Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Deuxième partie - La littérature d'usage ou les entrepreneurs de la technologie

Le livre et la langue comme clés de contact. Deux manuels d’apprentissage des langues slaves dans les villes hanséatiques (fin xvie siècle début du xviie siècle) : entre livres techniques et codes de civilité

Book and Language as Ignition Keys. Two Slavic Language Teaching Phrasebooks from Hanseatic Towns (end of the 16th-beginning of the 17th Century): Between Technical Books and Codes of Politeness

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Résumé

Les manuels d’apprentissage des langues vivantes constituent un genre à part parmi les livres techniques de l’Europe moderne : ils enseignent moins une technique qu’une pratique, et ont pour objectif de permettre le contact et les échanges de tous ordres entre étrangers issus de mondes différents. Le contact linguistique entre Allemands et Slaves est connu grâce, notamment, à deux manuels du début du xviie siècle. Celui de Nicolaus Volckmar, publié en 1612 à Dantzig où les contacts entre Allemands et Polonais étaient quotidiens, est très proche des manuels de conversation publiés alors dans toute l’Europe, fortement inspirés par les modèles mis au point par les humanistes (Vivès, Camerarius). Le manuel recopié à la main en 1607 par le jeune marchand lubeckois Tönnies Fonne, qui se trouve à Pskov pour son commerce, est adapté à la condition des jeunes Allemands célibataires en voyages d’affaires en Russie. Confrontés à des gens dont ils doivent se méfier tout en sachant qu’il faut gagner leur confiance, ils atteignent leurs objectifs en alliant le sens de l’humour à une connaissance précise, phonétique surtout, du langage parlé et des tournures idiomatiques.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Chappuit J.F., Baddeley S., Zuili M., « Apprendre les langues, comprendre l’autre », dans Zuili M. (...)

1Parmi les divers types de livres techniques composés et publiés en Europe depuis l’apparition de l’imprimerie, les manuels conçus pour l’apprentissage des langues vivantes ont une place à part, puisque leur but premier est d’inculquer moins une technique qu’une pratique, celle d’une langue étrangère, dans le cadre de contacts internationaux fondés sur l’échange, qu’il s’agisse de marchandises, de connaissances pratiques ou savantes, ou d’idées. Le livre, et les langues dont celui-ci propose l’exercice, sont donc d’abord et avant tout des sortes de clés de contact permettant l’établissement d’une communication entre personnes de langues différentes. Communiquer, comprendre et se faire comprendre afin de pouvoir échanger des biens matériels ou immatériels, tel est l’objet de ces manuels. Si leur apparition est au départ perçue par les maîtres de langues de toutes nationalités comme une concurrence malhonnête et indésirable, leur production prend bientôt la forme d’un raz de marée éditorial qui s’étend, dès le milieu du xvie siècle et plus encore au siècle suivant, à toute l’Europe intellectuelle, politique et, surtout, commerçante1.

  • 2 Dollinger P., La Hanse, Paris, Aubier, 1964, rééd. 1988, p. 331-332 ; Fritze K., « Das Buch auf den (...)

2Dans les villes hanséatiques, ces villes de population allemande qui s’égrènent le long des rivages de la mer du Nord et de la Baltique depuis les frontières orientales des Pays-Bas jusqu’aux limites occidentales de la Moscovie, l’imprimerie s’est implantée très tôt, s’illustrant par une forte production dans tous les domaines de l’édition. Les villes les plus importantes de ce point de vue sont, outre Cologne, surtout Lubeck et Dantzig (Gdansk), deux grands ports baltiques particulièrement bien placés pour les échanges avec les mondes slaves2.

  • 3 Les Viertzig Dialogi de Nicolaus Volckmar, composés à la fin de la vie de l’auteur mort en 1601, so (...)
  • 4 Hammerich L.L., Jakobson R. et alii (dir.), Tönnies Fenne’s Low German Manual of spoken Russian (Ps (...)

3C’est justement de ces deux grands ports que proviennent deux manuels d’apprentissage des langues slaves composés à peu près au même moment, en l’occurrence à la charnière entre le xvie et le xviie siècle, deux ouvrages à la fois comparables et très différents. Publiés à Dantzig en 1612, les Viertzig Dialogi de Nicolaus Volckmar (294 p.) firent aux xviie et xviiie siècles l’objet de multiples rééditions3, alors que l’autre manuel, sans titre et resté manuscrit, demeura d’abord en la possession successive de deux jeunes Lübeckois, Tönnies Fonne (qui se trouve à Pskov à la date de 1607), puis Hinrich Wistinghusen (en 1609) ; l’ouvrage fut ensuite conservé depuis la fin du xviiie siècle à la Bibliothèque royale de Copenhague ; c’est au xxe siècle seulement que ce volumineux manuscrit de 566 pages a attiré l’attention, d’abord des linguistes, puis des historiens, non sans susciter de multiples controverses et interrogations4.

Pratiquement contemporains, ces deux ouvrages servent des objectifs à la fois comparables et différents

  • 5 Bogucka M., Das alte Danzig. Alltagsleben vom 15. bis 17. Jahrhundert, Leipzig, Koehler & Amelang, (...)

4Celui de Volckmar est un manuel de conversation germano-polonais, adapté aux besoins d’une grande ville cosmopolite où se côtoient de nombreuses nationalités. Si la population, et notamment les élites, sont à Gdansk avant tout allemandes, les Polonais constituent une forte minorité, représentée surtout dans les couches modestes (artisanat, employés du port et pêcheurs), mais aussi dans la petite bourgeoisie. À Gdansk, les échanges entre Allemands et Polonais ne se limitent pas au petit commerce de proximité, ni à celui des grands propriétaires nobles de Pologne ou de Lituanie venus vendre à Dantzig les produits de leurs domaines (grains, bois, etc.). La ville vit en symbiose totale avec son arrière-pays. Les voyages des Allemands à l’intérieur de la Pologne sont habituels, les contacts entre Allemands et Polonais sont permanents et multilatéraux, d’où la nécessité pour tous les partenaires de posséder la langue des autres5.

  • 6 Colloquia quadem puerilia latino-germanica Joachimi Camerarii et Joh. Ludovici Vivis. Adjecta est i (...)
  • 7 Dictionarium trilingue tripartitum ad discendum linguam Latinam, Polonicam et Germanicam accomodatu (...)
  • 8 Kizik E. (dir.), Nicolausa Volckmara…, op. cit., p. lxix.
  • 9 Voir les manuels, notamment ceux de Noël de Berlaimont, de Gabriel Meurier, etc., cités dans Hoock (...)
  • 10 «Wenn man aufs Vorwerk fährt… Wie man mit Getreide nach Dantzig fährt».
  • 11 Les notes de l’édition publiée par E. Kizik signalent les emprunts au dialecte prussien. La pratiqu (...)

5L’auteur, Nicolaus Volckmar, est un spécialiste de l’enseignement des langues : originaire de Hesse, il est d’abord étudiant au lycée académique de Dantzig, où s’ouvre en 1589 un lectorat de polonais. À partir de 1594 ou 1595, il devient enseignant au lycée où il assure des cours de latin, tout en donnant des cours particuliers de polonais, langue qu’il a apprise en accompagnant un jeune noble polonais venu faire des études en Allemagne, puis au contact des cercles luthériens polonophones de Prusse. Dès 1594, il avait déjà publié un premier manuel de conversation sous forme d’une réédition, accompagnée d’une traduction polonaise, de la version latino germanique des Dialogues de deux humanistes bien connus, Camerarius et Vivès, ainsi qu’une grammaire (Compendium linguae polonicae) du polonais6 ; deux ans plus tard, en 1596, il y avait ajouté un dictionnaire trilingue (latin/polonais/allemand) paru lui aussi à Gdansk7 ; tous ces ouvrages ont fait l’objet de plusieurs rééditions, preuve que la demande était réelle. Avec ses Viertzig Dialogi qui reprennent en le modifiant son premier manuel, Volckmar n’innove nullement : d’autres manuels pour l’apprentissage du polonais ont déjà vu le jour avant les siens, tant en Allemagne qu’en Pologne, notamment le Puerilium Colloquiorum de Sebald Heyden, un manuel de conversation quadrilingue (latin/allemand/polonais/hongrois) paru à Cracovie en 15278. Viertzig Dialogi, œuvre d’un lettré adepte de l’humanisme et spécialiste de l’enseignement des langues, s’inscrit donc dans la lignée des manuels de langue qui fleurissent depuis les débuts de l’imprimerie dans toute l’Europe, notamment dans les grands centres du commerce international, comme Venise, Anvers et Londres9. Comme eux il se présente sous forme de dialogues alertes, souvent amusants, correspondant aux situations variées de la vie quotidienne. Mais Volckmar adapte ses modèles aux conditions spécifiques de la vie à Gdansk et surtout de son commerce, avec notamment des chapitres consacrés au voyage vers un grand domaine agricole, ou à l’acheminement des céréales de la Pologne profonde jusqu’au port de Dantzig10. Les langues qu’il utilise sont d’un côté le haut allemand plus ou moins mêlé de dialecte prussien11, de l’autre le polonais. L’auteur précise dans sa préface qu’il s’adresse indifféremment aux Allemands et aux Polonais, aux filles et aux garçons, aux jeunes comme aux moins jeunes. On le voit, les contacts linguistiques se font ici dans un contexte d’échanges présentés comme égalitaires entre Allemands et Polonais.

  • 12 Jeannin P., « Der Lübecker Tönnies Fonne », op. cit., p. 52.
  • 13 Jeannin P., « Entre Russie et Occident au début du xviie siècle : le contexte historique d’un grand (...)
  • 14 C’est ce que pense Pierre Jeannin.
  • 15 Grassmann A. (dir.), Lübeckische Geschichte, Lübeck, Schmidt-Römhild, 1988, p. 436-437 ; Iwanov I., (...)
  • 16 Meier J., Möhn D., « Die Sprache… », op. cit., p. 587.

6Le manuel dit « de Tönnies Fonne » n’a pas forcément été rédigé par ce dernier, qui devait avoir en 1607, d’après les estimations de Pierre Jeannin, à peine une vingtaine d’années, et qui n’en fut que le possesseur temporaire, puisqu’il en fit cadeau deux ans plus tard à un autre jeune lübeckois, Hinrich Wistinghusen. La mention du début de l’ouvrage « Ce livre appartient à Tönnies Fonne. Écrit le 1er septembre 1607 à Pskov » peut signifier simplement que Fonne l’a recopié de sa main en 1607 à Pskov où il séjournait pour affaires, à partir d’un modèle lui aussi manuscrit (voire de plusieurs), et sans doute anonyme12. Ce volume, qui ne porte pas de titre, ne comporte pas non plus de préface, même si l’auteur s’adresse parfois au lecteur, preuves qu’il n’est pas destiné à être imprimé, encore moins publié. Il est néanmoins, de toute évidence, l’œuvre d’un homme cultivé : celui-ci connaît non seulement le bas allemand (la langue des Hanséates) et le russe parlé et écrit à Pskov à l’époque, mais également le latin, langue qu’il emploie à plusieurs reprises dans les textes religieux ou profanes du début ainsi que dans la partie grammaticale ; il savait peut être même un peu d’hébreu, puisque quelques lettres hébraïques ornent la première page. Pierre Jeannin a montré que le vocabulaire bas allemand de ce manuel faisait souvent usage de termes déjà désuets au début du xviie siècle, tant pour désigner des marchandises que pour décrire des pratiques commerciales13. Il est donc probable que Fonne a recopié pour l’essentiel un ou des manuel(s) plus ancien(s)14, quitte à rajouter des éléments de son cru, de sorte que l’on peut considérer que cet ouvrage a plusieurs auteurs dont Fonne lui-même, ce dernier n’étant certainement ni le premier ni le principal de ces auteurs. Même si l’on retrouve dans ce manuel le principe traditionnel des modèles européens, appliqué au même moment par Volckmar, c’est-à-dire des dialogues adaptés aux diverses situations de la vie quotidienne, il est évident que l’ouvrage de Fonne ne recopie pas les modèles classiques. Il est en fait ciblé pour une clientèle bien précise, celle des jeunes marchands hanséates venant faire du commerce en Russie. À la différence des besoins linguistiques des Dantzigois qui concernent des groupes sociaux divers et des situations très variées, ceux des jeunes marchands allemands célibataires voyageant en Russie pour le commerce sont très spécifiques. À cette époque, seuls les Allemands se déplacent, leurs partenaires russes, sauf exception, ne vont pas au-delà de Narva, petit port allemand conquis un moment par les Russes (1558) puis passé sous domination suédoise (1581), et des villes « livoniennes » hanséatiques de Riga, Reval (Tallinn), Dorpat (Tartu). À partir du début du xviie siècle, les ambassades hanséatiques en Russie et la volonté des tsars aboutissent à accorder aux Hanséates, aux Lubeckois tout particulièrement, des conditions très favorables, à nouveau, dans les comptoirs ou factoreries de la Hanse que sont Novgorod et Pskov15. Ici, les relations n’ont plus rien de symétrique, car le manuel ne s’adresse pas aux Russes, seulement aux Allemands, pas aux femmes, mais seulement à de jeunes hommes en voyages d’affaires, et les situations évoquées ne sont pas recopiées des manuels en usage à Venise ou à Anvers. Le fait que le livre soit resté manuscrit est certainement volontaire : depuis le Moyen Age, la Hanse voulait réserver à ses marchands l’apprentissage de la langue russe, et tentait notamment d’empêcher les rivaux hollandais d’accéder à la maîtrise du russe, qu’elle considérait en somme comme un secret professionnel réservé aux Hanséates, un secret technique à protéger absolument16.

7Les deux manuels examinés ici sont donc bien, l’un comme l’autre, une sorte de clé permettant aux Allemands d’entrer en contact avec des Slaves, mais dans des conditions très différentes, et dans un but différent également : dans le premier cas il s’agit tout bonnement d’établir une compréhension mutuelle et réciproque, de portée générale, entre Allemands et Polonais ; dans le second cas, la compréhension est strictement limitée aux besoins temporaires du locuteur allemand présent en Russie. En dépit de leurs différences, les deux manuels poursuivent un objectif commun.

Comprendre l’étranger et se faire comprendre de lui

  • 17 Maux-Piovano M. H., Les débuts de la didactique de l’Espagnol en France, Villeneuve d’Ascq, Presses (...)
  • 18 Fenne, 22 : « Seigneur Jésus Christ, aide moi à bien apprendre et comprendre la langue russe, et en (...)
  • 19 Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues… », op. cit., p. 74-75.

8Bien rôdée par la tradition, la pratique de la conversation à l’aide de dialogues types est en principe l’étape ultime de la pratique linguistique ; normalement, elle fait suite à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de la grammaire de la langue étrangère17. Si la question de la lecture et de l’écriture ne se pose guère dans le manuel de Volckmar, puisque le polonais et l’allemand utilisent, à quelques variantes près (signes diacritiques), les mêmes caractères, elle est cruciale en revanche dans le cas du manuel de Fonne, puisque le russe s’écrit en caractères cyrilliques. Toutefois ici, écrire le russe est présenté d’emblée comme un objectif à la fois second, et secondaire dans le temps : « Herr Jesus Christus […] kum my tho hulpe de rusche sprake recht tho leren und tho vahten und darna recht tho schriven18 ». De fait, dans la première partie de l’ouvrage qui consiste en une série de listes de vocables classés par grands thèmes, l’auteur écrit les mots russes d’abord en cyrillique puis en caractères latins. L’écriture cyrillique disparaît en revanche de la partie proprement consacrée à la conversation, où les phrases russes sont écrites uniquement en caractères latins, de manière tout simplement phonétique. Il est donc clair que ce qu’il importe surtout de maîtriser aux yeux de Fonne, c’est le langage parlé, l’oral, bien plus que l’écrit. Cette priorité donnée à l’oral ressort, d’ailleurs, de tous les manuels de conversation composés à l’époque, notamment de ceux qui s’adressent aux milieux marchands, où « l’écrit n’est que l’ultima ratio du processus19 ».

  • 20 Fenne, 488, 489 ; l’explication, très plausible, de cet étonnant détail a été suggérée dans Harder- (...)

9L’originalité du manuel de Fonne tient au fait que la pratique du russe écrit ou lu n’a rien d’obligatoire, c’est seulement un plus que l’auteur conseille à ses lecteurs, nullement une nécessité, à tel point que pour inciter ses élèves à lire quand même le cyrillique, il va dans la dernière partie de l’ouvrage jusqu’à écrire en caractères cyrilliques des textes bas allemands humoristiques et même graveleux, sans y ajouter de traduction russe, preuve supplémentaire du fait que le texte ne s’adresse qu’aux Allemands ; l’écriture cyrillique est proposée ici comme une méthode d’accès à un fruit normalement défendu aux Allemands par la morale et la bienséance20. La connaissance de la grammaire est en revanche présentée par les deux manuels comme une nécessité. Si Volckmar édite sa grammaire polonaise et son dictionnaire dans des ouvrages séparés, mais complémentaires de ses manuels de conversation, qui s’y réfèrent d’ailleurs, Fonne met dans le même volume, à la suite les uns des autres, un lexique, une grammaire (plus de 50 pages) avec des explications en latin, puis ses dialogues, pour finir par des proverbes, des textes religieux, et les obscénités dont nous venons de parler. Dans les deux cas, on note la complémentarité des outils (dictionnaires, grammaires et dialogues), mais alors que chez Volckmar lire, écrire et parler sont placés au même niveau de nécessité, chez Fonne, les actions de comprendre et de se faire comprendre sont présentées comme des processus mettant en jeu d’abord, et principalement, l’ouïe et la parole.

10S’il y a donc bien, dans ces deux manuels, la présentation d’une technique de l’apprentissage de la langue, technique codifiée en Europe mais qui, en Russie, s’adapte à la spécificité des conditions concrètes et des buts poursuivis, l’intérêt de ces ouvrages baisse nettement si l’on y cherche des indications sur d’autres types de techniques.

La langue de la vie quotidienne, plutôt que celle de la vie professionnelle

  • 21 La distinction entre ces deux niveaux de la pratique linguistique est faite dans Hoock J. et Kaiser (...)
  • 22 Tout le paragraphe qui précède est tiré de Jeannin P., « Entre Russie et Occident… », op. cit.
  • 23 Hoock J. et Jeannin P. (dir.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-182 (...)
  • 24 Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues… », op. cit., p. 73-74.

11Le principe adopté est celui de présenter des dialogues utiles au lecteur dans toutes les situations qui peuvent s’offrir à lui, de son lever à son coucher, et dans tous les lieux qu’il est amené à fréquenter. Le vocabulaire est donc très varié : il englobe la satisfaction des besoins les plus élémentaires aussi bien que la vie de l’esprit, les actes et les objets de la vie quotidienne comme ceux de la vie professionnelle. Les lieux de la pratique linguistique sont extrêmement nombreux, à la ville comme à la campagne : la maison, l’exploitation agricole et ses domaines (Volckmar), le bain public, l’auberge, le bordel (Fonne), l’école, l’atelier, la boutique, le marché, le port, les moyens de transport terrestres, fluviaux et maritimes… Si dans les deux manuels la langue de la vie quotidienne (Verkehrssprache) est riche et variée, elle ne nous apprend pas grand-chose de précis en revanche sur les diverses techniques évoquées : quand il est question, chez Volckmar, de se faire faire un vêtement, construire une maison, ou encore des travaux des champs, le texte ne s’élève guère au dessus d’un niveau de connaissances simple et général. Du point de vue de la langue professionnelle (Fachsprache), le lecteur reste donc sur sa faim, y compris lorsqu’il est question de techniques commerciales, à propos desquelles on aurait attendu pourtant des informations un peu plus précises21. Volckmar nous livre certes quelques informations intéressantes sur les étapes de la formation du jeune marchand, il répète des propos, sans doute très courants à l’époque, traduisant une hostilité vis-à-vis de la pratique du crédit, mais il ne va guère au-delà de ces généralités. Fonne en revanche livre une plus grande quantité d’informations sur les marchandises, les monnaies, les poids et mesures, etc., mais Pierre Jeannin a montré que beaucoup de ces informations étaient au début du xviie siècle dépassées, obsolètes, voire fantaisistes, au regard de la pratique du temps. Le manuel de Fonne nous apprend tout de même des choses intéressantes sur le commerce à Pskov au début du xviie siècle, comme la pratique habituelle du troc parallèlement aux échanges monétaires, la vente sur échantillons, la présence habituelle de courtiers, l’existence d’une cotation institutionnalisée pour le sel. La méfiance vis-à-vis du crédit y apparaît aussi, mais on voit néanmoins que, en dépit des interdictions répétées par les recès hanséatiques, les ventes à crédit assorties de dépôt de gages, de recours à des garants, ou de la rédaction d’une reconnaissance de dette (handtschrifft) étaient fréquentes entre Hanséates et Russes, et même que des formes primitives d’association pouvaient exister entre eux. Si donc ce manuel nous donne un aperçu de la vie commerciale à Pskov, c’est sous la forme de saynetes vivantes, d’un répertoire de « choses vues », comme l’a montré Pierre Jeannin22. Il n’a en revanche rien d’un manuel technique à l’usage des marchands, à l’image par exemple de la célèbre Prattica della Mercatura de Pegolotti, ou des divers manuels présentant les techniques de la comptabilité, du change, etc., qui circulaient dans l’Europe de l’époque23. Certains manuels d’apprentissage des langues pourtant, tels ceux de l’anversois Berlaimont, présentaient, outre leurs dialogues, des modèles de lettres d’affaires24. On en trouve, il est vrai, à la fin des dialogues de Fonne, mais il s’agit de trois lettres datées des années 1560 envoyées entre partenaires allemands et polonais, et sans doute recopiées d’un manuel germano-polonais plus ancien. Pas question en revanche d’y trouver des lettres envoyées à des partenaires russes ou reçues d’eux. La seule véritable technique enseignée par les deux manuels est donc, très logiquement, celle de la pratique, orale plus encore qu’écrite, d’une langue étrangère, toutes les autres techniques, y compris les techniques commerciales, y étant présentées de manière allusive ou superficielle.

Une civilisation de l’échange

  • 25 Fenne, 13 : « afin que, avec l’aide de Dieu, je puisse apprendre de quels termes se servent les Rus (...)
  • 26 Fenne, 14 : « comporte toi comme si tu étais un aristocrate » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).
  • 27 Pelus M.-L., « Un des aspects de la naissance d’une conscience européenne : la Russie vue d’Europe (...)
  • 28 Fenne, 486, 487 : « allons dans le bois tailler de l’écorce, et faisons en une corde pour pendre le (...)
  • 29 Fenne, 485-489 : « Suivent quelques proverbes coquins que les Russes utilisent quand ils parlent le (...)

12Le but ultime de la pratique d’une langue étrangère est bien évidemment la possibilité d’établir avec l’Étranger un contact. Les manuels de conversation entre Allemands et Slaves sont-ils, dans cette perspective, les reflets des représentations de l’Autre et du mode de relations établies par le biais du contact linguistique ? Il est effectivement tentant de s’en servir dans l’optique de l’histoire des représentations, mais la réponse n’est pas évidente, surtout dans le cas d’un manuel comme celui de Volckmar, qui s’adresse à tout le monde et met tout le monde sur le même plan, chacun étant à son tour sujet ou objet des mêmes questions, et les réponses étant conçues pour être aussi bien positives que négatives ; par exemple l’élève qui revient d’un séjour linguistique dans une famille polonaise présente ses hôtes d’abord sous un jour très favorable (ils l’ont traité comme leur propre enfant, avec beaucoup de chaleur et d’affection), puis sous un jour très négatif (ils l’ont mal nourri, mal logé, traité comme un domestique, voire comme un chien…). Il est plus facile, dans la mesure où il est écrit par un ou des Allemands et pour des Allemands, d’étudier dans cette perspective le manuel de Fonne, qui ne s’adresse pas directement aux Russes et comporte, au début et à la fin, des passages qui peuvent être pris comme des témoignages de la vision du Russe par les Hanséates en ce début de xviie siècle. Ainsi l’un des premiers paragraphes, non traduit en russe, conseille bien au jeune Allemand d’éviter de trop fréquenter ses compatriotes s’il veut vraiment apprendre la langue de ses hôtes, mais le but énoncé est d’éviter ainsi de courir le risque d’être trompé par les Russes lors des opérations commerciales : « up datt ich mit gotts hulpe moge lehren wo de russen ehre worde doen vöhren, wen se mit den dutschen koepslagen datt de nicht werden van ehnen bedragen25 ». Le sentiment qui domine ici est donc la méfiance. Le paragraphe suivant, qui n’est pas non plus traduit en russe, recommande au jeune marchand de ne pas se laisser entraîner ou séduire par les Russes, et de s’en tenir à la « German way of life », c’est-à-dire de préférer la nourriture fraîche, le pain blanc, le beurre salé à l’allemande et la bière fraîchement brassée, et de ne pas hésiter à se comporter en dominateur (« laht dy richten an, alss werestu ein edellmahn »), voire à casser les assiettes si ce qu’elles contiennent ne lui convient pas26. On retrouve ici semble-t-il l’image négative du Russe barbare et grossier telle qu’elle circule en Europe depuis la publication de la relation de Herberstein sur ses voyages en Moscovie, et le sentiment de supériorité des Européens face à ce peuple lointain, à peine considéré comme chrétien, et perçu comme à moitié asiatique27. À la fin de l’ouvrage apparaissent même, en version bilingue, des proverbes qui sembleraient indiquer des relations tendues, voire brutalement conflictuelles entre Allemands et Russes, lorsqu’il est question de pendre le Russe : « Gahe vy in den busch, undt spliten bast, und dreyen eyn tow undt hangen den russen » ; « Heng den russen bym barde in den galgen, und den andern an den kaek28 ». Il serait toutefois risqué d’en tirer des conclusions hâtives sur un comportement brutal des Allemands vis-à-vis des Russes, puisque ces passages apparaissent dans une section consacrée aux proverbes « coquins » familiers aux Russes (« Volgen etzliche schalkhafftigen Sprichwörter de de ruszenn in ehrer sprake bruken »), et sont effectivement suivis de polissonneries particulièrement grossières en version bilingue29. En fait, il s’agit ici de propos d’ivrognes tels qu’on peut en tenir au cabaret, dans un contexte de grande familiarité, entre des personnes qui en réalité s’entendent fort bien.

  • 30 Fenne, 236, 246, 258 : « Tu es un idiot, tu ne comprends pas la plaisanterie » ; « un homme « bien  (...)

13La part faite à l’humour comme moyen de compréhension et d’apaisement des conflits dans les contacts entre Allemands et Russes est soulignée à plusieurs reprises par Fonne : « du bist ein dum mensche, du kanst kein schertz vorstahen », « de mahn is guedtt welcher vor eynem worde nicht ertornedtt und kan schertz vorstahen », « watt scherstu dy30 » ?

  • 31 Fenne, 273 à 464 : c’est la partie essentielle du manuel de conversation, toutes les formules habit (...)
  • 32 Fenne II, 298, 303, 305, 306, 313, 314, 319, 320, 322, 323, 332, 339, 350, 353, 378, 383, 419.
  • 33 Harder-Gersdorff E., « Datt harte brendt my… », op. cit. ; id., « Dar klingeldtt geldtt : Kaufmanns (...)
  • 34 Harder-Gersdorff E., « Datt harte brendt my… », op. cit., p. 154-155, p. 172-173.

14Dans la partie centrale et essentielle de ce manuel, consacrée aux conversations liées à la pratique du marchandage31, on trouve certes des échos du sentiment de méfiance évoqué plus haut, avec des allusions aux possibles tromperies sur la qualité de la marchandise, aux fréquentes ruptures de contrat entre partenaires, voire à des vols manifestes32. Toutefois cette partie de l’ouvrage est totalement bilingue, et les propos peuvent être tenus ici, indifféremment, par les Russes et par les Allemands. Elisabeth Harder-Gersdorffa entrepris de soumettre à la méthode d’analyse quantitative les 1083 unités textuelles de cette partie centrale du manuel de Fonne33. Il en ressort qu’aussi bien dans les phrases concernées par la communication commerciale (63,4 % des unités) que dans celles relevant de la communication sociale (36,6 %), on ne trouve aucune allusion discriminante révélant un sentiment de supériorité chauvine ou de mépris vis-à-vis du marchand étranger. Chacun des partenaires, allemand ou russe, joue alternativement tous les rôles, celui d’acheteur, celui de vendeur, celui qui rompt le contrat et celui qui le respecte. Les phrases empreintes de solennité, de politesse formelle sont moins fréquentes que celles marquées du sceau de l’amitié, voire de la familiarité. Les provocations sont totalement absentes de cette partie de l’ouvrage, où jamais le Russe n’est qualifié de schismatique, encore moins de barbare. Malgré les quelques propos russophobes du début, l’intention « civilisatrice » (au sens de Norbert Elias dans la Civilisation des mœurs) du manuel de Fonne ne fait donc aucun doute. Celui-ci se situe en fait dans la ligne des Manierenbücher publiés depuis le début du xvie siècle non seulement dans les milieux des « Sociétés de cour », mais aussi dans les grands centres du commerce européen34.

Conclusion

15On peut avancer que, si les manuels de conversation peuvent être compris dans la catégorie des livres techniques de l’époque moderne, c’est surtout par le fait qu’ils témoignent de la technique, classique et bien rôdée dès le xvie siècle, utilisée dans toute l’Europe pour l’apprentissage des langues vivantes : celle des dialogues bilingues, voire trilingues, adaptés aux besoins de la vie quotidienne de leurs utilisateurs. Pour un usage professionnel en revanche, la technicité des informations qu’ils contiennent demeure superficielle et limitée. Une différence fondamentale, toutefois, sépare à cette époque les manuels imprimés, qui se recopient tous plus ou moins, et les manuels manuscrits, comme celui de Fonne : alors que les uns visent un large public international, les seconds se transmettent de main en main en tout petit nombre au sein d’un petit groupe d’initiés. Alors que les uns deviennent de vrais succès de librairie, les autres sont comparables aux carnets de recettes que se transmettaient de mère en fille les cuisinières d’autrefois : la langue fait ici figure, par sa simple pratique, de code secret dont on réserve l’accès à sa famille ou à ses amis. Qu’ils aient fait figure de mots de passe largement diffusés ou de codes secrets, les manuels de conversation germano-slaves des temps modernes sont deux types concomitants des « clés de contact » dont on usait dans les relations entre Allemands et Slaves : tous deux visent à permettre les échanges entre les deux mondes, des échanges larges et multiformes entre Allemands et Polonais, des échanges plus restreints formellement entre Allemands et Russes. Mais dans tous les cas, ces échanges reposent sur une pratique de la civilité qui suppose le respect de l’Autre, et de l’humour qui prévient ou dédramatise les conflits.

Notes

1 Chappuit J.F., Baddeley S., Zuili M., « Apprendre les langues, comprendre l’autre », dans Zuili M. et Baddeley S. (dir.), Les langues étrangères en Europe. Apprentissages et pratiques (1450-1700), Paris, PUPS, 2012, p. 14-19 ; Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne », dans Buti G., Janin-Thivos M., Raveux O. (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix-en-Provence, PUP, 2013, p. 71-79, ici surtout p. 70-76.

2 Dollinger P., La Hanse, Paris, Aubier, 1964, rééd. 1988, p. 331-332 ; Fritze K., « Das Buch auf den Spuren des Handels im Ostseeraum an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit », dans Wernicke H., Jörn N. (dir.), Beiträge zur hansischen Kultur-, Verfassungs- und Schiffahrtsgeschichte (Hansische Studien X), Weimar, Böhlau, 1998, p. 43-50.

3 Les Viertzig Dialogi de Nicolaus Volckmar, composés à la fin de la vie de l’auteur mort en 1601, sont publiés pour la première fois à Dantzig en 1612. Ils ont fait l’objet de 22 éditions pour le moins, dont 17 à Dantzig même, toutes n’étant pas identiques, et plus récemment d’une réédition critique précédée d’une substantielle introduction : Kizik E., Nicolausa Volckmara Viertzig Dialogi, 1612, Gdansk, Presses de l’Université de Gdansk, 2005.

4 Hammerich L.L., Jakobson R. et alii (dir.), Tönnies Fenne’s Low German Manual of spoken Russian (Pskov, 1607), i : Facsimile Copy, Copenhagen, The royal Danish Academy of Sciences and Letters, 1961 ; ii : Transliteration and translation, Copenhagen, 1970 (cité dans la suite du texte sous la référence : Fenne, suivie du numéro du paragraphe) ; les tomes iii et iv comportent un glossaire et un dictionnaire. C’est Pierre Jeannin qui a identifié la véritable identité du premier possesseur répertorié de ce manuscrit, le jeune marchand lübeckois Tönnies Fonne ; le nom Fenne vient d’une erreur de lecture des éditeurs : Jeannin P., « Der Lübecker Tönnies Fonne, ein Pionier der Slawistik », Hansische Geschichtsblätter, 91, 1973, p. 50-53. En dehors des travaux de P. Jeannin et E. Harder-Gersdorff cités plus bas, il faut savoir que d’autres travaux ont été menés plus récemment à Leyde et à Hambourg par des linguistes à propos du manuscrit attribué à Tönnies Fonne. Ils sont évoqués dans l’article de Jochen Hoock et Wolfgang Kaiser cité plus haut (voir note 1 ci-dessus), dans la note 31 de cet article. Voir également Gernentz H. J. (dir.), Untersuchungen zum russisch-niederdeutschen Gesprächsbuch des Tönnies Fonne, Pskov, 1607, Berlin, 1988.

5 Bogucka M., Das alte Danzig. Alltagsleben vom 15. bis 17. Jahrhundert, Leipzig, Koehler & Amelang, 1980 ; Cieslak E. & Biernat C., History of Gdansk, Gdansk, Fundacija Biblioteki Gdanskiej, 1995 (2e éd.).

6 Colloquia quadem puerilia latino-germanica Joachimi Camerarii et Joh. Ludovici Vivis. Adjecta est in gratiam Juventutis Dantiscianae interpretatio polonica.

7 Dictionarium trilingue tripartitum ad discendum linguam Latinam, Polonicam et Germanicam accomodatum…

8 Kizik E. (dir.), Nicolausa Volckmara…, op. cit., p. lxix.

9 Voir les manuels, notamment ceux de Noël de Berlaimont, de Gabriel Meurier, etc., cités dans Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues… », op. cit., et dans Zuili M. et Baddeley S. (dir.), Les langues étrangères…, op. cit., particulièrement dans les articles de S. Baddeley, J. F. Chappuit, M. Zuili, J. Ferreras.

10 «Wenn man aufs Vorwerk fährt… Wie man mit Getreide nach Dantzig fährt».

11 Les notes de l’édition publiée par E. Kizik signalent les emprunts au dialecte prussien. La pratique du haut allemand s’installe progressivement à partir du xvie siècle dans les villes de la Hanse où, jusque-là, on parlait et écrivait le bas-allemand. En Prusse, la domination des Chevaliers Teutoniques jusqu’au milieu du xve siècle avait favorisé très tôt la pratique du haut allemand. Cf. Meier J. et Möhn D., « Die Sprache im Hanseraum », dans Bracker J., Henn V., Postel R. (dir.), Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos, Lübeck, Schmidt-Römhild, 1998, p. 580-590.

12 Jeannin P., « Der Lübecker Tönnies Fonne », op. cit., p. 52.

13 Jeannin P., « Entre Russie et Occident au début du xviie siècle : le contexte historique d’un grand document linguistique », dans Jeannin P., Marchands du Nord. Espaces et trafics à l’époque moderne, Paris, Presses de l’ENS, 1996, p. 165-182, ici p. 178.

14 C’est ce que pense Pierre Jeannin.

15 Grassmann A. (dir.), Lübeckische Geschichte, Lübeck, Schmidt-Römhild, 1988, p. 436-437 ; Iwanov I., « Eine vergessene Quelle zur Geschichte der hansischen Gesandtschaft nach Moskau 1603. Die Reisebeschreibung des Zacharias Meyer in der Lübecker Rehbein-Chronik. Einführung und Edition », Zeitschrift für Lübeckische Geschichte, 93, 2013, p. 67-120.

16 Meier J., Möhn D., « Die Sprache… », op. cit., p. 587.

17 Maux-Piovano M. H., Les débuts de la didactique de l’Espagnol en France, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 74, citée dans Zuili M., « L’enseignement du Castillan en France au xviie siècle », dans Zuili M. et Baddeley S. (dir.), Les langues étrangères en Europe…, op. cit., p. 95.

18 Fenne, 22 : « Seigneur Jésus Christ, aide moi à bien apprendre et comprendre la langue russe, et ensuite à bien l’écrire » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).

19 Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues… », op. cit., p. 74-75.

20 Fenne, 488, 489 ; l’explication, très plausible, de cet étonnant détail a été suggérée dans Harder-Gersdorff E., « Datt harte brendt my tho der wahre » : Beitrag eines hansischen Sprachführers (1607) zur « Zivilität » der Umgangsformen zwischen Russen und Deutschen zu Beginn der Neuzeit », Zeitschrift für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 70, 1990, p. 169, note 33.

21 La distinction entre ces deux niveaux de la pratique linguistique est faite dans Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues… », op. cit.

22 Tout le paragraphe qui précède est tiré de Jeannin P., « Entre Russie et Occident… », op. cit.

23 Hoock J. et Jeannin P. (dir.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820, vol. i : 1470-1600, Paderborn, Schöningh, 1991 ; vol. ii : 1600-1700, Paderborn, Schöningh, 1993.

24 Hoock J. et Kaiser W., « Les manuels plurilingues… », op. cit., p. 73-74.

25 Fenne, 13 : « afin que, avec l’aide de Dieu, je puisse apprendre de quels termes se servent les Russes quand ils font du commerce avec les Allemands, afin que ceux-ci ne se fassent pas rouler par eux » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).

26 Fenne, 14 : « comporte toi comme si tu étais un aristocrate » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).

27 Pelus M.-L., « Un des aspects de la naissance d’une conscience européenne : la Russie vue d’Europe occidentale au xvie siècle », dans La conscience européenne au xve et au xvie siècle, Paris, École Normale Supérieure de Jeunes Filles, 1982, p. 309-328 ; Mund S., Orbis Russiarum. Genèse et développement de la représentation du monde russe en Occident à la Renaissance, Genève, Droz, 2003.

28 Fenne, 486, 487 : « allons dans le bois tailler de l’écorce, et faisons en une corde pour pendre le Russe » ; « pends le Russe par la barbe, l’un à la potence, et l’autre au tronc d’arbre » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).

29 Fenne, 485-489 : « Suivent quelques proverbes coquins que les Russes utilisent quand ils parlent leur langue » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).

30 Fenne, 236, 246, 258 : « Tu es un idiot, tu ne comprends pas la plaisanterie » ; « un homme « bien » ne se fâche pas pour un mot, et il comprend la plaisanterie » ; « tu plaisantes ? » (trad. M.-L. Pelus-Kaplan).

31 Fenne, 273 à 464 : c’est la partie essentielle du manuel de conversation, toutes les formules habituelles du marchandage y sont présentées avec de multiples variantes.

32 Fenne II, 298, 303, 305, 306, 313, 314, 319, 320, 322, 323, 332, 339, 350, 353, 378, 383, 419.

33 Harder-Gersdorff E., « Datt harte brendt my… », op. cit. ; id., « Dar klingeldtt geldtt : Kaufmannssprache auf Russischen Märkten in der niederdeutschen Phraseologie des Tönnies Fonne (Pleskau, 1607) », dans Wernicke H., Jörn N. (dir.), Beiträge zur hansischen Kultur-, Verfassungs- und Schiffahrtsgeschichte (Hansische Studien X), Weimar, Böhlaus Nachvolger, 1998, p. 81-92.

34 Harder-Gersdorff E., « Datt harte brendt my… », op. cit., p. 154-155, p. 172-173.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search