Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Cinquième partie - Économie du livre technique

Traités d’artillerie et écoles d’artilleurs : interactions entre pratiques d’enseignement et livres techniques à l’époque de Philippe II d’Espagne

Artllery treatises and schools of artillery: interactions betwenn teaching practices and technical books at the time of Philip II of Spain

Brice Cossart

Résumé

Cet article a pour but d’interroger le lien entre pratiques d’enseignement et livres imprimés à partir du cas des artilleurs au service du roi Philippe II d’Espagne. D’une part, la mise en place, dans les dernières décennies du xvie siècle, d’écoles visant à former des marins, des artisans et des soldats au maniement des pièces d’artillerie stimula la production de traités sur ce sujet en leur offrant un vaste marché. D’autre part, cette institutionnalisation à grande échelle de l’enseignement de l’artillerie, qui relevait d’un intérêt stratégique pour la monarchie catholique, nécessita un effort considérable de formalisation des savoirs que l’imprimerie rendit possible. En appliquant diverses traditions mathématiques aux problématiques de l’artilleur, ces traités contribuèrent à la construction de normes qui, par la pratique de l’examen des connaissances, contrôlaient l’entrée dans la profession d’artilleur. Plus généralement, cet article invite à réévaluer, dès le xvie siècle, les interactions entre publications scientifiques et formations des techniciens.

Texte intégral

Introduction

1En 1988, David Goodman, hispaniste spécialiste de l’histoire des techniques sous Philippe II, écrivait :

  • 1 Goodman D. C., Power and Penury : Government, technology and science in Philip II’s Spain, Cambrid (...)

It is clear that all attempts at mathematically precise theories of ballistics or tables of range were irrelevant to the crude guns of the time. In all parts of Europe, guns were inaccurately bored; their bores were also purposely widened to prevent blockage by the irregularly cast shot. With shot leaving cannon at unpredictable angles and with unpredictable force because of the wide variations in gunpowder, trial and error was a much better guide than mathematics. Accurate firing at long range was not possible; […] Consequently sixteenth century gunners from Spain and elsewhere fired at close range and without assistance from mathematics1.

  • 2 Koyré A., Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard, 1973 ; Hall A. R., Ballis (...)
  • 3 Voss M. J., « Between the Cannon and the Book : Mathematicians and military Culture in Sixteenth-C (...)
  • 4 Bennett J., « Practical geometry and operative knowledge », Configurations : a Journal of Literatu (...)

2Ce discours s’appuyait sur les grands récits de la révolution scientifique fournis par les historiens des sciences du milieu du xxe siècle, Alexandre Koyré et Alfred Rupert Hall2. Il marquait une séparation nette entre, d’une part, les travaux de balistique des savants tels que Tartaglia, Galilée, ou encore Newton, qui jouèrent un rôle considérable dans l’avènement de la physique moderne mathématisée, et d’autre part, le maniement des pièces d’artillerie par les techniciens de la guerre. Or, malgré les conclusions d’études plus récentes mettant en évidence les nombreux liens entre la production de traités d’artillerie et les milieux militaires3, un certain scepticisme persiste quant à l’application des mathématiques à l’activité de l’artilleur4. Mais alors, quel sens donner à une production de livres imprimés qui devint particulièrement abondante à partir de la seconde moitié du xvie siècle ?

3En prenant le contrepied complet de la posture historiographique de David Goodman, cette étude vise à montrer les interactions qu’il y eut entre la production de traités d’artillerie et le milieu des techniciens militaires. Il s’agira en particulier de mettre en relation l’apparition de cette littérature technique avec l’émergence de pratiques semi institutionnalisées de formation et d’examen des artilleurs. Le cadre spatiotemporel le plus révélateur de l’imbrication de ces deux processus historiques est sans doute celui de la Monarchie Catholique de la seconde moitié du xvie siècle, époque d’importantes transformations de l’art militaire mais aussi période d’intense implication de cette entité politique dans de nombreux conflits à l’échelle de son vaste empire.

La production de traités d’artillerie au xvie siècle

  • 5 Tartaglia N., Nova scientia inventa da Nicolò Tartalea, Venise, Stephano da sabio, 1537 ; Tartagli (...)
  • 6 Brioist P., « Une révolution tartaglienne ? », dans Les mathématiques et la guerre au xvie siècle (...)
  • 7 Parmi les plus grands succès d’édition, on citera Cataneo G., Avvertimenti et essamini intorno a q (...)
  • 8 García de Palacio D., Dialogos Militares de la formaciόn e informaciόn de personas, instrumentos y (...)
  • 9 Parmi les auteurs les plus influents de cette période, on trouve Busca G., Instruttione de’ bombar (...)
  • 10 Lechuga C., Discurso del Capitán Cristoval Lechuga en que trata de la artillería y de todo lo nece (...)

4Dans le courant du xvie siècle se constitua un champ de savoir spécialisé sur l’artillerie. Il émergea dans le Nord de l’Italie, se construisant autour de l’autorité du mathématicien Niccolò Tartaglia, premier auteur à avoir publié un traité d’artillerie imprimé, la Nova Scientia (1537), complété par plusieurs chapitres d’une œuvre consacrée à divers problèmes de mathématiques appliquées, les Quesiti et Inventioni Diverse (1546)5. Ces ouvrages connurent un écho retentissant à travers l’Europe, étant l’objet de plusieurs rééditions et traductions6. Dans les décennies qui suivirent, les manuels d’artillerie imprimés se multiplièrent dans la péninsule italienne7. À partir des années 1580, tandis qu’une partie des Quesiti étaient traduites en castillan et publiées dans un ouvrage sur l’art militaire à Mexico8, une nouvelle génération d’auteurs de traités d’artillerie tels que Gabriel Busca, Luis Collado et Diego de Álava y Viamont, tous au service du roi d’Espagne et publiant, pour certains, en castillan, s’élevèrent contre l’autorité de leurs prédécesseurs, au premier chef desquels se trouvait Tartaglia9. Relevant autant, si ce n’est plus, d’une stratégie rhétorique que d’un réel fossé intellectuel entre les différents projets d’étude, cette posture critique révélait la mise en place d’un champ de savoir sur l’artillerie, avec ses problématiques, ses méthodes de résolution, ses autorités et ses procédés de légitimation. La génération d’auteurs des années 1580-1590 parvint d’ailleurs à s’insérer dans cet espace de discussion, comme en attestent plusieurs traités du début du xviie siècle qui, à leur tour, remirent en question ces nouvelles autorités qu’étaient devenus Collado, Álava et Busca10.

  • 11 Rose P. L., The Italian Renaissance of mathematics : Studies on Humanists and Mathematicians from (...)
  • 12 Voss M. J., « Between the cannon and the book : mathematicians and military culture in sixteenth-c (...)

5Ces traités d’artillerie abordaient, avec un approfondissement variable, les mêmes grandes questions quant à l’usage des pièces d’artillerie et de la poudre noire. L’étude des trajectoires de tirs sur laquelle s’est appesantie l’historiographie des sciences de la révolution scientifique ne constituait qu’une maigre part des problèmes traités. Face à une production d’armes non standardisée, il s’agissait de contrôler les différents paramètres en jeu dans un tir d’artillerie, tels que la composition et l’explosivité de la poudre noire, l’adaptation de son volume de chargement aux proportions de la pièce, l’usage de boulets de poids et de diamètre appropriés, ou encore, le réglage de la pièce à un angle de hausse tenant compte de la distance à la cible. Les solutions proposées furent caractérisées par leur hybridité. Les auteurs s’inspirèrent parfois d’anciennes traditions savantes, provenant des écrits d’Aristote et de ses commentateurs médiévaux sur le mouvement des projectiles, de la science des poids et de la mécanique d’Archimède et de Jordan de Némore, ou encore des Éléments d’Euclide, qui détermina la structure de la Nova Scientia de Tartaglia, contribuant à diffuser une culture mathématique antique qui renaissait alors sous les efforts des traducteurs humanistes11. À cela se greffait la tradition de l’abacco, des mathématiques appliquées, univers de la mesure, de l’instrument et des proportions12. Enfin, ces traditions étaient complétées de démarches empiriques développées en l’absence de théorie quantitative du mouvement et visant par exemple à connaître, à travers des expériences de tir, la variation des portées des pièces d’artillerie en fonction de leur angle d’élévation. Par conséquent, en dépit de leur aspect parfois spéculatif, les savoirs formalisés dans les traités d’artillerie prétendaient s’appliquer à l’activité de l’artilleur. C’est précisément cette prétention dont il convient de questionner la réalité.

Pratiques d’enseignement et d’examen des artilleurs

  • 13 Il existe une importante littérature sur cette question de la “Révolution militaire”, fort débattu (...)
  • 14 Mallett M. E. et Hale J. R., The Military Organisation of a Renaissance State : Venice c. 1400 to (...)

6En parallèle de cette construction d’un champ de savoir sur l’artillerie, il est nécessaire de mettre en évidence un autre phénomène historique important bien que peu étudié par l’historiographie. Il s’agit de l’émergence et de l’institutionnalisation progressive de pratiques d’enseignement à destination des artilleurs. Suite au développement des nouveaux dispositifs de combat qu’étaient les fortifications bastionnées et les navires de guerre lourdement armés tels que les galions et les galéasses, les besoins des États en personnel capable de manier des pièces d’artillerie de plus en plus nombreuses augmentèrent de manière exponentielle13. Or, en raison de la dangerosité et de la technicité du maniement de l’artillerie, ces postes d’artilleurs étaient délicats à pourvoir. La République de Venise, dont le petit empire en Italie et en méditerranée orientale reposait sur le recours à une importante flotte de galères et au maintien de nombreuses forteresses, fut très tôt sujette à cette problématique et devint le premier État à se doter d’écoles de « bombardiers », dès les années 150014. On pourra d’ores et déjà noter cette coïncidence : Venise fut également, rappelons-le, le lieu de publication des premiers traités d’artillerie imprimés. Les États du roi d’Espagne, particulièrement sensibles à cette même problématique du fait de leur étendue et de leur dispersion en Europe et dans le monde, recoururent quelques temps plus tard à ce genre d’institutions pour la formation des artilleurs.

  • 15 Pour les pratiques d’examens non-formalisées, voir les documents évoquant des examens d’artilleurs (...)
  • 16 Archivo General de Simancas (AGS), Estado, leg. 1260, doc. no 117 (10/09/1569).
  • 17 AGS, Estado, leg. 1144 doc. no 3 et 4 (04/01/1575).
  • 18 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente General, leg. 1968, lib. 21 fol. 3 (20/02/1576).
  • 19 Frontela Carreras G., « La enseñanza de la artillería dependiendo del Consejo de Indias », Militar (...)
  • 20 Voir les nombreux comptes rendus d’examens d’artilleurs dans AGI, Contratación, leg. 4871. La moye (...)
  • 21 AGS, Guerra y Marina (GYM), leg. 281, doc. no 235 (25/02/1590).

7Après plusieurs décennies d’une existence informelle, des pratiques d’enseignement et d’examen des artilleurs furent progressivement institutionnalisées par la Monarchie Catholique à partir des années 157015. Des « écoles d’artilleurs » apparurent alors à Milan16, à Palerme17, ou encore à Séville18 et, avant la fin du siècle, ce type d’institutions était devenu monnaie courante dans les États du roi d’Espagne. L’école de Séville, destinée à former les nombreux artilleurs nécessaires aux convois américains, offre en ce sens un parfait cas d’étude de ces pratiques d’enseignement19. Cette institution accueillait plusieurs dizaines d’apprentis chaque année, généralement des marins et des soldats des flottes américaines, mais aussi de nombreux charpentiers, maçons et forgerons de Séville en reconversion professionnelle après parfois plusieurs décennies d’exercice d’un autre office20. La formation des artilleurs intégrait bien évidemment une dimension pratique essentielle à leur activité. Ainsi chaque dimanche, apprentis et professionnels se réunissaient sur un terrain d’entraînement à l’extérieur de la ville afin de faire tirer des pièces d’artillerie. Néanmoins, l’enseignement dispensé revêtait également un aspect théorique, des leçons étant quotidiennement données dans une salle à l’intérieur de la ville. On fit même venir pour ces cours, entre 1591 et 1593, un savant milanais, le docteur Julián Ferrofino, qui, bien que fort instruit en mathématiques, n’avait aucune expérience de l’artillerie21. La formation des apprentis, d’une durée minimale de deux mois, était également sanctionnée par un examen devant les juges de la Casa de la Contratación, l’institution administrant le trafic avec l’Amérique, lors duquel le candidat devait répondre à une série de questions posées par des artilleurs vétérans. Pour devenir artilleur, il fallait donc non seulement savoir faire feu avec l’artillerie mais aussi savoir en parler. En d’autres termes, le contrôle des compétences passait progressivement par un contrôle des connaissances. Il est par conséquent légitime de se demander si de telles pratiques purent motiver une certaine formalisation des savoirs sur l’artillerie.

Le manuel d’Alonso de Salamanca et les écoles d’artilleurs

  • 22 AGS, GYM, leg. 262, doc. no 51 (10/02/1589).
  • 23 AGS, Estado, leg. 1156, doc. no 269 (année 1589).
  • 24 Voir la correspondance entre les défenseurs de la place et le duc de Terranova, président de Sicil (...)
  • 25 Manuscrit II/1330 du Palacio Real de Madrid. Voir l’analyse qu’en fait González Castrillo R., « La (...)
  • 26 AGS, GYM, leg. 313, doc. no 121 et 122 (18/02/1590).

8En février 1589, le maître artilleur Alonso de Salamanca présenta au Conseil de guerre du roi d’Espagne, à Madrid, un manuel dans lequel il avait couché par écrit le fruit de quarante années d’expérience de l’artillerie22. La vie pittoresque de ce personnage met en évidence sa fréquentation du champ de bataille. Dans les années 1570, il servait comme artilleur et majordome de l’hôpital de la Goleta, place forte espagnole défendant l’entrée du port de Tunis23. Or, durant l’été 1574, le sultan ottoman Sélim II envoya une énorme armée de 50 000 hommes, 250 galères, une centaine de pièces d’artillerie, afin de s’emparer de cette ville et ainsi redorer sa réputation militaire sérieusement entachée par la défaite de sa flotte contre les chrétiens à la bataille de Lépante (1571). Après plus de quarante jours d’affrontements particulièrement meurtriers pour les artilleurs de la forteresse, les Ottomans emportèrent finalement la place, tuant la plupart des défenseurs24. Parmi les quelques dizaines de survivants figuraient Alonso de Salamanca et deux de ses filles. Ces dernières furent envoyées à Constantinople tandis que leur père devint esclave sur une galère ottomane. De ces années difficiles, il nous laissa un témoignage émouvant : un manuscrit, aujourd’hui conservé au Palacio Real de Madrid, rédigé en vers, qu’il composa en grande partie lors de sa captivité25. Il y raconta également comment, au début de l’année 1577, tandis que sa galère hivernait à Alexandrie, il mit au point un plan d’évasion avec plus de 260 forçats chrétiens et parvint à s’enfuir en dérobant une galère et en regagnant l’Italie. Le vice-roi de Sicile, Marc Antonio Colonna, lui proposa alors une place de maître à l’école d’artilleurs de Trapani, où il fut chargé de l’enseignement et des examens d’un groupe de soixante-dix individus26 (fig. 1).

  • 27 AGS, GYM, leg. 262, doc. no 51 (10/02/1589).
  • 28 « Se entiende será de provecho para las escuelas que en estos Reynos ay de artilleros », ibid.
  • 29 AGS, GYM, leg. 268, doc. no 155 (14/03/1589), puis AGS, GYM, leg. 306, doc. no 123 (29/04/1590).
  • 30 AGS, GYM, leg. 276, doc. no 231 (18/06/1589).
  • 31 AGS, GYM, leg. 313, doc. no 121 et 122 (18/02/1590).

9En 1589, à 65 ans, il entreprit le voyage depuis la Sicile jusqu’à Madrid afin de demander les arriérés de ses paies de l’époque où il servait à La Goleta, afin de rembourser la rançon qu’il avait du payer pour récupérer ses filles. Il profita de cette occasion pour présenter aux hommes du Conseil de guerre du roi Philippe II, un manuscrit qu’il jugeait utile de faire imprimer pour « habiliter les artilleurs27 ». Or, aux yeux des membres du Conseil de guerre, il ne fit aucun doute que ce manuel pût être utile aux écoles d’artilleurs28. On évoqua la possibilité d’un tirage de 600, puis même de 1 200 exemplaires29. L’exécution du projet traina néanmoins en longueur. Le capitaine général de l’artillerie don Juan de Acuña Vela, alors commandant en chef des artilleurs de la péninsule ibérique, demanda à Alonso de Salamanca de simplifier et d’abréger l’ouvrage. Après quelques mois passés à retravailler son manuscrit, le maître artilleur fut en mesure de proposer une version de son œuvre qui satisfît le capitaine général30. Le manuscrit fut également examiné par l’architecte et mathématicien du roi, Juan de Herrera, puis par le docteur Ferroino évoqué plus haut pour son rôle d’enseignant auprès des artilleurs de Séville, qui confirmèrent tous deux l’intérêt de l’ouvrage31.

Fig. 1. Siège de la Goleta par les Ottomans (1574), Archives de Simancas, AGS MPD 06 025.

  • 32 AGS, GYM, leg. 306, doc. no 123 (29/04/1590).
  • 33 Alava y Viamont D. de, op. cit.
  • 34 « El perfecto capitán que de presente a salido es cosa cierta que no ay en ellos razón de maestro (...)
  • 35 AGS, GYM, leg. 309, doc. no 103 (26/06/1590).

10Néanmoins, le projet échoua. Après un séjour de plus d’un an à Madrid, Alonso de Salamanca manquait des fonds nécessaires pour avancer l’argent à un imprimeur. Dans une lettre du mois d’avril 1590, il supplia le Conseil de guerre de lui avancer la somme de 300 ducats32. Les dispositions du Conseil de guerre à son égard avaient toutefois probablement changées entre temps car, au début de l’année 1590, un certain Diego de Álava y Viamont, ils du précédent capitaine général de l’artillerie, avait fait imprimer à Madrid le Perfecto Capitán, ouvrage d’art militaire principalement consacré à l’artillerie33. Issu de la haute noblesse basque et héritier d’un personnage célèbre à la cour, Diego de Álava avait sans nul doute eut plus de facilités à faire imprimer son traité. La critique amère du manque d’expérience militaire du jeune Álava exprimée par le vieux maître artilleur de Trapani montre qu’Alonso de Salamanca sentit son projet menacé par la publication de cet ouvrage34. À n’en pas douter, le Perfecto Capitán s’était en grande partie emparé du marché qu’il visait, celui des artilleurs. L’argent lui faisant défaut, Alonso de Salamanca s’en retourna en Sicile durant l’été 1590, laissant au Conseil de guerre son manuscrit35 qui ne semble malheureusement pas avoir été conservé.

Un public d’artilleurs - lecteurs ?

  • 36 AGS, GYM, leg. 271, doc. no 37 (05/12/1589) et AGS, GYM, leg. 627, doc. no 126 (16/06/1604).
  • 37 Isla L. de la, Breve tratado de artillería, geometría y artificios de fuegos, Madrid, Viuda de Ped (...)
  • 38 Collado L., Plática manual de artillería en la qual se tracta de la excelencia de el arte militar (...)
  • 39 « ha continuado el oficio de ingeniero y examinador de los artilleros », AGS, Estado, leg. 1704, d (...)
  • 40 « Y finalmente se halla en diálogo un copiosissimo examen de artilleros por el qual los ministros (...)
  • 41 L’oeuvre est partiellement divisée en « essaminationi », Cataneo G., Avvertimenti et essamini into (...)
  • 42 Ufano D., op. cit.

11Le cas d’Alonso de Salamanca révèle l’existence d’un marché du traité d’artillerie stimulé par la mise en place d’écoles d’artilleurs. Il montre également l’implication des plus hautes instances de gouvernement dans la régulation de ce marché. Enfin, il tend à mettre en évidence l’insertion dans ce marché de Diego de Álava, l’un des principaux auteurs de traités d’artillerie de l’époque. Mais il ne fut pas le seul. Certains auteurs de traités d’artillerie avaient un lien bien plus évident avec l’enseignement de l’artillerie. Ainsi par exemple, Lazaro de la Isla, maître artilleur des galères d’Espagne, enseigna l’artillerie à Lisbonne, Burgos puis Cadíz36 et publia en 1595, à Madrid, un traité réédité deux fois37. Ou encore, la principale autorité de la fin du xvie siècle en matière d’artillerie, Luis Collado38, était un ingénieur militaire andalou en charge des examens d’artilleurs dans le duché de Milan39. Dans la version castillane de son ouvrage, publiée en 1592 et dédiée au roi Philippe II, il inséra « un copieux examen d’artilleur afin que les officiers de Sa Majesté pussent les examiner tous parfaitement40 ». Avant lui, l’ingénieur novarais Girolamo Cataneo avait également publié son ouvrage sous forme d’examen41. Une génération plus tard, le capitaine d’artillerie Diego Ufano avait quant à lui divisé une partie de son ouvrage en « leçons », explicitant de la sorte le lien avec les pratiques pédagogiques en usage42. Ainsi, un certain nombre de traités d’artillerie étaient tournés vers le public des artilleurs, de ceux qui leur enseignaient l’artillerie et de ceux qui les examinaient.

  • 43 « La sustancia de los argumentos tocantes al artillería del libro de Nicolo Tartalea Briçiano », A (...)
  • 44 Tartaglia N., Quesiti, op. cit.
  • 45 Castillo H. del, « Libro muy curioso y utilísimo de artillería », Ms. 9034 de la bibliothèque nati (...)
  • 46 Tartaglia N., Nova scientia, op. cit.

12Les principaux traités d’artillerie imprimés ont indéniablement été lus d’un certain nombre d’artilleurs. On trouve ainsi dans les documents comptables de la forteresse de Perpignan – appartenant alors au roi d’Espagne – joint aux dépenses mensuelles de poudre pour les exercices de tir des artilleurs, un manuscrit de quelques feuillets datant des années 1560 et traitant de divers aspects techniques concernant le maniement de l’artillerie, à la fin duquel se trouve un « résumé des arguments touchant à l’artillerie du livre de Niccoló Tartaglia le Brescian43 » reprenant les principaux points des Quesiti et Inventioni Diverse44. Cela laisse supposer que les livres de Tartaglia ont pu être au moins partiellement enseignés dans ce centre de formation. Dans ces mêmes années, un certain Hernando del Castillo qui se disait artilleur, rédigea, probablement dans le duché de Milan, un manuscrit45 dans lequel il traduisit des passages de ces mêmes Quesiti et Inventioni Diverse ainsi que de la Nova Scientia46. À la fin du xvie siècle, un autre manuscrit du milanais fut rédigé en castillan par l’artilleur Espinel de Alvarado dans lequel l’auteur prétendait :

  • 47 « Me acuerdo aver visto y leido ciertos libros que tratan de lo mesmo que nosotros pretendemos tra (...)

Avoir vu et lu certains livres qui traitent de ce que nous prétendons traiter, tels que celui de Tartaglia, qui est le meilleur que j’ai vu, celui de Cataneo qui n’est pas mal, la Pirotechnia de Miser Dominico et quelques autres de peu de fruits et de substances sans compter les très nombreux petits livres secrets écrits à la main par certains de mes amis artilleurs47.

13Ce dernier commentaire montre que non seulement les imprimés étaient lus au sein des cercles d’artilleurs mais encore que ces lectures étaient complétées par une circulation de manuscrits rédigés par certains artilleurs devenus auteurs.

  • 48 Perez-Mallaína P., Spain’s Men of the Sea : Daily Life on the Indies Fleets in the Sixteenth Centu (...)

14Ainsi, l’un des principaux lectorats des traités d’artillerie était constitué d’artilleurs, c’est-à-dire d’individus en majorité issus des professions de soldat, de marin ou d’artisan. Quel rapport ces hommes entretenaient-ils avec l’écrit ? À quel point étaient-ils capables de lire et de comprendre les différentes techniques mathématiques et géométriques des traités, ou encore les passages de description des trajectoires, relevant de la philosophie naturelle aristotélicienne ? La tâche était sans doute ardue pour bon nombre d’entre eux. À bord des convois américains l’illettrisme touchait environ 40 % des artilleurs48. Il faut par conséquent envisager des processus de lectures et d’assimilation indirects de ces ouvrages. Les traités d’artillerie n’étaient pas en mesure, à eux seuls, d’être diffusés pleinement au sein des cercles d’artilleurs. Ce ne fut qu’en interaction avec les pratiques d’enseignement que la circulation de ces savoirs prit tout son sens.

Programmes d’enseignement et traités d’artillerie

  • 49 AGI, Indiferente General, leg. 2007, «Andrés Muñoz el Bueno, artillero, sobre que se le haga merce (...)
  • 50 Il figure dans la liste des 74 inscrits à l’école d’artilleurs du docteur Ferrofino, AGS, GYM, leg (...)
  • 51 AGS, Estado, leg. 1144, doc. no 4 (04/01/1575).
  • 52 Feuillet intitulé “Lo que Andrés Muñoz el Bueno enseña en Sevilla en su escuela a los artilleros q (...)

15En 1593, le charpentier et artilleur Joan Ruiz de Baltodano était incapable de signer sa déposition devant les juges de la Casa de la Contratación à Séville49. Pourtant, il fréquentait quotidiennement l’enseignement du mathématicien Julián Ferrofino à l’école d’artilleurs de la ville50. Manifestement ouverte à des individus illettrés, ces institutions permettaient, semble-t-il, de suppléer en partie l’écriture dans son rôle de transmission des savoirs. Mais qu’y enseignait-on ? Il est possible de se faire une idée du contenu de l’enseignement à partir de rares documents conservés dans les archives. Ainsi, lorsque l’école d’artilleurs de Palerme fut mise en place en 1575, le gouverneur de Sicile transmit le programme d’enseignement au Conseil d’État du roi d’Espagne51. En 1595, Andrés Muñoz el Bueno, qui enseignait à l’école de Séville, fit quant à lui imprimer son programme d’enseignement, en envoyant une copie au Conseil des Indes52. Ces programmes, condensés en une vingtaine de points, ne permettent pas à eux seuls de connaître précisément le contenu des cours. Toutefois, en les mettant en relation avec les traités d’artillerie, d’intéressantes conclusions émergent.

16La table de comparaison placée en annexe révèle la proximité entre les grandes lignes de ces programmes et le contenu des traités d’artillerie. Cette table juxtapose plusieurs informations. D’abord, elle met en relation, point par point, les programmes des écoles de Palerme en 1575 et de Séville en 1595. Les ressemblances sont frappantes, les rares différences provenant surtout du niveau de détails légèrement supérieur du programme sévillan, ainsi que de sa vocation principalement navale. En d’autres termes, ces similitudes laissent supposer l’existence d’une sorte de consensus à propos des savoirs nécessaires aux artilleurs. En outre, la table compare ces programmes avec quatre des principaux traités d’artillerie de l’époque : la Nova Scientia (1537) de Tartaglia et son complément les Quesiti (1546), le Perfeto Capitán de Diego de Álava (1590), et enfin le Plática Manual de Luis Collado (1592). Afin de faciliter la comparaison, les pourcentages n’ont pas été exprimés en fonction du volume total de l’ouvrage mais en fonction du nombre de folios consacrés à l’artillerie au sein de ces œuvres parfois plus généralement dédiées à divers problèmes mathématiques (Quesiti) ou d’art militaire (Perfeto Capitán). Or, cette comparaison met clairement en évidence les similitudes de contenus entre enseignement et traités d’artillerie, à l’exception de la Nova Scientia, centrée uniquement sur l’étude des trajectoires et la mesure de distances. Mais il s’agit sans doute d’un coup d’essai de Tartaglia, puisque, neuf ans plus tard, ses Quesiti et Inventioni Diverse couvrirent le champ de manière bien plus large. Construit comme une réponse à Tartaglia un demi-siècle après, l’ouvrage de Diego de Álava mettait l’accent sur les sujets au cœur de la Nova Scientia, tout en élargissant son propos afin de traiter au moins superficiellement de la majorité des problématiques enseignées dans les écoles d’artilleurs.

  • 53 Voir plus haut la biographie de cet auteur.
  • 54 Collado L., op. cit., fol. 103r-104v.
  • 55 Ibid., fol. 105r-112v.

17Enfin, cette table de comparaison met en évidence la force de l’ouvrage de Luis Collado, qui parvint à traiter, de manière équilibrée et exhaustive, de presque toutes les problématiques enseignées dans les écoles d’artilleurs. En tant qu’examinateur d’artilleurs, l’auteur était sans doute mieux placé que quiconque pour identifier avec pertinence les thèmes à aborder53. D’ailleurs, l’œuvre dévoile l’univers social environnant le traité d’artillerie. À la suite de près de deux cents folios d’exposé technique, l’auteur met en scène un dialogue entre un capitaine général de l’artillerie et son lieutenant, dans lequel les deux hommes discutent de ces savoirs sur l’artillerie devenus nécessaires pour mener la guerre moderne. Le haut commandement militaire est ici clairement identifié comme lectorat potentiel du livre de Collado. Cependant, si instruits qu’ils soient, ces deux commandants ont conscience qu’ils ne sont pas, à eux seuls, suffisants pour faire usage de l’artillerie. Aussi discutent-ils de la nécessité d’ouvrir des écoles pour bien former les artilleurs54 et d’examiner convenablement les candidats à ces postes. À ce propos, l’ouvrage se termine sur une scène théâtrale mettant en scène un jury composé du capitaine, du lieutenant et d’une poignée d’artilleurs face à un individu passant l’examen55. Or, la série de questions constituant l’examen reprend de manière condensée l’intégralité de l’œuvre, renvoyant aux pages concernées pour plus de détails, le candidat l’ayant lue et la connaissant sur le bout des doigts. En ce sens, en formalisant les savoirs, le livre d’artillerie fixait la norme de l’échange entre celui qui enseignait et évaluait et celui qui apprenait et était examiné, s’appropriant, par un jeu de miroir, un double lectorat potentiel.

Conclusion

18L’exposé précédent a tâché de mettre en évidence les relations fortement imbriquées entre l’émergence et l’institutionnalisation de pratiques de formation des artilleurs d’une part, et l’apparition d’une littérature technique sur l’artillerie d’autre part. À l’issue de cet examen, il apparaît clair que, dans un sens, la mise en place d’écoles d’artilleurs stimula la production de traités d’artillerie en leur fournissant un marché. Dans l’autre sens, il semble que la mise en place de ces systèmes d’enseignement et d’examens des artilleurs à une échelle relativement grande ne put être effective que grâce à un important effort de formalisation des savoirs dont l’imprimerie fut la principale contributrice. Enfin, la combinaison de ces deux processus permit une certaine professionnalisation des artilleurs et des officiers en charge de leur encadrement.

  • 56 Sandman A. D., « Cosmographers vs Pilots : Navigation, Cosmography and the State in Early Modern S (...)
  • 57 Voir le soldat italien Marc Antonio Nicoleta qui demanda au roi à être examiné en tant qu’ingénieu (...)
  • 58 “Examenes de maestros de hacer armas”, AGS, GYM, lib. 57, fol. 145r (24/03/1591).
  • 59 Bejarano Robles F., La industria de la seda en Málaga durante el siglo xvi , Madrid, Consejo Super (...)

19Or, dans quelle mesure ce phénomène est-il spécifique à l’artillerie ? Du fait de la révolution militaire du xvie siècle, les métiers de l’artillerie furent sujets, plus que tout autre, à de profondes transformations. Toutefois, les documents de l’administration royale espagnole révèlent d’autres professions au sein desquelles se développa la pratique de l’examen. Il en allait ainsi des pilotes56, de certains ingénieurs militaires57, ou encore de fabricants d’armes pour le roi58. Il est difficile de résister à la tentation de les mettre en relation avec la production de traités de navigation, de fortification ou de métallurgie. Mais alors, l’apparition de cette pratique de l’examen serait-elle en conséquence liée au service de l’État ? Rien n’est moins certain. Assurément, l’État révèle ces pratiques grâce à l’abondante documentation qu’il a conservée. Peut-être a-t-il catalysé leur apparition ou favorisé leur diffusion, mais, dans la péninsule ibérique au moins, il n’en eut pas le monopole. Le monde des métiers et des guildes eut lui aussi recours à la pratique de l’examen. Ainsi, les métiers de la soie à Malaga au milieu du xvie siècle requéraient des maîtres qu’ils passassent un « examen théorique et pratique » lors duquel on leur posait une série de questions59. Ce dernier exemple suggère l’ampleur du phénomène qui semble avoir largement dépassé le cadre des artilleurs fixé par cette étude. Il paraît par conséquent nécessaire d’étudier l’apparition de ce type de pratiques à plus grande échelle et ainsi tenter de les mettre en relation avec la littérature technique émergente au xvie siècle, afin de mieux comprendre les processus de professionnalisation et leur lien avec la formalisation des savoirs et la production d’imprimés.

Annexes

Annexe : Table de comparaison des programmes d’enseignement et des traités d’artillerie

Cette table reprend point par point les programmes d’enseignement des écoles de Palerme et Séville et les met en relation avec le contenu de quelques-uns des principaux traités imprimés de l’époque. Les pourcentages représentent le nombre de pages de l’ouvrage consacrées à ce point particulier du programme d’enseignement par rapport à l’ensemble des pages de l’ouvrage consacrées à l’artillerie.

Programme d’enseignement de l’école de Palerme (1575)

Programme d’enseignement de fécale de Sénile (1595)

Nova Scientia (45 fol) et Quesiti (Livres 1, 2, 3 et 6 = 96 fol.) de Niccolò Tartaglia

Perfecto Capitán (Livres 3-6 = 208 fol.) de Diego de Álava

Platica Manual (Traités 2-4 = 170 fol.) de Luis Collado

Composer et raffiner des poudres de toute sorte et connaître leur bonté et effets

L’ordre qu’il faut avoir dira la fabrication de la poudre conformément à ce que sa Majesté demande pour le service des ses Armadas et reconnaître la bonnes et mauvaises poudres et les poudres puissantes et moins puissantes.

Quesiti – 9 %
fol 41v-46r

4 %
fol 173r-176r
et 177r

3 %
fol. 77r et 78r-80r

Comment raffiner de la poudre sans ajouter de salpêtre, soufre ou charbon, au cas où il n’y en aurait plus, et la sécher sans soleil

Comment raffiner la poudre en mer lorsqu’elle a pris l’humidité

0,5 %
fol. 177v
(Poudre gâtée)

0,5 %
fol. 79r

Comment faire des balles de plomb sans moule

Comment faire des tranchées et remparts de gabions en campagne et dans une forteresse

L’ordre qu’il faut avoir dans la réalisation des plateformes de tir, des paniers de protection et des gabions et comment les positionner de manière à ce que les gens servant les pièces d’artillerie soient protégés des ors ennemis.

2,5 %
fol. 56v-58r et 92r

La règle pour déplacer, foire monter, faire descendre et conduire l’artillerie, et la qualité et quantité des instruments, des bœufs, des mules et des hommes nécessaires

Ce qu’il convient à l’ami leur de savoir sur l’usage des pièces en campagne et dans une forteresse, connaître et savoir utiliser les différents appareils nécessaires pour manœuvrer l’artillerie. Comment faire monter les pièces dans des positions surélevées avec facilité.

0,5 %
fol. 186v

11 %
fol. 71r-76v et 89r-92v

Ce que pèse chaque boulet en fonction du diamètre de la pièce.

Quesiti – 6 %
fol. 36v-39r

5 %
fol. 168r-172r et 187v

4 %
fol. 38r, 60r-61v, et 69v-70r

Quelle portée auront les tirs selon chaque point de l’équerre depuis le plan horizontal jusqu’à 45°. De même pour les mortiers entre 45° et le zénith, et comment user des bombes pour détruire les portes des forteresses.

N.S. > 50 %
dédicace au Duc d’Urbuno,
Livre II en grande partie et
Livre I partiellement
Quesiti – 5 %
fol. 5r-7r

31 %
fol. 225r-256r

8 %
fol. 26v-27v, 38v-41r, 48v, 49v-50r et 51r et v

Combien de pièces il convient de donner à chaque navire selon sa taille et son type et comment positionner les pièces et comment les fixer Ion d’une tempête. Quelles précautions prendre sur le navire avant de donner bataille à l’ennemi. comment répartir les artilleurs et leurs assistants.

Pourquoi les tirs sur un navire sont plus incertains, comment mettre le feu au» voiles ennemies, comment tirer des pierres, des clous, des dards au moment de l’abordage

Quesiti – 1 %
Fol. 23r et v

2 %
fol 184r et v et 188r et v

1 %
fol. 50v et 84v

Comment régler les mires d’une pièce et savoir jusqu’à quelle distance peut servir le tir en droite ligne de but en blanc. L’art de toucher une cible en seulement deux tentatives. Comment tirer sur des escadrons afin de faire les plus grands dommages.

Quesiti – 18 %
fol 14v-18v et 28v-33v

3 %
fol. 156r-157v et 224r et v

6 %
fol. 38r, 41r-43v, 48r et v, 52r et v et 54r

Notes

1 Goodman D. C., Power and Penury : Government, technology and science in Philip II’s Spain, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 125.

2 Koyré A., Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard, 1973 ; Hall A. R., Ballistics in the seventeenth century a study in the relations of science and war with reference principally to England, Cambridge, Cambridge University Press, 1952.

3 Voss M. J., « Between the Cannon and the Book : Mathematicians and military Culture in Sixteenth-Century Italy », thèse, université John Hopkins University, 1994 ; Walton S. A., « The Art of Gunnery in Renaissance England », thèse, université of Toronto, 1999 ; Brioist P., « Les mathématiques et la guerre au xvie siècle : France, Italie, Espagne, Angleterre », thèse d’habilitation, université de Tours, 2009. Sur l’interaction entre livres et formation militaire pour une époque plus récente, voir d’Orgeix É., « Supports d’enseignement et édition militaire en France : du cahier d’exercice manuscrit à la publication savante (1750-1840) », dans Les savoirs de l’ingénieur militaire (1751-1914), Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013, p. 61-70.

4 Bennett J., « Practical geometry and operative knowledge », Configurations : a Journal of Literature, Science and Technology, vol. 6, 1998, p. 195-222.

5 Tartaglia N., Nova scientia inventa da Nicolò Tartalea, Venise, Stephano da sabio, 1537 ; Tartaglia N., Quesiti et inventioni diverse, Venise, Venturino Ruffinelli, 1546.

6 Brioist P., « Une révolution tartaglienne ? », dans Les mathématiques et la guerre au xvie siècle France, op. cit., p. 359-396.

7 Parmi les plus grands succès d’édition, on citera Cataneo G., Avvertimenti et essamini intorno a quelle cose che richiede a un bombardiero, Brescia, Tommaso Bozzola, 1567 ; Ruscelli G., Precetti della militia moderna tanto per mare quanto per terra, Venise, appresso gli heredi di Marchio Sessa, 1568.

8 García de Palacio D., Dialogos Militares de la formaciόn e informaciόn de personas, instrumentos y cosas necessarias para el buen uso de la guerra, México, Pedro Ocharte., 1583.

9 Parmi les auteurs les plus influents de cette période, on trouve Busca G., Instruttione de’ bombardieri, Carmagnola, Marco Antonio Bellone, 1584 ; Collado L., Pratica Manuale di arteglieria, Venise, Pietro Dufinelli, 1586 ; Alava y Viamont D. de, El perfeto capitán, instruido en la disciplina militar, y nueva ciencia de la artillería, Madrid, Pedro Madrigal, 1590.

10 Lechuga C., Discurso del Capitán Cristoval Lechuga en que trata de la artillería y de todo lo necessario a ella, con un tratado de fortificaciόn y otros advertimientos, Milan, Marco Tulio Malatesta, 1611 ; Ufano D., Tratado de la artillería y uso della platicado por el capitán Diego Ufano en las guerras de Flandes, Bruxelles, Juan Momarte, 1612.

11 Rose P. L., The Italian Renaissance of mathematics : Studies on Humanists and Mathematicians from Petrarch to Galileo, Genève, Droz, 1975.

12 Voss M. J., « Between the cannon and the book : mathematicians and military culture in sixteenth-century Italy », op. cit., p. 211 et suiv.

13 Il existe une importante littérature sur cette question de la “Révolution militaire”, fort débattue parmi les historiens. Voici deux des principaux titres à ce sujet : Parker G., The Military Revolution : Military Innovation and the Rise of the West, 1500-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 ; Rogers C. J., The Military Revolution Debate : Readings on the Military Transformation of Early Modern Europe, Boulder, Westview Press, coll. « History and warfare », 1995.

14 Mallett M. E. et Hale J. R., The Military Organisation of a Renaissance State : Venice c. 1400 to 1617, Cambridge University Press, 2006, p. 403-407.

15 Pour les pratiques d’examens non-formalisées, voir les documents évoquant des examens d’artilleurs dans les années 1540, transcrits par Arántegui y Sanz J., Apuntes históricos sobre la artillería española en la primera mitad del siglo xvi , Madrid, imprenta del Cuerpo de artillería, 1891, p. 294-295.

16 Archivo General de Simancas (AGS), Estado, leg. 1260, doc. no 117 (10/09/1569).

17 AGS, Estado, leg. 1144 doc. no 3 et 4 (04/01/1575).

18 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente General, leg. 1968, lib. 21 fol. 3 (20/02/1576).

19 Frontela Carreras G., « La enseñanza de la artillería dependiendo del Consejo de Indias », Militaria, Revista de cultura militar, no 10, 1997, p. 277-290 ; Vicente Maroto M. I., « Las escuelas de artillería en los siglos xvi y xvii », Quaderns d’història de l’enginyera, V, 2002 2003, p. 1-9.

20 Voir les nombreux comptes rendus d’examens d’artilleurs dans AGI, Contratación, leg. 4871. La moyenne d’âge des apprentis était d’environ 30 ans, les individus ayant tous entre 20 et 56 ans.

21 AGS, Guerra y Marina (GYM), leg. 281, doc. no 235 (25/02/1590).

22 AGS, GYM, leg. 262, doc. no 51 (10/02/1589).

23 AGS, Estado, leg. 1156, doc. no 269 (année 1589).

24 Voir la correspondance entre les défenseurs de la place et le duc de Terranova, président de Sicile, AGS, Estado, leg. 1144.

25 Manuscrit II/1330 du Palacio Real de Madrid. Voir l’analyse qu’en fait González Castrillo R., « La perdida de la Goleta y Túnez en 1574 y otros sucesos de historia otomana narrados por un testigo presencial : Alonso de Salamanca », Anaquel de estudios árabes, iii, 1992.

26 AGS, GYM, leg. 313, doc. no 121 et 122 (18/02/1590).

27 AGS, GYM, leg. 262, doc. no 51 (10/02/1589).

28 « Se entiende será de provecho para las escuelas que en estos Reynos ay de artilleros », ibid.

29 AGS, GYM, leg. 268, doc. no 155 (14/03/1589), puis AGS, GYM, leg. 306, doc. no 123 (29/04/1590).

30 AGS, GYM, leg. 276, doc. no 231 (18/06/1589).

31 AGS, GYM, leg. 313, doc. no 121 et 122 (18/02/1590).

32 AGS, GYM, leg. 306, doc. no 123 (29/04/1590).

33 Alava y Viamont D. de, op. cit.

34 « El perfecto capitán que de presente a salido es cosa cierta que no ay en ellos razón de maestro que aya servido de artillería », AGS, GYM, leg. 306, doc. no 123 (29/04/1590).

35 AGS, GYM, leg. 309, doc. no 103 (26/06/1590).

36 AGS, GYM, leg. 271, doc. no 37 (05/12/1589) et AGS, GYM, leg. 627, doc. no 126 (16/06/1604).

37 Isla L. de la, Breve tratado de artillería, geometría y artificios de fuegos, Madrid, Viuda de Pedro Madrigal, 1595. Rééditions à Valladolid en 1603 et Lisbonne en 1609.

38 Collado L., Plática manual de artillería en la qual se tracta de la excelencia de el arte militar y origen de ella…, Milan, Pablo Gotardo Poncio stampador de la Real Cámara, 1592.

39 « ha continuado el oficio de ingeniero y examinador de los artilleros », AGS, Estado, leg. 1704, doc. no 266-268.

40 « Y finalmente se halla en diálogo un copiosissimo examen de artilleros por el qual los ministros de Vuestra Magestad podrán perfectamente examinarlos todos. », Collado L., Plática manual de artillería en la qual se tracta de la excelencia de el arte militar y origen de ella…, op. cit., Préface au lecteur.

41 L’oeuvre est partiellement divisée en « essaminationi », Cataneo G., Avvertimenti et essamini intorno a quelle cose che richiede a un bombardiero, op. cit.

42 Ufano D., op. cit.

43 « La sustancia de los argumentos tocantes al artillería del libro de Nicolo Tartalea Briçiano », AGS, Contaduría del Sueldo, 2a época, leg. 91.

44 Tartaglia N., Quesiti, op. cit.

45 Castillo H. del, « Libro muy curioso y utilísimo de artillería », Ms. 9034 de la bibliothèque nationale d’Espagne, c. 1560.

46 Tartaglia N., Nova scientia, op. cit.

47 « Me acuerdo aver visto y leido ciertos libros que tratan de lo mesmo que nosotros pretendemos tratar como son el Tartalla, que es el mejor que yo he visto, el Cataneo, que no es malo, la Pirotechnia de miser Dominico, y algunos de poco fruto y sustancia sin otros muy muchos librillos secretos de mano de artilleros amigos mios », Alvarado E. de, « Alvaradina : la cual contiene en si muchos muy necesarios avisos de las cosas tocantes al Artillería », Ms. 8895 de la bibliothèque nationale d’Espagne, Milan, c. 1595.

48 Perez-Mallaína P., Spain’s Men of the Sea : Daily Life on the Indies Fleets in the Sixteenth Century, traduit par Rahn Phillips C., Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1998, p. 230.

49 AGI, Indiferente General, leg. 2007, «Andrés Muñoz el Bueno, artillero, sobre que se le haga merced del officio que está vaco por Andrés de Espinosa.»

50 Il figure dans la liste des 74 inscrits à l’école d’artilleurs du docteur Ferrofino, AGS, GYM, leg. 351, doc. no 283 (06/03/1592).

51 AGS, Estado, leg. 1144, doc. no 4 (04/01/1575).

52 Feuillet intitulé “Lo que Andrés Muñoz el Bueno enseña en Sevilla en su escuela a los artilleros que habilita para el servicio de su Mag es lo siguiente”, AGI, Indiferente General, leg. 2007, accompagné d’une lettre du 03/11/1595.

53 Voir plus haut la biographie de cet auteur.

54 Collado L., op. cit., fol. 103r-104v.

55 Ibid., fol. 105r-112v.

56 Sandman A. D., « Cosmographers vs Pilots : Navigation, Cosmography and the State in Early Modern Spain », thèse, Univerisité deWisconsin-Madison, 2001.

57 Voir le soldat italien Marc Antonio Nicoleta qui demanda au roi à être examiné en tant qu’ingénieur militaire par les personnes de la profession, AGS, GYM, leg. 276, no 270 (25/12/1589).

58 “Examenes de maestros de hacer armas”, AGS, GYM, lib. 57, fol. 145r (24/03/1591).

59 Bejarano Robles F., La industria de la seda en Málaga durante el siglo xvi , Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1951, p. 56-57 et 213-218.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Siège de la Goleta par les Ottomans (1574), Archives de Simancas, AGS MPD 06 025.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k

Auteur

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search