Version classiqueVersion mobile

Le livre technique avant le xxe siècle

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Valérie Nègre
, 
Delphine Spicq
, 
et al.

Regards croisés sur le livre et les techniques avant le xxe siècle

Liliane Hilaire-Pérez, Valérie Nègre, Delphine Spicq et Koen Vermeir

Texte intégral

1L’histoire du livre technique constitue un champ neuf et peu développé. Il s’agit d’une littérature extrêmement riche, qui représente et met à l’œuvre l’intelligence pratique et l’esprit d’invention. Cependant, elle est relativement méconnue, reflétant la place marginale (à tort) que l’histoire des techniques occupe au sein de l’histoire générale. Il suffit pourtant de penser à la Description des arts et métiers, commandée au plus haut sommet de l’État sous l’Ancien Régime en France, aux spectaculaires « théâtres de machines » de la Renaissance, aux manuels de fonctionnaires circulant dans tout l’empire chinois pendant des siècles, aux multiples traités qui ont formé des générations d’ingénieurs ou encore aux guides techniques destinés à améliorer les pratiques des artisans et des agriculteurs, pour comprendre qu’il s’agit d’une littérature importante à caractère universel qui de plus, a fait l’objet de circulations intenses entre les différentes parties du globe. L’objet de ce livre est à la fois de combler une lacune du champ historique et d’analyser la catégorie du livre technique à travers ses formes, ses fonctions, ses modes de diffusion et d’appropriation, avant le xxe siècle.

  • 1 Dans Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, tome 2 : Le livre triomph (...)
  • 2 Zilsel E., « The sociological roots of science », American Journal of Sociology, 47, 1942, p. 544-5 (...)
  • 3 Nègre V., « Histoire des techniques de l’art et histoire de l’art », Perspective. La revue de l’INH (...)

2Tout le monde a en tête ce que l’on désigne par les termes « livre de science » ou « littérature artistique ». En revanche la catégorie du livre technique est bien moins identifiée1. Le parallèle et le contraste avec le livre de science et la littérature artistique est instructif pour aborder le sujet. En effet, les livres techniques ont fait l’objet d’études en histoire des sciences, au moins depuis la thèse d’Edgar Zilsel qui a soutenu que les sciences se sont développées par l’interaction entre artisans et savants aux débuts du capitalisme occidental2. En histoire de l’art, ils ont été étudiés par les conservateurs et les restaurateurs, à la recherche de données permettant d’identifier les œuvres et de les entretenir3. Ces études suggèrent l’importance des livres hybrides touchant à la fois au domaine technique, scientifique et artistique comme les « théâtres des machines », les catalogues d’instruments scientifiques, les livres de recettes médicales, les manuels d’apprentissage en peinture, etc. En raison de ces chevauchements, essayer de fournir une définition par la négative ou une démarcation nette du livre technique ne semble pas avisé, d’autant que les catégories d’art, de technique et de science sont complexes et variables et que leur signification dépend du contexte temporel, géographique et social.

  • 4 L’objet du savoir déductif (epistèmè) concerne les choses qui ne peuvent être autrement qu’elles so (...)
  • 5 Aristote, Éthique à Nicomaque, op. cit., 1097a10-15 ou 1106b5-15. Chez Platon aussi, la relation en (...)
  • 6 Löbl R., TEXNH – Techne, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1997, vol. 1, p. 30.

3On pourrait tenter une définition du livre technique en renvoyant à l’étymologie du mot technique, du grec τέχνη, qui désigne, approximativement, la production ou l’action efficace. Aristote, dans l’Éthique à Nicomaque, caractérise la technè comme une certaine disposition à produire (hexis poiètikè) suivant une règle ou un raisonnement vrai (logos). La technè est conçue comme un savoir-faire rationnel destiné à produire quelque chose (poièsis), en contraste par rapport à l’action non-productive (praxis) et au savoir déductif (epistèmè)4. Mais cette caractérisation n’est pas acceptée de façon universelle dans le monde grec, et même Aristote semble la contredire, par exemple dans des passages où il confond technè et epistèmè5. De plus, la distinction entre technè et praxis n’est pas universelle, et les technai pourraient inclure des actions qui n’aboutissent pas à un produit6. Enfin, il faut s’interroger sur l’application du concept de technè, sur la manière dont il est conceptualisé dans le système aristotélicien, dans des contextes différents. Le concept reflète les structures sociologiques de la Grèce classique, comme la hiérarchie entre hommes libres et esclaves, la glorification du gentilhomme vis-à-vis du travail et de la manufacture, et la tension entre des tendances démocratiques et aristocratiques dans la polis. Même si une approche du livre technique peut légitimement s’inspirer de l’histoire de la notion de technè, un de nos objectifs ici est de dépasser des di- ou trichotomies conceptuelles comme technè/praxis/epistèmè, et de montrer les affinités entre les techniques et la diversité des actions et des savoirs.

  • 7 Langevin P., « La pensée et l’action », dans La pensée et l’action, Paris, Les éditeurs français ré (...)
  • 8 Livet P., Qu’est-ce qu’une action ?, Paris, Vrin, 2005.
  • 9 Mauss M., Les techniques du corps (1934-1936), dans M. Mauss Sociologie et anthropologie (1950) (ré (...)
  • 10 Sigaut F., « La formule de Mauss », Techniques & Culture, no 40, 2003, p. 153-168.
  • 11 Ibid., p. 162.

4Une génération d’historiens et de sociologues a fait siens les propos de Paul Langevin revendiquant que « la pensée se sente de plus en plus solidaire de l’action7 ». Loin de résulter de la simple succession d’une intention et de sa réalisation, l’action naît d’une « genèse commune entre notre motricité et notre cognition (perception, imagination, affectivité et raisonnement) » ; seule cette « architecture » est source d’intentions, elles-mêmes multiples8. De nos jours, les théoriciens de l’action ne cessent de rappeler la richesse de tout acte. Il en va de même de la technique, « action traditionnelle efficace » selon Marcel Mauss9. Quoique cette « formule de Mauss » ait été utilisée par les anthropologues comme formule universelle, transcendant tout ethnocentrisme10, Mauss ne l’avait pas proposée comme une définition dans un sens strict, parce qu’elle est appropriée aussi à l’acte magique, religieux et symbolique. L’intérêt de cette formule est qu’elle ait aidé les chercheurs en sciences sociales à comprendre les techniques dans un sens étendu, bien au-delà de « l’erreur fondamentale de ne considérer qu’il y a technique que quand il y a instrument ». Pour Mauss, elle fut utile pour comprendre les « techniques du corps », comme la natation, la marche et toutes habitudes du corps socialement acquises. La formule, inspirée de Platon, s’inscrit dans l’histoire longue de la technè, irréductible à l’application de théories à la pratique. Elle ne se confond pas non plus avec l’utilité, réservée aux seules « techniques ordinaires », une infime partie des actes, rappelait François Sigaut. Par le jeu, l’exercice, l’invention, la ruse, le mime, l’illusion, les sociétés mettent en œuvre « des formes pratiques d’analyse des techniques », elles délient l’efficacité de l’utilité et signent l’existence d’un « mode universel du rationnel »11.

  • 12 Belfanti C. M., « Corporations et brevets : les deux faces du progrès technique dans une économie p (...)
  • 13 Löbl R., op. cit., p. 189-190.
  • 14 Dolza L., Vérin H., « Figurer la mécanique : l’énigme des théâtres de machines de la Renaissance »,(...)
  • 15 Vermeir K., « Athanasius Kircher’s Magical Instruments », Studies in History and Philosophy of Scie (...)

5On peut s’interroger sur les différents aspects de la formule de Mauss. Que les techniques soient « traditionnelles » semble exclure l’invention, qui est malgré tout représentée dans notre volume dans la forme des brevets. L’invention est traditionnellement difficile à penser, et les Grecs croyaient que les technai étaient transmises par les dieux. Depuis la Renaissance toutefois, l’invention a été intimement liée aux techniques, même si le concept d’invention ne renvoie pas à une nouveauté radicale, mais à une technique inconnue localement12. Il faut aussi remettre en question « l’efficacité » dans la formule de Mauss. Les techniques ont classiquement été pensées comme efficaces, et une action qui échoue est une atechnè, une non-technique13. Mais pour comprendre les techniques dans leur évolution, il est important de voir comment et pourquoi certaines procédures ont échoué ou ont eu du succès. Mais cela ne recouvre pas exactement le sens de l’efficacité chez Mauss, qui est celui de la production d’un effet attendu. Une technique est une action rationnelle dirigée vers un but, que le but soit atteint ou non. Une étude des livres techniques peut inclure des techniques « inefficaces » ou même « impossibles », comme les « théâtres de machines » longtemps discrédités par l’historiographie en raison du caractère irréalisable de leurs dessins14. Que l’on puisse parler de techniques sans « action humaine » – le premier terme dans la formule de Mauss – semble plus aberrant, mais de plus en plus, sous l’influence du mot anglais technology, « technique » est utilisé pour des machines, des instruments ou pour la techno-science. Cette extension du mot technique vers des « objets techniques » n’est pas sans légitimité, parce que les actions techniques ne peuvent pas être comprises sans considération des outils ou machines utilisés. Par métonymie, les livres des machines peuvent ici être considérés comme des livres techniques, les machines étant une matérialisation du génie humain. Finalement, si la technique ne se confond pas avec « l’utilité ordinaire » comme l’indique François Sigaut, elle est apparentée à l’utilité dans un sens élargi parce qu’elle remplit une fonction dans un contexte spécifique. Ainsi une technique peut être utile comme outil spirituel15, et si les livres techniques visent souvent une utilité pratique, ils sont aussi utiles comme objet de plaisir et d’amusement.

  • 16 Muzerelle D., Vocabulaire codicologique : répertoire méthodique des termes français relatifs aux ma (...)

6Le concept de livre n’est pas moins complexe que le concept de technique. Un livre est un objet matériel spécifique, mais au temps des livres électroniques, la tendance est de plus en plus d’identifier le livre avec le texte. Il est évident que les définitions du livre ont changé dans le temps, mais les définitions actuelles soulignent la temporalité du livre, telle la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française : « Assemblage de feuilles manuscrites ou imprimées destinées à être lues. Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, suite de feuillets manuscrits réunis en une bande enroulée autour d’un cylindre, ou pliés et cousus en cahiers. À l’époque moderne, assemblage de feuilles de papier imprimées, formant un volume relié ou broché. » Notre volume traite des livres techniques de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle dans diverses aires culturelles, sous toutes les formes évoquées dans la définition de l’Académie. Le Vocabulaire codicologique est encore plus inclusif car il suggère d’autres supports que les feuilles : « Le livre est un assemblage portatif d’éléments présentant une surface plane sur lesquels un texte peut être écrit de façon durable16. »

  • 17 Darnton R., « What is the History of Books ? », Daedalus, vol. 111, no 3, 1982, p. 65-83, p. 65.
  • 18 Chartier R., « The Order of books revisited », Modern Intellectual History, no 4, p. 509-519, p. 51 (...)

7L’absence d’une définition fructueuse du livre n’est peut-être pas le problème le plus important ici. L’historiographie du livre prend une définition large de son objet d’étude, comme souligne Robert Darnton : « Some book historians pursue their subject deep into the period before the invention of movable type. Some students of printing concentrate on newspapers, broadsides, and other forms besides the book. The field can be extended and expanded in many ways [...]17. » Plus pertinente pour l’étude du livre technique est la tendance à voir dans le livre, ou un texte, ou un objet matériel18. Cette tendance à identifier le livre avec un texte ou un objet contribue à oublier le rôle central de l’image dans le livre technique. Les images ne peuvent être traitées comme une annexe ou comme un phénomène extérieur à l’essence du livre. Elles sont indispensables à l’explicitation des procédés, des machines, des gestes et de l’action et elles contribuent à promouvoir des savoirs pratiques. Les images sont fondamentales dans le livre technique et peuvent rivaliser avec ou même s’emparer du rôle « primordial » du texte.

8L’une des caractéristiques du livre technique est sans conteste la très large gamme d’ouvrages et la variété des lectorats (manuels in-4° destinés aux praticiens, recueils luxueux collectionnés par les savants et les amateurs, brochures d’inventeurs édités à des fins commerciales, etc.). Dans notre volume, les auteurs évoquent les techniques d’arpentage et les machines simples, les techniques d’agriculture, les pratiques juridiques, comme les techniques de la danse, par exemple. Tous les champs de l’action humaine peuvent être le sujet des livres techniques, y compris le domaine immatériel, comme les grammaires et les manuels de langues, mais aussi les exercices spirituels ou les manuels d’art de vivre qui comptent probablement parmi les livres techniques les plus répandus. Outre cette diversité de sujets et de thèmes traités dans les livres techniques, le domaine recouvre aussi différents genres, comme les livrets, les recueils, les prospectus, les brevets, les encyclopédies, les cartes, les livres de recettes, les manuels d’apprentissage, les livres de merveilles, etc. La richesse et la variété semblent inépuisables.

  • 19 Wittgenstein L., Recherches philosophiques, Éditions Tel Gallimard, 2005.

9Il ne serait donc pas sage de proposer une définition stricte du livre technique, surtout si l’on adopte une approche d’histoire globale et de longue durée. Nous avons vu que les catégories de « livre » et de « technique » ne sont pas unifiées, et il va de soi que le « livre technique » est encore plus complexe. Contre l’essentialisme, l’ethnocentrisme et le culturalisme cachés dans la plupart des définitions, nous proposons de partir d’études concrètes, de cas paradigmatiques et de l’idée wittgensteinienne des ressemblances familiales19. Le « livre technique » représente une catégorie un peu hétéroclite, sans qu’elle exige de conditions nécessaires et suffisantes, mais néanmoins il nous semble qu’il existe des similarités entre les livres techniques si bien qu’ils méritent d’être traités ensemble. Il ne s’agit pas de délimiter cette catégorie, et une approche ouverte permet d’étudier des à-côtés et des hybridations avec d’autres domaines de publication. La catégorie du « livre technique » peut faire émerger des caractéristiques inaperçues de cette espèce de littérature et peut en apporter de nouvelles compréhensions.

  • 20 Nègre V., « Oral transmission and the use of models in the teaching of architecture and constructio (...)
  • 21 Polanyi M., The Tacit Dimension, Doubleday & Co, 1966.

10Mais quelle est la relation entre action technique et livre technique ? Cette raison d’agir a-t-elle besoin du livre, ou même du recours à l’écrit pour être transmise, comprise, exprimée, voire théorisée20 ? Les transcriptions de l’action ne seraient-elles pas même néfastes à l’exercice de l’action et à ses développements ? Le livre technique repose sur un paradoxe. Les techniques et le savoir-faire qu’ils décrivent et promeuvent sont généralement difficiles à « formaliser ». Ce sont souvent des « connaissances tacites » qui, par opposition aux connaissances explicites, sont impossibles à décrire exactement et difficiles à transférer sans apprentissage21. Le livre technique relève d’une utopie de la description, de l’organisation et de la connaissance d’actions singulières. Plusieurs contributions dans ce volume montrent que la codification et l’écriture des techniques ne peut réussir que partiellement.

  • 22 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « La réduction en art, un phénomène culturel », dans id. (dir.), Réd (...)
  • 23 Vérin H., « La réduction en art et la science pratique au xvie siècle », dans Salais R., Chatel E., (...)
  • 24 Vérin H., « Réduire en art », dans Garric J.-P., Nègre V., Thomine-Berrada A. (dir.), La constructi (...)
  • 25 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « Rédiger et réduire en art : un projet de rationalisation des prati (...)

11De plus, la volonté d’ordonner, de systématiser et de rationaliser les techniques et l’ingéniosité a suscité de longue date des débats22, tant celles-ci relèvent de la singularité de l’action, définissant une rationalité conçue non comme l’application d’une méthode mais comme un engagement sensible et la mise en œuvre de « facultés innées » pour « faire face aux choses », une empirie « guidant la conception dans le divers23 ». Le livre technique est une dystopie. La formalisation qu’implique le livre technique menace l’expérience vivante des pratiques, les communautés qui ont développé et protégé les savoir-faire, et l’authenticité même de l’habileté. L’acte de connaissance lui-même n’est-il pas compromis par l’engouement pour les traités techniques qui accompagne l’essor de l’édition en Europe et se déploie, des réductions en art aux descriptions savantes, jusqu’à la science des manufactures au xixe siècle ? Pour Francis Bacon, il convient de se méfier d’une telle démarche qui « réduit, de manière prématurée […], le savoir en arts et en présentations méthodiques » et « met fin aux questions » (« the overearly and peremptory reduction of knowledge into arts and methods24 »). La dénonciation de l’esprit de système ne cesse de se déployer ensuite, de l’Âge classique aux Lumières, alors que l’institution académique a entrepris la normalisation des techniques. Les auteurs de ce volume nous le rappellent, par exemple à propos de la danse, soulignant l’antinomie croissante au xviiie siècle entre la notation chorégraphique et la création – « la codification et l’invention », « la détermination et la fécondité25 ».

  • 26 Pinch T., Bijker W. (dir.), The social construction of technological systems, Cambridge-Mass., MIT (...)

12De nos jours, les études en histoire de l’innovation inspirées de la sociologie des sciences et du courant constructiviste dit Social Construction of Technology ont mis à distance les discours sur l’invention et ont montré leur fonction de rationalisation et de légitimation d’une activité exploratoire, incertaine et indécise26. Serait-ce donc une chimère de vouloir restituer l’action, la transmettre et accroître ses effets par le recours au livre, et par la rédaction qui toujours impose une réduction et donc une abstraction, une simplification, un éloignement par rapport à la complexité du réel ? Le livre technique n’aide-t-il pas, pourtant, le lecteur à combler l’abîme entre ignorance et savoir-faire ?

13Malgré le paradoxe inhérent, le livre technique existe et continue d’exister. L’utopie de décrire l’indescriptible, de codifier ce qui ne peut pas être formalisé, reste vivante. Pour mieux comprendre ce paradoxe, nous devons effectuer une analyse plus approfondie du livre technique. Tout d’abord, la variété des livres techniques nous montre que l’opposition entre savoirs tacites et savoirs explicites a été exagérée. Pour les Grecs de l’Antiquité, les technai se situaient déjà entre savoirs tacites et connaissances explicites : ils ne référaient pas aux singularités des pratiques, mais ils comprenaient le savoir-faire, entre le faire et le savoir. Une technè ne suivait pas une approche par essais et erreurs ; ce n’était pas un travail irréfléchi. Les technai impliquaient des savoirs déjà systématisés, rationalisés et surtout communicables. Néanmoins ces savoir-faire n’étaient pas toujours entièrement descriptibles : le transfert pouvait se faire par imitation, apprentissage ou communication orale. L’enjeu de rédiger et réduire en art était d’aller plus loin : il s’agissait de décrire les arts et, au fur et à mesure, de les réduire en règles et principes. Les images, aspect souvent clé des livres techniques, et d’autres médias non-textuels aidaient à compléter cette réduction. Il existe donc plusieurs gradations entre l’expérience singulière et l’expérience partageable, comme entre le particulier et l’universel. La réduction en art n’est pas encore l’abstraction de la théorie et les théories ne sont pas toujours des technologies – la science systématisée des techniques. Le livre technique couvre cette multiplicité de gradations entre le tacite et l’explicite et met en question leur opposition.

  • 27 Pour des tentatives d’interprétation des textes sur les instruments scientifiques et les difficulté (...)

14Pour comprendre le livre technique, il faut d’abord le placer dans son contexte et la communauté des savoirs partagés, une communauté que le livre aide à constituer. Les livres techniques prennent place dans des milieux techniques où beaucoup d’informations sont transmises de façon orale ou par imitation, pratiques auxquelles le livre technique est intégré. Lorsqu’intervient la connaissance des objets, les figures contribuent à diffuser ce savoir. Lire un livret d’instructions est difficile en l’absence de l’objet dont on cherche à saisir le fonctionnement et la description d’un mécanisme est illisible sans les illustrations27. Finalement, la lecture d’un livre technique n’engendre pas un savoir-faire sans une mise en action. Par conséquent, le livre technique n’existe pas de façon autonome. Il est incorporé à un système plus large qui comprend une communauté, des pratiques, et d’autres médias, comme des images et des objets.

  • 28 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., « Les techniques dans l’espace public. Publicité des invention (...)

15Prendre en compte ces considérations permet-il de comprendre le succès du livre technique ? Bien des tentatives menées pendant des siècles attestent que la réponse ne peut être univoque, tant la littérature technique a recouvert de formes. Alors que des théoriciens, soucieux du progrès des arts et de la légitimation des arts mécaniques ont voulu faire de leur étude une science – la technologie –, ouvrant la voie à un genre fertile sur la longue durée et à une conceptualisation des savoirs techniques, des praticiens ont aussi multiplié les manuels, les instructions, les guides, les modes d’emploi et les récits en tout genre, visant comme dans les réductions en art à ordonner des pratiques confuses « dans un exposé bref, accessible à tous, pour faciliter l’action », aboutissant parfois à l’abstraction pour déterminer des règles d’action, mais sans nécessairement chercher à théoriser, à « faire science », à généraliser ni à traduire des savoirs pratiques en un corpus savant. Cette diversification des écrits des théoriciens et des praticiens vaut tant pour l’Europe du xviiie siècle qui voit se multiplier les publics des techniques au-delà des cercles savants, que pour la Chine des Ming et des Qing où les traités d’agriculture – bien que souvent écrits par des lettrés – ont aussi pu être rédigés par des propriétaires pour leurs congénères28.

16On peut voir comment le livre technique fait émerger un deuxième paradoxe. L’historiographie traditionnelle a pu considérer que les savants écrivaient des tomes érudits et les artisans illettrés produisaient des objets ; qui a donc pu écrire des livres techniques ? Mais il existait des médiateurs et intermédiaires entre les mondes savants et techniques : les artisans lettrés, les artistes, des savants impliqués dans des tâches pratiques, des ingénieurs, autant de mondes sociaux explorés par l’historiographie récente. Même si une distinction stricte entre savants érudits et techniciens illettrés existait dans certains périodes et aires culturelles, elle a surtout été une construction historiographique. L’intérêt récent pour les intermédiaires résonne bien avec l’étude du livre technique, et montre que ce n’étaient pas seulement des savants et des artisans qui étaient impliqués, mais une diversité d’acteurs de différents mondes sociaux, rassemblant une variété d’expertises. Les marchands d’objets et de livres techniques étaient directement impliqués dans leur production, par exemple. Les administrateurs également jouaient un rôle dans la promotion ou le contrôle des techniques par le moyen des livres. Les enseignants ont promu les cours imprimés sous forme de traités, ainsi dans les écoles d’ingénieurs et autres établissements techniques. La production et la diffusion des livres techniques nécessitaient une collaboration entre une diversité d’acteurs et une multiplicité des ressources matérielles, qui sont explorées dans ce volume.

  • 29 Gingerich O., « Astronomical Paper Instruments with moving parts », dans Anderson R., Bennett J., R (...)
  • 30 Margocsy D. et Vermeir K., « States of Secrecy », British Journal for the History of Science, no 45 (...)
  • 31 Vermeir K., « Openness versus Secrecy ? Some historical and conceptual issues », British Journal fo (...)

17Une catégorie d’acteurs qui reste souvent élusif est le lectorat car il est difficile de reconstituer l’usage qu’il a fait de ces livres, même si l’on peut déduire le public adressé par une étude du texte, du paratexte et du contexte. Le cas du livre technique est un peu spécial à cause des prescriptions. Ces prescriptions, et les actions qui en résultaient, ont parfois laissé des traces matérielles que l’on peut étudier (comme des taches de substances chimiques sur les manuscrits alchimiques ou les objets et machines construits à partir d’un livret, ou même l’écriture de soi qui détaille le résultat d’exercices corporels ou spirituels). Parfois, le livre technique contient des objets techniques, comme dans le cas des outils ou instruments en papier, les livres à pliures et à systèmes, et ces livres peuvent montrer les traces de leur usage29. Les livres techniques eux-mêmes sont aussi des objets techniques, et Michela Bussotti nous rappelle qu’ils font partie des « techniques du livre ». Mais la question du public visé revêt une signification particulière supplémentaire. Traditionnellement, les historiens ont associé les techniques au secret (par opposition aux sciences), et de nouveau, les livres techniques présentent une aporie pour l’historiographie traditionnelle30. Mais pourquoi rendre publics des savoirs techniques et recourir à un support de diffusion à la recherche des lecteurs ? C’est un des intérêts de l’étude du livre technique que de dépasser les présupposés et les oppositions binaires, et de montrer la variété et la complexité des stratégies de publication et de dissémination du livre technique, dans un public large ou dans des communautés restreintes31.

18À côté de productions spécifiques – réductions en art, modes d’emploi, brochures commerciales –, on retrouve des formes partagées avec d’autres ordres de savoirs – cours édités, manuels, lithographies, ronéotypes, traités, dictionnaires, encyclopédies, revues, récits de voyage... Cette diversité des productions invite à analyser le rôle de ces publications dans la production éditoriale générale ainsi que leur rapport à l’objet livre en termes de formes et de contenus. Quelle est la fonction de ces publications dans l’ordre des savoirs ? Qui en sont les acteurs ? Quels sont les modes d’action qui les conduisent à formaliser leurs pratiques pour les transcrire et les diffuser ? Quelles sont les conditions de production et de diffusion de ces publications ? Quelle réception et quels publics trouvent elles ? L’un des apports les plus évidents des enquêtes sur la littérature technique est l’ouverture des questionnements et des catégories, tant le rapport du livre à la pratique et à l’action engendre des paradoxes et fait éclater les typologies établies.

19C’est cette approche que restituent les articles de ce livre, en adoptant une perspective d’histoire globale, en plein essor dans l’étude des techniques. Du Moyen Âge arabo-musulman à la Chine des Qing, au Japon de l’époque Edo, au Vietnam des Trinh au xviiie siècle, jusqu’à la conquête de l’Ouest américain, en passant par la Renaissance italienne et les ports de la Hanse aux xvie et xviie siècles, nous abordons cinq thématiques structurantes : (1) L’édition savante ou la science de la technique ; (2) La littérature d’usage ou les entrepreneurs de la technologie ; (3) Genres et formes des livres techniques ; (4) Formalisation des pratiques et discours visuels ; (5) Économie du livre technique.

L’édition savante ou la science de la technique

20Une longue tradition de codification et de théorisation des techniques s’est développée dans plusieurs parties du monde, largement liée aux besoins des États, mobilisant des experts recrutés dans l’appareil administratif pour mener des enquêtes, réunir des savoirs techniques et tenter de les diffuser d’une région à une autre, dans un souci de contrôle et de développement des ressources, et d’unification territoriale.

  • 32 Arnoux M., Monnet P. (dir.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, EFR (...)
  • 33 Guillerme J., Sebestik J., « Les commencements de la technologie », Thalès, no 12, 1968, p. 1-72 (r (...)
  • 34 Sigaut F., « Haudricourt et la technologie », dans Haudricourt A.-G., La technologie, science humai (...)
  • 35 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « Rédiger et réduire en art », op. cit., p. 27.
  • 36 Ibid., p. 22. Le dernier livre de Daniel Roche atteste, dans le domaine de la culture équestre, l’a (...)

21Le cas européen est bien documenté, des traités d’ingénieurs de la Renaissance à la technologie des caméralistes allemands qui forgent une véritable science des arts à la fin du xviiie siècle, dans le sillage des descriptions académiques, de l’encyclopédisme et des politiques d’innovation des États32. Jacques Guillerme et Jan Sebestik dans leur article fondamental sur la technologie – conçue comme science de la technique – rappelaient que dans l’article « Art » de l’Encyclopédie s’exprimait l’ambition de constituer un « vocabulaire homogène », « une terminologie technique unitaire » car « tous les mouvements sont réductibles, sans aucune erreur considérable, au mouvement rectiligne et au mouvement circulaire33 ». Sur la longue durée, s’est forgée une science de l’action, que François Sigaut classait en technologie descriptive et technologie théorique34, visant à collecter les pratiques d’une part et à les réduire en principes élémentaires d’autre part, par la comparaison et l’analogie, c’est-à-dire à « ramener une chose, un mode d’action, à une forme ou un état, une opération ou une suite d’opérations, qui facilite l’obtention d’un résultat recherché35 ». Cette littérature a « fait apparaître un domaine de savoir particulier, celui des “arts”, distincts à la fois des métiers transmis dans les ateliers et sur les chantiers, et de la connaissance scientifique, enseignée dans les universités36 ».

  • 37 Lamouroux C. (dir.), dossier « Travail et savoirs techniques dans la Chine prémoderne », Revue de S (...)

22De telles entreprises ne sont en rien exclusivement européennes. La littérature technique chinoise a fait l’objet de nombreuses études, mettant en valeur la dimension politique des techniques dans l’Empire depuis les Song, qu’il s’agisse de la promotion de l’agriculture dans un souci d’unification des territoires et de garantie des subsistances, de la gestion des cours d’eau ou des ateliers impériaux censés assurer la consommation somptuaire de la cour37. Ces diverses thématiques, centrales dans des recherches récentes confortent la relecture par Kenneth Pomeranz des concepts de croissance et de retard modelés sur un modèle occidental anachronique. C’est dans ce courant d’études que s’inscrit l’article de Delphine Spicq sur les cartes hydrologiques chinoises et notamment, celles du lettré Linqing, officiant à la fin de la dynastie des Qing et chargé de la maintenance du grand canal, en particulier de l’intersection avec le fleuve Jaune. Il s’agit pour lui de restituer, à l’aide de cartes, « l’évolution de intersection sur le long terme ». L’opuscule est destiné à « des collègues hauts fonctionnaires » qui se déplacent dans la région et à des fonctionnaires locaux. Si les cartes « semblent a priori confuses, brouillonnes et peu précises », l’auteure explique que, recopiées ou établies par Linqing pour les plus récentes, elles « sont avant tout des documents administratifs ». La précision de la toponymie des lieux et des équipements prime sur l’échelle et l’exactitude topographique, et les commentaires de l’auteur livrent nombre de détails sur les installations. La connaissance du territoire, qui est au cœur de la construction des savoirs d’État dans bien des régions du globe, est un thème fort de la littérature technique. On le reprécisera avec l’article d’Alvaro Santana-Acuña sur le rôle des traités d’arpentage dans la professionnalisation des ingénieurs géographes – mais dans ce cas, la visée politique justifie une exigence d’exactitude des instruments que promeuvent certains traités.

23Cette connaissance fine du territoire, incitant à la réactualisation dans un souci d’adéquation aux réalités locales est aussi mise en œuvre par le fonctionnaire Lê Quý Đôn, au service du seigneur Trịnh Sâm, dans le Nord du Vietnam au xviiie siècle, comme l’explique Emmanuel Poisson dans son article. Alors que la culture lettrée de Lê Quý Đôn « lui vaut la reconnaissance de ses pairs coréens et chinois », au Vietnam « cette culture classique est mise à l’épreuve ». Son « programme de construction des savoirs » botaniques, zoologiques et techniques l’engage « à transcender le milieu lettré pour varier ses sources d’informations ». Soucieux de taxinomie, « Lê Quý Đôn mène un travail philologique rigoureux qui s’appuie sur le terrain », en comparant les noms vernaculaires aux vocables savants, quitte à recourir à la littérature populaire, à interroger des praticiens et à observer les pratiques locales. L’enjeu est une « confrontation du terrain vietnamien aux textes chinois ». L’érudition des fonctionnaires chargés de recenser les ressources sédimente les temporalités du savoir, celui hérité et celui en acte (au besoin par l’expérimentation chez Lê Quý Đôn) – une formule récurrente dans la littérature technique, comme l’explique aussi Marie-Joëlle Louison-Lassablière, dans un tout autre contexte, l’annotation sur une centaine d’années, au xve siècle, des pas de danse dans le Manuscrit de Bourgogne.

24Ces courts circuits forment aussi un topos du livre technique, tant le désir de collecte des connaissances passées et de recensement des dispositifs nouveaux justifie la mise en ordre des connaissances, non pas chronologique mais typologique, à la manière des livres de machines et des traités techniques des ingénieurs de la Renaissance. Le rôle de la mémoire est au cœur de cette production. Hélène Vérin a montré que l’invention, art du rapprochement et de la combinaison, a longtemps été considérée comme un art de la mémoire. Il convient aussi de prendre la mesure de la fonction de conservation et de transmission d’un héritage que revêt cette littérature.

  • 38 L’auteur s’appuie notamment sur Hill D. R., The Book of Knowledge of Ingenious Mechanical Devices. (...)
  • 39 Abattouy M., « Sinan Ibn Thabit on the theory of simple machines », Al-Mukhatabat, no 13, 2015, p.  (...)

25L’ambition de réduire en art les savoirs épars court depuis l’Antiquité en Occident, elle s’est poursuivie au Moyen Âge et a circulé en Orient, en même temps que les traités techniques grecs étaient appropriés par les lettrés de l’espace arabo-musulman. Restituer l’héritage de la science arabe en termes de rationalisation des savoirs techniques, c’est l’intérêt du texte de Constantin Canavas sur le livre de machines d’al-Jazarī, rédigé à Diyarbakir (Anatolie méridionale), en 1206, à la demande d’un prince turc38. Ce travail participe du champ de recherche sur les traités scientifiques arabes de mécanique. Une étude récente par Mohammed Abattouy porte ainsi sur des extraits d’un traité de mécanique de l’astronome et médecin des califes abbasides à Bagdad au xe siècle, Sinān ibn Thābit, conservés dans un recueil à la suite de la copie du traité d’al-Jazarī39. Le texte de Sinān ibn Thābit constitue une preuve de plus de la transmission dans le monde arabe de la théorie grecque des machines simples. L’auteur n’hésite pas à évoquer les machines simples en termes de « racines », « origines » et « principes de base ». Mohammed Abattouy rappelle que d’autres traités ont suivi, tels The Measure of Mind or the Art of Dragging Weights, attribué au Perse Ibn Sīnā et le résumé par al-Isfizārī du livre de Héron, la Mécanique, comportant la première classification systématique des machines simples dans le monde arabe, et leurs combinaisons.

  • 40 Dolza L., Vérin H., op. cit.

26Pour autant, ce n’est pas à cette tradition que se rattache le Compendium of Ingenious Devices d’al-Jazarī. Ce traité, composé de six parties consacrées à des artifices hydrauliques, des instruments et des automates, participe de la tradition des livres de merveilles, tel celui des Banū Mūsa au ixe siècle, au service de la cour des Abbasides à Bagdad, décrivant cent raretés mécaniques. Dans le monde arabo-musulman médiéval – tout comme en Occident quelques siècles plus tard – coexistent des livres de méthodes et des livres de curiosités, les uns postulant la recherche de principes, les autres déployant les pouvoirs de l’imagination technique et les ressorts du divertissement. À la manière des « théâtres de machines » dans l’Europe de la Renaissance, le livre d’al-Jazarī est richement illustré et sert le prestige du prince qui l’a commandé ; il a aussi fait l’objet d’interprétations positivistes visant à construire les machines décrites et à les considérer comme des vestiges du génie technique turc. Si cette lecture a servi la postérité du traité d’al-Jazarī, à l’inverse des « théâtres de machines40 », ce n’est pas le point de vue de l’auteur qui l’étudie comme « un programme de représentation et de transmission du savoir technique ». Il en montre ainsi toute l’originalité : les effets spectaculaires des machines côtoient les détails de fonctionnement et les conseils pratiques, portant au plus loin la fonction d’outil d’aide à la conception.

  • 41 Sigaut F., « Défense et illustration de la technographie », dans Guesnerie R. et Hartog F. (dir.), (...)

27Cette relation à la pratique est au cœur des autres articles consacrés à la rationalisation des techniques, détaillant les procédures de normalisation, non sans mêler les pouvoirs de l’imagination à la transmission des gestes les plus codifiés. C’est le cas de la danse, étudiée dans plusieurs articles portant sur les écritures chorégraphiques du xve au xviiie siècle à partir d’un corpus courant du Manuscrit de Bourgogne (vers 1460) à la quarantaine d’ouvrages imprimés au xviiie siècle, dont la Chorégraphie ou l’art de décrire la dance par figures et signes démonstratifs de Raoul-Auger Feuillet (1700) et Le Maître à danser de Pierre Rameau (1725). Il s’agit initialement de transcriptions du mouvement qui fournissent un langage technique simplifié – une technographie41, à même la portée musicale. Elles se muent en descriptions élaborées, restituant le point de vue du maître à danser à mesure que la danse se professionnalise dans l’Italie de la Renaissance, selon Marina Nordera. Dans les traités des maîtres à danser, prime la relation pédagogique, portant l’attention sur le corps du danseur, notamment par le biais d’images (postures, exercices) « sollicitant le lecteur à prendre la place de l’élève en ressentant les flexions et les rotations articulaires ». À ce modèle, qui incite à l’« expérience vécue » se substitue cependant une formalisation spatiale, un tracé au sol vu de haut, non sans analogie avec les jardins à la française et leurs symétries, opérant « une prise de distance intellectuelle » tout en suggérant des promenades imaginaires.

28La formalisation du geste par le point de vue du maître et le respect d’une construction géométrique sont analysés par les deux autres auteures comme le reflet de l’académisme qui se déploie dans la France classique. Marie-Joëlle Louison-Lassablière étudie l’évolution qui conduit à la libéralisation de l’art de la danse. À la Renaissance, s’exprime une pédagogie érudite, mêlant l’éclectisme, les analogies, l’usage du latin, les références antiques, le dialogue humaniste entre théorie et pratique, au fil d’écritures sophistiquées. Ces écrits font de la danse un langage savant alors que son exercice reste celui d’un art mécanique, marqué par une certaine liberté des danseurs. Sous Louis XIV, la création de l’Académie royale de danse (1661) favorise une institutionnalisation de la danse par la classification et la combinatoire normée des pas, en même temps qu’une diffusion des nouveautés grâce aux recueils annuels de Feuillet qui promeuvent les créations. La chorégraphie prend naissance ; elle accompagne au xviiie siècle, l’élargissement des publics, comme le postule Rameau, visant l’« utilité publique » dans une publication où le texte se fait calligramme, devenant mouvement et tracé au sol.

  • 42 En 1733, l’abbé Jean-Baptiste du Bos s’insurge contre la formalisation excessive des règles de l’ar (...)
  • 43 Morvan-Becker F., « L’école gratuite de dessin de Rouen ou la formation des techniciens au xviiie s (...)
  • 44 Adam Smith, édité par Patrick Thierry, Essais esthétiques, « On the Nature of that Imitation which (...)
  • 45 Hilaire-Pérez L., La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoirs techniques à Londres au xvii (...)

29C’est ce temps de la chorégraphie qu’étudie Marie Glon. L’auteure souligne la libéralisation de l’art de la danse qui s’exprime à travers le débat sur les traités chorégraphiques tel celui de Feuillet, mettant en scène un véritable « système » structurant une identité de métier – celle des maîtres de danse – tout en offrant « un lieu d’invention, d’innovation intellectuelle », ainsi sous la plume de Rameau. La chorégraphie participe des ambitions des Lumières, entre circulation internationale des ouvrages aux visées utilitaires, qui promeuvent l’idéal d’une langue universelle et celui de progrès des arts. Une tension s’instaure pourtant à mesure que des théoriciens favorisent une glorification de l’artiste et de son génie comme irréductibles aux techniques et à toute formalisation, topos ancien de la critique des réductions en art qui ressurgit à la faveur d’un nouvel élitisme42, celui des Beaux-Arts, reléguant dans l’oubli « la figure d’un maître de danse qui soit à la fois un homme de science, engagé dans un dialogue intellectuel à l’échelle européenne, et un artisan ». Ce « trompe-l’œil des Beaux-Arts », selon l’expression de Frédéric Morvan-Becker, estompe la montée en puissance d’un milieu de techniciens artistes43, rompus aux capacités d’abstraction et d’invention nourries de leurs pratiques, porteuses d’une esthétique définie comme un art des rapports que théorisent Denis Diderot ou Adam Smith, à travers le concept d’imitation44, véritable passerelle entre les univers de la création, de l’ornement et de la décoration. Cette rationalité inscrite dans une esthétique des agencements, des moyens comme dispositions, marque sa différence avec l’héritage des réductions en art et ne se confond pas non plus avec la science industrielle à venir45.

  • 46 Nègre V., « L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique entre xviiie et xixe(...)
  • 47 Baudry J., « Une histoire de la propriété intellectuelle. Les brevets d’invention en France, 1791-1 (...)
  • 48 Rabier C., « Publier le geste chirurgical : la lithotomie en France et en Grande-Bretagne (1720-182 (...)
  • 49 Mertens J., « Technology as a science of the industrial arts : Louis-Sébastien Lenormand (1757-1837 (...)

30Cette culture technologique qui promeut les artisans comme rédacteurs de traités académiques et les intègre à des cercles savants éclairés46, ne résiste pas à l’essor des sciences appliquées et au prestige acquis par les ingénieurs à la fin du xviiie siècle. Deux articles en témoignent dans ce volume. C’est d’une part celui d’Alvaro Santana-Acuña qui analyse la contribution des manuels d’arpentage à la normalisation des instruments de mesure, centrale dans la profession naissante d’ingénieur géographe. À partir d’un corpus de sept ouvrages signant la montée des savoirs mathématiques chez les arpenteurs, traditionnellement aussi juristes, l’auteur montre les évolutions en cours : à la pérennité de la planchette placée sur un tripode, instrument imprécis malgré des améliorations, les auteurs du xviiie siècle préfèrent le graphomètre qui « définit l’identité de l’arpenteur comme celle d’une professionnel de la mesure de l’espace ». D’autre part, Jérôme Baudry apporte un éclairage sur le rôle des brevets dans la transformation de la technologie – comme science de la technique – dès la période révolutionnaire47. Censée rendre publiques les inventions dont la protection est échue, la Description des machines et procédés dont est chargé le Conservatoire des arts et métiers est conçue comme un support de diffusion de la culture technique. Elle évolue rapidement vers une réécriture abrégée des brevets, avec des dessins schématiques d’où sont évacués les acteurs et les gestes. Alors que de multiples tentatives ont lieu pour visualiser le geste, la main, le mouvement et restituer l’action48, alors que la technologie comme science des arts est considérée par certains révolutionnaires français comme un outil d’émancipation et d’instruction à destination des artisans49, dans les brevets s’exprime déjà l’emprise de la science appliquée sur les savoirs pratiques. Pour autant, l’auteur souligne l’inachèvement de ce projet technologique : « le traitement quasi mécanique des descriptions après 1820, répond souvent plus à un souci d’efficacité que d’intelligibilité ». Ainsi se pose la question de l’impact de cette littérature technique, « une influence difficile à mesurer » d’autant que la publication des brevets en cours n’est imposée que par la loi de 1844, sans que l’on revienne à une quelconque ambition technologique.

31Entre ces ouvrages savants et les mondes de la pratique, si les liaisons existent, elles caractérisent des segments de cette production. Les savoirs d’action déployés dans cette littérature se laissent difficilement saisir dans leur matérialité. Rarement les descriptions privilégient la richesse des détails, la variabilité des gestes et l’inventivité des praticiens. Ces traits définissent plus souvent un autre type d’écrits, techniques et dénués de l’ambition de « faire science ».

La littérature d’usage ou les entrepreneurs de la technologie

  • 50 Garric J.-P., Nègre V., Thomine-Berrada A. (dir.), op. cit. ; Rabier C. (dir.), Fields of Expertise (...)

32Si l’édition savante de livres techniques a mobilisé de longue date les recherches et a été fortement renouvelée50, révélant le rôle central de la science des arts dans les politiques de prestige des puissants, la gestion des États, la légitimation de disciplines et la construction d’identités professionnelles, la production d’ouvrages en apparence moins ambitieux mais foisonnants, entre récits de voyages, livres de secrets, manuels en tous genres, instructions et modes d’emploi pour divers objets constitue un champ de recherche nouveau. Destinée à un vaste public et portée par des logiques marchandes, cette littérature a moins suscité l’intérêt des historiens des techniques, probablement plus désireux de restituer la dimension savante de leur domaine d’étude afin de le légitimer, et également marqués par une conception de la technique comme science appliquée. C’est l’un des apports de ce volume de contribuer à l’analyse de cette littérature pratique – une voie ouverte par les promoteurs de l’histoire de la technologie savante.

  • 51 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « Rédiger et réduire en art », op. cit., p. 22.

33Jacques Guillerme et Jan Sebestik mettaient en valeur non seulement la richesse des corpus érudits, mais ils proposaient aussi une approche élargie, suggérant que la technologie s’était nourrie d’une production scripturaire variée, par exemple la presse, et qu’elle avait été portée par des pratiques – tel l’enseignement. De même, Pascal Dubourg-Glatigny et Hélène Vérin se sont démarqués des travaux de Neal W. Gilbert sur le concept de méthode – ou art – à la Renaissance, considérant que Gilbert limitait son étude « à la sphère universitaire du trivium et du quadrivium », sans considération pour « la contribution des artistes et ingénieurs de la Renaissance, architectes, peintres, mécaniciens, fortificateurs, artilleurs, mais aussi maîtres de danse, d’escrime, de musique51 ».

  • 52 Mertens J., op. cit., 2002 ; Baudry J., op. cit., 2014 ; Morvan-Becker F., op. cit., 2010 ; Hilaire (...)
  • 53 Minard P., « Les corporations en France au xviiie siècle : métiers et institutions », dans Kaplan S (...)
  • 54 Nègre V., op. cit., 2013 ; Ribard D., op. cit., 2010 ; Belhoste B., op. cit., 2012.
  • 55 Bray F., « A gentlemanly occupation », op. cit., 2013 ; Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., « Les (...)
  • 56 Perrot J.-C., « Histoire des sciences, histoire concrète de l’abstraction », dans Guesnerie R. et H (...)

34C’est cette histoire pratique des savoirs technologiques que les historiens commencent à approfondir. En effet, si l’enquête sur les pratiques constitutives de la technologie a été entamée – tels l’enseignement, l’exposition, la démonstration52 –, elle laisse les praticiens de côté, en particulier les artisans et les marchands – des groupes que Pascal Dubourg-Glatigny et Hélène Vérin ne citaient pas. Il existe une raison à cet effacement : la confusion longtemps admise entre les institutions corporatives d’une part, et les pratiques effectives des artisans d’autre part53. Dans cette logique, marquée par les discours condescendants des ingénieurs, architectes et artistes du passé, les artisans et les marchands ont été considérés comme prisonniers des cloisonnements des métiers et, par-là, incapables des synthèses opératoires qui sous-tendent la technologie théorique. Les travaux sur la participation des praticiens à l’entreprise savante de codification des savoirs pratiques, révèlent au contraire que leur culture technique est riche de capacités d’abstraction nées de leurs pratiques54. D’autres historiens se concentrent sur la production scripturaire inscrite dans l’exercice professionnel et tentent de déceler à ce niveau, les modes de compréhension, d’expression et d’analyse des techniques55, non sans écho avec le projet d’une « histoire concrète de l’abstraction56 ». C’est le domaine des livres de secrets, almanachs, récits de voyage, modes d’emploi et instructions diverses qui place en première ligne, les praticiens de l’échange et de la production.

  • 57 Hilaire-Pérez L., « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant : invent (...)
  • 58 P. Jeannin, « Distinction des compétences et niveaux de qualification : les savoirs négociants dans (...)

35On peut distinguer deux dynamiques selon qu’il s’agit de publications portant l’expression d’une culture marchande ou bien d’écrits directement promotionnels, censés aider leurs auteurs à construire des marchés – pour des produits, des inventions ou les livres eux-mêmes. D’une part, l’impact des savoirs marchands sur la technologie savante apparaît à la lecture des textes fondateurs telle la Technologie de Johann Beckmann (1806) (Entwurf der Allgemeinen Technologie). L’une des œuvres citées par Beckmann est le récit de voyage d’un négociant, Jean-Claude Flachat. Installé en France et dans l’empire ottoman, Flachat est chargé par le Bureau du Commerce d’une mission en 1755 pour renseigner l’État sur les fabrications orientales57. Il en rapporte des Observations sur le commerce et les arts d’une partie de l’Europe et de l’Asie, emplies de descriptions techniques, offrant une typologie des procédés et de leurs variantes, incitant à la comparaison et proposant des transferts afin d’innover. Ce récit d’un marchand technologue signale le rôle des savoirs négociants (observation, comparaison, savoirs concrets déterminant l’action) dans la constitution de la technologie58.

  • 59 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006, p. 407.
  • 60 Lubar S., 1995, « Representation and power », Technology and Culture, no 36-2,1995, p. S54-S81, p. (...)

36D’autres publications sont à caractère commercial. Elles émanent de fabricants et de marchands pour qui l’écrit constitue une ressource supplémentaire pour l’action économique – en quelque sorte des entrepreneurs de la technologie, comme l’on parle d’entrepreneurs de science. Chez les inventeurs notamment, le lancement de publications et la constitution de réseaux de libraires fait partie de leurs stratégies commerciales59. Au cœur des stratégies de commercialisation se développe un écrit technique nourri de multiples formes éditoriales, livrets, recueils, prospectus, cartes publicitaires, annonces de presse. La culture technique qui s’y exprime ne propose pas l’imprimé comme fin en soi, objet de lecture ou de savoirs, mais comme art de faire. Ces écrits postulent la possibilité pour les lecteurs de devenir amateurs, acheteurs et usagers. Ils se distinguent par l’exposé précis de mécanismes, de gestes et de maniements, par la didactique des usages et des adaptations, par l’incitation à la réparation et à l’amélioration. Conçue à des fins commerciales, cette littérature promeut la rationalité de techniques présentées comme compréhensibles et maîtrisables par le consommateur60. La construction de marchés pour des produits repose en partie sur une rhétorique technologique, qui place l’acheteur en situation d’usager et de technicien averti. Un public varié se familiarise ainsi avec des énoncés techniques, des recettes, des problèmes, des méthodes, des calculs de coûts et d’avantages, en même temps que s’opère une inflexion : les livres de secrets sont alors réédités à moindre coût, suscitant la déception de collectionneurs érudits.

  • 61 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006, p. 409.
  • 62 Moxon J., Mechanick Exercices or the Doctrine of Handy-Works, Applied to the Arts of Smithing, Join (...)

37On ne reprendra pas ici la démonstration sur la porosité entre la littérature pratique et les formes savantes de la technologie, tant l’écrit promotionnel renouvelle les formes classiques du discours technique, répertoriant des dispositifs de base afin de permettre des adaptations selon les besoins des usagers-consommateurs61. On insistera plutôt sur les liens avec l’essor d’apprentissages individualisés et sur les transferts de savoirs publics et spécialisés dans la sphère privée. Alors que les encyclopédies et autres descriptions érudites visent à intégrer les techniques des métiers à l’édifice de la culture savante, les manuels pratiques traduisent les connaissances des paysans, des artisans, des artistes et des lettrés dans l’univers privé et domestique. Ils postulent aussi une valorisation nouvelle des savoirs pratiques par rapport aux théories, jugées incapables de traduire la finesse de l’action et de l’améliorer. En Angleterre où cette littérature est portée par des marchés de consommation actifs, le culte voué à « l’opération manuelle » court dans les traités techniques depuis la fin du xviie siècle, de Joseph Moxon dans ses Mechanick exercices or the doctrine of handy-works, à Robert Dossie dessinant dans The Handmaid of the Arts, en 1758, le programme de la Society of Arts. Pour Moxon, revendiquant le terme d’exercice, c’est par la main que s’exerce l’habilité de l’esprit : « car la Fabrication Manuelle signifie Astuce, Tour d’adresse, ou Habileté de la Main, qui ne peut être enseigné par les Mots, mais seulement s’acquiert par la Pratique et l’Exercice »62. Au traité revient l’énoncé des règles, à l’exercice l’ajustement ingénieux des principes aux fins désirées (« stock of Ingenuity and Diligence »). Cette culture technique atténue les limites entre savants et praticiens, amateurs et professionnels en même temps qu’elle soude des communautés de praticiens, comme on l’a vu dans le cas des maîtres à danser. Elle a une valeur médiatrice. Elle revêt par-là des enjeux sociaux et politiques forts, qui placent notamment la question des langues et de la communication au cœur des intentions éditoriales, comme on le précisera.

  • 63 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006, p. 402.
  • 64 Rabier C., « Les circulations techniques médicales, entre Europe et colonies, 1600-1800 : l’apport (...)
  • 65 Ribard D., op. cit., p. 735-738.
  • 66 Deblock G., Le Bâtiment des recettes, Paris, Jean Ruelle, 1560, édition critique, Rennes, PUR, 2015 (...)

38Si les études sur ce type de littérature ne sont pas encore nombreuses, on connaît certains cas, tels les vendeurs de ballons miniatures, suite à la vogue des aérostats au xviiie siècle, qui assortissent leurs produits d’instructions détaillées63, la production médicale de traités, réclames, remèdes, annonces de cours qui acculturent la clientèle « à la médecine proposée par les communautés professionnelles64 », ou encore L’Art de peindre de Watin, marchand-épicier et entrepreneur qui commercialise aussi bien son traité que des méthodes de peinture (pour apprendre rapidement) et des vernis65. Signalons aussi les recherches sur la collection d’« impressions populaires » du Musée des arts et traditions populaires transférée au MuCEM66.

  • 67 Mau C.-H., « Les progrès de la sériciculture sous les Yuan (xiiie-xive siècles) d’après le Nongsang (...)
  • 68 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006.

39Dans ce volume, l’article de Yumiko Ohyama ouvre des perspectives nouvelles sur le rôle des praticiens dans la littérature agronomique. Au Japon, au xviiie siècle, sous l’effet de politiques protectionnistes et de l’essor de la consommation urbaine, le gouvernement encourage « les marchands d’œufs de ver à soie, de soie grège et de tissus à diffuser les techniques d’élevage du ver à soie parmi les paysans et les guerriers des provinces ». Si les premiers traités sont l’œuvre de lettrés, suivant la tradition chinoise de livres de sériciculture67, les suivants sont bien le fait d’éleveurs et de marchands qui distribuent des ouvrages en même temps qu’ils commercialisent les œufs. Les traductions phonétiques accompagnant les idéogrammes, les dessins de gestes et d’outils, les instructions écrites sur des feuilles d’emballage avant d’être consignées en livre, l’insertion d’une feuille blanche dans une édition par un vendeur « pour reporter le plan de la ferme de son client » sont autant de détails qui traduisent la visée utilitaire de cette littérature, destinée aux « milieux populaires ». En parallèle, à la manière du coutelier Jean-Jacques Perret qui accompagne la vente d’un nouveau rasoir de celle d’un traité sur les aciers, les cuirs et les pierres à aiguiser68, des marchands japonais se lancent dans des publications à caractère encyclopédique et restituent des expériences d’élevage des vers à soie, au besoin pour accompagner la vente d’objets innovants, tel un thermomètre. Ce parti-pris en faveur des pratiques fait la spécificité de la sériciculture, alors que dans d’autres domaines, les rédacteurs poursuivent des visées plus érudites.

  • 69 Bryden D. J., « A 1701 dictionary of mathematical instruments », dans Anderson R. G.W., Bennett J. (...)
  • 70 Rabier C., op. cit., 2015.

40Est-il possible pour autant d’analyser la réception et finalement, les impacts de ces livres qui postulent une efficacité pratique quasi immédiate ? La thématique de la diffusion et des appropriations de savoirs techniques reste difficile à traiter, au-delà des usages que postulent les auteurs. La question n’est pas fréquemment abordée par les historiens du livre et de la lecture tant les techniques restent marginales dans ce champ ; elle l’est plus dans les études sur les fabricants d’instruments et leurs stratégies éditoriales69, y compris dans le domaine médical70, mais elle reste peu développée.

  • 71 C’est aussi le cas d’exemplaires des rééditions du Bâtiment des recettes, étudié par Geneviève Debl (...)

41C’est pourquoi l’article de Jean-Michel Mathonière se distingue par l’analyse des manuels réédités en continu depuis la Renaissance (600 éditions), le Vignole, issus du traité de l’architecte italien Jacopo Barozzi da Vignola adapté aux métiers du bâtiment. L’auteur évoque d’une part la popularité du manuel, à travers sa mention détaillée dans l’autobiographie d’Agricol Perdiguier (menuisier), d’autre part il pointe l’évolution des formats, devenus plus maniables et moins coûteux, à mesure que les éditeurs ciblent le public artisan, notamment en compagnonnages. L’auteur peut faire état d’exemplaires usagés71, tel un retirage de l’édition de poche en 1644, revêtu du « plus ancien ex-libris compagnonnique connu », celui d’un tailleur de pierre devenu maître-maçon et architecte – une mobilité qui atteste le rôle de médiateur acquis par le manuel. De plus, « cet attrait des Compagnons pour le traité de Vignole » déborde les métiers de la construction : Vignole semble avoir été « un des prototypes du personnage légendaire de Maître Jacques, le fondateur mythique que revendique la majorité des sociétés compagnonniques ».

42La dimension symbolique et communautaire de la littérature d’usage ouvre une nouvelle direction de recherche dans notre volume. Elle ne se limite pas au monde des métiers. Dans un tout autre contexte de mobilité, celui des immigrants en Amérique du Nord, Simon André Thode étudie les publications destinées à aider les nouveaux arrivants à parcourir les rivières et à se déplacer dans des étendues mal connues des Européens. Un secteur éditorial à part entière se met en place, héritier des guides de voyage, tant l’essor des mobilités réclame un savoir-faire qui ne se limite pas à une méthode mais suppose un apprentissage rapide et simplifié du terrain pour une action immédiate. Au moment où les techniques de mesure de l’espace évoluent comme le montre Alvaro Santana-Acuña dans ce volume, un marché de la géographie pratique et de la carte de repérage se construit, traduisant les acquis de la géographie savante pour un public de non-spécialistes. Genre hybride mêlant les manuels de navigation, les récits de voyage et la presse pratique, cette production américaine constitue un secteur à part entière : elle ne vise pas la précision des ouvrages savants mais la familiarisation du lecteur avec un environnement inconnu, s’enrichissant aussi de la participation des lecteurs – une forme récurrente de la littérature d’usage. Elle tend ainsi à forger un sentiment d’appartenance nationale et à promouvoir les échanges interculturels entre immigrants, notamment via des traductions : « le savoir est construit non pas à partir de la perspective d’un observateur individuel mais à partir de celui du territoire, ou des groupes d’habitants qui désirent s’en revendiquer ».

43Les questions de langue, de communauté et d’appartenance sont rarement abordées dans l’histoire de la littérature pratique. L’histoire des techniques laisse ces thèmes à l’histoire économique et à l’histoire du travail. La littérature pratique met pourtant en jeu des techniques langagières mais aussi d’autres techniques immatérielles, visant l’apprentissage de codes sociaux et de techniques de soi. C’est pourquoi les deux articles sur les traités de grammaire et manuels de langues – entendus comme des livres techniques – sont des contributions originales qui, au-delà du sens premier de la technologie comme science de la rhétorique, permettent de comprendre à la fois la place du langage dans les apprentissages pratiques et les enjeux sociaux et politiques de l’appropriation culturelles dans l’Europe moderne.

  • 72 Hoock J., Kaiser W., « Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne », dans (...)

44Dans son article sur les manuels d’apprentissage des langues slaves dans les villes de la Hanse aux xvie et xviie siècles, Marie-Louise Pelus-Kaplan analyse deux ouvrages différents, les Dialogues de Nicolaus Volckmar (1612), Allemand installé à Dantzig, et un traité manuscrit ayant appartenu au Lübeckois Thonnies Fonne au début du xviie siècle, une période où le multilinguisme appris sur le tas est courant dans les pratiques négociantes et se reflète dans une production de manuels marchands plurilingues72. Le livre de Volckmar – manuel de conversation germano-polonais – est l’« œuvre d’un lettré adepte de l’humanisme et spécialiste de l’enseignement des langues ». Bien qu’il cible un public de marchands, « lire, écrire et parler sont placés au même niveau de nécessité », comme l’atteste l’édition parallèle d’une grammaire polonaise et d’un dictionnaire. Le manuscrit de Fonne, destiné à apprendre le russe aux Allemands de la Hanse, privilégie l’oral ; « les actions de comprendre et de se faire comprendre mettent en jeu d’abord, et principalement, l’ouïe et la parole » – une priorité dans les manuels de conversation marchands. Si la pédagogie diffère, de même que le public – international chez l’un, initié chez l’autre – les deux livres visent, notamment par « la technique, classique et bien rôdée » du dialogue, dans l’apprentissage des langues, à développer « une pratique de la civilité » – par la recherche de la conciliation – dont on sait qu’elle est indissociable de la culture de l’échange marchand.

45Qu’en est-il dans le monde lettré de l’Europe de la Renaissance, qui place la traduction au centre de ses préoccupations ? L’article de Françoise Richer-Rossi sur les traités de grammaire et guides de prononciation de traducteurs espagnols à Venise au xvie siècle suggère que l’on peut aussi déceler dans ces technologies linguistiques des enjeux multiples. Mettant en valeur l’effort de réduction et de classification des pratiques langagières, l’auteure souligne l’accessibilité et la modestie de ces grammaires qui accompagnent parfois des traductions – « ou comment un ouvrage intellectuel devient pratique ». Ce sont des ouvrages « au service de la collectivité, des étudiants, des courtisans, des marchands ». Alfonso de Ulloa, auteur de nombreux livres de langue, félicitant « ceux qui se donnent la peine d’écrire des règles qui facilitent l’apprentissage des langues étrangères » – entend promouvoir l’Espagne auprès des élites italiennes ; à l’inverse, Cristóbal de Las Casas qui publie en 1570 un vocabulaire pour enseigner l’italien aux Espagnols entend ouvrir ses compatriotes – étouffés par Philippe II – à la « liberté louée des Italiens » ; Jean de Miranda, auteur d’un code grammatical où prime la simplicité et le souci de communication, montre « quel doit être le comportement verbal du courtisan et quels effets sociaux cela génère ». Linguiste ou stratège se demande l’auteure, à propos d’Ulloa : la technologie de la langue – sous ses aspects les plus pratiques – est aussi une technologie politique, un art de la domination, de la diplomatie ou de la résistance dans le cas de Las Casas.

46On perçoit la diversité des approches que proposent ces articles, incitant aussi bien à rouvrir le dossier de la technologie savante qu’à approfondir celui de l’édition pratique. Si un certain nombre de données sont confirmées, comme le lien au politique qui fait de la technologie un savoir d’État ou bien le rapport entre l’écrit pratique et les dynamiques marchandes, les auteurs soulignent aussi les interférences récurrentes entre ces types de production, l’implication des praticiens et le rôle des marchés dans la production savante, les emprunts érudits et la tendance à la classification dans les livres pratiques. Ils suggèrent la tension qui accompagne la rédaction des savoirs d’action imposant, d’une part dans les textes les plus concrets une réduction, une abstraction par le seul recours à l’écrit et conduisant d’autre part, des auteurs de traités savants à réactualiser les savoirs, à reprendre l’inventaire, tant l’interrogation sur l’acte fonde une démarche où interfèrent sans cesse le passé et le présent, la mémoire et l’observation.

Genres et formes des livres techniques

  • 73 Pomata G., « The medical case narrative : distant reading of an epistemic genre », Litterature and (...)
  • 74 Le genre, comme l’a montré Hans Robert Jauss est aussi une catégorie de la lecture. Jauss H. R., Po (...)
  • 75 Sur cette évolution, voir Grassi M.-Cl., « Autour de la notion de manuel », Romantisme, no 96, 1997 (...)

47Les cas d’étude rassemblés dans ce recueil fournissent aussi des éléments de réflexion sur les genres et les formes de la littérature technique. Sacha Tomic et Geneviève Deblock n’hésitent pas à parler de « genre littéraire » à propos des manuels d’analyse de chimie et des livres de secrets. Alors que dans les études littéraires, les formes du discours ont été de longue date pensées et classées, force est de constater que les catégories de livres relatives au domaine technique n’ont pas été discutées dans leur ensemble73. Pourtant, différentes formes conventionnelles de discours sont distinguées par le sens commun. Les auteurs, et les historiens après eux, parlent communément de traité, de manuel, de recueil, de livres de recettes, d’almanachs, de toisés pour désigner différents types d’ouvrages. De leur côté, les lecteurs ne s’attendent pas à trouver la même chose lorsqu’ils ouvrent ces livres74. Le traité annonce plutôt un ouvrage savant rassemblant des principes et des règles explicites ; le manuel un petit livre de main, abrégé et pratique. Quant au recueil, il renvoie souvent à un album luxueux de grand format composé d’une suite de figures. Le fait que les conventions génériques soient de différentes natures (thématiques, formelles), difficiles à définir précisément et souvent communes à d’autres disciplines ne doit pas pour autant conduire à renoncer à une réflexion générale sur ces conventions. Peut-on vraiment séparer, comme le font certains chercheurs, les genres littéraires (« literary genre ») des genres liés aux pratiques (« epistemic genre ») ; la fonction des livres relevant de la seconde catégorie étant essentiellement cognitive, non esthétique et non expressive ? Existe-t-il des genres de livres spécifiques à la littérature technique ? Ou des évolutions identiques à celles décrites dans d’autres champs, comme le passage de la notion de traité à la notion de manuel au xixe siècle75 ? Et qu’en est-il de la correspondance des genres entre pays ?

  • 76 Dolza L. et Vérin H., op. cit.
  • 77 Haupt B., Deutschsprachige Chemielehrbucher (1775-1850), Stuttgart, Deutscher Apotheker, 1987 ; Ben (...)
  • 78 Les travaux sur les livres de secrets sont nombreux. Nous renvoyons à l’un des premiers et des plus (...)
  • 79 Voir l’article programmatique de Mark Clarke, « Codicological indicators of practical medieval arti (...)

48Si aucune réflexion d’ensemble n’a été menée sur les genres et les formes de la littérature technique, certaines catégories d’ouvrages ont fait l’objet d’études et ces études montrent la validité d’une approche par série, même lorsque ces séries présentent des limites et des traits caractéristiques flous. C’est le cas des travaux sur les « théâtres de machines76 », les manuels de chimie77 ou les livres de secrets78. Le repérage systématique des livres de recettes, par exemple, leur rapprochement et leur comparaison, ont non seulement permis aux conservateurs et aux restaurateurs de renouveler l’interprétation de ces ouvrages longtemps vus comme essentiellement pratiques, mais encore de mettre au point de nouvelles méthodes pour les étudier79.

49Plusieurs textes rassemblés dans ce volume poursuivent ce type d’enquête. Ils procèdent par études de cas, soit en s’attachant à décrire le développement d’un genre de livre, soit en analysant un ouvrage pour l’inclure dans un ensemble plus vaste. Comme les êtres vivants, les genres naissent, grandissent, fleurissent puis dépérissent et meurent. Les auteurs observent leur évolution dans le contexte culturel, politique, économique et technique qui leur donne sens.

50Étudier des séries de livres et non des livres isolés demande de s’appuyer en premier lieu sur de solides bibliographies. Comme le montrent plusieurs articles de ce volume, la bibliographie n’est pas une activité auxiliaire d’inventaire, mais une activité de recherche en elle-même. Elle pose immédiatement la question des limites des corpus et aussi de la perméabilité entre les genres. Catherine Sablonnière appuie son analyse des livres d’agriculture, publiés en Espagne entre 1750 et 1900, sur une bibliographie élaborée au xixe siècle. Les 2 375 titres recensés lui servent à délimiter un ensemble de manuels pratiques d’agriculture, de petits formats, dits Cartillas, Manuales ou Instrucciones, et d’almanachs agricoles destinés aux laboureurs (200 titres parus entre 1626 et 1912). Dans l’ensemble, ces manuels font référence aux grands auteurs classiques, mais ils utilisent aussi des formes discursives familières aux cultivateurs, comme le proverbe en vers et l’aphorisme. Ces formes de discours proches des poésies, des chansons et des dictons populaires, favorisent la mémorisation et la diffusion de nouveaux principes « scientifiques » opposés aux pratiques locales, tout en valorisant « une réalité sensible », un « imaginaire culturel » propre aux agriculteurs.

51Sacha Tomic fonde de même son travail sur un inventaire minutieux des livres de chimie publiés au cours du xixe siècle. Les 417 manuels d’analyse chimique repérés sont découpés en 17 domaines et trois grandes catégories. Des « stratégies narratives » ressortent de cette typologie. Sacha Tomic décrit le « style » « récit-recette » spécifique aux manuels d’analyse chimique. Le discours est directif (suivre les consignes « pas à pas ») et normatif (appliquer des méthodes), orienté vers la pratique et la reproduction des expériences. Cette « rhétorique de l’expérience », ce « langage-action » est caractérisé par un « culte du détail » et la présence de représentations visuelles qui vont dans le même sens. Les figures sont intégrées au texte à la fin des années 1830 et se multiplient de manière spectaculaire. Ces types de manuel laissent progressivement place, au tournant du xxe siècle, à des manuels plus concis et théoriques.

  • 80 D. F. McKenzie décrit cette nouvelle forme de bibliographie dans La Bibliographie et la sociologie (...)

52L’approche par série, on le voit, invite à discuter des conventions discursives et visuelles. Geneviève Deblock montre, à travers l’exemple d’un livre de secrets, dit Bâtiment des recettes (xvie-xixe siècle), qu’un genre peut perdre ses lecteurs tout en conservant le même contenu et la même forme de discours. Le Bâtiment des recettes qui s’adresse dans les premières années de l’imprimerie à une clientèle de lettrés n’est plus apprécié par les lecteurs éclairés du siècle des Lumières pour qui la magie n’est plus une science mais une croyance populaire. Le texte reste non théorique, prescriptif, l’écriture brève, le vocabulaire simple et imagé, mais le livre subit des changements matériels (« suppression progressive des textes liminaires, suppression de recettes, raccourcissement des recueils, coquilles non corrigées ») qui confirment que ses lecteurs ne sont plus les mêmes. La « bibliographie matérielle » (analytical bibliography)80, c’est-à-dire l’inventaire des livres, couplé avec la confrontation des différentes versions et variantes d’un même ouvrage, l’analyse des caractéristiques physiques des exemplaires, des modes de découpage du texte, des conventions typographiques, de l’état physique des volumes (reliés, brochés, en bon état, usés, etc.), apporte ici de précieuses informations sur les lecteurs.

  • 81 Bélanger J.-B., Traité de la dynamique des systèmes matériels, Paris, Dunod, Gauthier-Villars et Eu (...)
  • 82 Lavoisier A., Traité élémentaire de Chimie, Cuchet, Paris, 1789, p. xxviij. Cité par Bensaude Vince (...)

53Partant de l’étude du traité de mécanique (1864-1866) du polytechnicien et ingénieur des Ponts et chaussées Jean-Baptiste Bélanger (1790-1874), Konstantinos Chatzis interroge plus largement un genre de « traité moderne » qui présente la science et la technique comme anonymes et atemporelles. Ses traits caractéristiques sont une présentation déductive, allant « du général au spécial, du simple au complexe, du géométrique au physique, du théorique au pratique ». Bélanger marginalise l’histoire en affirmant que l’« ordre historique dans lequel une science a été créée, est un argument peu décisif, quant à l’ordre à suivre dans l’enseignement81 ». L’étude des livres de chimie (1789-1852) mentionnée plus haut révèle les mêmes tendances. Pour Lavoisier, un « traité élémentaire » doit s’écarter de l’ordre chronologique des découvertes, les sciences présentant « déjà par elles-mêmes assez de difficultés82 ». Konstantinos Chatzis appelle à un examen de ce « qu’on a gagné » avec la montée en puissance de cette « forme traité » par rapport à une autre forme courante de transmission des savoirs, la réédition d’un « classique », qui intègre par le biais de notes et d’additions les nouvelles connaissances et restitue se faisant différents moments de l’histoire d’un champ.

54La question intéressante de la correspondance (ou non correspondance) des genres de livres entre pays est abordée par Michela Barbot et Robert Carvais à partir d’un corpus d’« ouvrages pratiques », consacrés au toisé et à l’estimation des édifices, publiés en France et en Lombardie entre le xvie et le xixe siècle. Une « littérature estimative » à caractère juridique apparaît en Italie bien plus tôt qu’en France où la question est strictement liée à l’exercice des métiers du bâtiment. Sur le plan formel en revanche les ressemblances sont nombreuses. Le format de poche s’impose (in-8°, in-12, in-18) ; à quelques exceptions près, les textes sont illustrés par de petits croquis simples, de nombreux tableaux et des exemples variés.

  • 83 Sur la littérature de colportage, voir Chartier R., Lectures et lecteurs dans la France de l’Ancien (...)

55L’un des intérêts de l’approche par catégories ou série d’ouvrages est aussi qu’elle conduit à interroger les grandes dichotomies construites par les historiens entre les livres théoriques et les livres pratiques ou entre les livres techniques et les livres artistiques. Les grandes enquêtes sur les livres de colportage ou les almanachs l’ont montré : les frontières entre les livres savants et les livres « populaires » sont poreuses83. En ce qui concerne la littérature technique, on sait désormais ainsi qu’il a été dit plus haut que les documents publicitaires, les catalogues de fabricants, les prospectus, les annonces peuvent s’inspirer de traités ou de recueils scientifiques ou artistiques. Maintes brochures techniques promotionnelles, intitulées Précis, Pétition, Observations, Appels, Adresse témoignent d’emprunts directs à la littérature juridique.

56Ce sont ces transferts d’un domaine du savoir à l’autre qu’interroge Estelle Thibault à travers un « genre incertain » d’ouvrage, ni recueil d’ornement, ni traité technique, ni manuel de géométrie, publié par l’architecte Jules Bourgoin (1838-1910). Le praticien est à la recherche « d’un espace intermédiaire » entre les mathématiques, l’art et la technique, espace qu’il veut adapter au monde spécifique des « arts d’industrie ». Son recueil (Études architectoniques et graphiques, 1899-1901) est à la fois un livre théorique et un livre d’exercice conçu pour éveiller la capacité d’invention des élèves lecteurs.

57L’étude du premier manuel suédois sur la mécanique et l’art de la construction (Introduction à la mécanique et à l’art de construire, 1752) de Carl Henric König (1726-1804) offre de même à Linnea Tilly l’occasion de discuter d’un livre hybride composé à partir de fragments empruntés à diverses publications européennes. L’auteur réalise une « synthèse pédagogique » à la portée d’un public large. L’article pointe ici une catégorie d’ouvrage – la compilation – peu étudiée jusqu’à présent en tant que genre, mais qui mériterait de l’être.

Formalisation des pratiques et discours visuels

  • 84 Sur les atlas scientifiques, nous renvoyons par exemple à l’ouvrage de Lorraine Daston et Peter Gal (...)
  • 85 Nous excluons ici les études comme celles d’Eugene S. Ferguson (Engineering and the Mind’s Eye, MIT (...)
  • 86 Pour l’Encyclopédie et les « théâtres de machines » on se reportera aux travaux déjà cités de Madel (...)
  • 87 Par exemple : Sakarovitch J., Épures d’architecture. De la coupe des pierres à la géométrie descrip (...)
  • 88 C’est l’approche qui est développée dans le volume édité par Bray F., Dorofeeva-Lichtmann V., Métai (...)
  • 89 Le récent ouvrage The Technical Image, issu du programme de recherche « Das Technische Bild » (init (...)

58Sans surprise, la catégorie des livres composés de planches, dits recueils, albums ou atlas, conduit les auteurs à discuter des formes et du sens des « discours » visuels. En dépit des remarques récurrentes des technologues sur la centralité des figures dans les livres techniques, le sujet n’a reçu à ce jour que peu de développements. Tandis que les études sur les images des atlas scientifiques se multiplient, qu’elles bénéficient depuis les années 1990 de recherches croisées entre les historiens des sciences et les historiens de l’art et de vastes programmes de recherche sur les types et même les styles de l’image scientifique84, les figures des livres techniques n’ont souvent été examinées qu’à partir d’ouvrages particuliers85, de catégories d’ouvrages (encyclopédies, « théâtres de machines », traités de charpentes, etc.)86 ou de domaines techniques (fortification, mécanique, hydraulique, stéréotomie, etc.)87. Pourtant, indépendamment des disciplines, la réduction en art passe souvent, et parfois uniquement même, par l’image. Alors que l’exposé écrit et méthodique des savoir-faire n’est partageable que par ceux qui savent lire, l’exposé visuel est interprétable par un vaste ensemble de personnes et notamment de praticiens. Les rares enquêtes générales montrent l’intérêt qu’il y aurait à établir une typologie de l’image technique (diagrammes, graphiques, schémas, cartes, figures exactes, figures « modélisées », etc.)88. L’image technique mérite-t-elle d’être distinguée de l’image scientifique ?89 Peut-on mettre en évidence des types de figures spécifiques aux livres techniques (voir les notations spécifiques à la danse évoquées plus haut), des types d’agencement des figures entre elles, ou des relations textes figures ?

59Plusieurs contributions prêtent attention à la fabrication de l’image et à sa reproduction. Audrey Millet s’intéresse à un groupe de dessinateurs de fabrique habitués à réduire et transposer les dessins d’un support à l’autre. La comparaison entre leur documentation personnelle (carnets, portefeuilles de dessins et collections d’échantillons) et les livres imprimés consacrés aux techniques du dessin de manufacture la conduit à mettre en évidence l’importance des fonds graphiques d’ateliers. La diffusion du savoir-faire du dessinateur de fabrique passe avant tout par cette documentation qui peut se négocier d’un atelier à l’autre. Même si « les relations entre le livre imprimé et la technique du dessin de fabrique sont ténues », l’article invite à rapprocher ces livres de fabrique, soigneusement rangés en portefeuilles, des recueils de modèles imprimés ou des catalogues commerciaux.

60Jérôme Baudry se livre de même à une comparaison entre les dessins originaux fournis par les inventeurs et leur publication dans la Description des machines et procédés dirigée par le Conservatoire des arts et métiers à partir de 1811. Le parallèle fait apparaître des différences notables : les dessins réalistes sont éliminés « au profit des dessins schématiques ». Les rédacteurs privilégient les représentations géométrales éclatées (plan, coupe et élévation) à la perspective. Ce « langage technique homogène » ou « dessin industriel » reflète le « projet technologique » du Conservatoire : diffuser et normaliser le savoir technique. L’observation appelle une remarque. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les inventeurs d’origine modeste utilisent la perspective, le rendu des ombres et de la couleur afin de diffuser des images réalistes et parlantes des objets. Il ne s’agit évidemment pas de perspectives et de rendus savants, mais le recours systématique aux vues en trois dimensions pour compléter les plans et les élévations renverse l’idée que l’on se fait communément de la perspective comme mode de représentation réservé à des dessinateurs chevronnés.

61Dans tous les cas, passer de ces dessins ou de ces portefeuilles de dessins aux recueils de modèles imprimés représente un travail considérable. La genèse des Éléments d’orfèvrerie (1748) de Pierre Germain présentée par Hélène Cavalié en offre un autre exemple. Il s’agit d’abord de réunir des dessins jalousement gardés par les orfèvres ; « l’ouvrage est le fruit d’années à se soucier de dessins et d’estampes ». La publication composée de 93 planches nécessite, outre les dessinateurs, des graveurs et un imprimeur spécialisé. Ce qui explique le prix élevé du recueil et sa sortie échelonnée. Là encore, la matérialité du livre est essentielle. Les changements typographiques sur la page de titre et sur plusieurs planches prouvent l’existence de réimpressions successives, malgré la date inchangée. Selon Hélène Cavalié, l’ouvrage entier est construit comme un « livre d’exercices didactiques » à la portée de tous les maîtres de métier.

62Plusieurs auteurs s’interrogent également sur la fonction des illustrations. La question de l’utilité concrète des figures, souvent posée à propos de l’image technique (peut-on construire un objet à partir de sa représentation ?), est abordée, comme on l’a dit plus haut, par Constantin Canavas à propos du Book of Knowledge of Ingenious Devices d’Al-Jazarī (1206). Élise Lehoux remarque que les dessins simplifiés des recueils archéologiques du xixe siècle (au trait et sans ligne d’ombre renforcée), et les discours sur l’exactitude et la fidélité de ces dessins servent non seulement à distinguer et à légitimer les nouvelles publications, mais encore à présenter l’archéologie comme une discipline scientifique. C’est par l’image autant que par le texte que l’archéologie gagne son autonomie au xixe siècle. C’est un phénomène comparable que met en évidence Estelle Thibault à travers l’exemple des publications de Jules Bourgoin qui viennent d’être évoquées. Les dessins des premiers livres, qui s’apparentent encore aux planches figuratives des recueils d’ornement, font progressivement place à des « figures abstraites réduites à des notations schématiques, voire mathématiques ». Ces procédés schématiques de figuration empruntés aux mathématiques servent à l’architecte à faire de l’ornement un domaine autonome entre la science et les beaux-arts.

  • 90 Félibien A., Conférences de l’Académie royale de peinture et sculpture pendant l’année 1667, Paris, (...)

63André Félibien affirmait au xviie siècle que les « sciences et les arts » s’enseignaient de deux manières : par les préceptes et par les exemples ; la première manière instruisant l’entendement ; la deuxième l’imagination90. Si les deux types de « discours » distingués par l’académicien correspondent schématiquement à deux grandes catégories de livres étudiées dans ce volume : le traité et le recueil, bien d’autres formes de discours, on le voit, coexistent. Au total, l’approche par genre interroge la notion même de livre et la séparation entre théorie et pratique. Elle invite à prêter plus d’attention au travail de formalisation et de mise en ordre des pratiques par l’image.

L’économie du livre technique : production, réception et formalisation des savoirs

64L’économie du livre technique interroge les conditions de production et de réception des ouvrages ainsi que le rôle des différents acteurs, que ces derniers soient auteurs, éditeurs, imprimeurs ou lecteurs. Ces différentes catégories d’acteurs structurent le marché, en amont comme en aval.

65Les conditions de production et de réception des livres se sont transformées avec l’apparition de l’imprimerie puis à nouveau avec la modernisation de celle-ci et la production de masses d’imprimés. Ces évolutions ont à chaque fois engendré un changement d’échelle dans la circulation des ouvrages.

  • 91 Chartier R., Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1989.
  • 92 Chartier R., « Livres bleus et lecture populaires », dans Martin H.-J. et Chartier R. (dir.), op. c (...)

66Au niveau de la réception des ouvrages, Roger Chartier a montré, dans différentes études sur l’histoire du livre et de ses appropriations et notamment dans son ouvrage Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, le rôle joué par certains types d’imprimés (livre de bonne mort, guides de civilité, livre du divertissement, etc.) dans la transformation des normes et formes sociales91. Grâce à l’écrit, de nouvelles règles de comportement et valeurs élaborées par les élites se sont diffusées. Cependant les pratiques de lecture sont sous l’Ancien Régime très différenciées à la ville, où l’imprimé est omniprésent et familier même aux analphabètes, et à la campagne, où l’écrit reste rare et réservé à une élite. Malgré cela les textes transcendent les classes sociales, comme Roger Chartier le montre dans son étude sur la « bibliothèque bleue », œuvre d’éditeurs troyens : cette littérature bon marché s’adressant aux classes populaires propose des textes déjà publiés et lus par les élites, mais adaptés (la mise en page est modifiée, le nombre de chapitres augmenté, le texte est réduit voire réécrit) à ce nouveau public92.

  • 93 Houston R. A., Literacy in Early Modern Europe. Londres/New York, Longman, 1988.

67Pour autant le rapport entre le niveau d’éducation d’une population et son accès aux imprimés, un thème étudié par Robert A. Houston93, est complexe. Cet auteur qui cherche à comprendre pourquoi entre la Renaissance et le début de la Révolution industrielle le niveau général d’alphabétisation des Européens a augmenté, présente plusieurs explications dont l’immixtion progressive de l’État dans la vie quotidienne à travers ses différents rôles traditionnels (régaliens) et le développement de l’éducation qu’il induit pour ses propres besoins (xviie-xviiie siècles). La puissance publique est notamment à l’origine de l’essor de l’éducation secondaire et supérieure, même si certains ordres religieux ont eux aussi jouer un rôle non négligeable. Houston met en lumière le lien positif entre le niveau d’éducation et la possession d’imprimés. Ainsi, plus on est éduqué, plus on a accès à des ouvrages imprimés. Il insiste cependant sur le fait qu’il n’y a pas de relation linéaire et simple entre éducation, imprimés et alphabétisation. Ces trois variables dépendent de nombreux éléments dont le contexte politique et social, les structures économiques, les habitudes mentales, etc. en somme de l’environnement dans lesquels ils évoluent. De ce fait, les configurations et leurs évolutions ont été très différentes d’un pays européen à l’autre.

68Cette riche littérature sur la réception des imprimés n’a malheureusement pas encore son équivalent pour ce qui concerne les ouvrages sur les techniques. C’est ce manque que les auteurs des textes qui suivent visent à combler.

69L’un des thèmes qui revient de façon transversale dans les textes rassemblés ici est la relation multiforme entre la professionnalisation d’un domaine technique, la formalisation des savoirs s’y rapportant et la production d’ouvrages sur le sujet. On a soit une concomitance forte entre d’un côté la construction d’un champ de savoirs techniques, sa formalisation et sa professionnalisation et de l’autre la production d’imprimés dans ce champ, ou au contraire un décalage entre ces deux processus.

70Le premier processus est illustré par l’article de Brice Cossart dans lequel ce dernier nous démontre que l’apparition d’une littérature technique sur l’artillerie coïncide avec l’émergence de pratiques semi institutionnalisées de formation et d’examen des artilleurs. En effet un savoir sur l’artillerie utilisant pour base les mathématiques grecques anciennes, se développe en même temps qu’un enseignement systématique et institutionnel est mis en place. Un marché du traité d’artillerie se crée, stimulé par la création d’écoles d’artilleurs et la demande consécutive pour ces manuels. Le public visé était les artilleurs, leurs enseignants et examinateurs. La mise en place d’écoles d’artilleurs est ici à l’origine d’une production de traités sur l’artillerie. Dans le même temps, la production de ces manuels a largement contribué à une meilleure formalisation des savoirs dans ce domaine technique. Ce double processus permet de mieux comprendre les liens complexes entre le développement de la professionnalisation, la formalisation des savoirs et la production d’imprimés.

71Ces liens sont également analysés, quoique dans un domaine très différent, par Konstantinos Chatzis, Fotini Assimakopoulou et Georgia Mavrogonatou dans leur article sur la production de livres techniques des professeurs de l’École polytechnique d’Athènes de 1880 à 1914. Ils analysent le contenu de cette production qui se caractérise d’une part par le recours au grec ancien pour rendre en grec moderne des termes scientifiques et techniques nouveaux et d’autre part par l’utilisation de traités européens, principalement allemands et français. Ces professeurs auteurs s’inspirent ainsi d’ouvrages dans la langue du pays où ils ont étudié. Mais, loin de se contenter d’une simple traduction de ces traités, ils les adaptent à la réalité grecque. Ce travail de digestion confère à cette production technique uniformité et continuité. Ce souci d’adapter le contenu au public se maintient dans le temps car on observe une complexification et une académisation des contenus à mesure que le niveau général des élèves s’élève vers davantage de complexité mathématique et d’abstraction.

72Une formalisation des savoirs différenciée peut aussi donner lieu à une production d’ouvrages techniques différenciée. Ainsi, Isabelle Bretthauer, qui étudie les manuels juridiques et les formulaires notariés accessibles aux hommes de lois et scribes normands dans la seconde moitié du xve siècle, montre que ces textes contiennent à la fois des savoirs juridiques théoriques et d’autres pratiques pour la rédaction des actes et relie l’essor de l’imprimé au besoin d’ouvrages sur les usages de la pratique à mesure que la profession de notaires et de tabellions se développe. Pourtant, l’imprimé ne remplace pas le manuscrit car il n’y a pas production de nouveaux textes mais réimpression d’anciens. En effet, les pratiques locales, qui restent prépondérantes pendant cette période, ne sont pas prises en compte dans les manuels édités. Ici, la variété des usages techniques et des pratiques locales induit une offre différentiée d’ouvrages techniques (imprimés et manuscrits).

  • 94 Mollier J.-Y., Michon J. (dir.), Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde, du xviiie si (...)
  • 95 Darnton R., L’Aventure de l’Encyclopédie, Paris, Seuil, 1992.
  • 96 L’édition in folio comprend 71 818 articles et 2 885 gravures, Darnton R., op. cit., p. 31 et 60-63
  • 97 L’Encyclopédie méthodique n’est pas organisée, comme la première édition de l’Encyclopédie de Dider (...)

73D’autres acteurs que les auteurs jouent aussi un rôle significatif dans le développement de l’offre d’ouvrages techniques. Jean-Yves Mollier a insisté sur l’apparition à la veille de la Révolution de cette nouvelle profession liée au livre qui va prendre alors et a gardé une place centrale94, l’éditeur. La meilleure illustration de ce phénomène est ce que Robert Darnton a appelé « l’aventure de l’Encyclopédie95 ». Ce dernier a effet montré que l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, puis ses différentes rééditions et en fin l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke, ont joué un rôle majeur dans la diffusion des idées des Lumières au sein de la société d’Ancien Régime. La fabrication et la publication de cet ouvrage fut aussi une aventure scientifique, technique et commerciale : scientifique car Diderot et ses acolytes ont proposé une nouvelle mise en ordre et en forme de la connaissance des sens et des facultés de l’esprit ; technique car l’encyclopédie peut être considérée comme le premier ouvrage produit en masse : entre 1751 et 1782 pas moins de six éditions différentes voient le jour (quatre pour l’édition in folio en 28 volumes et deux pour les éditions in 4 ° et in 8 ° en 39 volumes96) et l’organisation de la fabrication et de la diffusion de ces nombreux volumes modifie en profondeur les façons de faire de l’époque – au cours des différentes rééditions, le contenu est revu, amplifié et adapté à un public toujours plus nombreux97 – ; commerciale enfin car l’Encyclopédie est aussi une entreprise qui vise à rapporter de l’argent. L’ampleur du projet met en jeux des sommes inédites et élargit considérablement le marché et le lectorat. L’acquisition et la vente des droits sur l’édition originale puis sur les suivantes suit une nouvelle logique spéculative et voit l’apparition de véritables consortiums d’éditeurs.

74Les cinq textes suivants se concentrent précisément sur les éditeurs. Ainsi Véronique Sarrasin étudie en détail la stratégie éditoriale mise en place par la famille d’éditeurs Jombert pour s’assurer le monopole de la production de livres pour l’artillerie et le génie au xviiie siècle. Cet éditeur maintient sa position dominante sur le marché des manuels à l’adresse des artilleurs et ingénieurs pendant une soixantaine d’années, en adaptant dans un premier temps sa production à un public de jeunes militaires instruits mais peu féru de lecture. La stratégie consiste à légitimer l’étude, rééditer certains classiques et proposer de nouveaux manuels courts et illustrés. Puis, dans un deuxième temps, Les Jombert s’adaptent à la diversification de la clientèle en déclinant l’ouvrage technique en traité professionnel pour les artilleurs et ingénieurs, en livre élémentaire pour un large public d’officiers ou encore en ouvrage de culture sur l’art militaire, voire en beau livre imprimé. On a ici des éditeurs qui ont proposé une offre innovante à un public ciblé puis l’ont diversifiée en l’adaptant à l’élargissement de la demande.

75Norbert Verdier présente le cas atypique de l’alliance de l’éditeur imprimeur Charles Louis Étienne Bachelier et d’un ancien prote, Théodore Bailleul. Bachelier rachète plusieurs fonds d’imprimerie, puis secondé par Bailleul, se lance à partir de 1832 dans le développement de la presse scientifique et technique en se concentrant sur l’édition de périodiques et d’ouvrages mathématiques. Bailleul est un imprimeur typographe à l’origine de plusieurs innovations techniques qui ont permis la représentation formelle de nombreux signes et objets mathématiques ainsi que l’insertion de tableaux dans des pages de textes. Les deux hommes développent une stratégie commerciale s’appuyant sur cette innovation technique et mettent à profit l’essor de la discipline et les relations privilégiées tissées par Bachelier avec l’Académie des sciences et de nombreux savants et mathématiciens pour dominer le marché des éditions mathématiques pendant plus de vingt ans mais également jouer un rôle considérable dans la circulation des mathématiques en étant à l’origine d’un réseau éditorial en France mais aussi en Europe.

76Certains éditeurs ont également mis en place des stratégies éditoriales qui ont débouché sur la création d’une littérature technique commerciale. Guy Lambert étudie le cas du classique de la construction qu’est le Pratique de l’art de construire de J. Claudel et L. Laroque, un ouvrage regroupant à la fois des connaissances techniques théoriques mains aussi d’autres issues de la pratique. La première édition visait à donner des outils aux ingénieurs et entrepreneurs pour mieux contrôler les travaux. On observe cependant au fil des rééditions, soit plus de sept sur une période de soixante ans (1859-1910), une modification du contenu qui « s’adapte » en se diversifiant (à chaque réédition, de ajouts nombreux modifient la structure de l’ouvrage) afin de suivre l’évolution du champ des savoirs techniques nécessaires aux professionnels de la construction. Cette transformation du contenu répond à une stratégie de l’éditeur pour contrecarrer la concurrence que connaît l’ouvrage. Le contenu est régulièrement actualisé afin de toujours fournir des outils de contrôle aux ingénieurs et entrepreneurs.

77De la même façon, Muriel Hoareau nous explique dans son article « De l’art de cultiver et de fabriquer des produits coloniaux : livres techniques francophones et anglophones aux xviiie et xixe siècles » comment des éditeurs et imprimeurs créent, avec l’aide d’académies et de sociétés savantes, un marché du livre et des manuels de la culture des produits coloniaux. En effet, ces derniers analysent avec justesse l’existence d’un public potentiel large : érudits lettrés, producteurs restés en métropole voulant contrôler leurs cultures, curieux en quête d’informations sur les colonies, etc. Ce lectorat varié explique l’hybridité de ces ouvrages sur la culture des produits coloniaux puisqu’ils se déclinent aussi bien en traités techniques, monographies historiques ou géographiques qu’en récits de voyages.

78Des éditeurs entrepreneurs peuvent développer des stratégies différentes de celles que nous venons de voir : Michela Bussotti nous montre ainsi dans son article « Livre de techniques et techniques du livre : les publications chinoises anciennes à propos de la typographie traditionnelle en argile et en bois », que la production d’ouvrages imprimés avec des caractères mobiles en bois durant la dernière dynastie impériale chinoise (xviie-xxe siècles) augmente du fait de la diffusion d’ouvrages techniques sur ce type d’impression propre à ce pays. Ces ouvrages sont peu nombreux mais très variés puisqu’ils regroupent aussi bien des notes de lettrés, des traités d’agriculture, des encyclopédies illustrées, des manuels que des recueils de poèmes ou de citations. Ils portent sur la composition des planches et les méthodes pour ranger les caractères mobiles et s’adressent avant tout aux éditeurs et à l’État local ou central qui souvent finançait voire supervisait les éditions réalisées avec des caractères mobiles, plutôt qu’aux artisans qui fabriquaient ces caractères. Cette diffusion plus large d’ouvrages a entrainé une propagation de la technique auprès d’éditeurs liés à l’administration impériale ou provinciale d’une part et d’autre part de grands lignages familiaux suffisamment puissants et structurés pour développer ce marché et dans le même temps lui trouver des débouchés. Ici les éditeurs se confondent avec les élites locales et reproduisent les structures politiques et sociales. Dans ce cas particulier l’offre d’ouvrages techniques précède la demande qui en retour va nourrir l’offre dans la sphère publique et celle privée des grands lignages.

  • 98 L’imprimerie xylographique débute en Chine au vie siècle dans le cadre de la diffusion des textes s (...)
  • 99 Ibid., p. 97.

79Dans le cas de la Chine, l’État apparaît dès les débuts de l’imprimerie comme un acteur central : les autorités ont dès la dynastie Song (960-1279) encouragé la production d’imprimés, notamment techniques98. Le gouvernement tant au niveau central que local a fait imprimer et distribuer des dictionnaires et des textes techniques (traités, prospectus, etc.) en particulier sur la culture et le tissage. Ces manuels étaient envoyés aux magistrats locaux qui devaient les transmettre à leurs administrés pour aider au développement de l’économie locale. De la même façon, le bureau en charge de la médecine a fait imprimer des manuels pour favoriser le développement local de cette discipline. Enfin l’administration centrale a produit de nombreux imprimés (manuels d’administration, registres fonciers, codes, etc.) pour ses propres besoins. Les dynasties suivantes ont maintenu ces politiques d’encouragement au développement technique et économique et l’ont même étendu à d’autres domaines comme l’éducation, la morale et les rites99. Mais la puissance publique n’a jamais eu le monopole de l’édition technique en Chine. En effet dès cette période, des éditeurs privés sont apparus et ont rivalisé avec l’imprimerie officielle dans la production d’ouvrages techniques. Cette coexistence a perduré jusqu’à la fin de l’Empire et se poursuit de nos jours, après le long intermède de la période maoïste.

80En Europe, l’État a parfois été au centre de la production ou de la diffusion d’ouvrages techniques. C’est ce que montre Marius Buning dans son article sur les privilèges d’imprimerie en république des Pays Bas au xviie siècle. Ces derniers ne sont pas utilisés comme instrument de censure mais comme moyens de validation, de contrôle, de développement voire même de promotion de connaissances techniques (comme les mathématiques, la comptabilité, les méthodes de calcul pour la navigation, les routes maritimes et les manuels de voyage, etc.) dans le but de développer le commerce national. Les autorités jouèrent un rôle actif dans la diffusion de connaissances techniques au travers du système des privilèges d’imprimerie qui permettait de contrôler les connaissances scientifiques en circulation mais aussi d’en promouvoir certaines en leur donnant une légitimité supplémentaire et ainsi que l’accès privilégié à un public.

  • 100 Mollier J.-Y., Michon J. (dir.), op. cit., p. 53-54. Dans l’introduction, qui est une synthèse de n (...)

81En France, l’État, l’État d’Ancien Régime d’abord, a longtemps encadré la vie du livre et d’une certaine façon l’encadre toujours : le prix du livre reste unique, une disposition que l’on retrouve également, sous diverses formes, dans la plupart des autres pays européens. À la censure et aux privilèges du xviiie siècle ont succédé, après la période de totale liberté qu’a représentée la Révolution de 1789, un encadrement administratif serré et un retour de la censure sur tout le territoire instaurés par Napoléon 1er. Cette situation est levée en 1870100. Cet encadrement strict n’a pas nui aux éditeurs mais leur a au contraire été bénéfique puisqu’il les a prémunit d’une concurrence sauvage et a ainsi permis l’apparition de véritables empires éditoriaux dès le xixe siècle. Plus précisément, le régime des brevets a permis à quelques éditeurs de se spécialiser dans un domaine particulier (le livre scientifique, le manuel scolaire, juridique, etc.) et d’en dominer le marché.

82Ainsi, le rôle des auteurs mais surtout des éditeurs-imprimeurs, que ceux-ci soient privés ou publics, apparaît prépondérant dans la production de textes sur les techniques. Par ailleurs, des textes sur les techniques sont édités dès le début de l’imprimerie en Occident et leur nombre va croissant à mesure que les domaines techniques se professionnalisent et que les savoirs s’y rapportant se formalisent. On peut enfin insister sur la difficulté que l’impression d’ouvrages sur les techniques soulève d’un point de vue pratique (et technique) du fait du recours nécessaire à l’illustration et à l’utilisation de chiffres et de signes particuliers qui rendent la mise en page de ces ouvrages plus complexes que celle de simples ouvrages littéraires ou généraux.

  • 101 Popplow M., « Technology and technical knowledge in the debate on the “Great Divergence” », Artefac (...)
  • 102 Davids K., « Bridging concepts », Isis, no 4, 2015, p. 835-839 ; Bray F., « Technological transitio (...)

83On l’aura remarqué, cet ouvrage sur le livre technique est original à plus d’un titre : il propose une étude approfondie d’un type d’écrits jamais analysé en tant que tel, tout en adoptant une approche globale, sur la longue durée. Il contribue ainsi au dynamisme de l’histoire des techniques, soucieuse d’affirmer sa dimension culturelle, comme une histoire des savoirs et des représentations, et de s’inscrire dans les débats de l’histoire globale. Il manifeste l’impact du cultural turn sur l’histoire globale des techniques. À la question de savoir « qui a inventé quoi » et au fait de se demander comment les techniques ont pu générer « l’avance » de telle partie du monde, des historiens préfèrent de plus en plus questionner les multiples enjeux liés aux techniques dans des sociétés données101. À ce titre, notre choix méthodologique, fondé sur une approche thématique intégrée et non pas géographique, rejoint des propositions récentes. Certains historiens expriment clairement la nécessité de penser les concepts pour une histoire globale des techniques à partir de l’histoire culturelle, par exemple via l’analyse comparée de la formalisation des savoirs pratiques et de leurs interactions à partir de cas d’étude variés dans le monde102. L’étude du livre technique répond pleinement à cette ambition, bien éloignée des discours simplificateurs et téléologiques qui ont longtemps sous-tendu l’histoire comparée des techniques. Ce travail collectif contribue ainsi aux analyses critiques de l’histoire globale et à la réflexion sur les outils et les terrains d’enquête dans le champ spécifique des techniques.

Notes

1 Dans Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, tome 2 : Le livre triomphant 1160-1830, Paris, Promodis, 1990, un chapitre est consacré au livre de science mais rien ne concerne le livre technique : Jammes B., « Le livre de science », p. 256-262. Notons que l’auteur inclut les livres d’agriculture et d’agronomie dans la catégorie livre de science. Dans Barnard J. et McKenzie D. F. (dir.), The Cambridge History of the Book in Britain, vol. iv (1557–1695), Cambridge, Cambridge University Press, 2002, certains livres techniques sont analysés sous le titre “Books for daily life : household, husbandry, behavior” (chapitre 24).

2 Zilsel E., « The sociological roots of science », American Journal of Sociology, 47, 1942, p. 544-562 ; id., The Social Origins of Modern Science, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2003. Pour des travaux récents dans cette tradition : Smith P., The Body of the Artisan : Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 2004 ; Roberts L., Schaffer S. et Dear P. (dir.), The Mindful Hand : Inquiry and Invention from the Late Renaissance to Early Industrialization, Amsterdam, Royal Nether-lands Academy of Arts and Sciences, 2007 ; Long P. O., Artisan/Practitioners and the Rise of the New Sciences, 1400-1600, Oregon State University Press, 2011. L’utilisation croissante de « savoirs » plutôt que « sciences » marque cette volonté de rapprochement entre savoirs scientifiques et techniques.

3 Nègre V., « Histoire des techniques de l’art et histoire de l’art », Perspective. La revue de l’INHA, no 1, 2015, p. 29-35. Les historiens d’art ont surtout étudié les livres de perspective. Récemment d’autres techniques (telles les recettes des pigments) ont attiré l’attention des historiens (voir le projet de Sven Dupré, « Technique in the Arts : Concepts, Practices, Expertise »).

4 L’objet du savoir déductif (epistèmè) concerne les choses qui ne peuvent être autrement qu’elles sont. Par contre, l’objet des technè et praxis a trait aux choses qui peuvent être autres qu’elles sont. Pour l’opposition entre production et action, voir Aristote, Éthique à Nicomaque, Paris, Vrin, 1979, 1140a : « Mais puisque production et action sont quelque chose de différent, il faut nécessairement que l’art relève de la production et non de l’action. »

5 Aristote, Éthique à Nicomaque, op. cit., 1097a10-15 ou 1106b5-15. Chez Platon aussi, la relation entre technè et epistèmè est complexe ; il les mêle ou les confond souvent, selon le contexte, et l’epistèmè peut dénoter la composante théorique de technè.

6 Löbl R., TEXNH – Techne, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1997, vol. 1, p. 30.

7 Langevin P., « La pensée et l’action », dans La pensée et l’action, Paris, Les éditeurs français réunis, 1950, p. 336-352, p. 339, rééd. dans Bensaude-Vincent B. (dir.), Paul Langevin, propos d’un physicien engagé. Mettre la science au service de tous, Paris, Vuibert/SFHST, 2007.

8 Livet P., Qu’est-ce qu’une action ?, Paris, Vrin, 2005.

9 Mauss M., Les techniques du corps (1934-1936), dans M. Mauss Sociologie et anthropologie (1950) (rééd. Paris, 1995), p. 371.

10 Sigaut F., « La formule de Mauss », Techniques & Culture, no 40, 2003, p. 153-168.

11 Ibid., p. 162.

12 Belfanti C. M., « Corporations et brevets : les deux faces du progrès technique dans une économie préindustrielle (Italie du Nord, xvie-xviiie siècle) », dans Hilaire-Pérez L. et Garçon A.-F. (dir.), Les chemins de la nouveauté. Innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, CTHS, 2003, p. 59-75.

13 Löbl R., op. cit., p. 189-190.

14 Dolza L., Vérin H., « Figurer la mécanique : l’énigme des théâtres de machines de la Renaissance », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 51-2, avril-juin 2004, p. 7-37.

15 Vermeir K., « Athanasius Kircher’s Magical Instruments », Studies in History and Philosophy of Science Part A, no 38 (2), 2007, p. 363-400.

16 Muzerelle D., Vocabulaire codicologique : répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Paris, CEMI, 1985, voir http://codicologia.irht.cnrs.fr/.

17 Darnton R., « What is the History of Books ? », Daedalus, vol. 111, no 3, 1982, p. 65-83, p. 65.

18 Chartier R., « The Order of books revisited », Modern Intellectual History, no 4, p. 509-519, p. 513.

19 Wittgenstein L., Recherches philosophiques, Éditions Tel Gallimard, 2005.

20 Nègre V., « Oral transmission and the use of models in the teaching of architecture and construction at the turn of the nineteenth century », dans Carvais R., Guillerme A., Nègre V., Sakarovitch J. (dir.), Nuts & Bolts of Construction History. Culture, Technology and Society, Paris, Picard, 2012, p. 555-563 et « Introduction : la “littérature” technique et l’histoire des techniques », dans Nègre V. (dir.), Terre crue terre cuite. Recueil d’écrits sur la construction, Documents pour l’histoire des techniques, no 13, 2004, p. 9-17 (« Les difficultés et les méthodes de la ’ mise en discours’des techniques », p. 10).

21 Polanyi M., The Tacit Dimension, Doubleday & Co, 1966.

22 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « La réduction en art, un phénomène culturel », dans id. (dir.), Réduire en art. De la Renaissance aux Lumières, Paris, MSH, 2008, p. 59-94.

23 Vérin H., « La réduction en art et la science pratique au xvie siècle », dans Salais R., Chatel E., Rivaud-Danset D. (dir.), Institutions et conventions. La réflexivité de l’action économique, Paris, EHESS, 1998, p. 121-144, p. 120, 123, 129.

24 Vérin H., « Réduire en art », dans Garric J.-P., Nègre V., Thomine-Berrada A. (dir.), La construction savante. Les avatars de la littérature technique, Paris, Picard, 2007, p. 23-31, p. 30-31.

25 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « Rédiger et réduire en art : un projet de rationalisation des pratiques », dans id. (dir.), op. cit., p. 22-57, p. 51.

26 Pinch T., Bijker W. (dir.), The social construction of technological systems, Cambridge-Mass., MIT Press, 1989 ; Cohen Y., Pestre D., « Présentation », Annales HSS, 53e année, 4-5, no spécial Histoire des techniques, 1998, p. 721-744 ; Ndiaye P., Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l’État américain, 1900-1970, Paris, Belin, 2001 (« Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour ont noté que le récit de l’innovation, négocié a posteriori, met en ordre ce qui n’était, sur le moment, qu’instabilité, méli-mélo de décisions et incertitudes quant à la nature même du produit final », p. 152).

27 Pour des tentatives d’interprétation des textes sur les instruments scientifiques et les difficultés rencontrées dans ce projet, voir les publications du musée Whipple de l’université de Cambridge : The Body as Instrument, Instruments of Mystery et Instruments of Translation. Dans ce dernier, il est remarqué que « our problems and successes in using instruments to interpret texts and vice versa show the value of dialogue between historians of books and historians of instruments ».

28 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., « Les techniques dans l’espace public. Publicité des inventions et littérature d’usage en France et en Angleterre au xviiie siècle », Revue de Synthèse, 2006, no 2, p. 393-428 ; Bray F., « A gentlemanly occupation : the domestication of farming knowledge », dans Technology, Gender and History in Imperial China. Great Transformation Reconsidered, Routledge, New York, 2013, p. 199-218.

29 Gingerich O., « Astronomical Paper Instruments with moving parts », dans Anderson R., Bennett J., Ryan W. (dir.), Making Instruments Count. Essays on Historical Scientific Instruments Presented to Gerard L’Estrange Turner, Aldershot, Variorum, 1993, p. 63-74.

30 Margocsy D. et Vermeir K., « States of Secrecy », British Journal for the History of Science, no 45 (2), 2012, p. 153-164.

31 Vermeir K., « Openness versus Secrecy ? Some historical and conceptual issues », British Journal for the History of Science, no 45 (2), 2012, p. 165-188.

32 Arnoux M., Monnet P. (dir.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, EFR, 2004 ; Brioist P., Léonard homme de guerre, Paris, Alma, 2013 ; Vérin H., La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Demeulenaere-Douyère C., Sturdy D. J., L’enquête du Régent, 1716-1718. Sciences, techniques et politique dans la France préindustrielle, Turnhout, Brepols, 2008 ; Pinault M., Aux sources de l’Encyclopédie : La Description des Arts et Métiers, thèse de l’EPHE, 1984 ; Pinault-Sørensen M., « La Description des Arts et Métiers et le rôle de Duhamel du Monceau », dans Andrée Corvol (dir.), Duhamel du Monceau. Un Européen du siècle des Lumières, Académie d’Orléans, Orléans, 2001, p. 133-151 ; Guillerme J., Sebestik J., op. cit. ; Garner G., État, économie, territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique, 1740-1820, Paris, EHESS, 2005 ; Hilaire-Pérez L., L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel 2000 ; Bret P., L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, PUR, 2002.

33 Guillerme J., Sebestik J., « Les commencements de la technologie », Thalès, no 12, 1968, p. 1-72 (rééd. Documents pour l’histoire des techniques, no 14, 2007, p. 49-122, p. 84).

34 Sigaut F., « Haudricourt et la technologie », dans Haudricourt A.-G., La technologie, science humaine. Recherche d’histoire et d’ethnologie des techniques, F. Sigaut éd., Paris, MSH, 1987, p. 9-34.

35 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « Rédiger et réduire en art », op. cit., p. 27.

36 Ibid., p. 22. Le dernier livre de Daniel Roche atteste, dans le domaine de la culture équestre, l’ampleur de la littérature centrée sur les arts de faire du xvie siècle et jusqu’en plein xixe siècle, recouvrant une diversité de genres et de thèmes ; Roche D., La Culture équestre de l’Occident xvie-xixe siècle : l’ombre du cheval, t. 3 : Connaissances et passions, Paris, Fayard, 2015. L’ouvrage est emblématique de la convergence nouvelle entre l’histoire du livre, dans le sillage de Roger Charlier et Henri-Jean Martin, et l’histoire de la pensée technique promue par Jacques Guillerme, Jan Sebestik et Hélène Vérin.

37 Lamouroux C. (dir.), dossier « Travail et savoirs techniques dans la Chine prémoderne », Revue de Synthèse, no 131-2 et no 131-3, 2010 ; Jami C., Engelfriet P. M., Blue G. (dir.), Statecraft and intellectual renewal in late Ming China : the cross-cultural synthesis of Xu Guangqi (1562-1633), Leyde, Brill, 2001 ; Bray F., Dorofeeva-Lichtmann V., Métailé G. (dir.), Graphics and Texts in the Production of Technical Knowledge in China. The Warp and the Weft, Leyde, Brill, 2007 ; Schäfer D., The Crafting of the 10,000 Things. Knowledge and Technology in Seventeenth-Century China, Chicago, University of Chicago Press, 2011 ; Schäfer D. (dir.), Cultures of Knowledge : Technology in Chinese History, Leyde, Brill, 2012 ; Bray F., « Chinese literati and the transmission of technological knowledge : the case of agriculture », dans Schäfer D. (dir.), Cultures of knowledge, op. cit., p. 299-327 ; Bray F., « Science, technique, technology : passages between matter and knowledge in imperial chinese agriculture », British Journal for the History of Science, no 41, 2008, p. 319-344 ; Moll-Murata C., Song J., Vogel H. U. (dir), Chinese Handicraft Regulations of the Qing Dynasty : Theory and Application, iudicium Verlag GmbH, 2005.

38 L’auteur s’appuie notamment sur Hill D. R., The Book of Knowledge of Ingenious Mechanical Devices. An Annotated Translation of al-Jazarī’s Treatise, Dordrecht, Reidel, 1974.

39 Abattouy M., « Sinan Ibn Thabit on the theory of simple machines », Al-Mukhatabat, no 13, 2015, p. 57-88 ; du même auteur., The Corpus of Al-Isfizārī in the Sciences of Weights and Mechanical Devices. New Arabic Texts in Theoretical and Practical Mechanics From the Early xiith century. English Translation, Partial Analysis and Historical Context, Londres, Al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 2015 ; Hill D. R., « Arabic mechanical engineering : survey of the historical sources », Arabic Sciences and Philosophy, no 1, 1991, p. 167-186 ; Al-Hassan A. Y., Hill D. R., Islamic Technology. An illustrated History, Cambridge, CUP, 1986-1992.

40 Dolza L., Vérin H., op. cit.

41 Sigaut F., « Défense et illustration de la technographie », dans Guesnerie R. et Hartog F. (dir.), Des sciences et des techniques : un débat, Cahier des Annales, no 45, 1998, p. 289-301.

42 En 1733, l’abbé Jean-Baptiste du Bos s’insurge contre la formalisation excessive des règles de l’art en poésie : « rien n’aide un poete françois à surmonter les difficultez, que son genie, son oreille et sa perseverance. Aucun methode reduite en art ne vient à son secours » ; Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « La réduction en art, un phénomène culturel », op. cit., p. 74.

43 Morvan-Becker F., « L’école gratuite de dessin de Rouen ou la formation des techniciens au xviiie siècle », thèse de doctorat, université Paris 8, 2010.

44 Adam Smith, édité par Patrick Thierry, Essais esthétiques, « On the Nature of that Imitation which takes Place in what are called the Imitative Arts / De la nature de l’imitation dans les arts que l’on appelle imitatifs », Paris, Vrin, 1997, p. 49-83 ; Berg M., « From imitation to invention : creating commodities in the eighteenth century », Economic History Review, no 55-1, 2002, p. 1-30 ; Clifford H., « Concepts of invention, identity and imitation in the London and provincial metal-working trades, 1750-1800 », Journal of Design History, no 12-3, 1999, p. 241-255 ; Hilaire-Pérez L., « Diderot’s views on artists’ and inventors’ rights : invention, imitation and reputation », British Journal for the History of Science, vol. 35, 2002, p. 129-150.

45 Hilaire-Pérez L., La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoirs techniques à Londres au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2013.

46 Nègre V., « L’Art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique entre xviiie et xixe siècles », Habilitation à diriger les recherches, Paris, 2013 ; Ribard D., « Le travail intellectuel : travail et philosophie, xviie-xixe siècles », Annales. Histoire, sciences sociales, no 3, 2010, p. 715-742 ; Belhoste B., « A Parisian craftsman among the savants : the joiner André-Jacob Roubo (1739-1791) and his works », Annals of Science, no 69, 2012, p. 395-411.

47 Baudry J., « Une histoire de la propriété intellectuelle. Les brevets d’invention en France, 1791-1844 : acteurs, catégories, pratiques », thèse de doctorat de l’EHESS, 2014.

48 Rabier C., « Publier le geste chirurgical : la lithotomie en France et en Grande-Bretagne (1720-1820) », dans Ambroise-Rendu A.-C., d’Almeida F., Edelman N. (dir.), Des gestes en histoire : formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique, Paris, Séli Arslan, 2006, p. 29-41 ; Mercier A., « Les débuts de la petite école. Un apprentissage graphique, au Conservatoire, sous l’Empire », Cahiers d’histoire du CNAM, no 4, 1994, p. 27-55. Pour Christian Wolff, en 1728, « La Technologie est donc la science des arts et des œuvres de l’art, ou, si l’on préfère, science des choses que les hommes produisent par le travail des organes du corps, principalement par les mains » (Guillerme J., Sebestik J., op. cit., p. 72).

49 Mertens J., « Technology as a science of the industrial arts : Louis-Sébastien Lenormand (1757-1837) and the popularization of technology », History and Technology, no 18, 2002, p. 203-231 et « The mere handicrafts : Ure’s Dictionary (1839-1853) compared with the Dictionnaire technologique (1822-1835) », dans Bret P., Hilaire-Pérez L., Gouzévitch I. (dir.), Les techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne (xvie-xixe siècle), Documents pour l’histoire des techniques, no 19, 2010, p. 269-277.

50 Garric J.-P., Nègre V., Thomine-Berrada A. (dir.), op. cit. ; Rabier C. (dir.), Fields of Expertise : A Comparative History of Expert. Procedures in Paris and London, 1600 to Present, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2007 ; Bray F., Dorofeeva-Lichtmann V., Métailé G. (dir.), op. cit. ; Schäfer D., op. cit., 2011 ; Schäfer D. (dir.), op. cit., 2012.

51 Dubourg-Glatigny P., Vérin H., « Rédiger et réduire en art », op. cit., p. 22.

52 Mertens J., op. cit., 2002 ; Baudry J., op. cit., 2014 ; Morvan-Becker F., op. cit., 2010 ; Hilaire-Pérez L., « Technology, curiosity and utility in France and in England in the xviiith century », dans Bensaude-Vincent B., Blondel C. (dir.), Science and Spectacle in the European Enlightenment, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 25-42 et « Des entreprises de quincaillerie aux institutions de la technologie : l’itinéraire de Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray (1740-1832) », dans Belhoste J.-F., Benoît S., Chassagne S., Mioche P. (dir.), Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Paris, CHEFF, 2004, p. 547-567 ; Fox C., The Arts of Industry in the Age of Enlightenment, Londres/New Haven, Yale University Press, 2009.

53 Minard P., « Les corporations en France au xviiie siècle : métiers et institutions », dans Kaplan S. L. et Minard P. (dir.), La France, malade du corporatisme ? xviiie-xxe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 39-51.

54 Nègre V., op. cit., 2013 ; Ribard D., op. cit., 2010 ; Belhoste B., op. cit., 2012.

55 Bray F., « A gentlemanly occupation », op. cit., 2013 ; Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., « Les techniques dans la presse d’annonces au xviiie siècle en France et en Angleterre : réseaux d’information et logiques participatives », dans Bret P., Chatzis K., Hilaire-Pérez L. (dir.), Des techniques dans la presse à la presse technique, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 7-38 ; Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006.

56 Perrot J.-C., « Histoire des sciences, histoire concrète de l’abstraction », dans Guesnerie R. et Hartog F. (dir.), op. cit., p. 25-37.

57 Hilaire-Pérez L., « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant : inventions et réseaux au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 49-1, 2002, p. 89-114.

58 P. Jeannin, « Distinction des compétences et niveaux de qualification : les savoirs négociants dans l’Europe moderne », dans Angiolini F., Roche D. (dir.), Cultures et formations négociantes, Paris, EHESS, 1995, p. 363-397, 365-366.

59 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006, p. 407.

60 Lubar S., 1995, « Representation and power », Technology and Culture, no 36-2,1995, p. S54-S81, p. S69 : « The advertising, instructions, and repair manuals that come with the new machines are intended to be convincing documents, and the images in them suggest their technological sophistication and, more important, their technological rationality. »

61 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006, p. 409.

62 Moxon J., Mechanick Exercices or the Doctrine of Handy-Works, Applied to the Arts of Smithing, Joinery, Carpentry, Turning, Bricklayery (1677), Londres, Dan. Midwinther, 1703, préface : « because Hand-Craft signifies Cunning, or Sleight, of Craft of the hand, which cannot be taught by Words, but only gained by Practice and Exercice ».

63 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006, p. 402.

64 Rabier C., « Les circulations techniques médicales, entre Europe et colonies, 1600-1800 : l’apport de la perspective commerciale », dans Gonzalez-Bernaldo P., L. Hilaire-Pérez L. (dir.), Les Savoirs-mondes. Mobilités et circulation des savoirs depuis le Moyen Âge, Rennes, PUR, 2015, p. 229-236.

65 Ribard D., op. cit., p. 735-738.

66 Deblock G., Le Bâtiment des recettes, Paris, Jean Ruelle, 1560, édition critique, Rennes, PUR, 2015 et « “Impressions populaires”. La collection de livrets conservée au MuCEM et la diffusion des savoirs par les livres de colportage (xviie-xixe siècles) », Documents pour l’histoire des techniques, no 16, 2008, p. 101-107.

67 Mau C.-H., « Les progrès de la sériciculture sous les Yuan (xiiie-xive siècles) d’après le Nongsang jiyao 農桑輯要 », Revue de Synthèse, no 131-2, 2010, p. 194-217 et « Marché et nouvelle matière textile : la recherche de vers séricigènes sauvages en Chine et en France », dans Gonzalez-Bernaldo P., Hilaire-Pérez L. (dir.), op. cit., p. 237-252.

68 Hilaire-Pérez L., Thébaud-Sorger M., op. cit., 2006.

69 Bryden D. J., « A 1701 dictionary of mathematical instruments », dans Anderson R. G.W., Bennett J. A., Ryan W.F. (dir.), op. cit., p. 364-379 ; Hilaire-Pérez L., op. cit., 2013.

70 Rabier C., op. cit., 2015.

71 C’est aussi le cas d’exemplaires des rééditions du Bâtiment des recettes, étudié par Geneviève Deblock, portant des marques de possesseurs et des ex-libris manuscrits.

72 Hoock J., Kaiser W., « Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne », dans Buti G., Janin-Thivos M. et Raveux O. (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, p. 71-81.

73 Pomata G., « The medical case narrative : distant reading of an epistemic genre », Litterature and Medecine, vol 32, no 1, 2014, p. 1-23.

74 Le genre, comme l’a montré Hans Robert Jauss est aussi une catégorie de la lecture. Jauss H. R., Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978 (1e éd. Kleine Apologie der Ästhetischen Erfahrung, 1972).

75 Sur cette évolution, voir Grassi M.-Cl., « Autour de la notion de manuel », Romantisme, no 96, 1997, p. 27.

76 Dolza L. et Vérin H., op. cit.

77 Haupt B., Deutschsprachige Chemielehrbucher (1775-1850), Stuttgart, Deutscher Apotheker, 1987 ; Bensaude-Vincent B., Lundgren A. (dir.), Communicative Chemistry. Textbook and their Audiences, 1789-1939, Science History Publications, 2000 et Bensaude-Vincent B., Garcia Belmar A., Ramon Bertomeu Sanchez J., L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de Chimie en France (1789-1852), Paris, éd. des archives contemporaines, 2003.

78 Les travaux sur les livres de secrets sont nombreux. Nous renvoyons à l’un des premiers et des plus généraux : Ferguson J., Bibliographical Notes on Histories of Inventions and Books of Secrets, 2 vol., Londres, Holland Press, 1959 [1e éd. Glasgow, Robert Maclehose and co, 1896-1914] et à l’un des plus récents : Deblock G., Le Bâtiment des recettes, Paris, Jean Ruelle, 1560, édition critique, Rennes, PUR, 2015.

79 Voir l’article programmatique de Mark Clarke, « Codicological indicators of practical medieval artists’ recipes », dans Hermens E. et Townsend J. H. (dir.), Sources and Serendipity. Testimonies of Artists’ Practice. Proceedings of the third symposium of the Art Technological Source Research Working Group, 2009, p. 8-17.

80 D. F. McKenzie décrit cette nouvelle forme de bibliographie dans La Bibliographie et la sociologie des textes, Paris, éd. du Cercle de la librairie, 1991 (1e éd. Bibliography and the Sociology of Texts, Londres, British Library, 1986). Sur la nouveauté de cette approche, voir Chartier R., Au Bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 2009, « Bibliographie et histoire culturelle », p. 305-320.

81 Bélanger J.-B., Traité de la dynamique des systèmes matériels, Paris, Dunod, Gauthier-Villars et Eugène Lacroix, 1866, p. xxx. Cité par Konstantinos Chatzis.

82 Lavoisier A., Traité élémentaire de Chimie, Cuchet, Paris, 1789, p. xxviij. Cité par Bensaude Vincent B. et al., L’Émergence d’une science des manuels…, op. cit., p. 223. On se reportera dans cet ouvrage au Chapitre 14 « Présences de l’histoire », p. 223-241.

83 Sur la littérature de colportage, voir Chartier R., Lectures et lecteurs dans la France de l’Ancien régime, Paris, Seuil, 1987 (chapitre « Les livres bleus », p. 247 et suiv.) Sur les almanachs : Lüsebrink H.-J., Mix Y.-G., Mollier J.-Y. et Sorel P. (dir.), Les Lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècle), Paris, Complexe, 2003.

84 Sur les atlas scientifiques, nous renvoyons par exemple à l’ouvrage de Lorraine Daston et Peter Galison Objectivité, Paris, Presses du réel, 2012 (1e éd. Objectivity, 2007). Pour le développement des « études visuelles des sciences » (visual studies of science), à la croisée de l’histoire des sciences et de l’histoire de l’art, voir Bigg C., « Les études visuelles des sciences : regards croisés sur les images scientifiques », Perspective, no 70, juillet 2012, p. 95-101. La question du « style » des images scientifiques est abordée par Bredekamp H., Schneider B., Dünkel V. (dir.), The Technical Image : A History of Styles in Scientific Imagery, Chicago, University of Chicago Press, 2015.

85 Nous excluons ici les études comme celles d’Eugene S. Ferguson (Engineering and the Mind’s Eye, MIT Press, 1992) ou de Wolfgang Lefèvre (Picturing Machine, 1400-1700, MIT Press, 2004) qui ne portent pas sur les figures reproduites dans les livres, mais sur le dessin technique en général.

86 Pour l’Encyclopédie et les « théâtres de machines » on se reportera aux travaux déjà cités de Madeleine Pinault Sørensen, d’Hélène Vérin et de Luisa Dolza. Pour les livres de charpente : Nègre V., « Comprendre et interpréter les dessins de charpente. Des traités français à Hokusaï », dans Cluzel J. S. (dir.), Hokusai. Le Vieux fou d’architecture, Seuil, 2014, p. 63-73.

87 Par exemple : Sakarovitch J., Épures d’architecture. De la coupe des pierres à la géométrie descriptive xvie-xixe siècles, Basel, Birkäuser, 1999. D’Orgeix E., « De la guerre souterraine : l’illustration technique à l’usage des sapeurs et des mineurs du xviiie siècle », dans Garric J.-P., Nègre V., Thomine A. (dir.), op. cit., p. 161-168.

88 C’est l’approche qui est développée dans le volume édité par Bray F., Dorofeeva-Lichtmann V., Métailié G. (dir.), Graphics and Text…, op. cit. Le recueil est entièrement consacré à l’image technique (Tu) et ses relations avec le texte.

89 Le récent ouvrage The Technical Image, issu du programme de recherche « Das Technische Bild » (initié en l’an 2000 au sein de la Humboldt-Universität de Berlin) ne distingue pas les images scientifiques des images techniques. Le volume examine des images venant du domaine des sciences et use du terme « technique » dans le sens de « non artistique ». Bredekamp H., Schneider B., Dünkel V. (dir.), The Technical Image…, op. cit.

90 Félibien A., Conférences de l’Académie royale de peinture et sculpture pendant l’année 1667, Paris, Leonard, 1668, Préface n. p. Cité par Cousinié F., « Le Nouveau système du monde de Sébastien Le Clerc (1706) ou portrait de l’artiste en philosophe », dans Dubourg-Glatigny P. et Vérin H., op. cit., p. 186.

91 Chartier R., Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1989.

92 Chartier R., « Livres bleus et lecture populaires », dans Martin H.-J. et Chartier R. (dir.), op. cit., vol. 2, p. 498-511.

93 Houston R. A., Literacy in Early Modern Europe. Londres/New York, Longman, 1988.

94 Mollier J.-Y., Michon J. (dir.), Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde, du xviiie siècle à l’an 2000, Saint Nicolas/Paris, L’Harmattan/Presses de l’université Laval, 2002, p. 49.

95 Darnton R., L’Aventure de l’Encyclopédie, Paris, Seuil, 1992.

96 L’édition in folio comprend 71 818 articles et 2 885 gravures, Darnton R., op. cit., p. 31 et 60-63.

97 L’Encyclopédie méthodique n’est pas organisée, comme la première édition de l’Encyclopédie de Diderot, par ordre alphabétique mais par thèmes ou sciences et suit, à l’intérieur de chaque dictionnaire (consacré à une science), une progression logique et non alphabétique, Darnton R., op. cit. p. 449-450.

98 L’imprimerie xylographique débute en Chine au vie siècle dans le cadre de la diffusion des textes sacrés du bouddhisme puis du taoïsme. C’est au xe siècle que l’État chinois Song va se tourner vers l’imprimé, Bray F., Dorofeeva Lichtmannn V., Métailié G. (dir.), op. cit., p. 96.

99 Ibid., p. 97.

100 Mollier J.-Y., Michon J. (dir.), op. cit., p. 53-54. Dans l’introduction, qui est une synthèse de nombreux ouvrages sur l’histoire du livre les deux auteurs citent, au sujet du rôle de l’État dans le développement de l’imprimerie, l’ouvrage de Chartier R., Martin H.-J. (dir.), op. cit.

101 Popplow M., « Technology and technical knowledge in the debate on the “Great Divergence” », Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines no 4, 2016, p. 270-286 ; Edgerton D., « Innovation, technology, or history : what is the historiography of technology about ? », Technology and Culture, no 51, 2, 2010, p. 680-696 ; Bray F., Technology, Gender and History, op. cit.

102 Davids K., « Bridging concepts », Isis, no 4, 2015, p. 835-839 ; Bray F., « Technological transitions », dans Bentley J. H., Subrahmanyam S., Wiesner-Hanks M. E. (dir.), The Cambridge World History, vol. 6, The Construction of a Global World, 1400 – 1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 76-106 ; Schäfer D., Popplow M., « Technology and innovation within expanding webs of exchange », dans Kedar B. Z. et Wiesner-Hanks M. E. (dir.), The Cambridge World History, vol. 5, Expanding Webs of Exchange and Conflict, 500 – 1500, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 309-338 ; Popplow M., op. cit.

Auteurs

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search