Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Troisième partie - Genres et formes des livres techniques

Transmettre le savoir-faire : le défi des manuels d’analyse chimique au xixe siècle

Passing down Knowledge: the Challenge of Chemical Analysis Textbooks in the 19th Century

Sacha Tomic

Résumé

Cet article présente un genre littéraire peu connu en histoire des sciences et qui s’épanouit au cours du xixe siècle : le manuel d’analyse chimique. Ce type d’ouvrage situé à l’interface entre livre technique et livre savant a pour ambition de transmettre le savoir et le savoir-faire en analyse chimique. Cette activité fondamentale des chimistes et des experts repose sur des pratiques artisanales et scientifiques spécifiques aux différentes techniques analytiques. Cette étude examine les modalités de transmission de l’analyse chimique à travers la création des « écoles pratiques » dans différentes institutions. Elle propose ensuite une typologie des manuels d’analyse chimique, leur champ d’application et le profil des auteurs. Enfin, cette étude aborde les différentes stratégies narratives adoptées par les auteurs et les éditeurs pour relever le défi de transmission du savoir-faire à l’écrit.

Texte intégral

  • 1 Gaultier de Claubry H.-F., « Éléments de chimie médicale, par M. P. Orfila », Journal de Physique, (...)

« Ce n’est pas dans les livres que l’on apprend l’art de l’Analyse, on ne peut que tracer des règles générales qui guident dans l’utilisation1. »

Introduction

  • 2 Pour une histoire du rôle de l’expérimentation en chimie, voir Holmes F. L., Levere T. H. (dir.), I (...)

1À travers ces quelques mots écrits en 1817, le pharmacien-chimiste et toxicologue français Henri-François Gaultier de Claubry (1792-1878) souligne l’importance cruciale de la pratique dans la formation des chimistes et pose en principe l’impossibilité de décrire toutes les astuces et autres tours de mains du métier d’analyste par une approche livresque. L’analyse chimique repose en effet sur certains gestes clés indispensables à la réussite d’une expérience ou d’un procédé. Le scepticisme de Gaultier de Claubry est cependant loin d’être partagé par tous les analystes. C’est précisément à partir de cette époque qu’apparaissent les premiers ouvrages exclusivement consacrés à l’analyse chimique. Certains auteurs relèvent alors le défi de transmettre leur savoir-faire à l’écrit. La professionnalisation du métier de chimiste et l’essor de l’expertise des produits manufacturés ouvrent un nouveau marché pour ces ouvrages situés à l’interface entre livre technique et livre savant. De la formation des étudiants aux chercheurs et cadres de l’industrie chimique, pharmaceutique et agroalimentaire en passant par les artisans, les techniciens de laboratoire et les experts près les tribunaux, les manuels d’analyse chimique touchent un large public et les éditions se multiplient2.

  • 3 Il n’existe à ce jour qu’une étude sur les manuels de chimie de langue française qui porte sur la p (...)

2Cette communication a pour but de présenter ce genre littéraire pratiquement inconnu de l’historiographie des sciences et des techniques en France sur le long xixe siècle3. Mon exposé est divisé en trois parties. Je présente d’abord brièvement l’histoire de l’analyse chimique et les modalités de sa transmission au cours des xviiie et xixe siècles. J’expose ensuite une typologie des manuels d’analyse chimique en présentant leur champ d’application et le profil des auteurs. Pour finir, j’examine les différentes stratégies narratives adoptées par les auteurs pour transmettre leur savoir-faire à l’écrit.

Les techniques de l’analyse chimique et leur transmission

Évolution des techniques

  • 4 Szabadvary F., History of Analytical Chemistry, Londres, Pergamon Press, 1966.
  • 5 L’usage du chalumeau est codifié dans le De Tubo feruminatorio (1779) du chimiste suédois Torbern O (...)
  • 6 Holmes F. L., « Analysis by Fire and Solvent Extractions : the Metamorphosis of a Tradition », Isis (...)

3À la fois art et science, l’analyse chimique est une pratique aussi vieille que la chimie elle-même4. Elle consiste à identifier (aspect qualitatif), à doser (aspect quantitatif) et à isoler les composés chimiques d’un mélange naturel ou artificiel. Différentes techniques issues à la fois de pratiques artisanales et de pratiques savantes ce sont développées au cours des siècles que les chimistes classent en deux grandes catégories. 1 – La voie sèche, fondée sur le feu, a longtemps été la seule méthode dont disposaient les analystes. La docimasie ou « chimie docimastique » consiste à analyser une roche en vue de son éventuelle exploitation. Le chalumeau est utilisé par les essayeurs depuis l’antiquité pour vérifier la teneur en métaux précieux5. La distillation et son emblématique alambic est pratiquée depuis au moins l’Antiquité par les anciens chimistes ou alchimistes, les apothicaires et les médecins. Cette technique joue un rôle économique fondamental car elle permet de préparer toutes sortes de produits chimiques « utiles » provenant des trois règnes de la nature (médicaments, parfums, colorants, liqueurs, alcools, etc.). La distillation est également pratiquée par les savants pour sonder la matière. Les premiers chimistes de l’académie des Sciences vont l’appliquer à des milliers de plantes pour en isoler les « principes actifs ». Ils vont progressivement s’apercevoir des limites de cette technique car elle conduit aux mêmes « créatures du feu » ou produits de dégradation, quelle que soit la nature de l’échantillon analysé (remède ou poison). 2 – À partir du xviiie siècle, un « nouvel ordre d’analyse » est privilégié pour isoler les parties « utiles » des végétaux. Les chimistes de l’académie des Sciences dont la plupart sont des apothicaires-chimistes, s’inspirent de leurs pratiques ancestrales (macération, infusion, décoction) et développent la voie humide fondée sur l’usage de « menstrues » ou solvants (typiquement la trilogie eau, alcool et éther). Cette technique, plus douce que l’ancestrale distillation, permet d’isoler les différents « produits prochains ou immédiats » plus ou moins actifs d’un simple ou partie la plus active d’un végétal (racine, tige, écorce, etc.) ou d’un animal (corne, os, etc.). Elle est rebaptisée « analyse menstruelle » ou « extraction » vers le milieu du xviiie siècle et s’impose devant la distillation en fin de siècle6. L’analyse des eaux minérales, étroitement contrôlée par le pouvoir royal et les médecins, est un autre exemple d’analyse par voie humide qui fait appel à l’usage des « réactifs chimiques » (acides, bases et sels en solution), terme qui apparaît à la fin des années 1780 en se substituant à celui d’« intermèdes ».

  • 7 Elle consiste à décomposer, grâce à un agent oxydant, les principes immédiats en leurs éléments con (...)
  • 8 Tomic S., Aux origines de la chimie organique. Méthodes et pratiques des pharmaciens et des chimist (...)

4À la suite de Lavoisier, les pharmaciens et les chimistes distinguent deux types d’analyses appliquées au « règne organique » (animal et végétal) : l’analyse immédiate qui aboutit aux « principes immédiats » et l’analyse élémentaire qui est une nouvelle méthode par voie sèche fondée sur la combustion7. L’application de ces deux techniques complémentaires à un grand nombre de végétaux et d’animaux, conduit vers 1830 à l’émergence d’une discipline phare du xixe siècle : la chimie organique8. Dès lors, l’ancien découpage en trois règnes hérité de l’histoire naturelle qui organisait jusque-là les ouvrages généraux de chimie (à l’exception notable du Traité élémentaire de Lavoisier) disparaît au profit de la dichotomie chimie organique/chimie minérale (ou inorganique). Deux autres méthodes analytiques viendront compléter la panoplie de l’analyste : l’électrolyse à partir de 1800 et la spectroscopie inventée en 1859.

5L’école française de chimie analytique du xixe siècle est à la fois l’héritière des pratiques artisanales développées dans les ateliers et les officines et de la « nouvelle chimie » centrée sur une définition opératoire de l’élément chimique définit comme dernier terme d’une analyse. Les successeurs de Lavoisier vont promouvoir un apprentissage en deux temps : cours magistraux suivis d’« exercices pratiques ».

Émergence des « écoles pratiques »

  • 9 Voir numéro spécial consacré aux cours de chimie (1750-1830) dans Ambix, vol. 57, no 1, mars 2010.
  • 10 Dans l’ordre chronologique : École Polytechnique & École de médecine (1794), École centrale des art (...)
  • 11 Préface à Étaix L., Cours de travaux pratiques. Manipulations de chimie. Préparations et analyses, (...)
  • 12 Pour des exemples en chimie, voir Geison G. L., Holmes F. L. (dir.), « Research Schools : Historica (...)

6La dimension pratique de la chimie repose pour l’essentiel sur les méthodes de la chimie analytique. La transmission de ce savoir-faire a longtemps reposé sur le mimétisme et la réplication des expériences présentées lors des cours magistraux et des nombreux cours de chimie publics et surtout privés qui se multiplient au siècle des Lumières à Paris comme en province9. Je ne citerai que les cours (souvent spectaculaires) donnés au Muséum d’histoire naturelle par le célèbre apothicaire-chimiste Guillaume-François Rouelle l’aîné (1703-1770) qui a formé pratiquement tout le « ghota » de la République des lettres, Lavoisier en particulier. Son cours commence en exposant les instruments nécessaires aux expériences chimiques. Jusqu’à la Révolution, seuls les apothicaires – rebaptisés pharmaciens après la réforme de leur statut en 1777 – et quelques médecins et notables disposent de laboratoires suffisamment équipés pour permettre à quelques rares élèves de s’exercer à la pratique de l’analyse. La réorganisation et la création de différentes institutions après la Révolution améliorent l’accès des élèves aux nouvelles « écoles pratiques ». L’institutionnalisation progressive de cet enseignement nécessite des moyens que seuls quelques établissements peuvent mettre en place de manière plus ou moins régulière et pour un public sélectionné avant sa généralisation à partir des années 188010. En fin de siècle, les « exercices pratiques » sont jugés indispensables car ils évitent l’écueil d’un excès de formalisme. Tel est l’avis du chargé de cours à la Faculté des sciences Alexandre Joannis (1857-1931) car, « à manier sans cesse des formules, à faire voyager d’un corps à l’autre des éléments ou des radicaux, l’élève se fait, en quelque sorte, une chimie fictive. Au laboratoire, tout est remis au point11. » La méthode pédagogique fondée sur la séquence cours magistraux théoriques-exercices pratiques promue par les « nouveaux chimistes » est érigée en « loi naturelle » par les professeurs du xixe siècle, en France comme à l’étranger. Différentes écoles d’enseignement et de recherches sont ainsi créées dans lesquelles certains savoir-faire sont progressivement codifiés et intégrés en gestes de routine qui deviennent tacites (fig. 1)12.

Fig. 1. Une école d’enseignement et de recherche : le laboratoire de l’École centrale des arts et manufactures. Collection particulière.

7C’est dans ce contexte de mise en place de l’enseignement pratique que l’analyse chimique s’institutionnalise avec la création de différentes chaires et laboratoires d’expertises dont l’activité repose quasi exclusivement sur l’analyse chimique : minéralogie, toxicologie, agronomie, aliments (tableau 1 en annexe).

  • 13 L’industrie pharmaceutique émerge dans les années 1820 autour de la production de principes actifs (...)
  • 14 Bertomeu-Sanchez J. R., Nieto-Galan A. (dir.), Chemistry, Medicine, and Crime : Mateu J. B. Orfila (...)
  • 15 Letté M., Le Roux T. (dir.), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit, xviiie(...)

8Le territoire de l’analyse chimique déborde largement le cercle académique. Toute la chaîne de production mise en place par les « manufacturiers-chimistes » et le contrôle qualité des produits est assuré par des procédés analytiques13. Les experts-chimistes appelés par les tribunaux pour des affaires d’empoisonnements ou pour des cas de fraudes commerciales (sur les engrais, les médicaments ou les aliments), s’appuient également sur les méthodes de la chimie analytique14. L’expertise est au cœur de l’établissement des normes et de la régulation des « nuisances » de la société industrielle15. Les municipalités et l’État créent de nombreux laboratoires officiels, véritables usines à analyses, qui prospèrent à la Belle Époque. C’est le cas des laboratoires des ministères des Finances et de l’Agriculture pour l’examen de toutes sortes de marchandises (alcool et sucres en particulier), du laboratoire municipal de Paris pour lutter contre les fraudes alimentaires (vins et lait en particulier) et du laboratoire de Toxicologie pour élucider les affaires d’empoisonnements criminels ou accidentels. Certains laboratoires accueillent des stagiaires et plusieurs membres donnent également des conférences sur place ou à la Faculté des sciences.

  • 16 Avis de l’éditeur publié dans Rose H., Traité pratique d’analyse chimique, Paris, J.-B. Baillière, (...)

9Tous ces acteurs ont produit une littérature abondante directement inspirée soit de leur pratique, soit de leur enseignement. Leurs écrits sous forme de manuels plus ou moins spécialisés constituent de ce fait le reflet de leurs activités liées à la transmission de l’analyse chimique. Ces manuels sont, de l’avis de l’éditeur Jean-Baptiste Baillière (1797-1885), les « vade-mecum du chimiste manipulateur [qui ont] trouvé place dans tous les laboratoires de chimie16 ».

Typologie des manuels d’analyse chimique

Le champ des manuels d’analyse et son évolution

  • 17 Le corpus étudié provient pour l’essentiel des catalogues numériques de diverses institutions (BnF- (...)
  • 18 Les manuels de chimie sont organisés autour de plusieurs dichotomie : voie sèche/voie humide, analy (...)

10Le corpus des manuels d’analyse chimique publié au cours du xixe siècle représente 415 ouvrages écrits par 242 auteurs17. Le champ couvert par ces manuels peut se diviser en 17 domaines que l’on peut regrouper en trois grandes catégories (graphe 1)18. La catégorie « analyse & laboratoire » représente environ le 1/5e de l’effectif et regroupe tous les manuels destinés à décrire les outils du laboratoire et à transmettre certains gestes élémentaires à travers des « manipulations chimiques ». Le reste se partage à égalité entre l’« analyse fondamentale » et l’« analyse appliquée ». La première regroupe toutes les sous branches de l’analyse chimique destinées avant tout à exposer les méthodes générales ; la seconde inclut les principaux domaines d’application de l’analyse chimique (toxicologie, aliments, industrie, agriculture, physiologie, pharmacie et eaux) (graphe 1).

Graphe 1. Champ d’application et catégories des manuels d’analyse chimique.

11L’évolution de la production de manuels par périodes quinquennales fait apparaître trois vagues successives d’amplitude croissante avec trois pics séparés par trois décennies (vers 1830, 1860 et 1890), ponctué par deux creux (vers 1835 et 1870) (fig. 2). La croissance quinquennale est sensiblement linéaire jusqu’au pic de 1890 que l’on peut corréler à la généralisation des « écoles pratiques » à partir des années 1880. L’évolution par catégories montre que la croissance est d’abord portée par les manuels d’analyse fondamentale puis par ceux d’analyse appliquée à partir de 1870.

12C’est durant la première vague que sont publiés les premiers traités français exclusivement consacrés à décrire les outils fondamentaux de l’analyse : les réactifs chimiques. La symbolique « boite à réactifs » figure sur toutes les paillasses des laboratoires comme des amphithéâtres. Ces ouvrages peuvent être considérés comme les prototypes des traités d’analyse qui vont fleurir dans la seconde moitié du xixe siècle. La seconde vague est caractérisée par l’influence de l’école allemande et la publication des premiers traités d’analyse systématique. La troisième vague est marquée par la spécialisation des manuels et la multiplication des ouvrages collectifs.

Fig. 2. Évolution quinquennale de la production de manuels d’analyse chimique.

Profils des auteurs

  • 19 Les titres et professions sont celles des auteurs au moment de la parution des ouvrages.

13Sur les 242 auteurs recensés, 199 sont français (83 %) et 28 sont allemands (12 %), dominant largement les autres auteurs étrangers (anglais, belges, suédois, italiens et hollandais). Cinq générations d’analystes ce sont succédées durant le long xixe siècle (tableau 2). Les profils des auteurs français sont aussi divers que le champ couvert par les manuels : qu’ils soient civils et militaires, ce sont des pharmaciens, des chimistes, des ingénieurs, des médecins et des régisseurs et commissaires aux Poudres et Salpêtres.19 La plupart sont également professeurs, préparateurs ou chefs et directeurs de laboratoires privés ou publics, experts près les tribunaux, toxicologues ou industriels. Si Paris occupe le devant de la scène, plusieurs analystes opèrent en province dans des villes comme Montpellier, Strasbourg, Nancy, Lille, Lyon, Bordeaux, Rouen, Reims et Saint-Nazaire.

14Certains auteurs se distinguent par le nombre de rééditions de leurs manuels (tableau 3). En retranchant ces rééditions aux 415 ouvrages de notre corpus, cela représente 253 ouvrages originaux dont plus des trois quarts n’ont été édités qu’une seule fois sur la période étudiée. 24 manuels (10 %) ont connus deux éditions et à peu près le même nombre ont été édités au moins trois fois dont le remarquable « best-seller » de l’allemand Carl Regimius Fresenius (1818-1897), le Traité d’analyse qualitative avec 11 éditions et celui consacré à l’analyse quantitative avec 8 éditions.

15Les manuels étrangers sont traduits par une trentaine de personnes dont certains s’associent à des spécialistes pour annoter les ouvrages et proposer des éditions originales (tableau 4). Tous les traducteurs se concentrent sur un, éventuellement deux auteurs, à l’exception notable de Léopold Gautier (1838- ?), docteur en médecine et professeur de sciences physiques au collège de Melle (Deux-Sèvres), qui, avec 40 ans d’activité éditoriale, multiplie les titres et traduit une dizaine d’ouvrages d’auteurs différents !

16La plupart des auteurs assurent la reproductibilité et la vérification des expériences, garantissant ainsi le contenu de leurs ouvrages. Quelles stratégies narratives utilisent-ils pour transmettre leur savoir-faire ?

Les stratégies narratives

  • 20 Bensaude-Vincent B., Bertomeu Sánchez J. R., García Belmar A. (dir.), op. cit. Pour une étude des m (...)

17La question d’une (im)possibilité de transmission de la dimension expérimentale d’une science par les seuls moyens oraux et écrits est largement débattue au xixe siècle. Deux catégories s’affrontent : ceux qui penchent pour une éducation exclusivement fondée sur le mimétisme et ceux qui sont partisans d’une complémentarité des approches livresques et orales. La mise en récit des expériences s’inscrit dans l’étude des technologies littéraires qui visent à convaincre le lecteur et à établir des « faits scientifiques ». Les historiens ont identifié deux types de récit chez les auteurs de manuels de chimie du xixe siècle20. Le style « récit argumentatif » dont le rôle est moins de prouver que de persuader le lecteur, à lui faire admettre le bien-fondé des expériences ; et le style « récit recette » qui vise à établir un « langage action » orienté vers la pratique et la reproduction des expériences. La rhétorique des manuels d’analyse chimique appartient à ce deuxième style qui est caractérisé par deux types de modalités de transmission livresque du savoir-faire : le culte du « détail » et les représentations visuelles.

Le culte du détail

  • 21 C’est en s’appuyant sur les « highly detailed description of the process », que des historiens ont (...)

18Pour assumer le statut empirique de leur discipline, les analystes se démarquent des chimistes théoriciens en multipliant les descriptions opératoires. L’analyse chimique est une science des détails. Ce mot revient souvent (pour ne pas dire toujours) sous la plume des analystes21. L’importance de la place occupée par ces détails est parfaitement illustrée par le volumineux manuel de Manipulations chimiques (847 pages) du professeur au lycée Charlemagne Achille-Ernest Mermet (1849-1919) qui consacre environ 80 pages par séances de quatre heures ! Pour Mermet, la différence fondamentale entre un traité élémentaire de chimie théorique et un ouvrage pratique réside essentiellement dans l’abondance des détails, garants de la réussite de l’expérience et de la sécurité du manipulateur :

  • 22 Mermet A., Manipulations chimiques, Paris, Paul Dupond, 1899, p. xi, nous soulignons.

Écrire un traité de ce genre sous une forme didactique est déjà une difficulté ; mais, conserver le laconisme qui est une condition de clarté dans le livre de chimie théorique, serait un inconvénient. Pour être complet, un traité de manipulations doit contenir des renseignements très détaillés, permettant aux élèves de vérifier sans danger l’exactitude des assertions de l’auteur22.

  • 23 De Walque F., Manuel de manipulations chimiques, Louvain, D. Aug. Peeters-Ruelens, 1884, p. vi, nou (...)

19Le simple oubli de sécher un tube à essais ou le moment d’arrêt d’une opération peuvent faire échouer l’expérience, voire la rendre dangereuse. L’ingénieur et professeur ordinaire à l’université catholique de Louvain François de Walque (1833-1929) justifie la publication d’ouvrages pratiques car « les traités de chimie générale deviennent de plus en plus sobres de détails opératoires, ou même les excluent parfois complètement »23.

Fig. 3. La double narration (Chesneau G., Principes théoriques et pratiques d’analyses minérale, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1912).

  • 24 Chesneau G., Principes théoriques et pratiques d’analyses minérale, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 19 (...)

20D’autres auteurs suggèrent de ne pas dissocier les aspects théoriques et pratiques des manuels et proposent deux niveaux de lecture. Au début du xixe siècle, le livre modèle du professeur au Collège de France, Louis-Jacques Thenard (1777-1857), décrit les expériences dans le texte principal et relègue en notes de bas de pages les détails expérimentaux. Cette stratégie narrative ne satisfait pas tous les auteurs de manuels d’analyse chimique. Au début du xxe siècle, l’ingénieur des Mines Gabriel Chesnau (1859-1937) constate que si l’« on ne trouve pas dans les traités de Chimie les notions spéciales [c’est parce qu’elles] sont formées de détails qui seraient fastidieux, venant couper à chaque instant l’exposé des faits fondamentaux et des théories qui s’y rapportent »24. Il préconise l’usage de petits caractères pour la partie descriptive des modes opératoires et des caractères plus gros réservés aux développements théoriques (fig. 3).

Les représentations visuelles

  • 25 Étaix L., op. cit., p. vi.

21L’usage de représentations visuelles est un complément indispensable à la rhétorique de l’expérience. La vision directe des expériences est à coup sûr le meilleur moyen pour initier les élèves à la pratique. Dans les manuels, la « connaissance des instruments […], la description détaillée est rendue plus claire par des figures » souligne le chef des travaux chimiques à la Faculté des sciences Louis Étaix (1864-?)25.

22Les manuels d’analyse chimique poursuivent la tradition des planches lithographiées placées en fin d’ouvrage. La plupart des ouvrages généraux de chimie contiennent une partie consacrée à la description du laboratoire et des instruments. C’est le cas du Traité élémentaire de chimie (3 éd. ; 1789-1805) de Lavoisier dont le deuxième tome est entièrement consacré à la « description des appareils & des opérations manuelles de la chimie » suivi de planches dessinées par Mme Lavoisier ou du traité de Thenard. La publication des planches en fin d’ouvrages ou dans des atlas séparés se poursuit jusqu’en fin de siècle. Le caractère artisanal de la chimie est rappelé à travers la représentation des opérations les plus élémentaires comme le pliage d’un papier filtre ou le travail du verre (fig. 4).

Fig. 4. Pliage d’un papier filtre (Étaix L., Manipulations de chimie, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1897) et travail du verre (De Walque Fr., Manuel de manipulations chimiques, Louvain, Peeters-Ruelens, 1884).

  • 26 Préface d’Armand Gautier dans De Thierry M., Atlas de manipulations de chimie, Paris, Paul Rousseau (...)

23La publication d’atlas spécialement destinés aux débutants est particulièrement soignée. Maurice de Thierry, préparateur de manipulations chimiques à la Faculté de médecine, propose des figures qui, selon le professeur agrégé Armand Gautier (1837-1920), « permettent, même aux étudiants qui commencent, de répéter avec fruit l’expérience qu’ils désirent tenter eux-mêmes en toute sécurité26 ».

24L’évolution des techniques d’imprimerie permet d’intégrer les planches au texte à partir de la fin des années 1830 ce qui facilite la lecture d’un dispositif expérimental et sa description. Le nombre de « gravures dans le texte » pour le Traité d’analyse quantitative de Fresenius passe de 77 à 430 gravures entre la première édition (1847) et la 8e édition (1909). La vision d’une gravure est particulièrement efficace pour indiquer la méthode de lecture des graduations de la burette, instrument fondamental de la méthode volumétrique inventé par le pharmacien allemand Carl Friedrich Mohr (1806-1879) (fig. 5).

25Les techniques de la photographie accentuent cette tendance à multiplier des représentations de plus en plus réalistes. Les 283 figures du manuel de Mermet alternent les opérations élémentaires et les expériences plus spectaculaires en mettant en scène un expérimentateur parfois entièrement visible. Selon Mermet :

  • 27 Mermet A., op. cit., p. xiv.

L’intelligence du texte est facilitée par des figures qui sont toutes d’une exactitude rigoureuse, puisque les appareils ont été dessinés ou photographiés au laboratoire au moment où ils fonctionnaient. Il en a été de même pour les opérations dont le succès exige une bonne position des mains. Ces photographies, reportées sur bois et gravées ensuite, représentent donc très fidèlement la disposition des appareils et la manière d’exécuter certaines opérations générales27.

  • 28 Will H., Guide de l’analyse chimique et tableau d’analyse qualitative, Paris, Labé, 1859, préface à (...)

26Ces illustrations accompagnent les nombreux tableaux omniprésents dans les cours depuis le xviiie siècle. C’est le cas de la célèbre table des affinités du médecin chimiste Étienne-François Geoffroy (1672-1731) publiée dans l’Encyclopédie et accompagnée de la planche d’un laboratoire typique ou bien des nombreux tableaux du Traité élémentaire de chimie de Lavoisier. Cette tradition se poursuit et s’amplifie au xixe siècle. Pour le pharmacien Jean Risler, traducteur du Guide de l’analyse chimique et Tableaux d’analyse qualitative (2 éd. ; 1857-1858) du professeur de chimie expérimentale à l’Université de Giessen Heinrich Will (1812-1890), la présence des tableaux est « la clef à l’aide de laquelle les jeunes gens arrivent aisément à se mettre au courant de la marche analytique » et à « graver dans la mémoire » les nombreuses réactions caractéristiques28. Ces tableaux sont toutefois complexes et ceux de Fresenius, moins chargés, sont plus faciles à lire, ce qui n’est pas étranger au succès du manuel.

Fig. 5. Lecture du niveau d’une burette graduée (Mohr F., Traité d’analyse chimique à l’aide des liqueurs titrées, Paris, F. Savy, 1858).

  • 29 Les différents spectres colorés sont spécifiques aux éléments chimiques ou à certains composés du c (...)
  • 30 Technique inventée en 1836 par le lithographe français Godefroy Engelmann (1788-1839).
  • 31 La méthode analytique repose sur l’emploi de réactifs généraux qui permettent de diviser les corps (...)

27L’appréciation et la transcription des couleurs sont fondamentales aussi bien pour les analyses effectuées par la voie humide (précipités) que par la voie sèche (couleur de flamme du chalumeau) ou pour l’analyse spectroscopique29 (fig. 6). Cette démarche pédagogique innovante utilise la traditionnelle peinture à la main et les dernières techniques de l’imprimerie comme la chromolithographie30. Le professeur à l’École vétérinaire d’Alfort Jean-Louis Lassaigne (1800-1859) présente les différents résultats par des schémas réalistes sous formes de tableaux « chrômascopiques » (en « couleurs véritables »). Le professeur à la Faculté des sciences de Montpellier Gustave Chancel (1822-1890) présente de manière analogue (dans des tubes à essais) les différents résultats des « groupes analytiques » (fig. 6)31.

Fig. 6. Tableau « chrômascopique » (Lassaigne J.-L., Abrégé élémentaire de chimie, Paris, Béchet jeune, 1829) et spectres colorés (Fresenius C. R., Traité d’analyse chimique qualitative, Paris, F. Savy, 1866).

Conclusion

28Au final, les deux modalités du « récit recette » apparaissent comme complémentaires dans la transmission livresque du savoir-faire en chimie. Le « langage du détail » possède un caractère directif (suivre les consignes « pas à pas ») et normatif (par l’application de méthodes systématiques de recherches des substances guidée par les théories du moment). Les représentations visuelles sont illustratives et explicatives et donnent à voir « d’un coup d’œil » une multitude de détails et de données difficiles à exprimer à l’écrit comme les nuances de couleurs ou certains gestes techniques.

29Ces manuels ne remplacent pas pour autant les exercices de laboratoire. Ce sont avant tout des ouvrages de préparation aux séances d’exercices pratiques dont les professeurs s’accordent pour reconnaître l’efficacité pédagogique constatée sur le terrain. Les analystes du xixe siècle ont donc réussi à relever le défi de transmettre la partie élémentaire de leur savoir-faire grâce à leurs manuels.

  • 32 C’est par exemple le cas du Traité d’analyse qualitative de Fresenius dont la 12e édition paraît en (...)

30Cette première génération de manuels d’analyse chimique a cependant des limites. Leurs aspects normatif et statique présentent des savoirs et des savoir-faire figés, ce qui explique leurs multiples mises à jours et éditions successives, avec souvent des notes de traducteurs et des refontes plus ou moins importantes. Au tournant du xxe siècle, cette approche empirique est critiquée par différents chimistes comme l’allemand Wilhelm Ostwald (1853-1932) ou le français Georges Urbain (1872-1938). Ces adeptes de la chimie physique émergente et des nouvelles théories de la réaction chimique (équilibres et ions en solution en particulier) plaident pour un renforcement de la formalisation et pour l’abandon des manuels d’analyses traditionnels vecteurs de routine. Comparés aux volumineux traités de Fresenius, ces nouveaux manuels sont nettement plus concis comme les Principes scientifiques de la chimie analytique d’Ostwald qui se réduisent à environ 200 pages (contre plus de mille pour celui de Fresenius) d’exposition des théories et à une petite dizaine de pages consacrées aux expériences de cours illustrées par une poignée de figures sommaires ! Ces nouveaux types de manuels d’analyse chimique théorique n’éliminent pas complètement les manuels classiques dont l’édition se poursuivra dans l’entre-deux guerres32.

Annexes

Tableau 1 – Les premiers titulaires des chaires parisiennes de chimie analytique, de toxicologie et les administrations où l’analyse chimique est fondamentale

Tableau 1 – Les premiers titulaires des chaires parisiennes de chimie analytique, de toxicologie et les administrations où l’analyse chimique est fondamentale

Tableau 2 – Les auteurs français des manuels d’analyse chimique

Tableau 2 – Les auteurs français des manuels d’analyse chimique

Tableau 3 – Les manuels d’analyse chimique les plus édités au xixe siècle

Éditions

Manuels (par ordre chronologique d’éditions)

11

1 – Fresenius Traité d’analyse chimique qualitative

8

1 – Orfila Éléments de chimie
2 – Fresenius Traité d’analyse chimique quantitative

7

1 – Gaultier de Claubry puis Bouis Manuel complet de médecine légale, contenant un Traité élémentaire de chimie légale
2 – Chevallier Dictionnaire des altérations et falsifications des substances alimentaires médicamenteuses et commerciales avec l’indication des moyens de les reconnaître

6

1 – Descroizilles Notices sur l’alcali-mètre, et autres tubes chimico-métriques
2 – Thenard – Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique, suivi d’un essai sur la philosophie chimique et d’un précis sur l’analyse
3 – Ducoin-Girardin Entretiens sur la chimie et ses applications les plus curieuses suivis de Notions de manipulation et d’analyse chimiques

5

1 – Orfila Traité de toxicologie
2 – Delefosse La Pratique de l’analyse des urines et de la bactériologie urinaire
3 – Bastide Vins sophistiqués. Procédés simples pour reconnaître les sophistications les plus usuelles et surtout la coloration artificielle
4 – Pisani Traité pratique d’analyse chimique qualitative et quantitative à l’usage des laboratoires de chimie
5 – de Walque Manuel de manipulations chimiques ou de chimie opératoire

4

1 – Orfila Secours à donner aux personnes empoisonnées et asphyxiées ; suivis des moyens propres à reconnaître les poisons et les vins frelatés, et à distinguer la mort réelle de la mort apparente
2 – Chevallier & Payen Traité élémentaire des réactifs
3 – Lassaigne Abrégé élémentaire de chimie
4 – Payen Des substances alimentaires et des moyens de les améliorer, de les conserver et d’en reconnaître les altérations
5 – Dufour Petit dictionnaire des falsifications avec l’indication de moyens faciles pour les reconnaître
6 – Gautier Armand Sophistication et analyse des vins
7 – Salleron & Dujardin Notice sur les instruments de précision appliqués à l’œnologie
8 – Denigès Précis de chimie analytique
9 – Blouet Nouvelles manipulations de chimie

3

1 – Vauquelin Manuel de l’essayeur
2 – Rose Traité pratique d’analyse chimique
3 – Robin Chimie médicale raisonnée, d’après une nouvelle méthode… suivie d’un Traité sur la toxicologie
4 – Violette Nouvelles manipulations chimiques simplifiées ou Laboratoire économique de l’étudiant
5 – Gerhardt & Chancel Précis d’analyse chimique qualitative
6 – Gerhardt & Chancel Précis d’analyse chimique quantitative
7 – Mohr Traité d’analyse chimique à l’aide des liqueurs titrées
8 – Grandeau Traité d’analyse des matières agricoles
9 – Chapuis Précis de toxicologie
10 – Mermet Manipulations chimiques – Métalloïdes
11 – Joly Cours élémentaire de chimie et de manipulations chimiques
12 – Liotard Manuel pratique et simplifié d’analyse des urines et autres sécrétions organiques
13 – Gérard Traité des urines, l’analyse des urines considérée comme un des éléments de diagnostic

2

24 manuels

1

202 manuels

Tableau 4 – Les traducteurs des manuels d’analyse chimique (par ordre chronologique des publications)

Traducteur

Auteur étranger (date d’édition)

Mongez Jean André (1750-1788), minéralogiste

Bergman (1792)

Bouillon-Lagrange Edme-Jean-Baptiste (1764-1844), professeur de chimie à l’École de pharmacie
Vogel Henri-Auguste (1778-1867), préparateur des cours à l’École de pharmacie

Remer (1816)

Riffault des Hêtres Jean René Denis (v. 1754–1826), ex-régisseur général des poudres et salpêtres

Accum (1819)

Fresnel Fulgence (1795-1855), diplomate et orientaliste

Berzelius (1821)

Coulier Philippe-Jacques (18.. -1867), géographe et marin

Millar (1822)

Maiseau Raymond-Balthazard (1782-1843), chef du bureau à la Préfecture de police, rédacteur du Journal du commerce (1822)

Faraday (1827)

Jourdan Antoine Jacques Louis (1788-1848), membre de l’ARM

Rose (1832, 1843)
Liebig (1838)

Schmersahl Auguste

Liebig (1838)

Gerhardt Charles (1816-1856), professeur de chimie à la Faculté des sciences de Montpellier

Liebig (1841, 1844)

Sacc Frédéric (1819-1890), professeur de chimie à l’Académie de Neufchâtel

Fresenius (1845, 1847, 1850)

Bichon G. W., chimiste, élève de Liebig

Fresenius, Will (1845)
Will (1847)

Malepeyre François (1794-1877), éditeur

Liebig, Wöhler, Will (1855)

Risler Jean, pharmacien

Will (1856, 1858)

Schneider Th., licencié ès sciences physiques

Bunsen (1858)

Delondre Augustin-Ambroise (1823-1879), pharmacien

Rose (1859, 1862)

O’Rorke Charles-Louis (1824-1880), médecin

Bird (1861)

Grandeau Louis (1834-1911), préparateur à l’ENS (H. Deville) et au CF (C. Bernard), professeur de chimie industrielle à l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers de la ville de Paris
Troost Louis (1825-1911), professeur au lycée Bonaparte (Condorcet)

Wöhler (1865)

Forthomme Camille (1821-1884), professeur de chimie à la Faculté des sciences de Nancy

Fresenius (1866, 1867, 1871, 1873, 1875, 1879, 1885)

Baye Charles (1843-?), chimiste et traducteur-expert

Hampe (1868)

Naquet Alfred (1834-1916)

Odling (1869)

Gautier Léopold (1838-?), professeur de sciences physiques au collège de Melle (Deux-Sèvres)

Bolley (1869) ; Bolley, Kopp (1877)
Städeler Georg, Kolbe Hermann (1873)
de Gorup-Besanez (1875)
Fleischer (1880)
Post (1884) ; Post, Neumann (1907-09)
Fresenius (1885, 1891, 1896, 1897, 1900, 1902, 1903, 1905, 1909)
Classen (1888)
Balling (1891)
Ohlmüller (1898)
Fischer (1902)

Francken Victor (1842-1891), ingénieur civil, chef des travaux au laboratoire spécial de recherches chimiques de l’École des mines de Liège
Le Brun Léon, ingénieur civil

Classen (1873)

Strohl Georges-Émile (1827-1881), pharmacien aide-major de 1ère classe (1861)

Casselmann (1873)

Ritter Eugène (1837-1884), professeur adjoint de chimie médicale et de toxicologie et chef des travaux chimiques à la Faculté de médecine de Nancy

Dragendorff(1875)

Focillon Adolphe (1823-1890), professeur d’histoire naturelle au lycée Louis-le-Grand

Vogl (1876)

Debacq Louis ( ?-1914), Quéry L., pharmaciens

Normandy, Noad (1884)

Schalgdenhauffen Frédéric-Charles (1830-1907), professeur de toxicologie et physique de l’École supérieure de pharmacie de Nancy

Dragendorff(1885)

Blas Charles (1839-1919), professeur de chimie analytique à l’Université de Louvain

Classen (1886)

Hollard Auguste (1869-1943), chef du laboratoire central de la Compagnie française des métaux (1901), chef de travaux et maître de conférence à l’École de physique et de chimie (1933)

Ostwald (1904)

Defoin H., docteur en sciences naturelles, assistant du cours de chimie générale à l’Université de Liège
Winiwarter E. von (1875-1949), docteur en sciences, assistant à l’Université de Liège

Kiliani, Miller (1906)

Chénu G., Pellet Jean Baptiste Henri (1848-1918) chimiste-expert

Post, Neumann (1907-1909)

Goscinny Stanislas (?-1943), ingénieur chimiste

Treadwell (1910)

Jourdain P.-R.

Weston (1911)

Patron P.

Haenle (1911)

Notes

1 Gaultier de Claubry H.-F., « Éléments de chimie médicale, par M. P. Orfila », Journal de Physique, de Chimie et d’Histoire Naturelle, t. 85, octobre 1817, p. 319.

2 Pour une histoire du rôle de l’expérimentation en chimie, voir Holmes F. L., Levere T. H. (dir.), Instruments and Experimentation in the History of Chemistry, Cambridge et Londres, MIT Press, 2000.

3 Il n’existe à ce jour qu’une étude sur les manuels de chimie de langue française qui porte sur la période 1789-1865 et se fonde sur un corpus de 492 manuels tous niveaux (du primaire au supérieur) et toutes éditions confondues, Bensaude-Vincent B., Bertomeu Sánchez J. R., García Belmar A. (dir.), L’émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852), Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2003.

4 Szabadvary F., History of Analytical Chemistry, Londres, Pergamon Press, 1966.

5 L’usage du chalumeau est codifié dans le De Tubo feruminatorio (1779) du chimiste suédois Torbern Olof Bergman (1735-1784). Campbell W. A., “The Use of the Blowpipe”, Proceedings of the University of Newcastle upon Lyne Philosophical Society, vol. 2, 1971-73, p. 17-24. Smeaton indique que le chalumeau est employé en Suède à partir des années 1740, voir Smeaton W. A., « Platinum and Ground Glass : Some Innovations in Chemical Apparatus by Guyton de Morveau and Others », dans Levere T. H. et Holmes F. L. (dir.), Instruments and Experimentation in the History of Chemistry, Cambridge, MIT Press, 2000, p. 214.

6 Holmes F. L., « Analysis by Fire and Solvent Extractions : the Metamorphosis of a Tradition », Isis, vol. 62, 1971, p. 129-148 ; id., Eighteenth-Century Chemistry as an Investigative Enterprise, Berkeley, Office for History of Science and Technology, 1989, p. 61-83.

7 Elle consiste à décomposer, grâce à un agent oxydant, les principes immédiats en leurs éléments constitutifs ultimes (carbone, hydrogène et oxygène) pour les végétaux et les mêmes éléments associés à l’azote pour les matières animales.

8 Tomic S., Aux origines de la chimie organique. Méthodes et pratiques des pharmaciens et des chimistes (1785-1835), Rennes, PUR, 2010.

9 Voir numéro spécial consacré aux cours de chimie (1750-1830) dans Ambix, vol. 57, no 1, mars 2010.

10 Dans l’ordre chronologique : École Polytechnique & École de médecine (1794), École centrale des arts et manufactures (1829), École de pharmacie (1830), École des mines (1845), École normale supérieure (1847), Faculté des sciences (1855), Muséum d’histoire naturelle (1863-1892). Voir Tomic S., « Le cadre matériel des cours de chimie dans l’enseignement supérieur au xixe siècle », Revue d’histoire de l’éducation, avril-juin 2011, no 130, p. 57-83. Les travaux pratiques sont institués dans l’enseignement secondaire spécial par décret du 28 juillet 1882 puis dans l’enseignement secondaire classique par la réforme du 31 mai 1902, Belhoste B., Les sciences dans l’enseignement secondaire français. Textes officiels, tome 1 : 1789-1914, Paris, INRP-Economica, 1995.

11 Préface à Étaix L., Cours de travaux pratiques. Manipulations de chimie. Préparations et analyses, Paris, J. -B. Baillière et fils, 1897, p. v.

12 Pour des exemples en chimie, voir Geison G. L., Holmes F. L. (dir.), « Research Schools : Historical reappraisals », 2e série, no 8, 1993 ; Rocke A. J., The Quiet Revolution : Hermann Kolbe and the Science of Organic Chemistry, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1993.

13 L’industrie pharmaceutique émerge dans les années 1820 autour de la production de principes actifs purs comme les alcaloïdes (morphine, quinine, etc.) tandis que l’industrie chimique lourde qui prospère avec la Révolution débite en grand les produits dont toute la chaîne de transformation a besoin (acides sulfurique, chlorhydrique et nitrique et bases comme la soude et l’ammoniaque).

14 Bertomeu-Sanchez J. R., Nieto-Galan A. (dir.), Chemistry, Medicine, and Crime : Mateu J. B. Orfila (1787-1851) - and His Times, Sagamore Beach, Science History Publications, 2006 ; Chauvaud F., Les experts du crime. La médecine légale en France au xixe siècle, Paris, Aubier, 2000.

15 Letté M., Le Roux T. (dir.), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit, xviiie-xxie siècle, Rennes, PUR, 2013.

16 Avis de l’éditeur publié dans Rose H., Traité pratique d’analyse chimique, Paris, J.-B. Baillière, 1843.

17 Le corpus étudié provient pour l’essentiel des catalogues numériques de diverses institutions (BnF-Gallica, BIUM-Médica, Google books et Internet Archive). J’ai également inclus quelques ouvrages où l’analyse chimique constitue une part non négligeable, généralement sous forme d’un chapitre ou d’une partie de l’ouvrage. En revanche, j’ai exclu les ouvrages où l’analyse chimique n’intervient que ponctuellement et où elle est dispersée dans le corps de l’ouvrage. J’ai également exclu les monographies (analyse d’un produit particulier : vins, urines, poisons, eau, sucres, alcools, etc.) pour deux raisons. D’une part à cause de la difficulté liée à leur recensement (comment intégrer tous les nombreux tirés-à-part des affaires d’empoisonnements et autres notices sur telle ou telle technique ?) ; d’autre part afin d’éviter les redondances car le contenu de certaines monographies est généralement repris ou résumé dans les manuels.

18 Les manuels de chimie sont organisés autour de plusieurs dichotomie : voie sèche/voie humide, analyse minérale/organique, analyse élémentaire/immédiate ; cependant, seule la division en analyse qualitative/quantitative permet de regrouper l’ensemble des pratiques analytiques en un volume cohérent.

19 Les titres et professions sont celles des auteurs au moment de la parution des ouvrages.

20 Bensaude-Vincent B., Bertomeu Sánchez J. R., García Belmar A. (dir.), op. cit. Pour une étude des manuels anglais, voir Dolan B., « The Language of Experiment in Chemical Textbooks. Some Examples from Early Nineteenth-Century Britain », dans Bensaude-Vincent B., Lundgren A. (dir.), Communicative Chemistry. Textbook and Their audiences, 1789-1939, Canton NA, Watson Publishing International, 2000, p. 141-164.

21 C’est en s’appuyant sur les « highly detailed description of the process », que des historiens ont pu retrouver les gestes techniques et reproduire l’appareil et les expériences de Liebig sur l’analyse élémentaire avec une grande précision, voir Usselman Melvin C., Reinhart C., Foulser K., Rocke A. J., « Restaging Liebig : A Study in the Replication of Experiments », Annals of Science, 62, 1, 2005, p. 1-55.

22 Mermet A., Manipulations chimiques, Paris, Paul Dupond, 1899, p. xi, nous soulignons.

23 De Walque F., Manuel de manipulations chimiques, Louvain, D. Aug. Peeters-Ruelens, 1884, p. vi, nous soulignons. De multiples planches accompagnent le discours.

24 Chesneau G., Principes théoriques et pratiques d’analyses minérale, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1912, p. vi.

25 Étaix L., op. cit., p. vi.

26 Préface d’Armand Gautier dans De Thierry M., Atlas de manipulations de chimie, Paris, Paul Rousseau & Cie, 1890.

27 Mermet A., op. cit., p. xiv.

28 Will H., Guide de l’analyse chimique et tableau d’analyse qualitative, Paris, Labé, 1859, préface à la 2e édition par Risler, p. vi.

29 Les différents spectres colorés sont spécifiques aux éléments chimiques ou à certains composés du corps humain plus ou moins altérés par d’autres produits.

30 Technique inventée en 1836 par le lithographe français Godefroy Engelmann (1788-1839).

31 La méthode analytique repose sur l’emploi de réactifs généraux qui permettent de diviser les corps en groupes analytiques. C’est Fresenius qui introduit les groupes analytiques (au nombre de 6 à l’origine) en 1841 ; sa méthode systématique d’analyse qualitative des « oxydes métalliques » (nos cations) se fonde sur un réactif général (sulfure d’hydrogène).

32 C’est par exemple le cas du Traité d’analyse qualitative de Fresenius dont la 12e édition paraît en 1922 et du Précis de chimie analytique de Denigès dont la 4e édition sort en 1920 et la 5e édition en 1930. Dans la 3e édition de 1907, Denigès trouve une solution hybride car il intègre dans des paragraphes additionnels « la théorie de la dissociation électrolytique d’Arrhénius » tout en maintenant « le mode d’exposition classique de l’analyse chimique, difficile encore à faire disparaître des livres d’enseignement et de laboratoire », Précis de chimie analytique, Paris, A. Maloine, 1907, p. 1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Une école d’enseignement et de recherche : le laboratoire de l’École centrale des arts et manufactures. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Graphe 1. Champ d’application et catégories des manuels d’analyse chimique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2. Évolution quinquennale de la production de manuels d’analyse chimique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 3. La double narration (Chesneau G., Principes théoriques et pratiques d’analyses minérale, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1912).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 4. Pliage d’un papier filtre (Étaix L., Manipulations de chimie, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1897) et travail du verre (De Walque Fr., Manuel de manipulations chimiques, Louvain, Peeters-Ruelens, 1884).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5. Lecture du niveau d’une burette graduée (Mohr F., Traité d’analyse chimique à l’aide des liqueurs titrées, Paris, F. Savy, 1858).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 6. Tableau « chrômascopique » (Lassaigne J.-L., Abrégé élémentaire de chimie, Paris, Béchet jeune, 1829) et spectres colorés (Fresenius C. R., Traité d’analyse chimique qualitative, Paris, F. Savy, 1866).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Tableau 1 – Les premiers titulaires des chaires parisiennes de chimie analytique, de toxicologie et les administrations où l’analyse chimique est fondamentale
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 2 – Les auteurs français des manuels d’analyse chimique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27730/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search