Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Cinquième partie. Le synchronisme du son et des images animées : deux mouvements antithétiques

Chapitre XX. Loin du spectacle ? Des sourds-muets qui parlent

Texte intégral

1Au cours de cet ouvrage, nous avons pu constater que les expérimentations physiologiques sur la production et la transmission de la parole ont été sous-jacentes à bon nombre de recherches sur la visualisation des vibrations sonores et à leur reproduction. Incontestablement, la parole – sa production et reproduction comme son écoute – a joué un rôle fondamental dans les recherches sur la transmission à distance, dont le télégraphe, le téléphone, le phonographe et le microphone ne sont que les résultats les plus évidents. Au même titre, le phonautographe de Scott de Martinville, puis le phonographe d’Edison, ont un rapport extrêmement étroit avec la parole. D’autre part, tous les expérimentateurs qui à un moment ou un autre se sont intéressés à cette partie de l’activité humaine, manifestent un lien direct, personnel, presque intime, avec l’acte de la parole. Nous avons mentionné la famille de Graham Bell et ses rapports avec la surdité, les travaux d’Edison lui-même, sourd depuis son enfance, et le rêve de pouvoir « enregistrer et reproduire des phénomènes perçus par l’ouïe » de Charles Cros, rêve imaginaire probablement apparu pendant qu’il était répétiteur entre 1860 et 1863 à l’Institution des sourds-muets de Paris.

  • 1 Jacques Gleyse, L’Instrumentalisation du corps. Une archéologie de la rationalisation instrumental (...)

2La surdité était, au xixe siècle, au centre d’un débat controversé dépassant le cadre strict des recherches scientifiques sur le son. Plus globalement, l’acte de la parole était au cœur des problématiques qui se rapportaient à des questions complexes, en particulier l’introduction d’instruments aptes à rationaliser le corps. Le contrôle du corps, de son mouvement et de sa gestualité, visait à fabriquer et façonner un être parfait. Jacques Gleyse a analysé quatre siècles d’histoire pour définir comment différentes pratiques dans les domaines des sciences et des techniques ont créé et mis en acte un discours qui visait à forger le corps comme un instrument supplémentaire. Il écrit à propos du xixe siècle : « Le corps de l’homme du xixe siècle est devenu rationalisé, non seulement sur des modes intimistes et énergétiques, mais aussi caloriques et carboniques à l’instar de la houille qui se consume dans les machines à vapeur, les locomotives et les hauts-fourneaux1. »

3La « machine animale » de Marey et les gymnastiques énergétiques de Demenÿ ne sont alors que des substrats de cet idéal rationaliste comtien. La « phobie » de l’exploration instrumentale de la machine humaine, par des moyens permettant la visualisation de ses activités et de ses fonctions vitales (les activités cinétiques et l’acte de la phonation), n’est pas sans rapport avec les nouvelles méthodes qui étaient préconisées pour la « rééducation » de la parole.

Enseignement de la lecture sur lèvres à l’Institut national de jeunes sourds-muets.

  • 2 Yves Bernard, Approche de la gestualité, op. cit., p. 853.
  • 3 Didier Séguillon, Une histoire « à corps et à cri », Exposition, Institut national de Jeunes sourd (...)
  • 4 Ibid., op. cit., p. 12.
  • 5 Félix Hément, « Les progrès récents dans l’enseignement des sourds-muets », La Nature, n° 611, 14 (...)

4C’est aussi la thèse soutenue par Yves Bernard dans son étude sur la gestualité à l’Institution nationale des sourds-muets de Paris. Il souligne comment le passage inéluctable de la méthode des signes à la méthode oraliste n’est qu’une tentative de normalisation de l’acte de la parole, s’incrivant dans les pratiques discursives du xixe siècle. C’est à cette époque – écrit Yves Bernard – qu’après « les mises en garde de l’Académie de Médecine, en 1853, lors des dix séances sur le traitement et la pédagogie annexée du docteur Blanchet, la parole devenait de jour en jour le seul axe du progrès ; les historicités relatives à la formation des langues avaient renforcé la notion d’une évolution toujours plus sophistiquée des langues orales ; les tendances pédagogiques ne réservaient plus la gestualité qu’aux élèves suspects de quelque débilité mentale2 ». Dans cette vague de puritanisme où, pour reprendre Michel Foucault, l’ordre du discours coïncide avec le discours de l’ordre, le corps de la personne sourde, qui était par essence même son instrument privilégié de communication, se soumettait progressivement à une organisation stricte. Dans les instituts créés pour les enfants sourds-muets, « l’utilisation du temps et de l’espace est particulièrement pensée3 ». Ici, l’éducation de la parole est présentée comme un élément d’hygiène pour l’écolier sourd-muet, le régime alimentaire est particulièrement surveillé et l’introduction de l’activité sportive est présentée comme un moyen au service de l’éducation morale et l’éducation de la voix. Parallèlement, le corps de l’enfant sourd devient l’objet d’une surveillance médicale quotidienne, assortie, par exemple, de traitements hydrothérapiques prescrits à l’ensemble des élèves. Leur corps devient aussi le terrain d’expérimentations médicales parfois très audacieuses, comme celle du docteur Baudelocque qui « n’hésite pas à trépaner les crânes pour ouvrir un passage du son4 ». La science positiviste vient en aide de ces pauvres « infirmes ». C’est ainsi que les sourds-muets sont définis dans la presse : « La nature, en les créant infirmes, a rendu les sourds-muets dépendants ; c’est à la science de les affranchir. La science devient ainsi l’auxiliaire le plus efficace de la charité5 ».

5Les méthodes d’enseignement de la parole s’orientent vers la méthode dite « orale pure » ou « oraliste », partie du Nouveau Monde (rappelons-nous le « Visible Speech » de Bell dont il était question dans la troisième partie) pour gagner rapidement l’Europe entière. À l’occasion d’un congrès international tenu à Milan, en septembre 1880, la méthode oraliste est imposée dans toutes les écoles françaises d’enfants sourds et désormais la langue des signes sera bannie de l’enseignement (ce n’est qu’en 1976 que l’interdiction de la langue des signes est officiellement levée).

La méthode oraliste

  • 6 G. de Parrel, Précis d’anacousie vocale et de labiologie, Paris, A. Maloine, 1917, p. 1.

6La nouvelle méthode oraliste est définie par le chef de clinique de l’Institution nationale des Sourds-muets de Paris comme « un procédé pédagogique qui a pour but l’éducation ou la rééducation des organes de l’audition et de la phonation chez les sourds congénitaux ou acquis, par l’emploi des sons de la voix humaine, produits et utilisés dans certaines conditions physiques ou physiologiques, ou par l’enseignement méthodique des mouvements qui en accompagnent l’émission6 ».

  • 7 Ibid., op. cit., p. 10.

7Il est alors décidé que les sourds doivent apprendre à parler, mais comment, par quels moyens ? La solution retenue propose que les méthodes instrumentales deviennent un élément essentiel de ce dispositif. En France, « c’est à l’Institution nationale des sourds-muets de Paris que revient l’honneur des expériences méthodiquement poursuivies pour la perfectionner et de son adoption définitive comme moyen principal d’enseignement7 ». Comme on pouvait le lire dans La Nature, « l’enseignement de la parole et par la parole aux sourds-muets est désormais adopté en France ». Parmi les moyens le plus expérimentés, il y avait notamment ceux issus de la méthode graphique de Marey et de l’abbé Rousselot, de la chronophotographie de Demenÿ et Marichelle.

  • 8 Dans le n° 2 du Nouvel art cinématographique (avril 1929, p. 6), Maurice Noverre, écrit : « Le Nou (...)

8Le rôle de ce dernier est emblématique, car, parmi les expérimentateurs qui opèrent isolement autour de l’Institution nationale, Marichelle situe ses recherches dans les pratiques discursives qui font suite à la rationalisation instrumentale du corps. Néanmoins, ses travaux s’articulent avec d’autres pratiques « extérieures » dans le cadre des applications scientifiques, celles qui en dans un laps de temps très court placeront les expérimentations concernant la captation et la synthèse du mouvement sur la voie du cinématographe. C’est donc sous l’impulsion de la méthode oraliste que le phonéticien Hector-Victor Marichelle, celui que Maurice Noverre définit comme l’un des pères du cinématographe et du « cinéma parlant8 », commence ses recherches sur l’utilisation des instruments pour l’éducation ou la rééducation des organes de l’audition et de la phonation chez les sourds.

H. Marichelle, Mouvements des lèvres d’après La Chronophotographie de la parole, 1902.

  • 9 Léon Vaïsse (1807-1884), d’abord répétiteur (1826-1830), puis professeur, devient directeur de l’I (...)

9En octobre 1882, Marichelle était arrivé en tant que professeur à l’Institution nationale des sourds-muets de Paris, six ans avant l’instauration du nouveau programme d’enseignement approuvé par le ministère de l’Intérieur le 13 juillet 1889, qui rendait officielle l’utilisation de la méthode orale pure comme la seule adaptée à l’enseignement pour les enfants sourds. Marichelle expérimente d’abord les flammes manométriques de Kœnig, puis le phonographe pour mesurer les variations acoustiques de la parole (hauteur, intensité, profondeur, timbre) et pour l’analyse et la synthèse de l’impression auditive. Il étudie à cet effet la parole d’après le tracé gravé sur le cylindre du phonographe mais, dès qu’apparaissent les premiers travaux sur la photographie du mouvement (Marey, Hermann, Rousselot), il envisage la fixation sur un support sensible des sons vocaux recueillis par le phonographe. Il va alors renouer les contacts avec le laboratoire de Marey, contacts établis en 1875 par la Société de Linguistique sous la direction de Léon Vaïsse9, un ancien professeur et directeur de l’Institution nationale des sourds-muets. Comme nous l’avons vu précédemment, c’est avec le préparateur de Marey, Demenÿ, que Marichelle entreprend les premières applications concrètes de la chronophotographie à l’étude des mouvements exécutés dans l’articulation des sons. L’Institution suit de très près ces travaux, car elle voit dans cette méthode un nouvel outil pour l’enseignement de la parole aux enfants sourds-muets. Dès septembre 1891, à peine deux mois après la présentation du projet faite par Demenÿ devant l’Académie des sciences, on pouvait lire dans la Revue internationale de l’enseignement des sourds-muets :

  • 10 A. Dubranle, « La Photographie de la parole », Revue internationale de l’enseignement des sourds-m (...)

« Si après avoir obtenu des épreuves successives de l’image d’une personne prononçant une phrase, on les place dans un zootrope et si on imprime un mouvement de rotation à l’appareil, on voit la personne photographiée ouvrir et fermer la bouche, remuer les lèvres, soulever la langue, en un mot parler. Avec un peu d’attention on comprend ce qu’elle dit et le sourd-muet, habitué à lire la parole sur les lèvres, traduit exactement la phrase prononcée par l’image ou plutôt par la succession d’image. Cette espérance, deux professeurs de l’Institution nationale, MM. Marichelle et Jacquenod, l’ont eue les premiers ; les premiers, ils ont entrevu la possibilité d’analyser par la méthode chronophotographique les mouvements des lèvres et de la langue dans l’acte de la parole10. »

Vers la représentation du mouvement des lèvres

  • 11 Revue internationale de l’Enseignement des sourds-muets, t. 12, n° 3 et 4, juin-juillet 1896, p. 1 (...)

10Plusieurs phonéticiens et physiologistes travaillaient parallèlement à cette application de la photographie. Par exemple, le Dr Gutzmann avait fait à la Société de médecine de Berlin une conférence sur la photographie de la parole et son usage pratique. Partant des recherches de Marey, le Dr Gutzmann, à l’aide du « Moment-photographe », avait réussi à reproduire graphiquement différents mouvements du maxillaire inférieur, des lèvres, des joues et du plancher de la bouche. Il avait aussi établi toute une série photographique des types de sons qui, convenablement disposés dans le « Schnellseher », permettaient l’agencement de tous les mots possibles. Ce physiologiste accordait « une grande valeur pratique à l’emploi de ces types caractéristiques des sons pour l’enseignement de la lecture sur les lèvres aux sourds-muets, et dit en avoir obtenu déjà des résultats très satisfaisants11 ».

  • 12 H. Marichelle, La chronophotographie de la parole, op. cit., p. 6.
  • 13 Marichelle et Hermadinquer, « Études des sons de la parole par le phonographe », Comptes rendus de (...)
  • 14 Léon Gaumont sera intéressé par les travaux de Marichelle sur la parole d’après le tracé du phonog (...)

11De même Marichelle, après l’expérience réalisée avec Demenÿ, introduit la chronophotographie dans l’enseignement de la parole pour les élèves de l’Institution nationale. Marey, de son côté, lui apportera un support fondamental en lui donnant « une vingtaine de bandes pelliculaires, renfermant en moyenne 30 images chacune (16 à la seconde)12 ». Il s’agissait de 600 figures représentant la photographie de phrases choisies dans un texte quelconque, réalisées à la Station physiologique, parmi lesquelles le phonéticien sélectionnera les 79 nécessaires pour ses démonstrations. Marichelle présentera ses premiers résultats devant l’Académie des sciences en novembre 1897, dans une communication intitulée Étude des sons de la parole par le phonographe : « Nous avons repris, par la photographie, les expériences entreprises par Hermann, Bœck, Pipping, etc. sur les sillons du phonographe13. » Marichelle fera le bilan de ses recherches dans deux ouvrages : Phonétique expérimentale. La parole d’après le tracé du phonographe (1897), La Chronophotographie de la parole (1902), études qui marqueront une étape importante dans l’histoire des expérimentations sur la visualisation de la parole14.

  • 15 Procès verbal de la séance du 3 juillet 1899, Archives manuscrites de I.N.J.S. de Paris, p. 4, 11.

12Marichelle, comme Marey, voulait démontrer par ses expérimentations que l’impression unique de l’audition n’est que la synthèse d’une suite de sons dont l’image visuelle est différente. Le phonéticien poussera très loin ses expériences sur la synthèse : il voit dans la nouvelle invention du cinématographe un formidable instrument pédagogique pour l’enseignement de la parole. Il entame alors des recherches couplant la voix et l’image, grâce à l’utilisation simultanée du phonographe et du cinématographe. L’Exposition universelle de 1900 représentant l’occasion idéale pour dévoiler ses résultats, Marichelle demande en 1899 à la direction de l’Institution nationale de sourds-muets de Paris le financement de cette opération. Il soumet donc un projet à la Commission du Conseil d’administration de l’Institution, qui répond : « Enfin la commission, après avoir assisté au fonctionnement d’une combinaison de phonographe et de cinématographe permettant de reproduire oralement une leçon d’instruction des sourds-muets par la méthode orale, adopte la proposition qui lui est faite par M le Directeur d’acheter les appareils nécessaires à cette reproduction en vue de l’Exposition universelle de 1900. En conséquence elle émet un avis favorable à l’ouverture d’un crédit extraordinaire de 3000 frs destinés à couvrir cette dépense15. »

  • 16 Gaston Stiegler, L’Écho de Paris, 7 Juin 1895, compte rendu de la visite du président Félix Faure (...)

13Néanmoins, ses recherches réunissant voix et image n’obtiennent pas l’autorisation d’être présentées ; pour quelles raisons Marichelle dut-il rencontrer ce refus de la part de l’administration de l’Exposition universelle ? Pour des raisons « morales », qui interdisaient de montrer les enfants sourds-muets ? Car, comme on pouvait le lire dans l’Écho de Paris du 7 juin 189516, « la vue de ces êtres élémentaires, de ces demi-humains, n’est elle pas plus attristante encore que l’idée de la mort ? ». Les séances ont-elles été empêchées pour des raisons purement administratives qui exigeaient que toute projection cinématographique soit effectuée dans la section 12 (Photographie), où des emplacements avaient été créés à cet effet (l’incendie du Bazar de la Charité est encore dans toutes les mémoires) ? Ou alors, en termes plus déontologiques, les implications liées aux spectacles publiques ne correspondaient-elles pas aux objectifs d’ordre scientifique ?

  • 17 Brevet français n° 259 515, 10 septembre 1896.

14Marichelle ne pourra donc pas projeter à l’aide du cinématographe ses films, qui seront finalement visionnés individuellement par le biais d’un kinora, petit appareil breveté par les frères Lumière17, permettant la vision directe sur papier des épreuves chronophotographiques. Dans le compte rendu de l’Exposition universelle de 1900, présenté par la Revue générale de l’enseignement des sourds-muets, on peut lire le texte suivant :

  • 18 Revue générale de l’enseignement des Sourds-muets, 2e année, n° 5, novembre 1900, p. 127 : « Les I (...)

« Chaque atelier de l’institution est représenté par un élève travaillant à son métier. Le musée scolaire avait envoyé quelques-uns de ses spécimens ; enfin un phonographe avait apporté la parole et la voix de nos élèves, tandis que un Kinora faisait défiler devant nos yeux des scènes qu’un cinématographe devait présenter aux visiteurs. Il est regrettable que le projet, si étudié, de notre collègue M. Marichelle, pour l’installation d’un cinématographe combiné avec le phonographe, n’ait pas été agréé par l’administration de l’Exposition ; il aurait ajouté, nous n’en doutons pas, un très grand attrait pour tous les visiteurs en faisant passer devant eux la vue même des classes et en leur donnant l’illusion des yeux et des oreilles18. »

  • 19 Yves Bernard, op. cit., p. 874.

15Malgré cette expérience avortée, le cinématographe restera l’un des outils pédagogiques de l’Institution nationale des sourds-muets pour l’enseignement général des jeunes élèves : le cinématographe permit d’introduire dans la classe les scènes de la vie journalière, celles de la vie sociale, les notions d’histoire, de géographie, de sciences, et enfin, les techniques de la vie professionnelle. En 1925, Benoît Thollon, pédagogue de l’Institution parisienne, inspecteur de l’enseignement spécial, avait rassemblé 6000 mètres de films en vue d’ouvrir une filmothèque, et en préparait 2000 autres ; il s’appuyait alors sur le plan de son ouvrage publié en 1913, Le Français à l’école19.

  • 20 E. J. Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. III.

16Des physiologistes et des médecins de grande renommée, comme Young, Helmholtz, Duchenne de Boulogne, Marey et bien d’autres, ont recherché dans d’autres domaines les instruments permettant de saisir l’invisible, de pénétrer « l’intime fonction des organes où la vie semble se traduire par une incessante mobilité20 ». Ils ont adopté toutes les méthodes sans a priori, en explorant des voies jamais empruntées auparavant. Dès lors comment ne pas voir dans leur œuvre la matière dans laquelle Demenÿ, Marichelle, Marage et plus tard Franz Dussaud vont puiser les lignes directrices de leurs expérimentations ? Certes, ces dernières vont pousser les recherches au-delà du laboratoire, mais au départ pour l’un comme pour l’autre, il s’agissait de voir l’acte de la parole fixé sur un support, un tracé de noir de fumée ou comme nous l’avons vu, une photographie. À cette fin, ils introduiront dans le laboratoire de nouveaux appareils – le phonographe, la chambre photographique, le chronophotographe et le cinématographe. L’apparition de ces instruments a alimenté – nous l’avons constaté à plusieurs reprises – l’imagination de nombreux expérimentateurs. Leurs travaux constituent la base la plus avancée des recherches sur le son et ont par ailleurs une incidence considérable sur les premiers essais de synchronisme avec l’image animée.

Notes

1 Jacques Gleyse, L’Instrumentalisation du corps. Une archéologie de la rationalisation instrumentale du corps, de l’Âge classique à l’époque hypermoderne, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 247.

2 Yves Bernard, Approche de la gestualité, op. cit., p. 853.

3 Didier Séguillon, Une histoire « à corps et à cri », Exposition, Institut national de Jeunes sourds de Paris, 6 avril-27 mai 1994, p. 10.

4 Ibid., op. cit., p. 12.

5 Félix Hément, « Les progrès récents dans l’enseignement des sourds-muets », La Nature, n° 611, 14 février 1885, p. 167.

6 G. de Parrel, Précis d’anacousie vocale et de labiologie, Paris, A. Maloine, 1917, p. 1.

7 Ibid., op. cit., p. 10.

8 Dans le n° 2 du Nouvel art cinématographique (avril 1929, p. 6), Maurice Noverre, écrit : « Le Nouvel art cinématographique a pour berceau la France, tout comme les inventions du Cinématographe et du Cinéma parlant. L’Institution nationale des sourds-muets de Paris (Professeur Marichelle) et l’École nationale des beaux-arts de Paris (Professeur Cuyer). MM. Cuyer et Marichelle étant des anciens élèves ou collaborateurs de Marey, le Nouvel art Cinématographique dérive de l’enseignement du grand Physiologiste. »

9 Léon Vaïsse (1807-1884), d’abord répétiteur (1826-1830), puis professeur, devient directeur de l’Institution nationale des Sourds-muets en 1866. Il quittera l’Institution en 1872. Pendant ces années « il fit ses efforts pour introduire dans l’école le plus de parole possible et surtout les exercices de lecture sur les lèvres » (A. Houdin, « La parole articulée », Bulletin de la Société centrale, juillet-août 1875, p. 64).

10 A. Dubranle, « La Photographie de la parole », Revue internationale de l’enseignement des sourds-muets, t. 7, n° 6, sept. 1891, p. 160.

11 Revue internationale de l’Enseignement des sourds-muets, t. 12, n° 3 et 4, juin-juillet 1896, p. 115.

12 H. Marichelle, La chronophotographie de la parole, op. cit., p. 6.

13 Marichelle et Hermadinquer, « Études des sons de la parole par le phonographe », Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, séance du 29 novembre 1897, Paris, Gauthier-Villars, 1898.

14 Léon Gaumont sera intéressé par les travaux de Marichelle sur la parole d’après le tracé du phonographe (lettre de L. Gaumont à Marichelle, septembre 1897, M.S. Corcy, J. Malthête, L. Mannoni, J.-J. Meusy, Les premières années de la société L. Gaumont et Cie, Paris, AFRHC/BIFI/Gaumont, 1998, p. 250).

15 Procès verbal de la séance du 3 juillet 1899, Archives manuscrites de I.N.J.S. de Paris, p. 4, 11.

16 Gaston Stiegler, L’Écho de Paris, 7 Juin 1895, compte rendu de la visite du président Félix Faure à l’Institution des sourds-muets de Bordeaux, cité par Christian Cuxac, « Le Congrès de Milan », Le pouvoir des signes, Institut national des Jeunes sourds de Paris, 1989, p. 100-110.

17 Brevet français n° 259 515, 10 septembre 1896.

18 Revue générale de l’enseignement des Sourds-muets, 2e année, n° 5, novembre 1900, p. 127 : « Les Institutions de Sourds-Muets à l’Exposition Universelle de 1900 ».

19 Yves Bernard, op. cit., p. 874.

20 E. J. Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. III.

Table des illustrations

Légende Enseignement de la lecture sur lèvres à l’Institut national de jeunes sourds-muets.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende H. Marichelle, Mouvements des lèvres d’après La Chronophotographie de la parole, 1902.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable