Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Quatrième partie - Formalisation des pratiques et discours visuels

Figures abstraites et interprétations techniques. Les Études architectoniques et graphiques (1899-1901) de Jules Bourgoin

Abstract Designs and Technical Interpretations. Jules Bourgoin’s Études architectoniques et graphiques (1899-1901)

Estelle Thibault

Résumé

Le cas des Études architectoniques et graphiques (1899-1901) de Jules Bourgoin permet d’interroger les hybridations entre les genres du recueil d’ornement, du manuel de dessin et du livre technique. L’auteur imagine une pédagogie spécifiquement adaptée au monde des arts d’industrie. Elle se base sur une syntaxe élémentaire de la forme, destinée à transcrire les motifs décoratifs les plus complexes par des notations abrégées. Il s’agit d’exercer l’élève à passer des diagrammes abstraits aux applications concrètes dans un domaine technique, tout en motivant son esprit combinatoire. La réflexion sur les « figures textiles » est particulièrement démonstrative. Les notes préparatoires à l’ouvrage résultent d’une enquête dans une vaste littérature liée au domaine, recueils, traités, encyclopédies, ouvrages didactiques… L’intérêt pour de riches traditions ornementales, ancrées dans des cultures techniques et esthétiques, se double d’un intérêt pour les procédés mathématiques susceptibles d’en appuyer les figurations schématiques.

Texte intégral

Introduction

1Quelles sont les relations qui s’établissent, dans la France de la seconde moitié du xixe siècle, entre les recueils d’ornement, les manuels de dessin et les livres techniques ? Dans quelle mesure les réflexions sur la pédagogie des métiers d’art, dans le sillage des grandes réformes scolaires des années 1880, ont-elles favorisé les porosités entre ces types d’ouvrages ?

  • 1 Sur ces enseignements voir notamment d’Enfert R. et Fonteneau V. (dir.), Espaces de l’enseignement (...)

2Les historiens de l’éducation ont mis en évidence un vaste champ de questionnements, d’initiatives et de projets visant à repenser la formation aux métiers de l’artisanat et de l’industrie1. Dès l’école primaire, les enseignements de la géométrie, du dessin et du travail manuel montrent une volonté d’articuler des connaissances théoriques, relevant du domaine des mathématiques, avec des rudiments de culture artistique et avec des compétences pratiques acquises grâce à des manipulations concrètes. Les livres qui accompagnent ces apprentissages permettent d’étudier ces interactions entre une dimension mathématique et abstraite, une dimension esthétique et culturelle et une dimension technique. Ces porosités s’observent en particulier dans la construction des images. Tour à tour modèles à imiter, schémas explicatifs, exercices à pratiquer, ces figures ont des fonctions pédagogiques diversifiées et témoignent d’interrogations sur la nature des compétences à éveiller : dextérité, imitation, interprétation ou invention.

  • 2 Pour une bibliographie complète sur Jules Bourgoin voir Bideault M., Chauffour S., Thibault E., Vo (...)
  • 3 Bourgoin J., Études architectoniques et graphiques, Paris, Ch. Schmid, 2 tomes, 1899-1901.

3Les publications de l’architecte et théoricien de l’ornement Jules Bourgoin2 (1838-1908) permettent d’aborder ces aspects. Ses Études architectoniques et graphiques3, publiées autour de 1900, marquent l’aboutissement d’une réflexion au long cours, initiée dès la fin des années 1860. Initialement centrés sur l’étude de l’ornement, à partir d’un riche corpus observé au cours de ses voyages en Orient, en Italie et en Grèce, ses ouvrages traduisent un engagement dans la fondation d’une discipline spécifique, capable d’encadrer tant l’analyse que la production de ce qu’il nomme les « arts d’industrie ». Son parcours intellectuel peut être lu comme une tentative obstinée et inquiète pour définir une science des formes, bientôt envisagée comme le socle d’une nouvelle manière d’enseigner l’ornement. Publiée en marge des programmes officiels et des institutions, l’utopie pédagogique des Études architectoniques et graphiques n’en dialogue pas moins avec d’autres ouvrages destinés à l’enseignement. Dans un contexte de débats sur les propédeutiques aux métiers manuels et techniques, elle en partage les questionnements.

Un solfège pour les arts d’industrie

  • 4 « Mathématiques, arts d’industrie, architecture, arts d’ornement, beaux-arts. Collection raisonnée (...)

4L’ouvrage comprend deux volumes : le premier, « Prolégomènes à toute géométrie comme à toute Graphique », est dominé par le texte et s’adresse plutôt aux autorités savantes ; le second, « Leçons de graphique théorique et pratique », privilégie l’image et délivre un contenu pédagogique, sous la forme de planches d’« exercices et applications ». Comme l’indique le long épigraphe en couverture4, Bourgoin vise des destinataires et des modes de transmission variés, de l’espace autodidacte ou individualisé de « la famille », en passant par celui plus institutionnalisé et collectif de « l’école », jusqu’au monde professionnalisant de « l’atelier ».

  • 5 Bourgoin J., Théorie de l’ornement, Paris, Lévy, 1873.
  • 6 Bourgoin J., Grammaire élémentaire de l’ornement, Paris, Delagrave, 1880.

5Dans ses ouvrages précédents, la Théorie de l’ornement5 (1873) et la Grammaire élémentaire de l’ornement6 (1880), Bourgoin entendait caractériser le territoire épistémologique et esthétique propre à l’ornement, distingué des beaux-arts comme de la pure industrie. À partir d’un corpus de productions artisanales observées in situ ou dans différents recueils, il avait amorcé une entreprise de réduction visant à en extraire les fondements essentiels, résumés en des traits élémentaires combinés par une syntaxe.

  • 7 Le projet de la « graphique » est présenté dès novembre 1891 dans une lettre de Jules Bourgoin au (...)

6Dans les années 1890, il imagine instituer un domaine d’étude, qu’il appelle la « graphique », capable d’encadrer tant l’analyse que la production des arts d’ornement7. Cette nouvelle discipline est présentée comme une alternative à un enseignement du dessin ; elle permettrait de dégager la formation aux métiers d’art de la double autorité des beaux-arts et de la géométrie descriptive. Il pose les bases d’une syntaxe élémentaire de la forme, l’équivalent, pour les arts d’industrie, de ce qu’est le solfège pour la musique, où les figures abstraites, tout en éveillant l’esprit combinatoire de l’élève, pourraient être transposées en interprétations techniques variées.

  • 8 « Conférences de MM. Bourgoin et Vachon à l’École nationale des arts industriels de Roubaix », Rev (...)
  • 9 Bourgoin J., Lettre à Édouard Aynard, 1904 (Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, 67 (...)

7Ce rapport particulier entre d’un côté des figures abstraites – réduites à des notations schématiques, voire mathématiques – et des applications concrètes dans un domaine technique peut être appréhendé en s’intéressant notamment aux développements que Bourgoin consacre à l’univers textile. Ce domaine est privilégié à la fois comme source de réflexion, lorsque Bourgoin fonde son approche sur l’étude attentive de motifs tissés, brodés, tressés, qu’il a observé dans des traditions diversifiées, et comme champ d’application, lorsqu’il désigne l’industrie du tissu comme le secteur idéal pour mettre en pratique son solfège graphique. Invité en 1893 par la Direction des beaux-arts à donner deux conférences à l’École nationale des arts industriels de Roubaix, il choisit de disserter sur les « Éléments de la technique du dessin considéré dans ses applications aux industries du tissus8 ». En 1904, il propose à la chambre de commerce de Lyon une série de conférences intitulées « La graphique et ses applications aux arts et aux industries textiles » qu’il destine à un vaste public rassemblant instituteurs et institutrices, mais aussi « chefs d’industrie et dessinateurs de fabrique9 ».

  • 10 Les manuscrits et dessins préparatoires aux Études architectoniques et graphiques de Bourgoin sont (...)

8L’analyse de la contribution de Bourgoin peut s’appuyer sur l’existence de plusieurs fonds d’archives qui en documentent l’élaboration, depuis les notes et manuscrits préparatoires jusqu’aux livres publiés10. Ses travaux constituent ainsi un terrain privilégié pour enquêter sur la fabrication d’une connaissance qui passe tant par le texte que par l’image.

Les « figures textiles », formes abstraites ou « formes ouvrées » ?

  • 11 Bourgoin J., Théorie de l’ornement, op. cit., p. 3.
  • 12 Semper G., Der Stil in der technischen und tektonischen Künsten oder praktische Aesthetik : ein Ha (...)
  • 13 Ibid., p. 266. Le terme de « contre-semplage » est emprunté à Falcot P., Traité encyclopédique et (...)
  • 14 Bourgoin J., Théorie de l’ornement, op. cit., p. 350-351.

9La réflexion sur ce que Bourgoin nomme les figures textiles trouve son origine dans ses recherches antérieures. Dans son ouvrage de 1873, le terme ornement est défini de deux manières. Sous l’angle esthétique, il désigne des structures formelles ordonnées, non imitatives, régies par des principes abstraits de répétition et de symétrie. Sous l’angle technique, l’ornement relève des métiers et est indissociable des procédés de façonnage par la main et l’outil. L’introduction de la Théorie de l’ornement esquisse une typologie de ces « formes ouvrées » à partir des techniques de mise en œuvre, distinguant les formes « modelées » (céramique, verrerie), « taillées » (sculpture, ciselure, glyptique), « assemblées » (menuiserie, ferronnerie), « superposées » (construction) et « tissées » (textile, vannerie)11. Ces classifications ne sont pas sans rappeler celles qui structurent l’ouvrage Der Stil que l’architecte Gottfried Semper consacre, une décennie auparavant, à ce qu’il nomme les arts techniques12. Mais en dépit de cette attention initialement portée aux différents modes de façonnage, le développement textuel du livre de Bourgoin est dominé par l’exploration des structures formelles abstraites, en amont de toute application technique. Après avoir isolé trois types de traits élémentaires pouvant entrer dans la composition des formes, la droite, l’arc et la ligne à courbure variable – qu’il appelle la « recourbée » –, il inventorie de manière systématique toutes leurs combinaisons, explorant exhaustivement tous les modes de répétition, d’alternance ou de symétrie. Le tissage n’est que très brièvement évoqué, en un passage sur les réseaux quadrillés qui « sont d’une application fort importante dans les arts textiles, où on les appelle du nom de contre-semplage13 ». Si le développement textuel s’en tient à des principes combinatoires abstraits, un ensemble de planches gravées hors-texte donnent quant à elles un aperçu comparé de la matérialisation de ces systèmes formels dans différentes techniques : tissage, ciselures, peintures ou autres, et dans différentes traditions stylistiques. Ainsi les motifs de la planche 10, consacrée aux « Tresses », peuvent être empruntés indifféremment à des reliefs grecs, à des mosaïques observées en Sicile, à un cuivre arabe ou encore à la bordure d’un tableau vu au musée de Naples14 (fig. 1).

  • 15 Bourgoin J., Grammaire élémentaire de l’ornement, op. cit., « Chapitre VII. Les nœuds et les tress (...)
  • 16 Ibid., « Chapitre VIII. Les figures organiques », p. 123-140.
  • 17 Ibid., p. 112.
  • 18 Ibid.

10En 1880, le chapitre « Les nœuds et les tresses15 » de la Grammaire élémentaire de l’ornement identifie une famille particulière de configurations formelles, qui seront plus tard désignées sous le terme de figures textiles. Notons que, des cinq types de « formes ouvrées » précédemment définies, l’ensemble référé au monde du tissage est le seul à faire l’objet d’un tel approfondissement. L’autre domaine au côté duquel prend place l’ensemble des « nœuds et des tresses » est celui des « figures organiques16 » qui, définies par la ramification, trouvent leur meilleure manifestation dans les dispositions végétales. Quant à elles, les formes textiles se caractérisent par l’entrecroisement des traits, « ce qui équivaut en réalité à leur superposition17 ». Cette caractéristique installe un paramètre supplémentaire dans la combinaison des traits – l’un est au-dessus, l’autre en dessous – cette hiérarchie étant symbolisée graphiquement par l’interruption du trait inférieur. Mais surtout, cette composante ouvre vers des applications techniques et artistiques : vers « l’infinie variété des boucles, des nœuds, des rosettes, des tresses et des entrelacs de toute nature18 » (fig. 2).

Fig. 1. Bourgoin J., Théorie de l’ornement (1873), pl. 10 « Tresses ».

  • 19 Ibid., p. 122.

11Quand tout le reste de l’ouvrage se cantonne à la présentation de formes abstraites – dénuées de toute matérialité – le chapitre dédié aux nœuds et aux tresses suggère des transpositions vers des équivalents concrets : nœuds usuels, tissages, mailles, passementeries et autres : « nous anticipons ici sur les applications de la grammaire ; mais c’est afin de bien montrer ce que les figures sèches et abstraites de la théorie recèlent de trésors pour qui sait les deviner19 ».

Fig. 2. Bourgoin J., Grammaire élémentaire de l’ornement, « Les nœuds et les tresses », p. 121.

12Il faut insister sur le fait que cette famille de formes ne se limite pas au monde textile au sens propre, c’est-à-dire à toutes les formes de tissus, de mailles, de broderies, de dentelles réellement constituées par entrecroisement de fibres souples. Elle englobe aussi tous les systèmes décoratifs à base de croisillons ou d’entrelacs, quels qu’en soient les matériaux. Il peut s’agir par exemple des motifs de tresses peints, ciselés ou gravés dans la pierre, de panneaux menuisés observés en Orient ou de vignettes de manuscrits irlandais, pour peu qu’on y observe des dispositions entrecroisées.

Documenter les activités textiles : nœuds, passementerie, tissage et notations graphiques

  • 20 Catalogue du Musée oriental. Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie. Exposition de  (...)
  • 21 Roland de La Platière J.-M., Encyclopédie méthodique : Manufactures, arts et métiers, t. 1, Paris, (...)
  • 22 Émy A. R., Traité de l’art de la charpenterie, Paris, Carilian-Goeury, Atlas, vol. 2, 1841, pl. 15 (...)
  • 23 Ces ouvrages avaient été réédités au xixe siècle : Cocheris H., Recueil de documents graphiques po (...)
  • 24 Falcot P., Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, Elbeuf, l’Auteur, 184 (...)
  • 25 Bona T., Traité de tissage, Paris, Eugène Tarlier, 1863.

13En amont de l’élaboration de ses ouvrages, Bourgoin s’intéresse à un vaste champ de pratiques et de théories qui construisent cette définition élargie du domaine textile. Il analyse des objets concrets, par exemple des passementeries asiatiques observées lors d’expositions d’art extrême-oriental comme celle organisée par l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie en 186920. Il étudie également différents traités et encyclopédies, dont les volumes de l’Encyclopédie méthodique consacrés aux arts et métiers et l’essai de Michel Alcan sur l’industrie des matières textiles21. Il s’intéresse aux boucles de toute sorte, recopiant par exemple extensivement les figures de nœuds et de brêlages, ces assemblages de pièces de bois fixés par des cordes, présentés dans le volume de planches du Traité de l’art de la charpenterie du colonel Emy22, en leur rapportant leurs légendes. Ses notes de lecture montrent également l’étude attentive d’ouvrages liés à l’industrie du tissu, depuis des recueils de patrons produits par les industries de soierie lyonnaises du xvie siècle23 jusqu’à des traités plus récents, comme le Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus (1844) de Pierre Falcot24 ou le Traité de tissage (1863) de Théodore Bona25. L’attention qu’il porte initialement à des productions artisanales, observées directement ou par l’intermédiaire de recueils, se déplace peu à peu vers les procédés de notation mobilisés pour la transmission dans un contexte manufacturier ou industriel.

  • 26 Gand É., « Nouvelles méthodes de construction des satins réguliers, pairs et impairs. Théorie des (...)
  • 27 Lucas É., Application de l’arithmétique à la construction de l’armure des satins réguliers, Paris, (...)
  • 28 Lucas É., Théorie des nombres, t. 1, Paris, Gauthier-Villars, 1891.
  • 29 Bourgoin J., La Graphique, t. 2, Figures d’échiquier, Paris, Delagrave, 1905.

14En effet ces ouvrages ne décrivent pas seulement des dispositions ornementales, ils comprennent également des schémas explicatifs. Dans le Traité de tissage de Bona, Bourgoin relève par exemple des principes de répétition et de raccordement des motifs décoratifs ; mais aussi les codes qui traduisent la constitution des tissus, tout particulièrement les armures, conventionnellement représentées par un échiquier dont les cases représentent les intersections entre trame et chaîne, noircies lorsque le fil de chaîne passe au-dessus de la duite et est donc visible sur l’endroit du tissu (fig. 3). Dans la même optique, Bourgoin s’intéresse aux réflexions du dessinateur industriel Édouard Gand sur les méthodes de construction des satins réguliers26 et aux schématisations qui les accompagnent. En 1867, ce professionnel du textile enquête sur les procédés mathématiques qui permettraient de définir rationnellement la mise en carte correspondant aux différents types de satins, plus efficacement que les démarches empiriques habituellement utilisées. À ces préoccupations répondent, la même année, certaines démonstrations de l’arithméticien Édouard Lucas27. La composition des armures de tissu est alors rapportée à des problèmes abstraits de théorie des nombres et de géométrie de situation, problèmes pour la résolution desquels les échiquiers offrent des visualisations efficaces. Après s’être intéressé aux trames d’échiquier mobilisées par les professionnels pour symboliser des dispositions textiles, Bourgoin s’adonne à l’étude des problèmes d’arithmétique supérieure traités par Lucas dans sa Théorie des nombres28 de 1891, puis recourt lui-même à des « permutations figurées » résumées sous forme d’échiquiers pour inventorier les possibilités d’alternance de motifs dans le plan, thème qu’il explorera profondément dans le deuxième volume de son dernier ouvrage, La Graphique (1905), entièrement consacré à ces « figures d’échiquier29 ». Ainsi l’étude de ces procédés de notation utiles à la fabrication des textiles rencontre l’intérêt de Bourgoin pour les permutations et la topologie, les raisonnements mathématiques les plus abstraits pouvant ensuite être réinvestis en direction de la composition ornementale.

Fig. 3. Bourgoin J., notes de lecture d’après Théodore Bona, Traité de tissage (1863) : raccordements de motifs et armures de satin.

15Si l’univers textile lui apparaît particulièrement stimulant, c’est bien parce qu’il conjugue de riches traditions ornementales, une culture technique ancrée dans des savoirs artisanaux ou manufacturiers anciens, et une combinatoire formelle réductible à des diagrammes mathématiques. La réflexion sur les « figures textiles » se systématise dans les Études architectoniques. Entendues comme des configurations formelles abstraites qui dialoguent avec des productions concrètes issues des arts techniques, elles acquièrent une place stratégique dans le projet pédagogique élaboré par Bourgoin.

Une propédeutique à l’atelier : des figures textiles élémentaires aux applications

  • 30 Id., Études architectoniques et graphiques, t. 2, « Figures textiles élémentaires », pl. 22-24.
  • 31 Ibid., p. ix.

16Dans les Études architectoniques et graphiques, la série des planches d’exercices s’ouvre par des « conjugaisons » de traits, auxquelles font suite des « figures textiles élémentaires30 ». Il s’agit de combinaisons de traits croisés qui s’ordonnent du simple au complexe, et qui voisinent avec d’autres types de combinaisons comme les figures dites organiques ou les différents types de polygones. L’ouvrage offre également un autre ordre de progression lorsque Bourgoin propose d’introduire « quelque ingrédient de réalité par la transformation des figures abstraites de la théorie en vignettes, tissuteries, ornements31 ». On entre ainsi dans les multiples « interprétations textiles » dès lors que l’on substitue au trait abstrait des fils souples ou des listels pliés, éventuellement colorés.

  • 32 Voir Lebeaume J., op. cit.

17L’intérêt de Bourgoin se focalise sur la multiplicité des traductions d’une même figure dès lors que varient les paramètres de la mise en œuvre, par exemple dans le cas d’un octogone étoilé (fig. 4). Lorsqu’il invite l’élève à délaisser le crayon pour des manipulations concrètes, Bourgoin rejoint certaines préoccupations de l’enseignement primaire du travail manuel. Ces pédagogies, introduites dans le cursus scolaire au moment des grandes réformes des années 1880, ont pour enjeu de cultiver les habiletés manuelles et l’intelligence du faire. Leurs promoteurs soulignent non seulement leur rôle de préparation aux métiers, mais aussi leurs vertus éducatives, physiques, intellectuelles et morales, jusqu’à y entrevoir la voie d’une émancipation ouvrière32.

Fig. 4. Bourgoin J., Études architectoniques et graphiques, t. 2, pl. 147, « Exercices et applications » : interprétations de l’octogone étoilé « sur le mode textile ».

  • 33 Martin P., L’année préparatoire de travail manuel, Paris, A. Colin, 1895.

18Certaines planches de Bourgoin, qui montrent des combinaisons tressées de liserés, peuvent en effet être rapprochées des livres accompagnant ces pratiques scolaires, par exemple L’année préparatoire de travail manuel de Palmyre Martin33. On y voit des exercices de pliage et de tressage à partir de bandelettes de papier qui développent la dextérité sans pour autant simuler directement les pratiques de l’atelier. Ces travaux élémentaires font également appel au sens logique de l’élève et sont censés favoriser l’appréhension des trois dimensions. Ils se distinguent selon les sexes, pour les garçons, modelage, pliage ou vannerie, pour les filles, tissage, tricot ou points de couture. Leurs concepteurs soulignent non seulement leur rôle de préparation aux métiers, mais aussi leurs vertus éducatives, intellectuelles, bien au-delà d’une simple formation à la condition d’exécutant. Sans faire explicitement référence à cet horizon, les « applications » de Bourgoin rejoignent ces préoccupations.

  • 34 Gand É., Archives industrielles, tomes 3 à 5, Cours de tissage en soixante-quinze leçons, Paris, J (...)

19Le voisinage entre l’abstraction figurée et la manipulation fait également penser à des expériences didactiques menées dans l’enseignement professionnel, comme le cours de tissage qu’Édouard Gand avait mis en place pour la société industrielle d’Amiens34. Saluée à l’exposition universelle de 1867, son approche se caractérise par une pratique immédiate du tissage, introduisant progressivement, à partir de l’expérience, les informations et notions conceptuelles au moment où elles s’avèrent nécessaires. Plutôt que de différer l’exercice concret après un exposé théorique souvent rébarbatif pour l’élève, il mobilise l’expérimentation pratique tout en l’associant à des schématisations abstraites. Dans le cas de Bourgoin, l’enjeu principal est de stimuler la capacité à naviguer entre l’abstrait et le concret, entre la notation simplifiée et sa matérialisation dans une technique donnée. L’objectif de cette gymnastique est tout autant de développer la dextérité que de stimuler l’agilité intellectuelle nécessaire aux allers et retours entre le solfège graphique et la mise en musique dans un domaine technique.

  • 35 Bourgoin J., Études architectoniques, op. cit., t. 2, p. 196.
  • 36 Ibid., p. 205, commentaires de la pl. 158.
  • 37 Ibid., p. 221, commentaires de la pl. 195.

20Ces objectifs se révèlent plus encore à mesure que l’on progresse dans l’ouvrage, lorsque les « exercices et applications » proposés « dépassent l’atmosphère de l’école35 » pour se rapprocher de compétences développées à l’atelier, principalement dans l’univers textile. Si la pratique de la graphique prépare à l’atelier, c’est qu’elle ouvre vers une multiplicité de développements selon les modes de mise en œuvre. Bourgoin tente de le démontrer avec des planches qui juxtaposent des diagrammes abstraits avec leurs interprétations variées. Il peut s’agir d’applications textiles au sens propre (dentelles de Caen, tulle de Chantilly, broderies…), mais aussi de transcriptions variées, notamment dans la pierre. L’auteur s’attarde ainsi sur ces figures textiles « lapidaires36 » qu’il a observées par exemple dans l’art islamique. Il invite à réfléchir sur le caractère « exécutable37 » ou non de ces dispositions, certaines de ces figures étant irréalisables avec des fils mais acceptables dans d’autres matériaux (fig. 5).

  • 38 Ibid., p. 207.
  • 39 Ibid., p. 212.

21Les procédés de fabrication ne sont pas tellement approfondis, ce n’est pas l’objet du livre que d’entrer dans ces détails : « cela regarde les arts textiles proprement dits, dont nous n’avons pas à nous occuper ici38. » Il ne s’agit pas non plus d’approfondir les questions de composition artistique. Il note ainsi, à propos d’une figure de point de dentelle aisément transformable, en lui substituant des lignes anguleuses, en une claire voie pour l’architecture, « qu’il resterait bien encore à s’inquiéter du grand vide et de savoir comment le remplir, mais c’est alors un problème d’architecture et d’art monumental, et nullement un problème de graphique proprement dite39 ». La préoccupation première concerne les phénomènes de transposition des schémas abstraits vers diverses applications, ouvrant ensuite vers l’infinie variété des formes ornementales.

Fig. 5. Bourgoin J., Études architectoniques et graphiques, t. 2, pl. 194 et 195 « Applications textiles ».

22Les réductions schématiques font également l’objet d’une réflexion. Bourgoin expérimente ses propres méthodes de notation, librement inspirées des conventions utilisées dans les activités textiles. Il recherche les figurations les plus efficaces, représentant tantôt les fils, tantôt les entrecroisements et les plis, par un système de croix et de points. Le voisinage constant, au sein des planches, entre les notations théoriques et les ébauches sur le mode textile apprend à résumer des figures parfois complexes à leur diagramme essentiel et, inversement, à projeter les développements ornementaux à partir d’un canevas donné.

Conclusion

23En conclusion peuvent être évoqués quelques aspects qui concernent l’évolution d’une pensée par l’image, depuis les premiers livres de Bourgoin publiés au début des années 1870 jusqu’aux derniers, au seuil du xxe siècle. En quatre décennies, son intérêt initialement centré sur des œuvres ornementales artisanales s’est peu à peu déplacé vers les procédés de conception et de transmission utilisés dans un contexte industriel. Corrélativement, les planches gravées des premiers livres, qui s’apparentaient encore à des recueils d’ornement, font progressivement place à des planches d’exercices dominées par les notations schématiques. L’image se révèle également être le vecteur de transferts qui s’opèrent d’un domaine à l’autre, comme c’est le cas avec les figures d’échiquier. Ainsi les porosités entre art ornemental, techniques et mathématiques sont favorisées par les analogies visuelles entre des procédés de figurations mobilisés à différentes fins.

  • 40 Voir note 4.

24Un troisième aspect concerne le genre incertain des ouvrages de Bourgoin, ce que traduisent les termes juxtaposés dans la longue épigraphe en couverture40 : « études », « collection », « notes », « matériaux », « croquis »… Il ne s’agit ni d’un recueil d’ornement, ni d’un traité technique, ni d’un manuel de géométrie. L’hésitation sur le statut du livre reflète la recherche d’un espace intermédiaire, celui de l’exercice où s’éveille, par la transposition, la capacité d’invention. Marginale et peu diffusée, la tentative de Bourgoin n’en dialogue pas moins avec certaines réflexions contemporaines sur les pédagogies des arts techniques et permet de questionner la place qu’y tient le livre.

Notes

1 Sur ces enseignements voir notamment d’Enfert R. et Fonteneau V. (dir.), Espaces de l’enseignement techniques : acteurs, savoirs, institutions, xviiie- xxe siècles, Paris, Hermann, 2011 ; d’Enfert R., « « Manuel (travail) » : préparer au métier ou éduquer ? », dans Denis D. et Kahn P. (dir.), L’École républicaine et la question des savoirs. Enquête au cœur du Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, Paris, CNRS Éditions, 2003, p. 197-220 ; Lebeaume J., « Travail manuel, technologie », dans Jacquet-Francillon F., d’Enfert R. et Loeffel L. (dir.), Une histoire de l’école. Anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France xviiie- xxe siècle, Paris, Retz, 2010, p. 359-365.

2 Pour une bibliographie complète sur Jules Bourgoin voir Bideault M., Chauffour S., Thibault E., Volait M., Jules Bourgoin (1838-1908) : l’obsession du trait, Paris, INHA, 2012 (catalogue d’exposition).

3 Bourgoin J., Études architectoniques et graphiques, Paris, Ch. Schmid, 2 tomes, 1899-1901.

4 « Mathématiques, arts d’industrie, architecture, arts d’ornement, beaux-arts. Collection raisonnée d’études et de matériaux, de notes et de croquis pour servir à l’histoire, à la théorie, à la technique des arts, à l’enseignement théorique et pratique dans la famille, dans l’école et dans l’atelier. »

5 Bourgoin J., Théorie de l’ornement, Paris, Lévy, 1873.

6 Bourgoin J., Grammaire élémentaire de l’ornement, Paris, Delagrave, 1880.

7 Le projet de la « graphique » est présenté dès novembre 1891 dans une lettre de Jules Bourgoin au Ministre de l’Instruction publique. (Archives nationales, F17 3249).

8 « Conférences de MM. Bourgoin et Vachon à l’École nationale des arts industriels de Roubaix », Revue des arts décoratifs, no 9, mars 1893, p. 289. Le commentaire est très bref : « avec l’originalité qui lui est particulière, sa science de l’histoire des ornements, M. Bourgoin a développé en deux conférences ses idées, multipliant les démonstrations techniques et les appuyant de dessins au tableau ».

9 Bourgoin J., Lettre à Édouard Aynard, 1904 (Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, 67-1). Édouard Aynard (1837-1913) est l’un des fondateurs du musée des tissus à Lyon. Sur le rôle d’Aynard voir Hellal S., « Lyon et les arts de l’Islam au xixe siècle », dans Labrusse R., Islamophilies : L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Paris, Somogy, Lyon, Musée des beaux-arts de Lyon, 2011, p. 317-357.

10 Les manuscrits et dessins préparatoires aux Études architectoniques et graphiques de Bourgoin sont principalement conservés dans les collections Jacques Doucet de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (archives 67). La médiathèque de Joigny (archives 64) conserve des éléments relatifs à la Grammaire élémentaire de l’ornement. D’autres documents sont conservés au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France et dans les collections de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

11 Bourgoin J., Théorie de l’ornement, op. cit., p. 3.

12 Semper G., Der Stil in der technischen und tektonischen Künsten oder praktische Aesthetik : ein Handbuch für Techniker, Künstler und Kunstfreunde, bd. 1, Textile Kunst, Francfort, Verlag für Kunst und Wissenschaft, 1860 ; bd. 2, Keramik, Tektonik, Stereotomie, Metallotechnik, Munich, F. Bruckmann, 1863.

13 Ibid., p. 266. Le terme de « contre-semplage » est emprunté à Falcot P., Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, Elbeuf, l’Auteur, 2e édition, 1852, vol. 1, p. 355. Bourgoin illustre ce passage par des figures de réseaux empruntées au vol. 2, pl. 40.

14 Bourgoin J., Théorie de l’ornement, op. cit., p. 350-351.

15 Bourgoin J., Grammaire élémentaire de l’ornement, op. cit., « Chapitre VII. Les nœuds et les tresses », p. 112-122.

16 Ibid., « Chapitre VIII. Les figures organiques », p. 123-140.

17 Ibid., p. 112.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 122.

20 Catalogue du Musée oriental. Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie. Exposition de 1869, Paris, Union centrale, 1869.

21 Roland de La Platière J.-M., Encyclopédie méthodique : Manufactures, arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785 ; Alcan M., Essai sur l’industrie des matières textiles, Paris, L. Mathias, 1847.

22 Émy A. R., Traité de l’art de la charpenterie, Paris, Carilian-Goeury, Atlas, vol. 2, 1841, pl. 151 et pl. 152.

23 Ces ouvrages avaient été réédités au xixe siècle : Cocheris H., Recueil de documents graphiques pour servir à l’histoire des arts industriels. Patrons de broderie et de lingerie du xvie siècle… publiés d’après les éditions conservées à la Bibliothèque Mazarine, Paris, Librairie de l’Écho de la Sorbonne, 1872.

24 Falcot P., Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, Elbeuf, l’Auteur, 1844-45, 2e éd. augmentée, Elbeuf, l’Auteur, 1852.

25 Bona T., Traité de tissage, Paris, Eugène Tarlier, 1863.

26 Gand É., « Nouvelles méthodes de construction des satins réguliers, pairs et impairs. Théorie des nombres premiers appliquée aux pointés de ces armures », Bulletin de la Société industrielle d’Amiens, janvier 1867, p. 57-88.

27 Lucas É., Application de l’arithmétique à la construction de l’armure des satins réguliers, Paris, G. Retaux, 1867. Voir Décaillot A.-M., « Géométrie des tissus, mosaïques, échiquiers. Mathématiques curieuses et utiles », Revue d’histoire des mathématiques, no 8, 2002, p. 145-206 et, concernant plus spécifiquement l’intérêt de Bourgoin pour ces travaux mathématiques, voir Boucard J. et Eckes C., « Théorie de l’ordre et syntactique chez Bourgoin », dans Bideault M., Thibault E., Volait M. (dir.), De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908), Paris, Picard, 2015, p. 281-298.

28 Lucas É., Théorie des nombres, t. 1, Paris, Gauthier-Villars, 1891.

29 Bourgoin J., La Graphique, t. 2, Figures d’échiquier, Paris, Delagrave, 1905.

30 Id., Études architectoniques et graphiques, t. 2, « Figures textiles élémentaires », pl. 22-24.

31 Ibid., p. ix.

32 Voir Lebeaume J., op. cit.

33 Martin P., L’année préparatoire de travail manuel, Paris, A. Colin, 1895.

34 Gand É., Archives industrielles, tomes 3 à 5, Cours de tissage en soixante-quinze leçons, Paris, J. Baudry, 1886 (3e édition augmentée). La première édition date de 1864. Voir aussi Enquête sur l’enseignement professionnel ou recueil des dépositions faites en 1863 et 1864 devant la commission de l’enseignement professionnel sous la présidence de son exc. M. Brehic, t. 1, Dépositions, Paris, Librairie impériale, 1864, p. 184 et Chevalier M., Rapport du jury international de l’Exposition universelle de 1867, t. xiii : Groupe x . Objets spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population, Paris, Imprimerie administrative Paul Dupont, p. 637-638.

35 Bourgoin J., Études architectoniques, op. cit., t. 2, p. 196.

36 Ibid., p. 205, commentaires de la pl. 158.

37 Ibid., p. 221, commentaires de la pl. 195.

38 Ibid., p. 207.

39 Ibid., p. 212.

40 Voir note 4.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bourgoin J., Théorie de l’ornement (1873), pl. 10 « Tresses ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Fig. 2. Bourgoin J., Grammaire élémentaire de l’ornement, « Les nœuds et les tresses », p. 121.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende Fig. 3. Bourgoin J., notes de lecture d’après Théodore Bona, Traité de tissage (1863) : raccordements de motifs et armures de satin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 4. Bourgoin J., Études architectoniques et graphiques, t. 2, pl. 147, « Exercices et applications » : interprétations de l’octogone étoilé « sur le mode textile ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Fig. 5. Bourgoin J., Études architectoniques et graphiques, t. 2, pl. 194 et 195 « Applications textiles ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search