Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Deuxième partie - La littérature d'usage ou les entrepreneurs de la technologie

Traités grammaticaux et guides de prononciation. De l’intention didactique aux préoccupations idéologiques des traducteurs espagnols dans la Venise du xvie siècle

Grammar Appendices and Pronunciation Guides: from the Didactic Intention to the Ideological Preoccupations of Spanish Writers in 16th Century-Venice

Françoise Richer-Rossi

Résumé

À Venise dans la deuxième moitié du xvie siècle, au moment où l’Espagne exerce son hégémonie politique et militaire en Italie, des guides de prononciation et des précis grammaticaux accompagnent certaines traductions de l’italien vers l’espagnol ainsi que des originaux espagnols. Ces ouvrages dans lesquels s’imbriquent et se croisent les langues italienne et espagnole, projettent une lumière significative sur les relations Espagne-Italie au milieu du xvie siècle. Nous allons nous pencher sur les guides de prononciation et les précis grammaticaux qui accompagnent des traductions de l’italien vers l’espagnol et des originaux espagnols (Alonso de Ulloa) ainsi que sur les ouvrages de Juan Miranda et de Cristóbal de Las Casas, respectivement auteur d’une grammaire de la langue espagnole en italien, et d’un dictionnaire bilingue. Nous allons moins nous intéresser à la méthode qu’aux intentions qui président à l’élaboration de ces manuels, et à leurs systèmes de représentations.

Texte intégral

Introduction

1À Venise, dans la deuxième moitié du xvie siècle, au moment où l’Espagne exerce son hégémonie politique et militaire en Italie, des guides de prononciation et des précis grammaticaux accompagnent certaines traductions de l’italien vers l’espagnol ainsi que des originaux espagnols.

  • 1 Lope Blanch J. M., La gramática de la lengua española. Visión histórica, Universidad Nacional Autón (...)
  • 2 Ibid., p. 10-11.
  • 3 Ridruejo E., “Los ‘modos de hablar’ en las Osservationi della lingua castigliana (1566) de Giovanni (...)
  • 4 Carreras y Goicoechea M., “El papel de las Osservationi della lingua castigliana de Giovanni Mirand (...)
  • 5 Lope Blanch J. M., La gramática de la lengua española…, op. cit., p. 22-23 ; il s’agit de El vocabu (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Valdés J. de, Diálogo de la lengua, edición, introducción y notas de Juan M Lope Blanch, Madrid, Cl (...)

2Que représentent du point de vue didactique et politique ces manuels techniques ? Ces ouvrages où s’imbriquent et se croisent les langues italienne et espagnole projettent une lumière significative sur les relations Espagne-Italie au milieu du xvie siècle, faites d’échanges et de partage de connaissances. Ce siècle appelé aujourd’hui Siècle d’Or, ne l’est pas seulement en littérature mais aussi en linguistique et en grammaire1. Jusqu’alors les langues vernaculaires n’ont jamais été étudiées et encore moins codifiées scientifiquement bien qu’en Espagne cette entreprise ait été engagée en 1492 par Antonio de Nebrija. Selon Juan M. Lope Blanch, l’humaniste andalou avait trois objectifs primordiaux : 1-codifier le castillan comme système linguistique aussi valide que le latin et le grec, 2-le conserver grâce à cette codification afin d’éviter sa corruption, 3-faciliter son enseignement à des gens d’autres nationalités. Tout ceci est écrit dans son prologue où il exprime le désir d’offrir au castillan « sa propre maison pour qu’il puisse y vivre » (« propia casa en que pueda morar »). On assiste donc à la combinaison harmonieuse de trois activités philologiques : la théorique ou descriptive (en tant que code grammatical d’une langue), historique (conservation de la langue à travers les siècles) et pédagogique (comme moyen d’enseignement de la langue à des locuteurs d’autres langues)2. La mode de l’espagnol fleurit aux Pays-Bas3 quand le prince Charles devient Roi d’Espagne en 1517, puis elle s’étend à toute l’Europe au fur et à mesure de l’expansion de l’Empire de Charles Quint qui a fait de l’Espagne une puissance hégémonique et commerciale4. Et c’est ainsi que le castillan, appelé bientôt espagnol, devient progressivement une langue internationale. Trois brefs traités d’auteurs inconnus5 (un de type purement lexicographique et deux de nature grammaticale) paraissent dans les Flandres. Il y a aussi la Gramática castellana de Cristóbal de Villalón (Anvers 1558). Mais les vrais progrès de la grammaire espagnole destinée aux étrangers ont lieu en Italie en raison d’intenses relations historiques et culturelles6. L’humaniste Juan de Valdés n’écrivait-il pas déjà en 1535, à Naples, dans son Diálogo de la lengua : « Ya en Italia assí entre damas como entre cavalleros se tiene por gentileza y galanía saber hablar castellano7 » ?

3Nous nous proposons de nous pencher ici sur les guides de prononciation et les précis grammaticaux qui accompagnent des traductions de l’italien vers l’espagnol et des originaux espagnols, ainsi que sur les ouvrages de Juan de Miranda et de Cristóbal de Las Casas, respectivement auteur d’une grammaire de la langue espagnole en italien, et d’un dictionnaire bilingue. Au-delà de l’analyse de la méthode, ce sont les intentions que nous approfondissons, celles qui président à l’élaboration de ces manuels et à leurs systèmes de représentations. Ces traducteurs méritent en effet une attention toute particulière tant il leur a semblé essentiel de faciliter la compréhension de leurs lecteurs en produisant des outils pratiques et accessibles, émaillés d’explications simples et de nombreux exemples. Au point de devenir grammairiens et linguistes. Quelles sont les intentions de ces médiateurs de savoir soucieux de relier les deux péninsules ?

4C’est en nous appuyant sur ces quelques exemples que nous interrogerons le positionnement idéologique qui sous-tend la rédaction de ces guides et de ces précis à l’appui de productions littéraires, traduites ou non, et que nous étudierons les mises en perspective des intentions didactiques à l’aune des axes politiques prioritaires.

Alfonso de Ulloa : linguiste pionnier, ou fin stratège ?

  • 8 Il est intéressant de souligner que sa première charge dans la Cité des doges fut celle de secrétai (...)
  • 9 Richer-Rossi F., « Giolito de Ferrari : un éditeur vénitien hispanophile », dans Redondo A. (dir.),(...)
  • 10 Dans la seule année 1553, on compte à son actif treize œuvres éditées en castillan.

5Guides de prononciation et précis grammaticaux accompagnent cinq ouvrages édités par Alfonso de Ulloa8 (trois traductions et deux éditions en langue originale espagnole). Un tel déploiement ne peut relever du hasard, et l’on peut dire qu’Alfonso de Ulloa, conscient de la nécessité d’une grammaire de l’espagnol pour les étrangers, accomplit un travail pionnier. Il entreprend cette œuvre au côté de Gabriele Giolito de Ferrari, un des plus grands éditeurs de Venise, connu pour son hispanophilie9. Traducteur le plus fécond de son époque, il devient une figure emblématique des relations hispano-italiennes dans la deuxième moitié du xvie siècle. En quelque dix années, il multiplie les traductions et prépare, en castillan ou en toscan, les éditions les plus diverses sur des sujets variés (histoire, religion, médecine, poésie, théâtre, etc.10)

  • 11 Nous reprenons ici les mots de Claude Allaigre : Allaigre C., « Travail, Vénus, patrie : La Galatea(...)
  • 12 Idée de succession des empires (Babylone, Médie, Perse, Macédoine, Grèce, Rome) dont le thème est p (...)
  • 13 Rumeu de Armas A., op. cit.
  • 14 Conquête brutale de l’Amérique, rejet des marranes et des morisques, extrême sévérité de l’Inquisit (...)
  • 15 En ménageant toutefois la susceptibilité italienne.
  • 16 Nous pouvons dire, comme Claude Allaigre à propos de Cervantès (Allaigre C., op. cit., p. 92), qu’i (...)

6Si son souci didactique est indéniable, il n’en demeure pas moins qu’Alfonso de Ulloa poursuit un autre but. Ses éditions dévoilent en effet des préoccupations idéologiques claires, assurer la promotion de l’espagnol et de sa culture. Il s’appuie à la fois sur la pensée du grammairien Antonio de Nebrija pour lequel il n’y avait pas d’Empire sans domination linguistique11, et sur l’idée de translatio Imperii12 ; mais aussi désormais, sur celle de translatio studii. On estime sur la base de documents relativement rares qu’Alfonso de Ulloa fut sans doute chargé officieusement, par l’ambassade d’Espagne à Venise, de faire campagne en faveur de son pays13. Pourquoi ? Venise est une République indépendante, contrairement à Milan ou à Naples sous domination espagnole, mais elle se trouve de plus en plus isolée et enserrée par les territoires occupés par les Espagnols. Ceux-ci, conquérants et dominateurs, n’ont pas bonne presse en Italie. Les Italiens se targuent en effet d’être les descendants de l’Empire romain dont la suprématie s’expliquerait selon eux par ce qu’il a apporté de culture et de civilisation aux peuples et aux populations. Ils sont loin d’apprécier ce renversement de situation qui les asservit aux Espagnols car cela leur semble incongru, tant pour eux l’Espagne évoque la barbarie à plusieurs titres14. Alfonso de Ulloa relève donc deux défis : redorer le blason de son pays, considéré dans les territoires italiens sous domination espagnole comme barbare et envahisseur, et démontrer15 que désormais la toute-puissante Espagne possède un empire plus grand que ne le fut jamais celui de la Rome antique. Il le fait sur le front de l’édition en participant activement à l’accroissement du prestige de l’Espagne16.

  • 17 Il traduisit quatre ouvrages de l’italien en espagnol, ce qui nous invite à penser qu’il comptait s (...)
  • 18 Ulysse G., Théâtre et société au Cinquecento, Université de Provence, 1984, p. 659 : « Certains aut (...)

7Ces buts politiques et idéologiques n’affectent cependant en rien les intentions didactiques d’Alfonso de Ulloa. Dans la deuxième moitié du xvie siècle, l’espagnol est à la mode partout en Europe17. Comme toute langue de vainqueurs18, elle suscite un véritable engouement de la noblesse soucieuse d’être au mieux avec le pouvoir, et elle est de surcroît utile aux voyageurs et aux marchands, nombreux à Venise, plaque tournante entre l’Orient et l’Occident.

  • 19 La Célestine, proche, par certains côtés, de la comédie italienne de la Renaissance, a également, p (...)
  • 20 Questión de amor, 16 x 10 cm, Obras de Boscán, 13 x 7,5 cm.
  • 21 La faltriquera est un petit sac que l’on accroche à sa ceinture.

8Ses intentions pédagogiques sont toutes aussi claires et son choix d’ouvrages judicieux, puisqu’il s’agit de livres qui ont su gagner la faveur du public : des ouvrages italiens, comme le Roland furieux de l’Arioste ou le Canzoniere de Pétrarque, mais aussi des originaux en espagnol. Les Œuvres de Boscán, très influencées par l’Italie, et l’anonyme Questión de amor en sont la preuve19. Ces deux derniers livres de petit format se glissent facilement dans la poche et sont faciles à emporter20. Ces « Obras de faltriquera21 » ou de « divertimiento », comme on les appelle, répondent ainsi au souci de voyager avec ses lectures.

  • 22 Poème épique comptant plus de 38 000 vers. Cet ouvrage, commencé en 1503, a connu une première publ (...)
  • 23 Arioste, Orlando furioso, Venetia, Giolito de Ferrari, 1553. Tabla general por vía d’alphabeto de l (...)

9En 1553 Alfonso de Ulloa accompagne la traduction espagnole du Roland furieux de l’Arioste22, de son ami Jerónimo de Urrea, d’une « breve introduction pour savoir l’espagnol et bien le prononcer, avec des explications en italien de tous les mots difficiles, avec une table générale de toutes les choses notables évoquées dans le livre ». En fait, il s’agit d’un véritable précis de grammaire qui n’a rien de bref, contrairement à ce que laisse entendre le titre. Il compte en effet trente-six pages, ce qui est beaucoup pour une introduction. À celles-ci viennent s’ajouter six de table, toutes rédigées en espagnol23.

  • 24 Exposición de todos los lugares difficultosos que en el presente libro se hallan. Con una breve dem (...)
  • 25 Arioste, Orlando furioso… Dédicace de Giolito de Ferrari à Urrea : « il nostro poeta assembra esser (...)
  • 26 Arioste, Orlando furioso, Carta al lector : « Me parescio tomar trabajo de le traduzir y poner en r (...)
  • 27 À propos des ajouts, voir Richer-Rossi F., « La représentation du pouvoir à travers quelques imprim (...)

10Cette introduction est éditée à part la même année chez le même éditeur24. Là, politique et didactique vont de pair, et ce sont plusieurs acteurs qui interviennent dans le paratexte. L’éditeur Giolito de Ferrari, tout d’abord. Dans sa dédicace au traducteur, il dit, pour assurer la promotion de sa nouvelle publication, qu’on pourrait croire à un original espagnol25. Puis, le traducteur s’adresse au lecteur en espagnol, la langue de sa traduction, et déclare vouloir rendre service aux Espagnols amoureux de cet ouvrage mais qui ne pourraient comprendre toutes les nuances du toscan. Tout en insistant sur sa fidélité à l’original italien26, il s’excuse pour les licences qu’il a prises. Il s’agit en l’occurrence d’informations qui lui semblent préjudiciables pour l’Espagne et qu’il a supprimées, et d’autres ajoutées, en revanche, afin de faire honneur à sa patrie27. Ne se contentant pas de traduire, Jerónimo de Urrea prend fait et cause pour son pays comme s’il se sentait investi de la mission de le défendre.

  • 28 Il relève notamment les consonnes qui se prononcent différemment.
  • 29 Arioste, Orlando Furioso… Alonso de Ulloa al lector estudioso de la lengua castellana : « siendo He (...)
  • 30 De nombreux marranes attendaient de pouvoir partir en Orient pratiquer librement la religion de leu (...)

11C’est au tour, enfin, d’Alfonso de Ulloa de s’adresser au lecteur dans Alonso de Ulloa al lector estudioso de la lengua castellana. En neuf lignes, rédigées en espagnol puis traduites en italien, Alfonso di Uglioa al lettor estudioso de la lengua castigliana, il souligne qu’il existe peu de différences entre les phonèmes espagnols et italiens. Arguant que ces deux langues se ressemblent beaucoup, il insiste simplement sur quelques réalisations phonologiques différentes28. Ces lignes sont suivies d’explications en italien jusqu’à la lettre x. La suite, en dix-huit lignes, est rédigée pour moitié en espagnol, et pour l’autre en italien. C’est en fait une conclusion en espagnol et en italien d’Alfonso de Ulloa dans laquelle il se livre à un petit cours d’histoire des langues29 afin d’expliquer que l’espagnol est issu du latin, tout comme l’italien, d’où leur ressemblance : « Se dize la lengua castellana Romance vulgar, porque se tomó de los Romanos. » Il s’appuie sur de très nombreux exemples (ñ = gn : señor-signore) pour étayer sa démonstration. Mais, c’est l’Espositione in lingua thoscana di molti vocaboli spagnuoli difficili, che nel presente libro si trovano qui représente le travail le plus approfondi puisque cette partie compte seize folios. Les termes espagnols sont expliqués en italien, non par ordre alphabétique mais par ordre d’apparition dans le texte, et les explications sont le plus souvent brèves, l’auteur se contentant en général de quelques mots. Il consacre en revanche vingt-trois lignes à l’entrée marrano. Pourquoi ? Alfonso de Ulloa ne pouvait ignorer que les Italiens appellaient marrani les Espagnols. Il donne une explication circonstanciée, s’appuyant sur Antonio de Nebrija selon lequel un marrano est tout d’abord un porc d’un an, puis le surnom donné en Espagne aux descendants des juifs convertis après l’expulsion des juifs d’Espagne par les Rois Catholiques. L’auteur explique que depuis leur arrivée en Italie, en particulier à Venise et à Ferrare, tous ceux que les Italiens entendent parler espagnol deviennent naturellement pour eux des marrani. Alfonso de Ulloa conclut que c’est à tort que les Italiens appellent marrani les Espagnols car ses compatriotes sont des vieux-chrétiens. Pour lui, sont marrani les juifs partis à Salonique, et ceux qui se trouvent à Ancone ou à Venise et qui commercent avec le Levant30. Voici les vrais marranes, insiste-t-il. Il ajoute en des mots d’une saisissante clarté qui, dans son esprit, lavent son pays de tout soupçon de judaïté :

  • 31 Arioste, Orlando furioso…, Espositione in lingua thoscana di molti vocaboli spagnuoli difficili, ch (...)

Nous avons expliqué tout ceci afin que l’on comprenne bien que l’Espagne s’est débarrassée de cette race, et que l’on sache que si un juif ou un marrane tombe entre ses mains, il est immédiatement envoyé au bûcher car elle poursuit toujours la préservation de la pureté de la religion chrétienne telle que le Seigneur notre Dieu nous l’ordonne31.

  • 32 Voir Alberi E., Relationi degli ambasciatori veneti durante il secolo xvi, Firenze, Tipografia all’ (...)

12Cette très longue et très politique explication adressée aux Italiens montre à quel point Alfonso de Ulloa veut extirper le mépris que ces derniers ressentent envers des Espagnols conquérants et évangélisateurs, autoproclamés défenseurs de la vraie foi, mais considérés par les Italiens comme peu orthodoxes puisque descendant en fait de juifs et de Maures32.

  • 33 Le Canzoniere est un recueil de 366 poèmes, composé principalement de sonnets, les autres pièces se (...)

13La même année, Alonso de Ulloa prépare chez Nicolao Bevilaqua l’édition de la traduction en espagnol du Canzoniere de Pétrarque de Salusque Lusitano33.

  • 34 Petrarca F., De los sonetos…, Venetia, Nicolò Bevilacqua, 1567. Dédicace du traducteur : « En esta (...)
  • 35 Ibid., Alfonso de Ulloa al lector : « Merece mucho loor, por haverse obligado no sólo ala sentencia (...)
  • 36 Ibid., « Y para mas declaracio de la obra, y porque no le faltasse nada, hà hecho breves argumetos (...)
  • 37 Casa/casas en castillan; casa/case en toscan.
  • 38 Petrarca F., De los sonetos…., Alfonso de Ulloa al lector : « Quanto à lo que toca al verso, se vè (...)
  • 39 Ibid. : « … que hà sido de hazer servicio a la lengua castellana, de que por cierto se le deven las (...)
  • 40 Ibid. : « Y esto para que no sólo tengan el Petrarca traduzido, mas todas las maneras e invenciones (...)

14Le Canzoniere commence par la dédicace de Salusque Lusitano, rédigée en espagnol. De même que le traducteur de l’Arioste, celui de Pétrarque y souligne un travail ambitieux auquel il a consacré quelques années34. On retrouve ensuite les mêmes compliments que ceux adressés par l’éditeur Giolito de Ferrari au traducteur de l’Arioste, mais cette fois c’est Alfonso de Ulloa qui s’exprime dans sa lettre aux lecteurs pour vanter une transposition très fidèle malgré la difficulté de traduire Pétrarque35. Il souligne que Salusque Lusitano a ajouté des explications à chaque sonnet et à chaque chanson afin de faciliter la compréhension de tous36. Dans cette lettre au lecteur, il juge le travail du traducteur. Ulloa révèle là sa grande habileté dans l’art de passer d’une langue à l’autre à travers des exemples précis. Ainsi, au sujet des vers et de leur musicalité, il insiste sur le talent de Salusque Lusitano car le castillan, dit-il en connaisseur, ne subit pas les mêmes flexions que le toscan au pluriel37, ce qui rend très difficile la traduction des vers38. Se dégage de cette lettre, un sentiment de vive reconnaissance envers le traducteur qui « a rendu service à la langue espagnole, et on doit lui en savoir gré39 ». Alfonso de Ulloa révèle une fois de plus combien il juge important le rôle de ceux qui traduisent. Ils sont non seulement des médiateurs de savoir, mais surtout des ambassadeurs de leur pays. Il ne fait aucun doute, qu’à travers Salusque Lusitano, il vante son propre travail et son propre dévouement à la couronne espagnole. Ainsi, au-delà du plaisir du lecteur et des louanges du toscan pour sa beauté et sa richesse40, Alfonso de Ulloa ne perd jamais de vue la notion d’utilité au bénéfice de l’Espagne.

  • 41 Richer-Rossi F., « Giolito de Ferrari », op. cit., p. 216.
  • 42 Dans Questión de amor, à la fin de l’ouvrage, du folio 156 à 158. Dans Obras de Boscán, à la fin au (...)

15La même année, il prépare l’édition de deux originaux en espagnol Las obras de Boscán y algunas de Garcilaso et Questión de amor41, chez Giolito de Ferrari. Les deux sont accompagnés d’une Introdutione che mostra il signor Alfonso di Ulloa a proferire la lingua castigliana42. Alfonso de Ulloa formule des remarques sur les dissemblances qui existent entre l’italien et l’espagnol dans la relation graphie/phonie. Il donne les mêmes explications que dans les traductions évoquées plus haut, notamment sur l’origine de l’espagnol, qui vient du latin, ce qui explique la ressemblance avec l’italien.

16En 1569, il travaille sur l’édition d’un autre ouvrage emblématique de l’imbrication de la langue et de la politique. Il s’agit des Dialoghi de Massimo Troiano parus en version originale à Munich en 1568, puis rapidement suivis de leur traduction en espagnol. Cet ouvrage est particulièrement intéressant. Il s’agit d’une édition bilingue : le texte italien à gauche et l’espagnol à droite. Moderne, cette nouvelle présentation rend indéniablement la lecture plus agréable, et les personnages des Dialoghi louent à plusieurs reprises cette commodité pour l’apprentissage d’une langue. Cependant, seuls les Dialoghi sont bilingues. La préface de l’auteur, la lettre d’Alfonso de Ulloa au lecteur, la table et le Compendio (précis grammatical) sont en italien.

  • 43 Troiano M., Dialoghi, Venetia, Bolognino Zaltieri, 1569. Massimo Troiano était un musicien napolita (...)
  • 44 Miranda J. de, Osservationi della lingua castigliana, Venetia, Giolito de Ferrari, 1566. On ne sait (...)
  • 45 Troiano M., Dialoghi, op. cit. : f. 196.

17Pour traduire ses Dialoghi43, Massimo Troiano a fait appel à l’Espagnol Juan de Miranda, auteur d’une célèbre grammaire espagnole. Or, ce qui est surprenant, c’est qu’à cet ouvrage bilingue viennent s’ajouter deux dialogues de Massimo Troiano intitulés Il compendio di Massimo Troiano tratto dalle osservationi di M. Giovanni Miranda, un précis grammatical pour apprendre à lire, comprendre et prononcer la langue espagnole. Cet auteur se sert de la grammaire de Juan de Miranda parue trois ans plus tôt, en 1566, à Venise44. Il l’adapte, convaincu de l’utilité d’un précis grammatical45. En 1553, soit seize ans plus tôt, cette grammaire pour les étrangers n’avait pas encore vu le jour et Alfonso de Ulloa avait échafaudé son Introduzione pour aider les Italiens et ses compatriotes. Or, en 1569, la grammaire de Miranda a trois ans d’existence. C’est la première grammaire espagnole destinée aux étrangers.

  • 46 Troiano M., Dialoghi, op. cit., Alfonso Ulloa ai lettori.
  • 47 Ibid., « ne trarrano gran frutto (Ils en tireront grand profit.) »
  • 48 Ibid. Il déclare : « di ciò per la parte che à me tocca gliene rendo molte gratie : & tutti ancora (...)

18L’espagnol est mis à l’honneur dans sa lettre au lecteur. Et Alfonso de Ulloa d’exprimer sa reconnaissance. Il remercie ceux qui se donnent la peine d’écrire des règles (regole & precetti) qui facilitent l’apprentissage des langues étrangères et la connaissance de ce qui en fait le génie. Il insiste sur le fait que malgré les travaux édités en langue vulgaire sur de nombreux sujets, il n’existait pas, selon lui, jusqu’à présent un ouvrage sur des observations et règles sur la langue espagnole46. Et d’exhorter les lecteurs à prêter la plus grande attention à cette œuvre47. Alfonso de Ulloa, comme il l’a fait avec Jerónimo de Urrea et Salusque Lusitano, remercie Massimo Troiano et invite les lecteurs à en faire autant48.

  • 49 Ibid., Seguita Il compendio di Massimo Troiano tratto dalle osservationi di M. Giovanni Miranda. Ne (...)
  • 50 Un des personnages des Dialoghi, Fortunio, alors qu’il insiste à nouveau sur la brièveté qui sied à (...)
  • 51 «& senza dubbio spero di darvi ad intendere con tanta facilità, & con tanti chiari essempi la vera (...)

19Avec ce Compendio49 tiré des Osservationi…, l’auteur des Dialoghi résume en trente-sept pages50, en italien seulement, les notions grammaticales de Juan de Miranda. Il développe surtout la dimension phonologique, sans doute parce qu’elle est la plus essentielle de la communication. Fortunio : « Et sans aucun doute j’espère vous faire comprendre si facilement, avec de nombreux exemples clairs, la véritable prononciation des Espagnols, que bientôt vous pourrez lire, comprendre et parler le castillan51. »

  • 52 Kusher E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, 2004, p. 135 : « L’amb (...)
  • 53 Troiano M., op. cit., Alfonso Ulloa ai lettori : « ha voluto che in lingua spagnuola si traducesse.(...)
  • 54 Troiano M., Dialoghi, op. cit., Il compendio : « … dirò solo di quelle che sono diverse, cioè ç, h, (...)

20Ce résumé des difficultés est des plus originaux car il épouse la forme de l’ouvrage principal (sauf qu’il n’est pas bilingue). Les deux personnages Fortunio et Marino continuent en effet de dialoguer, mais cette fois il ne s’agit que de langue. L’action se poursuit dans un jardin parfumé, le locus amœnus par excellence, une convention littéraire bien connue. Il nous semble particulièrement suggestif ici que ce précis de grammaire, présenté sous la forme du dialogue, très appréciée à la Renaissance, acquière une dimension toute nouvelle et conquière en quelque sorte ses lettres de noblesse. Cette discussion confère à ce modeste précis de grammaire une forme organisée et une importance fondamentale52. Le dialogue des deux hommes entre assurément en résonance avec la lettre d’Alfonso de Ulloa au lecteur dans laquelle il loue la clairvoyance d’un Massimo Troiano désireux que son ouvrage soit traduit en espagnol53, et il insiste sur le rôle primordial des traductions dans la diffusion des connaissances. Comme Alfonso de Ulloa l’a fait des années plus tôt, Massimo Troiano, par le truchement de ses deux personnages, souligne la facilité de l’apprentissage de l’espagnol. Il fait remarquer le peu de dissemblances entre les langues des deux péninsules54.

  • 55 Ibid., Alfonso Ulloa ai lettori : « essendo questo molto necessario ad ogni sorte di huomini ; & sp (...)

21Pour Alfonso de Ulloa, cet ouvrage est digne de louanges car il facilite la compréhension et par là-même une meilleure entente entre Espagnols et Italiens. Et de souligner l’utilité des langues étrangères, non seulement pour les intellectuels, mais aussi pour les voyageurs et les marchands55. Il ne faut pas oublier, d’une part, que l’Espagne est une grande puissance commerciale et que, d’autre part, nous sommes à Venise, ville d’échanges par excellence. Fortunio ne rappelle-t-il pas que de nombreux Italiens parlent espagnol et que Marinio n’aura aucun mal à se faire lire ces lettres à défaut d’Espagnols ?

La finalité pratique de la grammaire de Juan de Miranda et le message politique de Cristóbal de Las Casas

  • 56 Miranda J. de, Osservationi della lingua castigliana, Venise, Giolito de Ferrari, 1566.
  • 57 Carreras y Goicoechea M., “El papel…”, op. cit., p. 19. Toutes sont de Giolito de Ferrari, sauf cel (...)
  • 58 Lope Blanch J. M., op. cit., p. 26. L’auteur ajoute toutefois que l’imitation dépassa l’original, e (...)
  • 59 Ridruejo E., “Los ‘modos de hablar’…”, op. cit. ; Carreras y Goicoechea M., “El papel…”, op. cit.
  • 60 15 x 10 cm.
  • 61 Lope Blanch J. M., La gramática de la lengua española…, op. cit., p. 24. Selon l’auteur, Oudin s’en (...)
  • 62 1 622 entrées.
  • 63 «Ho dunque ridotte insieme alcune regole, col mezzo delle quali potrà ciascuno impadronirsi perfett (...)
  • 64 Déjà Juan de Valdés s’était rendu compte de ce manque, et c’est à cette lacune que répond le Diálog (...)

22Attachons-nous maintenant à la grammaire de Juan de Miranda, Osservationi della lingua Castigliana56. Parmi les plus importantes grammaires en Italie, elle connut deux éditions, en 1566 et en 1583, dont la première fut rééditée trois fois (1567, 1568, 1569) et la deuxième, cinq (1584, 1585, 1594, 1595 et 1622)57. Juan M. Lope Blanch explique sa parution en Italie, à Venise, par l’inclination des Italiens pour l’étude de l’espagnol et sans doute par l’important précédent qu’avait été le traité de Giovanni Mario Alessandri d’Urbino, Il paragone della lingua toscana et castigliana, publié à Naples en 156058. De nombreux chercheurs se sont penchés sur la grammaire de Juan de Miranda et l’ont décrite en détail59. Ce n’est pas notre propos ici. Nous voulons en effet insister avant tout sur le besoin auquel elle répond, et sur sa commodité, évidente dans sa présentation et son format60. C’est un code grammatical (surtout du point de vue morphologique), le premier auquel on peut vraiment concéder ce titre, très complet et utile61. Le souci pratique de Miranda apparaît clairement. Ses explications ne sont ni trop courtes et incomplètes, ni trop longues et compliquées. Les linguistes s’accordent à expliquer ce succès par la simplicité des commentaires, plus descriptifs que théoriques, et grâce aux nombreux exemples62. La finalité pratique de son ouvrage est soulignée par l’auteur lui-même dans son prologue : « J’ai donc réuni quelques règles grâce auxquelles chacun pourra maîtriser parfaitement notre langue espagnole63. » Et de déclarer répondre à un besoin puisqu’il s’agit pour lui de détromper les Italiens qui croient, à tort, connaître l’espagnol. Il énumère les différences avec le toscan afin de les aider à bien parler le castillan64 :

  • 65 «Ma io, come ho gia detto, non faccio questa fatica per gli Spagnuoli, che so non essergli punto ne (...)

Mais moi, je n’ai pas pris cette peine pour les Espagnols, car je sais que ce n’est pas du tout nécessaire ; je l’ai fait seulement pour être utile aux gentilshommes italiens car je suis sûr que beaucoup auront à cœur de comprendre notre langue65.

23Son objectif avoué, aider les gentilshommes italiens dans leur apprentissage de l’espagnol et promouvoir cette langue, est atteint. Son succès de librairie le prouve indéniablement.

  • 66 Juan de Miranda, op. cit., p. 389. « Laz, come habbiamo detto, si pronuntia con gran forza da noi [ (...)
  • 67 Ibid., p. 363. « Nel pronuntiare la f, na meno nello scrivirla io truovo differenza, tra castiglian (...)
  • 68 Ulloa dit la même chose.

24Pratique, sans prétendre à l’exhaustivité, cette grammaire souligne les nombreux points communs entre l’espagnol et l’italien. Et l’auteur y étudie avec plus d’attention les lettres dont la prononciation risque de poser problème. Il déclare : « Le z, comme nous l’avons dit, se prononce avec force chez nous [les Espagnols], et n’est jamais double66. » En revanche, il précise : « Je ne vois pas de différence dans la prononciation du f et dans son orthographe non plus, entre les Castillans et les Toscans67. » Avec cette affirmation, Juan de Miranda a le sentiment de décrire ce phonème avec suffisamment de précision68.

  • 69 Ridruejo E., op. cit., p. 20. L’auteur insiste sur le fait que Juan de Miranda s’éloigne des gramma (...)
  • 70 Ibid., p. 22. L’auteur observe que depuis la parution des Adagia d’Érasme (1500), les proverbes ret (...)
  • 71 Carreras y Goicoechea M., op. cit., p. 18. Pour l’auteure, cela ne se fait dans aucune grammaire po (...)

25Cependant, il ne s’agit pas, comme le titre pourrait le laisser entendre, de simples observations (Osservationi) isolées sur les sons et les formes des paradigmes mais d’un corps de doctrine basique qui insiste sur les emplois, leurs contextes et les effets produits69. Abondamment réutilisé par de nombreux grammairiens, cet ouvrage doit son succès à une méthode judicieuse qui range les exemples lexicaux en huit corpus équilibrés et ordonnés par ordre alphabétique. On y trouve plusieurs exemples phraséologiques, dialogiques et rhétoriques, présentés de façon progressive : d’abord des mots, puis des phrases et des proverbes70 et plus tard, des dialogues et des fragments littéraires. En outre, Miranda présente très souvent les exemples en colonnes classées par ordre alphabétique afin d’en faciliter la lecture et la mémorisation71.

  • 72 Maniere di parlare che communmente da’castigliani vengono usate.
  • 73 Ridruejo E., op. cit., p. 28. L’auteur explique que pour les comparaisons et les exclamations, Mira (...)
  • 74 Carreras y Goicoechea M., op. cit., p. 17.
  • 75 Ibid., p. 22. Nous citons l’auteure.

26Ce qui fait aussi l’originalité de la grammaire de Miranda, c’est le livre trois intitulé Façons de parler communément utilisées par les Espagnols72. Il s’agit des comparaisons, exclamations et traits d’esprit73. Nous l’avons vu, l’objectif de Miranda se situe au cœur de la communication. Il va bien au-delà des explications grammaticales et se donne la peine d’expliquer les significations différentes que recouvrent des façons de parler. Son point de vue est très moderne : la grammaire ne suffit pas, il faut maîtriser la communication. Et pour cela, il juge nécessaire de recourir à des énoncés à caractère descriptif, mélioratif ou péjoratif, et de savoir en quelles circonstances ils sont employés et dans quel but. Et il insiste par conséquent sur l’analyse des effets de sens ; il est intéressant à ce propos de constater que Juan de Miranda sort du cadre des livres de grammaire et empiète sur les traités de courtoisie. Les chercheurs soulignent qu’il sait maintenir, bien différenciés, les deux niveaux qui correspondent à deux types de lecteurs. Pour María Carreras y Goicoechea, notamment, c’est évident à la lecture des exemples choisis74. En effet, avec certains énoncés, Miranda montre quel doit être le comportement verbal du courtisan et quels effets sociaux cela génère. Ces deux publics différents, l’un constitué d’étudiants et de commerçants et l’autre de courtisans, ne poursuivent évidemment pas les mêmes objectifs : les premiers aspirent à se cultiver ou à faire des affaires75, les seconds souhaitent converser avec des Espagnols bien en cour.

  • 76 Las Casas C. de, Vocabulario de las dos lenguas toscana y castellana…, Venise, Paolo Zanfretti, 158 (...)
  • 77 10 x 15 cm.
  • 78 Dans Osservationi overo introduttioni della lingua castigliana, ses explications sont claires : il (...)
  • 79 Las Casas C. de, op. cit. : « Nuestras letras assí vocales, como consonantes son las mesmas que usa (...)
  • 80 Ibid., dédicace. « Considerando pues yo, quanto más enriquescida, y adornada pudiera estar nuestra (...)
  • 81 Ibid. Les quelques mots de la fin de sa dédicace, pour dire que les Italiens aussi pourront profite (...)

27Le Vocabulario de las dos lenguas toscana y castellana76, un ouvrage de petit format77 de Cristóbal de Las Casas, paraît à Séville en 1570. Il est édité et réédité une quinzaine de fois de 1576 à 1597 à Venise. Il commence par une introduction de trois folios en castillan sur les prononciations italienne et espagnole, Introdución para leer y pronunciar en las lenguas toscana y castellana. Viennent ensuite une partie en italien de longueur approximativement égale, Osservationi overo introduttioni della lengua castigliana78, puis une dizaine de folios rédigée également en italien, Della ortografia et mutamento di lettere della lingua castigliana. Commence alors le dictionnaire à proprement parler avec Primera parte del vocabulario dela lengua toscana y castellana (italien/espagnol), de 247 pages, puis Segunda parte del vocabulario de las dos lenguas castellana y toscana de Christóbal de Las Casas donde se contiene la declaración de castellano en toscano (espagnol/italien) de 168 pages. Cet ouvrage a attiré notre attention non parce qu’à l’instar de Juan de Miranda ou d’Alfonso de Ulloa, l’auteur y insiste sur les ressemblances entre les deux langues et met l’accent sur la facilité de cet apprentissage79, mais parce que contrairement à eux, il souhaite enseigner l’italien aux Espagnols et non l’inverse. Ce livre est le seul à voir le jour en Espagne. À l’opposé d’un Alfonso de Ulloa obnubilé par la promotion de l’histoire et de la littérature espagnoles en Italie et persuadé que l’Espagne a été en quelque sorte choisie pour mener à bien un destin exceptionnel, Las Casas considère que son pays a des progrès à faire dans le domaine du partage des connaissances : ainsi déplore-t-il le manque de curiosité de ses compatriotes et leur négligence80. Constatation sans amertume et prudente critique. L’Espagne de Philippe II est sévère en matière de censure. Las Casas explique que devant le manque de traductions espagnoles, il a entrepris un gros dictionnaire afin que ses concitoyens puissent en quelque sorte devenir leur propre traducteur et comprendre les œuvres de leur choix81.

  • 82 Ibid., dédicace : « ya no ay hombre, que no pretenda, o dessee alomenos [sic] aprenderla, y cierto (...)
  • 83 Richer-Rossi F., « La représentation du pouvoir… », op. cit., p. 202.

28Las Casas insiste sur l’intérêt que va susciter son ouvrage auprès des Espagnols qui, souligne-t-il avec diplomatie, comptent de nombreux esprits de qualité. Pour lui, un grand pays comme l’Espagne doit communiquer avec les autres et profiter de leurs découvertes dans tous les domaines. Son dictionnaire bilingue est donc un acte politique fort qui revendique à la fois l’éducation et l’expansion du savoir, ainsi que le partage des connaissances. Discrètement, Cristóbal de Las Casas tourne le dos à l’Espagne triomphante et hégémonique. En louant la beauté de la langue italienne82, il souhaite ouvrir ses compatriotes au monde et les rendre moins narcissiques, moins méprisants. Et d’admirer l’ouverture d’esprit italienne. N’affirme-t-il pas que les Italiens traduisent tout, et qu’il suffit par conséquent de connaître le toscan pour tout savoir ? Sous la plume de Cristóbal de Las Casas apparaît en filigrane le contraste saisissant entre cette liberté louée des Italiens et les mesures drastiques de Philippe II qui condamne ses sujets à l’ignorance. L’ordre royal de 1559 interdit aux Espagnols d’étudier à l’étranger (sauf à Bologne, Naples et Coïmbre), et d’importer des livres en castillan, imprimés hors d’Espagne83.

Conclusion

29Ces textes courts, en forme de paratexte, appelés sobrement introduzione ou compendio, ont tous en commun d’être des ajouts, des appendices. Comme l’outil est le prolongement de la main, ces textes deviennent celui du livre. Ou comment un ouvrage intellectuel devient pratique. En effet, tous sont des écrits commodes, jamais rébarbatifs, dont l’objectif répété est de favoriser la compréhension et la communication en passant continuellement d’une langue à l’autre. Quand il ne s’agit pas de paratexte, comme dans les éditions d’Alfonso de Ulloa, mais d’une véritable grammaire, elle s’appelle en toute modestie Osservationi. Ces observations, fruit par définition d’un regard attentif, s’offrent en toute bienveillance.

  • 84 C’est pour eux en particulier qu’il éditait de grandes œuvres espagnoles en langue originale (la Di (...)
  • 85 Guidotti G., « Il debito di Cristóbal de las Casas con la lessicografia italiana », Cuadernos de Fi (...)
  • 86 Gloria Guidotti le souligne elle-même.

30Les auteurs que nous avons cités, loin d’effrayer le lecteur avec des titres et des développements savants, le guident et l’accompagnent. Ces ouvrages, pour la plupart de quelques feuillets, sont techniques parce qu’ils donnent un mode d’emploi, une notice explicative. Ce travail est mis au service de la collectivité, des étudiants, des courtisans, des marchands. Alfonso de Ulloa, Juan de Miranda, Cristóbal de Las Casas, aux personnalités et aux objectifs parfois différents, œuvrent tous à resserrer les liens entre les deux péninsules. Le premier use de séduction pour promouvoir sa langue et, pourquoi pas, pour faire aimer son pays et ses concitoyens en Italie. Pour lui c’est un plaisir et un honneur de contribuer à la grandeur de son pays84. Le regard que portent les scientifiques contemporains sur l’œuvre des deux autres s’entoure d’accents polémiques au sujet de leurs dettes envers leurs prédécesseurs85. Or, de notre point de vue, qu’ils aient été ou non précurseurs n’est pas pertinent. Le mérite de leurs ouvrages est de mettre en perspective les connaissances linguistiques et civilisationnelles des deux péninsules, de contribuer à une meilleure connaissance mutuelle entre Espagnols et Italiens, et de faire tomber les barrières et les préjugés. Le succès que ces ouvrages ont connu en Italie est, à n’en pas douter, une preuve incontestable du besoin et de l’utilité auxquels ils ont répondu86.

Notes

1 Lope Blanch J. M., La gramática de la lengua española. Visión histórica, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades, 1999.

2 Ibid., p. 10-11.

3 Ridruejo E., “Los ‘modos de hablar’ en las Osservationi della lingua castigliana (1566) de Giovanni Miranda”, Quaderns de Filologia. Estudis lingüístics. vol. xiii, 2008, p. 1, 9-37.

4 Carreras y Goicoechea M., “El papel de las Osservationi della lingua castigliana de Giovanni Miranda (1566) en la historia de la enseñanza del español para italianos”, Quaderni del CIRSIL-1, 2002, p. 9.

5 Lope Blanch J. M., La gramática de la lengua española…, op. cit., p. 22-23 ; il s’agit de El vocabulario para aprender francés, español y flamini (Anvers, 1520), Util y breve institución para aprender los principios y fundamentos de la lengua Hespañola (Louvain 1555) et Gramática de la lengua vulgar de España (Louvain, 1559).

6 Ibid.

7 Valdés J. de, Diálogo de la lengua, edición, introducción y notas de Juan M Lope Blanch, Madrid, Clásicos Castalia, 1984, p. 41 : « Désormais en Italie, aussi bien les dames que les gentilshommes trouvent courtois et galant de savoir parler espagnol. »

8 Il est intéressant de souligner que sa première charge dans la Cité des doges fut celle de secrétaire de l’ambassadeur d’Espagne, don Juan de Mendoza (1547-52) et qu’il devint ensuite traducteur et éditeur d’œuvres originales en espagnol et en italien. Voir Rumeu de Armas A., Alfonso de Ulloa, introductor de la cultura española en Italia, Madrid, Gredos, 1973, p. 39 et suivantes. Accusé d’espionnage, Alfonso de Ulloa se serait tourné vers l’édition.

9 Richer-Rossi F., « Giolito de Ferrari : un éditeur vénitien hispanophile », dans Redondo A. (dir.), Écriture, pouvoir et société aux xvie et xviie siècles, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 211-220.

10 Dans la seule année 1553, on compte à son actif treize œuvres éditées en castillan.

11 Nous reprenons ici les mots de Claude Allaigre : Allaigre C., « Travail, Vénus, patrie : La Galatea de Cervantès », dans Le livre et l’édition dans le monde hispanique, xvie-xxe siècles. Pratiques et discours paratextuels, 1992, numéro hors-série de Tigre, p. 77-93, p. 78. Il ajoute : « Le critère de bonne santé d’une langue réside dans son enrichissement, c’est-à-dire son accroissement. »

12 Idée de succession des empires (Babylone, Médie, Perse, Macédoine, Grèce, Rome) dont le thème est présent dans la philosophie médiévale de l’histoire.

13 Rumeu de Armas A., op. cit.

14 Conquête brutale de l’Amérique, rejet des marranes et des morisques, extrême sévérité de l’Inquisition qui ne fait que souligner combien l’Espagne n’est pas un exemple quant à la pureté de la foi de ses habitants.

15 En ménageant toutefois la susceptibilité italienne.

16 Nous pouvons dire, comme Claude Allaigre à propos de Cervantès (Allaigre C., op. cit., p. 92), qu’il concevait l’écriture comme un travail, un travail utile à l’Empire espagnol.

17 Il traduisit quatre ouvrages de l’italien en espagnol, ce qui nous invite à penser qu’il comptait sur l’adhésion des résidents espagnols en Italie. Il s’agit des titres suivants : El duello de Girolamo Muzio (1552), Sentencias y dichos de diversos sabios y antiguos auctores, assí griegos como latinos, recogidos por M. Nicolás Liburnio (1553), Exposición de todos los lugares difficultosos […] que el Ariosto ha imitado en diversos autores…, de Lodovico Dolce (1556), et Diálogo de las empresas militares y amorosas de Paolo Giovio (1558).

18 Ulysse G., Théâtre et société au Cinquecento, Université de Provence, 1984, p. 659 : « Certains auteurs mettent leur œuvre au service d’une collaboration avec les nouveaux protecteurs de l’Italie. C’est le cas, et pour cause – Charles Quint étant dans la salle – pour les Tre tiranni de A. Ricchi mais aussi pour la Constanza de F. Vettori. »

19 La Célestine, proche, par certains côtés, de la comédie italienne de la Renaissance, a également, par exemple, conquis le public italien.

20 Questión de amor, 16 x 10 cm, Obras de Boscán, 13 x 7,5 cm.

21 La faltriquera est un petit sac que l’on accroche à sa ceinture.

22 Poème épique comptant plus de 38 000 vers. Cet ouvrage, commencé en 1503, a connu une première publication en 1516, puis a été repris et développé en 1521 et achevé en 1532.

23 Arioste, Orlando furioso, Venetia, Giolito de Ferrari, 1553. Tabla general por vía d’alphabeto de las cosas mas notables que se contienen en el presente libro. Agora nuevamente ampliada.

24 Exposición de todos los lugares difficultosos que en el presente libro se hallan. Con una breve demostración de muchas comparaciones y sentencias que el Ariosto ha imitado en diversos Auctores contenidas en el. Recogidas por el s. Ludovico Dulce, y nuevamente copiladas y traduzidas del thoscano idioma en romance Castellano por el s. Alonso de Ulloa, con una exposición por el hecha de algunos vocablos Castellanos en lengua Thoscana, Venecia, Gabriel Giolito de Ferrari, 1553. L’unique exemplaire que nous ayons trouvése trouveà la bibliothèque deSaint-Marc (Marciana) à Venise (393.D.148).

25 Arioste, Orlando furioso… Dédicace de Giolito de Ferrari à Urrea : « il nostro poeta assembra esser vostro natio », « Notre poète semble être originaire de votre pays. »

26 Arioste, Orlando furioso, Carta al lector : « Me parescio tomar trabajo de le traduzir y poner en romance castellano quan acertada y fielmente supe. (Il me sembla que cela valait la peine de le traduire et le transposer en langue castillane aussi justement et fidèlement que possible.) »

27 À propos des ajouts, voir Richer-Rossi F., « La représentation du pouvoir à travers quelques imprimés espagnols à Venise dans la deuxième moitié du xvie siècle », dans Redondo A. (dir.), Le pouvoir au miroir de la littérature en Espagne aux xvie et xviie siècles, Paris, PSN, 2000, p. 199-215, p. 201. L’auteure cite Chevalier M., « L’Arioste et l’Espagne (1530-1650). Recherches sur l’influence du « Roland furieux » », thèse de doctorat, Université de Bordeaux, 1966, p. 80-81. C’est entre les stances italiennes 92 et 93qu’Urrea en intercale dix-sept nouvelles pour célébrer l’Espagne.

28 Il relève notamment les consonnes qui se prononcent différemment.

29 Arioste, Orlando Furioso… Alonso de Ulloa al lector estudioso de la lengua castellana : « siendo Hespaña so el señorio e mando del Imperio Romano, el emperador ordenó y mandó poner en todas las ciudades y villas y lugares de toda Hespaña […] escuelas de lengua romana, porque no se podían entender los Hespañoles, que solían hablar en Griego vulgar muy escuro, y otros en lengua vizcaina muy revesada, y por esto se dize la lengua castellana romance vulgar porque se tomó de los romanos. » Alfonso de Ulloa au lecteur étudiant la langue castillane : « Au temps où l’Espagne était sous la domination de l’Empire romain, l’empereur ordonna que l’on fonde dans toutes les cités, villes et villages de toute l’Espagne […] des écoles où l’on enseignerait la langue romaine car les Espagnols ne se comprenaient pas : certains parlaient un grec vulgaire très obscur et d’autres s’exprimaient dans un biscayen très embrouillé. Voilà pourquoi on dit que le castillan est une langue romane vulgaire : parce qu’elle vient des Romains. »

30 De nombreux marranes attendaient de pouvoir partir en Orient pratiquer librement la religion de leurs ancêtres.

31 Arioste, Orlando furioso…, Espositione in lingua thoscana di molti vocaboli spagnuoli difficili, che nel presente libro si trovano : « Questo abbiamo ditto, accio che s’intenda qualmente la Hispagna è netta di questa razza, e se sapia che comme s’ha nella man un Giudeo o Marrano, di fatto lo mandano al fuoco, procacciando sempre conservare la religione christiana in quelle candidezza & puritàche il Signore Iddio ci commanda. »

32 Voir Alberi E., Relationi degli ambasciatori veneti durante il secolo xvi, Firenze, Tipografia all’insegna di Clio, 1839-63. Les ambassadeurs vénitiens, dans leurs Relations au Sénat, avaient des mots très durs envers les Espagnols « contaminés » [sic] par tant de morisques et de descendants de juifs, qui pratiquaient en secret la religion de leurs ancêtres.

33 Le Canzoniere est un recueil de 366 poèmes, composé principalement de sonnets, les autres pièces se répartissant entre chansons, sextines, ballades et madrigaux. Pour plus d’informations sur le traducteur, voir Canals Piñas J., Salomón Usque, traductor del Canzoniere de Petrarca, thèse de doctorat, université autonome de Barcelone.

34 Petrarca F., De los sonetos…, Venetia, Nicolò Bevilacqua, 1567. Dédicace du traducteur : « En esta tradución [sic] he gastado algunos años de mi vida. (J’ai consacré à cette traduction quelques années de ma vie. »)

35 Ibid., Alfonso de Ulloa al lector : « Merece mucho loor, por haverse obligado no sólo ala sentencia, mas aun alos mismos números de sílabas, de los versos, y dela respondencia de los consonantes […] y siendo como es este el más culto, y más pulido autor que en tal materia ha escrito, ansi de Griegos, como de Latinos y vulgares, es por consiguiente más difficultoso ». Alfonso de Ulloa au lecteur : « Il mérite de grandes louanges pour s’être astreint non seulement à conserver la phrase, mais encore à reproduire le même nombre de syllabes, de vers, et la correspondance des consonnes. Et comme il s’agit de l’auteur le plus savant et le plus raffiné en la matière parmi tous les auteurs grecs, latins et vulgaires, il est par conséquent encore plus complexe à traduire. »

36 Ibid., « Y para mas declaracio de la obra, y porque no le faltasse nada, hà hecho breves argumetos à cada soneto, y à cada cancion, por los quales cada mediano ingenio la podra facilmente entender. (et pour que l’œuvre soit bien claire et qu’il n’y manque rien, à chaque sonnet et à chaque chanson il a ajouté de brefs résumés qui faciliteront la compréhension de toute personne pourvue d’une intelligence moyenne.) »

37 Casa/casas en castillan; casa/case en toscan.

38 Petrarca F., De los sonetos…., Alfonso de Ulloa al lector : « Quanto à lo que toca al verso, se vè que hà usado la diligencia que hà podido, para hazello dulce y sonoro : en lo qual no hà hecho poco, por la difficultad de no acabar la lengua castellana en vocales como la toscana. » Alfonso de Ulloa au lecteur : « En ce qui concerne le vers, il s’est grandement appliqué à le rendre doux et sonore. Et cela est méritoire compte tenu de la difficulté, le castillan ne se terminant pas [toujours] par des voyelles comme le toscan. »

39 Ibid. : « … que hà sido de hazer servicio a la lengua castellana, de que por cierto se le deven las gracias. »

40 Ibid. : « Y esto para que no sólo tengan el Petrarca traduzido, mas todas las maneras e invenciones de versos que en la lengua italiana hay. (Afin qu’ils aient non seulement le texte de Pétrarque traduit mais aussi toutes les combinaisons de vers et les inventions qui se trouvent dans la langue italienne.) »

41 Richer-Rossi F., « Giolito de Ferrari », op. cit., p. 216.

42 Dans Questión de amor, à la fin de l’ouvrage, du folio 156 à 158. Dans Obras de Boscán, à la fin aussi, deux folios et demi.

43 Troiano M., Dialoghi, Venetia, Bolognino Zaltieri, 1569. Massimo Troiano était un musicien napolitain de la cour de Bavière.

44 Miranda J. de, Osservationi della lingua castigliana, Venetia, Giolito de Ferrari, 1566. On ne sait pas grand-chose de l’auteur et on ignore depuis combien de temps il était en Italie quand sa grammaire parut. Voir Maitena Echebarría Arostegui, Las Osservationi della lingua castigliana de G Miranda dans Letras de Deusto, 45, sept-dic 1989, p. 105.

45 Troiano M., Dialoghi, op. cit. : f. 196.

46 Troiano M., Dialoghi, op. cit., Alfonso Ulloa ai lettori.

47 Ibid., « ne trarrano gran frutto (Ils en tireront grand profit.) »

48 Ibid. Il déclare : « di ciò per la parte che à me tocca gliene rendo molte gratie : & tutti ancora dobbiamo fare il medesimo. (En ce qui me concerne, je l’en remercie vivement et nous devons tous en faire autant.) » Dans les Sonnets de Pétrarque, il disait à peu près la même chose.

49 Ibid., Seguita Il compendio di Massimo Troiano tratto dalle osservationi di M. Giovanni Miranda. Nelquale si ragiona della differenza, e convenienza dell’Alphabeto Spagnuolo, et Italiano, colquale si puo imparare à leggere, & intendere, e proferire con ogni facilità, la vera lingua castigliana. Che con l’essempio del presente libro dei triunfi, è opera non meno utile che necessaria, a tutti li desiderosi di sapere la perfetta lingua Spagnuola.

50 Un des personnages des Dialoghi, Fortunio, alors qu’il insiste à nouveau sur la brièveté qui sied à un précis grammatical, conseille néanmoins à son ami Martinio de se tourner vers l’ouvrage de Juan de Miranda, Osservationi, s’il souhaite des approfondissements, voir f. 177 v.

51 «& senza dubbio spero di darvi ad intendere con tanta facilità, & con tanti chiari essempi la vera pronuntia degli Spagnuoli, che in breve tempo potrete leggere, intendere, e parlare la lingua castigliana.»

52 Kusher E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, 2004, p. 135 : « L’ambiance détendue, la beauté du cadre s’associent ordinairement à l’idée d’une discussion qui doit être prolongée, organisée et pourtant libre et fondamentale. »

53 Troiano M., op. cit., Alfonso Ulloa ai lettori : « ha voluto che in lingua spagnuola si traducesse. (Il a voulu qu’il soit traduit en espagnol.) »

54 Troiano M., Dialoghi, op. cit., Il compendio : « … dirò solo di quelle che sono diverse, cioè ç, h, ch, g, j, ll, ñ, q, x. (Je ne parlerai que de celles qui sont différentes, c’est-à-dire ç, h, ch, g, j, ll, ñ., q, x.) » L’auteur s’exclame que l’idéal serait d’entendre prononcer un Espagnol, reconnaissant ainsi avec humour la difficulté de vouloir expliquer des sons par écrit.

55 Ibid., Alfonso Ulloa ai lettori : « essendo questo molto necessario ad ogni sorte di huomini ; & specialmente a’chiari, & di nobili ingegni, a’negotianti, & ad altri che vanno pel mondo, & praticano con diverse nationi. (Ceci est vraiment nécessaire à toutes sortes d’hommes et d’autant plus aux esprits nobles et supérieurs, aux marchands et à ceux qui vont de par le monde et fréquentent d’autres nations.) »

56 Miranda J. de, Osservationi della lingua castigliana, Venise, Giolito de Ferrari, 1566.

57 Carreras y Goicoechea M., “El papel…”, op. cit., p. 19. Toutes sont de Giolito de Ferrari, sauf celle de 1622, des frères Imberti.

58 Lope Blanch J. M., op. cit., p. 26. L’auteur ajoute toutefois que l’imitation dépassa l’original, et que la meilleure preuve de sa valeur et de son utilité fut le succès de librairie qu’il rencontra.

59 Ridruejo E., “Los ‘modos de hablar’…”, op. cit. ; Carreras y Goicoechea M., “El papel…”, op. cit.

60 15 x 10 cm.

61 Lope Blanch J. M., La gramática de la lengua española…, op. cit., p. 24. Selon l’auteur, Oudin s’en est beaucoup inspiré, Grammaire et observations de la languve Espagnolle rencueillies et mises en François, Paris, 1597 ; puis il a été beaucoup imité, à tel point que l’on oublie sa propre dette à l’égard de Juan de Miranda.

62 1 622 entrées.

63 «Ho dunque ridotte insieme alcune regole, col mezzo delle quali potrà ciascuno impadronirsi perfettamente del nostro Spagnuolo Idioma».

64 Déjà Juan de Valdés s’était rendu compte de ce manque, et c’est à cette lacune que répond le Diálogo de la lengua (1541), un dialogue qui se voulait un guide pratique pour ses disciples, car Valdés était conscient de ne pouvoir rédiger une vraie grammaire. Il n’appréciait guère celle de Nebrija (1492) dont il dit qu’elle n’avait pas connu une grande diffusion (une seule édition avant le xviie siècle). On peut donc supposer qu’elle fut encore moins connue en Italie.

65 «Ma io, come ho gia detto, non faccio questa fatica per gli Spagnuoli, che so non essergli punto necessaria, ma l’ho fatta solamente per giovare a’gentil’huomini italiani, de’quali so certo, che, molti desiderano intendere il nostro idioma».

66 Juan de Miranda, op. cit., p. 389. « Laz, come habbiamo detto, si pronuntia con gran forza da noi [les Espagnols], e non viene mai doppia ».

67 Ibid., p. 363. « Nel pronuntiare la f, na meno nello scrivirla io truovo differenza, tra castigliani e toscani ».

68 Ulloa dit la même chose.

69 Ridruejo E., op. cit., p. 20. L’auteur insiste sur le fait que Juan de Miranda s’éloigne des grammaires de Louvain et de celle de Villalón parce que, comme Alessandri dans son traité, il établit continuellement des comparaisons entre l’espagnol et le toscan, au-delà des sons et des formes des paradigmes.

70 Ibid., p. 22. L’auteur observe que depuis la parution des Adagia d’Érasme (1500), les proverbes retenaient toute l’attention des grammairiens car ils étaient considérés comme des formes représentatives d’une langue.

71 Carreras y Goicoechea M., op. cit., p. 18. Pour l’auteure, cela ne se fait dans aucune grammaire pour étrangers de son époque.

72 Maniere di parlare che communmente da’castigliani vengono usate.

73 Ridruejo E., op. cit., p. 28. L’auteur explique que pour les comparaisons et les exclamations, Miranda procède selon la rhétorique classique et celle de son époque, pour lesquelles l’imitatio est la voie la plus rapide pour la maîtrise de l’exercice verbal.

74 Carreras y Goicoechea M., op. cit., p. 17.

75 Ibid., p. 22. Nous citons l’auteure.

76 Las Casas C. de, Vocabulario de las dos lenguas toscana y castellana…, Venise, Paolo Zanfretti, 1582.

77 10 x 15 cm.

78 Dans Osservationi overo introduttioni della lingua castigliana, ses explications sont claires : il consacre un paragraphe à chaque lettre dite difficile (ç, h, ch, g, i, ll, ñ, q, x) et classe les mots castillans et toscans en colonnes afin d’en faciliter la compréhension. Il vante de plus la limpidité de l’orthographe espagnole (il n’y a pas de consonnes doubles sauf quand la prononciation est différente) et compare les substantifs des deux langues : espadero-spadaio ; librero-libraio présentant ainsi un tableau bilingue qui facilite le maniement de l’ouvrage.

79 Las Casas C. de, op. cit. : « Nuestras letras assí vocales, como consonantes son las mesmas que usan en Italia. De las vocales no ay que dezir, salvo della i, que es de estas tres formas, i, j, y. (Nos lettres, aussi bien les voyelles que les consonnes sont les mêmes qu’en Italie. Il n’y a rien à dire sur les voyelles sauf sur le i qui recouvre ces trois formes : i, j, y.) »

80 Ibid., dédicace. « Considerando pues yo, quanto más enriquescida, y adornada pudiera estar nuestra España, si uviera gente tan amiga de hazer bien, y ennoblecer su patria […] he lamentado comigo la poca curiosidad y descuido de algunos (Considérant combien notre Espagne pourrait être enrichie et embellie s’il y avait des gens soucieux de bien agir et d’ennoblir leur patrie […], j’ai déploré en mon for intérieur le manque de curiosité et la négligence de certains.) »

81 Ibid. Les quelques mots de la fin de sa dédicace, pour dire que les Italiens aussi pourront profiter de son travail afin d’apprendre l’espagnol, montrent bien que là n’est pas sa préoccupation première : « Y offrescemos también fácil comodidad a la nación italiana, para que también puedan aprender nuestra lengua, y gozar assí mesmo de lo bueno que ay escripto. (Et nous offrons aussi aux Italiens la commodité d’apprendre notre langue et de profiter ainsi des belles choses qui y sont écrites.) »

82 Ibid., dédicace : « ya no ay hombre, que no pretenda, o dessee alomenos [sic] aprenderla, y cierto con muy gran razón (Il n’y a désormais aucun homme qui ne prétende, ou du moins ne désire l’apprendre, et à juste titre assurément.) »

83 Richer-Rossi F., « La représentation du pouvoir… », op. cit., p. 202.

84 C’est pour eux en particulier qu’il éditait de grandes œuvres espagnoles en langue originale (la Diana par exemple), sans oublier les Italiens versés en castillan. Ulloa poursuivait un objectif didactico-politique, Allaigre C., op. cit., p. 78 : « Il y a donc une tâche exemplaire à réaliser en s’enrôlant dans l’armée des beaux esprits qui contribuent à la grandeur de l’Espagne. »

85 Guidotti G., « Il debito di Cristóbal de las Casas con la lessicografia italiana », Cuadernos de Filología Italiana, 2001, no 8, p. 99-113. L’auteure multiplie les exemples d’emprunts dans un article très fouillé.

86 Gloria Guidotti le souligne elle-même.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search