Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Deuxième partie - La littérature d'usage ou les entrepreneurs de la technologie

L’utilisation des manuels pour l’élevage des vers à soie dans le Japon des xviiie et xixe siècles

The use of manuals for silkworm breeding in eighteen and nineteen century Japan

Yumiko Ohyama

Résumé

Le développement de la sériciculture japonaise aux xviiie et xixe siècles se caractérisa par le rôle des marchands d’œufs de vers à soie, la circulation des spécialistes et la richesse des manuels illustrés. La restriction sur le commerce extérieur au xviie siècle entraîna une pénurie de soieries importées qui fut compensée par l’augmentation des écrits sur la culture de la soie pour en développer la production domestique.
Beaucoup de manuels illustrés furent rédigés par des marchands (souvent éleveurs eux-mêmes) expliquant les matériaux, les outils et les gestes. Ils propageaient la méthode d’élevage des vers en se déplaçant dans les provinces et augmentaient ainsi leurs profits. Quelques ouvrages proposaient de nouvelles méthodes pour améliorer les conditions d’élevage : contrôle de la chaleur et de l’humidité, régime alimentaire, etc. Dans cet article, nous analysons l’influence de ces écrits sur l’expansion et l’évolution des techniques d’élevage du ver à soie.

Texte intégral

Introduction : les livres de sériciculture au Japon

  • 1 Le Japon exportait de l’argent en quantité importante. Sa circulation excessive a provoqué une cris (...)
  • 2 En réalité, il y avait trois autres lieux de commerce officieux avec les Étrangers. Le gouvernement (...)

1Jusqu’au début du xviie siècle, le Japon importait une quantité importante de produits en soie de Chine, du Viêt-Nam et du Bengale par l’entremise des marchands européens et chinois. Mais, dès les années 1630, le pouvoir prit plusieurs décisions pour restreindre les relations extérieures, craignant l’introduction du christianisme et la sortie massive des métaux précieux1. Seuls les Hollandais et les Chinois pouvaient alors commercer à Nagasaki mais sous le strict contrôle des autorités2. De plus, un décret limitant le commerce extérieur fut promulgué en 1685, ce qui eut un impact immédiat sur l’importation de soieries. Cette baisse des importations incita les Japonais à augmenter eux-mêmes la production de soie grège et de tissus en soie.

  • 3 Le gouvernement imposa en 1715 l’utilisation exclusive de soie grège nationale en limitant encore l (...)
  • 4 Les habits en soie étaient réservés à l’aristocratie, aux grands seigneurs ou aux riches citadins. (...)

2Le gouvernement promulgua en 1713 un décret encourageant les marchands d’œufs de ver à soie, de soie grège et de tissus à diffuser les techniques d’élevage du ver à soie parmi les paysans et les guerriers des provinces. À cette époque, de nouveaux centres de production de soie (grège et manufacturée) étaient apparus en dehors de Kyôto3, le plus grand centre de production de soieries. Le niveau de vie des Japonais ayant augmenté considérablement au tournant du xviiie siècle, la demande de soieries s’était accrue en conséquence4. La sériciculture japonaise fut alors développée aussi bien par l’autorité centrale que par les autorités des régions montagneuses, où la culture du riz était difficile à cause du climat et de l’aridité du terrain.

  • 5 D’après Okumura Kunio (1901-1983), ancien directeur du centre départemental de sériciculture de Shi (...)

3Il nous reste ainsi une centaine d’écrits sur l’élevage du ver à soie et la production de soie grège datant du xviiie siècle jusqu’à la fin du xixe siècle5, dont la moitié semble être constituée de reproductions partielles ou de reprises d’autres ouvrages ; on dénombre seulement une cinquantaine de manuels originaux. Ces livres étaient destinés aux dirigeants des villages, grossistes de soie grège, éleveurs de vers à soie et paysans qui souhaitaient apprendre ou répandre cette technique. Les premiers livres sur le sujet furent écrits par des agronomes au tournant du xviiie siècle. La majorité des ouvrages fut ensuite publiée durant la seconde moitié du xviiie siècle et dans les années 1850.

4Ces ouvrages publiés jusqu’aux années 1870 sont toutefois considérés comme des « manuels pratiques », tandis que les ouvrages ultérieurs sont considérés comme « scientifiques », car l’on y trouve des savoirs européens : connaissances sur les micro-organismes (champignons, virus, bactéries, etc.) et utilisation d’instruments (microscope, thermomètre, hygromètre, etc.). Cependant les livres publiés par les sériciculteurs eux-mêmes, dès la seconde moitié de l’époque d’Edo (1603-1867) contenaient déjà des observations, obtenues grâce aux travaux conduits au sein des familles sur plusieurs générations. Ces travaux cherchaient à améliorer les conditions de production de soie grège et croisaient différentes races pour obtenir des vers à soie plus résistants à l’environnement naturel. Leurs ouvrages décrivent les succès de ces tentatives et c’est l’une des raisons qui expliquent qu’ils aient été considérés comme de simples manuels pratiques « non scientifiques ». Pourtant, cette considération nous semble erronée ; nous allons ainsi examiner l’évolution des ouvrages traitant de sériciculture au travers des différents auteurs et différentes périodes.

Expansion de la sériciculture par les manuels

  • 6 Au Japon on place le nom de famille avant le prénom, Nomoto est donc son nom de famille. J’ai gardé (...)

5Le premier écrit datant de 1702 fut élaboré par Nomoto Dôgen6, fonctionnaire savant et dirigeant d’un centre seigneurial d’encouragement de la sériciculture. Il naquit à Nishijin, le plus grand quartier de tissage « de luxe » de Kyôto. Ce spécialiste de l’élevage du ver à soie, de la filature, du tissage, du vernissage de laque, etc. fut invité par le fief de Tsugaru (le fief le plus au nord) pour développer la sériciculture au sein de son centre seigneurial fondé en 1700. Il publia en 1702 Kogai yôhôki [Méthode de l’élevage du ver à soie] en mille exemplaires par xylographie. Cet ouvrage était un résumé des techniques traditionnelles destiné à initier les paysans à la sériciculture. Par la suite, cinq ouvrages furent réalisés par les savants spécialistes jusqu’au milieu du xviiie siècle.

  • 7 Il s’agit des régions de Shintatsu (Ôshû), Ueda (Shinshû) et Yûki (Jôsôno). Ces zones de production (...)
  • 8 Les paysans préféraient acheter des grains (œufs du premier stade) pour obtenir les meilleures soie (...)
  • 9 Inoue Z., Sansho kenkyû [Recherche sur les livres de la sériciculture], Saitama, édition privée, 20 (...)

6Puis, la majorité des ouvrages fut rédigée par des sériciculteurs : dix-sept furent écrits par des éleveurs et marchands d’œufs de vers à soie et douze par des filateurs. Les marchands étaient souvent éleveurs et filateurs eux-mêmes. Ils achetaient leurs œufs en se rendant dans les régions de production7 (situées au nord du Japon) jusqu’à la période de la canicule, puis les vendaient jusqu’au début de l’hiver8. Les paysans acheteurs avaient alors pour coutume de régler seulement la moitié de la valeur de leurs œufs, et le reste l’année suivante. C’est ainsi que les résultats de l’élevage affectaient directement leur paie, et que certains marchands modifiaient le prix de leurs œufs en fonction des résultats obtenus9.

  • 10 Vers la fin du xviie siècle, l’éducation du peuple et la publication de livres imprimés se générali (...)

7Ces manuels de sériciculture, qui étaient destinés aux milieux populaires, devaient pouvoir être compris par des non lettrés10. Les idéogrammes étaient dans ce but accompagnés de leur traduction phonétique (à gauche de chaque caractère) en vue d’en faciliter la lecture. Il faut rappeler que l’écriture était à cette époque structurée verticalement. Le peuple (les hommes comme les femmes) écrivaient alors avec deux sortes de phonétiques en y ajoutant quelques idéogrammes. Les hommes lettrés écrivaient quant à eux avec les idéogrammes chinois, en leur appliquant la méthode de lecture japonaise. La plupart de ces manuels de sériciculture étaient imprimés par xylographie, avec une écriture cursive ou semi cursive – plus proche de l’écrit au pinceau pratiqué quotidiennement. On y trouve beaucoup de dessins décrivant les matériaux, les outils et les gestes pour chaque stade de développement du ver à soie. Mais ces dessins ne décrivent pas seulement le travail, puisque l’on y trouve aussi des représentations des fêtes saisonnières, ou des paysages aux différentes saisons. Ces dessins se rapprochent des estampes de l’ukiyoe, type de dessin populaire (fig. 1, 2 et 3).

8Prenons l’exemple de Tsukada Yoemon, qui exerça pendant trente-neuf ans le métier de marchand d’œufs. Dans son ouvrage Shinsen yôsan hiroku [Le nouveau traité de la sériciculture], publié en 1757 ce dernier précise qu’il vendait ses œufs en expliquant en même temps aux acheteurs sa méthode d’élevage. Mais la forte demande d’instructions plus détaillées le conduisit à ajouter des notes sur les conditions d’élevage propres à chaque lieu (climat, emplacement des salles d’élevage, température, lumière, circulation de l’air, humidité, types de mûriers, pâture, etc.) derrière les feuilles enveloppant les œufs. La demande de conseils devenant plus exigeante, il décide d’imprimer cet « essentiel » du métier qu’il distribue à ses clients lors de la vente d’œufs, puis décide finalement de publier un ouvrage en 1757.

Fig. 1. Développement du ver à soie, Yôsan hiroku [Les arcanes de la sériciculture], p. 37.

9Ce côté pratique et la recherche de profit sont caractéristiques des manuels écrits par les marchands. Nakamura Yashichirô, marchand du fief de Shinano (actuel département de Nagano), publia en 1840 un manuel équipé d’une feuille blanche, où il pouvait reporter le plan de la ferme de son client et prodiguer des conseils personnalisés, tels que ceux relatifs aux emplacements à favoriser pour le chauffage, la disposition des paniers, les instruments nécessaires, etc. Ce manuel, Yôsan chôhôki [Pratique de la sériciculture], garantissait une augmentation des gains si les conseils décrits étaient suivis. Une autre caractéristique des manuels de marchands était qu’ils traitaient seulement la méthode d’élevage du ver à soie jusqu’à l’obtention des cocons. Cette tendance s’observe notamment pour les manuels de la première moitié du xviiie siècle, car les paysans pratiquaient cette seconde activité pour améliorer leur revenu.

Fig. 2. Pâture, Kogai kinu furui taisei [Œuvre complète sur l’élevage du ver à soie et la production de la soie], p. 54.

10Mais, au fur et à mesure que cette activité se développe, de nombreux paysans se spécialisent et la pratiquent à grande échelle. Certains ouvrages réalisés pendant la seconde moitié du xviiie siècle rapportent les résultats des expériences passées afin d’améliorer les conditions d’élevage : contrôle de la chaleur et de l’humidité dans les salles d’élevage, régime alimentaire des vers (différentes espèces de mûrier). Satô Tomonobu, sixième génération d’une famille d’éleveurs de la région de Shintatsu (Ôshû, au nord du Japon), résume dans son ouvrage Yôsan sawaki [Anecdotes de la sériciculture], publié en 1762 pour guider les petits paysans, les expériences effectuées depuis 1716 dans sa famille. Cinquante-cinq cahiers d’observation sont conservés dans sa famille. L’auteur y propose notamment d’élever les œufs dans une magnanerie de climat tempéré et de les couvrir pendant la saison froide. Il donne des précisions sur la taille des feuilles de mûriers préparées en utilisant des cribles de mailles différentes pour nourrir les vers à soie selon leur stade de développement. Il note que la fréquence de la pâture et la chaleur de la magnanerie influent sur le rythme de développement (la durée de développement du ver à soie jusqu’au cocon diminue de cinquante-cinq à quarante jours durant le xviiie siècle) et que ces deux facteurs doivent être modifiés selon la période de croissance.

Fig. 3. Méthode de conservation pendant le repos, Kogai kinu furui taisei [Œuvre complète sur l’élevage du ver à soie et la production de la soie], p. 128.

Les ouvrages encyclopédiques

  • 11 Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la production d’objets façonnés par les paysans devint imp (...)

11Au début du xixe siècle, le Japon connut un épanouissement culturel ; la culture citadine, la vie luxueuse et le mode de consommation des grandes villes influencèrent les campagnes. En conséquence, le besoin en soie devint plus important. Les ouvrages de cette période devinrent plus diversifiés que les précédents. Certains auteurs étudièrent les ouvrages chinois, en vue de publier des livres plus complets et « académiques » sur la sériciculture et la production de soierie (les savoirs chinois constituant alors la base de l’académisme). Quelques ouvrages allèrent même jusqu’à traiter la question de la gestion de ce métier à un niveau quasi-industriel et se destinaient aux élevages et productions à grande échelle11.

Fig. 4. Éclosion des papillons après la mue, Yôsan hiroku [Les arcanes de la sériciculture], p. 41.

  • 12 Cet ouvrage fut traduit et publié en français en 1848 sous le titre de L’Art d’élever des vers à so (...)

12L’ouvrage d’Uegaki Morikuni, Yôsan Hiroku [Les arcanes de la sériciculture12] publié en 1803, est considéré comme l’œuvre la plus complète parue à l’époque d’Edo. Il contient les chapitres suivants : espèces des vers à soie, culture des mûriers, élevage des vers à soie, filature, façonnage de cocons, préparation pour l’année suivante, cérémoniaux, origine de la sériciculture et son histoire. Le premier chapitre décrit les différentes espèces de vers à soie, leur traitement et les techniques de conservation des œufs ; le deuxième traite des différents types de mûriers, des méthodes de cueillette, du greffage et des précautions à prendre contre la gelée. Dans son propos sur l’élevage, l’auteur décrit le processus de préparation et les précautions à prendre, la méthode à suivre, le cycle de mue, les maladies existantes et la salle d’élevage à aménager (fig. 4). Il décrit également la méthode de filature, de production de l’ouate, de prévention des maladies, d’élimination de la vermine ainsi que les fêtes et les offrandes aux divinités. Dans la dernière partie, il traite des origines des séricicultures japonaises et chinoises et de leurs histoires. Dans cet ouvrage, il accorde une grande importance à la description des croyances liées au shintoïsme et au bouddhisme. On y trouve notamment la description des rituels à entreprendre pour éviter l’apparition de maladies et l’attaque de parasites, et pour obtenir le succès (fig. 5).

Fig. 5. Défilé pour chasser des parasites, Yôsan hiroku [Les arcanes de la sériciculture], p. 59.

  • 13 Il consulta en 1835 un médecin de la méthode hollandaise qui utilisait un thermomètre occidental po (...)
  • 14 Nihon kagakushi kankôkai (Nihon gakushi’in), Meijimae nihon sangyô gijutsushi [Histoire technique d (...)
  • 15 Avant l’époque Meiji, les Japonais n’avaient pas la notion de température comme grandeur physique, (...)

13Dans son manuel Santôkei hiroku [Le succès par l’utilisation de l’appareil d’ajustement pour les vers à soie] publié en 1849, l’éleveur Nakamura Zen’emon (1807-1880), décrit la méthode utilisant un appareil pour contrôler la chaleur de l’élevage. Il réussit en effet en 1842 à reproduire le thermomètre occidental, qui était alors importé par le comptoir hollandais13 et dont il joint un exemplaire à chacun de ses manuels. L’influence de la chaleur et du froid sur l’élevage est un savoir très répandu à la fin de l’époque d’Edo, mais les éleveurs devaient alors se fier à leur intuition pour contrôler les salles d’élevage car ils ne disposaient d’aucun outil de mesure14. Nakamura propose dans cet ouvrage de contrer cette difficulté en utilisant un appareil, dénommé santôkei [appareil d’ajustement pour les vers à soie]. Les ouvrages publiés ultérieurement ont souvent repris les normes de durée d’élevage et de température proposées par cet auteur15.

Conclusion

14La sériciculture japonaise de l’époque d’Edo (1603-1867) a pu se développer, car elle était exercée par les paysans comme « travail d’appoint ». Ce développement eut trois conséquences : il dynamisa le marché des œufs, facilita la circulation des spécialistes et des artisans, et encouragea la publication de nombreux manuels illustrés. Les marchands d’œufs de vers à soie ont joué un rôle important dans le développement de cette activité, puisque la quantité et la qualité de soie grège produites influençaient directement les ventes d’œufs d’une année sur l’autre. Il convient de remarquer que les savoirs liés à l’élevage et la production de soieries se sont propagés grâce à la circulation de ces individus (marchands d’œufs, spécialistes, artisans), alors que la société de cette époque est souvent considérée comme un espace fermé caractérisé par l’interdiction de libre circulation des personnes.

  • 16 À cette époque, les Japonais exportaient une quantité importante d’œufs de ver à soie vers l’Europe (...)

15Il est également intéressant de noter que ces deux périodes de publication intense d’ouvrages sur la sériciculture (seconde moitié du xviiie siècle, années 1850) coïncident avec deux périodes caractérisées par le manque de soieries : en raison d’une diminution de leur importation lors de la première période ; à l’inverse d’une augmentation des exportations de soieries lors de la seconde période, suite à la signature de traités commerciaux avec les Occidentaux au milieu du xixe siècle16. À ce moment, la soie grège était devenue un important produit d’exportation.

16Ces ouvrages sur la sériciculture poursuivaient donc avant tout un but pratique, contrairement au format de ceux traitant des autres domaines techniques et dont le but était plutôt de consigner les différentes techniques existantes, afin d’en garder la trace ou de répondre à la demande des collectionneurs. Leurs auteurs les offraient alors aux autorités comme des « présents précieux » et recevaient en échange des garanties de monopole ou des privilèges de métier. Mais, les sériciculteurs avaient quant à eux l’intention de propager leurs connaissances. Avec les ouvrages sur la sériciculture, il ne s’agit donc pas de secret de métier. Les expériences qu’ils ont entreprises montrent que les données qu’ils récoltaient et l’analyse qu’ils en faisaient relevaient de la « science pratique » et étaient souvent menées hors des circuits académiques.

17Nous remarquons également que les savoirs occidentaux, transmis par le biais du commerce avec le comptoir hollandais, étaient présents dans ce domaine. La montée de cette activité était la conséquence de la « politique de fermeture » due à la circulation intense de l’argent japonais en Asie et en Europe. Les traités commerciaux avec les pays occidentaux au milieu du xixe siècle ont contribué au développement de l’élevage des vers à soie et à celui des soieries. La production des paysans japonais s’exportait alors en Asie et en Europe.

Notes

1 Le Japon exportait de l’argent en quantité importante. Sa circulation excessive a provoqué une crise du système monétaire en Chine (étalon argent). Sur le marché européen, l’argent japonais concurrençait celui provenant d’Amérique du sud. Voir von Glahn R., Fountain of Fortune : Money and Monetary Policy in China, 1000-1700, Berkeley, University of California Press, 1996, p. 237-245.

2 En réalité, il y avait trois autres lieux de commerce officieux avec les Étrangers. Le gouvernement shôgunal des Tokugawa permit au fief de Tsushima de nouer des relations commerciales avec les Coréens, et au fief de Satsuma avec la dynastie de Ryûkyû (actuel département d’Okinawa). Ce dernier était sous tutorat de Satsuma et de la Chine. De ce fait, les produits étrangers parvenaient par l’intermédiaire de la Chine et des Ryûkyû. Ezo était le territoire occupé par les Aïnus (peuple autochtone du Japon) qui commerçaient avec les Russes et les Chinois. L’autorité shôgunale confia ultérieurement au fief de Matsumae le contrôle des peuples Aïnus et le commerce avec les autres peuples des îles du Nord. Toby R., State and Diplomacy in early Modern Japan : Asia in the Development of the Tokugawa Bakufu, Princeton, Princeton University Press, 1984.

3 Le gouvernement imposa en 1715 l’utilisation exclusive de soie grège nationale en limitant encore les importations. Les grands seigneurs des provinces ont alors voulu instaurer des industries artisanales et ils ont invité des spécialistes de soierie de Kyôto. Itô Tomo’o, Kinu [La soie], Collection Mono to ningen no bunkashi [Histoire culturelle des objets et des hommes], no 68-I, Tokyo, Hôsei daigaku shûppankai, p. 234-286.

4 Les habits en soie étaient réservés à l’aristocratie, aux grands seigneurs ou aux riches citadins. Nagahara K., Choma· kinu· momen no shakaishi [Histoire sociale de l’ortie, la soie et le coton], Tokyo, Yoshikawa kôbunkan, 2004.

5 D’après Okumura Kunio (1901-1983), ancien directeur du centre départemental de sériciculture de Shimane, qui a étudié les manuels des xviiie-xixe siècles et réalisé un répertoire. Tous ses travaux ont été publiés en polycopies. Inoue Zenjirô, fonctionnaire du département de Saitama, les a rassemblés et compilés en 1973. Okumura K., Honpô sansho ni kansuru kenkyû [Recherche sur les livres de sériciculture japonais], Saitama, édition privée, 1973, p. 4-8.

6 Au Japon on place le nom de famille avant le prénom, Nomoto est donc son nom de famille. J’ai gardé cette pratique pour toutes les personnes mentionnées dans le présent article.

7 Il s’agit des régions de Shintatsu (Ôshû), Ueda (Shinshû) et Yûki (Jôsôno). Ces zones de production se trouvaient à côté de grands fleuves dont les rives convenaient à la culture des mûriers, car cet environnement (aération, ensoleillement, etc.) permettait d’éviter les maladies. Sasaki J., Zairai gijutsu no hatten to kinsei shakai [Le développement des techniques traditionnelles et la société pré-moderne], Collection Gijutsu no shakaishi [Histoire sociale des techniques], no 2, Yûbikaku, Tokyo, 1983.

8 Les paysans préféraient acheter des grains (œufs du premier stade) pour obtenir les meilleures soies grège au lieu de les préparer eux-mêmes. D’où, le nombre important de marchands qui circulaient dans les régions montagneuses.

9 Inoue Z., Sansho kenkyû [Recherche sur les livres de la sériciculture], Saitama, édition privée, 2006, p. 26.

10 Vers la fin du xviie siècle, l’éducation du peuple et la publication de livres imprimés se généralisèrent au Japon. Les écoles élémentaires privées notamment étaient nombreuses, et les enfants y apprenaient la lecture, l’écriture et l’utilisation de bouliers à calcul. Tsuji T., Edojidai wo kangaeru [Réflexion sur l’époque d’Edo], Chûkô shinsho, no 870, Tokyo, Chûô kôronsha, 1988, p. 131-139.

11 Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la production d’objets façonnés par les paysans devint importante et cela fit naître des spécialités régionales exportées au-delà des fiefs par les marchands. Ces derniers subventionnèrent alors les paysans pour l’achat des matières premières ou des outils. La domination des marchands sur les produits de transformation agricoles est caractéristique de la première moitié du xixe siècle avant l’ouverture du Japon.

12 Cet ouvrage fut traduit et publié en français en 1848 sous le titre de L’Art d’élever des vers à soie au Japon. Il nous semble qu’il n’eut pas d’influence sur la technique de la sériciculture française, contrairement à ce que les Japonais affirment. Selon nous, les cinquante planches d’illustration ont plutôt dû attirer l’attention des français en raison de leur goût du japonisme.

13 Il consulta en 1835 un médecin de la méthode hollandaise qui utilisait un thermomètre occidental pour mesurer la température. Il pensa alors l’utiliser pour mesurer la chaleur de la salle d’élevage. Il acquit plusieurs centaines de tubes en verre et du mercure à Edo pour reproduire cet instrument. Cependant, il eut beaucoup de difficultés pour introduire du mercure dans le tube et il s’aperçut que le diamètre du tube affectait la dilatation de ce métal liquide. Il lui fallut plusieurs années pour les résoudre. Son appareil n’a pas été conservé, mais ceux qui furent construits par ses confrères dans les années 1850, lorsque son utilisation était devenue courante, sont conservés dans certains musées. Cet instrument a été fabriqué ultérieurement avec de l’huile de ricin colorée. Itô E., « Yôsangyô no hattatsu to santôkei (yôsan’yô ondokei) ni tsuite [Développement de la sériciculture et le thermomètre pour la sériciculture] », Kagakushi kenkyû, vol. 27, no 41, 1957, p. 27-29.

14 Nihon kagakushi kankôkai (Nihon gakushi’in), Meijimae nihon sangyô gijutsushi [Histoire technique de la sériciculture japonaise avant l’ère Meiji], Nihon gakujutsu shinkôkai, Tokyo, 1960, p. 128-131.

15 Avant l’époque Meiji, les Japonais n’avaient pas la notion de température comme grandeur physique, ils l’exprimaient par les sensations de chaud et de froid. L’échelle de cet appareil, exprimée en fahrenreit avec les chiffres en idéogrammes, donnait la quantité de chaleur correspondant à ces sensations.

16 À cette époque, les Japonais exportaient une quantité importante d’œufs de ver à soie vers l’Europe, en plus des soies, principalement à cause de la pébrine qui ravagea la sériciculture, notamment en Italie et en France. Les sériciculteurs européens cherchaient des œufs en Asie, mais la Chine ne pouvait pas en fournir à cause des désordres liés aux Guerres de l’Opium. L’exportation des œufs japonais a continué jusqu’à ce que Pasteur trouve un remède. Ushiki Y., Kaiko no nura no yôkô nikki [Le journal de voyage des sériciculteurs en Occident], Tokyo, Heibonsha, 1995.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Développement du ver à soie, Yôsan hiroku [Les arcanes de la sériciculture], p. 37.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 2. Pâture, Kogai kinu furui taisei [Œuvre complète sur l’élevage du ver à soie et la production de la soie], p. 54.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 3. Méthode de conservation pendant le repos, Kogai kinu furui taisei [Œuvre complète sur l’élevage du ver à soie et la production de la soie], p. 128.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 4. Éclosion des papillons après la mue, Yôsan hiroku [Les arcanes de la sériciculture], p. 41.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 5. Défilé pour chasser des parasites, Yôsan hiroku [Les arcanes de la sériciculture], p. 59.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 442k

Auteur

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search