Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Première partie - L'édition savante ou la science de la technique

La confrontation textes-terrain dans la construction des savoirs par Lê Quý ÐôN, lettré vietnamien du xviiie siècle

Confronting text with local reality in building knowledge by Lê Quý Đôn, an 18th-century Vietnamese scholar

Emmanuel Poisson

Résumé

À première vue, Lê Quy Ðôn pourrait apparaître comme un simple disciple de l’« École des vérifications et des preuves », courant apparu en Chine à la charnière des Ming et des Qing, qui dominera tout le xviiie siècle. Si l’impact de ce courant sur la réflexion du mandarin vietnamien ne saurait être minoré, il apparaît qu’il entretient un rapport complexe avec la réflexion menée en Chine. Son itinéraire intellectuel et géographique est en effet marqué par une tension entre deux pôles : Pékin et le terrain vietnamien. Dans la capitale chinoise, alors qu’il est en ambassade, sa culture lettrée lui vaut la reconnaissance de ses pairs coréens et chinois, elle conforte sa légitimité de lettré-fonctionnaire.
Mais dans son rapport au Viêt-Nam, cette culture classique chinoise est mise à l’épreuve lorsque Lê Quy Ðôn entreprend un vaste programme de construction des savoirs en adéquation avec la réalité locale. Il attache une importance particulière aux usages, aux animaux et aux plantes locales. Sa singularité réside dans une aptitude – rare dans le Viêt-Nam du xviiie siècle – à transcender le milieu lettré en diversifiant ses sources d’information.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Kiến văn tiểu lục, préface. Ms. HM. 2174 (Paris, Société asiatique).

1« En outre, obéissant aux ordres, j’ai accompli des missions officielles, parcourant les quatre directions. Au Nord, je me suis rendu en Chine ; à l’Ouest, j’ai pacifié le Laos ; au Sud, j’ai gouverné le Thuận Hóa et le Quảng Nam. Partout où mes pas m’ont porté, je me suis appliqué à enquêter et à interroger, et lorsque je voyais ou entendais rapporter des faits, je les notais, en faisais une brève critique et mettais mes notes en réserve dans ma bourse à écrits (hề nang). Après avoir ainsi accumulé pendant longtemps ces notes, je les ai sorties et en ai composé un ouvrage1. »

2Cet extrait de la préface des Notes sur les choses vues et entendues (Kiến văn tiểu lục) forme le point de départ de notre réflexion. Il est significatif de la carrière d’un lettré-fonctionnaire placé sous le sceau de la mobilité et de sa méthode.

3À première vue, Lê Quý Đôn pourrait apparaître comme un simple disciple de l’« école des vérifications et des preuves » (kaozhengxue), courant remontant à la charnière des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911). Les lettrés chinois mirent alors l’accent sur une recherche approfondie, une analyse rigoureuse et la collecte de preuves objectives tirées d’objets anciens ou de textes historiques. Les valeurs morales cessèrent d’être le thème majeur de débat. Si l’impact de ce courant sur la réflexion du mandarin vietnamien ne saurait être minoré, il semble que Lê Quý Đôn entretienne un rapport complexe avec la réflexion menée en Chine aux xviie-xviiie siècles. Son itinéraire intellectuel et géographique est en effet marqué par une tension entre deux pôles : Pékin et le terrain vietnamien.

  • 2 Cet article procède d’une réflexion menée dans le cadre du projet « Itinéraires individuels et cir (...)

4Dans la métropole chinoise, alors qu’il est en ambassade, l’étendue de sa culture lettrée lui vaut la reconnaissance de ses pairs coréens et chinois, elle affermit sa légitimité de mandarin. Mais dans son rapport au Viêt-Nam, cette culture classique est mise à l’épreuve lorsque Lê Quý Ðôn engage la réalisation d’un ample programme de construction des savoirs (historique zoologique, botanique, agronomique, technique, etc.) en adéquation avec la réalité locale. Son terrain vietnamien est formé des provinces où il a été en poste, Quảng Nam et Thuận Hóa dans le Centre, Sõn Tây Hýng Hóa dans l’Ouest et le Nord-Ouest. La singularité de sa démarche réside dans une aptitude – peu fréquente dans le Viêt-Nam du xviiie siècle – à transcender le milieu lettré pour varier ses sources d’information. Cette marge de manœuvre que se donne Lê Quý Ðôn sera au cur de notre propos2.

La carrière d’un lettré-fonctionnaire sous le signe de la mobilité

5Lê Quý Ðôn naquit en la septième année de Bảo Thái (1726) dans le gouvernorat du Sôn Nam inférieur au village de Diên Hà (aujourd’hui hameau de Phú Hiếu, village de Ðộc Lập, sous-préfecture de Hýng Hà, province de Thái Bình, dans le Nord du Viêt-Nam) alors que s’effaçait la dynastie impériale des Lê et que le pays était en proie depuis 1620 à une guerre entre les gouvernements rivaux des seigneurs Trịnh au Nord et Nguyễn au Sud. Il était le fils aîné de Lê Trọng Thứ, ancien ministre de la Justice qui avait été reçu docteur en 1724. Très tôt il fit montre de capacités exceptionnelles : les sources rapportent qu’à cinq ans il étudiait le Livre des Odes, à huit ans, il composait ses premières rhapsodies, à onze ans, il était capable de lire les histoires dynastiques des Song et des Yuan, qu’à quatorze ans il s’initiait aux Quatre Livres et aux Cinq Classiques. À quinze ans, il fut reçu premier au concours triennal de la province de Sôn Nam et à vingt-six ans (1752), major au concours supérieur de la capitale et second docteur au concours métropolitain à Thãng Long (aujourd’hui Hà Nội). Deux ans plus tard, il fut nommé chancelier de l’Académie cumulant les fonctions de compilateur à l’institut d’histoire de l’État. Comme chancelier il était responsable de la préparation des documents officiels et de l’interprétation des livres anciens ou des documents récents. En mai 1756, il fut envoyé en compagnie de deux autres mandarins en mission d’enquête sur l’administration de treize des préfectures de l’Est, de l’Ouest et du Sud. Comme Premier ambassadeur adjoint, il participa à l’ambassade dirigée par Trần Huy Phúc qui partit en Chine peu après le décès de l’empereur vietnamien Lê Ý Tôn (1759) pour annoncer le deuil et porter le tribut (1761-1762). À côté de la Relation complète d’une ambassade en Chine (Bắc sứ thông lục), il acheva alors de composer deux ouvrages qui préfiguraient ses Notes des choses vues et entendues : ce sont les Recherches dans la multitude des livres (Quần thû khảo biện) et les Modèle des saints et des sages (Thánh mô hiền phạm lục) réalisés alors qu’il était encore jeune. Il fit forte impression sur les lettrés chinois et les diplomates coréens (Hong Kyehŭi et Yi Hwijung) en leur offrant ces premiers écrits. Il eut des échanges fructueux avec Hong Kyehŭi, Premier ambassadeur coréen. À son retour il fut nommé traducteur et réviseur à la Bibliothèque impériale. Affecté en 1764 comme gouverneur civil à la province de Kinh Bắc, il fut muté un an plus tard comme mandarin auxiliaire du service administratif de la province de Hải Dýõng. Mécontent d’être éloigné de la capitale, il obtint alors de se retirer pour raison de famille.

6En 1767, il fut promu calligraphe de l’Académie et réintégré comme secrétaire au département des affaires militaires, puis fut nommé la même année vice-recteur du collège des fils de l’État. Après avoir mené avec succès, comme conseiller pour les affaires militaires, la répression de la révolte de Lê Duy Mật, il fut promu vice-ministre des Travaux publics puis vice-président de la cour des Censeurs. En 1772, il fut dépêché par le seigneur Trịnh Sâm dans la province de Lạng Sôn pour y enquêter sur les souffrances de la population et les abus de pouvoir de l’administration locale. Un an plus tard, Lê Quý Đôn entra au palais des Trịnh comme vice-président de la branche civile du Conseil de gouvernement de Trịnh Sâm. Il fut chargé de la refonte des registres d’immatriculation fiscale. Lorsque Trịnh Sâm engagea en 1774 une campagne contre la seigneurie des Nguyễn, il confia l’expédition des affaires et la garde de la capitale à quatre mandarins dont Lê Quý Ðôn. Lors du retour du seigneur à Thăng Long en 1775, il fut nommé vice-ministre de la Fonction publique cumulant cette fonction à celle de rédacteur en chef de l’institut d’histoire de l’État. Après la reconquête du Thuận Hóa et Lê Quý Đôn fut chargé en 1776 de la réorganisation de ce territoire. Parallèlement il y rassembla la matière de son Mélange sur le gouvernement des marches (Phủ biên tạp lục). Après avoir exercé diverses fonctions à Thãng Long, il fut nommé en 1783 adjoint au gouverneur du Nghệ An puis ministre des Travaux publics avant de disparaître en 1784.

  • 3 Voir l’annexe.

7Il a laissé une œuvre abondante dans de nombreux domaines, taoïsme et confucianisme, histoire et géographie, ouvrages à caractère encyclopédique, littérature et recueils divers3.

Lê Quý Đôn et la construction des savoirs botaniques zoologiques et techniques

8Si on se penche sur le traitement des sources, la singularité de sa démarche par rapport à celle de ses contemporains apparaît. À ses yeux, l’examen direct et l’examen indirect des documents sont complémentaires. Il croise autant que faire se peut les sources et estime que la compréhension dérive nécessairement d’une lecture attentive des textes. Si malgré une réflexion approfondie, le sens reste obscur, alors seulement le lecteur aura recours aux commentaires. Lê Quý Đôn juge fondamental de se défier d’une position passive, mécaniste vis-à-vis des sources. Si les écrits des anciens contiennent une part d’exagération ou ne sont pas conformes à la réalité, il convient de les critiquer. Inversement, il critique la position de ceux qui au terme d’une première lecture d’un texte, s’appuient seulement sur leur intuition pour en comprendre le sens, faisant fi des explications des anciens. Il radiographie le texte à travers la succession des esquisses et des versions qui lui ont donné naissance et qui l’ont conduit à sa forme définitive.

9Toutefois il pense qu’on ne peut se contenter de relever les différences entre plusieurs versions d’un même texte. Il faut, selon lui, rassembler un maximum de sources, puis les croiser afin de puiser les éléments qui font défaut, pour enfin combler les lacunes. Dans bien des cas Lê Quý Đôn estime le dialogue, la discussion bien plus fructueux que la lecture d’un texte. Quels interlocuteurs choisit-il ? En premier lieu les lettrés-fonctionnaires, mais aussi certains experts en dehors du milieu lettré.

  • 4 Il y a sans doute chez Lê Quý Ðôn un rapport à la note qui n’est pas sans écho avec l’attitude que (...)

10Cependant, il ne se fie jamais au seul témoignage oral, mais le confronte aux sources écrites. Lorsqu’il enquête sur une question, Lê Quý Đôn affirme qu’il faut dans un premier temps tout écrire sans hiérarchiser les informations ; aussi bien les éléments vrais que faux ; il faut recopier les textes, prendre en note les témoignages oraux et les accompagner d’un bref commentaire4. Ces notes qui constituent des fiches sont conservées avec soin. Elles serviront ultérieurement de base aux chapitres d’un livre.

11Dans ses Propos par matières de ma bibliothèque (Vân ðài loại ngữ), Lê Quý Đôn produit pour chaque objet une description détaillée, fruit de la confrontation du terrain vietnamien et d’un large corpus d’ouvrages chinois – flores, traités médicaux, encyclopédies, monographies, « Notes au fil du pinceau » (biji), poèmes – du ive au xviie siècle dont voici les principaux titres :

Auteur

Titre de l’ouvrage

Xi Han

Nanfang caomu zhuang (ive s.)

Zhang Hua (232 – 300)

Bo wu zhi (ive s.)

Tao Gu (903-970)

Qing yi lu

Ouyang Xiu (1007-1072)

Gui Tian lu

Zhao Xihu (fl. 1180-1240)

Dong tian qing lu

Li Xian (1408-1466), Peng Shi (1416-1475)

Da Ming yi tongzhi (xve s.)

Li Shizhen (1518-1593)

Bencao Gangmu

Chen Jiru (1558-1639)

Qun sui lu

Wang Qi (1529-1612) et Wang Siyi

Sancai tuhui (1609)

Qu Dajun (1630-1696)

Guangdong xinyu

Wu Zhenfang

Lingnan zaji (xve s.)

  • 5 Métaillé G., « Le Bencao gangmu de Li Shizhen et l’histoire naturelle au Japon durant la période d (...)

12Il y a chez Lê Quý Ðôn un souci d’adéquation des noms aux choses. En rédigeant des notes relatives à la flore ou à la faune, il semble vouloir éliminer toute ambiguïté sur la nomenclature. Dans d’autres cas, il s’efforce de dégager les différents noms vernaculaires d’une plante, d’un animal ou d’un objet. Sans doute le lettré vietnamien inscrit-il sa démarche dans la tradition du courant chinois de « corrections des dénominations ou rectification des noms (zhengming) ». Mais cette approche n’est pas sans rappeler celle d’Ino Jakusui (1655-1715) - au Japon, étudiée par Georges Métailié5. Comme ce dernier, Lê Quý Ðôn mène un travail philologique rigoureux qui s’appuie sur le terrain.

13Sept exemples illustreront cette démarche : dans tous ces cas le lettré va confronter ses propres observations à ses notes de lectures, dégageant ainsi les différents termes ou expressions vernaculaires désignant la plante ou l’animal qu’il étudie.

  • 6 Hodgsonia macrocarpa (Blume). Đỗ Tất Lợi, Những cây thuốc và vị thuốc Việt Nam, Hà Nội, nhà xuất b (...)
  • 7 Vân ðài loại ngữ, ms. A. 141 (Hà Nội, Viện nhiên cứu Hán-Nôm), ix, Phẩm vật, 68b.

14L’étude d’une cucurbitacée dans le Nord-Ouest du Viêt-Nam est éclairante : « Dans les forêts de montagne de la province de Sõn Tây pousse le ðài hái6, fruit gros comme un potiron, très gras et tendre. La population locale, qui le grille avant de le manger, l’appelle “cochon suspendu à une branche” (huyền chi trû). D’après le Qun sui lu, c’est un fruit ferme et fade comme la viande de porc, grand comme un bol. Quand on le grille pour le manger, il a le goût du porc et il est bon. Il s’agit bien du même fruit7. »

  • 8 Ibid., 70b.
  • 9 Ibid., 66b.
  • 10 Ibid., 66b.
  • 11 Ibid., 64a.
  • 12 Ibid., 44a.
  • 13 Ibid., 83b.

15Autre cas, celui du Melia azedarach. D’après le Bencao Gangmu, Lê Quý Đôn décrit cet arbre qui a pour nom chinois khổ luyện. De ses propres observations, il résulte qu’il a pour nom vernaculaire thù ðâu8. De même, il distingue le nom savant du pancovier – nhân diện tử (littéralement « fruit à face humaine ») – de son nom vernaculaire, sấu9. Il note que le carambolier – littéralement « fruit à cinq angles (ngũ liêm tử) – a pour nom vernaculaire khế10 et fait de même pour la papaye (mộc qua/vn. đu đủ)11. Dans le cas du riz, Lê Quý Đôn distingue les deux termes pour le riz non-gluant (canh/vn. tẻ) et le riz gluant (nọa/vn. nếp)12. Pour la néréide, Lê Quý Đôn s’appuie sur le Guangdong xinyu et le Lingnan zaji pour nous donner son nom en Chine (hoà chùng : ver du riz). Là encore, il confronte ces informations aux recherches de terrain qu’il a faites au Việt Nam. Il note que dans son pays la néréide est appelée crevette de terre (thổ hà)13.

  • 14 Ibid., 5a.
  • 15 Ibid., 4a.
  • 16 Ibid., 68a.

16Lê Quý Ðôn, s’il cherche à bien démarquer pour chaque chose le nom chinois du nom vietnamien, ne passe pas pour autant sous silence certaines parentés phonétiques. Il relève ainsi que la pioche (cýợc) a pour nom vulgaire au Viêt Nam cuốc14. De même observe-t-il la proximité des termes chinois (độn) et vietnamien (đụn) désignant un grand panier à céréales15. Il relève aussi que certains noms vietnamiens dérivent d’une déformation du nom chinois comme dans le cas du savonnier (Sapindus mukurosi Gaertn) : vô hoạn a été déformé en bồ hồn16.

  • 17 Ibid., 44a-48a.
  • 18 Ibid., 60a, 63b-64b.
  • 19 Des fragments du Classique de la physionomie des chevaux de Bole (Bole xiangma jing) figurent dans (...)

17Lê Quý Ðôn est l’un des premiers lettrés au Viêt-Nam à marquer un grand intérêt pour la taxinomie, à partir d’ouvrages chinois ou d’observations de terrain. Il distingue ainsi trente-trois variétés de riz non gluants dont huit sont moissonnées à la cinquième lune et vingt-trois à la dixième lune. Il distingue vingt-neuf variétés de riz gluants dont dix sont moissonnées à la cinquième lune, et dix-neuf à la dixième lune17. Il répertorie neuf variétés de bananes, sept d’oranges, cinq de papayes18. Il emprunte au Bole xiangma jing une typologie de sept chevaux en fonction de leurs caractéristiques physiques19. Plus exactement, il s’agit d’un procédé d’identification des bons chevaux :

  • 20 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 76a.

Celui qui examine la physionomie d’un cheval doit au préalable éliminer les tam luy (« les trois (types) de chevaux maladifs ») et ngũ nô (« les cinq haridelles ») avant d’examiner les autres membres de l’animal : un grand cou et une petite tête désignent le premier (type de cheval) maladif ; une arrête dorsale faible et un gros ventre caractérisent le deuxième (type de cheval) maladif ; une partie inférieure de la jambe petite et de gros sabots signent le troisième (type de cheval) maladif ; une grosse tête et des oreilles pendantes désignent le premier (type de) haridelle ; un long cou sans rupture caractérise le deuxième (type de) haridelle ; une moitié supérieure courte et une moitié inférieure longue signent le troisième (type de) haridelle ; des genoux longs et des côtes courtes désignent le quatrième (type de) haridelle ; des hanches étroites associées à des cuisses étroites caractérisent le quatrième (type de) haridelle20.

  • 21 Ibid., 70b.
  • 22 Il emprunte la typologie des kakis au Jiean laoren man bi de Li Xu (1506-1593). Ibid., 63a, 10a.

18Il énumère six types de bois de fer au Viêt-Nam21, cinq variétés de kakis en Chine, six types d’éventail au Viêt-Nam22.

  • 23 Ibid., 33a-b, 62a, 54b, 58a, 70b, 56a, 76a.
  • 24 Ibid., 67a.
  • 25 Ibid., 84a.
  • 26 Qu’il emprunte au Tang pu de Hong Mai (1123-1202) des Song du Sud. Ibid., 35b-36a.

19Au-delà de cette préoccupation classificatoire, le lettré est aussi animé d’un souci de hiérarchisation. La qualité d’une plante se lit dans un classement spatial. Ce classement spatial concerne, pour le thé, des villages ; pour le jacquier, des districts vietnamiens (Gia Lâm, Ðông Ngàn et Cổ Loa) ; pour le thự dự (Dioscorea hamiltonii), des districts vietnamiens et chinois ; pour le ginseng ou les bois de fer (thiết mộc), des provinces vietnamiennes (Nghệ An, Thanh Hoá Sõn Tây et Kinh Bắc) ; pour le củ năn (Heleocharis plantaginea R. Br.), des pays (Chine et Viêt-Nam) ; pour un conifère comme le sam (Cunninghamia lanceolata), encore des pays et des provinces (Japon, Sichuan et Guizhou)23. Les critères de hiérarchisation, quand ils sont explicites, sont le prix – comme dans le cas du papier tiré de l’écorce de thýõng lục (Phytolacca acinosa)24 –, l’aptitude d’une plante ou d’un animal à être offert à l’empereur – comme dans le cas d’une variété de néréide de certains districts du Thanh Hoa (Phụng Hóa, Gia Viễn, Yên Mô, An Khang) et du Sõn Nam (Vũ Tiên, Chân Ðịnh, Nam Chân, Giao Thuỷ, Thanh Quan, Thựy Anh)25, ou dans celui du thự dự du village de Cổ Pháp (Ðông Ngàn). S’agissant de produits comme le sucre, la consistance ou la couleur sont des critères de hiérarchisation26.

  • 27 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 69a.
  • 28 Ibid., 62a.
  • 29 Ibid., 67a.

20La confrontation des textes au terrain permet de confirmer certaines informations contenues dans les écrits chinois. Dans d’autres cas, elle permet d’apporter des précisions aux textes contemporains ou d’actualiser l’information de documents plus anciens, comme dans l’exemple de l’ébène (ô mộc). Il reprend les observations du Dong tian qing lu de Zhao Xihu qui signalait que les frettes d’instruments à corde étaient confectionnées dans ce bois qui, par ailleurs, était prisé des constructeurs de bateaux de mer. Lê Quý Đôn ajoute qu’aujourd’hui au Viêt-Nam les deux planches latérales des cithares sont fabriquées dans ce bois27. Le plus souvent la mise en regard des textes au terrain est nécessaire car les sources chinoises, de par leurs lacunes et leurs erreurs, sont inadéquates. Le cas du jacquier témoigne aux yeux de Lê Quý Đôn d’une insuffisance des sources chinoises. Il reprend les informations que donne le Da Ming yi tongzhi : le Viêt-Nam est un pays producteur de jacquiers (ba la mật) fruit « aussi grand que le potiron et dont la peau est recouverte d’épines souples ; il mûrit à la 5e ou 6e lune ; il est d’un goût sucré et très parfumé ; son noyau peut être cuit et sa consommation est fortifiante ». Mais ses observations contredisent pour partie le livre. Alors que le Da Ming yi tongzhi affirme que les jacquiers produits à Gia Lâm sont les meilleurs, Lê Quý Ðôn rétorque : « Aujourd’hui, si l’on interroge la population locale, elle dit que les fruits [de Gia Lâm] ne sont pas bons, mais que ceux de Ðông Ngàn et de Cổ Loa sont meilleurs28 ». De même le lettré critique l’absence de référence, dans les sources chinoises, au papier de qualité exceptionnelle fabriqué dans le district de Thuỵ Nguyên (Thanh Hóa) à partir de l’écorce du thýõng lục (Phytolacca acinosa) alors qu’elles font état d’un papier d’origine coréenne de qualité équivalente29.

  • 30 Ibid., 4b.
  • 31 Ibid., 7b-8a.

21La confrontation du terrain vietnamien aux textes chinois permet enfin de dégager certaines similitudes. Ainsi la mise en regard de la description du plateau en bambou destiné au séchage du riz (sái bàn) dans le Sancai tuhui et de l’observation du bình đầu ky au Viêt-Nam par Lê Quý Ðôn conduit ce dernier à souligner la forte ressemblance entre ces deux objets30. Il en va de même de l’allumette chinoise et de l’allumette vietnamienne dont les procédés de fabrication sont très proches. Seul diffère le bois de la lamelle supportant le souffre : sam (Cunninghamia lanceolata) dans le cas de la Chine (selon le Thanh dị luc), bambou dans le cas du Viêt-Nam31.

22Lê Quý Đôn ne reste donc pas confiné au milieu lettré, il interroge des praticiens, élargissant ainsi le cercle de ses informateurs et surmontant les préjugés de son milieu. Ainsi interroge-t-il les paysans lorsqu’il enquête sur un fruit comme le jacquier. De même questionne-t-il un artisan lorsqu’il s’informe sur les proportions des différents métaux dans les alliages et les techniques de la métallurgie dans le Quảng Nam. Quand il mène des recherches sur un arbre, le kiền kiền (Hopea pierrei Hance, de la famille des Dipterocarpaceae), il s’adresse à des négociants chinois qui en font le commerce :

  • 32 Phủ biên tạp lục, ms. VÐ. 9 (Sài Gòn, viện khảo cổ), vi, 206a.

Bois à la texture fine, le kiền kiền est très solide, très dur et peut être utilisé de nombreuses années sans qu’il pourrisse. Avec un tel bois, on peut faire des colonnes d’habitation qui peuvent être fichées profondément en terre et qui resteront intactes pendant un siècle. « Les marchands de la province de Canton affirment que ce bois, appelé nam mộc dans le Livre des Documents (Shujing) comporte plusieurs variétés : celle qui est parfumée est appelée hýõng nam, celle qui est de couleur jaune est appelée hoàng nam, celle qui est de couleur blanche est appelée bạch nam ». Le kiền kiền pousse aussi bien dans les zones montagneuses de l’arrondissement de Nam Bố Chính que dans celles des sous-préfectures de Khang Lộc et Phú Vang. Les palais et bateaux des seigneurs Nguyễn étaient construits dans ce bois32.

23Il sollicite également la littérature populaire : pour nombre de notices il cite des proverbes et des adages se rapportant à un produit, une plante ou un animal.

La valeur du terrain réside dans sa capacité à être un lieu d’expérimentation

  • 33 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 61a, 68a, 63b.
  • 34 Ibid., 83b.
  • 35 Ou trà mai, camellia sasanqua Thunb.
  • 36 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 39a.

24Cette capacité d’expérimentation s’exprime en premier lieu par le goût. Lê Quý Ðôn va jusqu’à goûter lui-même certains fruits pour apprécier la saveur vantée par certains ouvrages : litchis du village d’An Nhân dans le district de Ðýờng Hào, ðài hái, poires de Zhuozhou33. Il ajoute dans ce cas : « Au regard de la poire, la canne à sucre et la banane font figure de servantes. » Il en va de même de certaines recettes à base de néréide qu’il trouve très bonnes : « Capturer des néréides et placer les dans un récipient, puis mettez-y une tasse de vinaigre, alors les néréides expectoreront naturellement un liquide. Si après avoir filtré ce dernier, vous le mêlez à des œufs de poule et cuisez l’ensemble à l’étouffée, le plat est délicieux34. » De même, il juge excellent un plat de riz gluant macéré dans un jus à base de cendres de sésame (ma), de camélia fleur de thé (sở)35 et de croton cathartique (ba đậu, croton tiglium)36.

  • 37 Ibid., 61b.
  • 38 Ibid., 83b.
  • 39 Ibid., 75a. L’amiral Layrle a décrit à Gifu au Japon un type de pêche analogue ; « Cormorans et fa (...)
  • 40 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 76a.
  • 41 Ibid., 80a.
  • 42 Ibid., 64a.
  • 43 Ibid., 15a.
  • 44 Ibid., 17a.

25La capacité d’expérimentation s’exprime en deuxième lieu par l’observation. En route pour son ambassade en Chine, le lettré vietnamien se voit offrir par les mandarins provinciaux des litchis dont il estime que le fruit et le noyau sont analogues par leur aspect à ceux du Viêt-Nam37. Il confirme que l’apparition de la néréide par temps de pluie au Viêt-Nam a été « vérifiée par l’expérience »38. Lors de son passage dans le Sud de la Chine, il expérimente certains types de pêche. Lê Quý Đôn note que lorsqu’il est parti en ambassade, il a assisté dans la région de Yangshuo-Pingle (dans le Guangxi) à la pêche au cormoran (lô tý). Il en donne une description très précise : les pêcheurs disposent autour du cou de l’oiseau un filin afin de l’empêcher d’avaler les poissons39. Lê Quý Đôn fait grand cas de la capacité d’expérimentation d’autrui. Il vante ainsi la capacité populaire à distinguer les types de chevaux en fonction de leurs caractéristiques physiques : « Autrefois, les gens du commun achetaient eux-mêmes les chevaux, c’est pourquoi ils étaient d’une grande acuité d’observation. »40 Il relève dans le Bowu zhi une utilisation médicale de la toile d’araignée ; en couvrir une bosse permet de la faire disparaître en sept jours. Lê Quý Ðôn ajoute que l’efficacité de ce remède a été observée bien des fois41. S’il ne peut solliciter le témoignage de contemporains en Chine ou au Viêt-Nam, il va traquer dans les sources anciennes les observations relatives aux savoirs pratiques. Il rappelle ainsi une remarque d’Ouyang Xiu (1007-1072), dans son Guitian lu, relative à la conservation des mandarines jaunes (kim quất). Si on les immerge dans des haricots mungo (lục đậu), on peut les conserver longtemps et sans altération. En effet la mandarine a un caractère chaud alors que le haricot a un caractère froid42. L’importance de l’expérimentation se traduit aussi chez Lê Quý Ðôn par son intérêt pour les techniques de vieillissement artificiel du bronze conçues par les faussaires43 ou pour la localisation des gisements d’or ou d’argent grâce aux types de végétaux en surface44.

La proximité du Viêt-Nam d’avec le Guangzhou a conduit le lettré à comparer leur faune, leur flore et leurs savoirs agronomiques

  • 45 Ibid., 82a-b.

26Il croise ses observations avec ses lectures de monographies comme le Guangdong xinyu et le Lingnan zaji pour étudier la biologie de plantes ou d’animaux ainsi que leurs usages. Ainsi Lê Quý Ðôn décrit-il avec précision les techniques de capture de l’huître sauvage au Guangzhou, en particulier avec un instrument en bois en forme de caractère thýợng qui permet aux pêcheurs de se déplacer sur la vase sans risquer de s’enliser, « technique ancestrale qui a perduré ». Il ajoute que les techniques de pêche de ce mollusque au Viêt-Nam sont analogues45.

  • 46 Ibid., 75b-76a.

27De même, il confronte les informations tirées du Guangdong xinyu au fruit de ses entretiens avec la population du village d’An Vệ dans le district de Quỳnh Côi (dans l’actuelle province de Thái Bình) au Viêt-Nam et conclut que les deux techniques d’incubation artificielle des œufs de canes sont identiques46.

D’après le Guangdong xinyu, les gens du Guangzhou sont très habiles dans l’incubation des œufs de cane. Ils disposent cinq ou six cents œufs dans un panier carré à claire-voie (khuông) qu’ils posent sur un four en terre. Puis ils les recouvrent complètement d’un habit. Ils disposent de la sciure tout autour du four puis allume le feu qui doit être tantôt fort, tantôt doux. Dès que les œufs du fonds du panier sont un peu chauds, on les met en surface, permutation qui doit être effectuée six à sept fois par vingt-quatre heures. Au bout de onze jours, les œufs sont retirés puis disposés sur un lit. Ils sont de nouveau recouverts d’un habit, puis, peu à peu, on les découvre, et cela durant un mois. Les nouveau-nés percent leur coquille puis sortent de l’œuf. Ils grandiront pour devenir des canetons […]. Aujourd’hui dans notre pays du Sud, la population du village d’An Vệ dans le district de Quỳnh Côi (dans l’actuelle province de Thái Bình) incube les œufs de cane de la même manière.

28Une même approche est déployée par le lettré pour l’étude des techniques de maturation artificielle de certains fruits comme le kaki. Lê Quý Đôn cite un extrait du Gui Tian lu qui précise que :

  • 47 La préfecture de Tangzhou était située dans le circuit administratif de Jingxi nan, celle de Dengz (...)

Les préfectures de Tangzhou et Dengzhou47 sont de gros producteurs de kakis de grande taille (đại thị). Lorsqu’ils viennent de se former, les fruits sont amers et durs comme de la pierre. Prenez un cognassier de Chine (minh tra) ou un cognassier (ốt bột), placez-les au milieu de cent dix kakis alors ces derniers muriront en devenant rouges et tendres comme de la glaise et pourront être consommés immédiatement. Les populations locales appellent hồng thị ces kakis forcés pour en hâter la maturation. Elles n’utilisent pas le feu mais cette méthode pour les forcer.

29Il confronte ce texte avec son enquête au Viêt-Nam :

  • 48 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 62a-b.

Dans notre pays, les deux gouvernements de [Sõn] Tây et [Kinh] Bắc sont de grands producteurs de kakis. Les populations cueillent les fruits et les placent dans des paniers de bambou, les enveloppent dans des feuilles de fructus toosendan (xuyên luyện). Au bout de quelques jours, elles seront rouges et mûrs et ces fruits seront appelés kakis forcés […] Lê Quý Đôn conclut que « Ces procédés sont tous [les deux] appropriés48. »

Conclusion

  • 49 Jacob Ch., « La loupe et le miroir », dans Jami C. (dir.), Mobilité humaine et circulation des sav (...)

30Au terme de cette étude, plusieurs questions restent en suspens. Les textes sont muets sur certains aspects du mode opératoire du lettré. Si la collecte et l’exploitation des sources de terrain ne font pas problème, il n’en est pas de même pour les livres chinois. Lê Quý Ðôn travaillait-il seul ou en équipe ? Avait-il recours à des assistants ? Cet article met néanmoins en lumière la plasticité de sa démarche, sa capacité à transcender le milieu lettré en expérimentant. Son travail combine approche textuelle et observation de terrain. Lê Quý Đôn construit un savoir en adéquation avec les spécificités vietnamiennes. Il élabore un dispositif discursif qui facilite l’actualisation, les compléments, les corrections, incarnant ainsi un type de « savoir ouvert » pour reprendre les termes de Christian Jacob49.

Annexes

Annexe

1) Taoïsme et confucianisme

Âm trất văn chú (Commentaire du livre de la récompense des bien-faits secrets Yinzhiwen).

Thý kinh diễn nghĩa (Explication du Livre des Documents, 1772) ; Tứ thý ýớc giải (Traduction en Nôm de certains chapitres des Quatre Livres).

Thánh mô hiền phạm lục (Maximes extraites des Classiques et Histoires chinoises).

Quần thý khảo biện (Recherches dans la multitude des livres), rédigé par Lê Quý Đôn en 1757. Il s’agit d’un recueil sur les Classiques et les Histoires chinoises jusqu’au Song. Les trois préfaciers (Zhu Peilian, Hong Kyehŭi et Yi Hwijung) de cet ouvrage en font l’éloge.

2) Histoire et géographie

Đại Việt thông sử (Histoire générale du Dai Viet, 1749) ou Lê triều thông sử (Histoire générale de la dynastie des Lê). Conçue dans l’esprit des histoires dynastiques chinoises, seuls des fragments nous en sont parvenus.

Kiến văn tiểu lục (Notes sur les choses vues et entendues, 1777), en douze chapitres.

Phủ biên tạp lục (Mélange sur le gouvernement des marches, 1776). Monographie des gouvernorats du centre du Viêt-Nam reconquis par les Trịnh sur les Nguyễn.

3) Ouvrage à caractère encyclopédique

Vân ðài loại ngữ (Propos par matières de ma bibliothèque, 1773).

4) Littérature et recueils divers

Toàn Việt thi lục (Le plus complet des recueils de poésie vietnamienne soit 2303 pièces de 173 auteurs des dynasties Lý, Hồ et Lê).

Quế Ðýờng thi tập (recueil de poésie de Quê Dýõng, 1747).

Notes

1 Kiến văn tiểu lục, préface. Ms. HM. 2174 (Paris, Société asiatique).

2 Cet article procède d’une réflexion menée dans le cadre du projet « Itinéraires individuels et circulation des savoirs scientifiques et techniques en Chine moderne (xvie-xxe siècles) » dirigé par Catherine Jami (ICCM ; voir http://www.sphere.univ-parisdiderot.fr/spip.php?article611) qui a reçu le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche.

3 Voir l’annexe.

4 Il y a sans doute chez Lê Quý Ðôn un rapport à la note qui n’est pas sans écho avec l’attitude que décèle Ann Blair : « Mais j’y vois aussi le résultat d’une nouvelle attitude culturelle à l’époque moderne, qui, valorisant la note en tant que telle, tend à la conserver afin de rendre possible dans le futur un usage ultérieur par soi-même ou par autrui, ou simplement ne rien laisser perdre. Attitude que l’on retrouve chez les savants chinois scrupuleux de publier même les “côtes de poulet” afin de ne gaspiller aucun effort d’observation », Blair A., « Le florilège latin comme point de comparaison », dans Establet F. et Chemla K. (dir.), Qu’était-ce qu’écrire une encyclopédie en Chine ? Extrême-Orient Extrême-Occident, hors-série, 2007, p. 194.

5 Métaillé G., « Le Bencao gangmu de Li Shizhen et l’histoire naturelle au Japon durant la période d’Edo (1600-1868) », Études chinoises, no 25, 2006, p. 41-68.

6 Hodgsonia macrocarpa (Blume). Đỗ Tất Lợi, Những cây thuốc và vị thuốc Việt Nam, Hà Nội, nhà xuất bản Y học, 1981, p. 66-67.

7 Vân ðài loại ngữ, ms. A. 141 (Hà Nội, Viện nhiên cứu Hán-Nôm), ix, Phẩm vật, 68b.

8 Ibid., 70b.

9 Ibid., 66b.

10 Ibid., 66b.

11 Ibid., 64a.

12 Ibid., 44a.

13 Ibid., 83b.

14 Ibid., 5a.

15 Ibid., 4a.

16 Ibid., 68a.

17 Ibid., 44a-48a.

18 Ibid., 60a, 63b-64b.

19 Des fragments du Classique de la physionomie des chevaux de Bole (Bole xiangma jing) figurent dans le livre dcccxcvi de l’encyclopédie Ce qu’a examiné l’empereur à l’ère de la grande paix (Taiping yulan) compilée dans la seconde moitié du xe siècle. http://ctext.org/taiping-yulan/896.

20 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 76a.

21 Ibid., 70b.

22 Il emprunte la typologie des kakis au Jiean laoren man bi de Li Xu (1506-1593). Ibid., 63a, 10a.

23 Ibid., 33a-b, 62a, 54b, 58a, 70b, 56a, 76a.

24 Ibid., 67a.

25 Ibid., 84a.

26 Qu’il emprunte au Tang pu de Hong Mai (1123-1202) des Song du Sud. Ibid., 35b-36a.

27 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 69a.

28 Ibid., 62a.

29 Ibid., 67a.

30 Ibid., 4b.

31 Ibid., 7b-8a.

32 Phủ biên tạp lục, ms. VÐ. 9 (Sài Gòn, viện khảo cổ), vi, 206a.

33 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 61a, 68a, 63b.

34 Ibid., 83b.

35 Ou trà mai, camellia sasanqua Thunb.

36 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 39a.

37 Ibid., 61b.

38 Ibid., 83b.

39 Ibid., 75a. L’amiral Layrle a décrit à Gifu au Japon un type de pêche analogue ; « Cormorans et faucons au Japon », Revue Britannique, mai 1891, t. iii, p. 51-54. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6230252x/f59.image.

40 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 76a.

41 Ibid., 80a.

42 Ibid., 64a.

43 Ibid., 15a.

44 Ibid., 17a.

45 Ibid., 82a-b.

46 Ibid., 75b-76a.

47 La préfecture de Tangzhou était située dans le circuit administratif de Jingxi nan, celle de Dengzhou dans le circuit administratif de Jingdong dong.

48 Vân ðài loại ngữ, ix, Phẩm vật, 62a-b.

49 Jacob Ch., « La loupe et le miroir », dans Jami C. (dir.), Mobilité humaine et circulation des savoirs techniques (xviie-xixe s.), Extrême-Orient Extrême-Occident, no 36, 2014, p. 213-214.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search