Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Troisième partie - Genres et formes des livres techniques

Les livres sur le toisé et l’estimation en France et en Italie (xvie-xixe siècle) : circulations, continuités, ruptures

Books on measuring and estimates in France and in Italy (16th-19th c.): circulations, continuities, disruptions

Michela Barbot et Robert Carvais

Résumé

Dans ce texte, nous voudrions développer une analyse comparée des manuels et des traités publiés en matière de toisés et d’estimation des immeubles urbains entre les xvie et xixe siècles en France et en Italie. Le choix de ces deux pays, caractérisés par une histoire urbaine et institutionnelle très différente, est lié surtout à l’existence de plusieurs formes de circulations, d’analogies et de différences repérables dans les savoirs pratiques et théoriques mobilisés à l’intérieur de cette littérature. Il s’agira ici de mettre en lumière ces aspects à partir de l’analyse d’un corpus de textes écrits sur ces sujets par des juristes, des mathématiciens, des architectes dans une durée très longue. Dans le sillage d’une piste ouverte par Maurice Halbwachs dans sa thèse de droit sur Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1909), l’analyse de cette littérature devra permettre de mieux préciser le rôle des différents experts de la ville dans la fabrication et l’évolution des conventions régissant la formation de la valeur immobilière.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Crosby A., Measure of Reality : Quantification and Western Society, 1250-1600, Cambridge, Cambridge (...)
  • 2 Il est intéressant de noter que, de nos jours, un autre stade de quantification dans la foulée de l (...)

1Galilée a parfaitement perçu dès le xvie siècle que l’Univers ne peut être saisi par l’être humain qu’à travers son langage et son écriture principalement mathématique, voire géométrique. Le « nouveau modèle1 », visuel et quantitatif, par la représentation et le calcul, permit une appréhension solide et durable des choses2. La nécessité des mathématiques pour traduire la valeur des biens est presque évidente. Ce qui posait problème en fait résidait dans les méthodes utilisées pour se conformer à une certaine « réalité », économique pour les uns, juridique pour d’autres, éthique parfois. Cette révolution de la quantification qui s’est progressivement établie depuis le Moyen Âge au prix de découvertes en perspective, en géométrie, en comptabilité et dans d’autres domaines des arts et des techniques a produit un bouleversement des comportements dans tous ces champs. Au fur et à mesure que ces nouveautés furent acquises et assimilées par les pratiques, les mentalités ont trouvé le moyen de s’en emparer et de les exprimer au travers d’une littérature technique spécifique.

  • 3 Guyot J.-N. (dir.), Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique (...)
  • 4 Cette distinction aristotélicienne est essentielle en droit. Voir Dross W., Droit civil. Les choses (...)
  • 5 Guyot J.-N., op. cit., t. 7, p. 89.
  • 6 Crosby A., op. cit., p. 222.

2C’est bien dans le champ économique que la question de l’évaluation des biens s’est posée. Comment effectuer les échanges ? Comment attribuer une valeur à une chose dans sa réalité matérielle, comme au cours de son élaboration ? Comment alors formuler un devis d’un bâtiment privé ou public ? Et ces questionnements d’ordre économique avaient des incidences juridiques3. La prisée ou l’estimation d’une chose est évoquée en matière commerciale, pour des besoins assuranciels, mais aussi en matière civile à l’occasion de transactions de tous ordres, en raison de finalités essentiellement fiscales. Le fait qu’il faille que la valeur imposable soit « sincère » n’empêche pas une disparité entre la valeur d’usage des biens et celle d’échange4. Si cette dernière est constatée par quelques actes, l’expertise n’a pas lieu d’être5. Mais en cas d’expertise comment faire ? Les juristes ont dû renoncer à règlementer les critères de l’évaluation en raison d’un manque de compétence. Les arts permettaient de résoudre cette question de l’estimation d’une chose complexe en la décomposant en éléments mathématiques facilement évaluables. Les nouvelles modalités des techniques autorisaient la différenciation de séquences comptables, harmoniques, figurées qui tendaient à représenter des unités souvent géométriques de base. « Sur le plan pratique, la nouvelle approche consistait simplement à réduire un objet de pensée au minimum requis par sa définition, à le visualiser sur le papier ou dans l’esprit… et à le diviser, concrètement ou en imagination, en un certain nombre d’unités égales. On pouvait alors mesurer, c’est-à-dire compter les unités6 » pour parvenir à évaluer avec la plus grande précision.

  • 7 Ainsi explique-t-il dans son discours liminaire : « À la considérer en général, les détails en sera (...)

3Réduire à la plus simple expression ou figure géométrique de base, telle a été la méthode choisie pour tenter d’évaluer les choses quand elles ne possédaient pas de valeur d’échange connue. Les expressions utilisées pour cette démarche sont parlantes : François II Potain, menuisier entrepreneur des bâtiments du roi, rédige un ouvrage soulignant dans son titre l’importance de la répartition d’un objet en morceaux le composant : Détails des ouvrages de menuiserie pour les bâtiments en 17497.

4Nous avons découvert cela dans le corpus réuni d’ouvrages de toisé et d’estimation entre les xvie et xixe siècles. Ces ouvrages pratiques utilisés par les maîtres d’œuvre lors de la rédaction de marchés et devis, comme par les maîtres d’ouvrages pour éviter les malversations des gens de métiers, dévoilent avant tout les méthodes utilisées par les experts que ceux-ci interviennent à titre amiable à la suite d’une succession, lors d’une transaction ou bien à titre contentieux à la demande d’un magistrat qui cherche à conforter la conviction qui transpirera de sa décision judiciaire. Cependant, nous interrogeant mutuellement sur des corpus nationaux d’ouvrages techniques que nous avions réunis chacun de notre côté et confrontés ensemble, nous avons jugé intéressant d’en proposer une approche comparative au vu des évolutions distinctes et des mécanismes divergents de fonctionnement des approches choisies en France et en Italie sur une même et longue période.

  • 8 Ce constat est partagé par les économistes eux-mêmes, comme le rappelait Guigou J.-L., « Le sol et (...)
  • 9 Nous utilisons ici une expression de Karpik L., L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007
  • 10 Lepetit B., « L’appropriation de l’espace urbain : la formation de la valeur dans la ville moderne (...)
  • 11 Halbwachs M., Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1860-1900), Paris, Rieder, 1909.
  • 12 C’est ce qui est également très bien souligné par Chauvard J.-F., « La formation du prix des maison (...)

5L’étude de l’estimation est un moyen pertinent pour comprendre le mécanisme du marché immobilier et de le maîtriser (équilibrer, économiser, dépenser et spéculer) par le biais de la connaissance de la valeur de l’objet du contrat. En même temps, les logiques de la formation de la valeur immobilière demeurent encore aujourd’hui une sorte d’énigme8, notamment en raison de la « singularité » et de la non-standardisation des bâtiments en tant que marchandises9. Évoquant explicitement cette énigme, l’historien Bernard Lepetit, dans un article paru en 199410, suggérait d’essayer d’avancer dans sa résolution à partir d’une piste de recherche lancée au début du xxe siècle par le sociologue Maurice Halbwachs. Dans sa thèse de droit sur les expropriations et les prix des terrains à Paris à l’époque haussmannienne11, Halbwachs propose un modèle explicatif que l’on peut résumer en ces termes : le prix des immeubles est une valeur d’opinion, arrêtée par des croyances collectives et non par le jeu anonyme et concurrentiel de l’offre et de la demande. Dans ce contexte, l’estimation possède la fonction primordiale de mesurer la valeur théorique des biens, et c’est précisément cette valeur, selon Halbwachs, qui constitue la référence fondamentale dans le processus de définition des prix dans le marché12.

  • 13 Sur l’évolution des frontières de la Lombardie dans la longue durée, voir Antonielli L., Chittolini (...)
  • 14 Sur la domination française en Lombardie, voir Pizzetti S. (dir.), Dallo Stato di Milano alla Lomba (...)
  • 15 Sur l’importance des autonomies locales dans l’histoire longue italienne, voir Varni A. (dir.), Sto (...)

6Dans le sillage de la piste ouverte par Halbwachs, nous nous sommes attachés à explorer la double question de la mesure et de la valeur immobilière à partir d’une étude comparée de la littérature produite sur ces sujets en France et en Italie (et plus en particulier dans la région correspondante à l’actuelle Lombardie, dont la capitale est Milan13). L’intérêt de cette comparaison est lié à la présence de deux trajectoires historiques très différentes, qui se croisent au moment de la domination française en Lombardie entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle14. Cette domination n’efface pas les différences institutionnelles existant entre ces deux territoires – l’un, la France, caractérisé par une centralisation précoce, l’autre, la Lombardie, traversé par plusieurs changements politiques, marqué par une forte tradition d’autonomies locales15 et par une longue absence d’un État-nation, dont la formation date seulement de 1861. Cependant dans le même temps, cette parenthèse politique, terminée formellement en 1815, nous donne aussi l’occasion de questionner les influences ou les formes de circulation que cette dépendance territoriale a pu créer dans la littérature produite en matière de valeurs et de mesures immobilières, et sur les savoirs pratiques et théoriques mobilisés en elle.

  • 16 Cependant, le vocable « traité » ne possède-t-il pas le sens commun étymologiquement d’« examiner, (...)

7Suite à l’analyse et la comparaison de ces deux corpus de livres, la plupart dénommés traités16 ou leçons, et qui s’apparentent davantage à des manuels pratiques vu leur format de poche, nous avons décelé des différences qui se trouvent être structurelles d’une part, et des ressemblances davantage formelles, d’autre part.

Les oppositions structurelles entre les ouvrages français et italiens

La longue et précoce attention au droit dans les ouvrages italiens

  • 17 Sur l’arrière-plan philosophique et théologique de cette réflexion, voir Frigeni R., « Una mosca va (...)
  • 18 Cela à partir du xiiie siècle déjà : sur cet aspect, voir Alfani G., Barbot M. (dir.), Ricchezza, v (...)
  • 19 Sur l’estimation en tant que preuve judiciaire – en particulier pour la Lombardie de l’Ancien Régim (...)

8À la différence de la France où, comme on le verra plus loin, ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle que l’estimation fera l’objet d’une littérature spécialisée, l’Italie va très tôt apporter une réflexion à la fixation de la valeur des biens17, en l’associant d’abord à la question de la fiscalité locale (le mot estimo signifiant dès le xiiie siècle à la fois « estimation » et « cadastre urbain »18). À l’époque médiévale et moderne, l’estimo, ainsi défini, est investi de deux fonctions majeures : déterminer la valeur immobilière afin de la soumettre au prélèvement fiscal, et certifier juridiquement cette valeur en lui conférant une stabilité et une certitude face aux nombreux aléas de la conjoncture19. Ces deux exigences, à leur tour, provoquent la production d’une double littérature estimative, l’une plus théorique et l’autre plus pratique, mais toutes les deux marquées par une claire connotation juridique que l’on peut voir à l’œuvre dans le cas lombard.

  • 20 Festasio N., Tractatus de aestimo, et collectis, Mutina, Paulum Gadaldium et Fratres, 1569.
  • 21 Giussani G. C., Tractatus de precio, et aestimatione secundum ius civile, Mediolani, apud Hieronymu (...)

9Entre le xvie et le début du xviiie siècle, les principales réflexions théoriques qui circulent en Lombardie sur la formation de la valeur immobilière sont proposées par deux juristes. Le premier est le leggista (docteur en droit) Nicolò Festasio, auteur d’un traité sur l’estimation et l’imposition fiscale paru en 156920, tandis que le deuxième est le giureconsulto milanais Giulio Cesare Giussani, qui publie en 1615 et 1620 deux ouvrages dans lesquels l’estimation immobilière est abordée à partir de l’analyse des moyens de prévenir et résoudre les conflits sur les prix dans différents cadres contractuels (une vente, une location, une succession, etc.)21 (fig. 1 et 2).

  • 22 Sur ce collège professionnel, ainsi que sur les activités menées par les architectes-ingénieurs à l (...)
  • 23 Les Nuove Costituzioni constituent la charte constitutionnelle de la Lombardie de 1540 à la fin de (...)

10Parallèlement à ce corpus théorique et relativement abstrait, un deuxième corpus, plus orienté vers la pratique, est rédigé par les architectes-ingénieurs, deux figures à l’époque moderne encore confondues et opérant dans le cadre d’un seul collège professionnel (le Collegio degli Architetti e Ingegneri di Milano22). Le corpus produit par ces professionnels se compose de plusieurs recueils d’expertises (stilati) délivrées entre le xvie et xviiie siècle dans des contextes très variés, tels que des expropriations publiques, des conflits judiciaires ou des simples transactions entre particuliers. Bien que rédigées à partir de cas différents et pour la plupart singuliers, ces expertises immobilières ont une valeur juridique provenant directement de la charte constitutionnelle de la Lombardie (les Nuove Costituzioni), qui les considère comme des sentences légales et des sources de jurisprudence à part entière23.

Fig. 1. Giussani G. C., Tractatus de precio, et aestimatione secundum ius civile, Mediolani, apud Hieronymum Bordonum, 1615.

  • 24 Sur la hiérarchie des professions dans la Lombardie d’Ancien Régime, cf. Brambilla E., « Il sistema (...)
  • 25 Entre le xvie et le xviiie siècle, 35-50 % des membres du Collège milanais sont, en fait, fils ou f (...)

11Par ailleurs, la contigüité entre juristes et experts en bâtiment est liée aussi à la proximité professionnelle et familiale qui caractérise ces deux figures à l’époque moderne : appartenant au groupe des professions dites « civiles » – une sorte d’aristocratie professionnelle à mi-chemin entre l’univers de la noblesse et le monde du commerce24 – ; les activités d’architecte, de juriste (et de notaire) sont très souvent réservées aux différents membres des familles en quête de promotion sociale25.

  • 26 Cette fermeture s’inscrit dans le cadre de la suppression des corporations à la fin de l’Ancien Rég (...)
  • 27 Ces deux professions étaient déjà séparées de celle d’arpenteur depuis la moitié du xviie siècle. L (...)
  • 28 Sur la transformation de l’estimo en discipline scientifique à part entière, voir Brusa G., Metodo (...)
  • 29 Sur les Politecnici, parmi une vaste littérature, voir le récent Ferraresi A., Visioli M. (dir.), F (...)

12La contigüité sociale et familiale entre architectes et juristes ne s’affaiblira que vers la fin de l’Ancien Régime, une période pendant laquelle on assiste à d’autres changements importants, tels que la fermeture du Collège milanais – opérée par le gouvernement français en 179626 –, la séparation formelle des carrières d’architecte et d’ingénieur27 et la transformation de l’estimo en discipline universitaire à part entière28. Suite à ces changements à partir du xixe siècle, en Lombardie mais aussi dans le reste de la péninsule italienne, la plupart des ouvrages sur l’estimation seront désormais rédigés par les ingénieurs issus des écoles polytechniques, et notamment des prestigieux Politecnici de Milan et Turin, qui obtiendront rapidement le monopole de la formation de cette profession29.

Fig. 2. Giussani G. C., Commentarii in Capitulum Nov. Dominii Mediolani Constitut. De Bonis ad Cridas ponendis, Auctore Iulio Caesare Glusiano I. C. Mediolan. Eiusdem inordinata de Datione Insolutum, Mediolani, apud Ioannem Baptistam Bidelium, 1630, et Neapoli, apud Iacobum Gaffarum, 1635 (éd. orig. 1620).

  • 30 Le Code napoléon sera en fait adopté en Lombardie en 1806 : Di Renzo Villata M. G., « La métabolisa (...)
  • 31 Ainsi par exemple dans l’ouvrage de l’ingénieur Cantalupi A., Manuale delle leggi, regolamenti e di (...)
  • 32 Lion A., Manuale di ingegneria legale per tecnici e giuristi, Milan, Hoepli, 1899.

13Néanmoins, la connotation juridique des ouvrages sur l’estimation survivra largement à ces transformations. D’une part, les ingénieurs eux-mêmes seront obligés de confronter et d’adapter leurs méthodes d’évaluation aux nouveaux cadres normatifs imposés par le Code napoléon de 180630 et par le Code civil italien de 186531. Cela donnera lieu à la naissance progressive d’une véritable sous-discipline, nommée estimo legale, et consacrée à l’évaluation des biens en cas d’expropriation, d’usufruit et d’autres cas de transfert ou de partage de la propriété d’un bien. D’autre part, les juristes, bien que d’une façon moins intense qu’auparavant, ne cesseront pas de s’intéresser à la question de l’estimation, comme le montre par exemple le manuel « d’ingénierie légale » de l’avocat Arturo Lion, paru à Milan en 1899, et en grand partie consacré à l’évaluation économique des biens fonciers et immobiliers32.

14Si l’Italie révèle donc une tradition ancienne d’études à caractère juridique sur l’estimation, la France, en revanche, considère que la question est strictement liée à l’exercice des métiers du bâtiment. Les auteurs de ces ouvrages ne sont jamais juristes et lorsque ces livres servent au contrôle du bâti, rappelons que le rapport de l’expert ne lie jamais le juge, ce qui tendrait à faire comprendre pourquoi l’estimation en France est éloignée a priori du droit.

Des toisés aux traités d’évaluation français

15À partir d’un corpus non exhaustif d’ouvrages dont les titres renferment les vocables de « toisé », « mesure », « estimation », « évaluation », « prix » et « tarif », entre le xvie et le xixe siècle, nous pouvons caractériser la constitution de cet ensemble ainsi :

  • d’une part, il existe une distinction frappante entre les ouvrages urbains et ceux ruraux ;

  • d’autre part, en ce qui concerne les ouvrages urbains, une distinction s’impose entre une apparition rapide de la mesure et quelques tentatives d’estimation maladroite avec une théorisation de cette question juste après la Révolution.

  • 33 À la campagne, il semble que tous les arts et toutes sciences (chimie, médecine, architecture) soie (...)
  • 34 Ces ouvrages font l’objet de nombreuses éditions mises à jour et augmentées, puis de nombreux plagi (...)

16Examinons de manière liminaire la différence entre le rural et l’urbain puisque notre recherche portera ici sur les immeubles urbains : la principale richesse de la France d’Ancien Régime réside essentiellement dans sa fortune foncière et avant tout rurale. Cet élément explique la nécessité assez tôt, au xvie siècle, d’apprécier la chose agricole, indispensable à l’économie du pays. Ainsi voit-on surgir une littérature centrée sur la propriété rurale avec d’un côté les traités d’arpentage et de l’autre les traités d’agriculture, à partir d’Olivier de Serre avec son Théâtre de l’Agriculture (1600) qui s’ingénie à faire comprendre l’intérêt pour le « ménager » de savoir mesurer et s’acharne à décrire les modalités et fonctions de valorisation de la terre que sont toutes les activités agricoles. Cette littérature florissante que nous retrouvons également en Italie et qui prend pour titre « La maison rustique » mériterait une étude spécifique tellement elle embrasse de compétences dont celle du toisé33. Il s’en dégage quelques best-sellers34, comme par exemple ceux de Charles Estienne (1504-1564), ou ceux de Louis Ligier (1658-1717), ceux de Louis-Théodore Hérissant (1743-1811) ou encore Les cours élémentaires d’économie rurale ou Encyclopédie d’agriculture pratique dirigée par François Malepeyre (1794-1877) de la Société centrale d’agriculture.

17En ce qui concerne les traités urbains, nous avons remarqué que le corpus pourrait être scindé en trois catégories selon les époques : il convient de rappeler que pour estimer un bien dans le domaine de l’art de bâtir, il est nécessaire de toiser dans un premier temps, c’est-à-dire de décomposer le travail nécessaire en mesures adéquates (permettant le calcul des longueurs, des surfaces ou des volumes de l’élément élaboré) auxquelles, dans un second temps, il convient d’appliquer un tarif à l’unité de mesure. Or cette question du toisé est éminemment et uniquement géométrique, et non juridique, n’en déplaisent aux affirmations d’un toisé selon les us et coutumes de Paris. Pour énoncer les règles d’estimation, là encore il n’est nullement question de droit mais d’économie. Ainsi les seules personnes aptes à résoudre ces questions seront les entrepreneurs, voire leurs experts le cas échéant, qu’ils soient selon les époques gens de métier, architectes mais surtout par la suite les futurs économistes de la construction, toiseurs-vérificateurs.

  • 35 Il s’agit de la date de la première édition d’Arithmétique, arpentage universel, toisé des bastimen (...)
  • 36 On pourrait également citer François Le Gendre (1663), Jean-Baptiste Tarragon (1685), Du Torar (168 (...)
  • 37 On pourrait poursuivre avec Alain Manesson-Mallet (1702), Gilles ou Augustin-Claude Tiercelet (1728 (...)
  • 38 D’après la page de titre de l’ouvrage, il est « conseiller du roy et eslu sur le faict de ses aides (...)
  • 39 Charon A., « Un traité pour les maçons en usage de la fin du xviiie siècle à la première moitié du (...)

18Durant une première époque, du xvie siècle à la première moitié du xviiie siècle, les ouvrages du corpus se concentrent principalement sur la mesure des éléments du bâti et souvent également du terrain via l’arpentage. La question du toisé est au cœur des préoccupations et les auteurs sont essentiellement des professeurs de mathématiques comme Jacques Chauvet (1585), Jean Abraham Launay (1605)35 ou encore Jean Boulenger (ou Bulenger) (1624)36, quelques architectes et ingénieurs comme Jacques Androuet Du Cerceau, (1559), Pierre Bullet (1691) ou Jean-Baptiste Naudin l’aîné (1686)37. Une seule exception à la règle, le juriste Alexandre Guybert38 qui publie en 1580 un Traité familier pour toiser, mesurer & exactement calculler toute maçonnerie… La plupart de ces ouvrages pratiques connaissent un grand nombre de rééditions, voire des rééditions reprises par des suiveurs et mises à jour à des moments éditoriaux importants : par exemple l’ouvrage de Boulenger est réédité par Ozanam au moment de la parution du Bullet qui lui-même connaîtra dix-sept éditions avec des suiveurs jusqu’au xixe siècle39.

  • 40 La Géométrie pratique du Sr Boulenger, lecteur ordinaire du Roy ou Nouvelle méthode pourtoiser & ar (...)
  • 41 Legendre Fr., L’arithmétique en sa perfection…, contenant… un traité de géométrie pratique, appliqu (...)
  • 42 L’Arithmétique du Sr [François] Barreme ou le livre facile pour apprendre l’arithmétique de soi-mêm (...)

19Même dans les ouvrages qui abordent plutôt le toisé mêlé à l’ensemble des mathématiques, les destinataires sont ciblés et indiqués clairement : « tous architectes, ingénieurs, maçons, arpenteurs, jaugeurs & autres géomètres »40 ou l’on se réfère à la pratique de certains milieux « selon l’usage des financiers, gens de pratique, banquiers et marchands »41 ou bien l’ouvrage sert comme outil d’apprentissage ou de réminiscence : « Ouvrage très-nécessaire à toute sorte de personnes, aux unes pour apprendre l’arithmétique, & à ceux qui la scavent, pour aider à rappeller dans leur mémoire quantité de regles qui s’oublient facilement, faute de pratique42. »

  • 43 Boulenger J. ou Bulenger, Géométrie ou Mesure des lignes droites esloignées, par le quarré géométri (...)
  • 44 Goldstein C., « Les fractions décimales : un art d’ingénieur ? », dans Carvais R., Garçon A.-F. et (...)
  • 45 Livre d’architecture de Jacques Androuet du Cerceau, contenant les plans et dessins de cinquante bâ (...)
  • 46 Savot L., L’Architecture françoise des bastimens particuliers, Paris, Sébastien Cramoisy, 1624, cha (...)

20Lorsqu’ils paraissent apporter du neuf, il s’agit surtout des méthodes de calcul43, comme l’usage des fractions décimales44 et non de nouvelles propositions de décomposition géométrique des choses à évaluer. Lorsque les prix sont indiqués, ils ne sont donnés qu’à titre d’exemple indicatif et non de méthode de calcul universel45 ou lorsque Louis Savot pense « qu’il faut savoir à combien pourra revenir à peu près un bâtiment avant que de l’entreprendre, et par quels moyens on le pourra connaître46 », il expose dans les chapitres suivants les prix ordinaires parisiens « pris pour exemple » selon son expression. Il s’agit souvent de réductions en art de méthodes utiles en pratique qu’il faut rendre faciles et commodes à l’usage.

21Lorsqu’Antoine Desgodets devient professeur à l’Académie d’architecture en 1719, il est chargé indirectement par l’institution, mais surtout il ressent lui-même le besoin d’enseigner et de développer de nouveaux champs pratiques : à côté de sujets théoriques classiques comme les ordres et la commodité, il est le premier à enseigner le toisé et les servitudes aux architectes. L’importance de l’enseignement du toisé tient d’abord à ses nombreux usages avant, pendant et après le projet. Dans cette perspective, le cours de Desgodets répond parfaitement aux besoins qui pouvaient être ceux des jeunes architectes de l’époque, en proposant un exposé exclusivement technique et particulièrement précis des méthodes de toisé. Mais il délivre également un savoir spécifique aux futurs architectes qui ont obtenu la possibilité par l’Édit de 1690 de devenir expert à l’instar des maçons qui détenaient cette mission exclusivement depuis le Moyen Âge. Cet enseignement permettra à ces bourgeois architectes qui auront acquis l’office d’expert d’être aussi performants que les experts entrepreneurs.

  • 47 http://www.desgodets.net/toise-t9 [consulté le 27 avril 2015]. Les douze autres manuscrits du cours (...)
  • 48 Ce dernier manuscrit a été acquis récemment par la Bibliothèque du Cnam. Il est consultable sous la (...)

22Pour avoir réalisé en ligne une édition critique de ce cours, nous pouvons affirmer qu’il eut à lui seule une fortune exemplaire et un impact déterminant auprès de suiveurs, eux-mêmes auteurs d’ouvrages de toisés et de tarifs47. Le manuscrit de l’Arsenal (T1) se trouve appartenir au xviiie siècle à Mathias Mésange (1693-1758), lui-même auteur en 1743 d’un Tarif du toisé superficiel et solide puis d’un Tarif du toisé de maçonnerie. Un peu plus tard, François Potain, auteur des Détails des ouvrages de menuiserie pour les bâtiments… avec les tarifs nécessaires pour le calcul de leur toisé, possède le manuscrit T3. Enfin, le manuscrit T6 provient de la nièce de Gaspard de Prony (1755-1839), ingénieur des ponts et chaussées, assistant de Perronet. Le toisé de Nicolas Ginet, arpenteur (1761) prétend s’en inspirer et surtout l’enseignement de toisé de Desgodets à l’Académie sera par ses successeurs – Louis Adam Loriot et Charles-Etienne Louis Camus – repris mots à mots avec seulement quelques additions correctives48.

23Desgodets enseigne un toisé tel qu’il se pratique, mais il sait se faire critique en y soulignant les incongruités, les incertitudes et les difficultés de compréhension des us et coutumes de Paris dès qu’on s’éloigne de la capitale, et s’il exprime le vœu de fixer des règles en la matière, il ne réalise aucunement cette réforme à laquelle il aspire car il l’estime réservée aux autorités royales. Tout l’intérêt de son cours réside dans sa volonté de réformer la méthode pratique usitée. Il ne manque aucune occasion pour souligner les abus et les atténuer, voire signaler les moyens d’y remédier.

  • 49 L’ingénieur françois contenant la géométrie pratique sur le papier et sur le terrain avec le toisé (...)
  • 50 Méthode facile pour arpenter ou mesurer toutes sortes de superficies et pour toiser exactement la m (...)
  • 51 Tarif général du toisé des bois et de la marque, avec une instruction sur le bordage, et des observ (...)
  • 52 Traité du toisé contenant la réduction des ouvrages de maçonnerie en toises quarrées, cubes ou soli (...)

24Si la volonté de traiter de l’estimation des bâtiments est absente du traité de toisé, trente-deux occurrences du vocable « estimation » apparaissent dans son traité des servitudes. C’est une préoccupation issue des textes des coutumes qu’il ne cherche pas a priori à traiter. Cependant à partir de son cours, les suiveurs n’omettent pas de continuer sa démarche vers le traitement de l’évaluation en incluant des tarifs de prix pour le bois dès 1696 par l’ingénieur Jean-Baptiste Naudin49, en 1699 par le professeur Jacques Ozanam50, puis en 1776 par Le Mancel51, mais surtout Mathias Mésange en 1743, François Potain en 1749 et Thomas de Bléville52 en 1758. Lorsque son cours est repris par Loriot, il y inclut des tarifs du bois et du verre. Même Ginet fera paraître un traité et tarif général du bois de charpente avant de s’attaquer à un mauvais plagiat du cours de Desgodets.

  • 53 Les dimensions retenues des éléments étaient comptées augmentées par rapport à la réalité, par exem (...)
  • 54 Guide des architectes, vérificateurs, entrepreneurs et de toutes les personnes qui font bâtir ou Tr (...)
  • 55 Il s’agit de l’application à chaque détail de son prix précis fixé soit en fonction du cours des ma (...)
  • 56 Lejuste L., op. cit., p. viii-ix.

25À la Révolution seulement l’estimation se constituera véritablement en science raisonnée. Avec l’arrivée du système métrique et les fortes personnalités tant de l’architecte Jean Rondelet, qui normalise l’art de bâtir dans son fameux Traité théorique et pratique de l’art de bâtir, que de l’architecte, vérificateur et expert des bâtiments du roi, Joseph Morisot, qui publie ses Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages de bâtiment dès 1804 en plusieurs volumes et réédités en 1820, nous sommes là en présence de la rationalisation du toisé réclamée par Desgodets et souhaitée par de nombreux praticiens, bref une rébellion contre la « routine des us et coutumes ». L’expérience aidant, il s’agit désormais d’établir des principes généraux de cette science de l’appréciation. Il convenait d’abandonner le toisé fictif convenu jusque-là53 et de ne retenir que les véritables mesures. « En un mot – précise le toiseur-vérificateur L. Lejuste – quoique les prix soient souvent susceptibles d’être modifiés en raison des localités, des difficultés et de la perfection du travail et des variations dans le prix des matières premières et des journées d’ouvriers »54, on peut élaborer une méthode générale et simple par la distinction nouvelle et la classification raisonnée des éléments premiers sur lesquels reposent les estimations : le métrage, la décomposition et la mise à prix55. Ces étapes réclamaient une certaine précision du professionnel en faisant cas du marché des matériaux et des fournitures, de celui de la main-d’œuvre, des faux-frais (dépenses qui n’ajoutent aucune valeur matérielle comme achat et entretien d’outils, location d’ateliers, etc.) tout en tenant compte d’une marge de bénéfice : rétribution de l’industrie et des talents de l’entrepreneur, « en même temps qu’une indemnité pour le dédommager des intérêts de ses avances, de ses frais d’écritures, et le payer de ses soins56 ».

  • 57 Manuel d’architecture ou traité de l’art de bâtir, Paris, Éditions Roret, 2 vol., 1832.
  • 58 Pichon, métreur-vérificateur de serrurerie, Série de prix […] pour servir à l’estimation et au règl (...)
  • 59 L’Arithmétique enseignée en vingt-quatre leçons, d’après Bézout et Lacroix, suivie de notions éléme (...)
  • 60 Voir les différentes éditions de l’Architecture pratique de Pierre Bullet, entreprises par Godefroy (...)
  • 61 Voir la communication de Lambert G. dans le présent colloque, « Revue et considérablement augmentée (...)

26Durant la première moitié du xixe siècle, les seuls ouvrages qui aient établi cette science sont ceux de Rondelet, de Morisot et de Claude-Jacques Toussaint57. Les très nombreux autres parus pendant cette période ne sont guère que des tarifs spécifiques (souvent pour le bois) et des séries de prix figés à un instant t58 ou des abrégés d’ouvrages scientifiques antérieurs59, voire des reproductions des auteurs d’Ancien Régime fondés sur l’erreur coutumière60. Ce n’est que dans la seconde moitié du xixe siècle que des ingénieurs reprendront avec succès l’analyse raisonnée de cette « science » comme Joseph Claudel (1815-1880) et L. Laroque, Pratique de l’art de construire, réédité par Georges Dariès en 1910 (7e édition)61.

27Si les différences structurelles des ouvrages de toisé et d’estimation et de leurs auteurs apparaissent importantes entre la France et l’Italie, elles disparaissent sur le plan formel.

Les ressemblances formelles entre les ouvrages français et italiens

28L’évolution formelle des ouvrages tant en Italie qu’en France s’opère vers une plus grande rationalité des méthodes et des calculs pour obtenir la valeur des biens. La finalité de ces ouvrages étant de rendre accessible un savoir pratique, le format de poche (in-8°, in-12, in-18) s’impose, à quelques exceptions près, provenant davantage du prestige de l’auteur.

29Alors que les auteurs cherchent à convaincre à travers la volonté d’apporter des solutions claires et efficaces à l’établissement des devis, aux calculs des valeurs réalisés par les experts, requis sur les plans tant juridique qu’économique, aux mécanismes de l’esprit pour une évaluation passant par des jeux de décompositions géométriques et d’opérations mathématiques, des méthodes spécifiques se développent dans ce sens. Les praticiens dans la résolution de leurs problèmes spécifiques, ayant besoin d’être guidés dans leur démarche, désireront trouver des solutions rapides et efficaces, sans hésiter, réduisant le risque d’erreur au minimum. Par ailleurs, leur langage restera de l’ordre du discours mathématique, chiffré, limitant au maximum l’usage du discours littéral.

Vaincre l’aléa et les marges d’erreur

30Afin de présenter des démarches pratiques et précises plusieurs méthodes sont mises en œuvre par les auteurs : s’ils développent l’usage de croquis explicatifs plutôt que des planches décoratives, ils structurent leur pensée et multiplient les tableaux dont la visualisation rapide et simple évite les erreurs de calcul. Cependant, afin de limiter les fautes dans l’ordonnancement des calculs, ils en présentent des exemples précis correspondant aux mises en situation de chaque étape.

Des croquis plutôt que des planches

  • 62 Bullet P., L’Architecture pratique, Paris, chez Estienne Michallet, 1691, p. 90, 92, 96-97, 106-108 (...)
  • 63 Comparer la disposition des illustrations du toisé des voutes en trompe dans les manuscrits T2 (Col (...)
  • 64 Voir par exemple les exercices de toisé réalisés à l’École nationale des Ponts et Chaussées (École (...)

31L’Architecture pratique de Pierre Bullet présente de petits croquis simples – que d’aucuns qualifieraient de « grossiers » –, cotés, représentant des détails constructifs plutôt que des planches d’architecture proprement dites62. Ces dessins sont davantage appropriés à la compréhension du développement et du commentaire littérale explicatif du calcul arithmétique pour les mesures de surfaces et de volumes. De manière identique, Antoine Desgodets dans son cours académique, s’il utilise des planches, elles seront souvent hors-texte pour les lire avec le texte, mais nombre de copistes du cours éparpillent les croquis au gré de leur lien avec le texte explicatif63 (fig. 3 et 4). Même s’ils doivent être précis et détaillés, les dessins sont guidés par des instructions et des calculs64.

Un ordonnancement clair avec une multiplication des tableaux

  • 65 Desgodets A., Traité du toisé, manuscrit, c. 1724-1728, www.desgodets.net/toise-t9, p. 4 (consulté (...)
  • 66 Lejuste L., op. cit., p. xv.
  • 67 Mesange M., Tarif du toisé superficiel et solide où l’on trouve les calculs tout-faits sans mettre (...)
  • 68 Pour le bois par exemple, Bullet P. op. cit., p. 240-248. Dans une nouvelle édition revue et augmen (...)
  • 69 Par exemple les tableaux synoptiques du travail des manœuvres dans Lejuste L., op. cit., p. 23-44.
  • 70 Morisot J. M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages de bâtiment, Paris, 4 vol., 1804-18 (...)

32Le plan d’un toisé se révèle déterminant. Si Bullet suit le déroulement ordinaire de l’opération de l’intérieur vers l’extérieur de la bâtisse, il opère une distinction critiquable et critiqué par Morisot en opposant les gros ouvrages et les ouvrages légers, Desgodets n’en fera rien préférant diviser son cours en autant de section qu’il existe d’« arts différents dans les bâtiments65 ». L. Lejuste avertit ses lecteurs que le plan adopté dans son Guide de l’évaluation, dont il a pris le plus « grand soin », a été modifié dans un souci de « plus grande clarté66 ». En effet, il préfère une présentation par corps de métiers dans leur ordre logique d’intervention sur le chantier (terrassement, maçonnerie, charpente, couverture, menuiserie, serrurerie, plomberie et zinc, pavage et carrelage, peinture, vitrerie) avec à chaque fois des rubriques traitant des fournitures, de la main-d’œuvre, des faux-frais et de l’évaluations des ouvrages plutôt qu’une exposition théorique commençant par l’analyse des « principes, éléments et bases de l’évaluation » et un découpage des interventions illogiques. L’usage d’« instruction », de mode d’emploi, renforce la rigueur d’utilisation67. À l’intérieur de chaque élément architectural ou matériau utilisé, des tables présentent les réductions à suivre pour le calcul des surfaces et des volumes68, des tableaux synoptiques décomposent les gestes et le travail des ouvriers et les quantifient en unité de temps, une rationalité à la Taylor69 ! (fig. 5) Après le xviiie siècle, en France comme en Italie, on commencera également à trouver dans les ouvrages des tables de prix qui seront régulièrement mis à jour70.

Fig. 3. Planche 8, fig. 25, 26 et 27, extrait du chapitre 14 : toisé des voutes en trompe, d’après Desgodets A., Traité du toisé, Manuscrit, s. d., Columbia, Avery, Ms. AA3101 D451 F.

Fig. 4. Figure xxvi dans Desgodets A., Traité du toisé, Manuscrit, s. d., BnF, Arsenal, Ms. 2530, p. 137.

Fig. 5. Tableau des quantités de travail que peuvent fournir les moteurs animés dans diverses circonstances, d’après Lejuste L., Guide des architectes, vérificateurs, entrepreneurs et de toutes les personnes qui font bâtir ou Traité complet de l’évaluation des ouvrages de construction (Paris, librairie encyclopédique Roret, 1848), p. 36.

L’usage d’exemples variés

  • 71 Ozanam J., Méthode facile pour arpenter ou mesurer, op. cit., à partir de la page 116, tout est tra (...)
  • 72 Morisot J. M., op. cit., 2e édition revues corrigées et augmentée, 4 vol., 1820-1828, vol. 1, p. 28 (...)
  • 73 Ainsi par exemple dans l’ouvrage de Medici F., Della stima dei fondi e delle case, Reggio Emilia, B (...)
  • 74 Monroy J.-F., Traité d’architecture pratique, Paris, 1789, p. 199.

33Il se présente sous plusieurs formes. Dans les ouvrages de mathématiciens, les exemples prennent la configuration et la titulature de « problèmes » avec dans leur résolution des « remarques » ou tout simplement se nomment « exemples71 ». Quand un architecte utilise cette méthode cela devient « détails72 » – dans les ouvrages des auteurs italiens, on parle davantage d’« analyses73 » – avec une structuration plus avancée : exposés, corollaires, opérations, remarques, propositions, proportions (Ginet). La finalité des exemples est avant tout de mettre le lecteur à l’épreuve de découvrir comment procéder grâce aux techniques opératoires les plus modernes. Monroy en suggère par une démonstration qui ne « surcharge pas la mémoire74 ».

34Ces trois moyens, sans doute caractéristiques d’un certain genre de littérature technique, contribuent à une deuxième manifestation importante des ouvrages de toisé et d’estimation : celle de la disparition des lettres au profit des chiffres.

La disparition progressive du texte ou comment « trouver des calculs tout faits sans mettre la main à la plume75 » ?

  • 75 Selon l’expression de Mésange M., op. cit., page de titre.

35La grande diversité des procédés d’information qui se trouvent dans les ouvrages classiques qui contiennent textes et images avec toutes les nuances possibles que nous avons exposés ci-dessus se réduit au fur et à mesure du temps. Et ce n’est pas en raison de la qualité des auteurs. Au début mathématiciens et architectes écrivent. La réduction du texte à l’extrême surprend, laissant place à des modes d’emploi et à une suite de tableaux remplis de chiffres, jusqu’à ne présenter que des modèles vides à remplir (fig. 6).

36Entre les 392 pages de la première édition de l’Architecture pratique de Bullet (1691) qui contient avant tout du texte et quelques planches de dessins et croquis et les près de 600 pages du Tarif du toisé superficiel et solide de Mésange (1743) qui ne renferment que moins d’un sixième de texte et pour le reste des tableaux de chiffres, le contraste est saisissant. Vous pourriez penser que la comparaison est faussée puisque la nature de « tarif » du second impose cette configuration. Cependant, la tendance est peut-être moins spectaculaire mais notable si on compare le toisé déguisé de Bullet avec le Morisot ou le Lejuste qui comptent plus de la moitié de leurs pages sous la forme de tableaux de chiffres.

  • 76 Pegoretti G., Manuale pratico per l’estimazione dei lavori architettonici, Milano, Monti, 1844.

37De tout temps, ces manuels connaissent un réel succès à en juger par leur réédition fréquente, voire la reprise des ouvrages par des suiveurs qui les mettent à jour et les augmentent. C’est le cas, en Italie, de ce qui a l’air d’avoir été un vrai best-seller : le Manuale pratico per l’estimazione dei lavori architettonici de l’ingénieur Giovanni Pegoretti76, publié dans les années 40 du xixe siècle en fascicules dont nous avons trouvé des mises à jours éditées sur plus de dix ans.

  • 77 Mégrot A., Recueils d’éléments des prix de construction, Paris, Librairie Polytechnique, Baudry et (...)
  • 78 Mégrot A., op. cit., page de titre.

38En même temps, les ouvrages qui ne sont pas de bonne qualité ne sont a priori pas réédités comme les toisés de Nicolas Ginet. Aussi serait-il intéressant de connaître le retour des lecteurs sur la qualité de tels ouvrages. Dans une « série de prix », genre d’ouvrage qui s’est développé après la Révolution et qui sont indispensables pour évaluer les travaux, nous avons relevé des échanges épistolaires entre l’auteur du recueil A. Mégrot, conducteur des Ponts et Chaussées et certains de ses lecteurs étrangers77. Luiz Sanchez de la Campa, capitaine du génie espagnol, réclame comme amélioration un dictionnaire des termes français de la construction et surtout, et à défaut de celui-ci, des croquis cotés qui auraient pu suppléer le texte. Si ces derniers sont toujours absents du recueil en 1890, l’auteur donne à la fin de son ouvrage « une table alphabétique et lexicologique (Dictionnaire abrégé de la construction) » d’une quarantaine de pages conformément aux vœux du lecteur réactif susvisé. Pour accentuer son succès parmi les praticiens, l’ouvrage est « honoré d’un rapport favorable et d’une souscription au ministère des Travaux publics78 », ainsi que d’une « appréciation » élogieuse de la société d’Encouragement pour l’Industrie nationale dont le rapport est inséré en tête de l’ouvrage.

Fig. 6. Mathias Mesange, Tarif du toisé superficiel et solide où l’on trouve les calculs tout-faits sans mettre la main à la plume ; la manière de toiser les bâtiments selon les us & coutumes de Paris & le toisé du bout-avant ; avec une méthode facile de trouver le montant du prix de l’ouvrage, Paris, chez Charles-Antoine Jombert, non paginé, 1743.

  • 79 Lebossu, Nouveau manuel complet du toiseur en batimens, Paris, Librairie encyclopédique Roret, 1848 (...)
  • 80 Medici F., op. cit.

39Enfin ces ouvrages de toisé et d’estimation présentent parfois des modèles qui offrent au lecteur « élève » ou praticien novice le cadre de l’exercice de leur mission à remplir79. Des formulaires à compléter peuvent alors être prévus pour faciliter l’apprentissage de l’aspirant expert-estimateur. L’ingénieur Pietro Negri propose un exemple d’estimation d’une maison à trois niveaux en distinguant entre deux méthodes : celle de la valeur intrinsèque et celle de la capitalisation de la rente immobilière (fig. 7). C’est par exemple la voie choisie par l’ingénieur italien Filippo Medici, dont le manuel, paru en 1865, associe systématiquement à chaque formule mathématique une application pratique et un exercice à résoudre80.

Fig. 7. Negri P., Manuale pratico per la stima delle case e degli opificii idraulici, Firenze, Batelli, 1836, p. 15-16.

conclusion

  • 81 Pegoretti G., op. cit., fascicolo 8, p. vi.
  • 82 Claudel J., Manuale di formole, tavole e notizie di uso frequente degli ingegneri, architetti ecc., (...)

40Du côté italien, en plus de ces similitudes formelles, il faut également noter les circulations à la fois d’auteurs et d’ouvrages français qui apparaissent dans les décennies après la domination napoléonienne, et bien au-delà de la Lombardie. Nous ne signalerons ici que deux exemples : la référence explicite à « certains parmi les meilleurs costruttori » (maîtres d’œuvre) tels que « Anselin, Gauthry, Rondelet, Toussaint, Boistard, Morisot » que l’on trouve dans le Manuale Pratico de Giovanni Pegoretti, que nous avons déjà cité81, et la traduction de l’un des manuels de Joseph Claudel par les « professeurs ingénieurs et architectes civils napolitains Alfonso Bonolis et Francesco Mazza », qui l’ont augmenté et adapté à travers « plusieurs notes et réflexions personnelles » en 188282.

41Ces réappropriations transnationales s’ajoutent donc aux autres formes de circulation que notre analyse a pu mettre en évidence, à la fois en terme d’actualisation d’ouvrages plusieurs fois réédités, et en terme de circulations de manuels qui ont servi de sources d’inspiration directe pour d’autres livres, comme dans le cas du cours de Desgodets pour Mésange et de Potain.

42Enfin, notre recherche mériterait sans doute d’être complétée par l’analyse des ouvrages d’économie industrielle, sociale, populaire ou commerciale à travers l’évaluation des affaires comme les fabriques ou les fonds de commerce, témoignant d’un processus de marchandisation dont la chronologie et les modalités restent encore largement à restituer.

Notes

1 Crosby A., Measure of Reality : Quantification and Western Society, 1250-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 [La mesure de la réalité, Paris, Allia, 2003, p. 221. ]

2 Il est intéressant de noter que, de nos jours, un autre stade de quantification dans la foulée de la première étape de la Renaissance voit le jour. Lire le suggestif Supiot A., La Gouvernance par les nombres. Cours au collège de France. 2012-2014, Paris, Fayard, 2015.

3 Guyot J.-N. (dir.), Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, Paris, Visse, 17 vol. in-4 °, [1775-1783] 1784-1785, t. 7, V ° « Estimation ».

4 Cette distinction aristotélicienne est essentielle en droit. Voir Dross W., Droit civil. Les choses, Paris, LGDJ/ Lextenso éditions, 2012, p. 13-71. Elle se retrouve en quelque sorte en droit romain dans le Digeste (50, 16, 13) dans sa préférence, en cas d’expertise, pour le travail plutôt que pour la matière.

5 Guyot J.-N., op. cit., t. 7, p. 89.

6 Crosby A., op. cit., p. 222.

7 Ainsi explique-t-il dans son discours liminaire : « À la considérer en général, les détails en seraient immenses, n’y ayant point de profession qui renferme tant de différentes sortes ; natures, espèces, ou façons d’ouvrages, comme il sera facile d’en juger par cet échantillon, qui ne comprends que l’espèce dite du bâtiment, parce qu’il n’y a que celle-là qui soit susceptible de toisé, & ne contient pas même tous ceux de cette espèce, par leur variété, qui dans chaque nature (par leur plus ou moins de force de bois ou façon) les multiplient presqu’à l’infini. » (Potain N., Détails des ouvrages de menuiserie pour les bâtiments…, Paris, chez Charles-Antoine Jombert, 1949, p. iv).

8 Ce constat est partagé par les économistes eux-mêmes, comme le rappelait Guigou J.-L., « Le sol et l’immeuble : des énigmes pour les économistes », Espace Géographique, no 9, 1980, p. 17-28.

9 Nous utilisons ici une expression de Karpik L., L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.

10 Lepetit B., « L’appropriation de l’espace urbain : la formation de la valeur dans la ville moderne (xvie-xixe siècles) », Histoire, économie et société, no 3, 1994, p. 551-559.

11 Halbwachs M., Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1860-1900), Paris, Rieder, 1909.

12 C’est ce qui est également très bien souligné par Chauvard J.-F., « La formation du prix des maisons dans la Venise du xviiie siècle », Histoire et mesure, no 3-4, 1999, p. 331-368.

13 Sur l’évolution des frontières de la Lombardie dans la longue durée, voir Antonielli L., Chittolini G. (dir.), Storia della Lombardia. 2. Dal Seicento a oggi, Rome-Bari, Laterza, 2003.

14 Sur la domination française en Lombardie, voir Pizzetti S. (dir.), Dallo Stato di Milano alla Lombardia contemporanea, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1980.

15 Sur l’importance des autonomies locales dans l’histoire longue italienne, voir Varni A. (dir.), Storia dell’autonomia in Italia tra Ottocento e Novecento, Bologne, il Mulino, 2001.

16 Cependant, le vocable « traité » ne possède-t-il pas le sens commun étymologiquement d’« examiner, de développer une question, un sujet » sans pour autant que cela soit de manière exhaustive !

17 Sur l’arrière-plan philosophique et théologique de cette réflexion, voir Frigeni R., « Una mosca varrebbe più di tutto l’oro del mondo. Dinamiche semantiche di valor ed aestimatio nella riflessione etico-economica medievale sul giusto prezzo », Dianoia, no 21, 2015, p. 249-271.

18 Cela à partir du xiiie siècle déjà : sur cet aspect, voir Alfani G., Barbot M. (dir.), Ricchezza, valore, proprietà in età preindustriale, 1400-1850, Venise, Marsilio, 2008. Précisons que cette signification fiscale existe en France à la même époque. Cf. Rigaudière A., L’assiette de l’impôt direct à la fin du xive siècle. Le livre d’estimes des Consuls de St. Fleur pour les années 1380-1385, Paris, PUF, 1977.

19 Sur l’estimation en tant que preuve judiciaire – en particulier pour la Lombardie de l’Ancien Régime – cf. Barbot M., « Incertitude ou pluralité ? Les conflits sur les droits fonciers et immobiliers dans la Lombardie d’Ancien Régime », dans Dubouloz J., Ingold A. (dir.), Faire la preuve des droits sur le sol. Une approche sur la longue durée, Rome, École Française de Rome, 2012, p. 275-301.

20 Festasio N., Tractatus de aestimo, et collectis, Mutina, Paulum Gadaldium et Fratres, 1569.

21 Giussani G. C., Tractatus de precio, et aestimatione secundum ius civile, Mediolani, apud Hieronymum Bordonum, 1615 ; id., Tractatus de bonis insolutum dandis, et de bonis ad hastam vendendis, Mediolani, apud Benedictus Sommascum, 1620.

22 Sur ce collège professionnel, ainsi que sur les activités menées par les architectes-ingénieurs à l’époque moderne, voir Barbot M., « The Justness of Aestimatio and the Justice of Transactions : defining Real Estate Values in Early Modern Milan », dans De Munck B., Dries L. (dir.), Concepts of Value in Material Culture, 1500-1900, Farnham, Asghate, 2015, p. 133-150.

23 Les Nuove Costituzioni constituent la charte constitutionnelle de la Lombardie de 1540 à la fin de l’Ancien Régime. Sur la valeur juridique des stilati, voir notamment Bigatti G., Canella M. (dir.), Il Collegio degli Ingegneri e Architetti di Milano. Gli archivi e la storia, Milan, Franco Angeli, 2008. Il est également important de souligner que la plupart des stilati nous sont parvenus grâce à l’initiative du célèbre juriste Gian Domenico Romagnosi qui les a publiés en annexe de son ouvrage Della ragione civile delle acque nella rurale economia, Milano, Perelli e Mariani, 1842-1844.

24 Sur la hiérarchie des professions dans la Lombardie d’Ancien Régime, cf. Brambilla E., « Il sistema letterario di Milano : professioni nobili e professioni borghesi dall’età spagnola alle riforme teresiane », dans Aldo De Maddalena, Rotelli F., Barbarisi G. (dir.), Economia, istituzioni, cultura in Lombardia nell’età di Maria Teresa, Bologne, il Mulino, 1982, p. 79-160.

25 Entre le xvie et le xviiie siècle, 35-50 % des membres du Collège milanais sont, en fait, fils ou frère d’un notaire ou docteur en droit, ce que montre Giardino F., « Gli ingegneri a Milano in età teresiana e giuseppina : strategie familiari, estrazioni sociali, patrimoni », dans Bigatti G., Canella M. (dir.), op. cit., p. 27-82.

26 Cette fermeture s’inscrit dans le cadre de la suppression des corporations à la fin de l’Ancien Régime : Malatesta M., « Il Collegio nel periodo postunitario », dans Bigatti G., Canella M. (dir.), op. cit., p. 95-108.

27 Ces deux professions étaient déjà séparées de celle d’arpenteur depuis la moitié du xviie siècle. Les arpenteurs s’occupaient des mesures des terres, mais ils ne pouvaient pas les estimer. Cette activité était en fait réservée aux architectes-ingénieurs. Voir Barbot M., The justness of aestimatio, op. cit.

28 Sur la transformation de l’estimo en discipline scientifique à part entière, voir Brusa G., Metodo e prassi estimativa dal xvi sec. agli anni ’70 del xx sec., Sant’Arcangelo di Romagna, Maggioli, 2007.

29 Sur les Politecnici, parmi une vaste littérature, voir le récent Ferraresi A., Visioli M. (dir.), Formare alle professioni. Architetti, ingegneri, artisti (secoli xvi-xix), Milan, Franco Angeli, 2012.

30 Le Code napoléon sera en fait adopté en Lombardie en 1806 : Di Renzo Villata M. G., « La métabolisation du droit nouveau en Lombardie entre culture autrichienne et culture française (fin xviiie-début xixe siècle) », Juris Scripta Historica, no 27, 2011, p. 181-205. Sur les influences du droit français sur la codification italienne, Cavanna A., Influenze francesi e continuità di aperture europee nella cultura giuridica dell’Italia dell’Ottocento, Milan, Giuffrè, 2000.

31 Ainsi par exemple dans l’ouvrage de l’ingénieur Cantalupi A., Manuale delle leggi, regolamenti e discipline intorno (…) alla professione dell’ingegnere ed architetto civile, Milan, Monti, 1845, dont le premier chapitre est intitulé « Paragraphes du Code Civil relatifs à l’estimation ».

32 Lion A., Manuale di ingegneria legale per tecnici e giuristi, Milan, Hoepli, 1899.

33 À la campagne, il semble que tous les arts et toutes sciences (chimie, médecine, architecture) soient convoqués. Voir Cuisenier J., La maison rustique : logique sociale et composition architecturale, Paris, PUF, 1991, compte-rendu nourri par Bonnin Ph., « La maison rurale et les structures de l’habiter », Études rurales, 125, 1992, p. 153-166 ; Garric J.-Ph., dossier « De l’art de bâtir aux champs à la ferme modèle », In Situ. Revue du patrimoine, no 21, 2013 ; id., Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles (1789-1950), Bruxelles, Mardaga, 2014. La bibliographie organisée publiée dans le numéro d’In Situ susvisé n’indique aucune étude sur le phénomène éditorial que constitue « La maison rustique » du xvie jusqu’au xixe siècle.

34 Ces ouvrages font l’objet de nombreuses éditions mises à jour et augmentées, puis de nombreux plagiats.

35 Il s’agit de la date de la première édition d’Arithmétique, arpentage universel, toisé des bastimens, géométrie inaccessible, géométrie par la règle et le compas, avec la fabrique et usage des quadrans sollaires, composée par Jean Abraham dit Launay, & professeur ès arts d’arithmétique et de la géométrie, & arpenteur en Anjou, Rouen, chez Théodore Reinsart, 1605. Les dates citées dans le texte indiquent celles de la première édition du toisé. Deux dates indiquent que l’auteur a rédigé deux ouvrages différents sur le toisé.

36 On pourrait également citer François Le Gendre (1663), Jean-Baptiste Tarragon (1685), Du Torar (1688), Pierre de Senne (1690), Sébastien Le Clerc (1690), Le Blanc (1692), François Barrême (1673 et 1698), Jacques Ozanam (1699), L’abbé Deidier (1739), etc.

37 On pourrait poursuivre avec Alain Manesson-Mallet (1702), Gilles ou Augustin-Claude Tiercelet (1728), etc.

38 D’après la page de titre de l’ouvrage, il est « conseiller du roy et eslu sur le faict de ses aides & tailles en l’Eslection d’Orléans ». Il est probable qu’il soit le professeur de droit civil de l’Université d’Orléans repéré au xvie siècle. Voir Ridderikhoff C. M., Jean Pyrrhus d’Anglebermes : rechtswetenschap en humanisme aan de Universiteit van Orléans in het begin van de 16e eeuw., Leyde, 1981 (Rechts-historische studies : 8), p. 110, 183 et 336.

39 Charon A., « Un traité pour les maçons en usage de la fin du xviiie siècle à la première moitié du xixe siècle : l’Architecture pratique de Pierre Bullet », dans Garric J.-P., Nègre V. et Thomine-Berrada A. (dir.), La Construction savante. Les avatars de la littérature technique, Paris, Picard, 2008, p. 55-71 ; Hernu-Bélaud J., « L’Architecture pratique de Pierre Bullet : la traduction impossible et ses variantes intra-linguistiques », dans Carvais R., Nègre V. Cluzel, J. S., Hernu-Bélaut, J. (dir.), Traduire l’architecture, Paris, Picard, 2015, p. 189-198.

40 La Géométrie pratique du Sr Boulenger, lecteur ordinaire du Roy ou Nouvelle méthode pourtoiser & arpenter promptement & facilement toutes sortes de grandeurs sans se servir de fractions, de réductions, ny mêmes d’aucune division, quoy qu’on se serve de la mesure ordinaire & de ses parties, nouvelle édition par Ozanam, Paris, Jean Jombert, 1690, page de titre.

41 Legendre Fr., L’arithmétique en sa perfection…, contenant… un traité de géométrie pratique, appliqué à l’arpentage et au toisé…, Rouen, chez Laurent Dumesnil, (Paris, 1663) 1779, page de titre.

42 L’Arithmétique du Sr [François] Barreme ou le livre facile pour apprendre l’arithmétique de soi-même, & sans maître…, nouvelle édition augmentée de plus de 190 pages, ou règles différentes, de la géométrie, servant au mesurage & à l’arpentage, & du traité d’arithmétique nécessaire à l’arpentage & au toisé, par N. Barreme, Paris, chez Nyon, David, Didot, 1736, page de titre.

43 Boulenger J. ou Bulenger, Géométrie ou Mesure des lignes droites esloignées, par le quarré géométrique… enrichie de plusieurs figures, nouvellement mise en lumière par le sieur Boulenger, Paris, P. Charpentier, 1624, dont le titre devient en 1634 Géométrie pratique ou Nouvelle méthode pour toiser & arpenter promptement et facilement toutes sortes de grandeurs, sans se servir de fractions, de réductions, ni mêmes d’aucune division, quoy qu’on se serve de la mesure ordinaire & de ses parties.

44 Goldstein C., « Les fractions décimales : un art d’ingénieur ? », dans Carvais R., Garçon A.-F. et Grelon A. (dir.), Penser la technique autrement, xvie-xxie siècles. En hommage à l’œuvre d’Hélène Vérin, Paris, Les Classiques Garnier, à paraître.

45 Livre d’architecture de Jacques Androuet du Cerceau, contenant les plans et dessins de cinquante bâtiments […] la manière et forme de toiser la maçonnerie de chacun logis, selon la toise contenant six pieds suivant laquelle, on peut toiser tous édifices, et par là connaître la dépense qu’il convient faire […], Paris, B. Prévost, 1559.

46 Savot L., L’Architecture françoise des bastimens particuliers, Paris, Sébastien Cramoisy, 1624, chapitre xxxvi, p. 249.

47 http://www.desgodets.net/toise-t9 [consulté le 27 avril 2015]. Les douze autres manuscrits du cours de toisé que nous avons retrouvés seront placés en ligne de manière à ce qu’ils puissent être comparés avec la version qui fait l’objet d’une édition critique. Voir également Carvais R. et Hernu J., « Un toisé durable annonciateur de réformes » dans Carvais R. (dir.), Antoine Desgodets, entre théorie et pratique. Les nouveaux savoirs de l’architecte moderne, à paraître.

48 Ce dernier manuscrit a été acquis récemment par la Bibliothèque du Cnam. Il est consultable sous la cote Ms. 204.

49 L’ingénieur françois contenant la géométrie pratique sur le papier et sur le terrain avec le toisé des travaux et des bois […], Paris, chez Estienne Michalet, 1696.

50 Méthode facile pour arpenter ou mesurer toutes sortes de superficies et pour toiser exactement la maçonnerie ; les vuidanges des terres, et tous les autres corps, dont on peut avoir besoin dans la pratique, avec le toisé du bois de charpente selon la coutume de Paris, et un traité de la séparation des terres, Paris, Jean Jombert, 1699.

51 Tarif général du toisé des bois et de la marque, avec une instruction sur le bordage, et des observations pour savoir en quel temps et en quelle saison il faut abattre le bois, Rouen, chez Machuel, 1776.

52 Traité du toisé contenant la réduction des ouvrages de maçonnerie en toises quarrées, cubes ou solides, les us et coutumes de Paris, Un traité du bois quarré réduit au grand cent, Paris, Cl. Hérissant, 1758.

53 Les dimensions retenues des éléments étaient comptées augmentées par rapport à la réalité, par exemple les murs pleins sans déduction des vides faisaient supporter davantage aux maîtres d’ouvrages, près du triple de la valeur réelle du travail effectué.

54 Guide des architectes, vérificateurs, entrepreneurs et de toutes les personnes qui font bâtir ou Traité complet de l’évaluation des ouvrages de construction […], Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1848, p. ii.

55 Il s’agit de l’application à chaque détail de son prix précis fixé soit en fonction du cours des matières premières soit en fonction de l’expérience ainsi que la somme des différents prix.

56 Lejuste L., op. cit., p. viii-ix.

57 Manuel d’architecture ou traité de l’art de bâtir, Paris, Éditions Roret, 2 vol., 1832.

58 Pichon, métreur-vérificateur de serrurerie, Série de prix […] pour servir à l’estimation et au règlement des travaux de serrurerie exécutés pendant l’année 1853 [– 1854, 1856-1857, 1859.]

59 L’Arithmétique enseignée en vingt-quatre leçons, d’après Bézout et Lacroix, suivie de notions élémentaires sur l’arpentage et le toisé selon les traités de Ozanam et d’Audierne…, Paris, Persan, 1825 ; Bransiet M. et Constantin Cl.-L., Abrégé de géométrie pratique appliquée au dessin linéaire, au toisé et au lever des plans, suivi des Principes de l’architecture et de la perspective / sous le pseudonyme collectif de F. P. et L. C…., Paris, l’auteur, 1831.

60 Voir les différentes éditions de l’Architecture pratique de Pierre Bullet, entreprises par Godefroy Alexandre Miché, puis Adolphe-Marie-François Jaÿ ou Morel (1812, 1818, 1825, 1826, 1831 et 1838). Voir Charon A., op. cit. ; Hernu-Bélaud J., op. cit.

61 Voir la communication de Lambert G. dans le présent colloque, « Revue et considérablement augmentée. Économie de la réédition d’un classique : Pratique de l’art de construire de Joseph Claudel et L. Laroque (1850-1910) ».

62 Bullet P., L’Architecture pratique, Paris, chez Estienne Michallet, 1691, p. 90, 92, 96-97, 106-108, 110-112, 115-117, 119-124, 126-127, 129-135, 137-139, 172-173, 178, 180, 182-183, 185, 187-189, 191-192, 196, 211-213, 215-216, 219-220, 232. Nous n’avons retenu que les croquis constructifs.

63 Comparer la disposition des illustrations du toisé des voutes en trompe dans les manuscrits T2 (Columbia, Avery, Ms. AA3101 D451 F), planche 8 et T1 (BnF, Arsenal, Ms. 2530), p. 137.

64 Voir par exemple les exercices de toisé réalisés à l’École nationale des Ponts et Chaussées (École nationale des Ponts et Chaussées, Ms. 233, anonyme).

65 Desgodets A., Traité du toisé, manuscrit, c. 1724-1728, www.desgodets.net/toise-t9, p. 4 (consulté le 19 août 2015).

66 Lejuste L., op. cit., p. xv.

67 Mesange M., Tarif du toisé superficiel et solide où l’on trouve les calculs tout-faits sans mettre la main à la plume ; la manière de toiser les bâtiments selon les us & coutumes de Paris & le toisé du bout-avant ; avec une méthode facile de trouver le montant du prix de l’ouvrage, Paris, chez Charles Antoine Jombert, 1743, non paginé.

68 Pour le bois par exemple, Bullet P. op. cit., p. 240-248. Dans une nouvelle édition revue et augmentée du même ouvrage en date de 1780, l’auteur rajoute une « table inventée pour connoître d’un coup d’œil le produit de tel morceau de bois de 6 pieds de long sur plusieurs grosseurs », entre les pages 368-369.

69 Par exemple les tableaux synoptiques du travail des manœuvres dans Lejuste L., op. cit., p. 23-44.

70 Morisot J. M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages de bâtiment, Paris, 4 vol., 1804-1806 ; pour l’Italie, voir les nombreux tableaux de prix dans Ascona A., Manuale dell’Architetto, dell’Ingegnere e del Capo Mastro, Milan, Schiepatti, 1830.

71 Ozanam J., Méthode facile pour arpenter ou mesurer, op. cit., à partir de la page 116, tout est traité sous forme de « problème ».

72 Morisot J. M., op. cit., 2e édition revues corrigées et augmentée, 4 vol., 1820-1828, vol. 1, p. 281.

73 Ainsi par exemple dans l’ouvrage de Medici F., Della stima dei fondi e delle case, Reggio Emilia, Barbieri, 1865.

74 Monroy J.-F., Traité d’architecture pratique, Paris, 1789, p. 199.

75 Selon l’expression de Mésange M., op. cit., page de titre.

76 Pegoretti G., Manuale pratico per l’estimazione dei lavori architettonici, Milano, Monti, 1844.

77 Mégrot A., Recueils d’éléments des prix de construction, Paris, Librairie Polytechnique, Baudry et Cie, 1889, extrait de la préface de l’édition de 1885, p. xi-xvi.

78 Mégrot A., op. cit., page de titre.

79 Lebossu, Nouveau manuel complet du toiseur en batimens, Paris, Librairie encyclopédique Roret, 1848, p. 181-209.

80 Medici F., op. cit.

81 Pegoretti G., op. cit., fascicolo 8, p. vi.

82 Claudel J., Manuale di formole, tavole e notizie di uso frequente degli ingegneri, architetti ecc., versione italiana con molte note ed aggiunte a cura di Alfonso Bonolis e Francesco Mazza, Naples, Pellerano, 1882, p. 12.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Giussani G. C., Tractatus de precio, et aestimatione secundum ius civile, Mediolani, apud Hieronymum Bordonum, 1615.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 2. Giussani G. C., Commentarii in Capitulum Nov. Dominii Mediolani Constitut. De Bonis ad Cridas ponendis, Auctore Iulio Caesare Glusiano I. C. Mediolan. Eiusdem inordinata de Datione Insolutum, Mediolani, apud Ioannem Baptistam Bidelium, 1630, et Neapoli, apud Iacobum Gaffarum, 1635 (éd. orig. 1620).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 3. Planche 8, fig. 25, 26 et 27, extrait du chapitre 14 : toisé des voutes en trompe, d’après Desgodets A., Traité du toisé, Manuscrit, s. d., Columbia, Avery, Ms. AA3101 D451 F.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Figure xxvi dans Desgodets A., Traité du toisé, Manuscrit, s. d., BnF, Arsenal, Ms. 2530, p. 137.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5. Tableau des quantités de travail que peuvent fournir les moteurs animés dans diverses circonstances, d’après Lejuste L., Guide des architectes, vérificateurs, entrepreneurs et de toutes les personnes qui font bâtir ou Traité complet de l’évaluation des ouvrages de construction (Paris, librairie encyclopédique Roret, 1848), p. 36.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 6. Mathias Mesange, Tarif du toisé superficiel et solide où l’on trouve les calculs tout-faits sans mettre la main à la plume ; la manière de toiser les bâtiments selon les us & coutumes de Paris & le toisé du bout-avant ; avec une méthode facile de trouver le montant du prix de l’ouvrage, Paris, chez Charles-Antoine Jombert, non paginé, 1743.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 7. Negri P., Manuale pratico per la stima delle case e degli opificii idraulici, Firenze, Batelli, 1836, p. 15-16.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search