Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Cinquième partie - Économie du livre technique

Le marché des ouvrages pour l’artillerie et le génie au xviiie siècle ou comment vendre des livres techniques à de « jeunes militaires »

The market for artillery books and engineering in the 18th century: how to sell technical books to “young soldiers”?

Véronique Sarrazin

Résumé

Au xviiie siècle, la naissance d’écoles pour la formation scientifique et technique des ingénieurs des fortifications et des artilleurs, crée un marché potentiel pour des ouvrages accompagnant et complétant cette formation. Pour que ce marché se concrétise, il faut publier des livres adaptés aux besoins de ces « jeunes militaires » mais aussi les convaincre de l’utilité de leur lecture. C’est le travail éditorial des Jombert qui font leur spécialité des ouvrages techniques « pour l’Artillerie et le Génie ». S’appuyant sur un groupe d’auteurs compétents, ils développent un discours d’annonce autour de la figure de l’officier accompli, homme d’étude autant que de terrain ; ils soulignent la qualité scientifique des livres autant que leur utilité pratique, leur facilité d’assimilation pour des lecteurs peu rompus à l’étude et leur coût accessible. Si ce discours promotionnel enjolive un peu la réalité, ils travaillent aussi la forme matérielle des ouvrages et leurs textes liminaires pour mieux les faire correspondre à cet idéal.

In the 18th century, the creation of schools for the technical and scientific training of military engineers and artillery officers, creates a potential market for complementary books. To make this potential market real, one has not only to publish books adjusted to the specifics needs of these “young soldiers” but also to convince them of their usefulness. This is the publishing work made by the Jombert family, specialized in technical books “for the Artillery and Engineering.” Relying on a skilled group of authors, they develop in their announcements the image of the accomplished officer, a scholar as much as a field man; they stress the scientific quality of their books as well as their practical usefulness, their ease of assimilation for readers with limited study practice, and their affordable price. If their advertising speech embellishes slightly the reality, they also work the material form of the books and their various appendices to make them more conform to this ideal.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Blanchard A., Les « Ingénieurs du Roy » de Louis XIV à Louis XVI : étude du corps des fortification (...)

1Le développement de la guerre de siège au xviie siècle entraîne l’émergence de deux nouvelles armes scientifiques1 : les ingénieurs en charge des travaux de fortification ainsi que de la direction technique des sièges, et les artilleurs qui encadrent la production et l’utilisation de l’artillerie, essentielle dans les sièges. Pour ces armes, une formation spécifique est envisagée et amorcée dès la fin du xviie siècle, mais elle n’est réellement mise en place qu’à partir de 1720, avec la création d’écoles attachées aux cinq régiments d’artilleurs et accessibles par concours. Pour les ingénieurs, recrutés eux-aussi par concours, c’est d’abord une forme de stage auprès d’un ingénieur breveté, avant l’ouverture de l’École du génie de Mézières, en 1748-1751. La mise en place de ces formations s’accompagne d’une production de livres, à la fois pour les élèves artilleurs dans le cadre scolaire mais aussi pour harmoniser la formation des élèves ingénieurs stagiaires, pour aider les candidats à préparer les concours et pour la formation continue des générations antérieures. Il existait déjà des ouvrages d’art militaire : mémoires d’officiers et réflexions stratégiques et tactiques, avec un enjeu d’émulation autant que de formation. Mais il s’agit désormais d’ouvrages scientifiques et techniques, appliquant des principes mathématiques et physiques à l’architecture militaire durable ou passagère, et aux opérations de défense et d’attaque. C’est donc un genre éditorial nouveau, à définir, même si quelques titres ont paru à la fin du xviie siècle. C’est aussi un marché à construire, pour un public évidemment instruit mais pas forcément acquis à l’étude livresque.

  • 2 Bousquet-Bressolier C., « Charles-Antoine Jombert, libraire entre sciences et arts », Bulletin du b (...)

2Sur ce marché, les Jombert ont joué un rôle important. Cette famille de libraires-éditeurs parisiens s’est spécialisée à la fin du xviie siècle dans les livres de sciences2. En 1725, Claude Jombert devient l’éditeur de Bélidor, ingénieur et professeur de mathématiques aux écoles d’artillerie. Mais le plus important est Charles-Antoine Jombert, qui exerce de 1736 à 1775 et dont les publications font référence. Il poursuit l’orientation amorcée par son père et la transmet à son fils Louis-Alexandre et à son gendre, Louis Cellot. On a donc, durant une soixantaine d’années, une production continue et cohérente de livres pour l’artillerie et le génie. De ce travail éditorial, on ne peut pas tout saisir. Faute d’archives d’entreprise et de correspondances, on ne sait pas grand-chose du choix des textes et des relations avec les auteurs. En revanche, le corpus des éditions permet de réfléchir sur les mises en forme et leurs enjeux. Quant au discours commercial, repérable dans la formulation des titres, la présentation des catalogues et les annonces de presse, il met en valeur la qualité des ouvrages et leurs usages, et dessine le public visé. Ainsi, par la publication matérielle et le discours d’annonce, les Jombert jouent un rôle dans la construction et la diffusion d’un nouveau genre, contribuant à une double définition du livre technique pour l’artillerie et le génie, et du bon officier de ces corps.

Une production de fond… et de circonstance

  • 3 Mercure de France [désormais abrégé en MF], oct. 1737, p. 2298.
  • 4 Bousquet-Bressolier C., op. cit., p. 306 : on n’a pas retrouvé trace d’un document écrit lui donnan (...)
  • 5 Catalogue des livres de sorte et d’assortiment qui se trouvent dans la boutique de C. A. Jombert, 1 (...)
  • 6 Catalogue des livres imprimés ou qui se trouvent en nombre à Paris, chez C. A. Jombert, 1744.

3Claude Jombert commence en 1724 en lançant la souscription d’un Cours de mathématique à l’usage de l’artillerie et du génie par Bélidor, professeur dans les nouvelles écoles. Dans les années qui suivent, il publie la Science des Ingénieurs du même, et quelques autres titres d’architecture, de marine et de science militaire. En 1736, Charles-Antoine Jombert succède à son père décédé précocement. Initialement destiné et préparé à la carrière d’ingénieur, il ne se contente pas de reprendre le catalogue familial mais l’augmente rapidement, ajoutant aux œuvres de Bélidor celles de Guillaume Le Blond (Élémens de fortifications, 1739 ; Élémens de la guerre des sièges, 1743, etc.) et celles de Deidier (le Parfait Ingénieur françois, 1742 ; Élémens généraux des principales parties des mathématiques nécessaires à l’artillerie et au génie, 1745). En 17373, il commence à prendre le qualificatif de « libraire de l’artillerie », développé en 1738 en « Libraire du Roi pour l’Artillerie et le Génie », formulation stable désormais, affichant à la fois sa spécialisation et son statut ambitionné4 de fournisseur attitré des artilleurs et ingénieurs, et notamment de leurs écoles. Cependant dans son catalogue5, c’est encore l’architecture et en priorité les grands ouvrages in-folio qui forment la vitrine de son activité ; la catégorie « Fortifications » ne réunit que 3 % des titres et les autres ouvrages pour l’artillerie et le génie sont dispersés dans les rubriques « Mathématiques », « Méchanique », etc. En 17446, il a réorganisé son catalogue, plaçant à la suite des livres d’architecture, les œuvres de ses auteurs-vedettes (Bélidor, Deidier, Ozanam et Le Blond), suivies d’une abondante rubrique « Art militaire ».

  • 7 Environ 300 ingénieurs en fonction, avec un recrutement de 5 à 30 par an, soit 1/3 à 1/6 des candid (...)
  • 8 Par ex., la 1re édition du Dictionnaire militaire portatif (1 vol. in-12 en 1742) est sommaire ; la (...)

4Le développement de cette spécialité éditoriale est lié à un marché conditionné par trois facteurs. Ce sont d’abord les filières de formation pour l’artillerie et le génie, les fluctuations de leur recrutement et leurs programmes de formation. Les auteurs des ouvrages techniques pour l’artillerie et le génie publiés par Jombert sont en majorité professeurs dans ces écoles (parfois examinateurs aux concours d’entrée) et c’est pour ce marché restreint mais régulièrement renouvelé7 de « jeunes militaires » qu’il travaille d’abord, avec deux pics de production au milieu des années 1720 (début des écoles d’artillerie) et dans les années 1750 (création de l’École du génie de Mézières et, en 1756, de l’École commune de La Fère). Le deuxième facteur ce sont les conflits, qui entraînent une augmentation des effectifs mais aussi un besoin accru, pour ceux qui se trouvent confrontés à la réalité des opérations en temps de guerre, de mettre à jour leurs compétences. La multiplication des grands sièges dans les guerres de Succession d’Autriche (1740-1748) et de Sept Ans (1756-1763) entraîne une forte demande. Au milieu du xviiie siècle, la double conjoncture de la guerre et d’importantes réformes dans les écoles déclenche ou accentue un troisième facteur : la concurrence. Non seulement Jombert doit répondre aux besoins ordinaires de sa clientèle mais il doit aussi réagir à des ouvrages concurrents, proches parfois de la contrefaçon8, à la fois en rééditant rapidement certains classiques pour alimenter le marché mais aussi en innovant pour rester compétitif et en accentuant la promotion commerciale de ses ouvrages.

5Au total, la famille Jombert-Cellot aura édité une quinzaine de titres en au moins trente-cinq éditions ; le plus grand succès, ce sont les Élémens de fortification de Le Blond avec huit éditions de 1737 à 1786.

Un discours de légitimation

  • 9 Quéniart J., Les Français et l’écrit, xiiie-xixe siècles, Paris, Hachette, 1998, p. 146-47 ; Charti (...)

6Le livre technique à l’usage d’officiers d’artillerie et de génie qui appartiennent souvent à la noblesse militaire demande à être reconnu de différents points de vue. Le livre comme tel n’est pas central dans la culture traditionnelle de la noblesse d’épée, qui tend même au xviie siècle à faire de cette absence un élément identitaire, par rapport à la noblesse de robe, souvent passée par les universités et pour qui le livre est à la fois un outil de travail et un symbole d’autorité. Certes, la noblesse militaire lit des livres : un fond commun dominé par la religion, l’histoire, la généalogie et la gestion des domaines, montrant un désintérêt global pour les livres scientifiques9. Il faut donc donner une légitimité au livre en lui-même et au livre technique en particulier.

Faire revenir les gens de guerre de leurs préjugés10

  • 10 MF, déc. 1747, p. 99, L’Art de la guerre.
  • 11 Journal des Savants [désormais abrégé en JS], juin 1759, p. 335 : La Science des postes militaires.

Il n’est plus problématique aujourd’hui que la guerre, ainsi que les autres sciences, doit s’étudier dans le cabinet et par l’exercice. Mille exemples ont prouvé qu’un officier qui s’est appliqué de l’une et de l’autre manière, a toujours un très grand avantage sur celui qui n’a que la routine11.

  • 12 Naulet F., op. cit., p. 45-51.
  • 13 MF, nov. 1759, p. 150, Élémens de stéréotomie.
  • 14 JS, mars 1761, p. 147, Bibliothèque militaire.
  • 15 Par ex. Nouveau cours de mathématique, 1725, dédié au duc du Maine : « les mathématiques ont toujou (...)

7Les annonces (reprenant souvent des formules des préfaces) affirment l’intérêt et la dignité de l’étude, non par contraste avec le terrain mais en complément. Certes, les ingénieurs ont, par leurs fonctions ordinaires, un réel travail sur papier ; cependant, sans cadre scolaire jusqu’au milieu du xviiie siècle, il dépend de leur motivation à compléter leur formation. Quant aux artilleurs, ils gardent une méfiance durable à l’égard des études théoriques, d’autant plus qu’étant donné les maigres progrès de la balistique comme science, c’est avant tout par l’expérience qu’un officier artilleur peut maîtriser son outil12. L’honorabilité de l’étude est soutenue par deux arguments. Le premier consiste à disqualifier la pure pratique en « routine de l’ouvrier », « pratique servile13 », rapprochant le simple praticien du travailleur manuel. C’est un argument sensible pour des nobles soucieux de dérogeance. L’autre consiste à requalifier l’étude en activité nobiliaire, suivant en cela l’évolution de la noblesse qui, au xviiie siècle, se rallie progressivement à la culture livresque jusqu’à faire de la bibliothèque un signe extérieur de statut. On dénonce ainsi les « préjugés gothiques » qui « attachent une sorte d’honneur à la plus honteuse ignorance14 ». Les dédicaces aussi soulignent – au-delà de la valeur militaire des dédicataires – leur intérêt pour l’étude des sciences militaires, soit qu’ils s’y consacrent eux-mêmes15, soit qu’ils la protègent par leurs fonctions.

Pour « servir également et leur Maître, et l’État16 »

  • 16 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1748, dédicace.
  • 17 Blanchard A., op. cit., p. 105-114 et 136-137.
  • 18 JS, 1752, p. 339.
  • 19 Édition de 1748, « Avertissement », p. vii, repris dans MF, déc. 1747, p. 101-102.
  • 20 Bélidor B. Forest de, Nouveau cours de mathématique, 1757, Préface, p. x-xi.
  • 21 Sous-titre du Parfait aide de camp, Paris, Le Rouge, 1760.

8La guerre étant la prérogative du roi, artilleurs et ingénieurs sont avant tout à son service, même si les seconds ne sont pas toujours (à strictement parler) des militaires17. À ce titre, l’étude est pour eux un devoir, car il ne suffit pas d’être prêt à mourir pour le roi : encore faut-il le faire efficacement pour faire gagner ses armes. Les Élémens de fortification se destinent à l’officier « qui veut faire son service avec distinction et avec intelligence18 ». Ce devoir se décline en termes de besoin pour l’officier. À la différence d’autres ouvrages techniques qui se présentent comme utiles pour améliorer la pratique, ceux à l’usage des artilleurs et ingénieurs déploient tout un champ lexical de la nécessité dans les titres, les préfaces et les annonces : l’Arithmétique de l’officier est « à l’usage de tous ceux dont l’état exige les connoissances géométriques… pour les aider dans une étude si nécessaire19 ». Le Nouveau cours de mathématique de Bélidor est « un des plus nécessaires à l’Ingénieur », qui a « absolument besoin de la science du nivellement20 », etc. Cette impérieuse nécessité a aussi une face plus attrayante puisqu’elle permet « de faire son chemin à la guerre21 ». C’est un argument auquel tout jeune officier est sensible mais peut-être plus encore les ingénieurs car, en l’absence de grades vénaux dans leur corps, la seule possibilité d’avancement est effectivement de se distinguer. L’étude est donc non seulement digne de la noblesse militaire mais c’est aussi un devoir de son état et un bon moyen de faire carrière.

Des principes appliqués « à quelque chose de réel et d’exécuté22 »

  • 22 MF, août 1743, p. 1814 : Le Parfait ingénieur françois.
  • 23 Deidier Abbé, Le Parfait Ingénieur françois, 1742, 2e partie, p. 177-178.
  • 24 Deidier Abbé, Élémens généraux […] nécessaires à l’artillerie et au génie, 1745, p. xix.
  • 25 Auteur de L’Ingénieur de campagne, Paris, Jombert, 1757.
  • 26 MF, janvier 1745, p. 149, Élémens de fortification.
  • 27 MF, août 1743, p. 1812-16. En 1729, Bélidor insère dans La Science des Ingénieurs les avis favorabl (...)

9Pour les ingénieurs et les artilleurs, l’étude livresque répond aux exigences du recrutement mais aussi aux besoins du terrain. D’une façon générale, l’homme de guerre doit se préparer, n’ayant pas le temps de réfléchir dans le feu de l’action. C’est d’autant plus nécessaire pour les armes techniques. On oppose la bataille où la chance joue un rôle presque aussi important que la valeur personnelle et qui permet une victoire glorieuse mais peu d’acquis concrets, à la guerre de siège, offensive et défensive, qui ne laisse rien au hasard et donne au roi la possibilité de contrôler de nouveaux territoires et de protéger le sien23. Ainsi les ouvrages techniques promettent une science applicable et toujours appliquée. Ils donnent « beaucoup d’exemples qui en font voir l’usage24 » mais aussi des exercices d’entraînement appliqués à des problèmes courants : calculer le nombre d’ouvriers nécessaires pour creuser une tranchée, tracer un élément de fortification ou évaluer le nombre de boulets d’une pile. Pour être crédibles, les manuels techniques doivent attester la compétence de l’auteur. Certains émanent d’officiers qui mentionnent leurs états de service en page de titre : le chevalier de Clairac25 est brigadier des armées du roi et ingénieur en chef à Bergues. Mais les principaux auteurs sont des mathématiciens. S’ils ne manquent pas de mentionner leurs charges et titres académiques, ils s’efforcent aussi de démontrer leur expérience : Le Blond « enseigne depuis longtemps aux pages de la Grande Écurie et doit être d’autant plus au fait des matières qu’il traite qu’il a fait quelques camps pour fortifier la théorie du secours indispensable de la pratique26 ». À défaut, ils mettent en avant les conseils et approbations d’officiers expérimentés. Pour la deuxième édition du Parfait Ingénieur, Deidier a eu « recours aux plus habiles et aux plus expérimentés dans le métier de la guerre, qui voulurent bien lui communiquer leurs lumières27 ». La mention de l’expérience acquise apparaît surtout après 1740, témoignant sans doute d’une nécessité ressentie par les auteurs mais aussi d’une stratégie d’annonce de l’éditeur dans un contexte de guerre ouverte.

Des ouvrages savants ?

  • 28 Le Blond G., L’Arithmétique et géométrie, op. cit., 1767, p. viii.
  • 29 Blanchard A., op. cit., p. 312-320 et 462-68.
  • 30 Sarrazin V., « Éditer l’érudition en France aux xviie et xviiie siècles », dans Brizay F. et Sarraz (...)
  • 31 Cité par Naulet F., op. cit., p. 104-111.

10Si les ouvrages techniques visent avant tout l’application concrète, jusqu’à dénoncer l’inutilité des savoirs purement théoriques pour des gens de guerre28, ils restent des ouvrages relativement savants, rédigés en général par des auteurs qui ont l’ambition de se faire reconnaître comme hommes de science, notamment dans les cercles académiques. Cependant, l’argument est un peu délicat à utiliser lorsqu’on s’adresse à la fois aux ingénieurs et aux artilleurs. Les premiers sont hommes de cabinet autant que d’action, préparant les travaux de fortification et de siège par des plans et des calculs. Ils ont donc un respect pour le savoir théorique et une ouverture sur différentes sciences29, qui les rendent réceptifs aux arguments classiques déployés par le livre savant pour séduire ses acheteurs30. Les artilleurs en revanche sont plus réticents. Bélidor, professeur de mathématiques à l’École d’artillerie du régiment de La Fère, s’est heurté au Directeur général des fortifications pour avoir voulu (calculs et expérimentations à l’appui) faire diminuer la traditionnelle charge de poudre des canons ; il a dû quitter son poste. Quelques mois après, son successeur Deidier est tancé pour avoir voulu « soumettre au calcul les bizarres variations des effets de la poudre31 ».

  • 32 MF, avril 1760, p. 157.
  • 33 Le Blond G., Abrégé de l’arithmétique…, « Avertissement », p. iv.
  • 34 Renvoi fait dans les préfaces : Nouveau cours de mathématiques, 1757, p. xi, Dictionnaire portatif (...)
  • 35 Le Blond G., L’Artillerie raisonnée, 1761.

11Aussi Jombert joue des références savantes avec précaution. Il affiche en page de titre la titulature scientifique des auteurs : Bélidor est en 1729 « commissaire ordinaire de l’artillerie, professeur royal des mathématiques aux Écoles du même corps, membre des académies royales des sciences d’Angleterre, de Prusse et correspondant de celle de Paris » ; en 1757, il est devenu « colonel d’infanterie, chevalier de l’ordre royal et militaire de St-Louis » et désormais membre à part entière de l’Académie des sciences de Paris. Mais il renonce à mettre une citation latine en exergue. La promotion des ouvrages savants renvoie au plaisir de la science cultivée pour elle-même : pour le Traité analytique des sections coniques, « très-sçavant », on promet une méthode « plus belle, plus élégante et plus lumineuse » et une « espèce de controverse » qui doit « piquer la curiosité de toutes les personnes qui aiment les sciences exactes et qui les cultivent32 ». Pour les ouvrages techniques, on insiste sur l’articulation entre théorie et pratique, la première servant à fonder, éclairer et régler la seconde. Pour s’adapter aux circonstances, l’officier doit être capable de comprendre les principes et pas seulement d’appliquer des recettes : on lui donne « le détail nécessaire pour les faire concevoir nettement et pour entrer dans les raisonnements qui en donnent la démonstration33 » mais sans glisser dans l’abstraction. Les approfondissements possibles sont renvoyés à d’autres traités plus théoriques34. Cependant, à la fin des années 1750, Jombert utilise davantage les marqueurs du livre savant, sans doute parce que le niveau d’exigence augmente avec les écoles de Mézières et La Fère, peut-être aussi parce L’Encyclopédie et la Description des arts et métiers patronnée par l’Académie des sciences donnent un modèle prestigieux d’association entre science et pratique. Les titres affichent alors une plus grande ambition intellectuelle : les Élémens de la guerre des sièges sont réédités en Artillerie raisonnée et Traité de l’attaque des places. L’accession de Bélidor aux fonctions de censeur royal permet à Jombert d’obtenir des approbations élogieuses d’un académicien, qu’il insère en tête des ouvrages35. Cette utilisation plus nette de la caution scientifique reflète aussi une évolution des contenus et des publics.

  • 36 Voir Granderoute R., « L’homme destiné aux armes dans le discours d’éducation du xviiie siècle », d (...)

12Le discours sur l’honorabilité de l’étude et sa nécessité est un lieu commun de nombreux ouvrages du xviiie siècle destinés à la noblesse militaire ou traitant de son éducation36. L’officier moderne, pour bien servir le roi et l’État, et pour acquérir la gloire, doit désormais allier la valeur et la science. Il est un peu plus développé pour des traités techniques, qui relèvent du livre de science autant que du manuel pratique et doivent être reconnus de ces deux points de vue.

Ne pas rebuter le lecteur

  • 37 MF, jan. 1742, p. 139, Projet d’une nouvelle théorie sur le mécanisme de l’artillerie.

13Ces ouvrages techniques sont des ouvrages de formation, destinés à des « commençants », de « jeunes militaires » qui ont souvent moins de vingt ans, un âge auquel on reconnaît qu’il est parfois difficile de se concentrer sur l’étude. On tient compte aussi de la mentalité de ceux qui « souvent même, par un tempérament trop martial et trop vif ne peuvent avoir la patience de s’en instruire37 ». Leur devoir et l’intérêt futur de leur carrière ne semblent pas toujours suffisants pour les attacher aux livres. On cherche donc à les rassurer en promettant de se mettre à leur portée et surtout d’éviter ce qui « dégoûte » ou « rebute ».

Pour initier avec facilité38

  • 38 MF, déc. 1745, p. 108, Élémens de fortification.
  • 39 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1767, Avertissement de l’éd., p. vii.
  • 40 Le Blond G., L’Attaque des places, 1762, commence par « armée ».
  • 41 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1767, Avertissement de l’éd., p. xv.
  • 42 JS, juillet 1758, p. 511, Élémens de tactique.
  • 43 MF, août 1743, p. 1807-12, Élémens de la guerre des sièges.
  • 44 Naulet F., op. cit., p. 110-112.
  • 45 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie, op. cit., 1767, Avertissement de l’éd., p. ix.

14Le manuel technique se distingue « par la simplicité de la plupart des démonstrations qu’on y a employées et par les fréquentes applications de la théorie à la pratique. […] On a fait en sorte d’aplanir toutes les difficultés39 ». La facilité découle tout d’abord de ce qu’aucun savoir préalable n’est requis. Beaucoup commencent par une série de définitions, jusqu’aux plus élémentaires40. Autant que possible, chaque définition de géométrie renvoie à une figure. L’accent est mis sur la méthode progressive pour « conduire insensiblement les Commençans des propositions les plus simples aux plus composées ; en sorte qu’elles ne s’élèvent que par degrés et à mesure que l’esprit doit se trouver en état de les concevoir41 ». Comme dans beaucoup d’ouvrages d’apprentissage, l’accent est mis sur l’ordre et la clarté. On souligne parfois le découpage du texte en petits éléments (parties, chapitres, articles) plus digestes. On procède « par règles et par principes42 », en donnant des maximes qui ne prétendent pas à l’innovation (réservée aux ouvrages théoriques et souvent vue avec méfiance par les praticiens) mais fournissent les principes « les plus en usage43 ». Cela ne veut pas dire que ces ouvrages sont en retard sur les innovations techniques mais elles y sont introduites discrètement44. Les exercices d’applications sur des sujets concrets réveillent l’attention des lecteurs45.

Toute la brièveté possible46

  • 46 Bélidor B. Forest de, Nouveau cours de mathématiques, 1757, p. iv.
  • 47 Le Blond G., Abrégé de l’arithmétique, 1748, Avertissement de l’éd., p. iii.
  • 48 De même, le Dictionnaire militaire qui est passé en 3 éditions d’un vol. in-12 à 3 vol. in-8 ° ne p (...)
  • 49 JS, avril 1760, p. 234.
  • 50 Ibid.

15« Les gros volumes ne conviennent guère à ceux qui n’ont pas contracté l’habitude d’étudier47. » La promesse de brièveté dans les préfaces et les annonces est souvent d’autant plus insistante que le format et le volume sont importants48. Alors que les ouvrages savants développent leur objet dans toute son étendue, l’ouvrage technique ne donne que « le plus nécessaire », « le plus utile ». Beaucoup comportent au titre ou au sous-titre le terme d’éléments, n’ambitionnant que de fournir les savoirs utiles à un usage spécifique. Ils se présentent parfois explicitement comme l’abrégé d’un traité plus complet, paru ou à paraître : les Élémens de stéréotomie de Frézier sont l’abrégé d’un traité en cinq volumes in-4 °, « peu propre au commun de ceux qui pratiquent la coupe des pierres49 » et à ceux qui, comme les architectes civils et les ingénieurs, ont besoin de connaissances techniques pour prévoir et superviser les travaux ; il abrège donc la partie théorique « en évitant des détails plus satisfaisants quelques fois pour le géomètre que pour l’artiste50 ».

  • 51 MF, déc. 1747, p. 101-102, L’Arithmétique et la géométrie de l’officier.
  • 52 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie, op. cit., 1767, p. x-xi.
  • 53 Deidier Abbé, Le Parfait Ingénieur, Préface de la 2e édition, 1742.
  • 54 Deidier Abbé, Élémens généraux, op. cit., 1745, Préface de l’auteur.
  • 55 Le Blond G., L’Artillerie raisonnée, 1776.
  • 56 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie, op. cit., 1767, p. XIII.

16L’abrégé repose à la fois sur la synthèse et sur l’élimination d’éléments superflus, inutiles ou trop difficiles. C’est l’algèbre qui est le plus souvent écartée, comme « quelque chose d’effrayant qui rebute quelquefois les commençans51 » auxquels il faut « des objets plus déterminés », « plus accessibles […] plus palpables52 ». C’est parfois aussi la trigonométrie qu’on élude : l’éventuel lecteur savant « aura beaucoup plus de satisfaction » à faire le calcul lui-même ; les ordinaires lecteurs militaires, « ne comprenant rien à ce que je dirois, pourroient se dégoûter du reste du livre, quelque utilité qu’ils en pussent retirer53 ». Sur ce point, le discours commercial de l’éditeur diverge parfois de celui de l’auteur : si Deidier a renoncé à l’algèbre dans ses Élémens généraux […] nécessaires à l’artillerie et au génie, c’est, dit-il, qu’elle est « trop attrayante » et pourrait transformer les officiers en « savans abstraits qui prendraient du dégoût pour un grand nombre de détails dont ils ne peuvent se dispenser54 ». Les savants auteurs de ces ouvrages semblent avoir parfois du mal à abréger ou supprimer les réflexions théoriques : elles peuvent alors être rejetées en notes55 ou signalées en préface56 pour pouvoir être passées. Mais c’est parfois seulement dans les rééditions post-mortem que l’éditeur peut exclure ces éléments : ainsi, dans la 2e édition des Élémens généraux de Deidier en 1773, Jombert annonce avoir retranché le Traité de perspective comme « trop étranger aux militaires ».

  • 57 MF, août 1743, p. 1812 ; son concurrent direct, le Cours de Science militaire, utilise le même argu (...)

17La brièveté est aussi une question d’économie, argument aussi pertinent pour l’éditeur que pour des acheteurs potentiels aux moyens financiers limités : le Parfait Ingénieur prétend former « une espèce de bibliothèque qui renferme tout ce qui a été écrit jusqu’à nos jours sur la Construction, l’Attaque et la Défense des Places » car « les Officiers n’ont pas toujours ni le pouvoir d’acheter une foule de livres, ni le tems de les lire », outre qu’ils « n’ont pas l’intelligence du latin et des langues étrangères dans lesquelles la plupart de ces traités sont écrits57 ».

18Alors que les livres savants mettent en avant les longues démonstrations érudites, encourageant le lecteur à ne pas se rebuter et à reprendre autant que nécessaire pour surmonter une difficulté de compréhension, l’argumentation des ouvrages techniques à destination de jeunes officiers vise surtout à ne pas dégoûter un lecteur qu’on suppose réticent. Si ce discours promotionnel enjolive un peu la réalité par des promesses de facilité et de brièveté, l’éditeur effectue aussi un travail concret sur la forme des ouvrages pour les faire correspondre à ces critères. Ce travail matériel (format, illustration) et parfois textuel (formulation du titre, annexes) contribue aussi à définir et faire évoluer les ouvrages techniques pour l’artillerie et le génie.

Formes et usages

Des livres « portatifs »

  • 58 Laufer R., « Les espaces du livre », dans Histoire de l’édition française, op. cit., p. 156-72.

19Le xviiie siècle voit le développement du livre fait non pour être lu à loisir dans un environnement propice mais pour être consulté où qu’on soit, glissé dans la poche pour servir de guide aux voyageurs, de manuel de jardinage ou de ressource pour la conversation. Parce qu’artilleurs et ingénieurs sont surtout des hommes de terrain, on privilégie un format moyen pour rester maniable, sans descendre en général jusqu’à l’in-12, à la fois parce que le contenu n’est pas compressible et qu’alors un gros volume in-8 ° est plus maniable que trois in-12, et parce qu’un ouvrage de savoir d’une certaine ambition ne peut guère descendre en dessous de l’in-8 °58. Cependant, certains des ouvrages édités par Jombert pour l’artillerie et le génie sont d’un format in-4 °, ne pouvant servir qu’à un travail de bureau. Il est possible qu’il s’agisse d’une exigence de l’auteur : il s’agit notamment des œuvres de Bélidor, académicien, dont les seuls titres publiés in-8 ° sont le Dictionnaire portatif de l’ingénieur rédigé en réalité par Charles-Antoine Jombert et l’édition posthume de ses Œuvres diverses.

  • 59 JS, juin 1752, p. 334.
  • 60 L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 2 vol. in-8° et L’abrégé de l’arithmétique, etc., en (...)
  • 61 MF, déc. 1747, p. 102, le Traité de castramétration, dernière partie de l’Arithmétique et la Géomét (...)
  • 62 « Livres qui se trouvent chez le même libraire », dans Le Blond G., L’Arithmétique de l’officier, 1 (...)

20Les rééditions, qui se doivent d’être « considérablement augmentées » peuvent alors poser problème, à la fois en termes de contenus nouveaux (avec un risque de digressions et de dispersions) et de volume matériel, sans compter la hausse inévitable du prix. Face à ce nécessaire processus de croissance, l’éditeur peut développer un discours de justification. La troisième édition des Élémens de fortification, est « augmentée de plus d’un tiers » pour être « le plus complet qu’il lui seroit possible, sans être cependant diffus et sans cesser d’être à la portée des jeunes Militaires59 ». Mais il peut aussi publier une version abrégée, vendue parallèlement à la version complète, généralement à moitié prix. Ce peut être un texte remanié par l’auteur60 mais Jombert choisit parfois de réimprimer une version antérieure pour servir d’abrégé. Ainsi la quatrième édition des Élémens de fortification (420 p. in-12) continue à être publiée et vendue parallèlement aux 5e, 6e et 7e éditions (plus de 450 p. in-8 °). L’éditeur peut aussi organiser la répartition matérielle du texte en deux ou trois volumes qu’on pourra vendre ensemble ou non « pour la commodité de ceux qui voudront l’avoir séparément61 ». Ainsi, les Élémens de la guerre des sièges en trois parties, deviennent ensuite trois traités distincts (Artillerie raisonnée ; Attaque des Places ; Défense des Places). La répartition des matières répond clairement à une logique de vente. Les deux tomes de L’Arithmétique et la géométrie de l’officier ne se répartissent pas, comme on pourrait le supposer, en « Arithmétique » et « Géométrie » ; le premier volume comprend l’arithmétique et le début de la géométrie, réunissant ainsi « les principales opérations… appliquées aux besoins de l’Officier, de l’Ingénieur et de l’Artilleur62 », donc à un large public d’officiers. Le deuxième volume traite des opérations de géométrie plus spécifiques aux ingénieurs. Ainsi, la répartition des textes permet de s’adresser à des publics plus ou moins spécialisés et de moduler les usages.

Des livres-outils

  • 63 Par ex. La Londe, Élémens de fortification, Paris, veuve Nyon, 1685 ; Blondel F., L’Art de jetter l (...)
  • 64 Deidier Abbé, Le Parfait Ingénieur françois, 1742, Préface, p. viii.

21Le travail sur la forme des ouvrages doit leur permettre d’être emportés mais aussi utilisés partout. Artilleurs et ingénieurs ont des outils de calcul et de tracé ; le livre ne doit pas être relégué dans le temps et l’espace de l’apprentissage théorique, mais s’intégrer à cet outillage quotidien. Cela passe par la maniabilité du format mais aussi par des aménagements qui en accentuent l’utilité. Dans la lignée des ouvrages techniques63 du xviie siècle, ceux de Jombert offrent dans un premier temps des méthodes « très-faciles » de calcul du toisé ou de la trajectoire des projectiles. Puis, parce que ces calculs ne sont pas si faciles et que surtout, sur le terrain, on n’a pas toujours le temps de les effectuer, on généralise les tables « où ces calculs se trouvent tout faits »64 sur le modèle des Comptes-faits de Barrême. Les Élémens de la guerre des sièges contiennent, entre autres, une « Table de la charge des mines », une autre « contenant les choses nécessaires pour un équipage d’artillerie de 50 pièces de canon » et une série de « Tables des munitions de guerre et de bouche » dont les places doivent être fournies, en fonction de l’effectif de la garnison et de la capacité de résistance de la place. Les tables du Bombardier françois – imprimé in-4 ° – sont réimprimées à part en un petit volume in-8 °, pour servir sur le terrain.

  • 65 Blondel F., Nouvelle manière de fortifier, Paris, Langlois, 1683 ; Bernard J.-F., Nouvelle manière (...)
  • 66 À Amsterdam, par la Cie des Libraires, 1734, « Avis du libraire ».
  • 67 MF, août 1743, p. 1807.
  • 68 Le Blond G., Abrégé de l’Arithmétique, 1748, « Avis au Relieur », p. 419.
  • 69 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1748, ii, « Avis au Relieur », p. 481.

22La commodité, c’est aussi la forme de l’illustration, quelques fois ornementale mais avant tout informative. Les plans et schémas permettent de rendre intelligibles les objets, les formes et les procédés décrits ; des renvois précis aux planches, figures et légendes lettrées sont placés en marge du texte, une nette amélioration par rapport aux mentions insérées dans le texte telles qu’on les faisait à la fin du xviie siècle65. Dans cette optique, la question du format peut poser problème : des figures trop petites sont peu lisibles et c’est pourquoi le premier éditeur du Parfait Ingénieur a choisi le format in-4 °, malgré son coût66 Pour allier la petitesse du volume et la grandeur des figures, Jombert adopte les planches dépliantes ; malgré leur format in-8 °, les Élémens de la guerre des sièges offrent « 30 grandes planches fort bien gravées67 ». Il faudrait qu’elles puissent se trouver en face du texte mais l’assemblage est fait par des relieurs qui n’y prêtent pas toujours attention ; aussi l’éditeur les groupe-t-il à la fin, « de manière qu’en les déployant elles sortent hors du livre vers la droite68 » et à « les faire sortir en entier hors du livre69 ». Ainsi le lecteur peut, à tout moment, déplier la planche dont il a besoin, à côté du texte.

L’émancipation de la forme scolaire

  • 70 Edition 1739, « Avertissement », p. iii.

23Les ouvrages techniques pour l’artillerie et le génie sont d’abord la transcription de cours avec, comme référence, le Cours de mathématiques […] les plus nécessaires à un homme de guerre de J. Ozanam et son complément, le Traité de fortification, parus chez J. Jombert en 1693 et 1694. Les marqueurs pédagogiques sont nombreux, à commencer par la formulation du titre et le statut de l’auteur. Le Nouveau cours de mathématiques à l’usage de l’artillerie de Bélidor comporte une introduction sur les nouvelles écoles d’artillerie. Les Élémens de fortification se présentent « comme un Maître qui fait tracer un plan à un Écolier70 ».

  • 71 En 1764 encore, le privilège des ouvrages de Le Blond est formulé pour un Cours de Science militair (...)

24À partir des années 1740, ces références scolaires s’atténuent, sans que la démarche pédagogique du contenu soit forcément modifiée. Le terme de « cours » apparaît parfois encore au privilège71 mais plus rarement en page de titre, de même que l’adresse aux « jeunes militaires » ; les mots « maître » ou « écolier » disparaissent des préfaces et des annonces. Le contexte des écoles d’artillerie et de génie n’est plus évoqué. Enfin, au milieu des années 1750, ces ouvrages techniques se rapprochent des dictionnaires. Cette fois, il ne s’agit pas d’un simple habillage du texte mais d’une nouvelle forme, qui doit sans doute beaucoup à Charles-Antoine Jombert lui-même.

  • 72 Le Blond G., Élémens de fortification, 1739.
  • 73 Dans Le Blond G., Traité de la défense des places, 3e partie des Élémens de la guerre des sièges, 1 (...)

25Dès leurs premières éditions, ses traités techniques sont complétés de tables qui tiennent de l’index et du dictionnaire. C’est parfois une « Table des matières en forme de petit dictionnaire des termes de la Fortification72 », c’est-à-dire un index des matières dont les termes sont donnés avec leur définition. Ce peut être aussi un Petit Dictionnaire des termes les plus en usage dans la fortification, l’artillerie, l’attaque et la défense des places73, outil lexicographique plus complet dont certains termes comportent des renvois aux pages du texte. Index tirant sur le dictionnaire ou dictionnaire servant d’index, ce sont des outils pour faciliter le repérage dans l’ouvrage mais aussi l’assimilation du vocabulaire professionnel. Ces modules apparentés au dictionnaire sont systématiquement mis en valeur par l’éditeur sur les pages de titre et dans les annonces. Ils ne sont pourtant pas de la main des auteurs, comme ceux-ci le reconnaissent en préface. Ils ont sans doute été commandés voire réalisés par Jombert lui-même. C’est en effet lui qui, en 1762, complète le Traité de la défense des places de Le Blond par un véritable dictionnaire « beaucoup plus complet et méthodique qu’il ne l’étoit dans la première édition de cet Ouvrage et même qu’aucun de ceux qui ont paru jusqu’à présent ». Intitulé Manuel de l’ingénieur et de l’artilleur ou dictionnaire abrégé des termes propres à la Fortification, l’Attaque et la Défense des Places, l’Artillerie, les Mines et le jet des Bombes, il compte 153 pages. C’est aussi lui qui rédige – selon la préface de l’édition de 1768 – l’essentiel du Dictionnaire portatif de l’ingénieur paru sous le nom de Bélidor. Mais Jombert ne va pas jusqu’à substituer le dictionnaire au traité dont il conserve la méthode pédagogique progressive. Il procède plutôt par accumulation, les éléments annexes permettant d’autres usages de l’ouvrage, éventuellement pour d’autres lecteurs : ainsi, en 1775, la septième édition des Élémens de fortification de Le Blond comporte à la fois un « Dictionnaire abrégé des termes » et une « Table raisonnée ».

26Les évolutions induites par l’éditeur visent donc à mieux adapter le produit éditorial aux besoins de la clientèle visée mais aussi à permettre l’élargissement de ce public au fil du temps. Après la forte stimulation des conflits et des réformes militaires du milieu du xviiie siècle, on note un fléchissement des recrutements et sans doute un moindre besoin de formation continue car les officiers en poste sont désormais tous passés par des filières de formation régulière. Alors que le débouché d’origine se réduit, la concurrence s’accroît : d’autres libraires comme Musier, Desaint et Saillant publient des ouvrages du même type. Jombert ne peut donc plus se contenter de s’adresser aux élèves des écoles d’artillerie et de génie.

  • 74 « Préface », p. vii.

27En 1764, la cinquième édition des Élémens de fortification débute par un discours sur l’intérêt de la science des fortifications non seulement pour les ingénieurs mais aussi (et c’est souligné par la typographie) pour les artilleurs, les officiers généraux qui les supervisent, et les officiers particuliers qui peuvent se trouver responsables d’une place. L’évolution des ouvrages est aussi une nécessité liée à leur succès même : une réédition doit être « considérablement augmentée », parfois agrandie en format, toujours enrichie d’articles nouveaux. Si certains complètent le traité technique (par exemple, en ajoutant à la fortification régulière, très géométrique et théorique, la fortification irrégulière et celle de campagne), d’autres en brouillent l’identité : en 1776, Le Blond a ajouté à son Artillerie raisonnée une partie historique et des recherches curieuses que les non-militaires seront « bien aises de connoître74 ». L’éditeur cherche donc à résoudre la tension entre le modèle construit depuis les années 1720 de science appliquée, utilitaire et abrégée, et l’ambition des auteurs d’y ajouter des spéculations théoriques pour le plaisir de la connaissance. En jouant sur les formats, la version complète ou abrégée, les parties détachables et des modules textuels distincts, il parvient à décliner l’ouvrage technique aussi bien en traité professionnel pour les artilleurs et ingénieurs qu’en livre élémentaire pour un large public d’officiers, en ouvrage de culture sur l’art militaire, voire en beau livre imprimé en grand papier.

Conclusion

  • 75 Paris, Musier, 1764-1769.

28Au xviiie siècle, l’art de la guerre devient une science. Le besoin de formation qui en découle ouvre un marché pour de nouveaux livres mais un marché potentiel qu’il reste à développer. Les élèves artilleurs et ingénieurs auraient pu se contenter du manuel de mathématiques élémentaires nécessaire pour les concours, puis de leurs notes de cours. Ils ont pourtant intégré à leur formation puis à leur bibliothèque professionnelle des ouvrages techniques, sans doute parce qu’ils y ont été incités par leurs écoles mais aussi par une offre éditoriale bien pensée. La famille Jombert, et Charles-Antoine au premier chef, a su choisir des auteurs et des textes mais aussi les accompagner d’un travail formel et commercial, pour construire un modèle d’ouvrage d’apprentissage technique, à la fois scientifique et pratique, répondant aux besoins du public visé sous ses différentes facettes d’apprentis, de techniciens militaires, de jeunes nobles et d’officiers ambitieux. Le succès de la formule se lit dans les rééditions jusqu’au milieu des années 1780, dans la présence attestée de ces ouvrages dans les bibliothèques des ingénieurs, et dans les imitations qu’ils suscitent. Avec la création de nouvelles écoles militaires ou d’ingénierie civile, d’autres éditeurs investissent le créneau des ouvrages pour l’artillerie et le génie : leurs publications s’inspirent largement des ouvrages du catalogue de Jombert, comme par exemple le Cours de mathématiques à l’usage des Gardes de la Marine de Bezout75.

Notes

1 Blanchard A., Les « Ingénieurs du Roy » de Louis XIV à Louis XVI : étude du corps des fortifications, Montpellier, Presses universitaires, 1979 ; Naulet F., L’Artillerie française (1665-1765), naissance d’une arme, Paris, Economica, 2002.

2 Bousquet-Bressolier C., « Charles-Antoine Jombert, libraire entre sciences et arts », Bulletin du bibliophile, 1997, p. 299-332 ; Charon A., « Le livre maritime chez Claude-Antoine Jombert », dans Charon A., Le Livre maritime au Siècle des Lumières, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 85-98.

3 Mercure de France [désormais abrégé en MF], oct. 1737, p. 2298.

4 Bousquet-Bressolier C., op. cit., p. 306 : on n’a pas retrouvé trace d’un document écrit lui donnant un vrai statut. Ainsi, à la différence des titres officiels de « libraire de Mgr l’Évêque » ou d’« imprimeur du Parlement », il n’a pas de monopole légal de fourniture.

5 Catalogue des livres de sorte et d’assortiment qui se trouvent dans la boutique de C. A. Jombert, 1738.

6 Catalogue des livres imprimés ou qui se trouvent en nombre à Paris, chez C. A. Jombert, 1744.

7 Environ 300 ingénieurs en fonction, avec un recrutement de 5 à 30 par an, soit 1/3 à 1/6 des candidats. Environ 600 à 650 officiers d’artillerie (mais jusqu’à 1 000 pendant les grands conflits), avec des promotions de 50 élèves au milieu du xviiie siècle.

8 Par ex., la 1re édition du Dictionnaire militaire portatif (1 vol. in-12 en 1742) est sommaire ; la 2e édition (2 vol. in-12 en 1745) est augmentée « de l’explication des travaux qui servent à la construction, à l’attaque et à la défense des places » ; la 3e (3 vol. 8 ° en 1758) annonce le même supplément, avec les « termes des arts méchaniques qui y ont rapport » et commence par les mêmes termes d’architecture militaire que le Dictionnaire portatif de l’Ingénieur paru chez Jombert en 1755.

9 Quéniart J., Les Français et l’écrit, xiiie-xixe siècles, Paris, Hachette, 1998, p. 146-47 ; Chartier R., Roche D., « Lectures nobiliaires », dans Chartier R., Martin H.-J., Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, 1990, II, p. 526-28.

10 MF, déc. 1747, p. 99, L’Art de la guerre.

11 Journal des Savants [désormais abrégé en JS], juin 1759, p. 335 : La Science des postes militaires.

12 Naulet F., op. cit., p. 45-51.

13 MF, nov. 1759, p. 150, Élémens de stéréotomie.

14 JS, mars 1761, p. 147, Bibliothèque militaire.

15 Par ex. Nouveau cours de mathématique, 1725, dédié au duc du Maine : « les mathématiques ont toujours été estimées des grands hommes ».
Le Parfait Ingénieur (1742) est dédié à M. de Vallière, directeur général des écoles d’artillerie. Le Blond dédie ses œuvres au Grand Écuyer, responsable de la formation des Pages de la Grande Écurie, etc.

16 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1748, dédicace.

17 Blanchard A., op. cit., p. 105-114 et 136-137.

18 JS, 1752, p. 339.

19 Édition de 1748, « Avertissement », p. vii, repris dans MF, déc. 1747, p. 101-102.

20 Bélidor B. Forest de, Nouveau cours de mathématique, 1757, Préface, p. x-xi.

21 Sous-titre du Parfait aide de camp, Paris, Le Rouge, 1760.

22 MF, août 1743, p. 1814 : Le Parfait ingénieur françois.

23 Deidier Abbé, Le Parfait Ingénieur françois, 1742, 2e partie, p. 177-178.

24 Deidier Abbé, Élémens généraux […] nécessaires à l’artillerie et au génie, 1745, p. xix.

25 Auteur de L’Ingénieur de campagne, Paris, Jombert, 1757.

26 MF, janvier 1745, p. 149, Élémens de fortification.

27 MF, août 1743, p. 1812-16. En 1729, Bélidor insère dans La Science des Ingénieurs les avis favorables de quatre directeurs des fortifications, le déclarant « conforme à ce qui se pratique de mieux ».

28 Le Blond G., L’Arithmétique et géométrie, op. cit., 1767, p. viii.

29 Blanchard A., op. cit., p. 312-320 et 462-68.

30 Sarrazin V., « Éditer l’érudition en France aux xviie et xviiie siècles », dans Brizay F. et Sarrazin V., Érudition et culture savante de l’Antiquité à l’époque moderne, Rennes, Presses Universitaires, 2015, p. 183-200.

31 Cité par Naulet F., op. cit., p. 104-111.

32 MF, avril 1760, p. 157.

33 Le Blond G., Abrégé de l’arithmétique…, « Avertissement », p. iv.

34 Renvoi fait dans les préfaces : Nouveau cours de mathématiques, 1757, p. xi, Dictionnaire portatif de l’ingénieur, 1755, p. vi ; et dans les annonces : JS, 1752, p. 340, Élémens de fortification.

35 Le Blond G., L’Artillerie raisonnée, 1761.

36 Voir Granderoute R., « L’homme destiné aux armes dans le discours d’éducation du xviiie siècle », dans Goubier-Robert G., L’Armée au xviiie siècle, 1715-1789, Aix-en-Provence, Presses de l’Université, 1999, p. 99-107.

37 MF, jan. 1742, p. 139, Projet d’une nouvelle théorie sur le mécanisme de l’artillerie.

38 MF, déc. 1745, p. 108, Élémens de fortification.

39 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1767, Avertissement de l’éd., p. vii.

40 Le Blond G., L’Attaque des places, 1762, commence par « armée ».

41 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1767, Avertissement de l’éd., p. xv.

42 JS, juillet 1758, p. 511, Élémens de tactique.

43 MF, août 1743, p. 1807-12, Élémens de la guerre des sièges.

44 Naulet F., op. cit., p. 110-112.

45 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie, op. cit., 1767, Avertissement de l’éd., p. ix.

46 Bélidor B. Forest de, Nouveau cours de mathématiques, 1757, p. iv.

47 Le Blond G., Abrégé de l’arithmétique, 1748, Avertissement de l’éd., p. iii.

48 De même, le Dictionnaire militaire qui est passé en 3 éditions d’un vol. in-12 à 3 vol. in-8 ° ne prend le qualificatif de « portatif » que dans la 3e édition.

49 JS, avril 1760, p. 234.

50 Ibid.

51 MF, déc. 1747, p. 101-102, L’Arithmétique et la géométrie de l’officier.

52 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie, op. cit., 1767, p. x-xi.

53 Deidier Abbé, Le Parfait Ingénieur, Préface de la 2e édition, 1742.

54 Deidier Abbé, Élémens généraux, op. cit., 1745, Préface de l’auteur.

55 Le Blond G., L’Artillerie raisonnée, 1776.

56 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie, op. cit., 1767, p. XIII.

57 MF, août 1743, p. 1812 ; son concurrent direct, le Cours de Science militaire, utilise le même argument, ibid., p. 1813-15.

58 Laufer R., « Les espaces du livre », dans Histoire de l’édition française, op. cit., p. 156-72.

59 JS, juin 1752, p. 334.

60 L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 2 vol. in-8° et L’abrégé de l’arithmétique, etc., en 1 vol. in-12 sont tous deux de Le Blond.

61 MF, déc. 1747, p. 102, le Traité de castramétration, dernière partie de l’Arithmétique et la Géométrie de l’officier.

62 « Livres qui se trouvent chez le même libraire », dans Le Blond G., L’Arithmétique de l’officier, 1747.

63 Par ex. La Londe, Élémens de fortification, Paris, veuve Nyon, 1685 ; Blondel F., L’Art de jetter les bombes, Paris, Langlois, 1683.

64 Deidier Abbé, Le Parfait Ingénieur françois, 1742, Préface, p. viii.

65 Blondel F., Nouvelle manière de fortifier, Paris, Langlois, 1683 ; Bernard J.-F., Nouvelle manière de fortifier, Paris, Michallet, 1689.

66 À Amsterdam, par la Cie des Libraires, 1734, « Avis du libraire ».

67 MF, août 1743, p. 1807.

68 Le Blond G., Abrégé de l’Arithmétique, 1748, « Avis au Relieur », p. 419.

69 Le Blond G., L’Arithmétique et la géométrie de l’officier, 1748, ii, « Avis au Relieur », p. 481.

70 Edition 1739, « Avertissement », p. iii.

71 En 1764 encore, le privilège des ouvrages de Le Blond est formulé pour un Cours de Science militaire.

72 Le Blond G., Élémens de fortification, 1739.

73 Dans Le Blond G., Traité de la défense des places, 3e partie des Élémens de la guerre des sièges, 1743.

74 « Préface », p. vii.

75 Paris, Musier, 1764-1769.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540