Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Cinquième partie - Économie du livre technique

« Revue et considérablement augmentée ». Économies de la réédition d’un classique : Pratique de l’art de construire de Joseph Claudel et L. Laroque (1850-1910)

“Revised and considerably expanded”. The Economy of the reissue of a classic : Pratique de l’art de construire by Joseph Claudel et L. Laroque (1850-1910)

Guy Lambert

Résumé

Entre sa première et sa septième édition – en 1850 et 1910 – Pratique de l’art de construire, de Joseph Claudel et L. Laroque, a non seulement doublé de volume, mais s’est également renouvelé sensiblement dans son propos et son contenu. Si ses éditions successives attestent du succès de cet ouvrage traitant des questions touchant l’exécution des travaux sur les chantiers, elles présentent chacune de nombreuses additions et refontes que traduit la formule « revue et considérablement augmentée », systématiquement répétée en couverture.
Les évolutions du livre ne tiennent que au renouvellement des techniques constructives. En s’intéressant au processus de réédition d’un livre technique, cette contribution examine dans quelle mesure ces changements tiennent surtout à l’idée qu’auteurs et éditeurs se font d’un tel ouvrage pratique dans un contexte éditorial en pleine évolution.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Claudel J., Laroque L., Pratique de l’art de construire […], 7e édition entièrement refondue, revu (...)
  • 2 L’ouvrage reste en librairie après la Première guerre mondiale, la septième édition fait l’objet d (...)
  • 3 Claudel J., Laroque L., Pratique de l’art de construire [désormais cité PAC], 2e édition, 1859.
  • 4 Choppin A., Les Manuels scolaires : histoire et actualité, Paris, Hachette Éducation, 1992, p. 79- (...)
  • 5 Tesnière V., « Le livre de science en France au xixe siècle », Romantisme, no 80, 1993, p. 76.
  • 6 Charon A., « Un traité pour les maçons en usage de la fin du xviie siècle aux débuts au xixe siècl (...)

1« Nous espérons que, grâce à cette mise au point, l’œuvre de Claudel et Laroque continuera à conserver la notoriété qu’avait su lui conquérir la grande expérience de ses premiers auteurs, dont nous avons cru devoir continuer à suivre la méthode, et qui ont été […] les initiateurs d’une foule d’ouvrages pratiques sur la construction1. » Préfaçant en 1910 la septième édition de Pratique de l’art de construire, Georges Dariès souligne implicitement le statut de « classique » reconnu à cet ouvrage paru pour la première fois en 1850, dont il vient de refondre et compléter le texte et l’iconographie2. La réédition de ce livre à plusieurs reprises est-elle un indice ou un facteur de cette autorité ? Son épaisseur a plus que doublé au début du siècle – fidèle au format in-8°, la septième édition atteint près de 1 300 pages quand la première en comptait 500 –, mais il s’est en réalité étoffé progressivement au fil de ses versions successives (1859, 1865, 1870, 1880 et 1899) (fig. 1), selon une dynamique impulsée par les auteurs pour « mettre [chacune d’elle] au niveau des progrès faits depuis quelques années dans l’art de construire3 ». Constamment réitérée en introduction, cette affirmation se traduit de manière éloquente par la formule « revue et considérablement augmentée », systématiquement répétée en première de couverture. Coutumière de l’édition scientifique et universitaire tout comme des ouvrages techniques, pratiques ou scolaires, la réédition a retenu l’attention de chercheurs attentifs à l’ampleur du phénomène4. Sans s’intéresser forcément à la mise à jour proprement dite – en tant que processus et/ou slogan de rhétorique commerciale –, ils sont parfois en mesure d’interpréter l’échec relatif d’un livre réédité comme un indice « que la clientèle sait faire la différence5 ». Quand les travaux portant spécifiquement sur cette question restent encore peu nombreux pour le type de littérature qui nous occupe ici, plusieurs études monographiques l’ont abordé dans le domaine des livres d’architecture et de construction, en étudiant par exemple les rééditions de l’Architecture pratique de Pierre Bullet et du Traité de l’art de bâtir de Jean Rondelet6.

Fig. 1. Détails des sept éditions de Pratique de l’art de construire.

2À quel point ces éditions « revues et augmentées », assez communes dans la littérature technique, participent-elles d’une idéologie du progrès ? Tout en contribuant au foisonnement éditorial du xixe siècle, dans quelle mesure se nourrissent-elles de la production imprimée et médiatique qui les environne, empruntant aux brochures publicitaires, à l’expérience vécue des expositions au même titre qu’à la lecture des revues professionnelles ? Les évolutions de l’ouvrage de Claudel et Laroque qui interviennent au fil des éditions successives répercutent, on s’en doute, les renouvellements à l’œuvre dans le domaine de la construction, touchant autant les techniques et l’économie que la législation et l’organisation des métiers. Mais l’hypothèse centrale de cette contribution est d’envisager dans quelle mesure ces changements tiennent surtout à l’idée qu’auteurs et éditeurs se font d’un tel ouvrage pratique et du public auquel il s’adresse, dans un contexte éditorial en pleine évolution. La question revient en premier lieu à tenter de saisir le programme didactique que se fixent Joseph Claudel et L. Laroque, respectivement ingénieur centralien et entrepreneur de maçonnerie. Mais il convient conjointement d’aborder ces rééditions au filtre des stratégies des éditeurs, dont la succession – de Carilian-Goeury à Dunod (fig. 1) – recouvre dans les faits une parfaite continuité liée à la transmission d’un catalogue spécialisé dans la littérature pour architectes et ingénieurs. La révision de l’ouvrage après la mort de ses auteurs que l’éditeur confie successivement à deux ingénieurs – Louis-Auguste Barré pour l’édition de 1899 et Georges Dariès pour celle de 1910 – confirme encore les enjeux commerciaux d’une telle entreprise.

  • 7 Dandrey P., « Présentation [Archives matérielle (2) Éditions] », dans Génétique matérielle, généti (...)
  • 8 Mollier J.-Y., « L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisante », Revue d’histoire (...)

3En soumettant ici les versions successives de ce livre à une lecture comparative empruntant davantage à la critique génétique qu’à la philologie, l’interprétation des variations invite à percevoir une forme d’« épanouissement de l’ouvrage […] qui s’accomplit dans l’acte même des rééditions continues7 ». À travers le terrain particulier des livres de construction, l’ambition est ainsi de contribuer plus largement à une approche historique et critique de la réédition en tant que processus, abordée à la croisée d’une histoire culturelle des techniques et d’une histoire de l’édition « à vocation globalisante8 ».

Des techniques et des pratiques mises en livre

  • 9 PAC, p. I.
  • 10 Toussaint C.-J., Nouveau manuel complet du maçon-plâtrier, du carreleur, du couvreur et du paveur,(...)

4Lorsqu’en 1850 Joseph Claudel et L. Laroque publient Pratique de l’art de construire, leur objectif explicite est « d’exposer d’une manière aussi simple que possible » à la fois les règles pour dimensionner les ouvrages en maçonnerie, les méthodes pour les évaluer, les indices pour reconnaître la qualité des matériaux – naturels et artificiels – ainsi que les moyens de les mettre en œuvre. Ces deux derniers champs, en particulier, sont très informés : sans doute s’agit-il précisément aux yeux des auteurs de la spécificité de leur ouvrage quand, déclarent-ils, l’exécution des travaux est « pour ainsi dire, passée sous silence par [ceux] qui ont traité de l’art de bâtir9 ». À une date où existe déjà une littérature pratique consacrée à la construction et au bâtiment, dans laquelle plusieurs manuels Roret pourraient par exemple revendiquer le même argument, cette appréciation a de quoi surprendre. Pour autant, la confronter avec ce paysage éditorial permettrait-il de saisir le sens de cette remarque et par là d’examiner la nature de ce livre ? D’une part, quoique centré sur la maçonnerie et le terrassement, ce dernier témoigne d’une tentation généraliste et globalisante : détaillant les attributions des métiers et l’usage des outils (fig. 2), il couvre depuis le maniement des terres jusqu’aux « légers ouvrages » et aborde conjointement les domaines des travaux publics et du bâtiment. D’autre part, malgré la recherche de « simplicité » annoncée en avant-propos, le texte n’est pas, bien au contraire, « dépouillé de l’attirail scientifique » tels que pouvaient l’être les manuels Roret selon l’architecte Claude-Jacques Toussaint10, auteur de deux d’entre eux. Si, dans les pages qu’ils consacrent au dimensionnement des ouvrages de maçonnerie, Claudel et Laroque proposent fréquemment des règles élémentaires et des méthodes graphiques, les chapitres traitant des murs de soutènement et des voûtes – pour ne citer que ceux-ci – en appellent à des formules mathématiques plus poussées. Dès lors, dans quelle mesure cet ouvrage pratique opère-t-il une tentative de synthèse de plusieurs types de littérature technique ? La question mérite d’être examinée de deux points de vue, celui du lectorat visé et celui des auteurs.

Fig. 2. Outils pour exécuter les ouvrages en maçonnerie, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 5e édition, 1880, p. 264-265.

  • 11 La mention des ouvriers « terrassiers » dans le titre n’apparait que dans la 2e édition (1859), ma (...)
  • 12 Mertens J., « Éclairer les arts : Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), ses manuels Roret et la (...)

5« Ingénieurs, architectes, entrepreneurs, conducteurs, métreurs, ouvriers maçons et terrassiers11 » : aichée dès la couverture, la liste des catégories professionnelles auxquelles s’adresse potentiellement le livre ne dit évidemment rien de ses usages réels, du moins reflète-t-elle les intentions de ses producteurs. Une telle agrégation de métiers dans le sous-titre d’un ouvrage de construction constitue déjà un lieu commun à cette date, comme l’illustre par exemple l’Architecture pratique de Pierre Bullet dès le xviie siècle, bien qu’ici la diversification des métiers soit encore plus marquée par la présence des conducteurs et des métreurs. Mais au-delà d’une évidente stratégie éditoriale de séduction, dans quelle mesure cette diversité de destinataires oriente-elle concrètement le propos ? Tel que l’exposent les auteurs en introduction, le programme de leur livre prévoit une part d’adaptation à chacun de ces publics. Ainsi, affirment-ils, les informations très détaillées relatives à l’exécution des travaux sont principalement destinées aux ouvriers – tout comme le revendiquait déjà Toussaint par exemple dans son manuel Roret du maçon plâtrier –, les entrepreneurs trouvant quant à eux à la fois les connaissances nécessaires au choix des matériaux, à l’économie du bâtiment mais aussi à la direction des équipes sur les chantiers. Architectes et ingénieurs, enfin, peuvent par cette lecture parfaire leur formation pratique, dans la perspective de leurs propres attributions, celle de la prescription et du contrôle des travaux. Dans quelle mesure cette polyvalence du discours renvoie-t-elle à la différence de profils de Claudel et Laroque eux-mêmes ? L’association de deux auteurs est assez courante dans ce type de littérature technique d’ordre pratique, comme cela a été remarqué par exemple à propos des manuels Roret et de la littérature juridique12, sans doute tient-elle aux atouts que présente la réunion de compétences distinctes pour parfaire la vocation didactique du livre.

  • 13 Claudel enseignait auparavant à l’Association polytechnique, dont est issue – par scission – l’Ass (...)
  • 14 Laroque – dont le prénom n’est à ce jour pas connu – ne mentionne cette fonction que dans la 2e éd (...)

6Mesurer cette complémentarité chez les auteurs de Pratique de l’art de construire confronte d’emblée à un déséquilibre entre ces derniers, en termes d’attributions comme de notoriété. Quand ce livre paraît, Joseph Claudel (1815-1880), membre fondateur de l’Association philotechnique en 1848 où il enseigne la mécanique13, en a déjà publié plusieurs, en particulier Formules, tables et renseignements pratiques. Aide-mémoire des ingénieurs des architectes, etc. [sic] en 1845 et Introduction théorique et pratique à la science de l’ingénieur en 1848, tous deux édités par Carilian-Goeury et V. Dalmont. De Laroque en revanche, bien moins « en vue », il s’agit du seul ouvrage : entrepreneur de maçonnerie et de travaux public, il assure notamment la direction des travaux de la société Gariel qui exploite le ciment de Vassy, dont il suit les grands chantiers parisiens, avant d’être rattaché au service municipal de la Ville de Paris14. Si Joseph Claudel a élaboré seul le contenu scientifique et « théorique » de ses deux précédents livres, le caractère même de Pratique de l’art de construire – visiblement destiné à compléter ces derniers – implique cette fois de recourir à une expérience de terrain que, n’ayant sans doute pas lui-même, peut lui apporter son collaborateur.

7La différence de culture professionnelle des deux auteurs conduit à prêter attention à la variété des registres discursifs de l’ouvrage, pour y distinguer des modes d’argumentation renvoyant à la multiplicité des savoirs réunis dans ces pages. Le propos s’inscrit à la fois sous l’autorité des « classiques » – écrits « scientifiques » de la construction en tête, tels ceux de Jean Rondelet, de Jean-Rodolphe Perronet et de Louis Vicat mais aussi de Charles-François Mandar et de Joseph-Mathieu Sganzin, tous cités – et sous celle de l’expérience. Cette dernière mérite de s’y arrêter. Elle se rattache tout d’abord à une capitalisation et à une mutualisation des connaissances relatives à la qualité des matériaux, à la résistance des ouvrages, à la mise en œuvre et aux coûts, qui proviennent d’une littérature d’ingénieurs – en particulier de périodiques comme les Annales des Ponts et Chaussées et le Mémorial de l’officier du Génie – mais résultent aussi d’une expérience acquise par la pratique. Ainsi le livre se réfère-t-il souvent explicitement aux chantiers et aux essais réalisés par Laroque, présentés comme autant d’occasions pour l’observation concrète des techniques récentes et de leurs modalités d’exécution. Alimentée également par des informations du même ordre fournies par des entrepreneurs voire des architectes, une telle matière – complétée au fil des éditions – apparaît comme le versant le plus opératoire de ce discours technique.

  • 15 PAC, 2e éd., 1859, p. 52.
  • 16 PAC, 1850, p. 78.
  • 17 Guillerme A., La Naissance de l’industrie à Paris, entre sueur et vapeur : 1780-1830, Seyssel, Cha (...)
  • 18 PAC, p. 152.
  • 19 PAC, p. 489.

8Mais l’invocation de l’expérience sous-tend également la rhétorique du « coup d’œil » et du « coup de main », récurrente à propos de la qualité des matériaux et de leur mise en œuvre. Ainsi, pour permettre d’identifier les terres argileuses, les auteurs précisent que « l’argile desséchée à l’air happe fortement à la langue15 », ou concernant la fabrication du plâtre, font appel à un moyen comparable pour savoir « quand l’eau de lavage cesse d’être acidulée16 ». La place accordée aux informations de cet ordre, reflétant l’importance des modes de « savoir intuitif et sensoriel » dans l’industrie du bâtiment17, conduit à s’interroger sur la nature de cette publication dans la formation pratique du lectorat visé, quand tant de ces compétences évoquées – et pas seulement celles qui tiennent du geste – semblent s’acquérir principalement à l’épreuve du terrain. Même pour une tâche aussi élémentaire en apparence que l’exécution des fouilles, la connaissance de la marche à suivre ne suffit pas : « on peut arriver à des résultats bien différents, selon que l’on s’y prend avec plus ou moins d’habileté18 ». Ce registre d’appréciation des savoir-faire renvoie aussi à une autre vocation du livre – pour lequel il apparaît peut-être plus efficace – visant à fournir à l’entrepreneur, à l’architecte et à l’ingénieur des clés pour mieux contrôler la qualité d’exécution des travaux. S’il s’agit à la fois de reconnaître l’œuvre d’un « maçon habile » ou d’« ouvriers exercés » et a contrario les malfaçons moins perceptibles, les enjeux apparaissent autant d’ordre économique et juridique que technique. Comme le précise la note annexée à un tableau des prix, « il s’entreprend à Paris des légers ouvrages à raison de 2 fr. 90 et même de 2 fr. 60, et il s’en fait à façon pour 1 fr. 00 et même 0 fr. 90 le mètre carré ; mais, en inspectant les ouvrages établis à ces prix, le constructeur exercé reconnait que parfois ils sont encore payés trop cher19 ». S’il n’est pas établi que Laroque prenne lui-même la plume, son regard voire sa parole semble du moins se reconnaitre bien souvent dans le propos. Pour autant, l’expérience éditoriale et pédagogique de Joseph Claudel, habitué à la diversité d’auditoire de l’Association philotechnique, en fait sans doute l’acteur majeur des évolutions du livre. Dans quelle mesure d’ailleurs ces dernières peuvent-elles s’apparenter à la pratique d’un enseignant qui serait soucieux de parfaire ses cours au fil des ans ?

Entre actualisation et « achèvement » du livre

  • 20 PAC, 2e éd., 1859, p. i.
  • 21 Salvetat A., Leçons de céramique professées à l’École centrale des arts et manufactures, ou Techno (...)

9La deuxième édition en 1859 fait l’objet d’ajouts et de modifications qui touchent l’ouvrage en profondeur et le remanient dans sa globalité. Plus ou moins conséquentes – de l’ordre d’un chapitre entier, d’un paragraphe voire d’une phrase –, ces interventions s’opèrent de manière diffuse sous la forme d’insertion de texte, de réécriture ou d’interversion. De plusieurs natures, elles ne tiennent pas toutes d’une actualisation proprement dite et une grande partie semble surtout résulter d’un approfondissement du programme que se sont fixés les auteurs. Ces derniers apportent ici et là davantage de précision au propos ou l’élargissent à des points peu voire pas traités dans l’édition précédente, comme les terrassements souterrains, les travaux de fondation marine et enfin les voûtes biaises. Si ces chapitres sont signalés dans l’avant-propos comme « tout à fait nouveaux20 », le texte témoigne plus largement de bien d’autres modifications du même ordre, imperceptibles dans la table des matières quand elles complètent des sections déjà existantes. Non réductible à des évolutions techniques récentes, ce type de corrections reflète parfois en revanche les renouvellements de la bibliographie. Ainsi, par exemple, les pages que Claudel et Laroque introduisent dans la deuxième édition à propos des briques et notamment des terres argileuses, absentes auparavant, sont explicitement alimentées par la publication en 1857 des Leçons de céramique d’Alphonse Salvetat, issues de son cours à l’École centrale21.

  • 22 Château E., « L’édition du métré et des séries de prix du Conseil des bâtiments civils, 1795-1848  (...)
  • 23 Carvais R., « La littérature juridique du bâtiment. L’invention et le succès d’un genre doublement (...)
  • 24 Ces pages avaient toutefois été étoffées dans la 2e édition notamment par des ajouts sur la résist (...)

10Les plus significatifs de ces ajouts touchent toutefois les réalités de l’économie et du droit de la construction. Dans l’édition initiale, le dernier chapitre de l’ouvrage était constitué de tableaux répertoriant le prix de revient des heures d’ouvriers, des matériaux et des ouvrages. À une date où sont déjà publiées plusieurs « séries de prix22 », Claudel et Laroque prétendent élaborer la leur selon une méthode qui leur est propre. La deuxième édition actualise évidemment ces documents, en réorganise parfois la présentation mais surtout redistribue davantage ces questions dans tous les chapitres. De même, la législation de la construction occupe dans cette réédition une place plus importante que précédemment, s’accroissant encore dans les éditions ultérieures. Ce changement semble toutefois moins accompagner la promulgation d’un nouveau cadre réglementaire – certes réel au début des années 1850 – que refléter un contexte éditorial dans lequel la littérature juridique du bâtiment connaît dès le milieu du xixe siècle un développement notable parmi les livres « pratiques » de construction23. À en juger par les nouveaux ajouts de la troisième édition (1863), la place qui y est désormais accordée à l’environnement administratif, économique et juridique de la construction et du monde de l’entreprise semble bien relever à la fois d’une telle évolution comme d’une forme de maturation du livre. Tout en complétant les données permettant d’évaluer les travaux, l’ouvrage s’est également enrichi d’informations relatives à la rédaction des devis, aux cahiers des charges et aux procédures de l’adjudication en vigueur pour les marchés publics de l’État ou des communes. Les textes officiels relatifs à ces questions ainsi que des spécimens de ces pièces étoffent désormais le copieux « appendice » de l’ouvrage, issu d’un ancien chapitre final, initialement consacré aux seuls prix. Cette partie permet au livre, tout en restant centré sur la maçonnerie et le terrassement, d’évoquer les autres postes du chantier (fig. 3). Conjointement, le chapitre liminaire, portant jusqu’alors sur les attributions des différentes classes d’ouvriers de maçonnerie, propose à partir de la troisième édition un aperçu des acteurs de la commande publique et de l’organisation des services publics. L’apparition dans cette même édition d’un modeste chapitre spécifiquement consacré à la « résistance des matériaux » ne doit en revanche pas tromper : déjà présent dans la précédente, le texte est extrait du chapitre sur la maçonnerie et autonomisé sans modification24.

  • 25 « Revus et augmentés » à plusieurs reprises, les autres ouvrages de Joseph Claudel publiés chez Ca (...)

11Dans quelle mesure la troisième édition (1863) constitue-t-elle aux yeux de Claudel et Laroque une forme « achevée » du programme qu’ils s’étaient fixés ? Si les rééditions suivantes actualisent voire approfondissent les sujets traités, l’économie générale de la table des matières et l’iconographie sont pour ainsi dire fixées : du vivant des auteurs, c’est-à-dire jusqu’à la cinquième édition incluse (1880), elles ne connaitront plus de remaniements aussi structurels que ceux intervenus depuis 1850. Complémentaire des précédents livres de Joseph Claudel, eux aussi constamment réédités25, Pratique de l’art de construire s’en rapproche au fil de ses versions successives par un propos « scientifique » assez marqué (fig. 4). Néanmoins, les évolutions constatées permettent de voir comment se précise et s’enrichit la manière dont les auteurs envisagent le caractère pratique de l’ouvrage, ce qui semble aussi se mesurer à travers les modifications apportées à son organisation. Ainsi, l’index des matières n’apparaît que dans la deuxième édition et son accroissement progressif jusqu’à la quatrième édition ne tient pas seulement à l’épaississement du livre mais sans doute à une volonté d’améliorer cet outil de lecture analytique.

Fig. 3. Tuyaux de cheminées, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 5e édition, 1880, p. 614-615.

  • 26 Guillerme A., Bâtir la ville. Les révolutions industrielles dans les matériaux de construction. Fr (...)
  • 27 PAC, 2e éd., 1859, p. 106.
  • 28 Ibid., p. 100. L’appréciation persiste dans l’ouvrage.
  • 29 PAC, 1850, p. 63.
  • 30 PAC, 3e éd., 1863, p. 97. Seul un mot le mentionne dans l’édition de 1859 !
  • 31 Delesse A., Matériaux de construction de l’exposition universelle de 1855, Paris, Victor Dalmont é (...)
  • 32 PAC, 4e éd., 1870, p. 341.

12Examiner ce qui tient de l’actualisation proprement dite dans les rééditions de l’ouvrage conduit à s’intéresser plus particulièrement aux pages consacrées à des secteurs de la construction marqués par un fort renouvellement technique et économique au cours de la période, comme celui des ciments et bétons26. Un tel choix est d’ailleurs encouragé par les attributions même de Laroque, attaché comme on l’a vu à la société qui exploite le ciment de Vassy. Il s’agit de l’un des ciments naturels à prise rapide provenant de la cuisson de calcaires argileux, qu’à l’époque on désigne sous l’appellation erronée de « ciments romains » par référence à la dureté mythique des mortiers antiques, bien qu’ils aient avec ces derniers peu de points communs. Découvert en 1831 par Honoré Gariel, le ciment de Vassy (Yonne) en est un des plus réputés au milieu du siècle. Il se caractérise par une prise rapide qui, s’il est employé pur, est d’« une ou deux minutes quand le calcaire provient des bancs supérieurs27 », mais cette durée augmente non seulement avec la profondeur d’extraction mais aussi avec l’âge du ciment. Ayant la propriété de prendre sous l’eau, il présente des qualités de durcissement et d’étanchéité qui lui valent notamment d’être employé dans les travaux de la ville de Paris (réservoirs, ponts et égouts) puis durablement prescrit pour les travaux hydraulique de l’État, dans un contexte de développement rapide du secteur. « Plus de vingt-cinq variétés de ciment romain figuraient à l’Exposition universelle de 1855 » rappellent Claudel et Laroque en 1859, qui pourtant évoquent seulement trois autres ciments naturels, assez succinctement d’ailleurs, comme représentant « les espèces préférées en France, et réputées pour la régularité de leur fabrication28 ». Celui de Pouilly-en-Auxois (Côte-d’Or), découvert par l’ingénieur des Ponts et Chaussée Lacordaire, y fait figure de pionnier. Le ciment de Molesme en revanche, qui dans la première édition déjà « pass[ait] pour être moins bon29 », disparaît définitivement de la suivante. Le « ciment de Grenoble » n’y est quant à lui cité que pour mémoire et le reste jusqu’en 1880 en dépit de l’importance de sa production. Le ciment de Portland, autre produit emblématique, présenté « à juste titre comme le type des ciments romains artificiels à prise lente30 », fait pour ainsi dire son entrée dans la troisième édition (1863) en décalage sensible avec le début de sa fabrication française par la société Dupont et Demarle à Boulogne-sur-Mer à partir de 1848. Un délai comparable précède l’insertion dans la quatrième édition (1870) des « bétons économiques » et « agglomérés » promus par François Coignet. Présentés à l’exposition universelle de 1855, ces procédés sont ici évoqués au filtre de la publication que l’ingénieur des Mines Achille Delesse a consacré aux matériaux de construction présentés à cette occasion31, mais aussi à partir de la documentation adressée par l’industriel lui-même. Le classement de ces bétons au chapitre des « maçonneries de pisé » semble suggéré par ces lectures – Coignet emploie lui-même le terme de « béton pisé » – autant que par la reconnaissance des parentés existant entre ces deux techniques, produisant des maçonneries monolithes par l’emploi de coffrages et du pilonnage. Cela étant, tout en assimilant ce « béton dur » aux « bétons de ciment » et en reconnaissant que le potentiel des ciments Portland peut laisser imaginer que « cette matière sera adoptée dans bien des cas », Claudel et Laroque s’interrogent toutefois sur l’expansion possible de ce béton, pourtant prophétisée par son inventeur : « ce serait se faire illusion que de supposer qu’[il] peut remplacer nos bonnes maçonneries dans la généralité des constructions32 ». Si les retouches apportées au texte pour intégrer ces techniques innovantes reflètent assurément des renouvellements alors à l’œuvre, a contrario les persistances observables dans le secteur de la construction, durablement empreint de pratiques traditionnelles, se mesurent aussi dans l’ouvrage par la permanence de pans entiers du texte qui n’évoluent guère d’une édition à l’autre, comme l’illustre bien le chapitre sur l’outillage.

Fig. 4. Voûtes biaises, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 5e édition, 1880, p. 564-565.

D’une « librairie » spécialisée à un produit éditorial concurrentiel

  • 33 Tesnière V., « L’édition universitaire », dans Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vi (...)
  • 34 Chatzis K., Ribeill G., « Des périodiques techniques par et pour les ingénieurs. Un panorama sugge (...)
  • 35 Dejardin, Routine de l’établissement des voûtes, ou Recueil de formules pratiques et de tables dét (...)
  • 36 Parmi les versions de l’ouvrage consultées pour cette recherche, majoritairement reliées, seuls le (...)

13Les transformations les plus radicales du livre de Claudel et Laroque interviennent dans ses rééditions « posthumes », elles tiennent autant de la mise à jour que du changement de programme éditorial. Comprendre la longévité de l’ouvrage – à défaut de pouvoir véritablement mesurer son « succès » – invite à confronter ses rééditions avec le catalogue de son éditeur, ou plutôt de ses éditeurs successifs. Connue dans ses grandes lignes, la transmission du fonds de Carilian-Goeury, « libraire des corps des Ponts et Chaussées et des Mines », à Victor Dalmont puis à Charles Dunod33 témoigne d’une continuité de positionnement autour d’une littérature spécialisée – livres et périodiques – produite en premier lieu par et pour les ingénieurs34. Les points de contacts entre Pratique de l’art de construire et ce catalogue ne manquent pas, la littérature technique citée dans l’ouvrage de Claudel et Laroque en provient en partie. La parenté de sujet et la spécialisation de l’éditeur l’expliquent évidemment, comme le dénotent notamment les renvois aux Annales des Ponts et Chaussées et aux Annales des Mines, que publie cette maison. De même les références à des auteurs édités ou réédités par Carilian-Goeury et Dalmont, depuis Sganzin et Vicat jusqu’à l’ingénieur Dejardin35, confirment l’inscription du livre dans une « librairie » spécialisée. Pour autant, à mesure que le champ éditorial devient plus concurrentiel, à quel point la portée commerciale et même publicitaire de ces indications se fait-elle davantage sentir lorsque les ouvrages cités dans le corps du texte apparaissent aussi dans l’extrait du catalogue reproduit en quatrième de couverture avant d’occuper les premières ou dernières pages de l’ouvrage36 ?

  • 37 Barré L.-A., Mémento de l’architecte et de l’entrepreneur. Théorie pratique et législation du bâti (...)
  • 38 Douliot J.-P., Traité spécial de la coupe des pierres, 2e éd. augmentée par F.-M. Jaÿ, J. Claudel (...)
  • 39 Courtois G., « Bibliographie. Pratique de l’art de construire, par J. Claudel et L. Laroque, 6e éd (...)

14À la fin du siècle, soit une vingtaine d’années après la précédente édition de Pratique de l’art de construire et après le décès de ses deux auteurs, la veuve Dunod en confie la révision à Louis-Auguste Barré (1827-1899), lui aussi ingénieur centralien et professeur à l’association philotechnique. Auteur de plusieurs ouvrages – dont un Manuel de génie sanitaire et une Petite Encyclopédie pratique du bâtiment parus chez des éditeurs concurrents37 –, ce dernier est aussi et surtout un familier de Dunod et de Joseph Claudel, son ancien professeur et ami. Il avait ainsi contribué à la réédition du Traité de la coupe des pierres de Jean-Paul Douliot (1862-1869)38 et complété le Traité de l’art de la charpenterie du colonel Amand-Rose Emy, par des Éléments de charpenterie métallique en 1870. Barré s’était déjà occupé en 1880 des corrections de Pratique de l’art de construire (5e édition), puis après la mort de Joseph Claudel, de la mise à jour des autres ouvrages de ce dernier, Introduction théorique et pratique à la science de l’ingénieur (7e édition, 1883) et Formules, tables et renseignements pratiques. Aide-mémoire des ingénieurs des architectes, etc. (10e édition, 1892). La sixième édition du « Claudel et Laroque » en 1899 s’accompagne d’une significative extension du propos : au noyau initial, resté centré sur la maçonnerie, le terrassement et la plâtrerie, Louis-Auguste Barré ajoute plusieurs chapitres consacrés à la charpente en fer et en bois, à la serrurerie, à la couverture, au chauffage et à la ventilation, à la peinture, à l’hydraulique et à l’assainissement. Ces derniers sont toutefois plus courts et moins approfondis que les chapitres initiaux constamment remis à jour, qui occupent encore la moitié de l’ouvrage. « Certains de ces chapitres (le plus grand nombre) sont bien traités, estime une recension, et donnent des renseignements […] encore peu répandus », quelques-uns sont en revanche jugés « un peu trop écourtés (celui de la plomberie entre autres)39 ». L’accroissement de l’iconographie est plus éloquent encore : le nombre de figures est multiplié par six, passant de 167 dans l’édition précédente à plus d’un millier (fig. 5).

Fig. 5. Détails constructifs des planchers en bois, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 7e édition, 1910, p. 1032-1033. Ces figures apparaissaient déjà selon la même disposition dans la 6e édition.

  • 40 Olivero I., L’Invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à la fo (...)

15Dans un contexte éditorial où ce type d’ouvrage constitue un champ devenu plus concurrentiel en quelques années, la stratégie des éditions Dunod est essentielle à saisir pour comprendre ce saut d’échelle. Fort de l’aura du fonds de littérature pour ingénieurs et architectes dont elle a hérité, cette maison consolide sa place dans le domaine du livre technique en développant en particulier comme ses concurrents directs une logique de collection, interprétable aujourd’hui comme « un support avant tout commercial de l’imprimé40 ». La « Bibliothèque du conducteur de travaux publics », qu’elle lance en 1896 compte une trentaine de volumes au début du siècle suivant. Bien qu’autonomes, ces derniers n’en témoignent pas moins d’une ambition encyclopédique visant à réunir – comme l’affirme le titre de la collection – l’« ensemble les connaissances indispensables aux conducteurs des Ponts et Chaussées et conducteurs municipaux, agents voyers, contrôleurs des Mines, chefs de sections, architectes, entrepreneurs, conducteurs de travaux, inspecteurs, vérificateurs, etc. » Dans ce paysage éditorial foisonnant et volontiers redondant de la fin du siècle, le livre de Claudel et Laroque semble en concurrence avec des ouvrages d’autres catalogues qui, sans être rigoureusement du même ordre, recouvrent globalement un horizon d’attente unitaire.

  • 41 Ramée D., L’Architecture et la construction pratique mise à la portée des gens du monde, des élève (...)
  • 42 Le titre complet du premier tome de l’ouvrage de Gustave Oslet pourrait en témoigner : Cours de co (...)

16En termes de format et de cadrage, Pratique de l’art de construire peut à cette date être comparé avec d’autres publications synthétiques, offrant en un seul fort volume un aperçu réputé systématique des connaissances utiles en matière de construction. Ce qui était le programme poursuivi par Claudel et Laroque – développé encore par l’intervention de Louis-Auguste Barré – s’observe aussi par exemple dans L’architecture et la construction pratique de Daniel Ramée (Firmin-Didot, sept éditions de 1868 à 191541) ou dans le Traité des constructions civiles d’Étienne Barberot (Baudry puis Béranger, sept éditions de 1895 à 1947). Si la concision le dispute parfois au caractère pratique, les extensions données à la table des matières confrontent auteurs et éditeurs aux limites physiques du volume unique. Bien que, par sa nature, le livre de Claudel et Laroque semble devoir être rattaché à cette dernière catégorie, sa spécialisation initiale encourage également à le rapprocher des tomes correspondants (maçonnerie, terrassement et plâtrerie) dans des ouvrages plus conséquents comme Architecture et construction civiles de Jules Denfer (huit volumes, Paris, Baudry puis Gauthier-Villars, 1891-1897, rééd. 1910) ou le monumental Cours de construction édité sous la direction de Gustave Oslet (vingt parties de plusieurs tomes chacune, 1890-1920), s’inscrivant d’ailleurs chacun dans une collection plus vaste, explicitement « encyclopédique ». Dans quelle mesure, au-delà de leurs différences de caractère et de dénomination (traité, cours ou manuel), tous ces ouvrages témoignent-ils plus que jamais d’un brouillage des frontières entre ces catégories éditoriales, en apparaissant aussi complémentaires dans leur contenu que concurrents en tant que produits ? L’extension du champ des savoirs techniques nécessaires aux professionnels de la construction n’est évidemment pas étrangère aux mutations que connaît globalement cette littérature. À quel point reflète-t-elle les évolutions d’un horizon d’attente42 ? La question ne doit pas conduire à sous-estimer la diversité des publics visés. Les transformations du livre de Claudel et Laroque à la fin du siècle (6e édition) pourraient bien être emblématiques de ces tensions. Conservant son statut d’ouvrage de référence – fruit d’une réputation gagnée au fil du temps – tout en étendant encore le champ des connaissances ici condensées, il touche aux limites de la forme du manuel.

La réédition interrogée au filtre des usages du livre ?

  • 43 « Rapport concernant les travaux de restauration des ponts de Louhans avec du ciment de Vassy, à M (...)
  • 44 Ramée D., L’Architecture et la construction pratique […], op. cit., p. iv. Jusque dans son édition (...)
  • 45 Claudel J., Formules, tables et renseignements pratiques, op. cit., 4e éd., p. viii.

17Sans prétendre envisager les usages du livre de Claudel et Laroque – dépassant largement l’objet de cette contribution –, l’intérêt porté ici à ses rééditions ne peut ignorer sa réception. Si la réimpression est ordinairement perçue comme un signe de succès commercial, sans doute l’épuisement du nombre total d’exemplaires ne suffit-il pas à motiver une nouvelle édition. La fortune critique gagnée par le livre est plus déterminante, elle se mesure entre autres par le nombre de ses citations dans la littérature technique. En lui empruntant explicitement des données chiffrées ou des détails pratiques, les auteurs qui s’y réfèrent convoquent son autorité mais concourent aussi à sa promotion. L’indication de cette source se mue parfois même en franche recommandation, lorsque par exemple dans les Annales des chemins vicinaux, l’auteur d’un rapport sur le ciment de Vassy juge utile de reproduire des informations et des tableaux « qui ne peuvent manquer d’intéresser ceux des constructeurs qui ne possèdent pas cet intéressant ouvrage43 ». C’est encore sur ce mode que Pratique de l’art de construire est invoqué dans de nombreux livres – telle la réédition du Nouveau manuel complet du maçon, du stucateur, du carreleur et du paveur de Toussaint déjà évoqué dans la collection Roret – et figure dans la bibliographie de L’architecture et la construction pratique de Daniel Ramée parmi « les ouvrages les plus estimés44 ». Mais, en marge de cette notoriété, dans quelle mesure les évolutions du propos reflètent-elles un autre impact de sa réception, manifesté par exemple par les réactions de lecteurs ? Joseph Claudel l’évoque dans la nouvelle édition de l’un de ses autres livres, pour adresser sa « plus vive reconnaissance aux personnes qui ont bien voulu [lui] communiquer leurs observations ». Elles verront, ajoute-t-il, « dans le courant de l’ouvrage, l’importance que nous attachons à leurs renseignements par le soin que nous avons apporté à en donner tous les détails45 ».

  • 46 Mollier J.-Y., « Le manuel scolaire et la bibliothèque du peuple », Romantisme, no 80, 1993, p. 79 (...)

18Certes utile aujourd’hui à l’historien, l’existence dans les fonds des bibliothèques publiques de collections – parfois « complètes » – des éditions consécutives de Pratique de l’art de construire ne doit pas tromper sur les pratiques réelles des lecteurs présumés (« ingénieurs, architectes, entrepreneurs », etc.). Si dans le domaine des livres scolaires voire universitaires, les souscriptions ministérielles, les commandes municipales et l’extension du lectorat – par son renouvellement naturel – assurent la vente des nouvelles éditions46, quels sont les autres vecteurs de leur diffusion dans le cas d’ouvrages pratiques, scientifiques ou techniques ? En dépit de l’argument publicitaire de la mise à jour, dans quelle mesure la commercialisation d’une nouvelle édition peut-elle inciter un possesseur de l’ouvrage à remplacer son propre exemplaire ? À défaut de pouvoir répondre à une telle question, du moins peut-on s’interroger sur la circulation de cette littérature technique « revue et augmentée » parmi les différentes catégories de public visées. À chaque réédition du livre, l’inévitable coexistence de ses éditions successives – à travers les bibliothèques privées et publiques dans lesquelles elles sont réparties – étend encore la pluralité déjà évoquée du discours comme de sa réception : tenant pour une part à la diversité de culture professionnelle des lecteurs, cette multiplicité est-elle également liée à l’ancienneté ou au contraire à la nouveauté de l’édition consultée ?

  • 47 Martin H.-J., Chartier R., Vivet J.-P. éd., Histoire de l’édition française, tome IV, Le livre con (...)
  • 48 Gille B., « Prolégomènes à une histoire des techniques », dans Histoire des techniques, Paris, Gal (...)
  • 49 Gardey D., Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés c (...)
  • 50 Courtois G., « Bibliographie », art. cit., p. 97-98.
  • 51 Fayet-Scribe S., Histoire de la documentation en France. Culture, science et technologie de l’info (...)

19À la fin du xixe siècle, si dans le domaine de la littérature technique comme dans d’autres secteurs de l’édition le support livre subit une « concurrence47 », celle-ci traduit plus largement l’évolution des vecteurs de l’information technique. De ce point de vue, l’appréciation des temporalités de ces derniers, qui oppose généralement celle des revues « donn[ant] au public une idée exacte du progrès technique » à celle des traités, « à reprendre perpétuellement48 », peut aujourd’hui être affinée en mesurant la diversité nouvelle des médias, à commencer par les périodiques et les publications dont le propos technique n’est pas détaché d’une vocation publicitaire. À une date où cette inflation de l’imprimé concourt à l’émergence des méthodes de classement et de documentation pensées comme science et « activité cognitive49 », dans les bureaux, les laboratoires et les bibliothèques, sans doute ces contraintes s’imposent-elles aussi aux ressources professionnelles d’un architecte, d’un ingénieur ou d’un entrepreneur, même à une échelle moindre que dans l’administration et la recherche. Ce constat peut-il apporter un éclairage aux pratiques de la réédition à la fin du xixe siècle, qu’illustrerait particulièrement la sixième édition très amplifiée de l’ouvrage de Claudel et Laroque ? À envisager cette dernière comme un produit éditorial, dans quelle mesure sa mise à jour ostensible relève-t-elle d’une stratégie d’éditeur visant à résister à la concurrence que subit le livre ? À la considérer d’un autre point de vue comme un outil pratique, l’actualisation technique qu’elle propose ne rejoint-elle pas les ambitions didactiques initiales des deux auteurs ? Si la refonte de l’ouvrage en a fait un « véritable cours pratique de construction », comme l’estime une recension, elle consacre encore son rôle précieux pour « tous ceux […] qui ont besoin de trouver rapidement les renseignements multiples relatifs aux constructions50 ». L’effort de synthèse opéré ici peut alors s’apparenter à une volonté de dépasser l’émiettement de l’information diffusée par différentes voies. En effet, au début du xxe siècle, « l’objet livre » n’est-il pas justement « beaucoup plus facile à normaliser que l’information et les nouvelles formes d’accès qu’elle emprunte51 » ?

Notes

1 Claudel J., Laroque L., Pratique de l’art de construire […], 7e édition entièrement refondue, revue et corrigée par de nombreux collaborateurs sous la direction de Georges Dariès, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1910, p. vi.

2 L’ouvrage reste en librairie après la Première guerre mondiale, la septième édition fait l’objet d’un retirage en 1920. Elle donne également lieu en 1909 à une version espagnole, sous forme de fascicules sous le titre Enciclopedia práctica de construcción moderna (rééditée en 1940).

3 Claudel J., Laroque L., Pratique de l’art de construire [désormais cité PAC], 2e édition, 1859.

4 Choppin A., Les Manuels scolaires : histoire et actualité, Paris, Hachette Éducation, 1992, p. 79-83 ; Tesnière V, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire 1860-1968, Paris, PUF, 2001 ; Bensaude-Vincent B., Garcia Belmar A., Bertomeu Sanchez J. R. (dir.), L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852), Paris, Éditions des archives contemporaines, 2003 ; Garçon A.-F., « Roret ou la technologie grand public », L’Imaginaire et la pensée technique. Une approche historique, xvie-xxe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 179-193 ; Chambost A.-S. (dir.), Histoire des manuels de droit. Une histoire de la littérature juridique comme forme du discours universitaire, Paris, Lextenso éditions, LGDJ, 2014.

5 Tesnière V., « Le livre de science en France au xixe siècle », Romantisme, no 80, 1993, p. 76.

6 Charon A., « Un traité pour les maçons en usage de la fin du xviie siècle aux débuts au xixe siècle : l’Architecture pratique de Pierre Bullet », dans Garric J. P., Nègre V. et Thomine-Berrada (dir.), La Construction savante. Les avatars de la littérature technique, Paris, Picard, INHA, 2008, p. 55-71 ; Middleton R., Baudouin-Matuszek M.-N., Jean Rondelet. The Architect as Technician, London, Yale University Press, 2007, p. 199-232 ; Négre V., « Some Considerations on Traité de L’Art de Bâtir by Rondelet and the Technical Literature of his Time », dans Kurrer K.-E., Lorenz W., Wetzk V. (dir.), Proceedings of the Third International Congress on Construction History, Cottbus, Brandenburg University of Technology, 2009, vol. 3, p. 1089-1096.

7 Dandrey P., « Présentation [Archives matérielle (2) Éditions] », dans Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, Québec, Presses universitaires de Laval, 2009, p. 114.

8 Mollier J.-Y., « L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisante », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 43, no 2, 1996, p. 329-348.

9 PAC, p. I.

10 Toussaint C.-J., Nouveau manuel complet du maçon-plâtrier, du carreleur, du couvreur et du paveur, Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1841, p. 3. Cet auteur exprimait déjà la même idée en introduction de son Manuel d’architecture, ou Traité de l’art de bâtir (Paris, Roret, 1828).

11 La mention des ouvriers « terrassiers » dans le titre n’apparait que dans la 2e édition (1859), mais le livre traitait déjà de leurs tâches.

12 Mertens J., « Éclairer les arts : Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), ses manuels Roret et la pénétration des sciences appliquées dans les arts et manufactures », Documents pour l’histoire des techniques, no 18, décembre 2009, p. 95-112 ; Chambost A.-S. (dir.), op. cit.

13 Claudel enseignait auparavant à l’Association polytechnique, dont est issue – par scission – l’Association philotechnique.

14 Laroque – dont le prénom n’est à ce jour pas connu – ne mentionne cette fonction que dans la 2e édition de l’ouvrage en 1859. Il l’a quittée avant 1870, comme le signale la 4e édition.

15 PAC, 2e éd., 1859, p. 52.

16 PAC, 1850, p. 78.

17 Guillerme A., La Naissance de l’industrie à Paris, entre sueur et vapeur : 1780-1830, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 12. À ce titre, la mise en livre de ces savoirs techniques du bâtiment mériterait d’être confrontée à ses équivalents pour d’autres secteurs de l’artisanat.

18 PAC, p. 152.

19 PAC, p. 489.

20 PAC, 2e éd., 1859, p. i.

21 Salvetat A., Leçons de céramique professées à l’École centrale des arts et manufactures, ou Technologie céramique comprenant les notions de chimie, de technologie et de pyrotechnie applicables à la fabrication, à la synthèse, à l’analyse, à la décoration des poteries, Paris, Mallet-Bachelier, 1857, 2 vol. in-18 °.

22 Château E., « L’édition du métré et des séries de prix du Conseil des bâtiments civils, 1795-1848 », dans Garric J.-P., Nègre V. et Thomine-Berrada A. (dir.), op. cit., p. 103-112.

23 Carvais R., « La littérature juridique du bâtiment. L’invention et le succès d’un genre doublement technique, 1748-1950 », ibid., p. 89-102.

24 Ces pages avaient toutefois été étoffées dans la 2e édition notamment par des ajouts sur la résistance des mortiers.

25 « Revus et augmentés » à plusieurs reprises, les autres ouvrages de Joseph Claudel publiés chez Carilian-Goeury, Dalmont et Dunod sont eux aussi devenus des « classiques » : Formules, tables et renseignements pratiques. Aide-mémoire des ingénieurs des architectes, etc. (onze éditions de 1845 à 1907) et Introduction théorique et pratique à la science de l’ingénieur (huit éditions de 1848 à 1913).

26 Guillerme A., Bâtir la ville. Les révolutions industrielles dans les matériaux de construction. France-Grande-Bretagne (1760-1840), Seyssel, Champ Vallon, 1995 ; Simonnet C., Le Béton. Histoire d’un matériau : économie, technique, architecture, Marseille, Parenthèses, 2005 ; « Les ciments naturels », Monumental, 2006, p. 89-109.

27 PAC, 2e éd., 1859, p. 106.

28 Ibid., p. 100. L’appréciation persiste dans l’ouvrage.

29 PAC, 1850, p. 63.

30 PAC, 3e éd., 1863, p. 97. Seul un mot le mentionne dans l’édition de 1859 !

31 Delesse A., Matériaux de construction de l’exposition universelle de 1855, Paris, Victor Dalmont éditeur, 1856.

32 PAC, 4e éd., 1870, p. 341.

33 Tesnière V., « L’édition universitaire », dans Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet éd., Histoire de l’édition française. Tome III. Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle époque, Paris, Promodis, 1985, p. 219. L’IMEC conserve un fonds Dunod, constitué d’ouvrages et de catalogues, il couvre une période allant de 1905 à 1995, date de son dépôt par l’éditeur.

34 Chatzis K., Ribeill G., « Des périodiques techniques par et pour les ingénieurs. Un panorama suggestif, 1800-1914 », dans Bret P., Chatzis K. et Hilaire-Pérez L. (dir.), La Presse et les périodiques techniques en Europe 1750-1950, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 115-157.

35 Dejardin, Routine de l’établissement des voûtes, ou Recueil de formules pratiques et de tables déterminant a priori et d’une manière éléme²ntaire le tracé, les dimensions d’équilibre et le métrage des voûtes d’une espèce quelconque, Carilian-Goeury et V. Dalmont, 1845 (3 rééd. jusqu’en 1879).

36 Parmi les versions de l’ouvrage consultées pour cette recherche, majoritairement reliées, seuls les – rares – exemplaires brochés comportent un extrait de catalogue en quatrième de couverture. cf. par exemple, BnF, V-34931, 4e éd., 1870.

37 Barré L.-A., Mémento de l’architecte et de l’entrepreneur. Théorie pratique et législation du bâtiment, Paris, E. Bernard, 1896 ; id., Manuel de génie sanitaire, Paris, J.-B. Baillière et fils, 2 tomes, 1897-1898 (coll. Bibliothèque des connaissances utiles) ; Barré L.-A. éd., Petite Encyclopédie pratique du bâtiment, Paris, E. Bernard, 1898.

38 Douliot J.-P., Traité spécial de la coupe des pierres, 2e éd. augmentée par F.-M. Jaÿ, J. Claudel et L.-A. Barré, Paris, Dunod, 2 vol., 1862-1869.

39 Courtois G., « Bibliographie. Pratique de l’art de construire, par J. Claudel et L. Laroque, 6e édition », Mémoires de la Société des ingénieurs civils, vol. 74, 1er semestre 1900, p. 97-98.

40 Olivero I., L’Invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au xixe siècle, Paris, Éditions de l’IMEC / Éditions de la MSH, 1999, p. 16.

41 Ramée D., L’Architecture et la construction pratique mise à la portée des gens du monde, des élèves et de tous ceux qui veulent faire bâtir, Paris, Firmin-Didot, 1868.

42 Le titre complet du premier tome de l’ouvrage de Gustave Oslet pourrait en témoigner : Cours de construction destiné aux conducteurs et employés des Ponts et chaussées, agents-voyers, architectes, garde-mines, employés des chemins de fer, entrepreneurs, maîtres ouvriers (charpentier, menuisier, serrurier, maçons, tailleurs de pierre, etc.), et à toutes les personnes s’occupant de travaux à un titre quelconque, Première partie. Matériaux de construction et leur emploi, Paris, H. Chairgrasse fils, [1890].

43 « Rapport concernant les travaux de restauration des ponts de Louhans avec du ciment de Vassy, à M. l’agent voyer en chef, par M. Gaguin, agent voyer d’arrondissement à Louhans », Annales des chemins vicinaux, tome XIV, 1858, p. 131.

44 Ramée D., L’Architecture et la construction pratique […], op. cit., p. iv. Jusque dans son édition de 1915, le texte fait invariablement référence à la 2e édition de Pratique de l’art de construire (1859).

45 Claudel J., Formules, tables et renseignements pratiques, op. cit., 4e éd., p. viii.

46 Mollier J.-Y., « Le manuel scolaire et la bibliothèque du peuple », Romantisme, no 80, 1993, p. 79-93 ; Tesnière V., Le Quadrige., op. cit.

47 Martin H.-J., Chartier R., Vivet J.-P. éd., Histoire de l’édition française, tome IV, Le livre concurrencé 1900-1950, Paris, Promodis, 1986.

48 Gille B., « Prolégomènes à une histoire des techniques », dans Histoire des techniques, Paris, Gallimard (Encyclopédie de la Pléiade), 1978, p. 84.

49 Gardey D., Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008, p. 147.

50 Courtois G., « Bibliographie », art. cit., p. 97-98.

51 Fayet-Scribe S., Histoire de la documentation en France. Culture, science et technologie de l’information, 1895-1937, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 15.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Détails des sept éditions de Pratique de l’art de construire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 2. Outils pour exécuter les ouvrages en maçonnerie, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 5e édition, 1880, p. 264-265.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 3. Tuyaux de cheminées, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 5e édition, 1880, p. 614-615.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Fig. 4. Voûtes biaises, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 5e édition, 1880, p. 564-565.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Fig. 5. Détails constructifs des planchers en bois, double page de Claudel, Laroque, Pratique de l’art de construire, 7e édition, 1910, p. 1032-1033. Ces figures apparaissaient déjà selon la même disposition dans la 6e édition.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search