Version classiqueVersion mobile

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Cinquième partie. Le synchronisme du son et des images animées : deux mouvements antithétiques

Chapitre XXI. Physiciens à la recherche du synchronisme parfait : l’expérience du phonorama

Texte intégral

1L’ingénieur Genevois Franz Dussaud (1870-1953), docteur ès science, élu député en 1895, s’intéresse de près aux nouvelles machines en vogue en cette fin du xixe siècle. Il est aussi bien attiré par les nouveautés spectaculaires que l’on peut dénicher dans les fêtes foraines, que par les instruments scientifiques, notamment ceux qui ont une relation avec la surdité. En compagnie de Casimir Sivan, concessionnaire du phonographe Edison en Suisse et futur fabricant du microphonographe, Dussaud a introduit le kinétoscope Edison à Lausanne et Genève en mars 1895. En 1896, Dussaud a eu l’idée, pour la guérison des sourds, de combiner le phonographe Edison au microphone à charbon conçu par David Edwin Hughes depuis 1877.

  • 1 Paul Charbon, « Les mémoires d’une mémoire », Diapason, n° 48, juin-juillet 1972, p. 14.

2Dussaud n’a certes pas été le premier à imaginer une telle combinaison. L’Anglais Charles Adams Randall, les 5 et 10 juillet 1888, a déposé dans son pays deux brevets (n° 9762 et 9996). Le premier concerne un appareil reproducteur de son, où celui-ci est « reproduit non par l’intermédiaire d’un cornet acoustique, mais par une plaque vibrante munie d’une embouchure et mise en mouvement par un double bobinage parcouru par le courant d’une pile1 ». Le second donne la description d’un système d’enregistrement électromécanique à gravure latérale : il prévoit l’utilisation d’un microphone pouvant transmettre un courant modulé à un burin graveur. Ce burin est formé par une plaque vibrante, mise en mouvement par un électro-aimant alimenté par le courant modulé émis par le microphone. Toutefois, les brevets Randall, comme le brevet plus ancien d’Edison (1878) qui prévoit l’application d’un électro-aimant au diaphragme reproducteur et au stylet graveur, sont restés, semble-t-il, à l’état de projet.

  • 2 Le docteur Laborde est un proche de Marey. Il était chef du laboratoire de physiologie de la facul (...)
  • 3 Lettre de Laborde adressée au ministre de l’Intérieur, l’informant des expérimentations effectuées (...)

3Le 29 décembre 1896, Dussaud présente son microphonographe à la Sorbonne, au laboratoire de physiologie du professeur Laborde2. Ce dernier décrit ainsi l’appareil : « Un instrument appelé le microphonographe Dussaud (du nom de son premier auteur) créé et construit sous ma direction scientifique dans le but de servir au traitement fonctionnel de la surdité, et surtout de la demi-surdité3 ». Une démonstration de l’appareil est faite devant une assemblée de médecins et de journalistes. « L’amplification des sons parut extraordinaire », écrit l’un d’eux en février 1897 dans La Nature. Cette même revue décrit précisément l’appareil :

  • 4 Georges F. Jaubert, « Le microphonographe Dussaud », La Nature, n° 1256, 6 février 1897.

« L’enregistreur se compose d’un cylindre horizontal mû par un mouvement d’horlogerie. Sur ce cylindre on fixe un rouleau de cire devant lequel se déplace au moyen d’un mécanisme une pièce de la forme et de la grosseur d’une montre, composée essentiellement d’électro-aimants minuscules qui agissent sur une membrane commandant le burin destiné à graver la cire. Pour enregistrer de faibles bruits, on place […] un microphone d’un système particulier qu’on relie au micro-phonographe enregistreur par un courant électrique. […] Par l’intermédiaire du courant, les sons recueillis par le microphone sont fidèlement répétés par la membrane du microphonographe et inscrits dans la cire par le burin4 ».

Le microphonographe. Cinémathèque française, collection des appareils.

  • 5 Dussaud n’est pas le premier non plus à joindre la technique du téléphone à celle du phonographe. (...)

4Le dispositif permet à Dussaud d’enregistrer les pulsations du cœur d’un malade. La restitution des sons se fait au moyen d’un style arrondi et d’une membrane microphonique réglable par vis micrométriques. Le courant (Dussaud utilise des piles au sulfate de mercure) distribue le son à un cornet de type téléphonique5.

  • 6 Émile Yung, « Le Microphonographe Dussaud et ses applications », La Semaine littéraire, 1898, p. 6 (...)
  • 7 Ibid.

5Une autre revue, La Semaine littéraire, consacre un article à la découverte de Dussaud, en 18986. L’auteur, Émile Yung, explique non seulement le principe du microphonographe, mais insiste également sur une prochaine révolution : « Il s’agit de combiner la merveille qui nous occupe avec cette autre merveille, le cinématographe ». Cette application « est encore inédite, sauf erreur, et je ne puis y faire aujourd’hui qu’une allusion discrète, les résultats auxquels sont arrivés ceux qui y travaillent, MM. Dussaud, Berthon, Leydier, etc., n’étant encore entrés dans le domaine public ». En tout cas, écrit Yung, une commande est déjà passée à Dussaud et à François Jaubert (lui aussi docteur ès sciences et ancien polytechnicien) pour travailler sur un projet suggéré par l’ingénieur Eugène Pereire, président de la Compagnie générale transatlantique du Havre. Celui-ci a confié aux deux chercheurs le soin de réaliser pour l’Exposition universelle de 1900, « une reproduction des scènes de la vie maritime auxquelles assistent les voyageurs qui traversent l’océan Atlantique et la Méditerranée sur les paquebots de la Compagnie qu’il dirige ; une reproduction de la vie à bord, dans laquelle on verrait non seulement les faits et gestes des navigateurs et des habitants des ports, mais dans laquelle on entendrait encore les adieux du départ, le bruit de la vapeur, les commandements du capitaine7 ».

  • 8 Brevet n° 268 185, 25 juin 1897, « Système de transmission, d’enregistrement et de répétition à di (...)

6Finalement c’est une équipe à trois qui va être formée : Charles François (ou Franz) Dussaud, Georges François Jaubert et Louis Alfred Berthon, administrateur de la société industrielle des téléphones. Ils commencent alors les essais dans un petit théâtre de Paris, dans le but de résoudre un problème crucial : le synchronisme. Les résultats se concrétisent le 25 juin 1897, lorsque les trois chercheurs prennent soin de déposer un brevet pour leur système microphonique8, concernant uniquement la transmission du son à distance.

  • 9 Brevet n° 268 369, 1er juillet 1897.

7Il s’agit de leurs premiers pas sur la voie du synchronisme. Nous sommes en 1897 et Auguste Baron a déjà déposé un brevet sur ce sujet. Berthon, Dussaud et Jaubert reprendront l’idée exposée par Baron dans son brevet d’avril 1896 – le cinéma sonore, le synchronisme entre le projecteur de film et le phonographe – et déposeront à leur tour un brevet en 1897. Le brevet du trio touche directement au domaine privilégié de Baron, puisque le document décrit, le 1er juillet 1897, « un système combinant le microphonographe avec le cinématographe en vue de la reproduction simultanée des scènes de la vie animées et de la parole, du chant et des sons qui les accompagnent9 ». Toutefois l’originalité de Baron – sur laquelle nous nous attarderons dans le chapitre suivant – n’en est pas réduite, car le système consiste en cette sorte de « play-back » que reprendra un peu plus tard Léon Gaumont.

8En effet, le brevet que les trois hommes déposent en juillet 1897, spécifie : « Nous enregistrons d’abord la parole, le chant, les sons, etc., puis nous faisons répéter la scène animée qui accompagnait les sons, parole, chant, etc., et nous l’enregistrons cinématographiquement. Comme exemple nous donnerons le cas d’un orateur faisant un discours ; nous enregistrons d’abord sa parole sans nous inquiéter de ses gestes, puis le microphonographe répétant le discours, l’orateur s’ingénie en écoutant le microphonographe à répéter les gestes qui accompagnaient originellement chacun des mots qu’il entend à nouveau ». Les spectateurs regardent le film et écoutent les sons grâce à des récepteurs téléphoniques.

9Le 28 octobre 1897, dans un certificat d’addition, Berthon, Dussaud et Jaubert traitent d’un sujet majeur non évoqué dans le premier brevet : le synchronisme entre les appareils cinématographique et phonographique. Cependant leur solution est trop simple et peu satisfaisante : une courroie en cuir entraîne à la fois la poulie de la caméra réversible et la poulie du microphonographe. Un mécanisme de débrayage était prévu pour permettre le démarrage et l’arrêt des deux appareils. Pour la restitution dans la salle, ils prévoient l’utilisation de plusieurs récepteurs (type téléphonique) diffusant le son provenant du phonographe caché. Le modeste synchronisme proposé par Berthon, Dussaud et Jaubert est à cent lieues du moteur électrique imaginé par Baron en 1898 ; leur dispositif de play-back est loin d’être idéal, même si c’est celui-là qui s’imposera au cours des années 1900 et 1910. C’est Baron qui a raison, en voulant créer un véritable circuit électrique de synchronisme et en désirant obtenir une prise de son direct, mais peut-être est-il trop en avance sur son temps…

Le Phonorama de Berthon, Dussaud et Jaubert

  • 10 Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces, op. cit., p. 73.

10Revenons sur les trois personnages en question. Le 11 juin 1898, la Société anonyme Phonorama est créée pour l’exploitation de leur brevet. Une série de représentations ont lieu entre avril et juillet 1899 dans une salle de l’Olympia à Paris : « On y présente bientôt un spectacle qui probablement pour la première fois en séance publique, s’efforce d’associer en synchronisme le son et l’image animée10. » Un article du Cosmos, le 22 janvier 1898, précise en quoi consiste le système adopté dans la salle : « 12 microphonographes disséminés sur la scène et à l’orchestre enregistrent le chant et l’accompagnement. Lors de la restitution de cet enregistrement, les 12 microphonographes tournant synchroniquement envoient dans l’oreille du spectateur, par deux embouchures téléphoniques dissimulées dans le dossier du fauteuil dans lequel il est assis le chant ou les paroles accompagnant les gestes de l’acteur, projeté par le cinématographe. » Le système de diffusion par des auriculaires – qui pourrait sembler archaïque – correspond bien en réalité à la finalisation de ce spectacle qui aurait dû trouver place, plus tard, dans une petite salle aménagée sur les paquebots de la Compagnie transatlantique, afin d’agrémenter le parcours des voyageurs traversant l’océan Atlantique et la Méditerranée. Ne s’agit-il pas du même système adopté aujourd’hui, par exemple, dans les avions ?

  • 11 Bulletin phonographique et cinématographique, revue des inventions pratiques, n° 8, 1er décembre 1 (...)
  • 12 « Les cris de Paris » : nous aimerions percer le mystère autour de ces petits films qui représenta (...)
  • 13 Félix Mesguich, Tours de manivelle. Souvenirs d’un chasseur d’images, Paris, Grasset, 1933, p. 31.

11Plusieurs revues se font l’écho de ce nouveau spectacle audio-visuel et le même texte (publicitaire ?) réapparaît un peu partout quelques mois plus tard (dans L’Électricien du 18 janvier 1899, Le Bulletin phonographique et cinématographique du 1er décembre 1899, La Revue des sciences de novembre 1899, entre autres). Ces premières séances publiques – qui sont des réussites aux dires de la presse – permettront au trio de passer à l’étape à laquelle tout inventeur aspire : présenter leur prouesse à l’Exposition universelle de 1900 à Paris et respecter ainsi la commande initiale, celle passée par la Compagnie générale transatlantique du Havre. Le Phonorama quitte donc l’Olympia pour faire partie de « l’une des grandes attractions de l’Exposition universelle. M. Eugène Pereire, président de la Compagnie, et M. Jaubert, ont eu l’idée de combiner, dans des proportions grandioses, le cinématographe avec le microphonographe Dussaud11 ». Difficile de définir les « proportions grandioses » de ce spectacle, car aujourd’hui il ne nous reste plus que des articles de presse, des souvenirs, des actes de fondation, des brevets ; ni films, ni enregistrements sonores, ni même de programmes ne subsistent pour en établir le répertoire. Nous pouvons cependant en apprendre un peu plus grâce aux souvenirs de Félix Mesguich, qui fut l’opérateur de ces films « parlants » et l’un des principaux pionniers du cinéma. Il écrit : « En attendant l’ouverture de cette dernière [l’Exposition universelle], je filme pour le Phonorama quelques scènes de la vie parisienne et une série de tableautins sur les cris de Paris12. Les bandes sont coloriées à la main dans les ateliers de Mme Chaumont. Les travaux de développement sont assurés par la maison Gaumont dont j’utilise les appareils. Du 15 au 31 octobre 1900, pendant la durée de la grande parade, le Phonorama ainsi approvisionné vit, parle, chante. Il obtient un accueil empressé13. »

  • 14 Voir note 12, chap. 4, Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces, op. cit., p. 499.
  • 15 Ibid., op. cit., p. 92.
  • 16 Emmanuelle Toulet, Le Cinéma à l’Exposition, op. cit., p. 207.

12En réalité, le Phonorama sera largement déficitaire14. Pourquoi cet insuccès ? En raison du synchronisme qui « laisse pour le moins à désirer », d’un phonographe qui « ne laisse échapper de son pavillon qu’un son nasillard et crachotant, au surplus trop faible pour une salle de 200 ou 250 places15 » ? Peut-être, mais cela ne suffit pas pour expliquer cet échec. Certains systèmes comme le Phonocinéma-théâtre, sur lequel nous reviendrons, vont adopter un phonographe connu pour sa puissance, et dans les années suivantes, cet appareil va servir à des auditions ou à l’accompagnement des films dans de grandes salles de spectacle, comme les Grands Magasins Dufayel. Nous pensons plutôt que ces premières tentatives se produisent à une époque où le cinématographe commence à peine à se faire une place dans les activités ludiques du public. Celui-ci accordait une nette préférence aux spectacles forains dont la tradition était bien plus ancienne que celles des images mouvantes et encore moins, parlantes : fantasmagorie, tours de magie, les jeux d’optique, ombres chinoises, etc. Comme le prouve l’étude réalisée par Emmanuelle Toulet, « la réussite du Cinématographe géant Lumière, qui reçut 1 400 000 spectateurs, fut largement dépassée par celle de la Salle des Illusions, grande pièce hexagonale où se réfléchissaient des jeux de lumière, qui fut visitée par 2 772 600 personnes16 ».

  • 17 Ibid.
  • 18 Les recettes sont recensées par l’administration de l’Assistance publique, publiées dans l’Annuair (...)
  • 19 Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces, op. cit., p. 97.

13De surcroît, les « hommes d’affaires » préféraient eux aussi placer leur argent sur les valeurs sûres. Par conséquent, si à l’occasion de l’Exposition le cinéma « avait suscité un nombre considérable de projets, il avait attiré des investissements financiers plus modérés que les attractions traditionnelles. Paradoxalement, le succès s’était plus porté sur les séculaires panoramas que sur la récente attraction…17 ». Le cinéma en général – et donc pas seulement celui « parlant » – a réalisé des recettes bien au-dessous des autres attractions présentées à l’Exposition, comme le Panorama de Madagascar avec 361 398,25 Frs, ou encore le Maréorama (une sorte de panorama animé) avec ses 588 197,75 Frs. Le Cinématographe géant Lumière était projeté gratuitement dans la grande salle des fêtes ; les autres attractions cinématographiques « pures » – c’est-à-dire non mélangées avec d’autres numéros de music-hall, de saynètes comiques ou encore de magie – le Phonorama, le Théâtroscope, les Voyages animés, le Phono-cinéma-théâtre, le Cinématographe algérien, n’atteignent pas les 170 000 Frs18. Trois de ces spectacles sont pourtant « parlants » : le Phonorama, le Théâtroscope et le Phonocinéma-théâtre et c’est ce dernier qui fera les recettes les plus importantes (62 787,50 Frs). Si « l’Exposition est intervenue trop tôt19 » pour la consécration d’un spectacle qui n’était qu’à ses balbutiements, cela est d’autant plus vrai pour ses expérimentations sonores, dont l’aspect spectaculaire reste à inventer. On a presque l’impression que le « sonore » arrive trop tôt sous l’impulsion d’une échéance précise comme celle de l’Exposition de 1900 qui finalement en a épuisé toutes les énergies, notamment financières. De fait, l’éphémère Phonorama n’attire pas les foules. Il survivra juste le temps de l’Exposition et sa disparition sera effective en janvier 1901, deux mois après la clôture de la manifestation : le bilan financier est catastrophique !

Programme du Phono-Cinéma-Théâtre, 1900. Collection privée.

  • 20 Le brevet d’invention est déposé le 1er juillet 1897 sous le numéro 268 369.

14Comment ce faux départ du cinéma parlant aurait-il pu être évité par les scientifiques qui en sont à l’origine ? Nous avons vu qui étaient les inventeurs du phonorama, ce système « combinant le microphonographe avec le cinématographe en vue de la reproduction simultanée des scènes de la vie animée et de la parole, du chant et des sons qui les accompagnent20 ». Un article de La Semaine littéraire relate la rencontre entre le physicien suisse Franz Dussaud et deux autres savants français :

  • 21 Émile Yung, « Le microphonographe Dussaud et ses applications », Chronique scientifique, La Semain (...)

« Sous l’appel que lui adresse M. Léauté, membre de l’Institut de France et directeur de la Société des téléphones à Paris, M. Dussaud se rendit il y quelques mois dans cette ville, où il rencontra son ami, M. G. Jaubert, docteur ès Science, lequel s’était intéressé dès le début à ses travaux, et M. Berthon, administrateur de la Société des téléphones. En collaboration avec ces savants, il étudia la question de l’enregistrement des dépêches téléphoniques […] Une deuxième application qui est, dès le début, présente à l’esprit de M. Dussaud, et qui a déjà fourni d’intéressants résultats, est celle du microphonographe à l’audition des sourds. […] Vous concevez le profit que le médecin pourra tirer d’un pareil instrument pour ausculter les viscères dont le fonctionnement est accompagné de bruits caractéristiques de leur état de santé ou de maladie21. »

  • 22 Présentation à l’Académie de Médecine dans la séance du 25 mai 1897, à la Société de Biologie de P (...)
  • 23 Rapport manuscrit d’Hector Marichelle, « Rapport sur l’application du Microphonographe à l’éducati (...)

15Et qui se réjouissent les premiers de l’arrivée de la nouvelle invention ? Le Dr Laborde, de l’Académie de Médecine, le Dr Gellé, professeur à la Salpêtrière et le professeur Drout, de l’Institution nationale des sourds-muets22. C’est dans les locaux de cet institut, sous la direction de Marichelle, qu’avaient eu lieu pendant l’année 1898 les premières applications de l’appareil Dussaud sur des élèves de l’établissement. D’ailleurs, les conclusions adoptées par Marichelle, à la suite de ces expériences, sont assez négatives : « Sans le secours des procédés actuellement en usage [par la méthode orale], le microphonographe ne peut être d’aucune utilité pour l’enseignement au sourd-muet de la parole articulée23. »

16Nous sommes très loin du spectacle et des foires, malgré les efforts d’autres pionniers comme Auguste Baron. Lui aussi, comme nous allons le voir, s’est préparé pour l’Exposition universelle de 1900.

Notes

1 Paul Charbon, « Les mémoires d’une mémoire », Diapason, n° 48, juin-juillet 1972, p. 14.

2 Le docteur Laborde est un proche de Marey. Il était chef du laboratoire de physiologie de la faculté de médecine et membre d’honneur du Cercle de gymnastique rationnelle de Georges Demenÿ en 1881.

3 Lettre de Laborde adressée au ministre de l’Intérieur, l’informant des expérimentations effectuées à l’aide du microphonographe à l’Institution nationale des Sourds-muets de Paris (Archives INJS).

4 Georges F. Jaubert, « Le microphonographe Dussaud », La Nature, n° 1256, 6 février 1897.

5 Dussaud n’est pas le premier non plus à joindre la technique du téléphone à celle du phonographe. Mercadier, ingénieur français des télégraphes, utilise par exemple, en 1888, pour ses expériences de « téléphonographie », un microphone à charbon placé directement sur la tête de lecture du phonographe. Le but de l’expérience était de faire enregistrer sur cylindre la voix d’une personne située à l’autre bout de la ligne téléphonique. Voir A.M. Villon, Le Phonographe et ses applications, Paris, Bernard Tignol, s.d. (c. 1893), p. 86.

6 Émile Yung, « Le Microphonographe Dussaud et ses applications », La Semaine littéraire, 1898, p. 603-606.

7 Ibid.

8 Brevet n° 268 185, 25 juin 1897, « Système de transmission, d’enregistrement et de répétition à distance de la parole et des sons en général dénommé le télémicrophonographe ».

9 Brevet n° 268 369, 1er juillet 1897.

10 Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces, op. cit., p. 73.

11 Bulletin phonographique et cinématographique, revue des inventions pratiques, n° 8, 1er décembre 1899.

12 « Les cris de Paris » : nous aimerions percer le mystère autour de ces petits films qui représentaient certainement les métiers ambulants à Paris. Ce sujet est non seulement assez développé dans l’iconographie du xviiie siècle, mais il est aussi à l’origine d’une des plus anciennes collections phonographiques sur cylindres de l’Institut de phonétique, fonds conservé aujourd’hui à la BNF, département de l’Audiovisuel.

13 Félix Mesguich, Tours de manivelle. Souvenirs d’un chasseur d’images, Paris, Grasset, 1933, p. 31.

14 Voir note 12, chap. 4, Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces, op. cit., p. 499.

15 Ibid., op. cit., p. 92.

16 Emmanuelle Toulet, Le Cinéma à l’Exposition, op. cit., p. 207.

17 Ibid.

18 Les recettes sont recensées par l’administration de l’Assistance publique, publiées dans l’Annuaire statistique de la ville de Paris : 1900, Paris, Masson, 1902, p. 519.

19 Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces, op. cit., p. 97.

20 Le brevet d’invention est déposé le 1er juillet 1897 sous le numéro 268 369.

21 Émile Yung, « Le microphonographe Dussaud et ses applications », Chronique scientifique, La Semaine littéraire, 1898, p. 603-604.

22 Présentation à l’Académie de Médecine dans la séance du 25 mai 1897, à la Société de Biologie de Paris en 1897 et plusieurs articles dans la presse médicale (Tribune médicale du 27 octobre 1897, du 12 janvier 1898, Bulletin de l’Académie de Médecine de Paris, 1896, p. 872, 1897, p. 682, etc.).

23 Rapport manuscrit d’Hector Marichelle, « Rapport sur l’application du Microphonographe à l’éducation des sourds-muets », présenté à la Conférence des professeurs de l’Institution nationale de Paris [c. janvier 1899], Archives INJS.

Table des illustrations

Légende Le microphonographe. Cinémathèque française, collection des appareils.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Programme du Phono-Cinéma-Théâtre, 1900. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search