Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Cinquième partie - Économie du livre technique

Formation d’ingénieurs et livre technique en Grèce, des années 1880 à la Première guerre mondiale : le cas de l’École polytechnique d’Athènes

Engineering education and technical books in Greece, 1880-1914: the example of the National Technical University of Athens

Fotini Assimakopoulou, Konstantinos Chatzis et Georgia Mavrogonatou

Résumé

En acquérant son indépendance en 1832, la Grèce se lance dans une politique de modernisation nécessitant des connaissances, des savoir-faire et des techniques qui dépassent de loin les ressources autochtones. Très vite, des établissements de formation technique « à l’occidentale » verront le jour. Fondée en 1837 comme modeste école d’arts industriels destinée à former des ouvriers qualifiés et des contremaîtres dans le bâtiment, L’École polytechnique d’Athènes devient dans les années 1880 une institution académique de niveau supérieur. Cette transformation de l’établissement athénien s’accompagne, entre autres, d’une production textuelle sans précédent dans l’histoire de l’institution. C’est sur cette production élaborée par les enseignants de l’École polytechnique d’Athènes pendant la période qui va des années 1880 à la Première guerre mondiale que porte cette contribution.

Texte intégral

Introduction

1En acquérant son indépendance en 1832, la Grèce accède dans les faits au statut d’un pays certes libre mais sans État organisé, en manque d’infrastructures élémentaires, marqué par une économie préindustrielle, avec comme seule tradition indigène en matière de connaissances techniques celle des corporations. Or, la modernisation du pays et son appartenance à l’« Occident », tant désirés par une bonne partie de ses élites, nécessite des connaissances, des savoir-faire et des techniques qui dépassent de loin les ressources autochtones. Très vite, des établissements de formation technique « à l’occidentale » verront le jour. L’un d’entre eux sera promis à un grand avenir : la (future) École polytechnique d’Athènes. Fondé en 1837, comme modeste école d’arts industriels destinée à former des ouvriers qualifiés et des contremaîtres dans le bâtiment, l’établissement connaîtra une marche ascendante au long du siècle. Vers la fin des années 1880, l’École polytechnique devient une institution académique de niveau supérieur.

2Cette transformation de l’établissement athénien s’accompagne d’une production textuelle sans précédent dans l’histoire de l’institution. Pratiquement tous les cours dispensés en son sein sont dotés désormais d’un support lithographique, transformé souvent en document imprimé. C’est sur cette production élaborée par les enseignants de l’École polytechnique d’Athènes pendant la période qui va des années 1880 à la Première guerre mondiale que porte cette contribution, organisée en deux parties. Après une présentation de l’établissement et de son corps enseignant dans les années 1880-1914, nous allons nous focaliser sur la production textuelle des professeurs de l’École polytechnique durant cette période, en alternant des vues panoramiques sur l’ensemble de la « population » des documents signés avec quelques (courts) commentaires sur une série des spécimens de cette population.

L’École polytechnique d’Athènes et son corps enseignant, des années 1880 à la Première guerre mondiale

  • 1 Sur l’École militaire et les officiers du génie, voir : Chatzis K., « Des ingénieurs militaires au (...)

3Durant le xixe siècle, l’enseignement technique en Grèce est, pour l’essentiel, l’apanage de deux institutions : l’École militaire et l’École polytechnique d’Athènes. Fondée en 1828, organisée par des polytechniciens français, l’École militaire est le seul établissement formant des ingénieurs en Grèce pendant la majeure partie du siècle. Ce sont les officiers du génie1 qui remplissent, en effet, et ce jusqu’en 1878, des tâches et des missions qui relèvent dans les faits du domaine de l’ingénieur en génie civil (l’ingénieur des ponts et chaussées, selon la nomenclature française) : routes et ouvrages d’art, travaux hydrauliques et portuaires, aménagement des villes et construction de bâtiments civils, les projets étant, force est de constater, souvent plus nombreux que les réalisations.

  • 2 Le livre le plus complet sur l’histoire de l’École polytechnique d’Athènes jusqu’en 1914 reste cel (...)
  • 3 Filippidis D., Lysandros Kaftantzoglou, Athènes, Politistiko Technologiko Idryma ETBA, 1995.
  • 4 Chatzis K., « La modernisation technique de la Grèce, de l’indépendance aux années de l’entre-deux (...)

4Mais vers la fin du xixe siècle, un autre établissement, l’École polytechnique d’Athènes, va éclipser l’École militaire comme lieu de formation des ingénieurs grecs2. Cet établissement démarre sa carrière en 1837 comme une modeste école d’arts industriels, destinée à former, grâce à des cours du dimanche, des ouvriers qualifiés et des contremaîtres dans le bâtiment. Mais très vite, à partir du début des années 1840, des cours techniques et artistiques sont organisés sur une base quotidienne. À la tête de l’établissement de 1844 à 1862, l’architecte Lysandros Kaftantzoglou (1811-1885) renforce l’orientation artistique de l’établissement aux dépens de sa vocation technique initiale3. Mais pas pour longtemps. Grâce à l’action de plusieurs ingénieurs militaires – souvent à la tête de l’établissement et très présents parmi le corps enseignant – et pour répondre au nouveau contexte qui se dessine dans les années 1850 et au début des années 18604 – Athènes connaît ainsi la mise en place de son premier plan d’aménagement, d’autres villes commencent timidement à s’équiper en bâtiments publics ; en 1852 une importante loi relative aux routes du pays voit le jour –, l’institution change à la fois de statut et d’orientation. Sous l’impulsion de Dimitrios Skalistiris (1815-1883) notamment, ancien élève de l’École militaire avec des études à l’École polytechnique de Paris et à l’École des ponts et chaussées, directeur de l’établissement entre 1864 et 1873, l’institution athénienne devient un établissement de niveau secondaire, comprenant désormais deux écoles séparées qui fonctionnent toujours sur une base quotidienne : l’école des arts industriels, organisée sur le modèle des « arts et métiers » français, et l’école des beaux arts, cette dernière se séparant de l’École polytechnique en 1910 pour devenir une institution autonome.

5À partir du début des années 1860, l’école des arts industriels est composée de trois départements : le département d’« architecture », qui forme dans les faits des techniciens dans les secteurs des travaux publics et du bâtiment, celui des « arpenteurs » et le département des « mécaniciens » – dont le fonctionnement effectif démarre avec un peu de retard par rapport aux deux premiers. C’est le département d’« architecture » qui domine l’école des arts industriels : parmi les 560 diplômés de la période 1867-1890 – les inscrits sont alors beaucoup plus nombreux –, 380 sortent de ce département, alors que l’on enregistre seulement 40 mécaniciens, embauchés dans leur majorité dans la marine.

  • 5 Voir rapidement : Kyprianos P., Sygkritiki istoria tis Ellinikis ekpaidefsis, Athènes, Vivliorama, (...)
  • 6 Rappelons ici que la même loi prévoit aussi l’ouverture d’un cycle d’études de deux ans débouchant (...)

6L’année 1887 est une autre date décisive dans l’histoire de l’École polytechnique d’Athènes. Au milieu d’un programme de travaux publics sans précédent dans l’histoire du pays, et sous la direction d’un autre militaire, Anastasios Theofilas (1827-1901) – lui aussi cosmopolite quant à sa formation, avec des études à l’École militaire de Saint-Cyr –, qui préside aux destinées de l’école de 1878 à sa mort, l’institution athénienne connaît de nouveau des changements importants dans sa branche technique. Tous ceux, et ils sont nombreux, qui critiquaient depuis le milieu du siècle un système d’enseignement trop centré sur les humanités, peuvent alors se féliciter du fait que la Grèce se dote, à côté de l’École militaire, d’un deuxième établissement de formation technique de niveau supérieur5, dont les deux départements, celui du génie civil et le département du génie mécanique, offrent désormais à leurs élèves un cursus de quatre ans6. De 1890 à 1912, la nouvelle École polytechnique délivre ainsi 261 diplômes en génie civil contre 29 diplômes seulement en génie mécanique. Rappelons que cette évolution prend place à une époque où les ingénieurs militaires, au service des civils depuis l’indépendance du pays, viennent de quitter la scène des travaux publics pour se consacrer exclusivement à des tâches militaires, la place laissée vacante étant prise par le corps des ingénieurs civils (non militaires) créé en 1878. La nouvelle École polytechnique sera par ailleurs un grand pourvoyeur de ce corps.

  • 7 Voir, par exemple, le programme des études pour l’année 1884-1885, reproduit dans Mpiris K., op. c (...)
  • 8 Mpiris K., op. cit., p. 314-315. Donnons ici le programme du département du génie mécanique (1887) (...)
  • 9 Techniki Epetiris tis Ellados, t. A, vol. I, Athènes, Ekdoseis Technikou Epimelitiriou tis Ellados (...)

7La lecture des curricula offerts par les deux départements en exercice, surtout si elle s’accompagne de leur mise en regard avec les programmes d’études à l’œuvre durant les périodes précédentes, met clairement en évidence le caractère universitaire de l’établissement qui s’affirme à partir de 18877. Ainsi au tournant des années 1880 et 1890, un élève du département du génie civil est censé étudier successivement : la géométrie analytique et descriptive, la mécanique (élémentaire), la physique et la chimie, la topographie, le dessin technique et l’art de l’escrime (1re année) ; le calcul différentiel et intégral, la mécanique théorique, la topographie, la science des routes, l’oryctologie, la construction, le dessin technique, l’histoire de l’art et l’escrime (2e année) ; la mécanique appliquée, les ponts, la construction, l’architecture, les machines, la science forestière, l’esthétique, le dessin technique et l’escrime (3e année) ; les travaux portuaires, les chemins de fer, la construction, l’architecture, le droit public, la comptabilité, le dessin technique et l’escrime toujours (4e année)8. Signe et facteur à la fois de cette hausse de niveau de l’enseignement, la création de plusieurs nouveaux laboratoires dont le nombre ne fait qu’augmenter au fur et à mesure qu’on avance dans le temps : laboratoire de physique expérimentale (1887), de technologie chimique (1908), d’électricité (1911), de machines (1914)9. Si le niveau des études offertes est élevé, c’est aussi parce que, à partir de l’année 1887, les professeurs de l’établissement peuvent compter sur une « matière première » de qualité : on entre à l’École polytechnique uniquement après examen, et seulement si on a déjà effectué un parcours scolaire ascendant qui a comme étape finale le baccalauréat, voire une maîtrise universitaire.

  • 10 Kitromilides P. (dir.), Eleftherios Venizelos : The Trials of Statesmanship, Edinburgh, Edinburgh (...)
  • 11 Rappelons que la nomination des professeurs de l’université d’Athènes, leur carrière comme leur po (...)
  • 12 On dispose d’une description détaillée du contenu des cours dispensés au début des années 1930 au (...)

8En 1914, alors que le grand modernisateur Eleftherios Venizelos (1864-1936) est au pouvoir depuis octobre 191010, une nouvelle loi entérine la transformation de l’École polytechnique en établissement de niveau supérieur sous la tutelle du ministère des Transports, une toute jeune administration créée également en 1914. À partir de cette date, l’École polytechnique est placée officiellement cette fois sur un pied d’égalité avec l’université d’Athènes. Alors qu’avec la loi de 1887, l’institution de tutelle – à l’époque le ministère de l’Intérieur par l’intermédiaire du bureau d’« Économique publique », et, à partir de 1890, la direction des Travaux publics du même ministère – était responsable des nominations à la fois du directeur de l’établissement et du corps enseignant, la loi de 1914 prévoit que tous les nouveaux professeurs sont élus par le corps enseignant déjà en place, qui joue désormais un rôle bien plus important que par le passé dans la direction et la gestion de l’institution11. Trois ans plus tard, en 1917, sous la houlette d’Aggelos Ginis (1859-1928), ingénieur en génie civil formé aux universités techniques de Dresde et de Karlsruhe, l’École polytechnique connaît une nouvelle transformation et acquiert plusieurs des caractéristiques qui vont accompagner sa trajectoire au xxe siècle. Le département du génie mécanique devient département du génie mécanique et du génie électrique, et à l’instar du département du génie civil, il voit sa durée d’études augmentée d’un an (cinq ans d’études au total). Qui plus est, trois nouveaux départements figurent désormais dans l’organigramme de l’établissement : le département d’Architecture (quatre ans d’études), celui du génie chimique (quatre ans) et le département du génie topographique (trois ans)12.

  • 13 Dans nos calculs on prend en compte les seules personnes qui professent des cours « scientifiques  (...)
  • 14 Nos calculs à partir de Mpiris K., op. cit., p. 319-320.
  • 15 Nos calculs à partir du tableau figurant dans Antoniou G., op. cit., p. 204-205.
  • 16 Nos calculs à partir des notices biographiques qui figurent dans Mpiris K., op. cit., p. 485-546.
  • 17 Assimacopoulou F., K. Chatzis et A. Mahera, « Élève en France, enseignant en Grèce. Les enseignant (...)
  • 18 Ainsi, parmi les 37 enseignants, 17 avaient fréquenté un établissement français, douze autres une (...)
  • 19 Assimacopoulou F., K. Chatzis et A. Mahera, « Élève en France, enseignant en Grèce… », op. cit., p (...)

9L’une des conséquences immédiates de l’acquisition du statut universitaire par l’École polytechnique – dans les faits en 1887, officiellement avec les lois des années 1914 et 1917 – a été l’augmentation et la diversification des effectifs du corps enseignant13. Alors qu’en 1892-1893, on enregistre dix-huit professeurs14, en 1920, leur nombre s’élève à trente-sept15. Pour l’ensemble de la période 1887-1914, qui constitue le cœur de la présente contribution, le nombre des enseignants qui ont professé à l’École polytechnique s’élève à trente-sept16 (ils étaient 83 au total pour la période 1837-191217). Si comme par le passé, pour certains le passage à l’institution est de courte durée, la tendance générale est une diminution drastique de « turn-over » professoral au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle. Ainsi si Ioannis Markopoulos (1836-?), officier du génie avec des études en France, n’enseigne la construction qu’en 1888, Anastasios Soulis (1836-1918) professe à l’établissement de 1874 à 1910, alors que Georgios Maltezos (1873-1941), ayant fréquenté dans sa jeunesse l’École des mines à Paris, enseigne de 1896 à 1938. Si le caractère cosmopolite du corps enseignant reste un trait constant pour l’ensemble de la période 1887-1914 – la quasi-totalité des professeurs ont fréquenté, en effet, un établissement étranger et/ou ont travaillé en dehors des frontières du pays –, on enregistre la montée en puissance de l’univers « germanophone » au sein de l’établissement. Alors que pendant les années 1887-1914, francophones et germanophones sont au coude à coude, avec un léger avantage pour les « français »18, la domination de la culture allemande saute aux yeux si on examine la composition du corps de professeurs pour les années de l’entre-deux-guerres. Au milieu des années 1930, parmi les trente-quatre (sur 35) professeurs « titulaires » de l’établissement pour lesquels on connaît avec précision les lieux d’études, ceux qui ont fréquenté des écoles d’ingénieurs de langue germanique (Suisse alémanique y compris) sont au nombre de quatorze, alors que les écoles françaises d’ingénieur sont représentées à peine par trois professeurs, dont deux sont nommés en 1896 et 1908 respectivement19.

  • 20 Le sujet reste à explorer. Pour une première approche, voir collectif, « Vivliothiki ton anagkaiou (...)
  • 21 Sur le rôle des donateurs dans la constitution de la Bibliothèque de l’université d’Athènes, voir  (...)
  • 22 Kalafati E., « O rolos ton doreon sti sygkrotisi tis Vivliothikis tou E.M.P. (1836-1950) », dans c (...)
  • 23 Sklavenitis T., op. cit., p. 114.
  • 24 Chatzis K., « Le “monde social” polytechnicien de la première moitié du xixe siècle et la question (...)

10De façon prévisible, la montée en puissance de la théorie dans les cursus offerts par l’établissement crée des nouveaux besoins, parmi lesquels la publication de supports textuels pour les cours enseignés ainsi que la création de lieux de stockage et de consultation de savoirs fixés déjà dans l’écrit, comme les bibliothèques. Nous allons consacrer le reste de la contribution aux documents produits par les enseignants de l’établissement athénien durant la période qui va des années 1880 à la Première guerre mondiale. Mais avant de le faire, donnons ici quelques informations sur la Bibliothèque de l’École polytechnique20. C’est en 1874, alors que l’institution relève encore de l’enseignement secondaire, qu’Anastasios Christomanos (1841-1906), le professeur de physique, procède à la rédaction de trois catalogues : le premier liste l’ensemble des livres de la bibliothèque, un seconde catalogue classe les même ouvrages sous des rubriques thématiques, alors qu’un troisième document signale les livres manquants et ceux qui sont en plusieurs exemplaires. Toujours en 1874, un certain Dimitrios Thomaïdis, riche commerçant originaire du village de Metsovon mais installé à Constantinople, fait donation à l’institution d’une maison à Athènes qui rapporte un revenu annuel de 11 700 drachmes : de cette somme, 3 000 drachmes sont réservées à la traduction et à l’édition d’ouvrages relatifs à la mécanique et aux arts industriels. Un an auparavant, le même Thomaïdis avait offert à l’École polytechnique trois actions de la Banque nationale (« Ethniki Trapeza »), pour l’achat de livres toujours. Grâce à ces donations21 et autres sources de financement, à en croire le premier catalogue imprimé de la bibliothèque publié en décembre 1911, les élèves de l’École polytechnique peuvent consulter à l’époque quelque 4 000 documents. Une douzaine d’années plus tard, en 1924, la Bibliothèque est forte de 7 000 documents environ, qui sont devenus 40 000 en 195022. À titre de comparaison, en 1842, la Bibliothèque de l’université d’Athènes, créée une année après la fondation de l’université (1837), est riche de plus de 15 000 volumes23, alors que la seule Bibliothèque de l’École des ponts et chaussées pouvait compter 7 000 documents environ en 1808, quelque 85 000 vers 190024.

La production textuelle des professeurs de l’École polytechnique d’Athènes, des années 1880 à la Première guerre mondiale

  • 25 Voir le témoignage de Soulis A., Ydravliki pros chrisin ton michanikon kai ergodigon, Athènes, Ek (...)
  • 26 L’existence d’un cours de sténographie est attestée pour les périodes 1856-1863, 1864-1868, 1877-1 (...)

11La loi de 1887 exigeait des professeurs en exercice de produire dans les deux années qui suivaient la mise en œuvre de la reforme un support écrit pour leur enseignement, alors que pour les nouveaux enseignants ce délai était prolongé d’un an (art. 60). Comme on peut l’imaginer, cette obligation modifie considérablement les modalités de l’enseignement dispensé : les professeurs ne sont plus obligés de dicter leurs cours25, alors que les élèves, sommés désormais d’acheter les lithographes et les livres imprimés relatifs à l’enseignement qu’ils reçoivent (art. 5), peuvent suivre les prestations du professeur sans se focaliser sur la prise des notes. Du coup, le cours de sténographie, dont la présence au sein de l’établissement est attestée pendant plusieurs années, semble être supprimé de façon définitive après 188726.

  • 27 Mpiris K., op. cit., p. 338. Ainsi les cours de pétrographie (K. Mitsopoulos), de topographie (I. (...)
  • 28 Soulis A., Peri antistaseos tis ylis pros chrisin ton architektonon kai michanikon, Athènes, Ek to (...)

12En introduisant ces obligations, la loi de 1887 innove certes, mais elle ne crée pas pour autant une situation totalement inédite. Il paraît que le directeur de l’établissement Anastasios Theophilas, aux commandes depuis décembre 1878, demandait déjà aux enseignants de publier une copie de leurs cours. Il avait même installé, dans la première moitié des années 1880, dans les locaux de l’établissement une presse lithographique. Ainsi au moment du vote de la loi de 1887, on pouvait déjà compter cinq cours lithographiés, dont trois (au moins) grâce aux donations de Thomaïdis et un quatrième suite à une souscription des élèves de la 3e et de la 4e classe du département d’« architecture »27. Qui plus est, ces documents lithographiés ne sont pas les seuls signés par des professeurs de l’établissement. Ainsi en 1879 et en 1884 respectivement, Anastasios Soulis avait déjà réussi à imprimer ses cours de résistance des matériaux et d’hydraulique28 (pour une brève présentation de ces deux documents, voir plus bas).

  • 29 Pour les documents qui ont connu plusieurs éditions, on ne compte que la première parution.

13Mais si des publications « pionnières » ne manquent donc pas, force est de constater que le rythme de production textuelle du corps enseignant de l’École polytechnique connaît un saut qualitatif après 1887 : de plus en plus nombreux sont alors ceux qui apportent leur manuscrit aux « calligraphes » désignés, chargés de préparer l’édition lithographique de différents cours. Nous avons pu identifier quatre-vingt-dix titres environ29, signés par les 37 auteurs ayant professé à l’École polytechnique d’Athènes, ne serait-ce que durant une courte période de temps, entre 1887 et 1914. Les documents les plus anciens de cette liste datent de 1879, le plus récent de 1937, mais la grande « masse », plus de 75 documents, est publiée durant la période 1887-1914. Plusieurs de ces documents se présentent sous forme lithographiée (autour de la quarantaine), mais d’autres, parfois une version développée des premiers, sont en revanche des ouvrages imprimés.

  • 30 Voir notamment Chatzis K., « Grec ancien et modernité : l’officier militaire-traducteur et la cons (...)
  • 31 Tzokas S., « Periodika kai koinotites michanikon stin Ellada : i periodos prin tin idrysi tou Tech (...)

14Sans vouloir, loin de là, diminuer l’ampleur de l’effort consenti par nos professeurs devenus auteurs, disons ici que, en se mettant systématiquement à rédiger leurs cours et, plus généralement, à publier des documents relatifs à la science qu’ils professent, les membres du corps enseignant de l’École polytechnique n’innovent pas. Ils s’inscrivent, tout en la cultivant, dans une tradition bien ancienne, inaugurée depuis plusieurs décennies déjà par les officiers militaires. Ces derniers avaient, en effet, signé en grec, comme traducteurs ou comme auteurs d’une œuvre plus personnelle, plusieurs ouvrages et articles relatifs aux sciences et techniques modernes, en mobilisant massivement leur connaissance du grec ancien et en s’appuyant sur leur familiarité avec la littérature de leurs ancêtres afin de rendre en grec moderne des centaines de termes scientifiques et techniques de l’époque30. Pour la « mise en texte » des connaissances relatives à leur discipline, les enseignants de l’École polytechnique peuvent ainsi s’appuyer sur un travail déjà considérable réalisé par ces officiers à partir des années 1830. Ils peuvent également mobiliser des ressources puisées dans les publications de nombreux ingénieurs grecs qui s’expriment à l’époque à travers les colonnes de plusieurs nouvelles revues, dont les publications éphémères Michaniki Epitheorisis (1887-1888) et Promitheus (1890-1892) ou les revues plus pérennes Archimidis (1899-1925) et Polytechniki Epitheorisis (1908-1918)31.

15L’espace dont nous disposons et l’ampleur de la tâche rendent impossible toute tentative d’analyse systématique, aussi courte soit-elle, de l’ensemble des ouvrages produits par des enseignants de l’École polytechnique dans le cadre de leur activité professorale entre les années 1880 à la Grande guerre. Contentons-nous de quelques remarques d’ordre général et d’une série d’illustrations.

16L’examen rapide d’un échantillon de ces ouvrages met en évidence plusieurs logiques présidant à leur conception ainsi qu’une série de déplacements opérés au fur et à mesure qu’on avance dans le temps.

  • 32 K. Mpiris, op. cit., p. 339. Geheimer Baurat Josef Bühlmann est l’auteur, entre autres, du Die Arc (...)
  • 33 Protopapadakis P., Mathimata michanikis theoritikis kai efirmosmenis, t. A. Kinitiki kai dynamiki (...)

17Obligé par la loi de 1887 de produire et de mettre en circulation rapidement des supports écrits pour leurs cours, certains enseignants vont s’appuyer largement sur des traités étrangers, sans hésiter, pour une partie d’entre eux, à les « transcrire » en grec. C’est le cas, paraît-il, d’Ioannis Kolliniatis (1857-1921), qui enseigne entre 1883 et 1917 le cours d’architecture. Ancien élève de l’établissement athénien, Kolliniatis avait poursuivi ses études à l’université technique de Munich, où il assiste aux cours du célèbre Josef Bühlmann (1844-1921) ; une fois rentré à Athènes, il « hellénise » alors l’enseignement reçu durant son séjour bavarois32. De même, Petros Protopapadakis (1858-1922), ancien élève de l’École polytechnique de Paris et de l’École des mines de la même ville, député, ministre, futur Premier ministre du pays en mai 1922 – fusillé, avec cinq autres hommes d’État, le mois de novembre de la même année après avoir été jugé responsable de la défaite de l’armée grecque pendant la guerre d’Asie mineure –, il décide pour les besoins de son enseignement à l’École polytechnique d’Athènes (1889-1891) et à l’École militaire d’imiter les grands traités qu’il avait connus comme étudiant en France. Il publie ainsi en 1890 un ouvrage de cinématique et de dynamique du point matériel qui suit de près le traité de son maître à l’École polytechnique Aimé-Henry Résal (1828-1896)33.

  • 34 Soulis A., Peri antistaseos…, op. cit.
  • 35 Soulis A., Ydravliki…, op. cit. Sur Ioannis Platis (1838-1928), voir Panellinion Lefkoma Ethnikis (...)

18D’autres se montrent plus originaux. C’est le cas de Soulis, ancien élève de l’École polytechnique et de l’École des ponts et chaussées en tant que boursier de l’État grec, professant à la fois à l’École militaire et à l’École polytechnique (1874-1910). En 1879, l’auteur réussit, grâce au système de souscriptions, à publier son cours de résistance des matériaux, un livre fort de quelque 350 pages ainsi que de 165 figures obtenues par voie xylographique et distribuées dans le corps du texte34. Quelques années plus tard, en 1884, l’auteur récidive et publie un ouvrage d’hydraulique, encore plus volumineux que le précédent : les 700 pages du nouveau livre accueillent en outre plus de 400 figures réalisées par le célèbre artiste (xylographe entre autres) Ioannis Platis, ancien élève de la branche artistique de l’École polytechnique par ailleurs35. D’inspiration française, l’Hydraulique de Soulis ne s’en distingue pas moins dans sa forme des traités qui circulent dans le marché français du livre à la même époque. En effet, l’ouvrage est à la fois un traité d’hydraulique théorique, adapté au niveau mathématique des lecteurs visés par l’auteur – Soulis ne fait aucun usage de calcul différentiel et intégral – et un manuel pratique où sont traitées des questions relevant de l’art de l’ingénieur, telles que la conception et l’exécution de travaux d’alimentation en eau d’une ville ou des travaux de protection contre les inondations. S’appuyant sur la littérature française et sur sa propre expérience d’ingénieur au service de l’État grec – Soulis est en effet impliqué dans plusieurs projets d’adduction d’eau à travers le territoire national –, l’auteur arrive ainsi à combiner en un seul livre des thématiques qui sont abordées en règle générale en France au sein d’une production spécialisée.

  • 36 Sur le traité de résistance des matériaux de Soulis et les publications de Gonatas, voir : Chatzis (...)
  • 37 Raptakis I., Mathimata grafostatikis, Athènes, 1890-1891 (lith.) ; id., Stoicheiodis kai efirmosme (...)
  • 38 Kousidis A., Simeioseis Ydravlikis, Athènes, 1911 (lith.). Voici une petite liste de termes frança (...)

19Comme on pouvait s’y attendre, et comme par ailleurs nous venons de le voir avec les exemples des Kolliniatis, Protopapadakis et Soulis, les documents signés par les enseignants de l’École polytechnique sont traversés par la présence du pays étranger où leurs auteurs avaient effectué une partie ou la totalité de leur scolarité. Ainsi Soulis dans son traité de résistance des matériaux, paru en 1879, se réfère aux expériences du général Arthur Morin (1795-1880) relatives à la flexion de poutres (p. 276) et donne une présentation de la théorie de l’ingénieur des ponts et chaussées Romain Morandière (1809-1875), professeur à l’École des ponts et chaussées, sur le calcul des ponts à plusieurs travées (p. 286-291). Il expose également l’hypothèse du même Morandière relative au calcul du moment d’inertie pour des sections en double T (p. 295 et suiv.), ainsi que la théorie classique des Lamé-Clapeyron sur les voûtes (p. 338 et suiv.). Même présence massive française dans les publications de l’officier du génie Dimosthenis Gonatas (1841-1927), professeur du cours de ponts et de routes à la fois à l’École militaire et à l’École polytechnique d’Athènes (1883-1895). On trouve même dans les documents signés par l’officier des tableaux entiers qui sont en français36. Ancien élève de l’établissement athénien, Ioannis Raptakis (1860-1924) fait partie de ces jeunes boursiers grecs envoyés dans les années 1880-1890 par les gouvernements helléniques de l’époque à l’École des ponts et chaussées, pour y parfaire leurs connaissances. Auteur prolifique, Raptakis publie en 1890-91 ses cours de statique graphique sous forme lithographiée d’abord, comme livre en 1899 ensuite. Si l’auteur qui a inspiré le plus le professeur grec est, d’après ses propres dires, l’allemand Heinrich Müller-Breslau (1851-1925), cette influence allemande s’exerce par l’intermédiaire de canaux français : Raptakis utilise en effet la traduction française d’un ouvrage de Müller-Breslau, réalisée en 188637. Signalons qu’une forte « présence » française est attestée même dans des documents signés par des enseignants ayant étudié dans des pays de langue allemande. Ainsi Aristippos Kousidis (1871-1934), ancien élève de l’établissement athénien et de l’université technique de Zürich parsème ses Notes d’hydraulique, publiées en 1911, de termes français, que l’auteur, en suivant une tradition qui remonte loin dans le xixe siècle, donne entre parenthèses juste après leur traduction en grec38.

  • 39 Raptakis I., Architektoniki archaia kai neotera, sidiropages koniama (béton armé), Athènes, Ek tou (...)

20Notons aussi, que si le pays étranger qui avait accueilli l’enseignant dans sa jeunesse continue à alimenter son travail d’écriture, les réalités grecques de l’époque figurent souvent dans les documents signés par les professeurs de l’établissement. Ainsi le même Raptakis, dans l’un des premiers ouvrages grecs consacrés au béton armé paru en 1910 et où l’auteur se réfère longuement à des ouvrages et des expériences françaises relatifs à ce nouveau matériau, ne manque pas de mentionner les réalisations grecques dans ce domaine ainsi que les usines de fabrication de ciment fondées dans la Grèce de l’époque39.

21Terminons ce tour d’horizon avec deux dernières remarques. La première porte sur l’évolution de la quantité de la théorie et des mathématiques qui sont contenues dans les divers documents au fur et à mesure qu’on avance dans le temps. Sans surprise, l’académisation croissante de l’établissement se traduit par un recours de plus en plus intensif au calcul différentiel et intégral et aux théories scientifiques abstraites. La mise en regard de l’Hydraulique de Soulis, parue et 1884, avec celle de Kousidis, qui date de 1911, montre clairement le chemin parcouru entre les années 1880 et la Première guerre mondiale.

  • 40 Citons néanmoins une exception : Raptakis emploie une fois l’expression de « béton armé » transcri (...)
  • 41 Sur cette question et pour une série d’exemples, voir : K. Chatzis, « Grec ancien et modernité… »,(...)

22Mais quelque que soit la date de l’édition des ouvrages et les standards théoriques et mathématiques adoptés par leurs auteurs, une grande continuité caractérise l’ensemble de la production textuelle des professeurs de l’École polytechnique. En suivant la règle générale adoptée par les traducteurs grecs dans leurs tentatives de bâtir un vocabulaire scientifique et technique dans leur langue maternelle tout au long du xixe et du xxe siècle, les solutions de la translittération et de la transcription phonétique, pratiquées, par exemple, comme stratégie possible dans d’autres aires culturelles et linguistiques, sont écartées par nos enseignants40 : ces derniers, pour nommer en grec les nouvelles réalités scientifiques et techniques et rendre dans leur langue les concepts des sciences modernes puisent systématiquement dans le patrimoine langagier de leurs ancêtres et recourent massivement à des néologismes à coups de radicaux ayant pour origine le grec ancien41.

Conclusion

23Si l’objet de cette contribution, l’École polytechnique d’Athènes et la production textuelle de son corps enseignant durant la période qui va des années 1880 à la Grande guerre, est un sujet « grec », placé à l’intérieur d’un État-nation particulier, nous espérons avoir montré que l’histoire de cette réalité nationale est à maints égards une histoire européenne aussi, tellement les liens qui unissent à la fois les professeurs de l’établissement et leurs textes avec ce qui se fait loin des frontières du royaume hellénique sont multiples. Cette « européanisation » de l’histoire, d’une partie du moins, de la société grecque peut, à notre sens, participer au renouvellement de l’image que l’on s’en fait habituellement, et qu’une bonne partie de l’historiographie contemporaine continue à cultiver : une société économiquement, politiquement et culturellement arriérée, soumise aux méfaits d’une administration clientéliste et inefficace. Les professeurs de l’École polytechnique d’Athènes et la qualité de leur production cadrent mal avec une telle image. Nous sommes convaincus que mettre l’accent sur des groupes particuliers et leurs actions, souvent insaisissables par une approche quantitative – comment saisir et évaluer en effet les retombées pratiques d’un traité, de la traduction d’un terme ? –, ne manquera pas de nous faire voir la réalité grecque sous un jour nouveau.

Notes

1 Sur l’École militaire et les officiers du génie, voir : Chatzis K., « Des ingénieurs militaires au service des civils : les officiers du Génie en Grèce au xixe siècle », dans Chatzis K. et Nicolaidis E. (dir.), Science, Technology and the 19th Century State : The Role of the Army, Athènes, NHRF, 2003 ; Assimacopoulou F., K. Chatzis et G. Mavrogonatou, « Implanter les “Ponts et Chaussées” européens en Grèce : le rôle des ingénieurs du corps du génie, 1830-1880 », Quaderns d’Història de l’Enginyeria, vol. x, 2009, p. 331-350.

2 Le livre le plus complet sur l’histoire de l’École polytechnique d’Athènes jusqu’en 1914 reste celui de Mpiris K., Istoria tou Ethnikou Metsoviou Polytechneiou, Athènes, Ethnikon Metsovion Polytechneion, 1957. Voir aussi Antoniou G., Oi Ellines michanikoi. Thesmoi & Idees, 1900-1940, Athènes, Vivliorama, 2006, chap. 2.

3 Filippidis D., Lysandros Kaftantzoglou, Athènes, Politistiko Technologiko Idryma ETBA, 1995.

4 Chatzis K., « La modernisation technique de la Grèce, de l’indépendance aux années de l’entre-deux-guerres : faits et problèmes d’interprétation », Études Balkaniques, vol. 40, no 3, 2004, p. 3-23. Quand nous ne précisons pas nos sources, nous renvoyons à cet article.

5 Voir rapidement : Kyprianos P., Sygkritiki istoria tis Ellinikis ekpaidefsis, Athènes, Vivliorama, 2004, chap. 3.

6 Rappelons ici que la même loi prévoit aussi l’ouverture d’un cycle d’études de deux ans débouchant sur un diplôme de technicien supérieur (de géomètre et conducteur de travaux, et à partir de 1888, de mécanicien). Sur l’enseignement technique (non universitaire) dans la Grèce de l’époque, voir : Kiprianos P., « Greek technical-vocational education (1870-1940) : intention and failed aspiration », Paedogogica Historica : International Journal of the Historical Education, vol. 49, no 5, 2013, p. 664-676.

7 Voir, par exemple, le programme des études pour l’année 1884-1885, reproduit dans Mpiris K., op. cit., p. 279, et qui ne porte pas de traces de calcul différentiel et intégral.

8 Mpiris K., op. cit., p. 314-315. Donnons ici le programme du département du génie mécanique (1887). Première année : géométrie analytique, géométrie descriptive, mécanique (élémentaire), techniques de mesure des bâtiments et des machines, travaux de laboratoire (métallurgie), chimie, dessin technique et escrime ; 2e année : calcul différentiel et intégral, mécanique théorique, construction, travaux de laboratoire (métallurgie), dessin technique et escrime ; 3e année : mécanique appliquée, machines à vapeur et mécanique cinématique, construction, conception de machines, technologie chimique, travaux de laboratoire (métallurgie), dessin technique et escrime ; 4e année : constructions métalliques (ponts et bâtiments), construction de machines, métallurgie, travaux de laboratoire, dessin technique et escrime (ibid., p. 299-300).

9 Techniki Epetiris tis Ellados, t. A, vol. I, Athènes, Ekdoseis Technikou Epimelitiriou tis Ellados, 1935, p. 123-134.

10 Kitromilides P. (dir.), Eleftherios Venizelos : The Trials of Statesmanship, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2006.

11 Rappelons que la nomination des professeurs de l’université d’Athènes, leur carrière comme leur possible « renvoi » restent pendant longtemps du seul ressort du ministre de l’enseignement. Ce n’est qu’en 1875 que deux professeurs de droit sont nommés suite à une proposition du corps professoral de la Faculté de droit. En 1882, toutes les facultés de l’université obtiennent le droit de proposer au ministre des candidats pour les places vacantes (Lappas K., « To didaktiko prosopiko tou Panepistimiou Athinon ton 19 ° aiona », dans collectif, Panepistimio : ideologia kai paideia, istoriki diastasi kai prooptikes, t. A, Athènes, Istoriko Archeio Ellinikis Neolaias, 1989, p. 137-147.)

12 On dispose d’une description détaillée du contenu des cours dispensés au début des années 1930 au sein de différents départements qui composent désormais l’École polytechnique d’Athènes grâce au document suivant : Protopapadakis D., A. Edrai kai analytika programmata ton en to idrymati didachtenton mathimaton kata to akadimaïkon etos 1933-1934 ; B. Oriaia programmata didaskalias ; C. Prosartimata, Athènes, Ethnikon Metsovion Polytechneion, juin 1934 (dactylographié). Le caractère universitaire de l’établissement est patent.

13 Dans nos calculs on prend en compte les seules personnes qui professent des cours « scientifiques » (les sciences de l’ingénieur y compris) et « techniques » (on ne comptabilise pas ainsi les « instituteurs » de dessin ou de langues, par exemple).

14 Nos calculs à partir de Mpiris K., op. cit., p. 319-320.

15 Nos calculs à partir du tableau figurant dans Antoniou G., op. cit., p. 204-205.

16 Nos calculs à partir des notices biographiques qui figurent dans Mpiris K., op. cit., p. 485-546.

17 Assimacopoulou F., K. Chatzis et A. Mahera, « Élève en France, enseignant en Grèce. Les enseignants de l’École polytechnique d’Athènes (1837-1912) formés dans des écoles d’ingénieurs en France », dans Cardoso de Matos A., Diogo M. P., Gouzévitch I. et Grelon A. (dir.), The Quest for a professional identity : engineers between training and action, Lisbonne, Edições Colibri/CIDEHUS-UE/CIUHCT, 2009, p. 28.

18 Ainsi, parmi les 37 enseignants, 17 avaient fréquenté un établissement français, douze autres une institution allemande alors qu’on trouve aussi deux personnes ayant étudié à la fois en France et en Allemagne (nos calculs à partir des notices biographiques qui figurent dans Mpiris K., op. cit., p. 485-546).

19 Assimacopoulou F., K. Chatzis et A. Mahera, « Élève en France, enseignant en Grèce… », op. cit., p. 30. Une « domination » allemande est observée aussi à l’université d’Athènes. Voir par exemple les données concernant la Faculté de médecine dans Stavropoulos A., « Geografia ton ideon kai diamorfosi tis iatrikis ekpaidefsis stin Ellada », dans collectif, Panepistimio : ideologia kai paideia…, op. cit. Sur le thème plus général de la formation des élites grecques dans des universités étrangères, voir Kiprianos P., « La formation des élites grecques dans les universités occidentales (1837-1940) », Histoire de l’éducation, no 113, 2007, p. 3-30.

20 Le sujet reste à explorer. Pour une première approche, voir collectif, « Vivliothiki ton anagkaiounton vivlion kai omologoumenos kalliston efimeridon… ». Oi palaies sylloges tis vivliothikis tou Ethnikou Metsoviou Polytechneiou, Athènes, Ethniko Metsovio Polytechneio, 1995.

21 Sur le rôle des donateurs dans la constitution de la Bibliothèque de l’université d’Athènes, voir : Sklavenitis T., « I vivlithiki tou Panepistimiou Athinon (19os aionas) », dans collectif, Panepistimio : ideologia kai paideia…, op. cit.

22 Kalafati E., « O rolos ton doreon sti sygkrotisi tis Vivliothikis tou E.M.P. (1836-1950) », dans collectif « Vivliothiki ton anagkaiounton vivlion kai omologoumenos kalliston Efimeridon »…, op. cit., p. 28-40 notamment.

23 Sklavenitis T., op. cit., p. 114.

24 Chatzis K., « Le “monde social” polytechnicien de la première moitié du xixe siècle et la question de la circulation des savoirs en son sein », Philosophia Scientiae, vol. 19, no 2, 2015, p. 37-55, p. 40 en particulier.

25 Voir le témoignage de Soulis A., Ydravliki pros chrisin ton michanikon kai ergodigon, Athènes, Ek tou Typographeiou Andreou Koromila, 1884, « Prologos ».

26 L’existence d’un cours de sténographie est attestée pour les périodes 1856-1863, 1864-1868, 1877-1887 (Mpiris K., op. cit., p. 497 et p. 515).

27 Mpiris K., op. cit., p. 338. Ainsi les cours de pétrographie (K. Mitsopoulos), de topographie (I. Lazarimos) et de géométrie de lignes courbes (P. Kyriakos) sont lithographiés grâce aux donations de Thomaïdis, alors que le cours de construction d’I. Sehos est édité, toujours sous forme lithographié, grâce à la contribution financière des étudiants de la 3e et la 4e année du département d’architecture (Kalafati E., op. cit., p. 39, où sont reproduites les premières de couverture de ces documents).

28 Soulis A., Peri antistaseos tis ylis pros chrisin ton architektonon kai michanikon, Athènes, Ek tou Typographeiou tis Philokalias, 1879 ; id., Ydravliki…, op. cit.

29 Pour les documents qui ont connu plusieurs éditions, on ne compte que la première parution.

30 Voir notamment Chatzis K., « Grec ancien et modernité : l’officier militaire-traducteur et la constitution de l’État hellénique (1830-1860) », dans Bret P. et Chappey J.-L. (dir.), La traduction au siècle des Lumières. Enjeux et pratiques scientifiques, intellectuels et politiques, 1660-1840 (à paraître en ligne : http://www.perspectivia.net/).

31 Tzokas S., « Periodika kai koinotites michanikon stin Ellada : i periodos prin tin idrysi tou Technikou Epimelitiriou tis Elladas », Nefsis, no 18, 2009, p. 49-68.

32 K. Mpiris, op. cit., p. 339. Geheimer Baurat Josef Bühlmann est l’auteur, entre autres, du Die Architektur des Klassischen Altertums und der Renaissance (1872-76), traduit comme Classic and Renaissance Architecture chez William Helburn (plusieurs éditions).

33 Protopapadakis P., Mathimata michanikis theoritikis kai efirmosmenis, t. A. Kinitiki kai dynamiki tou simeiou, Athènes, Ek tou Typographeiou ton katastimaton Anesti Konstantinidou, 1890.

34 Soulis A., Peri antistaseos…, op. cit.

35 Soulis A., Ydravliki…, op. cit. Sur Ioannis Platis (1838-1928), voir Panellinion Lefkoma Ethnikis Ekatontaetiridos 1821-1921. I chrysi vivlos tou Ellinismou, t. D : Kalai technai, Athènes, Typois Anonymou Etaireias Ekdoseon ‘Nea Elliniki Ios’, 1927, p. 92-98.

36 Sur le traité de résistance des matériaux de Soulis et les publications de Gonatas, voir : Chatzis K. et Mavrogonatou G., « Le génie civil français et les ponts en Grèce, 1880-1910 », dans Bosman F., Mille M. et Piernas G. (dir.), L’art du vide, ponts d’ici et d’ailleurs, trois siècles de génie français, xviiie- xxe siècle, Roubaix, Archives nationales du monde du travail/Paris, Somogy Éditions d’Art, 2010, p. 90-103.

37 Raptakis I., Mathimata grafostatikis, Athènes, 1890-1891 (lith.) ; id., Stoicheiodis kai efirmosmeni grafostatiki, Athènes, Ek tou Typografeiou ton Adelfon Perri, 1899. Sur le cours de statique graphique de Raptakis, voir Chatzis K., « Écrire la statique graphique “en grec”, 1890-1990 », dans Carvais R., Guillerme A., Nègre V. et Sakarovitch J. (dir.), Édifice et artifice, histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 191-197.

38 Kousidis A., Simeioseis Ydravlikis, Athènes, 1911 (lith.). Voici une petite liste de termes français présents dans le texte avec le terme grec proposé par l’auteur : viscosité (« ixodes » en grec), p. 5 ; débit (« parochi »), p. 21 ; variable (« metavliti »), p. 22 ; permanent (« monimos »), p. 23 ; varié (« anomoiomorfos i metavevlimenin »), p. 23. À mettre en regard avec les propositions de Soulis dans son Hydraulique parues en 1884 : varié (« metavallomeni »), p. 697 ; débit (« posotis ryseos »), p. 699.

39 Raptakis I., Architektoniki archaia kai neotera, sidiropages koniama (béton armé), Athènes, Ek tou Typografeiou “Nomikis” A. Vergianitou, 1910. Raptakis mobilise beaucoup deux « classiques » français en la matière : Berger C. et Guillerme V., La construction en ciment armé. Applications générales. Théories et systèmes divers, H. Dunod et E. Pinat, 1909 (1re éd. 1902) ; Planat P., Emploi du béton armé, Paris, Librairie de la Construction moderne (on ne connaît pas la date de la première édition).

40 Citons néanmoins une exception : Raptakis emploie une fois l’expression de « béton armé » transcrit en grec de façon phonétique (« mpeton-armé ») (Raptakis I., Architektoniki archaia kai neotera…, op. cit., p. 222).

41 Sur cette question et pour une série d’exemples, voir : K. Chatzis, « Grec ancien et modernité… », op. cit. ; id., « Écrire la statique graphique “en grec”, 1890-1990 », op. cit. ; id., « Écrire les sciences de l’ingénieur en grec : autour de deux livres pionniers en matière de technologie antisismique », Études Balkaniques, vol. 43, no 2, 2007, p. 111-124.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search