie. Le choix de ces deux pays, caractérisés par une histoire urbaine et institutionnelle très différente, est lié surtout à l’existence de plusieurs formes de circulations, d’analogies et de différences repérables dans les savoirs pratiques et théoriques mobilisés à l’intérieur de cette littérature. Il s’agira ici de mettre en lumière ces aspects à partir de l’analyse d’un corpus de textes écrits sur ces sujets par des juristes, des mathématiciens, des architectes dans une durée très longue. Dans le sillage d’une piste ouverte par Maurice Halbwachs dans sa thèse de droit sur Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1909), l’analyse de cette littérature devra permettre de mieux préciser le rôle des différents experts de la ville dans la fabrication et l’évolution des conventions régissant la formation de la valeur immobilière.

125Mots-clés : toisés, estimations, immobilier urbain, France-Italie, manuels.

126Abstract: Books on measuring and estimates in France and in Italy (16th-19th c.): circulations, continuities, disruptions

127This paper analyzes a series of texts on measuring (toisés) and estimates of urban buildings written by a wide range of authors (lawyers, mathematicians, architects, surveyors and contractors) in France and Italy between the sixteenth and the nineteenth century. The choice of these two countries – despite their very different urban and institutional history – is due to the existence of several forms of circulations, analogies and differences in both practical and theoretical knowledge used within this literature. The comparative analysis of these books – most known as treaties or lessons, and very close to handbooks seen their pocket size – shows different structural differences as well as several formal similarities, such as a progressive disappearance of the written text and an increasing use of images and mathematical formulas. In the wake of Maurice Halbwachs’ PhD thesis, this paper will try to clarify the role of the various urban experts in the history of the calculation of real-estate value.

128Keywords: Measuring Texts, Estimates, Urban Real Estate, France-Italy, Handbooks.

129KONSTANTINOS CHATZIS

130Résumé : Le polytechnicien Jean-Baptiste Bélanger et son traité de mécanique théorique pour ingénieurs (1864-1866)

131Entre 1838 et 1864, le polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées Jean-Baptiste Bélanger (1790-1874) enseigne la mécanique théorique et appliquée dans trois établissements parmi les plus prestigieux de l’époque : l’École centrale des arts et manufactures, l’École des ponts et chaussées et l’École polytechnique. Fort de cette expérience professorale, Bélanger va livrer vers la fin de sa vie aux ingénieurs de l’époque et à la postérité son traité de mécanique, paru en 1864-1866 en trois volumes, à coup sûr l’un des premiers traités modernes de mécanique théorique pour ingénieurs. Après avoir brossé un portrait rapide de l’auteur, nous évoquerons brièvement l’état de la mécanique pour ingénieurs et de son enseignement au moment où Bélanger se lance dans une carrière de professeur, avant de conclure notre contribution sur une présentation des trois volumes qui composent son traité de mécanique.

132Mots-clés : Jean-Baptiste Bélanger, mécanique, enseignement, traité, xixe siècle.

133Abstract: The Polytechnicien Jean-Baptiste Bélanger, and his Treatise on Theoretical Mechanics for Engineers, 1864-66

134From 1838 to 1864, Jean-Baptiste Bélanger (1790-1874), a graduate of École polytechnique and a member of the ponts et chaussées Corps, taught theoretical and applied mechanics at three leading French engineering schools of the time, i.e., École centrale des arts et manufactures, École des ponts et chaussées, and École polytechnique. A seasoned teacher, Bélanger was able to craft a highly praised treatise on general mechanics (1864-66) that was comprised of three volumes. Based on a rich body of published and archival evidence, this chapter traces the history of Bélanger’s courses, from the initial conception to their widespread diffusion, through the many documents his various lectures gave birth to. It focuses on the three-volume treatise authored by Bélanger in the 1860s, which can be considered one of the first modern textbooks of theoretical mechanics for engineers in France.

135Keywords: Jean-Baptiste Bélanger, Mechanics, Treatise, France, 19th Century.

136AUDREY MILLET

137Résumé : Transmettre le dessin de fabrique. Matérialité et immatérialité du livre technique en manufacture (xviiie-xixe siècles)

138Cet article analyse la notion de livre en manufacture durant la première industrialisation alors que les ouvrages consacrés au dessin de fabrique sont rares. Le livre n’est donc pas le seul médiateur de l’apprentissage des gestes. Nous considérons les dessins, la mobilité des savoirs et l’outillage mental des dessinateurs en manufacture afin de saisir ce qu’est un livre technique et de comprendre le langage œcuménique du dessin.

139Mots-clés : dessin de fabrique, dessinateur, geste, savoir-faire, langage global.

140Abstract: Transmitting technical illustrations. Materiality and immateriality of technical books in manufactures (18th-20th c.)

141This article analyses the concept of books in workshop production during the first period of industrialization, when works dedicated to technical illustrations were rare. Books thus are not the only mediator in teaching specific skills. We consider technical drawings, the mobility of knowledge, and the mental equipment of the draughtsman in workshop practice in order to define what is a technical book and to understand the universal language of drawing.

142Keywords: Technical Illustration, Draughtsman, Task, Know-How, Universal Language.

143JÉRÔME BAUDRY

144Résumé : Publier les brevets d’invention : la Description des machines et procédés (France, 1791-1844)

145En 1791 en France, les brevets d’invention remplacent les privilèges de l’Ancien Régime. En échange de la protection et de la propriété temporaire accordées par la société, l’inventeur se doit de rendre son invention publique. Ainsi, en concevant le brevet comme un contrat entre l’inventeur et la société, les révolutionnaires initient un projet de publication qui n’aboutira qu’en 1811, avec le premier tome de la Description des machines et procédés. Ce chapitre propose d’étudier l’itinéraire de cette publication entre 1791 et 1844, et montre qu’au projet originel de publicisation des brevets (un projet politique, la propriété devant revenir à la société), s’est substitué un véritable projet technologique, qui restera cependant en partie inachevé.

146Mots-clés : propriété intellectuelle, brevets d’invention, histoire des techniques, xixe siècle, Conservatoire des arts et métiers.

147Abstract: Publishing Patents: the Description des machines et des procédés (France, 1791-1844)

148In 1791, France adopted a new legislation, which replaced the privileges of the Ancien Regime by patents. In exchange for the protection and limited property conferred by society, inventors agreed to disclose their inventions and make them public. By crafting patents as contracts between inventors and society, the French revolutionaries launched a publication project which became real only in 1811, with the first volume of the Description des machines et procédés. This article studies the story of this publication between 1791 and 1844, and shows how the original project of publishing patents (a political project whose purpose was to return property to society) was transformed into a true technological project, which however remained sketchy.

149Keywords: Intellectual Property, Patents, History of Technolog y, 19th Century, Conservatoire des arts et métiers.

150HÉLÈNE CAVALIÉ

151Résumé : Un manuel d’ornements et son influence : les Éléments d’orfèvrerie de Pierre Germain (1748-1900)

152En 1748, Pierre Germain dit le Romain (1703-1783), maître chez l’orfèvre du roi Jacques Roëttiers, publie le plus copieux recueil pédagogique réalisé alors pour son art. Réimprimé plusieurs fois, repris notamment dans l’Encyclopédie, l’ouvrage est collectionné dans la profession et chez les amateurs. Il est copié dès sa publication par les orfèvres provinciaux mais aussi dans les cours européennes étrangère s’inspirant de la mode parisienne (Londres, Turin), puis encore par vagues successives jusqu’au début du xxe siècle (notamment par les maisons parisiennes Odiot, Aucoc et Cardeilhac). L’article étudie sa genèse, ses sources d’inspiration, ses possesseurs et son influence durant cent cinquante ans.

153Mots-clés : xviiie siècle, arts décoratifs, orfèvrerie, style Louis XV, estampes.

154Abstract: a book of ornaments and its influence: the Éléments d’orfèvrerie by Pierre Germain (1748-1900)

155In 1748, Pierre Germain known as the Roman, a Parisian silversmith (1703-1783), master at the King’s silversmith Jacques Roëttiers (1733-1736) published the largest book of models of the time, the Éléments d’orfèvrerie. Many times reprinted, notably in the Encyclopédie, this book was collected by other silversmiths and amateurs. It has been copied, as soon as it was published, by silversmiths around the country and for the courts of Europe keen of the Parisian fashion, and reprinted repeatedly until the beginning of the 20th century. This article concentrates on the ways this book was realised, on the works that inspired it, on the collectors who acquired it and on the influence it held for about 150 years.

156Keywords: 18th Century, Decorative Arts, Silverware, Louis The 15th Style, Prints.

157ELISE LEHOUX

158Résumé : Les planches des publications archéologiques : des enjeux pour une science en formation (première moitié du xixe siècle)

159À l’orée du xixe siècle, l’étude des monuments antiques, l’archéologie, se déroule essentiellement dans les cabinets privés, les bibliothèques et les musées. Pour établir de nouvelles conjectures, le savant dépend très étroitement de la bibliographie précédemment établie ou des envois de ses correspondants, dessins ou gravures, pour l’interprétation de nouvelles images, l’identification des personnages représentés ou la comparaison des scènes entre elles.

160La place que tiennent ces images, indispensables outils de travail, dans les recueils établis est donc très importante pour le développement de la discipline. À travers quelques exemples de publications archéologiques illustrées de la première moitié du xixe siècle, cet article vise à interroger les discours tenus sur les techniques de reproduction des images qui composent ces recueils afin d’évaluer dans quelle mesure l’autonomisation de ces images archéologiques dans ces recueils participe de l’affirmation de l’archéologie.

161Mots-clés : archéologie, recueil, techniques de reproduction, science, xixe siècle.

162Abstract: Plates of archeological publications: questions about the promotion of archaeology as a scientific discipline (first half of the 19th century)

163At the dawn of the 19th century the study of antique monuments, i. e. archaeology, is mostly conducted in private offices, libraries and museums. In order to build up new theories, scientists highly rely on previously acknowledged references or on illustrated correspondence with their peers. These sketches are then used to interpret new images, identify characters or compare scenes with each other.

164Therefore, illustrations in reference books are an essential tool and they play a crucial role in the development of the scientific field. In this article I will study a few examples of illustrated archaeological publications from the first half of the 19th century and especially the debates concerning the different techniques and ways images are used in those reference books. The research aims at questioning to what extent the empowerment of archaeological illustrations can be considered as playing a part in the promotion of archaeology as a scientific discipline.

165Keywords: Archaeology, Compendium, Techniques of Reproduction, Science, 19th Century.

166ESTELLE THIBAULT

167Résumé : Figures abstraites et interprétations techniques. Les Études architectoniques et graphiques (1899-1901) de Jules Bourgoin

168Le cas des Études architectoniques et graphiques (1899-1901) de Jules Bourgoin permet d’interroger les hybridations entre les genres du recueil d’ornement, du manuel de dessin et du livre technique. L’auteur imagine une pédagogie spécifiquement adaptée au monde des arts d’industrie. Elle se base sur une syntaxe élémentaire de la forme, destinée à transcrire les motifs décoratifs les plus complexes par des notations abrégées. Il s’agit d’exercer l’élève à passer des diagrammes abstraits aux applications concrètes dans un domaine technique, tout en motivant son esprit combinatoire. La réflexion sur les « figures textiles » est particulièrement démonstrative. Les notes préparatoires à l’ouvrage résultent d’une enquête dans une vaste littérature liée au domaine, recueils, traités, encyclopédies, ouvrages didactiques… L’intérêt pour de riches traditions ornementales, ancrées dans des cultures techniques et esthétiques, se double d’un intérêt pour les procédés mathématiques susceptibles d’en appuyer les figurations schématiques.

169Mots-clés : ornement, art textile, pédagogie, transcription graphique, géométrie.

170Abstract: Abstract Designs and Technical Interpretations. Jules Bourgoin’s Études architectoniques et graphiques (1899-1901)

171The case of Jules Bourgoin’s Études architectoniques et graphiques (1899–1901) enables an examination of the crossovers between three genres : the ornamental miscellany, the drawing manual and the technical handbook. Bourgoin’s aim was a pedagogy specifically adapted to the arts of industry, based on an elementary formal syntax and using an abbreviated notation to transcribe even the most complex decorative motifs. The point was to train pupils to make the transition from abstract diagrams to concrete applications in a given technical field, while at the same time stimulating their combinatorial capacity. The section on “textile designs” is especially cogent. The book’s preliminary notes are the out-come of a wide-ranging consideration of a literature including miscellanies, treatises, encyclopaedias and educational works. In addition to an interest in rich ornamental traditions with technical and artistic roots, the book also explores mathematical procedures potentially supportive of their schematic representation.

172Keywords: Ornament, Textile Art, Pedagogy, Graphic Transcription, Geometry.

173BRICE COSSART

174Résumé : Traités d’artillerie et écoles d’artilleurs : interactions entre pratiques d’enseignement et livres techniques à l’époque de Philippe II d’Espagne

175Cet article a pour but d’interroger le lien entre pratiques d’enseignement et livres imprimés à partir du cas des artilleurs au service du roi Philippe II d’Espagne. D’une part, la mise en place, dans les dernières décennies du xvie siècle, d’écoles visant à former des marins, des artisans et des soldats au maniement des pièces d’artillerie stimula la production de traités sur ce sujet en leur offrant un vaste marché. D’autre part, cette institutionnalisation à grande échelle de l’enseignement de l’artillerie, qui relevait d’un intérêt stratégique pour la monarchie catholique, nécessita un effort considérable de formalisation des savoirs que l’imprimerie rendit possible. En appliquant diverses traditions mathématiques aux problématiques de l’artilleur, ces traités contribuèrent à la construction de normes qui, par la pratique de l’examen des connaissances, contrôlaient l’entrée dans la profession d’artilleur. Plus généralement, cet article invite à réévaluer, dès le xvie siècle, les interactions entre publications scientifiques et formations des techniciens.

176Mots-clés : enseignement, livres, examen d’artilleurs, monarchie catholique, xvie siècle.

177Abstract: Artllery treatises and schools of artillery: interactions betwenn teaching practices and technical books at the time of Philip II of Spain

178By focusing on the gunners serving King Philip II of Spain, this paper aims to question the relationship between printed books and practices of teaching. On the one hand, the production of artillery treatises was stimulated in the last decades of the 16th century by the creation of schools of gunners whose purpose was to train seamen, craftsmen and soldiers in the handling of heavy guns. On the other hand, the strategical issue for the the Spanish Monarchy of institionalizing the teaching of gunnery at a large scale was only made possible by a considerable effort to formalize knowledge and diffuse it through the printing press. By applying various mathematical traditions to the gunner’s activities, these treatises significantly contributed to the construction of norms which controled the access to the profession through the practice of the examination of knowledge. More generally, this article invites us to reassess the interactions between scientific publications and the training of technicians in the 16th century.

179Keywords: Teaching, Books, Examination of Gunners, Spanish Monarchy, 16th Century.

180FOTINI ASSIMAKOPOULOU, KONSTANTINOS CHATZIS, GEORGIA MAVROGONATOU

181Résumé : Formation d’ingénieurs et livre technique en Grèce, des années 1880 à la Première guerre mondiale : le cas de l’École polytechnique d’Athènes

182En acquérant son indépendance en 1832, la Grèce se lance dans une politique de modernisation nécessitant des connaissances, des savoir-faire et des techniques qui dépassent de loin les ressources autochtones. Très vite, des établissements de formation technique « à l’occidentale » verront le jour. Fondée en 1837 comme modeste école d’arts industriels destinée à former des ouvriers qualifiés et des contremaîtres dans le bâtiment, L’École polytechnique d’Athènes devient dans les années 1880 une institution académique de niveau supérieur. Cette transformation de l’établissement athénien s’accompagne, entre autres, d’une production textuelle sans précédent dans l’histoire de l’institution. C’est sur cette production élaborée par les enseignants de l’École polytechnique d’Athènes pendant la période qui va des années 1880 à la Première guerre mondiale que porte cette contribution.

183Mots-clés : École polytechnique d’Athènes, corps professoral, enseignement, traité, 1880-1914.

184Abstract: Engineering education and technical books in Greece, 1880-1914: the example of the National Technical University of Athens

185Hardly had it gained its national independence in 1832 when Greece launched into a modernization project, which required forms of knowledge, know-how, and techniques, that domestic traditions and indigenous resources were not able to deliver. To fill in this gap, new kinds of institutions, already present in the industrialized nations of the day, came into being in Greece in the 1830s. Founded in 1837, the (future) National Technical University of Athens (NTUA) started its career as a modest industrial school aimed at training skilled construction workers and foremen for the building sector; however, fifty years later, it was part of the higher education system of the country. This transformation of NTUA into a university-like institution generated an unprecedented flow of textual materials, which constitute the subject matter of this contribution focusing on the period 1880-1914.

186Keywords: National Technical University of Athens, Engineering Education, Teaching Staff, Treatise, 1880-1914.

187ISABELLE BRETTHAUER

188Résumé : Artes notariae et formulaires notariaux : les techniques de l’écriture des actes dans la seconde moitié du xve siècle en Normandie

189Si l’historiographie a mis en valeur les modes de formation des notaires méridionaux à la fin du Moyen Âge, leurs homologues septentrionaux restent dans l’ombre et les modalités de la transmission de leurs connaissances sont peu connues. La comparaison de recueils juridiques et de formulaires établis par des hommes de loi normands avec des éditions incunables de semblables textes permet d’observer deux objectifs dissemblables : les recueils manuscrits semblent se prêter à des usages locaux sans volonté de généralisation des savoirs alors que les premiers textes édités apparaissent comme des traités généraux de théorie du droit notarial ou des formules stéréotypées. Pourtant cette tendance ne doit pas masquer qu’une réflexion sur les pratiques de travail de l’écrit existe également pour ces tabellions ni que les éditions de recueil juridique tendent à se rapprocher de guides pratiques pour des usages plus quotidiens.

190Mots-clés : tabellionage, savoir juridique, technicité du droit, pratiques de l’écrit, formulaires.

191Abstract: Artes notariae and Solicitors’ Formularies: Techniques for Writing Deeds in the Second Part of the 15th Century in Normandy

192In historiography of French notarial history, fewer studies have been made of the educational background of lawyers and notaries in North France. My purpose is to compare handwritten handbooks realized by two Norman lawyers in the second half of the 15th century and incunabular editions of formularies and artes notariae that have been used in North of France. The juridical knowledge provided by these documents are different in their goal : whereas the manuscripts contain local law treaty and the formularies seem linked to local practices, the edited handbook are more general. The analysis shows a progressive change in these characteristics, from the end of the 15th century, with emergence of guidons des notaires, which co-mingle practical and theoretical knowledge. This knowledge is an evidence of a professional identity of these legal experts.

193Keywords: Contracting Institutions, Legal Literacy, Technicality of Law, Written Practices, Formularies.

194VÉRONIQUE SARRAZIN

195Résumé : Le marché des ouvrages pour l’artillerie et le génie au xviiie siècle ou comment vendre des livres techniques à de « jeunes militaires »

196Au xviiie siècle, la naissance d’écoles pour la formation scientifique et technique des ingénieurs des fortifications et des artilleurs, crée un marché potentiel pour des ouvrages accompagnant et complétant cette formation. Pour que ce marché se concrétise, il faut publier des livres adaptés aux besoins de ces « jeunes militaires » mais aussi les convaincre de l’utilité de leur lecture. C’est le travail éditorial des Jombert qui font leur spécialité des ouvrages techniques « pour l’Artillerie et le Génie ». S’appuyant sur un groupe d’auteurs compétents, ils développent un discours d’annonce autour de la figure de l’officier accompli, homme d’étude autant que de terrain ; ils soulignent la qualité scientifique des livres autant que leur utilité pratique, leur facilité d’assimilation pour des lecteurs peu rompus à l’étude et leur coût accessible. Si ce discours promotionnel enjolive un peu la réalité, ils travaillent aussi la forme matérielle des ouvrages et leurs textes liminaires pour mieux les faire correspondre à cet idéal.

197Mots-clés : édition, annonces de librairie, France, xviiie siècle, artilleurs, ingénieurs militaires.

198Abstract: The market for artillery books and engineering in the 18th century: how to sell technical books to “young soldiers”?

199In the 18th century, the creation of schools for the technical and scientific training of military engineers and artillery officers, creates a potential market for complementary books. To make this potential market real, one has not only to publish books adjusted to the specifics needs of these “young soldiers” but also to convince them of their usefulness. This is the publishing work made by the Jombert family, specialized in technical books “for the Artillery and Engineering.” Relying on a skilled group of authors, they develop in their announcements the image of the accomplished officer, a scholar as much as a field man; they stress the scientific quality of their books as well as their practical usefulness, their ease of assimilation for readers with limited study practice, and their affordable price. If their advertising speech embellishes slightly the reality, they also work the material form of the books and their various appendices to make them more conform to this ideal.

200Keywords: Publishing, Bookshop Advertisements, France, 18th Century, Artillerymen, Military Engineers.

201NORBERT VERDIER

202Résumé : Le livre mathématique au xixe siècle : libraires, typographes et graveurs (1810-1864)

203Production et circulation des mathématiques ne sont pas que des problématiques d’ordre intellectuel mais relèvent aussi de considérations matérielles et économiques. À ce titre, différents acteurs du monde des livres (libraires, typographes et graveurs) interviennent de manière prépondérante. Nous présentons et analysons les productions de l’éditeur Bachelier qui a été l’un des plus importants éditeurs mathématiques du xixe siècle en France et en Europe. Nous nous arrêtons tout particulièrement sur le rôle du prote devenu directeur de ce libraire-imprimeur : Théodore Bailleul (1797-1875). Au-delà du cas d’étude de la maison d’édition Bachelier, nous donnons à voir toute une cartographie de l’édition des mathématiques sur le long terme entre les années 1750 et 1850.

204Mots-clés : Charles Louis Etienne Bachelier (1776-1852), Théodore Bailleul (1797-1875), livre mathématique, libraire, typographe, graveur.

205Abstract: The Book of Mathematics in the 19th Century: Book Sellers, Typographers and Engravers

206Production and circulation of mathematics are not only an intellectual problem but a material and an economic one too. A variety of actors, such as booksellers, typographers or engravers, play an important part in producing and distributing books of mathematics. In this contribution, we focus on Bachelier, one of the most important publishing houses of mathematical texts in the nineteenth century in France and in Europe. Especially, we will study the case of Theodore Bailleul (1797-1875), the head of the Typographical Department and future director of Bachelier’s printing office. Beyond this case of study, we will give a mapping of the editorial world of mathematics between 1750 and 1850.

207Keywords: Charles Louis Etienne Bachelier (1776-1852), Théodore Bailleul (1797-1875), Books of Mathematics, Bookseller, Typographer, Engraver.

208GUY LAMBERT

209Résumé : « Revue et considérablement augmentée ». Économies de la réédition d’un classique : Pratique de l’art de construire de Joseph Claudel et L. Laroque (1850-1910)

210Entre sa première et sa septième édition – en 1850 et 1910 – Pratique de l’art de construire, de Joseph Claudel et L. Laroque, a non seulement doublé de volume, mais s’est également renouvelé sensiblement dans son propos et son contenu. Si ses éditions successives attestent du succès de cet ouvrage traitant des questions touchant l’exécution des travaux sur les chantiers, elles présentent chacune de nombreuses additions et refontes que traduit la formule « revue et considérablement augmentée », systématiquement répétée en couverture.

211Les évolutions du livre ne tiennent que au renouvellement des techniques constructives. En s’intéressant au processus de réédition d’un livre technique, cette contribution examine dans quelle mesure ces changements tiennent surtout à l’idée qu’auteurs et éditeurs se font d’un tel ouvrage pratique dans un contexte éditorial en pleine évolution.

212Mots-clés : réédition, construction, ingénieurs, bâtiment partiellement.

213Abstract: “Revised and considerably expanded”. The Economy of the reissue of a classic : Pratique de l’art de construire by Joseph Claudel et L. Laroque (1850-1910)

214Between its first and seventh editions – published respectively in 1850 and 1910 – Joseph Claudel’s and L. Laroque’s Pratique de l’art de construire not only doubled in size, but was also significantly updated in terms of its orientation and content. While its successive editions attest to the continuing success of a book addressing on-site building practices, each included numerous additions and emendations summed up by the phrase “revised and considerably expanded” that systematically appeared on the cover.

215The changes to the book had only partially to do with improvements in building techniques. In its examination of the process of republishing a technical work, this paper focuses on the way these changes hinge above all on authors’ and publishers’ concepts of this kind of handbook in a rapidly evolving publishing context.

216Keywords: Reissue, Engineer, Construction, Building.

217MURIEL HOAREAU

218Résumé : De l’art de cultiver et de fabriquer des produits coloniaux : livres techniques francophones et anglophones aux xviiie et xixe siècles

219S’appuyant sur un corpus d’ouvrages en anglais et en français parus entre 1719 et 1848, cette étude porte sur la publication et la diffusion de livres consacrés à la culture et à la fabrication de denrées coloniales, en particulier aux Antilles. Produits et distribués dans un contexte marqué par des enjeux politiques importants, ces manuels et traités techniques sont pour la plupart des objets littéraires hybrides, où des considérations générales sur l’économie de plantation sous-tendent l’exposé technique.

220Mots-clés : agronomie tropicale, manuels, denrées coloniales, sucre, Antilles, esclavage.

221Abstract: The Art of Farming and Manufacturing Colonial Produces: English and French speaking Technical Books in the 18th and 19th Centuries

222Based upon works in English and French published between 1719 and 1848, this article studies the publishing and circulation of books about farming and manufacturing of colonial produces, particularly in the West Indies. Due to the political context in which they are written and distributed, most of these books and technical treatises mix technical contents and general considerations about plantation economy.

223Keywords: Tropical Agricultural Science, Textbooks, Colonial Produce, Sugar, West Indies, Slavery.

224MICHELA BUSSOTTI

225Résumé Livres techniques et techniques du livre : les publications chinoises anciennes sur la typographie traditionnelle en argile et en bois

226Les caractères mobiles sont une invention chinoise, attestée dans les sources depuis le xie siècle. Cette contribution traite des caractères en argile et en bois. Les premiers sont les plus connus, en raison de leur fameuse description dans l’œuvre de Shen Kuo (1031-1095) : ce texte a certainement inspiré les hommes qui, pendant la dernière dynastie (1644-1911), ont repris ou adapté cette technique pour produire des types à usage privé. Quant aux caractères en bois – le matériel privilégié par l’imprimerie chinoise traditionnelle où la xylographie demeure la technique la plus répandue, il existe des descriptions sur leur production et leur usage, écrites par Wang Zhen (vers 1290-1333) et Jin Jian (mort en 1794). Ces textes, ainsi que les publications parfois illustrées qui nous les ont transmis, sont analysés dans cette contribution en tant que témoignages écrits sur ces techniques, mais aussi comme témoignages des pratiques d’impression et des projets éditoriaux, à titre privé, public ou impérial.

227Mots clés : Chine (dynasties Song, Yuan, Ming Qing), caractères mobiles, typographie, impression, édition.

228Abstract: Technical Books and Techniques of Book: Ancient Chinese Publications about the Traditional Types in Clay and Wood

229Mobile types are a Chinese invention, quoted in the sources from the eleventh century. This article deals with types in clay and wood. The first are the best known, due to a famous description of their production written by Shen Kuo (1031-1095): this text has certainly inspired the persons who during the last dynasty (1644-1911) took over or adapted this technique to produce types for their private printing activities. As for the wooden characters (wood is the most common material in traditional Chinese printing process, where xylography remains the most widespread technique), descriptions about their production and use exist; they were written by Wang Zhen (circa 1290-1333) and Jin Jian (died 1794). These texts and the sometimes illustrated publications which have forwarded them to us are analyzed in this contribution as written sources about the techniques, but also as evidences of the printing practices and the editorial projects, as private, public or imperial enterprises.

230Keywords: China (Song, Yuan, Ming Qing dynasties), Movable Type, Typography, Printing, Publishing.

231MARIUS BUNING

232Résumé : Promouvoir des savoirs techniques. Privilèges d’imprimerie et la littérature technique à l’aube de la république des Provinces-Unies

233Cet article traite du rapport existant entre les privilèges accordés aux imprimeurs et la littérature technique au début de la République des Provinces-Unies (ca. 1581-1621). L’utilisation des privilèges n’est pas vue comme un élément de censure et de contrainte mais plutôt comme un moyen de mettre en avant un certain type de savoir. Cet article soutient la thèse selon laquelle les privilèges représentaient une forme de validation de la part des autorités, conférant plus de poids à des ouvrages qu’il fallait produire en masse en raison de leur importance pour le grand public. En termes de savoir technique, il s’agissait principalement de manuels de navigation et de manuels scolaires. De plus, cet article montre comment le système de privilèges permettait aux professionnels, issus d’horizons divers, de mettre en scène leurs talents et leurs capacités et, de manière plus générale, leur offrait la possibilité de se rencontrer et d’échanger leurs connaissances.

234Mots-clés : privilèges (d’imprimerie), droit d’auteur, savoir technique, mathématiques pratiques.

235Abstract: Promoting Technical Knowledge. Printing Privileges and Technical Literature in the early Dutch Republic

236This paper addresses the relationship between printing privileges and technical literature in the early Dutch Republic (ca. 1581-1621). Instead of framing printing privileges in terms of censorship and constraint, it emphasizes the use of these privileges as a means to promote a particular type of knowledge. The paper argues that a privilege functioned as a stamp of approval by the authorities, giving greater weight to literature that was to be mass-produced because of its perceived importance for the public welfare. In terms of technical knowledge, this primarily meant navigational manuals and schoolbooks. Furthermore, the paper demonstrates how the privilege system functioned as a stage for practitioners to show their skills and abilities, functioning in a more general sense as a place of encounter that gave actors from different backgrounds the opportunity to meet and learn from one another.

237Keywords: Printing Privileges, Copyright, Technical Knowledge, Practical Mathematics.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search