Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Troisième partie - Genres et formes des livres techniques

Le Bâtiment des recettes, un ouvrage technique français de la Bibliothèque bleue

The Bâtiment des recettes, a technological French book from the “Bibliothèque bleue”

Geneviève Deblock

Résumé

L’étude d’un ouvrage technique appartenant à la littérature de colportage permet de réfléchir aux relations entre l’organisation du marché du livre et les modes d’appropriation de celui-ci par son public. Le Bâtiment des recettes est un habile dosage de recettes médicales et domestiques, de recettes artisanales et de tours de charlatan, un ouvrage dont le but initial est la transmission d’un savoir empirique, qui fait cependant de ses lecteurs des expérimentateurs. C’est donc un simple livre pratique joignant l’utile et l’agréable, édité dans l’intention d’élargir le marché du livre. On peut cependant considérer qu’un tel ouvrage a sa place dans l’évolution générale des mentalités. En effet, son public se transforme et dépasse rapidement le seul public lettré ou savant pour s’approprier la pratique de la lecture d’un texte technique et celle de ses corollaires que sont l’observation, la réflexion et le scepticisme. Au-delà d’une fonction économique, le Bâtiment des recettes acquiert alors une fonction culturelle et une dimension sociale.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mandrou R., La culture populaire aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 1985, détaille l’inven (...)

1Il existe une grande diversité de livres techniques, parmi lesquels une catégorie est souvent négligée : les ouvrages appartenant à ce que l’on appelle la littérature de colportage. On en connaît cependant l’abondance1, particulièrement au xviiie siècle. Il est vrai que le mode de diffusion d’un ouvrage par l’intermédiaire d’un libraire, d’un mercier ou d’un colporteur, ne définit pas a priori une catégorie. L’ensemble des livres de colportage est en effet hétérogène. Il existe cependant des relations entre l’organisation du marché du livre et les modes d’appropriation de celui-ci par son public.

  • 2 Martin H.-J., « Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la Fran (...)
  • 3 Le Bâtiment des recettes, édition critique par Deblock G., Rennes, Presses Universitaires de Renne (...)
  • 4 Vingt-huit éditions ont été retrouvées du texte vénitien Dificio di ricette entre 1524 et 1562, so (...)

2Les livres techniques ne représentent qu’une minorité des livres de colportage, appelés aussi en France au xviiie siècle « Bibliothèque bleue » en raison de la couverture de papier bleu qui protège souvent ces petits formats de facture médiocre. Henri-Jean Martin2 compte cependant sept et demie à neuf et demie pour cent de livres d’arithmétique, pronostications, recettes magiques et techniques de la vie, sur un ensemble d’environ mille quatre cents titres, ce qui n’est pas négligeable. Parmi ces divers titres, il a semblé intéressant de choisir plus précisément un ouvrage connu dès le début du xvie siècle et édité jusqu’au xixe siècle, le Bâtiment des recettes3, pour étudier l’évolution de son contenu et de sa réception par le public depuis ses origines (la traduction d’un livre vénitien) jusqu’aux dernières éditions retrouvées4.

Le xvie siècle

  • 5 Ferguson J., Bibliographical Notes on Histories of Inventions and Books of Secrets, 2 vol., Londre (...)
  • 6 Venise capitale de l’imprimerie est alors un grand port de commerce avec l’Orient pour les épices (...)
  • 7 Pline l’Ancien, l’Histoire Naturelle. Introduction, par Marie-Élisabeth Boutroue [http://www. bium (...)
  • 8 Les deux mots « secret » et « recette » sont employés indifféremment au xvie siècle. Le mot « secr (...)
  • 9 Eamon W., Science and the Secrets of Nature. Books of Secrets in Medieval and Early Modern Culture (...)

3Le Bâtiment des recettes est un livre de secrets. Ce genre littéraire identifié par John Ferguson5 au xixe siècle est très à la mode à Venise6 au xvie siècle. Il envahit l’Europe sous forme de manuscrits ou bien d’imprimés, et prend ainsi part à la divulgation de certains savoirs scientifiques et techniques : savoirs traditionnels issus particulièrement des Histoires naturelles de Pline l’Ancien7, mais aussi plus récents comme tels secrets alchimiques (avec prescriptions de distillation) artisanaux ou savants, et telles recettes8 plus ou moins orales, dites populaires ou plus justement domestiques9.

  • 10 Trois recueils sont maintenus jusqu’au xixe siècle : à la traduction du Dificio di ricette sont aj (...)
  • 11 « Pour faire brûler un mouchoir, et après qu’il sera brûlé, il n’y perdra aucunement, et demeurera (...)

4L’ouvrage se construit au cours du xvie siècle autour d’un noyau constitué par le recueil italien Dificio di ricette10. C’est un recueil anonyme composé de plusieurs séries de recettes souvent brèves se rapportant en majorité à la médecine (dont l’enfantement) et aux soins du corps. La vie domestique, l’artisanat (autour des métiers du livre et de la teinture), la fabrication de denrées de luxe (confitures, parfums et savons) sont également abordés, et même quelques « plaisirs et joyeusetés ». Ce dernier genre de recettes apportées par des bateleurs ou des charlatans11 est d’ailleurs présenté comme un gage de sociabilité et un argument de vente en 1552, dans un neuvain d’introduction qui se termine par une boutade promettant de guérir les têtes par l’amusement aussi bien que les corps sont guéris par la médecine.

  • 12 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que (...)

5La magie naturelle est bien présente dans ce monde de la Renaissance, science « des secrets pour faire des choses qui sont produites extraordinairement par des causes naturelles12 ». Elle s’intègre parfaitement dans le recueil de recettes au point que le lecteur ne puisse en délimiter les frontières.

  • 13 Sigaut F., « Les techniques dans la pensée narrative », Techniques et culture, no 43-44, Mythes. L (...)

Dans les sociétés où on ne fait pas de distinction fondamentale entre nature et surnature, on ne peut pas non plus distinguer la technique de la magie13.

  • 14 Della Porta G., La Magie naturelle ou les Secrets et Miracles de la Nature, Lyon, Benoît Rigaud, 1 (...)

6On rencontre par exemple un certain nombre de recettes destinées à créer des illusions d’optique à partir de lampes à de huile en verre, qui sont expliquées et commentées vingt ans plus tard dans la Magie naturelle de Giambattista Della Porta14. Les recettes, simples d’abord, utilisent du vert de gris mêlé à de l’huile. Puis elles prennent une dimension surnaturelle lorsqu’il s’agit d’ajouter la cervelle d’un âne « Pour faire sembler que les gens ayent testes d’asnes ». Cette dernière recette, terrifiante mais d’un grand intérêt pour une exploitation commerciale, figure naturellement dans le Bâtiment des recettes.

7Les textes sont volontairement concis comme l’explique le dizain d’introduction de la première édition en langue française :

  • 15 Paris, Jean III Du Pré, 1539.

Lecteur, il ne faut que tu penses
Que celui qui fit cet ouvrage
N’ait eu regard à la dépense
Et ne face riens par outrage.
Pour autant, ne te décourages
S’en éprouvant son écriture
Tu faillais par cas d’aventure,
Car il est bref et présuppose
Que saches drogues et mixtures.
Bon esprit ne veut nulle glose15.

  • 16 « Pour faire belle couleur jaune sur peau ou carton ».
  • 17 Environ autant d’ingrédients que de recettes. Seules les recettes de confitures, parfums et cosmét (...)

8Les recettes sont introduites par un titre souvent elliptique16. Suivent des instructions pour la préparation puis l’utilisation. Le vocabulaire est simple, stéréotypé, ce qui crée une unité entre des recettes qui, elles, peuvent être de diverses origines, être ajoutées ou supprimées au fil du temps : des verbes d’action à l’impératif ou à la deuxième personne du singulier ou du pluriel, des ingrédients nombreux17, pour la plupart communs et faciles à trouver, et des indications de mesures. Ces dernières utilisent un vocabulaire spécialisé, comme la livre, l’once, mais aussi culinaire comme l’écuelle, le verre, la poignée, une noisette. Elles empruntent également un vocabulaire imagé, efficace et compréhensible par tous, tel que « l’espace d’un credo » comme unité de durée, ou bien « la largeur d’un grand teston ou brelingue » pour indiquer non un prix mais une surface.

  • 18 La recette « Pour faire rosette très belle » précise : « note qu’il faut que l’eau du brasil ou ro (...)
  • 19 Eamon W., op. cit., p. 131.

9Les instructions sont destinées à fabriquer un produit fini ou bien à aboutir à un certain résultat. Il n’y a pas d’explication théorique, mais çà et là quelques conseils pratiques destinés à réussir l’expérience18. Cette littérature d’usage implique un certain mode de lecture, non pas destiné à recevoir une explication théorique savante ou une présentation historique, mais à s’approprier « une prescription […] en vue d’une expérimentation19 », des consignes à lire ou bien à mémoriser, ce qui peut expliquer l’immuabilité du texte. L’originalité du livre de recettes est donc que celui-ci fait de ses lecteurs des expérimentateurs. Il réclame des qualités de compréhension technique ou pratique et un suivi méthodique des prescriptions sous peine d’échec.

  • 20 Barbier F., Histoire du livre en Occident, Paris, Armand Colin, 2012.

10L’« innovation de produit20 » que sont ces petits ouvrages emprunte à la fois à la tradition médiévale des recueils de secrets manuscrits et à la production de manuels pratiques. Elle est le fait d’imprimeurs libraires désireux d’élargir le marché du livre car celui-ci s’adresse dans les premières années de l’imprimerie à une petite clientèle de lettrés. C’est ainsi qu’une dimension nouvelle est donnée à une pratique culturelle déjà existante mais destinée jusqu’alors à un public restreint. Le choix d’un contenu technique et même pratique, imprimé en langue vernaculaire, confirme bien cette volonté : capter une clientèle alphabétisée plus large dès lors accessible grâce à l’imprimerie, parallèlement aux éditions latines des grands textes scientifiques destinés à une élite savante.

  • 21 « Pour faire un rouge à teindre le visage aux femmes » ; « Pour faire venir les cheveux et la barb (...)
  • 22 Eamon W., op. cit.

11Le public visé par le Bâtiment des recettes est une élite urbaine socialement privilégiée car alphabétisée, masculine et féminine21, « plus intéressée par des préoccupations matérielles que spirituelles ou purement intellectuelles22 », qui prend le temps de se préoccuper de son plaisir, de son bien-être, de son paraître, qui use de cosmétiques, savons et parfums, lit et écrit.

  • 23 Halleux R., Le savoir de la main, savants et artisans dans l’Europe préindustrielle, Paris, Armand (...)

12Il est également composé d’« hommes de la pratique » comme les appelle Robert Halleux, à l’interface d’un savoir savant et pratique : outre les domestiques attachés à l’entretien de la maison, artisans et artistes, officiers, marchands, architectes, ingénieurs en sont aussi destinataires, car la frontière entre les gens de l’écrit et l’illettrisme n’est pas étanche23. La recette d’une chandelle « Pour voir bien clair la nuit » est d’ailleurs intitulée « Beau secret pour voir bien clair la nuit et sans corrompre la vue, tant pour vieux que jeunes, soit pour écrire ou étudier, ou faire quelque ouvrage délié comme taille et autre cas ».

13Ces recueils pourraient enfin être destinés également à certains lecteurs désireux de gagner quelque argent, saltimbanques ou autres,

  • 24 Huitain d’introduction au recueil intitulé Plaisant jardin, dans le Bâtiment des recettes, Anvers, (...)

Soit en jours ouvriers ou aux fêtes…
Pour réjouir tout noble cœur
Et guérir tant de pieds, mains que têtes24.

  • 25 Barbier F., op. cit., p. 176.

14Les quelques traces relevées de possesseurs du xvie siècle confirment une diversité du public, que Frédéric Barbier décrit comme une « nouvelle frange inférieure, alphabétisée, des possédants25 ».

Du xviie au xixe siècle

15La longue carrière du Bâtiment des recettes traverse plusieurs phases : une phase de construction dans la première moitié du xvie siècle, au cours de laquelle sont réunis les trois recueils principaux que l’on retrouve jusqu’au xixe siècle. Une période de maintien au xviie siècle, époque à laquelle les éditions deviennent l’apanage de villes provinciales qui se font une spécialité du livre de colportage (Troyes et Rouen). Puis au cours de la seconde moitié du xviie siècle on assiste à une dégradation générale des éditions : suppression progressive des textes liminaires, suppression de recettes, raccourcissement de recueils, coquilles non corrigées. Cette dégradation s’accentue au xviiie siècle comme on le constate dans l’ensemble de la littérature de colportage. Le projet éditorial n’est plus alors celui d’une construction mais celui d’un recyclage par simples suppressions successives de textes vieillis ou obsolètes. À la fin du xviie siècle, l’ajout d’un recueil entièrement consacré à la médecine vétérinaire montre que le Bâtiment des recettes se vend également dans le monde rural, qui représente alors environ 85 % de la population française.

  • 26 Mellot J.-D., « Rouen et les libraires forains à la fin du xviiie siècle : la veuve Machuel et ses (...)

16Ce basculement correspond à la montée de l’alphabétisation en France et s’accompagne d’un changement de dimension dans l’édition de colportage : de nombreux libraires forains sillonnent les villes mais aussi les campagnes à la recherche d’une nouvelle clientèle26. Cette stratégie commerciale très efficace permet de joindre un public diversifié peu ou pas habitué à l’univers des librairies. Elle se systématise au tournant du xviiie siècle. Mais l’essor de la littérature de colportage se fait au détriment de la qualité.

  • 27 Chartier R., « Stratégies éditoriales et lectures populaires, 1530-1660 », dans Histoire de l’édit (...)

Les stratégies éditoriales engendrent donc, de manière non sue, non point un élargissement progressif du public du livre, mais la constitution de systèmes d’appréciation qui classent culturellement les produits de l’imprimerie27.

  • 28 Leca-Tsiomis M., « La rhétorique de la recette. Remarques sur le Dictionnaire œconomique de Chomel (...)
  • 29 Troyes, Jacques Oudot, 1699. Médiathèque de Troyes, cote Bbl. 833. Cette erreur due à une inversio (...)

17Il est difficile de connaître les nouvelles clientèles des livres de colportage mal considérés par l’élite qui possède des bibliothèques. Ces publics intermédiaires, semi-alphabétisés pour certains, illettrés pour d’autres, appartiennent encore à un monde de la communication orale dont on sait qu’il est une des formes d’accès au livre dans toutes les couches de la société. Le Bâtiment des recettes avec sa structure en paragraphes brefs, son vocabulaire simple et stéréotypé comme souvent dans la Bibliothèque bleue, est d’un accès facile pour un lecteur malhabile. Les quelques exemplaires retrouvés sont des fonds de librairies ou bien des exemplaires ayant appartenu à des apothicaires, médecins et vétérinaires28. Gênés par la médiocrité des éditions, ils perpétuent cependant la recherche d’un savoir traditionnel empirique qu’ils désirent exploiter pour le bien public : Jean-Baptiste Huzard (1755-1838), membre de l’Académie des sciences et de la Société d’Encouragement pour l’industrie nationale, intercale dans l’exemplaire relié de l’édition troyenne de 1699 qu’il possède la correction manuscrite d’une erreur grossière29. Cette erreur est ensuite reproduite dans toutes les éditions retrouvées du xviiie siècle, et n’est en partie corrigée qu’au xixe siècle.

18Cette époque correspond aussi à un décalage sociologique de plus en plus important entre l’ouvrage du xvie siècle figé par l’édition et l’évolution des mentalités. Le Bâtiment des recettes n’est plus reconnu par l’élite intellectuelle du siècle des lumières. Il est même censuré par le bureau de la Librairie à Rouen en 1709.

19Dans ce monde qui se laïcise, la magie n’est plus considérée comme une science. Elle perd sa dimension surnaturelle pour être peu à peu reléguée parmi les croyances populaires. Les effets paradoxaux, inexplicables, qui la caractérisent sont vus comme des truquages, de l’illusionnisme, une forme de spectacle et une source de divertissement.

20Il faut dire que le xviiie siècle est aussi l’époque des cabinets de physique et des livres de jeux scientifiques. Cette nouvelle littérature de vulgarisation scientifique est destinée à s’instruire en s’amusant, à transmettre des notions théoriques à partir d’expériences. Elle s’adresse à un public non averti d’hommes et de femmes issus d’un milieu aisé qui correspond probablement à une grande partie de ce qu’a été le lectorat potentiel du Bâtiment des recettes aux siècles précédents.

21Le monde des secrets où se mêlent science, religion et magie existe toujours cependant. Cette littérature déclassée aux yeux des élites est toujours éditée et donc vendue, parce qu’elle représente encore une des formes de la pensée commune.

  • 30 « Nous voyons avec notre cerveau autant qu’avec nos yeux » : Sigaut F., « Des idées pour observer  (...)

22Le texte lui-même ne change pas, mais on constate que le livre n’est plus le même car ses lecteurs changent. Il évolue dans la perception et l’appropriation de ses lecteurs30.

23Dans quelle mesure et à quelle époque s’effectuent ces basculements, il est difficile de le dire car cette évolution se fait progressivement, différemment en fonction des contextes historiques, géographiques et sociaux.

Conclusion

24Nous nous trouvons donc au xviiie siècle devant un ouvrage déqualifié aux yeux des élites intellectuelles, des éditions médiocres et bon marché mais qui ont circulé et circulent toujours dans différentes couches de la société, savantes ou non cultivées.

25Ce recueil est un habile dosage de recettes médicales et domestiques, de recettes artisanales et de tours de charlatan. C’est donc à la fois un ouvrage potentiellement utile dans un univers vivant en autarcie et une source de divertissements, un simple livre pratique joignant l’utile et l’agréable édité dans l’intention d’élargir le marché du livre. On peut cependant considérer qu’un ouvrage tel que le Bâtiment des recettes dont le but initial est la transmission d’un savoir empirique, a sa place dans l’évolution générale des mentalités.

  • 31 « Pour nous, les techniques sont comme des germes qui ont fructifié sur le terrain de la magie ; m (...)
  • 32 Hilaire-Pérez L. et Thébaud-Sorger M., « Les techniques dans l’espace public. Publicité des invent (...)

26En effet, parallèlement au déroulement de la révolution scientifique dans les milieux savants, le recueil de recettes est une forme de littérature qui donne elle aussi une place importante à l’approche expérimentale des phénomènes en faisant de ses lecteurs des expérimentateurs31. Elle communique « des savoirs d’action, opératoires, prescriptifs, où priment le verbe et le geste, et qui postulent l’autonomie et la capacité participative de l’usager32 ».

27La présentation ou la structure particulière du Bâtiment des recettes, en introduisant de l’humour, en juxtaposant des contenus et des niveaux de lecture différents, contribue à sa manière à sa longévité à travers une démystification du texte écrit.

28Sa forme d’édition (une innovation de produit au xvie siècle, puis plus tard un recyclage de textes) et sa forme de diffusion (par colportage) lui confèrent une fonction économique, mais également culturelle, car il contribue à l’élargissement du public du livre d’abord auprès d’une bourgeoisie puis vers un public beaucoup plus large et diversifié.

29L’histoire de ce recueil technique de recettes, comme celle de la littérature de colportage en général, est donc, au-delà des contenus, celle d’un phénomène dont l’histoire de la littérature n’est qu’une facette, un phénomène social qui émerge et prend de l’ampleur à partir d’une invention, l’imprimerie, puis peu à peu se dégrade et devient en partie son propre fossoyeur avec l’émergence d’une nouvelle société. C’est en effet, au-delà des contenus très divers de l’ouvrage, une conquête et une appropriation de la pratique de la lecture d’un texte technique et de ses corollaires, observation, réflexion, scepticisme, par un public qui dépasse rapidement le seul public lettré, savant. Il est donc important de prendre la mesure du rôle qu’a pu jouer ce genre de littérature dans le cheminement de l’ensemble de la société des Temps modernes vers ce que l’on pourrait appeler l’esprit critique ou le processus d’émancipation de l’individu.

Notes

1 Mandrou R., La culture populaire aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 1985, détaille l’inventaire après décès en 1722 du fonds de Jacques Oudot, libraire spécialisé dans ce genre de littérature : 40 000 volumes prêts à être vendus, et de quoi composer plus de 360 000 livrets. Il existe un répertoire de ces ouvrages dans l’anthologie intitulée La Bibliothèque bleue, littérature de colportage, établie par Lise Andries et Geneviève Bollème, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2003. Voir aussi Andries L., Le grand livre des secrets. Le colportage en France aux 17e et 18e siècles, Paris, Imago, 1994. Les livres de colportage existent ailleurs en Europe, les plus connus étant les chapbooks anglais.

2 Martin H.-J., « Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la France d’ancien régime », Journal des savants, juillet-septembre, octobre-décembre 1975. Henri-Jean Martin confronte le catalogue descriptif de Alfred Morin qui répertorie des éditions et rééditions des xviie, xviiie et xixe siècles (Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, Droz, 1974) et les inventaires après décès des libraires troyens Oudot et Garnier (xviiie siècle), exception faite des nombreux almanachs et livres de civilité.

3 Le Bâtiment des recettes, édition critique par Deblock G., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

4 Vingt-huit éditions ont été retrouvées du texte vénitien Dificio di ricette entre 1524 et 1562, soixante éditions du Bâtiment des recettes entre 1539 et la moitié du xixe siècle, et six éditions néerlandaises entre 1545 et 1589, traduites à partir du texte français.

5 Ferguson J., Bibliographical Notes on Histories of Inventions and Books of Secrets, 2 vol., Londres, Holland Press, 1959 [1re éd. Glasgow, Robert Maclehose and co, 1896-1914].

6 Venise capitale de l’imprimerie est alors un grand port de commerce avec l’Orient pour les épices et les plantes médicinales.

7 Pline l’Ancien, l’Histoire Naturelle. Introduction, par Marie-Élisabeth Boutroue [http://www. bium.univ-paris5.fr/histmed/medica/pline.htm]. Ce texte a été fréquemment copié, imprimé, commenté, transformé.

8 Les deux mots « secret » et « recette » sont employés indifféremment au xvie siècle. Le mot « secret » peut ensuite, selon le contexte, prendre une certaine dimension occulte. Cependant l’épître du Bâtiment des recettes propose une certaine différence de niveau, les « recettes expérimentales » permettant d’« enseigner grand nombre de beaux secrets ».

9 Eamon W., Science and the Secrets of Nature. Books of Secrets in Medieval and Early Modern Culture, Princeton, Princeton University Press, 1994 ; Halleux R. et Opsomer C., « L’insaisissable médecine populaire », dans La transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance du xiie au xve siècle, sous la dir. de Nobel P., Besançon, Presses universitaires de Franche Comté, 2005.

10 Trois recueils sont maintenus jusqu’au xixe siècle : à la traduction du Dificio di ricette sont ajoutés, dès 1539 un recueil français d’obstétrique intitulé Autres secrets médicinaux outre ceux dessus proposés expressément pour les femmes, et vers 1550 un recueil généraliste traduit de l’italien intitulé Plaisant jardin. D’autres recueils apparaissent et disparaissent au fil du temps.

11 « Pour faire brûler un mouchoir, et après qu’il sera brûlé, il n’y perdra aucunement, et demeurera encore entier sans avoir eu aucun dommage » ; « Pour faire que un chien ou cheval te semblera être tout vert » ; « Pour faire un cierge de glace qui brûlera ».

12 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, 1690 [éd. posthume], La Haye et Rotterdam, A. et R. Leers, 1690.

13 Sigaut F., « Les techniques dans la pensée narrative », Techniques et culture, no 43-44, Mythes. L’origine des manières de faire, décembre 2004 [en ligne, revues.org].

14 Della Porta G., La Magie naturelle ou les Secrets et Miracles de la Nature, Lyon, Benoît Rigaud, 1591.

15 Paris, Jean III Du Pré, 1539.

16 « Pour faire belle couleur jaune sur peau ou carton ».

17 Environ autant d’ingrédients que de recettes. Seules les recettes de confitures, parfums et cosmétiques utilisent des ingrédients exotiques précieux et coûteux tels que benjoin, bois de santal, ambre gris, civette ou musc. Les dénominations employées sont diverses (latin, expressions populaires).

18 La recette « Pour faire rosette très belle » précise : « note qu’il faut que l’eau du brasil ou rosette, soit tiède quand tu y mettras l’eau susdite ».

19 Eamon W., op. cit., p. 131.

20 Barbier F., Histoire du livre en Occident, Paris, Armand Colin, 2012.

21 « Pour faire un rouge à teindre le visage aux femmes » ; « Pour faire venir les cheveux et la barbe ».

22 Eamon W., op. cit.

23 Halleux R., Le savoir de la main, savants et artisans dans l’Europe préindustrielle, Paris, Armand Colin, 2009.

24 Huitain d’introduction au recueil intitulé Plaisant jardin, dans le Bâtiment des recettes, Anvers, Jean Richart, 1552.

25 Barbier F., op. cit., p. 176.

26 Mellot J.-D., « Rouen et les libraires forains à la fin du xviiie siècle : la veuve Machuel et ses correspondants (1768-1773) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1989, t. 147, p. 503-538 ; Sauvy A., « Le livre aux champs », dans Histoire de l’édition française, t. ii, p. 430-443.

27 Chartier R., « Stratégies éditoriales et lectures populaires, 1530-1660 », dans Histoire de l’édition française, t. i, Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, Promodis, 1983, p. 454-455.

28 Leca-Tsiomis M., « La rhétorique de la recette. Remarques sur le Dictionnaire œconomique de Chomel (1709) et l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, no 25, Varia [Revues.org].

29 Troyes, Jacques Oudot, 1699. Médiathèque de Troyes, cote Bbl. 833. Cette erreur due à une inversion de pages donne un texte incompréhensible.

30 « Nous voyons avec notre cerveau autant qu’avec nos yeux » : Sigaut F., « Des idées pour observer », Techniques et culture, no 54-55, vol. I, 2010, p. 1-12.

31 « Pour nous, les techniques sont comme des germes qui ont fructifié sur le terrain de la magie ; mais elles ont dépossédé celle-ci. Elles se sont progressivement dépouillées de tout ce qu’elles lui avaient emprunté de mystique ; les procédés qui en subsistent ont, de plus en plus, changé de valeur ; on leur attribuait autrefois une vertu mystique, ils n’ont plus qu’une action mécanique ; c’est ainsi que l’on voit de nos jours le massage médical sortir des passes du rebouteux. » Marcel Mauss, « Esquisse d’une théorie générale de la magie » [1902-1903] dans Sociologie et anthropologie, [1950], Paris, Presses universitaires de France, Quadrige, 1995, p. 135.

32 Hilaire-Pérez L. et Thébaud-Sorger M., « Les techniques dans l’espace public. Publicité des inventions et littérature d’usage au xviiie siècle (France, Angleterre) », Revue de Synthèse, 5e série, année 2006, 2, p. 393-428.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search