Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Deuxième partie - La littérature d'usage ou les entrepreneurs de la technologie

Vignole et les compagnons du tour de France

Vignola and the journeymen of the « Tour de France »

Jean-Michel Mathonière

Résumé

La Règle pour les cinq ordres d’architecture de Jacopo Barozzi da Vignola (1507-1573) a connu un exceptionnel destin éditorial : réédité plusieurs centaines de fois depuis sa parution en 1562, ce livre est devenu un recueil de modèles aussi bien pour les architectes que pour les artisans. Parmi ces derniers, les compagnons « du tour de France » ont joué un rôle important dans sa diffusion, notamment les tailleurs de pierre et les menuisiers. Tenu en grande estime, le personnage de Vignole a fini par former, vers la fin du xviiie siècle, le substrat de la figure légendaire de Maître Jacques, habile tailleur de pierre de l’Antiquité et fondateur d’une des branches de la tradition compagnonnique.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Walcher Casotti M., « Giacomo Barozzi da Vignola, Regola delli cinque ordina d’architectura », dans (...)

1L’on sait l’importance considérable dans l’histoire de l’édition d’architecture de la Règle pour les cinq ordres d’architecture (1562) de l’architecte italien Jacopo Barozzi da Vignola (1507-1573), dit « Vignole », en France dès le xviie siècle. Dans sa chronologie des publications de la Règle, établie en 1985, Maria Walcher Casotti avait listé 514 éditions1 ; tenant compte des éditions réalisées depuis cette date et des inévitables omissions parmi les éditions anciennes, il apparaît aujourd’hui que le nombre d’environ 600 est probablement atteint si ce n’est dépassé.

2L’on sait aussi que la Règle est un traité d’architecture théorique, doctrinal même, réduisant la théorie architecturale à la maîtrise du vocabulaire des ornements et proportions classiques des chapiteaux, colonnes et entrecolonnements.

3L’on sait encore que, du fait de l’importance de son illustration, la Règle fut finalement reçue comme un recueil de modèles. Cette tendance ira d’ailleurs en s’amplifiant, les éditeurs y ajoutant tout d’abord des vues d’édifices, des détails d’architecture et de décoration, puis, tout au long du xviiie siècle, des planches plus techniques de coupe des pierres, de charpente, de menuiserie et de serrurerie. Et généralement sans même un texte explicatif en regard. De la sorte, on aboutira au début du xixe siècle à ces « Vignoles » – le terme étant alors devenu un nom générique – qui restent toutefois des traités élémentaires d’architecture davantage que des manuels techniques à proprement parler.

  • 2 Garric J.-P., « Les éditions françaises du Vignole, du traité d’architecture au manuel technique », (...)

4Mais si cette évolution, au fil de ses nombreuses éditions françaises, vers le manuel technique a été bien mise en évidence par Jean-Philippe Garric2, on connaît moins l’influence exceptionnelle que ce traité de Vignole a eue au sein des compagnonnages de métier, tant sur le plan professionnel que sur un plan quelque peu inattendu, celui des mythes et légendes.

Le Vignole en tant qu’ouvrage de base sur le « trait »

  • 3 Mathonière J.-M., « Agricol Perdiguier, premier historien du compagnonnage français », Provence his (...)
  • 4 Originaire de Morières-lès-Avignon (84), Agricol Perdiguier était lui-même compagnon menuisier du D (...)

5Au milieu du xixe siècle, dans son Livre du Compagnonnage (1839-1841), le premier historien des compagnons du Tour de France3, Agricol Perdiguier (1805-1875)4, avait souligné à destination de ses lecteurs, principalement compagnons, la nécessité pour tout ouvrier soucieux de parfaire ses connaissances en matière de « trait » – c’est-à-dire le dessin technique et, plus globalement, le dessin d’architecture dans le vocabulaire compagnonnique de cette époque – de posséder et d’étudier le traité de Vignole. Cette maîtrise du dessin, et plus particulièrement de ses fondements géométriques, est la connaissance par excellence pour ces artisans, ce que représente fort bien leur emblème générique, que la franc-maçonnerie utilise également, celui de l’équerre et du compas entrecroisés.

  • 5 Le propos de Perdiguier n’est pas tant d’écrire l’histoire des compagnons que, décrivant les usages (...)

6Auteur d’un ouvrage qui se veut tout autant pratique que militant5, Perdiguier pousse le souci pédagogique jusqu’à faire la liste critique des meilleurs « Vignoles » alors disponibles chez les libraires et à indiquer non seulement les coordonnées de leurs éditeurs, mais aussi les prix et conditions d’expédition si nécessaire. Il est intéressant de citer ici les principaux passages de son texte relatifs à Vignole, d’autant que, de ce fait, son livre s’évade un instant de la sphère historique pour poser un pied dans la littérature technique. Au demeurant, ces pages se situent dans une partie intitulée « Géométrie, architecture et trait », et dans une subdivision titrée « Dialogue sur l’architecture entre deux compagnons ». Les deux protagonistes sont nommés conformément aux usages compagnonniques – où les ouvriers s’appellent les uns les autres selon le nom de leurs provinces d’origine – l’un Languedoc, l’autre Provençal. On reconnaît aisément en ce dernier, qui joue le rôle du professeur, l’auteur lui-même, dont le nom compagnonnique était Avignonnais la Vertu.

7Notons tout d’abord que si Perdiguier met en avant Vignole, il n’ignore cependant pas les autres théoriciens de l’âge classique, dont des notes précisent quelques repères biographiques :

Languedoc. – Vous m’avez parlé de l’origine de l’architecture, de sa division en cinq ordres, et autres divisions ; je voudrais maintenant connaître les proportions des ordres et la manière d’obtenir le module, cette mesure qui sert, dit-on, à les dessiner.

  • 6 Perdiguier A., Le livre du compagnonnage, 2e éd., Paris, Pagnerre, 1841, p. 185-186.

Provençal. – Je vous dirai que plusieurs savants architectes ont donné des règles pour les proportions des ordres. Je citerai Palladio, Scamozzi, Vignole. Les règles données par ce dernier ont été préférées. […]6

  • 7 Perdiguier A., op. cit., p. 186, note 3.

Dans sa note sur Vignole, Perdiguier relève qu’« aujourd’hui on nomme Vignole presque tous les ouvrages qui traitent de l’architecture ou du trait7 ».

Après que Provençal ait montré à Languedoc, compas et règle en main, comment se construit géométriquement un ordre, avec force détails, le dialogue se poursuit :

Languedoc. – L’architecture est utile, mais le trait est indispensable à un menuisier. Pensez-vous que je puisse me servir d’un Vignole ?

Provençal. – Je le pense.

Languedoc. – Je verrai à en acheter un.

Provençal. – Lequel achèterez-vous ?

Languedoc. – Lequel ? Je n’en sais rien. Est-ce qu’il y a plusieurs Vignoles ?

Provençal. – Il y en a même une bien grande quantité.

Languedoc. – Faites-moi les connaître.

Provençal. – Il n’est pas utile de les citer tous, mais voici ceux qui sont le plus connus et le plus en faveur :

    • 8 Il s’agit des Règles des cinq ordres d’architecture de Vignole, de l’architecte Claude Mathieu Dela (...)

    Le Vignole de La Gardette8, ou Traité des cinq ordres d’architecture, suivi du tracé géométrique des ombres dans l’architecture ; 1 vol.

    • 9 Il s’agit de l’ouvrage de Charles Normand (1765-1840) dont le titre complet mérite d’être indiqué :(...)

    Le Vignole des ouvriers, par Charles Normand9, ouvrage en quatre parties. La première renferme les cinq ordres d’architecture et des détails sur les proportions à donner aux portes, aux croisées et aux arcades de différents genres. La deuxième contient un précis du relevé des terrains et de celui des plans des maisons, suivi de détails relatifs à la construction des bâtiments. La troisième contient les plans, les élévations et les coupes d’un certain nombre de projets de maisons d’habitation particulière et de maisons à loyer, dont plusieurs avec leurs différents étages. La quatrième est spécialement consacrée aux escaliers en charpente et en menuiserie.

    • 10 Il s’agit en fait de l’Art du menuisier en batimens et en meubles ; suivi de l’art de l’ébéniste, o (...)

    Le Vignole de Paulin Desormeaux10, ou l’Art du menuisier en bâtiment et en meuble, suivi de l’Art de l’ébéniste ; 2 vol.

    • 11 Roubo A.-J., L’Art du menuisier, 4 volumes, Paris, 1769-1775. L’ouvrage paraît avec l’approbation d (...)

    L’Art du menuisier, par Roubo11, Compagnon menuisier ; 2 vol.

    • 12 Coulon A.-G., Menuiserie descriptive. Nouveau Vignole des menuisiers. Ouvrage théorique et pratique (...)

    La Menuiserie descriptive, ou Nouveau Vignole des menuisiers, par Coulon12, ouvrage extrait en partie de celui de Roubo.

  • 13 Perdiguier A., op cit., p. 192-193.

Languedoc. – Quel est, parmi tant de Vignoles, celui qui me conviendra le mieux ? […]13

  • 14 Ibid., p. 196.

8Provençal poursuit alors longuement ses explications au sujet des qualités et défauts respectifs de chacun de ces ouvrages, puis en indique les éditeurs et les prix. Il mentionne également, pour en faire l’acquisition, l’adresse de Carillian-Gœury et Victor Dalmont, libraires des corps royaux des Ponts et Chaussées et des Mines, quai des Augustins à Paris. Et il pousse le souci pratique jusqu’à indiquer les frais de port en fonction des principales villes de France !14

Les compagnons, cible de clientèle des éditeurs de « Vignoles »

  • 15 Ce témoignage explicite reste unique. Nous ne possédons que très peu de récits et livres de compagn (...)

9Bien qu’isolé, le témoignage de Perdiguier15 permet de mettre en évidence et de comprendre le rôle important des compagnonnages, notamment ceux des menuisiers et des tailleurs de pierre, dans le succès éditorial du traité de Vignole – et d’une partie de la littérature technique – durant les premières décennies du xixe siècle.

10Plus encore que le monde des artisans en général, c’est probablement cette cible de clientèle qui amena, dès la fin du xviie siècle et tout au long du xviiie, les commentateurs et les éditeurs à ajouter aux planches purement architecturales du traité de Vignole des planches de stéréotomie, de charpente, de menuiserie et de serrurerie. On soulignera à cet égard que ces quatre métiers forment le noyau traditionnel des compagnonnages des métiers du bâtiment, tous les autres compagnonnages, du bâtiment comme des autres secteurs d’activité, étant considérés comme procédant par filiations successives ou par scissions de ce noyau fondateur, la première place étant généralement attribuée aux tailleurs de pierre.

11Par ailleurs, le passage du format in-folio d’origine à un format in-12 (édition de Le Muet, « réduite de grand en petit », en 1632) avait contribué à sa démocratisation chez les ouvriers, non seulement grâce à l’abaissement du coût mais aussi, et probablement surtout, à cause de la commodité du format qui leur permettait de le garder en poche sur les chantiers et lors de leur Tour de France. Il n’est que de constater l’état de délabrement de la quasi-totalité des exemplaires que l’on trouve encore aujourd’hui sur le marché du livre ancien, pour se convaincre que tel était bien leur usage et non celui d’ouvrages de bibliothèque.

Fig. 1. Un Vignole qui s’est pieusement transmis de main en main d’artisans durant plus de trois siècles… Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière.

12Parmi les exemplaires de la collection que j’ai commencé à réunir en 2006, la palme du genre va sans doute à cette édition donnée par Le Paultre chez Jollain en 1671, exemplaire ayant appartenu à plusieurs générations de menuisiers d’origine berrichonne jusqu’au milieu du xxe siècle, et dont la reliure très abîmée a été consolidée, au fil des années, par des collages de gravures, le plus souvent en rapport avec les arts et métiers, ainsi que par un billet de tombola ! (fig. 1)

13Il reste toutefois difficile, en l’absence d’éléments documentaires plus précis, d’avoir la certitude que ces exemplaires ont appartenu à telle ou telle catégorie d’artisans, a fortiori à des compagnons du Tour de France. En ce qui concerne l’exemplaire dont je viens de parler, c’est simplement le fait de l’avoir acquis auprès de cette famille qui, en attribuant exceptionnellement un peu de crédit à la tradition orale, permet de l’affirmer. Mais l’extrême mouvance du marché du livre ancien et l’intense brassage provoqué depuis les deux dernières décennies par les vide-greniers et les sites de vente sur Internet rendent de plus en plus exceptionnelles les acquisitions de première main auprès des détenteurs d’origine.

Fig. 2. Ex-libris manuscrit de Mathurin Paulmier, compagnon tailleur de pierre dit « L’Espérance le Tourangeau », vers 1655, à la in d’un exemplaire du traité de Vignole (édition Le Muet de 1644). Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière.

14Il reste par ailleurs extrêmement rare que ces exemplaires modestes soient revêtus d’un ex-libris manuscrit qui permettrait d’en identifier l’un des possesseurs. Mais rareté ne signifie pas qu’il n’en existe pas. J’ai ainsi eu le bonheur, il y a quelques années, de faire l’acquisition d’un exemplaire du retirage de 1644 de la première édition au format de poche, donnée par Le Muet en 1632, qui est revêtu du plus ancien ex-libris compagnonnique connu, celui de Mathurin Paulmier, dit « L’Espérance le Tourangeau », un compagnon tailleur de pierre originaire de Tours qui a réalisé son Tour de France vers 1650-1655. La reliure de l’ouvrage, contemporaine, incorpore en in d’exemplaire, face à cet ex-libris émouvant, deux feuillets donnant la liste de vingt-deux publications relatives aux guerres de Religion datant des premières années du xviie siècle, jusqu’en 1623. Est-ce notre compagnon tailleur de pierre qui a ainsi dissimulé à la fin d’un traité d’architecture ces quelques feuillets qui trahissent son appartenance au catholicisme ? Ou bien aura-t-il acheté l’ouvrage tel quel au gré de son Tour de France ? Il est impossible de le déterminer (fig. 2).

15Ce qu’il importe de retenir, c’est que ce tailleur de pierre, connu ensuite comme maître-maçon et architecte à Tours, savait lire et écrire et que sa bibliothèque comportait au moins un livre, précisément le traité de Vignole.

  • 16 D’après la graphie de son écriture, le premier propriétaire semble avoir été « Antonii Paschalis Bo (...)
  • 17 Dans un courrier adressé par Guillaume Rollin à J.-B. Franque le 9 mars 1716, celui-ci fait mention (...)

16Le caractère exceptionnel de cet ex-libris, c’est que mentionnant le nom de compagnon de son possesseur en plus de son nom d’état civil, il permet d’affirmer l’appartenance compagnonnique de celui-ci. C’est hélas un usage qui n’était pas systématique, une majorité de documents ne présentant que l’un ou l’autre de ces noms, de préférence le nom d’état civil, et empêchant par conséquent les rapprochements. Et cela est d’autant plus dommage que nous avons tendance à croire que ces ouvriers étaient peu instruits et restaient tailleurs de pierre toute leur vie alors qu’en réalité nombre de compagnons tailleurs de pierre sous l’Ancien Régime font en réalité profession d’architecte, d’ingénieur ou d’entrepreneur d’une certaine envergure. De fait, il est difficile de savoir si tel ou tel ex-libris « d’architecte » est ou non à mettre au crédit d’un compagnon tailleur de pierre. Je donnerai comme exemple une de mes récentes acquisitions : une édition de poche du Vignole, réalisée en 1665 par Pierre II Mariette, portant plusieurs ex-libris manuscrits, notamment celui de « Guillaume Rollin, architecte, Alais, 170916 ». Il ne fait guère de doute en comparant les écritures qu’il s’agit bien du Guillaume Rollin (1685-1761) qui sera chargé par Jean-Baptiste Franque (1683-1758) en 1718 du chantier du château de Sauvan (Alpes de Haute-Provence), et qui aura ensuite une carrière d’architecte en Languedoc, notamment à Alès, sa ville d’origine. Guillaume Rollin était-il à l’origine un compagnon tailleur de pierre ? L’absence d’archives compagnonniques ne permet pas de l’affirmer avec une absolue certitude, mais c’est assez probable. On soulignera que dans sa correspondance avec Jean-Baptiste Franque17167, qui par ailleurs entretenait avec les compagnons des liens que je qualifierai volontiers de « fraternels », il est fait à plusieurs reprises mention de compagnons tailleurs de pierre.

  • 18 Règle des cinq ordres d’architecture de M. Jacques Barozzio de Vignole, Paris, Charles-Antoine Jomb (...)

17Cet attrait des compagnons pour le traité de Vignole ne touche pas que les professions de tailleur de pierre ou de menuisier. En atteste cet autre ex-libris compagnonnique, bien plus tardif, celui de Livernais, chapelier, qui, en 1813, marque sa propriété sur un exemplaire d’une tardive édition au format de poche, datant de 175018. C’est l’emploi de la formule traditionnelle « Bon Enfant pour la Vie » qui permet d’affirmer cette appartenance à une forme particulière de compagnonnage, celle des « Droguains », ouvriers chapeliers qui refusent d’adhérer aux compagnons du Devoir mais qui en possèdent certains usages (fig. 3).

Fig. 3. Ex-libris manuscrit de Livernay, chapelier, « Bon Enfant pour la Vie », 1813, sur une édition du traité de Vignole datant de 1750. Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière.

De Vignole au Maître Jacques légendaire des compagnons

  • 19 Perdiguier A., Le Livre du Compagnonnage, Paris, chez l’auteur, 1839. Sur les légendes relatives à (...)

18Pourquoi ce compagnon chapelier a-t-il fait l’acquisition d’un Vignole ? C’est que le succès de ce traité auprès des compagnons ne procède pas seulement de son intérêt technique et pratique : divers indices montrent que Maître Jacques Barozzi de Vignole (fig. 4), spécialiste ès ordres d’architecture grecs et romains, est un des prototypes du personnage légendaire de Maître Jacques, le fondateur mythique que revendiquent la majorité des sociétés compagnonniques et dont la légende nous est rapportée par Perdiguier en 183919. Au début du xixe siècle, cette identité réelle est perdue de vue depuis longtemps sans doute, mais il en subsiste encore un souvenir confus chez les compagnons du Tour de France. C’est au demeurant la période durant laquelle semble se figer la version dite « de Sainte Baume » de la légende de Maître Jacques, version racontant que cet habile tailleur de pierre d’origine provençale part jusqu’en Grèce pour parfaire son savoir, puis répond à l’appel du roi Salomon pour travailler sur le chantier du temple de Jérusalem où il réalisera deux fameuses colonnes sculptées, avant de revenir au terme d’une longue navigation dans sa Gaule natale et de finir assassiné par de mauvais compagnons dans le massif de la Sainte-Baume, là où sainte Marie Madeleine terminera sa vie à l’aube du christianisme.

  • 20 Soucieux d’une certaine forme d’historicité mais ne pouvant faire abstraction des légendes auxquell (...)

Fig. 4. Maître Jacques. Lithographie coloriée éditée par Agricol Perdiguier en 1863. Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière20.

19La légende entremêle à souhait plusieurs sources et fait fi de toute chronologie un tant soit peu rationnelle, mais derrière les emprunts aux thèmes chrétiens de saint Jacques le Mineur, martyrisé au pied du temple de Salomon, de saint Jacques le Majeur et de sainte Marie Madeleine, on peut suspecter que le Jacques spécialiste ès-colonnes antiques n’est autre que l’incontournable « Maître Jacques » Barozzi de Vignole, ainsi que le dénomment les éditions du xviie siècle, fidèles à ce titre de maître que la profession d’architecte abandonnera plus tard, non sans une certaine forme de dédain, aux artisans.

Fig. 5. Frontispice de la première édition parisienne du traité sur les cinq ordres d’architecture de « Maître » Jacques Barozzio de Vignole, vers 1630. Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière. En médaillon en haut à droite, emblème des Compagnons Passants tailleurs de pierre de Chalon-sur-Saône en 1720.

  • 21 No 35 de la liste établie par Walcher Casotti M., op. cit. Dans cette liste, l’ouvrage, non daté, e (...)
  • 22 Vignole, Regola delli cinque ordini d’architettura…. Regel van de vijf ordens der architecture… Rei (...)
  • 23 La mauvaise qualité du cliché s’explique par le fait qu’il s’agit là d’un document toujours conserv (...)

20Un indice de cette identité entre Vignole et le Maître Jacques des compagnons nous est offert par le rapprochement entre deux documents : d’une part, le frontispice de la première édition parisienne, au format in-folio primitif, de la Règle, datant de vers 163021 ; d’autre part, le rôle des Compagnons Passants tailleurs de pierre de Chalon-sur-Saône, daté de 1720. Au sommet du frontispice, deux putti portent un trophée d’outils symbolisant l’architecture : compas, équerre, règle, niveau s’entrecroisent et sont entourés par le cordeau d’un fil à plomb. Cet emblème provient d’ailleurs de la page de titre d’une édition quadrilingue (italien, néerlandais, français et allemand) hollandaise de la Règle de Vignole, datant de 161722. En médaillon sur le cliché ci-contre, on voit le blason des Compagnons Passants tailleurs de pierre de Chalons23, tel qu’il figure sur leur « grand rôle » de 1720. Il s’agit de la reproduction fidèle de l’emblème figurant sur l’édition hollandaise de 1617 de la Règle et sur l’édition parisienne de Pierre Firens. Il est au demeurant assez probable que c’est sur cette dernière ou sur sa réédition réalisée entre 1657 et 1716 par Pierre II Mariette, plutôt que sur l’édition hollandaise, que le Compagnon Passant tailleur de pierre ayant dessiné le blason en 1720 a pris modèle (fig. 5.)

  • 24 Bien que les Compagnons Passants tailleurs de pierre formaient dès le début du xviiie siècle, si ce (...)

21Alors même que cet emprunt traduit le fait que le compagnon qui a dessiné ce document connaissait et possédait peut-être cette belle édition du traité de Vignole – à moins qu’il ait pris modèle sur le « grand rôle » précédent, qui n’a pas été conservé –, il est également assez probable que pour tenir lieu de variante locale du blason des Compagnons tailleurs de pierre24, cet emprunt, aura été légitimé par l’idée que Maître Jacques Barrozi de Vignole était le Maître Jacques des Compagnons tailleurs de pierre. Ce dernier étant par excellence celui qui donnera aux compagnons la « règle » de leur Devoir, comment ne pas voir en l’auteur de la Règle des cinq ordres d’architecture, ceux-là même hérités des Grecs et des Romains, le prototype du tailleur de pierre qui, dans l’Antiquité, ira jusqu’en Grèce chercher la connaissance parfaite de son art ?

22On le voit, l’étude des avatars d’un ouvrage majeur de la littérature technique peut ménager quelques surprises quant à l’étendue de son influence…

Conclusion

23Pour conclure, provisoirement, ce sujet, j’en profiterai pour lancer un appel en vue d’inventorier les ex-libris d’artisans, compagnons ou non, qui se rencontrent sur les exemplaires non seulement de la Règle de Vignole, mais aussi sur d’autres traités d’architecture, ainsi que des ouvrages touchant à des disciplines connexes, par exemple la gnomonique dont on sait que les compagnons tailleurs de pierre des xviie et xviiie siècles étaient férus. Cela permettra de nous faire une idée plus précise des savoirs qu’ils se transmettaient et cultivaient.

Notes

1 Walcher Casotti M., « Giacomo Barozzi da Vignola, Regola delli cinque ordina d’architectura », dans Pietri Cataneo, Giacomo Barozzi da Vignola, Trattati, con l’aggiunta degli scritti di architettura di Alvise Cornaro, Francesco Giorgi, Claudio Tolomei, Giangiorgio Trissino, Giorgio Vasari, Milan, Il Polifilo, 1985, p. 501-577. Le catalogue chronologique des éditions de la Règle occupe les pages 539-577.

2 Garric J.-P., « Les éditions françaises du Vignole, du traité d’architecture au manuel technique », dans Garric J.-P., Nègre V., Thomine-Berrada A. (dir.), La Construction savante, Paris, Picard, 2008, p. 169-178.

3 Mathonière J.-M., « Agricol Perdiguier, premier historien du compagnonnage français », Provence historique, tome lvi, fascicule 226, octobre-novembre-décembre 2006, p. 353-360.

4 Originaire de Morières-lès-Avignon (84), Agricol Perdiguier était lui-même compagnon menuisier du Devoir de Liberté. Il avait réalisé son tour de France de 1824 à 1828. Sur Perdiguier : Briquet J., Agricol Perdiguier, Compagnon du Tour de France et Représentant du Peuple, 1805-1875, Paris, librairie M. Rivière, 1955 (rééd. Paris, La Butte aux Cailles, 1981).

5 Le propos de Perdiguier n’est pas tant d’écrire l’histoire des compagnons que, décrivant les usages et les légendes de ceux-ci, de montrer combien tout cela génère de querelles sans fondement sérieux, et combien il est nécessaire que le compagnonnage se réforme et se pacifie.

6 Perdiguier A., Le livre du compagnonnage, 2e éd., Paris, Pagnerre, 1841, p. 185-186.

7 Perdiguier A., op. cit., p. 186, note 3.

8 Il s’agit des Règles des cinq ordres d’architecture de Vignole, de l’architecte Claude Mathieu Delagardette (1762-1805), dont l’édition originale date de 1786 et qui connût de nombreuses rééditions durant les premières décennies du xixe siècle, notamment chez Jean, marchand d’estampes à Paris.

9 Il s’agit de l’ouvrage de Charles Normand (1765-1840) dont le titre complet mérite d’être indiqué : Le Vignole des ouvriers ou méthode facile pour tracer les cinq ordres d’architecture, donner les proportions convenables aux portes, croisées et arcades de différents genres, aux entablemens et corniches simples en rapport avec la hauteur des bâtimens, à l’usage des Appareilleurs, Tailleurs de pierres, Maçons, Menuisiers en bâtimens et autres, Charpentiers, Serruriers, Plombiers, Treillageurs, et généralement tous les États qui ont rapport à l’Art de bâtir. Édition originale de cette première partie : Paris, Bance aîné, 1823. Ce volume et les trois autres parties signalées par Perdiguier feront l’objet de nombreuses rééditions durant les années 1830-1840. Ainsi, les archives du Compagnon Passant tailleur de pierre Jean-Jacques Laurès, qui réalise son tour de France de 1837 à 1842, contiennent un exemplaire de la septième édition (1839) de la première partie du Vignole des ouvriers, ouvrage probablement acquis lors de son séjour à Paris, du 15 juillet 1839 au 30 avril 1841, où il suit des cours de « trait ».

10 Il s’agit en fait de l’Art du menuisier en batimens et en meubles ; suivi de l’art de l’ébéniste, ouvrage contenant des éléments de géométrie descriptive appliquée au trait du menuisier, de nombreux modèles d’escaliers, l’exposé de tout ce qui a été récemment invente pour rendre l’outillage parfait, des notions fort étendues sur les bois, sur la manière de les colorer, de les polir, de les vernir et sur leur placage, de A.-O. Paulin-Désormeaux (1785-1859), ancien rédacteur du Journal des Ateliers et auteur de nombreux manuels techniques édités par la Librairie encyclopédique de Roret. Perdiguier fait probablement référence ici à la troisième édition de ce « Vignole », réalisée chez Audot, Paris, en 1829.

11 Roubo A.-J., L’Art du menuisier, 4 volumes, Paris, 1769-1775. L’ouvrage paraît avec l’approbation de l’Académie des sciences et figure dans la série de ses Descriptions des arts et métiers. Fils et petit-fils de compagnons menuisiers, André-Jacob devient lui-même compagnon du Devoir. Il est par ailleurs l’élève de l’architecte Jacques-François Blondel et il est reçu maître en 1770 au titre, dérogatoire, de la parution de la première partie de L’Art du menuisier (signée, elle, comme simple compagnon menuisier). L’ouvrage complet compte plus de 1 340 pages et 389 planches, gravées par lui-même. Il y développe et discute en détail tous les savoirs techniques des métiers de la menuiserie qui était sous Louis XV dans son âge d’or. Tout au long du xixe siècle paraîtront des adaptations et prolongations de son traité, au point que, comme Vignole, son nom finira par désigner tout ouvrage peu ou prou encyclopédique touchant à la menuiserie. Aujourd’hui encore, « le Roubo » d’origine est considéré comme étant le meilleur traité de menuiserie jamais publié.

12 Coulon A.-G., Menuiserie descriptive. Nouveau Vignole des menuisiers. Ouvrage théorique et pratique, utile aux ouvriers, maîtres et entrepreneurs ; composé des élémens de la géométrie descriptive, des règles des cinq ordres d’architecture, etc. Formant un Atlas de 80 planches gravées en taille douce et ombrées pour en faciliter l’intelligence, dessinées et gravées par l’auteur, 2 volumes, Paris, Carilian-Gœury, 1835. Ce classique, plus économique et plus maniable que le Roubo, sera réédité à de nombreuses reprises durant le xixe siècle (1844, 1855, 1865, 1869, 1871…). L’auteur était un compagnon menuisier du Devoir, le rite ennemi de celui auquel était affilié Perdiguier (Devoir de Liberté), ce qui explique peut-être la « sobriété » de sa notice.

13 Perdiguier A., op cit., p. 192-193.

14 Ibid., p. 196.

15 Ce témoignage explicite reste unique. Nous ne possédons que très peu de récits et livres de compagnons pour cette époque et si la plupart se déterminent par rapport à l’ouvrage précurseur de Perdiguier, aucun ne rebondit sur ce chapitre consacré à l’architecture et au traité de Vignole.

16 D’après la graphie de son écriture, le premier propriétaire semble avoir été « Antonii Paschalis Bouillet », dont l’ex-libris est porté de part et d’autre de la vignette ornant la page de titre. L’ouvrage passe ensuite dans les mains de Guillaume Rollin, puis dans celles d’André Palhon, d’Alès, en 1775, et enfin dans celles d’Antoine Palhon (ca 1766-1794), de Montpellier. Ce dernier, architecte à Beaucaire, périra guillotiné à l’âge de 28 ans le 9 messidor de l’an II, à Nîmes. Les ex-libris manuscrits de ces trois derniers, portés sur la première garde blanche du livre, ont été rayés au fur et à mesure des changements de propriétaires, sans que celui qui succéda à Antoine Palhon n’indique son nom.

17 Dans un courrier adressé par Guillaume Rollin à J.-B. Franque le 9 mars 1716, celui-ci fait mention de l’envoi de deux crayons, qu’il partage avec lui « en frère ». Sur la correspondance de J.-B. Franque, cf. Gaillard B., « La correspondance de Jean-Baptiste Franque : nouveaux éclairages sur les acteurs de la construction dans le Sud-Est de la France », dans Baridon L., Fleury F., Mastrorilli A., Mouterde R., Reveyron N. (dir.), Les Temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux, deuxième congrès francophone d’histoire de la construction, Paris, Picard, 2016, p. 379-386.

18 Règle des cinq ordres d’architecture de M. Jacques Barozzio de Vignole, Paris, Charles-Antoine Jombert, 1750. C’est une réimpression de l’édition donnée en 1665 par Pierre II Mariette.

19 Perdiguier A., Le Livre du Compagnonnage, Paris, chez l’auteur, 1839. Sur les légendes relatives à Maître Jacques et leurs origines : Mathonière J.-M., « Les avatars de Maître Jacques », Fragments d’histoire du Compagnonnage, volume 11, Tours, éd. Musée du Compagnonnage, 2009, p. 113-153.

20 Soucieux d’une certaine forme d’historicité mais ne pouvant faire abstraction des légendes auxquelles croient les compagnons, Perdiguier a juxtaposé les deux versions principales du légendaire de Maître Jacques, la version antique, qui le fait travailler sur le chantier du temple de Jérusalem sous le règne de Salomon et revenir ensuite en Provence pour y être assassiné, et la version médiévale, qui voit en lui l’appareilleur des tours de la cathédrale d’Orléans en 1401. Sa représentation du personnage montre qu’à cette date, il adhère plutôt à l’hypothèse médiévale qu’à la légende antique qu’il avait seule rapportée en 1839 dans la première édition de son Livre du Compagnonnage. On remarquera que le portrait donné ici par Perdiguier prend modèle sur des représentations de Saint-Jacques datant du xve siècle, les saints Jacques fournissant également une partie des traits et légendes relatives à Maître Jacques.

21 No 35 de la liste établie par Walcher Casotti M., op. cit. Dans cette liste, l’ouvrage, non daté, est rapporté à la date approximative de 1638, date de la mort de l’éditeur Pierre Firens qui constitue en effet un terminus ad quem. La base de données Architectura du CESR de Tours indique pour sa part la fourchette 1620-1630. Dans Lemerle F., « Les versions françaises de la Regola de Vignole au xviie siècle », In Monte Artium (Journal of the Royal Library of Belgium), 1, 2008, p. 101-120, l’auteur rapporte que l’installation de Firens à l’enseigne de L’Imprimerie de taille douce, à l’adresse rue Saint-Jacques, fait suite à un bref passage rue des Juifs en 1624 (p. 108). J’incline également à penser que sa publication se situe un peu avant l’édition au format de poche de Le Muet, en 1631-1632 (date du privilège), la mention selon laquelle ces « règles » ont été « revues, augmentées et réduites de grand en petit » ne pouvant s’entendre que par rapport à une édition concurrente en grand format, incomplète de certains ajouts, c’est-à-dire à l’édition de Firens établie à partir des éditions hollandaises de 1617-1620.

22 Vignole, Regola delli cinque ordini d’architettura…. Regel van de vijf ordens der architecture… Reigle des cinq ordres d’architecture… Regel der funff Orden von Architectur…, Amsterdam, Willem Jansz, 1617. No 14 de la liste établie par Maria Walcher Casotti, op. cit.

23 La mauvaise qualité du cliché s’explique par le fait qu’il s’agit là d’un document toujours conservé par les actuels Compagnons Passants tailleurs de pierre, et que, possédant un caractère rituel dans le cadre de la dimension initiatique de ce compagnonnage, il reste tenu secret. La mauvaise reproduction que nous voyons ici est la seule qu’il m’ait été pour l’instant possible d’obtenir.

24 Bien que les Compagnons Passants tailleurs de pierre formaient dès le début du xviiie siècle, si ce n’est plus tôt, une organisation assez nettement structurée sur le plan national, leur base associative restait calquée sur le modèle corporatif médiéval et chaque ville « de Devoir », c’est-à-dire chaque ville possédant un siège compagnonnique, détenaitun « grand rôle » (à la fois règlement, registre des passages et emblème à usage rituel) sur lequel figurait, entre autres éléments récurrents, un« blason » des compagnons tailleurs de pierre qui, d’une ville à l’autre, possédait quelques variantes (il est probable que ces variantes servaient à contrôler les dires des ouvriers itinérants quant à la réalité de leur tour de France). Mathonière J.-M., Le serpent compatissant ; iconographie et symbolique du blason des Compagnons tailleurs de pierre, Dieulefit, éd. La Nef de Salomon, 2001, et Bastard L. et Mathonière J.-M., Travail et Honneur ; les Compagnons Passants tailleurs de pierre en Avignon aux xviiie et xixe siècles, Dieulefit, éd. La Nef de Salomon, 1996.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Un Vignole qui s’est pieusement transmis de main en main d’artisans durant plus de trois siècles… Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 2. Ex-libris manuscrit de Mathurin Paulmier, compagnon tailleur de pierre dit « L’Espérance le Tourangeau », vers 1655, à la in d’un exemplaire du traité de Vignole (édition Le Muet de 1644). Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 3. Ex-libris manuscrit de Livernay, chapelier, « Bon Enfant pour la Vie », 1813, sur une édition du traité de Vignole datant de 1750. Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 4. Maître Jacques. Lithographie coloriée éditée par Agricol Perdiguier en 1863. Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière20.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 5. Frontispice de la première édition parisienne du traité sur les cinq ordres d’architecture de « Maître » Jacques Barozzio de Vignole, vers 1630. Coll. et cliché Jean-Michel Mathonière. En médaillon en haut à droite, emblème des Compagnons Passants tailleurs de pierre de Chalon-sur-Saône en 1720.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 538k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search