Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Cinquième partie - Économie du livre technique

Le livre mathématique au xixe siècle : libraires, typographes et graveurs (1810-1864)

The Book of Mathematics in the 19th Century: Book Sellers, Typographers and Engravers

Norbert Verdier

Résumé

Production et circulation des mathématiques ne sont pas que des problématiques d’ordre intellectuel mais relèvent aussi de considérations matérielles et économiques. À ce titre, différents acteurs du monde des livres (libraires, typographes et graveurs) interviennent de manière prépondérante. Nous présentons et analysons les productions de l’éditeur Bachelier qui a été l’un des plus importants éditeurs mathématiques du xixe siècle en France et en Europe. Nous nous arrêtons tout particulièrement sur le rôle du prote devenu directeur de ce libraire-imprimeur : Théodore Bailleul (1797-1875). Au-delà du cas d’étude de la maison d’édition Bachelier, nous donnons à voir toute une cartographie de l’édition des mathématiques sur le long terme entre les années 1750 et 1850.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jobard A. et Moigno F., « M. Bachelier », La Presse, no 4879, 10 novembre 1849.

1L’histoire du livre est un champ historique très développé en France mais les livres de mathématiques constituent des points sinon invisibles au moins obscurs de cette histoire. Ce texte commence dans un premier temps par dresser un bilan historiographique sur ce qu’il convient de nommer plus précisément l’histoire du livre (de sciences), des pratiques d’édition et de lecture. Dans un second temps, après avoir exploité des fonds d’archives jusqu’alors peu étudiés, nous nous arrêterons plus spécifiquement sur l’édition des livres mathématiques en France et tout particulièrement sur le rôle central joué par la maison Bachelier à Paris qui devient Gauthier-Villars en 1864. Au milieu du siècle, le journal La Presse va jusqu’à affirmer sous la plume de Jean-Baptiste-Ambroise Marcellin Jobard (1792-1861) et de l’abbé Moigno (1804-1884) : « M. Bachelier aime son art comme art ; il est éminemment modeste et désintéressé ; il n’a reculé devant aucun sacrifice pour atteindre à une supériorité incontestable et incontestée sur toutes les imprimeries mathématiques du monde1. » Nous interrogerons cette affirmation en nous focalisant sur ce qu’a de spécifique la représentation matérielle des mathématiques.

Publier des mathématiques du xviiie au xixe siècle

  • 2 Darnton R., The Business of Enlightenment. A Publishing History of the Encyclopédie 1775-1800, Camb (...)
  • 3 Ibid., p. 246-325.

2Les travaux des dix-huitiémistes montrent qu’au xviiie siècle avec le développement de l’alphabétisation et de la production de l’imprimé, des milliers de lecteurs accèdent aux textes. Entre le début et la fin du siècle, la production triple pour atteindre plus d’un millier de titres par an. Les goûts évoluent et se transforment : la part des livres religieux et juridiques décline progressivement tandis que celle des belles-lettres, de l’histoire et des sciences naturelles progresse. Les ouvrages philosophiques sont inégalement présents sur le territoire. Dans The Business of Enlightenment. A Publishing History of the Encyclopédie 1775-1800, Robert Darnton montre l’importante diffusion de L’Encyclopédie de Denis Diderot (1713-1784) et Jean le Rond d’Alembert (1717-1783)2 : des milliers de souscripteurs à Paris mais aussi partout dans les grandes villes de France (Toulouse, Bordeaux, Dijon, etc.) et à l’étranger font de cette publication non seulement une aventure intellectuelle qui a suscité de nombreuses études mais aussi le véritable « best-seller » du siècle des Lumières3.

  • 4 Peiffer J., « Faire des mathématiques par lettres », Revue d’histoire des mathématiques, no 4, 1998 (...)
  • 5 Gispert H., « Les journaux scientifiques en Europe », dans Blay M. et Nicolaïdis E. (dir.), L’Europ (...)
  • 6 Juratic S., « Publier les sciences au xviiie siècle : la librairie parisienne et la diffusion des s (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Verdier N., « L’édition mathématique en France 1750-1850 : héritages et reconfigurations », dans Gi (...)

3Au xviiie siècle, les mathématiques atteignent des sphères privées par les réseaux épistolaires4, et des sphères savantes par les journaux savants comme le triptyque éditorial : Journal des sçavants à Paris, Philosophical Transactions à Londres et Acta Eruditorum à Leipzig5. L’édition scientifique à l’époque des Lumières a été étudiée par Sabine Juratic6. Une de ses conclusions est que la publication des sciences au xviiie siècle « privilégie encore à cette époque une conception universaliste des savoirs et ne s’accompagne pas de spécialisation exclusive des libraires7 ». Dans un article récent8, nous avons étudié le milieu des libraires, imprimeurs et libraires-imprimeurs investis dans la production d’ouvrages de mathématiques, entre 1750 et 1850. Grâce à l’établissement d’une première cartographie de cet espace éditorial complexe et hétérogène, complétée par des études de cas sur de grandes maisons d’édition, nous avons dégagé des premières tendances et dynamiques d’évolution sur le temps long de la période. Il apparaît ainsi qu’un nombre déjà important d’imprimeurs ou libraires édite des livres de mathématiques dans la seconde moitié du xviiie siècle. Le nombre augmente cependant beaucoup après la Révolution, dans la période 1790-1810, elle-même suivie d’un net reflux. Nous constatons en outre l’apparition, dans les années 1790, d’une appellation « imprimeurs-libraires pour les mathématiques » témoignant de la volonté de certaines entreprises d’afficher une spécialisation. Ces ruptures n’excluent pas, cependant, l’existence de continuités significatives dans l’édition mathématique entre les deux siècles. Plusieurs des grands libraires et imprimeurs du premier xixe siècle s’inscrivent dans des traditions familiales et commerciales anciennes ; des maisons ou empires éditoriaux spécialisés, tels que celui de Bachelier pour les mathématiques – objet central de cette contribution –, et Louis Hachette (1800-1864) pour l’enseignement, coexistent avec des maisons d’édition conservant une activité thématique plus diversifiée, comme celle de la famille Didot : autant d’exemples qui tendent à nuancer l’idée d’une rupture nette entre une activité éditoriale marquée par l’encyclopédisme des Lumières pour le xviiie siècle, et par la spécialisation au siècle suivant.

  • 9 Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : « Le livre triomphant » (...)
  • 10 Jammes B., « Le livre de science », ibid., p. 256-262.
  • 11 Barbier F., Histoire du livre en Occident, Paris, Armand Colin, 2012.
  • 12 Parinet É., Une Histoire de l’édition à l’époque contemporaine xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 2004.

4Le xixe siècle est, dans les limites indiquées précédemment, celui des spécialisations. Roger Chartier et Henri-Jean Martin le qualifie de « temps des éditeurs9 ». Ils étudient les apports et le développement des éditeurs généralistes, mais la place réservée aux éditeurs scientifiques est réduite à la portion congrue10 et les références à l’édition mathématique inexistantes. Depuis ces travaux fondateurs, la place de l’édition mathématique n’a pas été étudiée et est victime des jeux d’échelles, tant l’histoire du livre est une histoire prise dans sa globalité à l’exemple de Frédéric Barbier qui, dans son Histoire du livre en Occident11, balaie l’histoire de l’édition en s’intéressant au xixe siècle « industriel » et au « produit » livre, sans s’intéresser spécifiquement aux livres de sciences. Les rares historiens du livre évoquant la part des sciences situent, pour la plupart d’entre eux et dans toutes les nombreuses sources consultées, l’essor de l’édition scientifique au dernier tiers du xixe siècle12. S’il est vrai que le développement de l’édition mathématique prend une autre envergure dans le dernier tiers du siècle, il est ancré dans son premier tiers au moment spécifique où, dans une tendance touchant de multiples domaines, les éditeurs se spécialisent.

  • 13 Charle C., Le Siècle de la presse (1830-1939), Paris, Seuil, 2004.
  • 14 Kalifa D., Régnier P., Thérenty M-È. et Vaillant A. (dir.), La Civilisation du journal. Histoire cu (...)
  • 15 Rader D., The Journalists and the July Revolution. The Role of the Political Press in the Overthrow (...)

5Temps des éditeurs, le xixe siècle est aussi celui de la presse ainsi que le montrent Christophe Charle13 et l’ouvrage collectif sur la « civilisation du journal14 ». Ces études s’appuient sur des travaux réunissant historiens et littéraires autour d’un objet commun : le journal. Toutefois, relevons la quasi absence des sciences et signalons que l’étude de Charle commence en 1830 de préférence à la Révolution française car une des premières décisions de 1830, suite à la révolution de juillet, a été de suspendre la décision de Charles X relative à la liberté de la presse périodique. Pourtant, déjà sous la Restauration, malgré les contraintes politiques15, les conditions techniques (fabrication et distribution) et sociétales (recul de l’analphabétisme) sont réunies pour toucher – par le lancement de journaux – différents publics intéressés par de nombreux sujets politiques et culturels, voire scientifiques.

  • 16 Gérini C., Les « Annales » de Gergonne : apport scientifique et épistémologique dans l’histoire des (...)
  • 17 Bulletin de bibliographie, d’histoire et de biographie, V, 1859, p. 40-41.
  • 18 Verdier N., « Les journaux de mathématiques dans la première moitié du xixe siècle en Europe », Phi (...)
  • 19 Gérini C., « Le Recteur de la Monarchie de juillet et la culture des élites. Joseph-Diez Gergonne ( (...)
  • 20 Verdier N., « Le Journal de Liouville et la presse de son temps : une entreprise d’édition et de ci (...)

6Les mathématiques ne sont pas en reste. En 1810, Joseph Diez Gergonne (1771-1859) lance avec Joseph-Esprit Thonas de Lavernède (1764-1848) les Annales de mathématiques pures et appliquées ; il s’agit du premier journal de mathématiques français qui s’impose très tôt dans le milieu des savants sous l’appellation d’Annales de Gergonne car Lavernède cesse rapidement de participer16. À sa mort en 1859, Gergonne a été qualifié de « fondateur du journalisme mathématique en France »17. Les choses s’emballent ensuite à l’échelle européenne vers 1825 et vers 183518. Focalisons-nous sur la scène française en signalant qu’en 1835, quelques années après que Gergonne ait arrêté de poursuivre sa publication pour devenir recteur19, sont lancés les Comptes rendus de l’Académie des sciences puis l’année suivante le Journal de mathématiques pures et appliquées ainsi qu’un journal qui ne tiendra que quelques mois : Le Géomètre. Le Journal de mathématiques pures et appliquées prend rapidement une dimension européenne et s’impose comme étant le « Journal de Liouville » du nom de son fondateur, le mathématicien Joseph Liouville (1809-1882)20.

  • 21 Fonds Catalan, Archives de l’université de Liège, MS 1307C, Lettre 145 datée de 10 janvier 1849. Da (...)

7Derrière ces publications à caractère mathématique, le nom d’un éditeur ressort, celui de la maison Courcier devenue Bachelier au début des années 1820. Elle fabrique ou vend les journaux français précédents et diffuse en France le Journal für die reine und angewandte Mathematik – dit Journal de Crelle du nom de son fondateur et rédacteur, August-Leopold Crelle (1780-1855) jusqu’à sa mort en 1855 –, lancé à Berlin en 1826. En 1849, Bachelier devient également l’éditeur des Nouvelles annales de mathématiques, le « journal des candidats aux Écoles polytechnique et normale » lancé en 1842. Les journaux de Crelle et de Liouville sont les deux journaux de recherches en mathématiques de la première moitié du xixe siècle. Le co-fondateur des Nouvelles annales de mathématiques, Olry Terquem (1782-1862), dans une lettre du 10 janvier 1849, annonce à un de ses auteurs phare Eugène Catalan (1814-1894) : « Si vous avez déjà le mois de décembre, vous verrez que le nouvel éditeur des annales, est Mr Bachelier. Vous qui aimez la correction et la pureté typographique, vous serez content de ce changement. Mr Bachelier est le meilleur imprimeur en fait de matques [sic] dans la capitale21. » En plus de toutes ces publications spécialisées explicitement en mathématiques, de nombreuses autres publications, dont beaucoup sortent des presses de Bachelier, publient des mémoires de mathématiques. Ainsi Bachelier est au centre de la presse mathématique et de la vie éditoriale de l’Académie des sciences, mais également dans diverses publications institutionnelles comme le Journal de l’École polytechnique ; aussi ne cesse-t-il de se revendiquer comme étant le « libraire des mathématiques ».

  • 22 Pierre-Augustus Pillet (1779-1857) a publié en 1810 le Journal typographique et bibliographique ava (...)
  • 23 Verdier N., Le livre mathématique au xixe siècle : formes et acteurs éditoriaux, en préparation, un (...)

8Dominant dans le domaine de la presse périodique mathématique, qu’en est-il sur le plan plus général de la production des ouvrages de mathématique ? Plutôt que se consacrer exclusivement à la production des « grands noms des mathématiques », nous avons consulté la Bibliographie de l’empire français ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie. C’est un véritable outil pour l’histoire de l’imprimé qui est édité à partir de 1811 chez Pillet22 et constitue un moyen de communication entre les milieux de l’édition et ceux de la librairie. Fruit de la censure mise en place sous l’Empire, la Bibliographie de l’empire français, qui devient plus tard la Bibliographie de la France, est composée d’une liste classée des ouvrages parus avec des données matérielles (nom de l’imprimeur, format et tirage, au moins partiellement, pour les années 1811-1814). En centrant notre étude sur quelques années phares issues de nos considérations précédentes sur la presse mathématique (1811-1812, autour de 1825 et autour de 1835), nous sommes arrivés à la conclusion selon laquelle Bachelier est l’éditeur principal des ouvrages de mathématiques dans la première moitié du siècle23.

  • 24 Verdier N., « L’édition mathématique en France 1750-1850… », op. cit.

9À titre d’exemple, pour la seule année 1836, nous avons relevé une grande diversité des auteurs, des lieux d’édition et des acteurs éditoriaux impliqués. Derrière cette diversité, nous repérons la suprématie parisienne et la place importante de Bachelier. Les trois-quarts des quelques quatre-vingts ouvrages de mathématiques sont imprimés ou diffusés par des maisons parisiennes et presque 20 % par la maison Bachelier. Toutefois de nombreuses structures dans différentes villes sont concernées pour quelques ouvrages (Dijon, Lille, Limoges, Nantes ou Metz) ou le plus souvent pour un seul ouvrage (Angoulême, Arras, Auch, Bar-le-Duc, Besançon, Bordeaux, Bourges, Briançon, Épinal, Grenoble, Laon, Le Mans, Lyon, Marseille, Nancy, Rouen, Saint-Lô, Saint-Nicolas, Saintes, Tours, Troyes et Valenciennes). Cette image d’une édition des mathématiques dominée par Paris (et Bachelier) mais omniprésente sur tout le territoire avec d’autres éditeurs est vérifiée sur toute la première moitié du xixe siècle24.

Bachelier ou « vers une supériorité incontestable et incontestée sur toutes les imprimeries mathématiques du monde »

  • 25 Parinet É., op. cit., p. 151-268.

10Au xixe siècle, il y a deux traditions dans le monde éditorial : une nouvelle génération d’hommes découvre et bâtit son marché éditorial ; une autre, héritière des grandes familles d’éditeurs du xviiie siècle conforte ses positions, en les développant ou en les spécialisant25. Charles-Louis-Étienne Bachelier (1776-1852) illustre ces deux tendances. Pour reconstituer l’histoire de la maison Bachelier, nous nous sommes concentrés sur deux types de sources : la Bibliographie de la France et les brevets d’éditeurs. La Bibliographie de la France permet, outre les nouvelles publications, de connaître les différentes modifications de la vie éditoriale (cessation d’activité, reprise d’une maison par une autre, etc.). L’étude des brevets constitue le pilier de tout travail sur l’histoire du livre au xixe siècle.

  • 26 Laharie P., Liste générale des brevetés de l’imprimerie de la librairie : 1er empire et Restauratio (...)

11La Révolution avait instauré la liberté du commerce des livres. Ainsi entre 1780 et 1800, le nombre de libraires a doublé à Paris. Face à cette explosion, une réglementation a été mise en place. Les brevets ont été mis en place par Napoléon Ier, par un décret du 5 février 1810 progressivement mis en application à partir de 1811, pour contrôler les professions de libraires-imprimeurs et de libraires-éditeurs, considérées comme des professions « à risque » pour le régime par leurs activités de circulation d’informations26. Les imprimeurs et les libraires devaient justifier, lors d’une enquête de police, de leur moralité et de leur attachement à la patrie et au souverain.

  • 27 Une étude est actuellement en cours avec Bernard Bru sur l’éditeur Duprat ; à partir d’un dossier d (...)

12Fils d’un tonnelier, Bachelier est né en 1776 à Chablis – actuel chef-lieu de canton de l’Yonne – et s’installe à Paris vers 1800. Il entre au service du libraire Denis-Simon Magimel (1767-1831 ?) – qui se consacre presque exclusivement au domaine militaire, en publiant entre 1800 et 1820 une soixantaine d’ouvrages – et devient son protégé. Par son intermédiaire, il rencontre la fille de l’éditeur Jean Courcier (1755 ?-1811). En l’épousant en 1804, il s’insère dans une longue tradition familiale tournée vers les mathématiques. Successeur du « libraire des mathématiques » Jean-Baptiste Michel Duprat (1770-1827)27, Courcier édite entre 1800 et 1811 – année de la mort de Courcier –, environ deux cents ouvrages dont la moitié environ relève directement des mathématiques. Ce sont des ouvrages de Bézout, Carnot, Clairaut, Delambre, Du Bourguet, Euler, Francoeur, Jean-Guillaume Garnier, Gauss, Lacroix, Lagrange, Laplace, Legendre, Monge, Poisson, Reynaud, Wronski, etc. Il édite aussi la Correspondance sur l’École royale polytechnique, à l’usage des élèves, lancée par Jean-Nicolas-Pierre Hachette (1769-1834), en 1804.

  • 28 Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Paris, École pratique des Haute (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Le dossier de demande de brevet de Bachelier contient, comme presque chacun de ces types de dossier (...)
  • 31 La maison Huzard a été qualifiée de maison d’« édition agricole » dans Duvigneau M., Les Journaux d (...)

13En 1812, Magimel aide Bachelier à s’installer en tant que libraire au 55 quai des Augustins, à Paris. Bachelier accède aux responsabilités éditoriales en deux temps. Il devient libraire par un décret de 1812 qui sera réitéré en 1820. Ensuite, le 30 mai 1832, Bachelier est breveté imprimeur (en lettres) remplaçant Auguste-Alfred Courcier (1809-?), son beau-frère. Le parcours d’Alfred Courcier s’inscrit dans une longue tradition familiale. Sa mère, la veuve Courcier – née Lemaire Victoire Félicité – avait succédé à son mari Jean Courcier décédé le 30 juillet 1811. La veuve Courcier – en témoigne l’examen de la Bibliographie de France – rachète, en totalité ou partiellement, de nombreux fonds concurrents (Agasse et Klostermann)28 et acquiert une partie du fonds des héritiers de certains auteurs (Berthoud, Thiout et Lepaute)29. Le 14 mars 1820, son gendre Démophile Huzard (17..-18..) prend les commandes de l’entreprise pendant une dizaine d’années jusqu’au 29 octobre 1830, date à laquelle il démissionne en faveur de son jeune beau-frère A. Courcier, né en 1809, pour seulement quelques mois. Par ce brevet de 183230, Bachelier associe à sa librairie du 55 quai des Augustins l’imprimerie du 12 rue du jardinet, fief de la maison Huzard-Courcier31.

  • 32 Ce décompte indicatif a été réalisé à partir de la base de données, SUDOC (Système Universitaire de (...)

14Devenu libraire et imprimeur, Bachelier est désormais au centre de la vie éditoriale. Il développe la stratégie éditoriale de la maison familiale et profite du temps de la spécialisation du journal scientifique, caractéristique du premier tiers du xixe siècle pour s’emparer du marché de la presse mathématique. Après la disparition des Annales de Gergonne, en 1832, il édite, dès son lancement, le Journal de mathématiques pures et appliquées. Entre 1832 et 1852, il publie environ 477 ouvrages32, ce qui constitue en moyenne une production annuelle d’un peu plus de vingt ouvrages.

  • 33 Dhombres N. et J., Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, Paris (...)

15Ces chiffres sont à comparer à une estimation de la production globale de livres de mathématiques en France (et en français). Entre 1775 et 1824, elle a été estimée à 542 titres, estimation fondée sur le Journal général de la littérature de France, prédécesseur de la Bibliographie de la France33. À titre de comparaison, d’après les statistiques de la librairie allemande extraite du catalogue de la « foire de Pâque » de Leipsicks et décrites dans le Journal général de l’imprimerie et de la librairie (1837), en 1787 la librairie allemande a produit 23 ouvrages et, en 1837, elle en a produit 79. Par une simple, régression linéaire – très imparfaite mais donnant des ordres de grandeur –, nous arriverions au constat que sur la période 1775-1824, celle étudiée par Nicole et Jean Dhombres, la production allemande a été d’environ 1 300 ouvrages de mathématiques, soit plus du double de la production française. Dans le deuxième tiers du xixe siècle, la production explose. Pour la seule année 1840, la Bibliographie de France rapporte qu’une centaine d’ouvrages de mathématiques ont été publiés. Entre la fin du xviiie et le premier tiers du xixe siècle, le nombre d’ouvrages de mathématiques publiés annuellement était de l’ordre de la dizaine. La librairie, en matière de mathématiques, est dans une autre échelle dès le milieu des années 1820.

  • 34 Terquem O., « Bachelier (Charles-Louis Étienne) », Nouvelles annales de mathématiques, I, vol. 13, (...)
  • 35 Ibid., p. 226.

16Bachelier exerce une vingtaine d’années avant de décéder en 1853. Terquem lui rend hommage en 1854 dans ses Nouvelles annales de mathématiques34. Il souligne que jusqu’au début des années 1820, Bachelier a été un « libraire ordinaire ». Ensuite, il insiste sur ses activités pour propager les textes, entre autres, de Lagrange, Laplace, Monge, Lacroix, Delambre et Poisson. À partir de 1832 et de la reprise du fonds Courcier, Bachelier désormais imprimeur s’investit massivement dans la mise en place de la presse scientifique et technique, en éditant, outre toute la presse mathématique (dont les Nouvelles annales de mathématiques dès 1848), des journaux aussi importants que les Comptes rendus de l’Académie des sciences de Paris, les Annales de chimie et de physique ou le Journal de l’École polytechnique. Terquem résume ainsi la carrière de Bachelier : « [Il] trouva le repos et sans doute la palme du juste, vers la fin de 1852, léguant à ses enfants un nom respecté, une maison de haute réputation et un digne successeur [son gendre Louis-Alexandre-Joseph Mallet]35. »

  • 36 Verdier N., « Théodore Bailleul (1797-1875) ou le prote devenu directeur de l’Imprimerie Mathématiq (...)

17Au sein de l’entreprise Bachelier, le parcours d’un homme illustre la montée en puissance de l’entreprise, celui de Théodore Bailleul (1797-1875) ou du prote devenu directeur de l’imprimerie mathématique de Bachelier36. Il s’est forgé une longue expérience chez divers éditeurs parisiens en se consacrant à la représentation des mathématiques. Ses premières distinctions (nationales) arrivent quand il travaillait pour l’éditeur Crapelet. Sa réputation est très tôt acquise, au moins nationalement, à travers les différentes Expositions nationales présentant plus ou moins régulièrement les produits de l’industrie française. Sans que nous puissions le dater précisément, Bailleul quitte la maison Crapelet pour rejoindre celle de Mme Huzard, et il participe aux différentes innovations techniques associées aux diverses successions aboutissant à la fondation de l’imprimerie Bachelier. Ces sophistications techniques sont relevées dans le Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, où une section importante, comportant plusieurs dizaines de pages, passe en revue les apports de différents éditeurs. Bachelier est récompensé d’une médaille d’argent grâce aux perfectionnements apportés par Bailleul. Il est précisé :

  • 37 Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, Paris, (...)

Lorsque [en 1832] M. Bachelier ajouta à sa librairie l’imprimerie de la veuve Courcier, il s’appliqua particulièrement à l’amélioration des signes et caractères destinés à la représentation des formules algébriques employées si fréquemment dans les nombreux ouvrages de mathématiques qu’il publie. La nouvelle série de ces signes offre des combinaisons heureuses, et les pages des divers ouvrages d’algèbre présentés comme spécimen ne laissent rien à désirer, soit sous le rapport de la composition typographique, soit sous celui de l’impression37.

  • 38 Ibid.

18Derrière cette récompense pour « le service rendu à l’imprimerie par ce perfectionnement appliqué aux impressions mathématiques et l’importance des publications scientifiques de M. Bachelier »38 plane l’ombre d’un seul homme, celle de Bailleul. Avant de présenter l’homme, le rapport présente le métier de prote – sorte de contremaître qui surveille les activités d’imprimerie – et indique les conditions d’exercice de Bailleul :

  • 39 Ibid.

C’est pour se conformer au désir qu’avait M. Bachelier de donner à ces formules [algébriques] toute la perfection désirable, que M. Bailleul, qui allie aux connaissances déjà si variées qu’exige la condition de prote celles des procédés de la gravure et de la fonderie des caractères, se mit en rapport avec M. Charles Laboulaye, ancien élève de l’École polytechnique, directeur de la fonderie générale des caractères39.

  • 40 Ibid., p. 572.
  • 41 Laboulaye, C., Épreuves de caractères, Ch. Laboulaye & Cie, successeurs de Firmin Didot, Molé, Lion (...)

19En 1838, les frères Didot cèdent une partie de leurs moules et de leurs caractères à J. B. Lion et aux frères Laboulaye, Charles (1813-1886) et Édouard (1811-1883) : la Fonderie Générale des caractères est lancée. Assez rapidement, elle passe aux mains exclusives de Charles40. Cette fonderie propose aux libraires des milliers d’épreuves de caractères afin de composer ou d’orner leurs textes. Ainsi offre-t-elle des centaines de signes algébriques41.

  • 42 Thérenty M-È. et Vaillant A. (dir.), 1836, l’an I de l’ère médiatique, analyse littéraire et histor (...)
  • 43 Jobard a été géomètre du cadastre avant de se faire naturaliser belge en 1810. Il fonde à Bruxelles (...)

20Toutes ces distinctions officielles évoquées précédemment sont appuyées par de multiples prises de position des auteurs. Ainsi le journal La Presse – lancé en 1836 et constituant le point d’entrée de la presse dans « l’ère médiatique »42 – publie en 1849 un article à ce sujet cité dans l’introduction du chapitre. Les deux auteurs – Jobard et l’abbé Moigno43 – encensent les travaux de Bachelier en les faisant confirmer par des géomètres (Catalan, Arago, Le Verrier et Serret). Ainsi Catalan conclut son intervention par :

  • 44 Jobard A. et Moigno F., op. cit.

À l’aspect de ces pages, remplies de formules si élégantes, malgré leur complication, et qui doivent apparaître aux typographes comme des prodiges, les géomètres disent : « c’est seulement chez m. bachelier que l’on sait imprimer les ouvrages mathématiques44 ».

  • 45 Serret J.-A., Cours d'algèbre supérieure professé à la Faculté des sciences de Paris, Paris, Bachel (...)

21Joseph-Alfred Serret (1819-1885), toujours en 1849 et alors qu’il s’apprête à publier sa première édition de son cours d’algèbre45, se livre à une double comparaison à l’échelle européenne et avec les productions anciennes de Bachelier :

  • 46 Jobard A. et Moigno F., op. cit.

J’ai comparé les formules du spécimen de M. Bachelier [qui existe depuis 1832] avec les formules analogues d’ouvrages publiés par M. Bachelier, il y a dix ans, et avec les formules semblables composées chez d’autres imprimeurs français, anglais, allemands et italiens. Cette comparaison me permet d’affirmer que l’imprimerie typographique de M. Bachelier répond de la manière la plus complète à tous les besoins de l’Analyse Mathématique actuelle, et que les œuvres publiées par cet éditeur, depuis six ans, l’emportent, d’une manière incontestable (au point de vue des formules) sur tous les livres mathématiques que j’ai entre les mains46.

  • 47 Verdier N., « Vendre et éditer des mathématiques avec la maison Bachelier (1812-1864) », Revue d’hi (...)
  • 48 Pour comparer, relativement aux points précédents, les productions des différents imprimeurs frança (...)

22Inspiré par la comparaison dans le temps et dans l’espace de Serret, nous avons étudié l’évolution de l’art de la représentation matérielle des mathématiques dans la première moitié du xixe siècle et avons montré la suprématie typographique de Bachelier47. Plus précisément nous avons identifié plusieurs points du langage mathématique posant des problèmes de représentation. Le premier point concerne la composition des exposants et des indices. Dès que l’expression devient complexe (exposant muni d’un exposant ou d’un indice, indice muni d’un exposant ou d’un indice, etc.), il convient de gérer la taille et l’alignement des symboles. Le deuxième point concerne la composition des traits de fraction. Elle est particulièrement mise en œuvre dans la composition des fractions continues, enchevêtrement de fractions les unes en dessous des autres. Le troisième point est la composition de certains symboles mathématiques en particulier le symbole de sommation ∑ et le symbole d’intégration usuel ∫. Le dernier point est la composition de tableaux ou de lignes accolées les unes aux autres, comme dans l’écriture des systèmes d’équations48.

23Nous ne relèverons ici que deux types de stratégie. La première a consisté à étudier les variations d’un « même » texte à travers ses différentes publications et reprises. Un même texte, lu matériellement, n’est plus le même objet typographique tant les versions diffèrent malgré le fait qu’elles soient constituées des mêmes mots et des mêmes formules. C’est avec cette stratégie de confrontation de « mêmes » textes que nous avons pu comparer des objets difficiles à appréhender typographiquement comme le signe d’intégration avec des bornes et des tailles variables suivant la forme de l’intégrante, le signe de sommation ou les différentes expressions géométriques. Le deuxième exemple de stratégie que nous mentionnerons concerne la composition d’un même objet typographique dans des réseaux de textes. Prenons les tableaux et les systèmes d’équations. Nous pouvons regrouper ces deux types d’objets car ils sont constitués d’une accolation de lignes entre elles regroupées dans une même structure (dans des cases ou par des accolades). À partir de 1836, Bachelier sait composer des équations regroupées dans une (ou plusieurs accolades de hauteur variable selon la taille des équations) alors que ses confrères évitent de telles compositions en se contentant d’écrire les unes à la suite des autres chacune des équations ou en insérant une accolade de taille fixe pour les regrouper. Composer un tableau est une activité typographique complexe, longue, difficile et coûteuse : chaque cellule du tableau doit être découpée et encadrée par des filets. Ces longues manipulations expliquent pourquoi certains éditeurs choisissent une présentation de tableaux (sans filets verticaux).

24Tous les premiers journaux mathématiques optent pour ce choix et essaient d’éviter autant que possible l’insertion des tableaux. Par ces deux stratégies mises en œuvre autour d’un corpus de texte de dizaines d’entités nous avons montré l’évolution croissante de Bachelier sur une génération, entre les années 1820 et le milieu du siècle. Bachelier, pour parvenir à cette domination du marché des mathématiques, s’est appuyé sur son directeur de l’imprimerie mathématique, Bailleul, mais aussi sur d’autres intervenants comme le rappellent Jobard et Moigno dans leur article :

  • 49 Jobard A. et Moigno F., op. cit.

Honneur donc au courageux imprimeur, honneur à l’homme intelligent qu’il a mis à la tête de son établissement modèle, honneur aux ouvriers qui les secondent, avec tant d’habileté et de persévérance, à MM. Georges, Bifnoir et Rousseau, compositeurs, à MM. Guérard Ducré, Bourdais et Pepin, imprimeurs49.

25Toute une comédie humaine est à révéler derrière les livres de mathématiques produits au xixe siècle.

  • 50 Verdier N., « Graver des figures de géométrie au xixe siècle : procédés, acteurs et enjeux éditoria (...)
  • 51 Peiffer J., « La fabrique de la perspective à Nuremberg au xvie siècle : perspective, projections, (...)
  • 52 Dhombres J., « Des machineries d’images au service de la vérité mathématique : images analytiques, (...)
  • 53 Fonds Liouville, Bibliothèque de l’Institut de France, MS 36 18 (10).

26Dans un article paru dernièrement, nous nous sommes intéressés à d’autres acteurs de la représentation matérielle des mathématiques : les graveurs50. Écrire des mathématiques – surtout de la géométrie, à savoir le cœur des mathématiques dans la première moitié du xixe siècle – nécessite l’emploi de planches de figures pour illustrer le propos : le discours textuel est accompagné d’un discours visuel. La réalisation des planches de géométrie avant le xixe siècle a été l’objet de nombreuses recherches spécialisées, comme celle de Jeanne Peiffer51, au xvie siècle, ou celle de Jean Dhombres52, au xviie siècle. Il s’agit d’une activité coûteuse que ne peut pas sous-estimer un éditeur lorsqu’il se lance dans la réalisation d’un livre ou d’un journal, surtout s’il traite de géométrie. Là, réside une contradiction entre l’éditeur, cherchant à limiter autant que possible ses frais de production, et l’auteur, souhaitant l’insertion des figures qui facilitent la lecture de son texte. La composition des gravures est coûteuse car elle est longue et fastidieuse. La présence de figures (et de formules mathématiques) dans un mémoire a des conséquences matérielles dans l’acte de finalisation du texte. À titre d’exemple, Liouville, pour son Journal de mathématiques pures et appliquées qui constitue l’une des principales entreprises d’édition et de circulation des mathématiques au xixe siècle, écrit, en 1849, à l’un de ses auteurs et anciens élèves Jules-Antoine-René Maillard de La Gournerie (1814-1883) que son mémoire ne peut paraître avant deux ou trois mois « à cause de la planche »53. Nous avons distingué plusieurs phases. De 1831 à 1846, il y a une prépondérance de l’atelier de gravure « Adam et Lemaître » sur la production des figures. Ensuite, de la fin des années 1840 au début des années 1850, Eugène-François Wormser (1814-1906) devient le graveur attitré de Bachelier et donc d’une grande partie du livre mathématique. Au début de la seconde moitié du xixe siècle, Pierre Dulos (1820-1874) fait passer la gravure du stade artisanal au stade préindustriel grâce à l’utilisation de procédés chimiques qui remplacent la gravure au burin.

Conclusion

  • 54 Préveraud T., « Circulations mathématiques franco-américaines (1818-1878) », thèse de doctorat, uni (...)

27Notre propos a été centré sur la situation française avec comme fil directeur la librairie des mathématiques Bachelier. La maison Bachelier, en s’appuyant et en développant toutes les techniques relatives à ce marché spécifique de l’édition, a su donner au livre mathématique toutes ses lettres de noblesse sur le plan formel de la représentation. Elle a joué un rôle considérable sur le plan de la circulation des mathématiques en structurant un véritable réseau éditorial à l’échelle française et européenne. De plus, Bachelier noue des relations privilégiées avec l’Académie des sciences en se faisant appuyer par une politique de souscription publique. Sans doute sans aucune mesure avec celle d’Hachette sur le plan du marché du livre scolaire, cette politique d’aide éditoriale a été considérable et a permis à Bachelier d’avoir pignon sur rue et d’être présent dans presque toutes les bibliothèques européennes. Cela dépasse d’ailleurs le cadre européen comme le montre la thèse de Thomas Préveraud centrée en partie sur les circulations matérielles entre la France et les États-Unis54 ou encore les différentes souscriptions gouvernementales étrangères pour approvisionner les bibliothèques en ouvrages de mathématiques.

  • 55 Mollier J-Y., Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.
  • 56 Chakrabarty D., Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris (...)

28À une échelle plus fine, il est totalement réducteur de n’envisager l’édition mathématique en France au xixe siècle aux seules productions de Bachelier. Il existe d’autres très grosses maisons d’édition parisienne comme Hachette, qui domine le marché de l’édition scolaire55, ou comme Didot, qui joue un rôle primordial dans l’édition de différentes tables numériques dont le siècle de la Révolution industrielle a été très consommateur ; il existe également un grand nombre de micro-marchés couvrant le territoire et assuré par des dizaines de libraires, parfois partenaires de Bachelier. Pour aller plus loin dans l’histoire du livre mathématique et pour mieux saisir la complexité des phénomènes de circulation, il faut « Provincialiser Paris », expression que nous adaptons de l’ouvrage Provincialiser l’Europe de Dipesh Chakrabarty56. « Provincialiser Paris » signifie à la fois ne pas se focaliser exclusivement sur la situation parisienne tout en ne niant ni son importance ni sa prépondérance en la matière. Plusieurs recherches en cours vont dans le sens d’une telle « provincialisation », à l’instar du projet collectif : « Maths in Metz : approches sociohistoriques de l’enseignement et de la recherche en mathématiques à Metz entre 1750 et 1870 », piloté par Olivier Bruneau (université de Lorraine) et qui étudie (un livre est en préparation) la recherche et l’enseignement mathématique dans une cité provinciale sur la longue durée en prenant en considération les diverses institutions locales, régionales et nationales impliquées dans la circulation des mathématiques dans ses multiples aspects. Ainsi l’un des pans de recherches sera l’étude des libraires de mathématiques de Metz afin de cerner au plus près les processus de circulation éditoriaux. Des projets similaires sont en cours de développement pour d’autres villes. De même qu’il ne faut pas réduire la France à Paris, il ne faut pas réduire l’Europe (voire le monde) à la France. Il serait opportun de se livrer à une comparaison méticuleuse avec l’Allemagne, tant la situation éditoriale, sociétale et politique y est caractérisée par la multipolarité.

Notes

1 Jobard A. et Moigno F., « M. Bachelier », La Presse, no 4879, 10 novembre 1849.

2 Darnton R., The Business of Enlightenment. A Publishing History of the Encyclopédie 1775-1800, Cambridge, Harvard University Press, 1979.

3 Ibid., p. 246-325.

4 Peiffer J., « Faire des mathématiques par lettres », Revue d’histoire des mathématiques, no 4, 1998, p. 143-157.

5 Gispert H., « Les journaux scientifiques en Europe », dans Blay M. et Nicolaïdis E. (dir.), L’Europe des sciences, constitution d’un espace scientifique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 191-211.

6 Juratic S., « Publier les sciences au xviiie siècle : la librairie parisienne et la diffusion des savoirs scientifiques », Dix-huitème siècle, no 40, 2008, p. 301-313.

7 Ibid.

8 Verdier N., « L’édition mathématique en France 1750-1850 : héritages et reconfigurations », dans Gilain C. et Guilbaud A. (dir.), Sciences mathématiques 1750-1850 : continuités et ruptures, Paris, CNRS Éd., 2015, p. 207-231.

9 Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, t. 2 : « Le livre triomphant », Paris, Fayard, 1990.

10 Jammes B., « Le livre de science », ibid., p. 256-262.

11 Barbier F., Histoire du livre en Occident, Paris, Armand Colin, 2012.

12 Parinet É., Une Histoire de l’édition à l’époque contemporaine xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 2004.

13 Charle C., Le Siècle de la presse (1830-1939), Paris, Seuil, 2004.

14 Kalifa D., Régnier P., Thérenty M-È. et Vaillant A. (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2011.

15 Rader D., The Journalists and the July Revolution. The Role of the Political Press in the Overthrow of the Bourbon Restauration 1827-1830, La Haye, Martinus Nijhof, 1973.

16 Gérini C., Les « Annales » de Gergonne : apport scientifique et épistémologique dans l’histoire des mathématiques, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2002.

17 Bulletin de bibliographie, d’histoire et de biographie, V, 1859, p. 40-41.

18 Verdier N., « Les journaux de mathématiques dans la première moitié du xixe siècle en Europe », Philosophia scientae, vol. 13, no 2, 2009, p. 97-126.

19 Gérini C., « Le Recteur de la Monarchie de juillet et la culture des élites. Joseph-Diez Gergonne (1771-1859). Le zèle d’un fonctionnaire et l’esprit critique d’un libre penseur », dans Condette, J.-F. et Legohérel H. (dir.), Les Recteurs d’académie en France : deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 53-74.

20 Verdier N., « Le Journal de Liouville et la presse de son temps : une entreprise d’édition et de circulation des mathématiques au xixe siècle (1824-1885) », thèse de doctorat, université Paris-Sud 11, 2009.

21 Fonds Catalan, Archives de l’université de Liège, MS 1307C, Lettre 145 datée de 10 janvier 1849. Dans le fonds liégeois, la lettre est classée à la date du 10 janvier 1843, mais il y a une erreur due à l’écriture, difficile à lire, de Terquem.

22 Pierre-Augustus Pillet (1779-1857) a publié en 1810 le Journal typographique et bibliographique avant de lancer le Journal général de l’imprimerie et de la librairie.

23 Verdier N., Le livre mathématique au xixe siècle : formes et acteurs éditoriaux, en préparation, université de Paris-Sorbone 1.

24 Verdier N., « L’édition mathématique en France 1750-1850… », op. cit.

25 Parinet É., op. cit., p. 151-268.

26 Laharie P., Liste générale des brevetés de l’imprimerie de la librairie : 1er empire et Restauration, Paris, Centre Historique des Archives Nationales, 2003.

27 Une étude est actuellement en cours avec Bernard Bru sur l’éditeur Duprat ; à partir d’un dossier d’archives détenu au service historique de l’armée de terre, à Vincennes : cote 4 Yg 7817

28 Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Paris, École pratique des Hautes Études, 2003, p. 152.

29 Ibid.

30 Le dossier de demande de brevet de Bachelier contient, comme presque chacun de ces types de dossiers, un certificat de « bonne vie et mœurs » ; pour Bachelier « libraire de l’école polytechnique, du bureau des longitudes » ce certificat, assurant qu’il désire « succéder à Monsieur Alfred Courcier, son beau-frère, possède la capacité et la garantie morale requise pour l’exercice et la profession d’imprimeur », est daté du 11 mai 1832 et est signé par des « imprimeurs brevetés en la résidence de la ville de Paris » dont Firmin Didot (1764-1836).

31 La maison Huzard a été qualifiée de maison d’« édition agricole » dans Duvigneau M., Les Journaux d’agriculture pratique et d’économie rurale entre 1828 et 1848 : propagation des progrès agricoles dans la France des notables, thèse pour l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe, École de chartes, 1991. Cette thèse a montré la prospérité de cette maison et son rôle prépondérant dans la propagation des progrès agricoles sous la Monarchie de Juillet par le biais des journaux d’agriculture pratique et d’économie rurale.

32 Ce décompte indicatif a été réalisé à partir de la base de données, SUDOC (Système Universitaire de DOCumentation, http://www.sudoc.abes.fr/) et complétée par la base de la BnF
(http://catalogue.bnf.fr/jsp/recherchemots_simple.jsp?nouvelleRecherche=O&nouveaute=O&host=catalogue).

33 Dhombres N. et J., Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, Paris, Payot, 1989, p. 345-367. Les auteurs déclarent s’inspirer de différentes sources bibliographiques et catalogues mais ne précisent pas véritablement comment ils procèdent en pratique. Leur démarche n’évite pas certains biais puisqu’ils ont décidé d’exclure des mathématiques l’astronomie et la mécanique ainsi que certaines tables numériques alors que, du point de vue des éditeurs (exprimé dans Bibliographie de la France), les ouvrages relevant de ces catégories sont comptabilisés en mathématiques.

34 Terquem O., « Bachelier (Charles-Louis Étienne) », Nouvelles annales de mathématiques, I, vol. 13, 1854, p. 223-227.

35 Ibid., p. 226.

36 Verdier N., « Théodore Bailleul (1797-1875) ou le prote devenu directeur de l’Imprimerie Mathématique de (Mallet) - Bachelier (1812-1864) », Histoire et civilisation du livre, t. ix, 2013, p. 251-269.

37 Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, Paris, Imprimerie nationale, 1850, p. 496-497.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 572.

41 Laboulaye, C., Épreuves de caractères, Ch. Laboulaye & Cie, successeurs de Firmin Didot, Molé, Lion, Tarbé, Crosnier, Éverat, Laboulaye Frères, Biesta, Paris, Fonderie générale des caractères français et étrangers, 1853, p. 573.

42 Thérenty M-È. et Vaillant A. (dir.), 1836, l’an I de l’ère médiatique, analyse littéraire et historique de La Presse de Girardin, Paris, Nouveau monde éditions, 2001.

43 Jobard a été géomètre du cadastre avant de se faire naturaliser belge en 1810. Il fonde à Bruxelles un atelier lithographique puis prend, en 1830, la direction du musée de l’industrie belge. Précurseur du droit à la propriété intellectuelle, inventeur de nombreux objets, il a aussi eu une intense activité journalistique notamment avec l’abbé Moigno comme ce dernier le précise dans son journal Cosmos : « Personne certainement n’a plus écrit et plus émis d’idées économiques et industrielles que cet infatigable champion de la presse. » (Cosmos, revue encyclopédique hebdomadaire des progrès des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, vol. 18, 1861, p. 491).

44 Jobard A. et Moigno F., op. cit.

45 Serret J.-A., Cours d'algèbre supérieure professé à la Faculté des sciences de Paris, Paris, Bachelier, 1849.

46 Jobard A. et Moigno F., op. cit.

47 Verdier N., « Vendre et éditer des mathématiques avec la maison Bachelier (1812-1864) », Revue d’histoire des mathématiques, t. 19, 2013, p. 41-107.

48 Pour comparer, relativement aux points précédents, les productions des différents imprimeurs français et étrangers, nous avons utilisé différentes stratégies (Verdier N., « Le Journal de Liouville et la presse de son temps », op. cit., p. 129-135), en nous faisant aider par un spécialiste de la typographie mathématique, Maurice Laugier, auteur d’un article explicitement consacré à la composition matérielle des formules mathématiques. Voir Laugier M., « La composition des mathématiques. Évolution des techniques au travers d’une expérience professionnelle », Cahiers GUTenberg, no 43, décembre 2003, p. 5-32.

49 Jobard A. et Moigno F., op. cit.

50 Verdier N., « Graver des figures de géométrie au xixe siècle : procédés, acteurs et enjeux éditoriaux » article à paraître dans l’ouvrage en préparation du projet « Nineteenth-Century Illustrators and Publishers/Illustrateurs et éditeurs au dix-neuvième siècle », sous la direction de Marie-Odile Bernez (http://www.revue.textimage.com/11-illustration-science/verdier1.html).

51 Peiffer J., « La fabrique de la perspective à Nuremberg au xvie siècle : perspective, projections, projet. Technologies de la représentation architecturale », Les cahiers de la recherche architecturale et urbaine, no 17, septembre 2005, p. 49-60.

52 Dhombres J., « Des machineries d’images au service de la vérité mathématique : images analytiques, figures géométriques et peintures baroques au xviie siècle », dans Radelet-de-Grave P. (dir.), Symétries, contributions au séminaire de Hans-sur-Lesse, Turnhout, Brepols, 2005, p. 73-165.

53 Fonds Liouville, Bibliothèque de l’Institut de France, MS 36 18 (10).

54 Préveraud T., « Circulations mathématiques franco-américaines (1818-1878) », thèse de doctorat, université de Nantes, 2014.

55 Mollier J-Y., Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.

56 Chakrabarty D., Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search