Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Troisième partie - Genres et formes des livres techniques

La transmission des savoirs et des techniques modernes en agriculture en Espagne au xixe siècle : des traités savants aux cartillas et aux almanachs

Transmission of modern agricultural knowledge and technology in 19th-century Spain: from Scientific Treatises to Cartillas and Almanachs

Catherine Sablonnière

Résumé

De la fin du règne de Ferdinand VII à la veille de la révolution de 1868 en Espagne, un important corpus d’ouvrages traitant de l’agriculture et ses techniques est publié dans la péninsule, notamment des cartillas, petits manuels en vers, propageant une « bonne » méthode sous une forme prisée des contemporains friands d’aphorismes, d’adages et autres formes versifiées d’une certaine poésie populaire, parfois illustrés. Cette étude prétend mettre en lumière les réseaux d’édition et les rapports entre une littérature agricole savante et des écrits populaires afin de déterminer les modalités de circulation de certains savoirs et tenter de mesurer l’impact que put avoir l’imprimé comme vecteur de modernité dans le monde agricole espagnol de l’époque isabéline, alors en pleine restructuration et au cœur d’un enjeu social et culturel de première importance.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Diccionario de bibliografía agronómica y de toda clase de escritos relacionados con la agricultura, (...)
  • 2 Cartaña J., Agronomía e Ingenieros agrónomos en la España del siglo xix, Barcelone, Serbal, 2005.
  • 3 Garrabou R., Historia agraria de la España contemporánea, Barcelone, Critica, 1986.

1Lauréat du concours lancé par la Bibliothèque nationale d’Espagne, le 5 janvier 1862, Braulio Antón Ramírez, membre du conseil royal de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce, publie en 1865 aux frais du gouvernement une œuvre inédite en son genre, le Dictionnaire de bibliographie agronomique1. L’ouvrage référence 2 375 écrits forts variés (traités, opuscules, articles de presse et manuscrits) traitant d’agronomie au sens large, puisqu’il y inclut « l’industrie rurale », la pêche et la chasse, l’équitation et la science vétérinaire. Cette attention portée à ce qu’on pourrait appeler aujourd’hui la « littérature agricole » s’inscrit dans le contexte de la fondation de plusieurs établissements supérieurs de formation d’ingénieurs agronomes en Espagne. L’enseignement de l’agriculture2 se développe à partir du xviiie siècle dans des écoles pratiques, sous couvert des Sociétés d’Amis du Pays, associations dynamiques de promoteurs des réformes des Lumières en Espagne. La création de chaires d’agriculture dans les établissements d’enseignement, de Juntes provinciales d’agriculture, rend d’autant plus urgente et nécessaire la formation de spécialistes de haut niveau en agronomie : en 1855 est fondée l’École centrale d’agriculture à Aranjuez. Les enjeux de l’enseignement agricole sont complexes et s’insèrent dans un contexte de grandes réformes structurelles visant à moderniser le secteur agricole, notamment par le biais du désamortissement des terres ecclésiastiques et la révision des structures agraires3. L’agriculture espagnole subit, comme partout ailleurs en Europe, une mutation progressive vers une « privatisation » des terres. Des bouleversements sociaux décisifs, où se cristallisent des affrontements plus profonds entre des cultures et des projets antagonistes à bien des égards, surgissent avec violence. Entre 1833 et 1876, les trois guerres entre Carlistes traditionnalistes – qui puisent leurs valeurs dans un monde agricole idéalisé autant que pétrifié dans une symbolique religieuse – et Libéraux – qui portent un regard misérabiliste sur ce même monde – ouvriront des plaies sanglantes et durables dans la société espagnole, opposant également le Pays basque, la Catalogne rurale, et le Pays valencien, à la capitale castillane.

2Dans ce contexte, esquissé à grands traits, la parution de l’ouvrage de B. Antón Ramírez acquiert une portée singulière. L’auteur, dans l’introduction du dictionnaire, souhaite « honorer la mémoire de nos agronomes » et « faire connaître leurs manuscrits oubliés ». Ce livre « utile » a pour tâche de guider les personnes intéressées par l’agriculture, que ce soit par appétit intellectuel pour l’étude, pour satisfaire une nécessité professionnelle, ou pour se distraire. Aucun dictionnaire de ce type n’ayant jamais paru en Espagne, sans modèle précis, l’auteur s’est confronté à une première difficulté : celle de définir les véritables limites des « intérêts agronomiques ». Il souligne la confusion opérée dans des ouvrages contemporains entre botanique et agronomie. Pour le recensement des ouvrages, il a parcouru les bibliothèques d’institutions, les bibliothèques privées, et a épluché une presse dont la qualité et la variété supposent une épuisante manipulation d’exemplaires toujours plus nombreux. Se référant aux travaux de compilation de la littérature espagnole au sens large entrepris dans la péninsule, comme la célèbre Biblioteca Hispana de Nicolás Antonio, B. Antón Ramírez adopte une démarche d’homme éclairé et de bibliophile et ouvre une perspective jusqu’alors inexplorée : il s’agit bien d’inscrire l’agronomie espagnole dans une culture écrite singulière.

3Dès lors, il nous a paru essentiel d’examiner une partie des ouvrages proposés dans ce dictionnaire, auxquels on a ajouté d’autres références trouvées dans les archives et bibliothèques espagnoles. Je m’intéresse ici tout particulièrement aux manuels d’agriculture destinés aux laboureurs (labrador en espagnol), qui peuvent prendre des titres divers : Cartillas, Manuales, Instrucciones… Ces ouvrages correspondent à des manuels pratiques, où l’on expose des techniques de culture (et souvent d’élevage) sous des formes diverses. J’ai été amenée à inclure les almanachs agricoles dans ce corpus, beaucoup d’entre eux proposant des conseils techniques en plus d’un calendrier de travaux. La sélection des œuvres s’est donc faite en fonction du titre (mentionnant la dimension pratique ou technique du contenu), de la mention d’un destinataire (le laboureur), puis dans un deuxième temps, en vertu de la forme discursive elle-même, car ces ouvrages tissent des liens dialogiques entre eux, comme j’essaierai de le montrer.

  • 4 Ce manuel, publié pour la première fois en 1856, va être réédité plus de dix fois.

4À partir du dictionnaire cité plus haut, complété par d’autres sources, j’ai établi une première base de données de plus de 200 ouvrages, publiés entre 1626 – avec la parution de l’ouvrage intitulé Agricultura práctica, de Francisco Gilabert, « gentilhombre de la boca del Rey y padre de familia, a sus colonos o granjeros » (la première cartilla agricole date de 1761) – et 1912, date de l’ultime édition de la Cartilla agraria de Alejandro Oliván4, qui va devenir la référence en la matière et fixer un genre de manuels scolaires qui constituent un nouveau corpus. Après les années 1880-1910, une séparation plus nette apparaît entre les différents types de publications de divulgation des techniques agricoles qui se côtoient dans le magma éditorial qui précède : l’ère des manuels scolaires à grands tirages s’amorce avec le xxe siècle, la littérature technique tendant à s’affranchir de la mission d’alphabétisation qui lui était adjointe, et de grandes maisons éditoriales saisissent les enjeux économiques de telles publications.

  • 5 Montagut Contreras E., « Las cartillas agrarias en la crisis del Antiguo Régimen », Torre de Lujane (...)
  • 6 Jean-François Botrel, « Almanachs et calendriers en Espagne au xixe siècle : essai de typologie », (...)
  • 7 Galera Gómez A., La difusión de los conocimientos agronómicos en Cataluña (1764-1851), thèse de doc (...)

5L’interrogation de cette base permet de croiser des données factuelles et de les confronter à d’autres études menées sur la divulgation des savoirs agricoles. S’agissant d’ouvrages destinés à une classe de laboureurs qui recouvre des situations sociales variées, il est dès lors indispensable d’en investir la dimension culturelle propre, et de les examiner, à la lumière des travaux de Roger Chartier sur les écrits et les lectures « populaires », afin de voir s’ils ont pu influencer ce secteur économique, ses acteurs, et en modifier la perception. Des travaux sur les almanachs et sur la popularisation des savoirs techniques tendent à combler un déficit d’information sur ce sujet, dénoncé encore récemment5. Dans le cas de l’Espagne, Jean-François Botrel6 a révélé l’importance des pliegos de cordel et des almanachs dans la péninsule au xixe siècle. La thèse d’Andrés Galera Gómez7 offre une très précieuse étude des liens entre les initiatives institutionnelles et les réalisations concrètes en matière de diffusion des techniques dans une province clé de la monarchie.

6Comme les manuels s’inscrivent dans une littérature technique « populaire », en scrutant les autorités convoquées dans les textes, les formes du discours et les illustrations reproduites, on s’interrogera sur la question de la vulgarisation de savoirs « savants ». Ces derniers émanent-ils tous d’une autorité bien identifiée, fût-elle personnelle ou institutionnelle ? La réponse à cette question s’annonce complexe, eu égard à la nature même des ouvrages, où s’articulent entre elles la culture scientifique et technique transmise par les livres et celle que les agriculteurs peuvent échanger oralement. Les réseaux éditoriaux, les traductions, les réécritures, les adaptations d’ouvrages techniques, les déclarations d’intention des auteurs et des éditeurs, contribuent à enrichir notre connaissance des sociétés rurales, où l’imprimé circule et les ouvrages sont lus dans des cercles de sociabilité travaillés par des rites et dominés par des figures individuelles fortes. Dans une dernière partie, j’amorce une étude comparative entre les manuels espagnols et des ouvrages similaires parus en France à la même époque. L’ambition de révéler en creux les multiples facettes d’une culture agricole entre tradition et modernité, d’une insertion de cette culture non seulement dans un espace social et géographique plus vaste, mais également dans une culture littéraire péninsulaire, reste un horizon dont nous espérons contribuer à éclairer les limbes.

Les manuels techniques agricoles pour les labradores

  • 8 Domínguez Ortiz A., Sociedad y Estado en el xviii español, Barcelone, Crítica, 1976.

7La majeure partie des manuels techniques d’agriculture sont destinés aux labradores, le terme apparaissant soit dans le titre ou sous-titre de l’ouvrage, soit dans l’introduction voire dans le discours lui-même qui instaure un dialogue avec cet acteur de la vie économique nationale. Le terme de « labrador », souvent traduit par « laboureur » ou « cultivateur », renvoie à une réalité complexe. Il est celui qui travaille la terre, soit en exerçant le travail manuel, soit en mettant en œuvre ces travaux dont il tire directement sa subsistance. Il peut être propriétaire de ses terres ou fermier et être secondé par des ouvriers agricoles ; socialement, le terme recouvre donc des situations très contrastées. À partir du xviiie siècle notamment, les labradores font l’objet d’une attention particulière, les ministres de la monarchie éclairée de Charles III comptant sur leur investissement pour réaliser les réformes agraires nécessaires. Le monarque voue à San Isidro Labrador, saint patron de Madrid, un culte appuyé. On exige des membres de la Société Royale Basque des Amis du Pays qu’ils soient labrador pour intégrer la section d’agriculture, valorisant ceux qui ont une pratique réelle de l’agriculture en opposition aux nobles propriétaires rentiers qui ne s’impliquent pas dans le travail de leurs domaines et sont dénoncés avec véhémence pour leur oisiveté au xviiie siècle. Le combat pour éradiquer celle-ci est un enjeu fondamental pour les réformateurs éclairés du règne de Charles III, de Campomanes à Jovellanos, et se traduit par la promulgation d’un édit rendant honorable le travail manuel en 1783. Le recensement de 1797 fait apparaître la ductilité du sens du terme labrador, qui peut désigner autant certains petits propriétaires ou fermiers (plutôt dans le Nord de la péninsule) que de grands propriétaires8.

8Dans ce contexte, l’encouragement à la publication d’ouvrages techniques destinés à ces labradores prend tout son sens. Les initiatives, individuelles d’abord, sont rapidement relayées par les ministres de la monarchie. Le Proyecto económico de Bernardo Ward, sous Ferdinand VI, clame la nécessité de rédiger et diffuser des manuels d’agriculture. Il précède le rapport sur la question agraire de Jovellanos, qui indique clairement la démarche à suivre pour composer des manuels (cartillas) à destination de ceux qui travaillent la terre. Le ministre expose une méthode pédagogique et invite les propriétaires et les curés de paroisse à collaborer à la diffusion des connaissances. La Société Économique Madrilène des Amis du Pays participe également à cet effort en convoquant un concours en 1805, doté d’un prix pour l’auteur de la meilleure cartilla elemental de agricultura. Les secousses de l’histoire politique du xixe siècle espagnol vont mettre entre parenthèse ces encouragements. Ce n’est qu’en 1848, sous la monarchie libérale d’Isabelle II, qu’un nouveau concours de manuels, à l’initiative du gouvernement, renoue avec la période antérieure et tente de réanimer un intérêt pour le monde agricole bien amoindri par rapport au xviiie siècle. Les historiens qui se sont penchés sur la transmission des savoirs en agriculture ont insisté sur ce contexte politique, reliant la diffusion des savoirs à la création d’institutions d’enseignement, soulignant l’activité de leurs membres qui publient des manuels, des traités, des rapports, et dont l’enseignement permet avec plus ou moins de succès la diffusion de leurs connaissances. Il n’est pas de notre propos de revenir sur ces travaux, mais en partant du corpus de manuels rassemblés à ce jour, d’emprunter une autre voie pour contempler cette culture agricole.

  • 9 Catalogue de la Biblioteca Nacional de España. Castañeda y Alcover V., Ensayo de una bibliografía c (...)

9Avant de pénétrer au cœur des textes, soulignons l’importance de ce mouvement d’écriture et de publication de livres délivrant un savoir pratique en Espagne à partir de la fin du xviiie siècle. La publication de petits manuels, cartillas en espagnol, est importante, un demi-millier de cartillas ayant vu le jour entre 1750 et 1900 sur des sujets divers, allant de méthodes pour prédire le temps à l’explicitation de lois pour les écrivains publics, en passant par des méthodes de musique, de dessin, pour les artilleurs, les domestiques, etc9. Ces cartillas sont éditées dans la plupart des grandes villes d’Espagne. Les auteurs sont mentionnés en couverture, et les titres des manuels, souvent très longs, détaillent à l’envi le contenu. Cette abondance de manuels en tout genre reflète un mouvement en faveur d’une fixation par l’écrit de savoirs et de savoir-faire traditionnels ou nouveaux, et d’un partage de ceux-ci dans une société encouragée à découvrir et à innover. L’acquisition d’un manuel pratique, souvent peu onéreux, reflète également un désir de performativité dans un secteur donné : le manuel permet de sauter l’étape d’une approche par tâtonnements souvent frustrante, et de bénéficier des expériences d’autrui. Le livre encadre, structure, établit des protocoles opératoires. Les cartillas agricoles s’insèrent ainsi dans un premier ensemble d’imprimés, réunis par leur intention et par leur titre, leur format variant de 13 à 24 cm. La description des opérations est ponctuée d’explications linguistiques (les mots techniques étant soulignés en italique), mais la transmission sous forme de dialogue, de questions/réponses, est également fréquente. Après 1849, la loi sur l’enseignement primaire oblige les maîtres à diffuser des connaissances en agriculture : des manuels d’agriculture destinés aux enfants sont alors édités dans les capitales de province (Madrid, Barcelone, Valladolid, Caceres, Oviedo, Séville…), leur format reste assez variable (de 19 cm à 22 cm) ainsi que leur épaisseur (d’une vingtaine à plus de quatre-vingt pages). À partir de la seconde moitié du xixe siècle, les titres cartilla de agricultura, cartilla agricola ou encore cartilla agraria, vont être employés de préférence pour désigner les manuels scolaires et sont bien identifiés par les contemporains dans cette acception.

  • 10 Le Semanario de Agricultura y artes dirigido a los párrocos, publié entre 1797 et 1808, affirme cla (...)

10D’autres imprimés destinés également aux labradores complètent le corpus. Intitulés Catecismo de agricultura, Manual de agricultura, Lecciones elementales de agricultura, ces ouvrages s’insèrent dans d’autres ensembles éditoriaux, les catéchismes en particulier. Enfin on trouve également des ouvrages portant des titres variés renvoyant parfois moins à un type d’écrit qu’à un contenu précis : Agricultura práctica, El agricultor español, Cómo se elige un arado, El amante de los labradores. Dans les préfaces, les auteurs n’expliquent que très rarement ce qui a motivé le choix du titre, celui-ci semblant aller de soi. On expose en revanche toujours une volonté d’instruire et de partager des connaissances avec le labrador dont un portrait implicite s’esquisse au fil des pages. Cultivateur craignant la nouveauté, laboureur inculte ou petit propriétaire dynamique, les figures du labrador sont loin d’être homogènes. Les manuels ne s’adressent pas tous d’abord aux cultivateurs, le destinataire premier peut être un intermédiaire chargé de lire les ouvrages – en particulier le curé de la paroisse ou le propriétaire qui doit instruire ses paysans10 – d’où une écriture travaillée pour des premiers lecteurs plus instruits. Plusieurs niveaux de lecture et de compréhension se superposent ainsi dans les manuels ; la revendication d’objectifs et d’autorités permet cependant de clarifier certains points.

Objectifs, autorités et enjeux culturels

11La lutte contre la routine revient comme un leitmotiv dans l’ensemble des ouvrages consultés. Cette routine n’est jamais définie précisément, elle semble inhérente à la pratique de l’agriculture. Son éradication est nécessaire pour que triomphent les principes de la science agricole moderne, qui seule permettra l’enrichissement du cultivateur. Néanmoins, le combat contre la routine ne signifie pas un rejet global des traditions du monde agricole : on assiste à une fécondation surprenante des discours par des proverbes en particulier, qui délivrent un savoir populaire dont ni l’origine ni la pertinence ne sont jamais questionnées, comme on le verra.

  • 11 Galera Gómez, op. cit., p. 43-48.

12Bien que destinés à un public a priori peu instruit et faible consommateur de lectures savantes – qu’il s’agisse du labrador propriétaire aisé ou modeste cultivateur –, la plupart des manuels ne font pas l’économie de références à une littérature qui fait autorité pour les auteurs. Les noms les plus fréquemment convoqués sont Columelle, Alonso de Herrera, Pline l’Ancien, Virgile, Feijoo, au côté d’auteurs moins connus, la plupart espagnols, mais des scientifiques ou des agronomes contemporains peuvent être cités (Linné, Gasparin, Boutelou, etc.). Ces noms ne correspondent pas tous à ceux qu’A. Galera Gómez a recensés dans les ouvrages d’agronomie consultés par les spécialistes catalans entre la fin du xviiie siècle et 185011. Si les références antiques sont identiques, en revanche la rareté des citations de grands noms comme Jovellanos et Campomanes est curieuse eu égard à leur rôle fondamental dans la modernisation du secteur agraire sous Charles III. Le débat critique autour des théories de Columelle, Herrera ou Abou Zakaria (Ibn Al-Awam), largement alimenté par les agronomes éclairés, est escamoté dans nos manuels qui exposent des procédés sans en discuter les alternatives ou l’efficacité réelle. Les auteurs de manuels se situeraient moins dans une perspective scientifique que dans une perspective didactique de transmission, de médiation. L’appui sur des autorités relèverait alors d’une rhétorique de la persuasion.

  • 12 Une étude de la biographie de ces auteurs montre la variété des profils des acteurs de la vulgarisa (...)
  • 13 Le dictionnaire d’Antón Ramírez recense un très grand nombre d’articles de la presse contemporaine (...)

13La revendication d’autorités inscrit les manuels pratiques dans une lignée d’ouvrages savants où les savoirs consignés par l’écrit acquièrent d’autant plus de valeur qu’ils sont anciens. Les auteurs privilégiés sont des Espagnols ou des savants originaires de la péninsule comme Columelle et Abou Zakaria. Les références à des textes antiques révèlent la formation classique des auteurs des manuels qui ne souhaitent pas s’appuyer sur des autorités plus récentes et étrangères. Or il est plus que probable qu’une majorité de ces auteurs, au vu de leur parcours et de leur formation12, connaissaient les publications des spécialistes français et anglais en agronomie, soit directement soit par le biais des journaux qui en communiquent les exposés13. En mettant à l’honneur les textes sur l’agriculture péninsulaire, les auteurs revendiquent une perspective nationale et identitaire forte. L’ancrage de la science agronomique dans des temps éloignés fait écho aux textes fondateurs de la Bible qui restent des références aussi en matière de pratiques agricoles, et permet d’envisager l’agriculture dans ses progrès depuis l’aube de l’humanité. Progrès, identité nationale : ce sont là deux idées force des mouvements libéraux du xixe siècle que l’on voit transmises de manière récurrente et insistante dans les milieux agricoles par le biais de ces petits manuels. Ces choix révèlent également les valeurs et références culturelles des destinataires des ouvrages, réelles ou supposées telles par les auteurs.

14La notion de partage d’une expérience est toutefois fondamentale. Plusieurs auteurs de manuels s’enorgueillissent d’être des cultivateurs et affirment avoir testé sur leurs terres les principes qu’ils transmettent. En 1833, dans sa Cartilla elemental de agricultura, réédition du celle de 1808, Antonio Arias y Costa insiste sur sa qualité d’agronome et sur ses origines : « mis padres fueron labradores », précise-t-il dans son introduction. Cependant, si cette revendication d’un lien familial avec le monde agricole semble de nature à contrer la prévention des cultivateurs à l’encontre de savants méprisants, l’auteur s’adresse en réalité à un public bien plus vaste. Son propos vise à asseoir son autorité en tant que spécialiste en agronomie pour les « professeurs de cet art » et « ceux qui s’y intéressent par passion ». Quand il parle des cultivateurs, ce n’est pas pour s’adresser à eux mais pour en décrire le caractère peureux et méfiant et justifier ainsi l’emploi d’un style simple et clair, facilement « compréhensible même pour des cultivateurs qui savent tout juste lire ». On saisit d’emblée le problème que soulève l’ouvrage d’Arias y Costa, qui met à jour l’ambiguïté de certaines cartillas et manuels : s’adressent-ils réellement à un public de laboureurs pour les instruire, ou bien plutôt à des lecteurs d’ouvrages en agronomie friands de nouveauté ?

15Le problème de l’appui sur des autorités fait apparaître également des lacunes dans l’accès aux livres sur l’agriculture. Ainsi, le « curé recteur » de la paroisse de Malpartida de Plasencia, auteur d’une Agriculture méthodique appliquée à la pratique de l’Estrémadure, parue en 1791, reconnaît n’avoir eu pour toute source en histoire naturelle que la Bible et regrette de n’avoir pas pu nourrir son ouvrage de textes plus récents. Mais il revendique une instruction acquise auprès d’« agronomes bien entendus ».

  • 14 Dans la Cartilla del labrador de Rafael Martinez de Carneros y Diaz (Ciudad Real, 1864), la techniq (...)

16Les emprunts d’un ouvrage à l’autre sont manifestes. Certaines recettes pour connaître la nature des sols, qui sont mentionnées dans le traité d’Abou Zakaria, dont les travaux sont retraduits en castillan en 1802, se retrouvent dans de nombreux manuels sans que leur origine ne soit mentionnée explicitement14.

17L’attachement au développement et au progrès de l’agriculture locale est exprimé avec force dans notre corpus, car si l’agriculture est une science et repose sur des principes « universels », une adaptation à chaque terroir est indispensable, d’où la profusion de manuels précisant l’aire géographique concernée par le propos : Agricultura metódica acomodada a la práctica de Extremadura (1791), Cartilla elemental, acomodada a nuestro suelo y clima (1833), Cartilla moderna de agricultura andaluza (1877). Ce phénomène s’observe également en France, des manuels par région étant proposés dans les écoles à partir du milieu du xixe siècle, afin que les élèves apprennent à bien connaître l’agriculture du territoire qu’ils seront amenés à travailler. Néanmoins, si l’on compare les index des manuels, tous suivent à peu de chose près la même organisation qui sous-entend une volonté d’affirmer avant tout l’agriculture comme science moderne.

Structure des récits, organisation des savoirs

18La plupart des cartillas s’ouvrent sur la question « qu’est-ce que l’agriculture ? ». Le premier enseignement renvoie à l’affirmation d’une identité scientifique. Les principes généraux de l’agriculture sont toujours énoncés voire martelés, avant d’aborder la question plus concrète de la culture de certaines plantes, les labours, les engrais, etc. L’agencement des chapitres est quasiment identique dans les manuels recensés, si on en exclut les almanachs qui détaillent les travaux agricoles correspondant à chaque saison, en suivant le calendrier.

19Une hiérarchie des savoirs, implicite, parcourt notre corpus de manuels qui s’appuient toujours sur des autorités écrites. Dans le dictionnaire de B. Antón Ramirez, je n’ai trouvé qu’une référence critiquant ce modèle de publications : dans un article du périodique El Amigo del País de 1840, Nicolas Casas se rebelle contre ceux qui prétendent instruire les laboureurs par des principes généraux, alors que celui qui est le plus à même de donner des indications sur l’agriculture de sa région est celui qui obtient de bons résultats dans son exploitation agricole. En résumé : le savoir pratique peut s’acquérir auprès des cultivateurs eux-mêmes, et le bagage scientifique littéraire n’est pas nécessaire. Cependant, il est rare que les auteurs de manuels, poussés par une curiosité quasi anthropologique, décrivent les pratiques agricoles locales qu’il s’agit de corriger (et presque jamais d’adopter).

  • 15 La estrella agricola o cartilla del labrador, de Rafael Martinez Carneros y Díaz, 1864, est rédigée (...)

20Dans la plupart des textes consultés, les proverbes sont omniprésents : ils constituent à leur manière une référence d’autorité, celle d’un savoir antique sanctionné par le temps. Leur présence participe cependant d’une certaine déconstruction de l’agencement scientifique des chapitres en venant introduire une distorsion référentielle et sémantique dans le discours. Ces proverbes, en général des octosyllabes, adoptent la forme versifiée et rimée des poésies, des chansons et autres romances, qui forment le socle d’une culture traditionnelle partagée par tous. Certains manuels15 sont ainsi entièrement écrits en vers, afin de favoriser la mémorisation, mais aussi parce que cette forme serait plus familière aux cultivateurs. Ces discours poétiques peuvent évoquer d’autres compositions véritablement littéraires, inspirées par la nature et ses richesses, où un univers bucolique sert de cadre idéal à des aventures codifiées, comme dans les églogues par exemple, d’autant plus que Virgile fait partie de ces autorités convoquées comme on l’a vu plus haut. La forme poétique des proverbes à usage didactique modifie le rapport au discours scientifique et l’ancre dans une réalité sensible, dans un imaginaire culturel familier. Des ouvrages dédiés aux aphorismes sortis de la littérature agricole et de la tradition orale connaissent un grand succès. Ainsi les Aforismos rurales (d’abord publiés en catalan en 1848, puis traduits en castillan et en valencien) de Narciso Fages de Roma proposent de courtes sentences diffusant des préceptes de bonne méthode d’agriculture sous forme versifiée, brèves formules tirées d’œuvres d’auteurs plus ou moins célèbres. Surnommé le Mosén Bernet de l’agriculture par les paysans (allusion au prêtre carliste meneur de troupes rebelles à la monarchie libérale dans les années 1833-1834), Fages de Roma est connu pour ses harangues et son combat pour la modernisation de l’agriculture dans la région valencienne. En exergue, l’auteur cite Jacques Bujault, auteur d’un almanach du cultivateur et d’une agriculture populaire dont les œuvres sont compilées et publiées en 1845. Il est remarquable qu’en France également, certains manuels intègrent les proverbes dans les exposés de techniques agricoles. Par exemple, le manuel d’agriculture de Lentilhac (1878) insère de très nombreuses références aux savoirs locaux : « Qui taille court donne du bois, qui taille long donne du fruit et épuise. Ce principe était bien connu de tous nos vignerons ; mais tailler long voulait dire laisser quatre bourgeons environ et non un sarment tout entier. » Par le biais du proverbe, retravaillé, commenté, prolongé, l’auteur parvient à insérer les techniques modernes subrepticement, en adoptant le langage même de la tradition.

Traductions, emprunts et adaptations

  • 16 La mention « traduit et adapté à notre sol et notre climat » apparaît souvent en sous-titre des tra (...)

21Le dictionnaire de B. Antón Ramírez comporte un index d’auteurs et de traducteurs qui a permis de repérer de nombreuses traductions de l’anglais, de l’allemand, de l’italien et du français vers l’espagnol au cours des xviiie et xixe siècles notamment. Les traductions sont réalisées à l’initiative d’individus ayant eu connaissance d’ouvrages en langue étrangère et désireux de partager les savoirs qu’ils contiennent avec leurs compatriotes. Les grandes maisons d’édition espagnoles commanderont des traductions à la fin de la période considérée, quand les coûts engendrés par l’acquisition des droits seront amortis par une diffusion à grand tirage d’ouvrages ayant déjà connu le succès dans leur pays d’origine. Avant cela, les traductions de traités d’agriculture ou d’ouvrages à vocation vulgarisatrice ne correspondent donc pas à un projet éditorial et financier forcément rentable. La traduction s’enrichit en général de commentaires pour adapter le texte à des réalités concrètes différentes, et donne lieu à des réécritures partielles des ouvrages16.

  • 17 « Oui, l’art agricole est loin d’être arrivé, dans notre département, à son plus haut degré de perf (...)
  • 18 Le manuel renvoie à ces sources, toutes disponibles chez Masson : Traité élémentaire d’agriculture (...)

22Les manuels français et espagnols, surtout dans le cas de manuels d’agriculture scolaires, correspondent au même projet17. En revanche, on note dans le cas français une pression plus forte des maisons d’édition qui s’emparent des manuels d’agriculture pour en faire un objet commercial. Dans le Catéchisme d’agriculture de Baudry, publié en 1868 chez Masson, on invite le lecteur à se procurer d’autres ouvrages cités comme des références indispensables, parus également chez Masson18. Les enjeux éditoriaux et commerciaux modifient ainsi le rapport au savoir, nouvelle marchandise de la société libérale.

Conclusion

23La multiplication d’ouvrages délivrant des savoirs pratiques pour les labradores en Espagne au cours du xixe siècle reflète la volonté de diffuser une nouvelle conception de l’agriculture comme art et science, qui progresse grâce à la botanique, à la chimie et à la minéralogie, « sciences de laboratoire » trouvant leur utilité dans les applications concrètes des travaux agricoles. Cette science agricole s’inscrit dans une culture écrite qui est néanmoins plus ancienne, les contemporains revendiquant l’autorité de pères fondateurs d’origine péninsulaire, de Columelle à Herrera. Les traités savants sont transmis aux cultivateurs par le biais de manuels pratiques, qui en réalisent des résumés simplifiés et accessibles, en terme de coût, de volume et de vocabulaire (des lexiques de termes techniques sont souvent proposés). La lutte contre la routine est le fer de lance des auteurs qui encouragent les petits propriétaires – soutien du nouveau régime libéral – à s’enrichir. Cependant, la distinction entre routine et tradition est parfois confuse, et la revendication d’un ancrage national de la nouvelle science agricole (par le biais des autorités déjà citées) cohabite curieusement avec le rejet de pratiques locales jugées inefficaces (car ayant un faible rendement) et une survalorisation d’un savoir populaire par le biais de dictons et proverbes agricoles, que les almanachs et les cartillas diffusent à profusion. On peut s’interroger sur l’authenticité des proverbes imprimés qui fixent, autant que les discours des manuels, des pratiques agricoles, un calendrier des travaux, certains usages des plantes et une bonne conduite de vie. Conceptuellement, ils renvoient également à cette notion de « principe » qui domine dans les ouvrages consultés, de vérité générale édifiée à partir de l’observation et de l’expérience. On peut interpréter la présence de ces proverbes et aphorismes comme une habileté pédagogique pour faire accepter des innovations. Il n’en reste pas moins que leur saveur reste « populaire » ; les sentences étant écrites dans un vocabulaire courant, leur prosodie cherche à refléter l’harmonieuse inscription de l’homme dans la nature, renvoyant à l’indispensable expérience sensible qui prélude à la connaissance, par le jeu de la mémoire et des images.

Notes

1 Diccionario de bibliografía agronómica y de toda clase de escritos relacionados con la agricultura, seguido de un índice de autores y traductores, Madrid, Rivadeneyra, 1865.

2 Cartaña J., Agronomía e Ingenieros agrónomos en la España del siglo xix, Barcelone, Serbal, 2005.

3 Garrabou R., Historia agraria de la España contemporánea, Barcelone, Critica, 1986.

4 Ce manuel, publié pour la première fois en 1856, va être réédité plus de dix fois.

5 Montagut Contreras E., « Las cartillas agrarias en la crisis del Antiguo Régimen », Torre de Lujanes, no 52, 03/2004, p. 87-101 ; Catalayud Giner S., Mateu Tortosa E., « Tecnología y conocimientos prácticos en la agricultura valenciana (1840-1914) », Noticiario de Historia Agraria, no 9, 1995, p. 43-67 ; Justo y Villanueva L., « La preocupación por la productividad agrícola en la Cataluña del siglo xix : la Agricultora catalana, fábrica de abonos », Scripta Nova, no 9, 1/11/1997.

6 Jean-François Botrel, « Almanachs et calendriers en Espagne au xixe siècle : essai de typologie », dans Lüsebrink H.-J., Mix Y.-G., Mollier J.-Y. et Sorel P. (dir.), Les Lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècle), Paris, Complexe, 2003, p. 105-117.

7 Galera Gómez A., La difusión de los conocimientos agronómicos en Cataluña (1764-1851), thèse de doctorat, UNED, 2002.

8 Domínguez Ortiz A., Sociedad y Estado en el xviii español, Barcelone, Crítica, 1976.

9 Catalogue de la Biblioteca Nacional de España. Castañeda y Alcover V., Ensayo de una bibliografía comentada de manuales de artes, ciencias, oficios, costumbres públicas y privadas de España (siglos XVI al XIX), Madrid, Mastre, 1955.

10 Le Semanario de Agricultura y artes dirigido a los párrocos, publié entre 1797 et 1808, affirme clairement dans son titre le rôle que l’on entend attribuer aux curés des paroisses rurales, investis d’une mission utile d’instruction des cultivateurs.

11 Galera Gómez, op. cit., p. 43-48.

12 Une étude de la biographie de ces auteurs montre la variété des profils des acteurs de la vulgarisation des techniques, en général affiliés à une institution savante.

13 Le dictionnaire d’Antón Ramírez recense un très grand nombre d’articles de la presse contemporaine faisant part des expériences et avancées de l’agriculture contemporaine en Espagne et dans le monde.

14 Dans la Cartilla del labrador de Rafael Martinez de Carneros y Diaz (Ciudad Real, 1864), la technique d’Abou Zakaria pour reconnaître la nature des sols est présentée comme celle d’un « certain auteur ancien » (p. 36).

15 La estrella agricola o cartilla del labrador, de Rafael Martinez Carneros y Díaz, 1864, est rédigée en vers mais s’adresse aux enfants.

16 La mention « traduit et adapté à notre sol et notre climat » apparaît souvent en sous-titre des traductions.

17 « Oui, l’art agricole est loin d’être arrivé, dans notre département, à son plus haut degré de perfection, et le chiffre de la production augmentera à mesure que les préjugés et la désastreuse routine auront disparu, que les anciennes méthodes de culture auront fait place aux méthodes plus nouvelles et reconnues plus avantageuses, et que les instruments perfectionnés et les engrais industriels seront mieux appréciés, et par la suite utilisés », Petit manuel agricole du département de la Manche, Mortain, 1880. La structure en chapitres est semblable à celle des manuels espagnols (« qu’est-ce que l’agriculture ? », etc.).

18 Le manuel renvoie à ces sources, toutes disponibles chez Masson : Traité élémentaire d’agriculture de MM. Girardin et Dubreuil, 2e éd., Paris, V. Masson et fils et Garnier frères, 1863, 2 vol, grand in-18°. Le livre de la ferme et des maisons de campagne, par une réunion d’agronomes de savants et de praticiens, sous la direction de M. P. Joigneaux, 2e éd., 2 vol., Paris, V. Masson et fils, Ch. Delagrave. En note de bas de page, on peut lire par exemple : « Nous tirons ce fait de l’admirable discours du docteur Gloger, de Berlin, traduit en français sous ce titre De la nécessité de protéger les animaux utiles…, 2e éd., Paris, Masson, 1863. »

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search