Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Cinquième partie - Économie du livre technique

De l’art de cultiver et de fabriquer des produits coloniaux : livres techniques francophones et anglophones aux xviiie et xixe siècles

The Art of Farming and Manufacturing Colonial Produces: English and French speaking Technical Books in the 18th and 19th Centuries

Muriel Hoareau

Résumé

S’appuyant sur un corpus d’ouvrages en anglais et en français parus entre 1719 et 1848, cette étude porte sur la publication et la diffusion de livres consacrés à la culture et à la fabrication de denrées coloniales, en particulier aux Antilles. Produits et distribués dans un contexte marqué par des enjeux politiques importants, ces manuels et traités techniques sont pour la plupart des objets littéraires hybrides, où des considérations générales sur l’économie de plantation sous-tendent l’exposé technique.

Texte intégral

Introduction

1À partir du xviiie siècle, une économie de plantation se met en place aux Antilles, parallèlement au développement du commerce triangulaire ; la culture intensive de plantes jusqu’alors peu connues ou peu exploitées crée un besoin d’information et de transmission, dont le livre est un support privilégié. La culture de la canne à sucre, du café, du coton, de l’indigo, du tabac, et leur transformation en produits de consommation de plus en plus recherchés en Europe donnent lieu à la publication de plusieurs livres techniques qui, comme les produits eux-mêmes, sont « fabriqués » dans un contexte colonial fait d’échanges complexes entre métropoles européennes et îles des Antilles.

  • 1 Le corpus sur lequel repose cette étude est limité à des livres techniques traitant de la productio (...)
  • 2 Si nombre d’encyclopédies ou dictionnaires s’intéressent au sujet, aucun sur cette période n’est co (...)

2Ces ouvrages d’agronomie, manuels agricoles, traités et méthodes de fabrication de produits manufacturés ont régulièrement servi de sources à l’histoire coloniale, à l’histoire de l’esclavage, ou à l’histoire des Antilles ; mais c’est ici l’analyse de cette production éditoriale en tant que telle que l’on se propose de faire. Cette étude porte sur un corpus de sources imprimées en anglais et en français, tant en Europe qu’aux Antilles, du xviiie siècle au milieu du xixe siècle – cette borne chronologique correspondant à la fois à l’abolition de l’esclavage (1833 en Angleterre et 1848 en France), et au début d’une évolution technique importante de l’industrie sucrière1. En ce qui concerne les techniques elles-mêmes, on se limitera aux monographies2 traitant d’agriculture, d’agronomie, et de la production des denrées « brutes », telles qu’elles sont exportées. Les traités sur la raffinerie du sucre en Europe, par exemple, ou encore les nombreux ouvrages traitant de la préparation culinaire de ces denrées (café, cacao,…) ne sont pas étudiés.

3Une étude des caractéristiques matérielles de la production et de la réception de ces livres pose la question de leur diffusion et de leur circulation dans un espace colonial marqué par une relation dissymétrique entre les nations européennes et leurs colonies, mais aussi par des rivalités entre puissances colonisatrices. Les techniques exposées dans ces ouvrages peuvent être analysées comme telles, mais elles sont également au cœur d’un commerce atlantique de grande ampleur, et par conséquent elles sont liées à des enjeux géopolitiques et économiques qui sous-tendent le texte et l’argumentaire des auteurs.

4Le fait de catégoriser ces ouvrages comme des livres techniques est en soi problématique, car si la forme du livre exclut d’emblée d’autres formes de littérature technique (articles, discours académiques publiés, etc.), de nombreux ouvrages publiés au xviiie siècle comportent des descriptions techniques plus ou moins longues, sans qu’on puisse pour autant les qualifier de livres techniques. C’est le cas des récits de voyage comme Ce Voyage aux Iles françaises de l’Amérique par le P. Labat, ou de monographies sur les colonies, comme Des Colonies modernes sous la zone torride, et particulièrement de celle de Saint-Domingue de J. Barré Saint-Venant ou A descriptive account of the Island of Jamaica : with remarks upon the cultivation of the sugar-cane, etc. de W. Beckford.

  • 3 Quélus D., Histoire naturelle du cacao, et du sucre, divisée en deux traités qui contiennent plusie (...)
  • 4 Monnereau E., Le parfait indigotier ou description de l’indigo, contenant un détail circonstancié d (...)
  • 5 Ducoeurjoly S. J., Manuel des habitants de Saint-Domingue, Paris, Lenoir, 1802.

5Les productions traitées dans les ouvrages représentent l’importance économique des différentes denrées : le sucre prédomine de façon assez logique, surtout au xixe siècle où c’est quasiment la seule production faisant l’objet de publications ; si plusieurs ouvrages se consacrent à la production du café, de l’indigo et du cacao, il n’y a en revanche pas de traité spécifique à la production antillaise de coton ou de tabac, plantes dont la culture ne constitue pas l’atout économique principal des « iles à sucre », et qui sont davantage cultivées dans d’autres parties du continent américain. Sans compter les rééditions et les traductions, on dénombre au total environ vingt-cinq titres en anglais et en français, dont une vingtaine consacrés à la canne à sucre. Certains textes traitent de plusieurs plantes : cacao et sucre (Quélus)3, indigo et café (Monnereau)4, ainsi que le Manuel des habitants de Saint-Domingue5 qui traite de l’agriculture coloniale en général et aborde toutes les productions agricoles de l’île. Le premier véritable manuel du planteur est probablement celui écrit par le propriétaire britannique installé à Antigua S. Martin, Essay upon Plantership (1750.) Mais on pourrait définir l’Histoire naturelle du cacao, et du sucre, divisée en deux traités qui contiennent plusieurs faits nouveaux (Dr Quélus, 1719) comme le premier ouvrage véritablement technique, même si, comme son titre l’indique, il est encore à la limite entre le traité technique et le livre d’histoire naturelle telle qu’on l’écrit au xviie siècle. Si le traité sur le cacao expose la culture du cacaoyer et les propriétés médicinales de la plante, le traité sur le sucre est presque entièrement consacré à la culture des cannes et à la fabrication du sucre.

  • 6 Cail J.-F., Derosne C., De la fabrication du sucre aux colonies, et des nouveaux appareils propres (...)
  • 7 Wray L., The Practical Sugar Planter : a Complete Account of the Cultivation and Manufacture of the (...)

6À l’instar de l’ouvrage de Quélus, une grande partie du texte des premiers traités techniques est accordée à « l’histoire naturelle » et à l’histoire de l’introduction des plantes. Par la suite le plan des ouvrages, dont la majeure partie est écrite entre 1760 et la fin du xviiie siècle, se rapproche plutôt de l’économie rustique ou rurale. Nombre de livres se présentent comme des traités destinés aux planteurs pour leur exposer une méthode visant à tirer au mieux profit de leur exploitation ; les « manuels d’agriculture » décrivant une technique à appliquer systématiquement sont moins fréquents. La parution d’ouvrages en français s’arrête entre 1802 et les années 1840, ce qui s’explique en partie par la période de révolution puis d’indépendance de Saint-Domingue. Vers le milieu du xixe siècle, des ouvrages recommencent à paraître en français, présentant généralement une innovation technique d’ordre industriel (utilisation de la vapeur pour les moulins, etc.), dans des formes qui se rapprochent du manuel d’utilisation ou de la brochure publicitaire6. La production anglophone du xixe siècle reste quant à elle plutôt constituée de monographies sur le sucre de canne, même si elle tient compte des innovations techniques contemporaines7.

  • 8 Poyen de Sainte-Marie J.-B., De l’exploitation des sucreries, ou conseils d’un vieux planteur aux j (...)
  • 9 Dutrône La Couture J.-F., Précis sur la canne et sur les moyens d’en extraire le sel essentiel : su (...)
  • 10 Caines C., Letters on the Cultivation of the Otaheite Cane: The Manufacture of Sugar and Rum; the S (...)
  • 11 Le Breton F., Traité sur les propriétés et les effets du sucre, avec le traité de la petite culture (...)

7La majorité des auteurs sont des colons, pratiquant ou ayant pratiqué la culture des produits pour lesquels ils exposent une méthode de production ; on reviendra sur l’importance de cette « expérience » dans la valeur technique donnée par les auteurs à leurs écrits. La plupart sont propriétaires, comme Martin qui possède une plantation de 500 acres à Antigua, ou Poyen de Sainte-Marie, qui détient une importante sucrerie à Capesterre en Guadeloupe8. On compte également quelques médecins parmi ces auteurs de traités techniques : Quélus, Brun (ancien chirurgien-major d’artillerie), Grainger, Dutrône La Couture. Ce dernier ne réside pas à Saint-Domingue, il y passe cinq ans entre 1784 et 1789, chargé par le Ministre de la Marine De Castries d’une mission visant à augmenter la productivité des habitations de canne à sucre9. C’est sur une sucrerie mise à sa disposition par un certain M. Ladebate qu’il met au point une méthode d’extraction du sucre visant à produire du sucre brut remplaçant le sucre terré exporté par la colonie. Si la plupart des auteurs évoquent leur expérience de colon à Saint-Domingue ou à la Jamaïque, un certain nombre d’îles plus petites sont également représentées : Antigua (Martin, Grainger, Kerr), la Grenade (Casaux), Saint-Christophe10, la Guadeloupe (Poyen Sainte-Marie). Le seul auteur qui ne revendique pas une expérience coloniale est F. Le Breton, membre de la Société royale d’agriculture de Paris et auteur de différents ouvrages sur la botanique et l’agriculture. Son Traité sur les propriétés et les effets du sucre, avec le traité de la petite culture de la canne à sucre est une tentative de synthèse des connaissances sur le sujet comparable à celle du « guide Roret » quelques décennies plus tard11.

  • 12 Grainger J., The Sugar Cane, a poem in four books with notes, Londres, R. and J. Dodsley, 1764.
  • 13 Casaux C., Essai sur l’art de cultiver la canne et d’en extraire le sucre, Paris, Clousier, 1781 ; (...)

8Comme on peut s’y attendre de la part d’« agriculteurs » qui prennent la plume, le niveau social des auteurs est relativement élevé ; ils sont pour beaucoup des membres de la « gentry » (les auteurs anglophones signent généralement « esq. » – esquire, à l’instar de Caines ou Wray), et font partie des classes supérieures de la colonie même s’ils ne sont pas nobles, à l’image de Casaux qui s’attribue indûment le titre de marquis. Plusieurs participent aux assemblées politiques locales – Martin est président de l’assemblée de l’Ile d’Antigua de 1750 à 1763, et colonel dans la milice de l’île – ou à des sociétés savantes ou chambres économiques – Brevet est secrétaire de la chambre d’Agriculture de Port-au-Prince. Plusieurs ont également une activité littéraire, comme Grainger, auteur d’un poème sur la canne à sucre qu’il annonce comme étant un traité sur la culture de la plante12, ou participent à la rédaction d’un journal : Brevet contribue à la Gazette de Saint-Domingue ; Whitehouse à la Royal Gazette and Jamaica Standard. Il faut également noter que ces auteurs ont pour point commun des trajectoires complexes entre l’Europe et la colonie où ils sont propriétaires ou entrepreneurs. Ainsi du marquis de Casaux (1727-1796) qui, né à Angoulême, exerce l’activité de planteur de sucre à la Grenade. Après la cession de l’île aux Britanniques en 1763, il devient sujet anglais ; de retour en Europe en 1777, il vit entre Londres et la France. Il est l’auteur de différents essais d’économie politique, et est l’annotateur des Voyages en France d’Arthur Young13.

  • 14 Dutrône La Couture J.-F., op. cit.
  • 15 Eight Practical Treatises on the Cultivation of the Sugar Cane, written in consequence of His Excel (...)
  • 16 Whitehouse W. F., Agricola’s letters and essays on sugar farming in Jamaica, Londres, Simmonds & Wa (...)
  • 17 De Beauvais-Raseau P., L’art de l’indigotier, Paris, L. F. Delatour, 1770.
  • 18 Brevet J. A., Essai sur la culture du café avec l’histoire naturelle de cette plante, Port au Princ (...)

9D’autres acteurs jouent un rôle dans la parution des livres dédiés à l’amélioration des techniques de production des denrées coloniales. Les pouvoirs publics, notamment, peuvent avoir une action incitative sur la publication d’ouvrages qu’ils considèrent comme une contribution à l’amélioration de la productivité de colonies en concurrence entre elles pour l’exportation de leur production agricole. On a évoqué le cas de l’ouvrage de Dutrône La Couture, résultat d’une commande publique du ministère de la Marine14. Dans la seconde édition du livre de Poyen Sainte-Marie, le gouverneur de Guadeloupe adresse l’ouvrage à ses concitoyens pour qu’ils proposent des améliorations à la méthode présentée. En 1842, un concours de dissertations sur la culture de la canne est organisé par le gouverneur de Jamaïque, le comte d’Elgin, dans l’intention d’améliorer les pratiques en vigueur15. Il contribue ensuite à la publication des essais rédigés à cette occasion, en collaboration avec les sociétés d’agriculture locales. Les débats ouverts par ce livre sont repris par des publications postérieures16 (Whitehouse, Wray). Les académies et les sociétés d’agriculture, particulièrement en France, jouent un rôle certain dans la publication des ouvrages, par l’approbation des textes qui leur sont soumis : ceux de Beauvais-Raseau et Casaux reçoivent ainsi l’approbation (et le privilège pour ce dernier) de l’académie des Sciences17, celui de Dutrône La Couture paraît avec la triple approbation de l’académie royale des Sciences, de l’académie de Médecine et de la Faculté de médecine de Paris. Par ailleurs, elles contribuent également à la circulation et à la publicité de ces livres, par les recensions faites dans leurs bulletins ou au cours de leurs séances. Le colon d’origine rochelaise Brevet, par exemple, adresse son ouvrage à l’Académie de La Rochelle, ainsi qu’à la Société d’agriculture de la ville – dont son frère est un membre actif18.

10Les imprimeurs et libraires jouent évidemment un rôle de premier plan dans la fabrication des ouvrages ; plusieurs sont le fait d’éditeurs spécialisés (veuve Huzard), ou officiels (Clousier, imprimeur du roi). La majorité des livres sont édités par des imprimeurs et libraires parisiens ou londoniens ; on note que plusieurs auteurs mentionnent dans l’avertissement ou les errata de leur ouvrage les difficultés qu’ils ont eu à finaliser un livre écrit aux Antilles et publié en Europe. Cette difficulté de communication entre l’auteur et son éditeur est ainsi soulignée par Whitehouse :

The disadvantages of a Colonial-Printing office must prove an excuse for the « getting-up » of the work […]. Living at a distance from the printer, with only a communication once a week by post, it was impossible to keep the matter in type till the proof-sheet could be corrected.

11Les mêmes obstacles apparaissent dans l’impression de l’ouvrage de Caines, où les erreurs de numérotation des lettres indiquent une impression négligée ou précipitée. Peu de titres sont imprimés aux Antilles (Brun, Brevet, Poyen de Sainte-Marie, Eight practical treatises) ; il semble que ces livres aient eu moins d’impact que ceux publiés en Europe – ils ne sont en tous cas pas cités par les autres auteurs du corpus.

  • 19 Three tracts on West-Indian agriculture, and subjects connected therewith, Jamaica, préimpr. par A. (...)
  • 20 À signaler par ailleurs la traduction en français de l’un des seuls ouvrages sur la culture du coto (...)

12Les ouvrages réédités ou traduits apparaissent comme ceux ayant eu la plus grande circulation ; c’est le cas des textes de Martin et de Dutrône La Couture, qui connaissent respectivement sept et quatre éditions et s’avèrent les plus cités par les autres auteurs du corpus. Le livre de Poyen de Ste Marie est quant à lui publié deux fois en dix ans (1792 et 1802). Certains titres sont republiés dans des recueils, anthologies ou dictionnaires. L’Art de l’indigotier de Beauvais-Raseau (1770) reparaît ainsi en intégralité dans le tome 8 du Dictionnaire des Arts et Métiers en 1787 ; le texte de Casaux est repris partiellement par Le Breton en tant que « Traité de la petite culture de la Canne à sucre » ; les textes de Martin et de Grainger sont quant à eux rassemblés en 1802 dans un recueil jamaïcain intitulé Three tracts on West-Indian agriculture, and subjects connected therewith19. Les deux seuls traités francophones traduits en anglais sont les ouvrages sur l’indigo de Monnereau et Beauvais-Raseau ; cela s’explique peut être par l’intérêt des Britanniques pour cette plante cultivée ailleurs dans l’Empire colonial – la traduction de L’Art de l’indigotier (Beauvais-Raseau, 1770) par Richard Nowland est ainsi imprimée à Calcutta en 179420. Au xixe siècle, c’est un ouvrage en anglais qui est traduit en français (Wray, 1848, traduit en 1853).

13On a évoqué la proximité – voire la porosité – de ces livres techniques avec d’autres genres éditoriaux, tels que les récits de voyage ou les monographies historiques ou géographiques contemporaines. Cette interpénétration des genres est probablement due à la nécessité d’expliquer le contexte colonial à un lectorat européen auquel les auteurs s’adressent généralement : de même que dans les récits de voyages des passages entiers sont consacrés aux cultures spécifiques aux « Iles à sucre », dans les traités techniques de nombreuses pages traitent du climat, des mœurs locales ou de la description des habitations, et plusieurs textes techniques sont publiés avec des annexes ou appendices traitant de sujets politiques.

14La plupart des ouvrages adoptent toutefois un plan assez classique de manuel d’agriculture, de traité rural. Certains livres s’éloignent néanmoins de l’essai technique pour adopter une forme littéraire plus surprenante. Deux traités anglophones prennent ainsi une forme épistolaire (Caines, Whitehouse) ; Caines admet dès l’introduction que cette forme épistolaire vise essentiellement à rendre le discours technique plus agréable à lire, et que son intention de départ était bien la publication de ses lettres. Le poème de Grainger sur la canne à sucre est probablement le cas le plus inclassable ; si l’auteur fait le choix des vers pour décrire la culture de la canne, il les fait précéder d’explications prosaïques, ce qu’il justifie ainsi dans sa préface :

It must be confessed, that terms of art look awkward in poetry, yet didactic compositions cannot wholly dispense with them, accordingly we find that Hesiod and Virgil […], have been obliged to insert them in their poems. Their example is a sufficient apology for me.

  • 21 Laborie P. J., The Coffee Planter of Saint Domingo ; with an appendix, containing a view of the con (...)

15Par ailleurs, nombre d’auteurs ponctuent leur texte de citations latines, ou laissent leur plume aller au lyrisme, voire à l’exotisme dans la description de certaines scènes « champêtres » – Laborie, auteur d’un traité sur le café, fait ainsi un long récit pittoresque de la fête de Nouvel an des esclaves, s’éloignant considérablement de son propos initial21.

16Si les formes varient, les contenus techniques des ouvrages abordent généralement des points similaires. Comme dans tout traité d’agriculture, les techniques abordées concernent en premier lieu la façon de planter (par exemple pour la culture du café le plan en quinconce, la distance optimale entre les arbustes, etc.) et de replanter (notamment pour la canne l’utilisation des rejetons ou non), la périodicité des plantations (Casaux distingue ainsi dans des explications très détaillées la grande et la petite culture de la canne, qui correspondent à des cycles de plantation et de récoltes différents). L’entretien des plants (le sarclage, ou encore pour le café la taille des arbustes), l’irrigation, l’identification du moment idoine pour une récolte optimale, la nécessité ou non de mettre en place des jachères ou des cultures alternatives (notamment le manioc dans les champs d’indigo ou de canne), l’élevage du bétail pour en obtenir suffisamment de fumier sont également des questions qui préoccupent les auteurs, quelque soit la plante concernée. L’agronomie est également largement abordée de façon plus ou moins théorique, à travers les problématiques de la fumaison, de la fertilisation, ou de l’amendement des terrains. Enfin, la transformation de la matière première donne lieu à des développements sur l’utilisation des moulins, les procédés chimiques employés pour l’extraction des produits bruts (bassins de trempage et séchage pour l’indigo, extraction du jus et cuisson de la mélasse, distillation du rhum pour la canne à sucre, etc.), et leur conservation (protection du café séché de l’humidité…). Un élément récurrent dans tous les livres est par ailleurs l’exposé de conseils et de recommandations quant à la « main-d’œuvre » des plantations, en l’occurrence la main-d’œuvre servile : comment traiter les esclaves, les soigner, obtenir d’eux le travail le plus efficace, etc. Les techniques présentées ne pouvant être appliquées, selon le discours des auteurs, que dans le cadre d’une société esclavagiste, l’importance de ce sujet est probablement l’un des traits distinctifs de ces traités par rapport aux publications contemporaines sur l’agriculture européenne.

  • 22 Antegonianus A. (Martin S.), An Essay upon Plantership, humbly inscrib’d to all the planters of the (...)
  • 23 Cail J.-F., Derosne C.,op. cit. ; Thomas J.L., Jean-François Cail. Un acteur majeur de la Révolutio (...)

17L’ensemble des conseils et des théories se rapportant à ces éléments sont présentés comme le résultat d’expérimentations et de pratiques liées à l’expérience des auteurs. Si deux auteurs emploient un pseudonyme ou un anonymat facile à décrypter pour publier – Martin sous le nom d’« Agricola Antegonianus22 », « l’agriculteur d’Antigua », et Casaux (« Par M. D. C.… X., de la société royale de Londres »), la plupart font état de leur identité, élément essentiel de la fiabilité du livre puisque l’expérience y est mise en avant. Dans plusieurs pages de titre, c’est même cette expérience qui supplante le nom de l’auteur : « Conseils d’un vieux planteur… » (Poyen Sainte-Marie), « being the result of sixteen years' experience as a sugar planter in those countries (Wray) », « par un ancien fabricant de sucre colonial », etc. De façon générale, tous les auteurs insistent sur leur expérience technique dans la préface, l’avertissement ou l’introduction de leur livre. De fait, le texte technique est plutôt de l’ordre de la description des méthodes employées, s’appuyant sur des développements de « bon sens » (par exemple : quelle surface cultiver pour employer de façon optimale ses moyens humains et matériels). La part de l’expérimentation est réduite à des variantes de la pratique agricole (planter ou récolter tel mois plutôt que tel autre, employer tel remède pour lutter contre tel insecte…). La plupart des auteurs se posent les mêmes questions, arrivent régulièrement à des conclusions proches, qui correspondent à de « bonnes pratiques » en vigueur dans la colonie où se situe leur exploitation ; la démonstration technique vaut davantage, ainsi qu’annoncé parfois dès le titre ou l’introduction, pour un « jeune planteur » – ou pour un propriétaire éloigné qui méconnaît la nature exacte des travaux de la plantation – que pour innover ou révolutionner les pratiques de façon à améliorer les rendements de façon significative. L’exception au xviiie siècle est probablement Dutrône La Couture, qui expérimente de nouvelles techniques de production de sucre brut visant à améliorer la qualité du sucre exporté de Saint-Domingue, et qui rédige dès lors un ouvrage perçu par les contemporains comme le plus innovant du point de vue technique, et cité comme tel dans les écrits postérieurs sur la production du sucre. On note également une évolution à partir des années 1840 vers une industrialisation de la production de sucre par l’amélioration des procédés d’extraction et la concentration des usines sucrières hors des habitations. Paradoxalement, ce sont les progrès de l’industrie sucrière européenne de la betterave, par ailleurs responsable de la perte de vitesse du sucre de canne, qui vont être introduits aux Antilles (utilisation de la vapeur pour les machines, cuite sous vide des jus…). Des monographies consacrées à la présentation et au mode d’emploi de ces nouveaux procédés et de ces machines sont alors publiées, dans l’intention de vendre et d’installer sur place ces innovations industrielles23.

18Si l’essentiel de la démonstration technique repose, comme on l’a vu, sur le récit de la pratique et des méthodes appliquées, selon les auteurs, depuis de nombreuses années avec succès, un certain nombre d’éléments viennent tout de même à l’appui du raisonnement développé. Les auteurs mentionnent des sources hétérogènes, qui ne sont pas toutes d’ordre technique ou scientifique ; auprès de certains écrits de médecine ou de chimie, quelques ouvrages ou théories d’agronomie européens sont cités, notamment l’œuvre de Tull. Brevet fait ainsi état des ouvrages qu’il a consultés :

J’ai principalement fait usage d’un mémoire écrit à l’Isle Bourbon en 1720, et adressé au comptoir français de Moka ; d’un autre sur cet arbre et son fruit, inséré à la fin du Tome III de l’Histoire des Indes Orientales, anciennes et modernes, par l’Abbé Guyon, imprimé à Paris en 1744, chez Ph. N. Lottin ; d’un mémoire manuscrit qui m’a été donné par un Habitant de la Martinique, très instruit de sa culture ; et enfin de l’article du Café dans l’histoire civile et naturelle de la Jamaïque du Docteur Browne, Tome Ier, imprimé à Londres en 1756.

19Cet avertissement, qui indique un accès à une documentation relativement abondante pour un auteur écrivant à Saint-Domingue, se termine par une citation du journal de Trévoux. Par ailleurs, certains auteurs font référence à des traités ou manuels publiés avant le leur : Dutrône cite Casaux, et est cité par tous les ouvrages en français publiés après le sien ; il semble en revanche que les auteurs des colonies francophones n’aient presque pas eu accès aux textes techniques de leurs homologues des colonies anglaises, et inversement ; aucun auteur ne cite, en tout cas, d’ouvrage technique sur la culture coloniale écrit dans l’autre langue.

Fig. 1. Planches de l’Encyclopédie méthodique reprenant une illustration de l’Art de l’indigotier de Beauvais-Raseau.

  • 24 Les ouvrages publiés à Saint-Domingue (Brun, Brevet) présentent toutefois une bonne qualité d’impre (...)

20Pour ce qui est de l’illustration des ouvrages, nombre d’auteurs présentent les résultats de leurs expériences ou une synthèse de leur méthode sous forme de tableaux. Les schémas les plus fréquents sont ceux consacrés au fonctionnement des machines ou à des plans (installation des bâtiments sur l’habitation, façon de planter le café en quinconce…). Quelques rares planches, généralement celles représentant une scène de la vie sur la plantation (fig. 1 et fig. 2), sont reprises dans ou proviennent d’autres publications du xviiie siècle ; c’est le cas des planches de L’Art de l’indigotier, dessinées et gravées dans l’ouvrage de Beauvais-Raseau par De la Gardette, et reprises en partie dans l’Encyclopédie méthodique (1787) avec la signature « Benard direxit ». De façon générale on ne trouve cependant pas dans un traité des éléments iconographiques provenant d’un autre ouvrage du corpus. À noter que les livres imprimés aux Antilles ne contiennent généralement pas d’iconographie, probablement pour des raisons économiques et/ou techniques24.

Fig. 2. Planches de l’Encyclopédie méthodique reprenant une illustration de l’Art de l’indigotier de Beauvais-Raseau.

21Si la nécessité de publier des ouvrages techniques pour améliorer la production de denrées tropicales semble motiver les auteurs, il n’en reste pas moins que le contexte colonial inscrit également ces livres dans une dimension politique – voire géopolitique – qui n’échappe pas aux contemporains eux-mêmes.

22La réception des ouvrages pose des questions, qui ne peuvent être entièrement résolues, sur le public véritable, la lecture effective, et la prise en compte des préceptes avancés par les planteurs et producteurs de sucre antillais. Au-delà de ce lectorat que l’on pourrait penser être le premier visé, c’est aux propriétaires qui résident en Europe que les auteurs s’adressent, la plupart mentionne d’ailleurs ce public dans l’introduction ou la préface de leur livre ; il s’agit de donner les clés de l’exploitation sucrière à des propriétaires qui laissent leur habitation aux mains de gérants et procureurs auxquels ils ne peuvent que faire confiance, et envoyer des instructions par courrier.

  • 25 Plusieurs réflexions et ouvrages de l’époque portent sur la possibilité d’introduire les plantes co (...)

23Les lecteurs contemporains européens s’intéressent aussi probablement à ces ouvrages soit pour leur aspect strictement botanique ou agronomique25 – on peut citer la liste des titres figurant au catalogue de J. B. Huzard, membre de la société d’Agriculture, soit comme source d’information sur la vie aux colonies, et notamment sur l’esclavage – le livre de Poyen Ste-Marie figure dans le legs de l’Abbé Grégoire. On peut à ce sujet noter qu’au vu des catalogues de bibliothèques privées, les ouvrages en français sont probablement lus en Angleterre et inversement.

  • 26 Laborie P. J., op. cit.

24Cet emploi du livre technique comme source d’information n’est pas toujours un usage accessoire ou secondaire, puisqu’il n’est pas rare de trouver dans certains traités une préface ou un appendice où l’auteur développe un laïus sur la politique coloniale en vigueur ou des arguments en faveur de l’esclavage. L’ouvrage de Laborie, colon français qui écrit directement en anglais pour informer les colons jamaïcains des techniques de production du café en vigueur à Saint-Domingue est, à cet égard, le plus significatif26. Publié à Londres en 1798, son essai sur le café est suivi d’un long exposé sur la constitution de Saint-Domingue, cité par des contemporains britanniques comme étant le texte le plus précis sur ce sujet. Dans un contexte révolutionnaire où un certain nombre de colons remettent en question la politique de la métropole et où une partie de l’île est occupée par l’armée britannique, il semble que le propos technique ne peut que passer au second plan pour un lecteur contemporain. En livrant ses « secrets de fabrication » à la Jamaïque, colonie concurrente de Saint-Domingue, Laborie fait acte de soumission à la couronne britannique. Il faut dire que, de même que les pouvoirs publics tentent d’inciter à l’innovation technique, le fait d’améliorer la production de la colonie est avancé comme un argument « nationaliste » ou patriotique par certains auteurs, dans un contexte de rivalité franco-anglaise mais aussi de rivalité entre colonies.

  • 27 Turnbull G., Letters to a young planter or, observations on the management of a sugar-plantation. T (...)

25Un autre élément qui montre que les auteurs sont au moins autant concernés par la politique que par l’agriculture est le fait que, chez les auteurs ayant publié plusieurs ouvrages, ce ne sont pas des traités d’agriculture qui complètent leur œuvre, mais des essais sur la politique coloniale ou sur l’esclavage, qui reprennent et développent des idées déjà présentes dans les traités techniques. Ainsi, dans l’ouvrage de Caines, on trouve un prospectus pour la souscription d’un livre qu’il souhaite publier et intituler The History of the Council and Assembly of the Leeward Islands ; le plan annoncé montre son intention de le consacrer largement à la condition des esclaves. Caines, qui exprime une position favorable à l’abolition de la traite, tient un discours qui fait figure d’exception face aux autres auteurs. Il n’y a qu’à citer le titre des autres publications de certains auteurs pour comprendre leur position sur cette question : Dutrône La Couture, fait ainsi paraître en 1790 une Adresse aux François, contre la Société des Amis des Noirs. Par M. Dutrône La Couture, docteur en médecine, auteur d’un ouvrage qui a pour titre : Précis sur la canne à sucre & sur les moyens d’en extraire le sucre, &c, &c »… Martin, l’auteur le plus réédité dans le monde anglophone, écrit en 1775 un essai au titre éloquent : A Short Treatise on the Slavery of Negroes in the British Colonies : Shewing that They are Much Happier Than in Their Native Country, Happier Than the Subjects of Arbitrary Governments, and at Least as Happy as the Poor Labourers of Great Britain and Ireland. Gordon Turnbull fait quant à lui imprimer, un an après ses « Lettres à un jeune planteur », An Apology for negro slavery : or The West – India planters vindicated from the charge of inhumanity27. Si la plupart des traités exhortent à un bon traitement des esclaves – pour des raisons essentiellement économiques de bonne gestion – les auteurs ne manquent pas pour autant de considérer les Noirs travaillant sur leur plantation avec un ton au mieux paternaliste et au pire raciste, et n’envisagent tout simplement pas que l’ensemble des procédés techniques qu’ils décrivent puissent être pris en charge autrement que par une main-d’œuvre servile. L’ouvrage de Wray, publié après l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques, réserve quant à lui un long chapitre à la main-d’œuvre immigrée provenant d’Asie.

Conclusion

26Pour la plupart des ouvrages étudiés, on peut émettre l’hypothèse que si le discours technique reste central, d’autres enjeux sous-tendent un texte aux objectifs plus larges. Cette dimension politique, morale ou théorique s’inscrit en parallèle de la nécessité réelle, à l’époque coloniale, de décrire et d’améliorer les techniques de production agricoles et manufacturières ; ajoutée à l’hétérogénéité d’un lectorat qui devrait être directement concerné par les problèmes techniques mais qui est en fait largement constitué d’Européens en quête d’informations sur les différents sujets coloniaux, on pourrait qualifier le livre technique, dans ce contexte précis, d’objet éditorial hybride.

Notes

1 Le corpus sur lequel repose cette étude est limité à des livres techniques traitant de la production de denrées coloniales aux Antilles, ce qui exclut des ouvrages écrits par des auteurs évoquant la culture dans d’autres zones coloniales – Océan indien, Asie, Pacifique – même si les techniques peuvent être proches ou similaires – par exemple les ouvrages de J. F. Charpentier de Cossigny, qui ont trait à la production du café et des « arbres à épicerie » dans l’Océan indien, ou des ouvrages plus généraux comme le manuel Roret « du fabricant de sucre et du raffineur », qui s’intéresse à la fabrication du sucre issu de toutes plantes – betteraves, raisin, etc.

2 Si nombre d’encyclopédies ou dictionnaires s’intéressent au sujet, aucun sur cette période n’est consacré spécifiquement aux productions tropicales.

3 Quélus D., Histoire naturelle du cacao, et du sucre, divisée en deux traités qui contiennent plusieurs faits nouveaux, & beaucoup d’observations également curieuses & utiles, Paris, L. d’Houry.

4 Monnereau E., Le parfait indigotier ou description de l’indigo, contenant un détail circonstancié de cette plante, sa coupe, pourriture & battage, plusieurs remarques curieuses & utiles pour la fabrication de cette marchandise, avec une formule d’économie convenable à un indigotier, qui contient en abrégé comment on doit gérer une habitation & les Negres, le caractère des Negres, la conduite qu’il faut tenir pour en tirer du service ; ensemble un traité sur la culture du café, la description de cet arbre & de sa manufacture, [Marseille], J. Mossy, 1765.

5 Ducoeurjoly S. J., Manuel des habitants de Saint-Domingue, Paris, Lenoir, 1802.

6 Cail J.-F., Derosne C., De la fabrication du sucre aux colonies, et des nouveaux appareils propres à améliorer cette fabrication, Paris, Imp. Bouchard-Huzard, 1843-1844 ; Manuel pratique pour la fabrication du sucre de canne : appliqué aux appareils à vapeur de M. O. Pecqueur. Par un Ancien fabricant de sucre colonial, Paris, Rignoux, 1845.

7 Wray L., The Practical Sugar Planter : a Complete Account of the Cultivation and Manufacture of the Sugar-cane, According to the Latest and Most Improved Processes. Describing and comparing the different systems pursued in the East and West Indies and the Straits of Malacca, and the relative expenses and advantages attendant upon each : being the result of sixteen years' experience as a sugar planter in those countries. Londres [?], Smith, Elder and co., 1848 [trad. fr. : Paris, Dusacq, 1853. ]

8 Poyen de Sainte-Marie J.-B., De l’exploitation des sucreries, ou conseils d’un vieux planteur aux jeunes Agriculteurs des Colonies, Basse-terre-Guadeloupe, Villette, 1792.

9 Dutrône La Couture J.-F., Précis sur la canne et sur les moyens d’en extraire le sel essentiel : suivi de plusieurs Mémoires sur le Sucre, sur le Vin de Canne, sur l’Indigo, sur les Habitations & sur l’etat actuel de Saint-Domingue, Paris, Duplain, 1790.

10 Caines C., Letters on the Cultivation of the Otaheite Cane: The Manufacture of Sugar and Rum; the Saving of Melasses; the Care and Preservation of Stock; with the Attention and Anxiety which is Due to Negroes. To these topics are added, a few other particulars analogous to the subject of the letters, and also a speech on the slave trade, the most important feature in west indian cultivation, Londres, Robinson, l801.

11 Le Breton F., Traité sur les propriétés et les effets du sucre, avec le traité de la petite culture de la canne à sucre, & une figure représentant la plante dans toutes ses parties. Par M. F. Le Breton,… Suivi de l’extrait d’un mémoire de M. de Barry, sur les fourmis des cannes à sucre, Paris, Royez, 1789.

12 Grainger J., The Sugar Cane, a poem in four books with notes, Londres, R. and J. Dodsley, 1764.

13 Casaux C., Essai sur l’art de cultiver la canne et d’en extraire le sucre, Paris, Clousier, 1781 ; De Roux P., « Le Marquis de Casaux, un planteur des Antilles, inspirateur de Mirabeau », Société française d’histoire d’outre-mer, Paris, 1951.

14 Dutrône La Couture J.-F., op. cit.

15 Eight Practical Treatises on the Cultivation of the Sugar Cane, written in consequence of His Excellency the Earl of Elgin’s offer of a pricze of one hundred pounds in the latter part of 1842, Jamaica, Jordon & Osborn, 1843.

16 Whitehouse W. F., Agricola’s letters and essays on sugar farming in Jamaica, Londres, Simmonds & Ward, 1845 ; Wray L., op. cit.

17 De Beauvais-Raseau P., L’art de l’indigotier, Paris, L. F. Delatour, 1770.

18 Brevet J. A., Essai sur la culture du café avec l’histoire naturelle de cette plante, Port au Prince, chez les associés de l’Imprimerie Royale, 1768.

19 Three tracts on West-Indian agriculture, and subjects connected therewith, Jamaica, préimpr. par A. Aikman, 1802 (contient : Martin S., Essay upon plantership ; Grainger J., Sugar-cane ; id., Essay on the more common West-India diseases).

20 À signaler par ailleurs la traduction en français de l’un des seuls ouvrages sur la culture du coton aux Antilles : Rohr J.P.B., Observations sur la culture du coton : rédigées par ordre de S. M. le roi de Danemarck, pour l’utilité des colonies danoises dans les Indes Occidentales, Madame Huzard, 1807.

21 Laborie P. J., The Coffee Planter of Saint Domingo ; with an appendix, containing a view of the constitution, government, laws, and state of that colony, previous to the year 1789. To which are added, some hints on the present state of the island, under the British government, Londres, T. Cadell and W. Davies, 1798.

22 Antegonianus A. (Martin S.), An Essay upon Plantership, humbly inscrib’d to all the planters of the British Sugar-colonies in America. The second edition corrected and enlarged. By an Old Planter, Antigua, T. Smith, 1750.

23 Cail J.-F., Derosne C.,op. cit. ; Thomas J.L., Jean-François Cail. Un acteur majeur de la Révolution Industrielle, Association CAIL, 2004 ; id., Le sucre, de l’Antiquité à son destin antillais, Paris, CTHS, 2000.

24 Les ouvrages publiés à Saint-Domingue (Brun, Brevet) présentent toutefois une bonne qualité d’impression, et sont agrémentés d’ornements typographiques, contrairement à ceux imprimés en Jamaïque ou à Antigua, de présentation généralement plus fruste. Brun M., Traité sur le sucre, Cap-Français, Imprimerie royale, 1769 ; Brevet J. A., op. cit.

25 Plusieurs réflexions et ouvrages de l’époque portent sur la possibilité d’introduire les plantes coloniales en Europe, comme Reydemorande A. J., De la Facilité et des avantages de l’introduction en France de la culture en grand du coton, du café, et notamment de la canne à sucre, ainsi que de plusieurs autres plantes des tropiques / par un propriétaire français qui a habité pendant douze ans les Antilles, Paris, Mme Veuve Bouchard-Huzard, 1830.

26 Laborie P. J., op. cit.

27 Turnbull G., Letters to a young planter or, observations on the management of a sugar-plantation. To which is added, The planter’s kalendar. Written on the island of Grenada, by an old planter, Londres, Stuart and Stevenson for J. Strachan, 1785.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Planches de l’Encyclopédie méthodique reprenant une illustration de l’Art de l’indigotier de Beauvais-Raseau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 2. Planches de l’Encyclopédie méthodique reprenant une illustration de l’Art de l’indigotier de Beauvais-Raseau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search