Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Troisième partie. Les voies de la transcription du mouvement (chassé-croisé entre laboratoire scientifique, essor industriel et activités ludiques)

Chapitre XIV. Bref retour au laboratoire d’acoustique : la voie de l’abbé Rousselot

Texte intégral

1En France, à la fin du xixe siècle, l’exploration de l’acte de la phonation, à travers l’utilisation systématique d’un appareillage, trouve son initiateur dans la personne de l’abbé Rousselot. Celui-ci bâtira une nouvelle discipline : la phonétique expérimentale. Il convient probablement de préciser que notre intérêt pour la figure de cet étonnant ecclésiastique est moins motivé par son rôle de fondateur de la phonétique expérimentale, en tant que discipline scientifique, que par son action de pionnier dans l’inscription du mouvement sonore par l’intermédiaire d’un dispositif technique. Rousselot symbolise pour la phonétique ce que Marey représente pour la photographie du mouvement. Mais, au contraire de son confrère, il ne manifeste aucun intérêt pour l’esthétique et les pratiques artistiques, notamment celles qui découleront du « cinématographe ».

  • 1 Abbé Rousselot, La Phonétique expérimentale Paris, Boivin, 1923, p. 6.
  • 2 Ibid., p. 6-7.

2Pierre-Jean Rousselot, est né le 14 octobre 1846 à Saint-Claude, en Charente. À vingt-quatre ans il est ordonné prêtre et devient professeur au petit séminaire de Richemont. Au cours de ces années commence à mûrir son idée : la « phonétique devait prendre pour base, non des textes morts mais l’homme vivant et parlant1 ». En 1879, cette idée constituera le sujet de sa thèse. Cependant, après avoir pérégriné de village en village pour écouter et noter les différences de parlers, une maladie « providentielle » l’immobilise dans la maison familiale de Cellefrouin. Maladie providentielle car elle lui permettra de compléter son initiation : « Je me trouvais dans un centre d’écoute admirable, à cheval entre les parleurs du nord et du midi. […] J’étendis la comparaison à celui [le patois] de mes camarades de Cellefrouin et de leurs parents. En tenant compte des différences d’âges, les variantes qui m’étonnaient se trouvèrent être les mêmes. Ainsi me fut rendu sensible l’effet de la génération dans la transmission du langage, et j’eus la conception d’une phonétique généalogique2. »

  • 3 Ibid., p. 7.
  • 4 Voir supra : « Verba volant, scripta manent : la méthode Marey ».
  • 5 Ferdinand Brunot, « La Phonétique expérimentale », Le Monde illustré, 31 janvier 1925, p. 72.

3Durant les années 1880, l’abbé s’installe à Paris, où il complète sa formation par les cours de l’Institut catholique (la physique par Branly et Becquerel), de la Sorbonne (la linguistique par Gaston Paris), du Collège de France (la philologie indo-européenne par Michel Bréal), de l’École Pratique des Hautes Etudes (la philologie romaine par Jules Gilliéron) et surtout par des cours qui marqueront sa « différence » avec les phonéticiens classiques : ceux de Rudolph Koenig sur l’acoustique (aux Arts et Métiers) et ceux de physiologie de Déjerine, à la Salpêtrière. Ces derniers cours lui seront d’un grand apport pour ses premières expérimentations, car très vite Rousselot prend conscience des limites de la méthode de la notation phonétique, alors professée par les maîtres de la phonétique et de la linguistique historique. Au fur et à mesure qu’il avançait dans ses enquêtes sur les modifications phonétiques du patois, sa frustration était croissante : « Je n’étais pas satisfait, car je ne saisissais pas à mon gré l’objet de mes études3. » La solution pour faire face à l’impuissance de la phonétique historique lui est suggérée par le linguiste Gaston Paris : « Une expérimentation mécanique, me dit Gaston Paris, peut seule donner la sécurité. On a fait des essais dans le laboratoire de Marey. Voyez… » Paris ne se souvient plus du nom du linguiste qui avait participé à ces expérimentations. Il s’agissait d’un physiologiste, le Dr Rosapelly, collaborateur de Marey qui avait réussi à transcrire le mouvement du larynx par la méthode graphique et dont nous avons déjà illustré l’expérience4. Très vite, les premiers contacts entre l’abbé et le physiologiste commencent à s’établir. En 1885, lorsque Rousselot se rend au laboratoire de Marey pour rencontrer le Dr Rosapelly, les recherches sur l’inscription de la parole avaient été abandonnées. « Pour les reprendre – écrit le linguiste Ferdinand Brunot –, il fallait un homme qui devinât comment, en appliquant au langage des appareils nouveaux, on pouvait arriver à déterminer le rôle des divers organes de la parole, qui conçut le plan de ces recherches, qui eût la patience de les conduire à leur fin, qui osât aussi, sans une préparation spéciale antérieure, physiologique, physique et mathématique, entreprendre de constituer une phonétique de précision, en remplaçant par des analyses objectives les données grossières et fallacieuses fournies par les sens de l’homme5. »

  • 6 Robert de Souza, « La Phonétique expérimentale », L’Illustration, n° 4219, 12 janvier 1924, p. 37.
  • 7 Ferdinand Brunot, « Discours d’inauguration des Archives de la parole… », Université de Paris, Ina (...)

4Cet homme aux mille ressources était évidemment Rousselot. Il reprend donc avec Rosapelly l’expérience de 1875 avec les appareils classiques de Marey, mais les premiers essais se révèlent assez médiocres. En fait, le tambour Marey ne pouvait saisir les vibrations les plus rapides ; Rousselot décide alors de le modifier et de construire lui-même un « inscripteur électrique à membrane ». Avec ce nouvel appareil, l’abbé Rousselot pouvait obtenir simultanément six inscriptions séparées, représentant le mouvement du larynx, le mouvement de la respiration, les mouvements des lèvres, les résonances de la bouche, les résonances du nez et la mesure du temps par un diapason de 200 vibrations doubles à la seconde. Il s’agissait avant tout de reproduire isolément chaque mouvement afin de pouvoir analyser leur rôle dans le mouvement global de l’acte de la parole. Ainsi, « réassociés dans une transcription synthétique, ces éléments nous montrent comment chacun de leurs rôles se commande dans le mouvement lié de la parole à travers les divers modes des régions et des races6 ». Le parallélisme avec les recherches de Plateau et encore plus avec celle de Marey paraît évident : dans tous ces cas il s’agit de décomposer le mouvement en une série d’images (voire de tracés), isolées, pour établir leur fonction exacte dans l’acte unique du mouvement ; nous reviendrons sur cet aspect. Les mots utilisés par le linguiste Ferdinand Brunot à propos de l’enregistrement sonore effectué sur le cylindre d’un phonographe peuvent être interchangés avec les mots qui désignent le mouvement visuel : « Observer sur les flancs de l’incision faite dans la cire les vibrations inscrites, en connaître la forme, la direction, la nature et les variétés, [c’est] le moyen de savoir enfin de quels éléments se compose cette parole humaine dont l’oreille perçoit la synthèse7. »

  • 8 Ibid., p. 9.

5Le premier appareil de Rousselot sera réalisé en 1886 et va alimenter son laboratoire personnel, qui ensuite s’enrichira perpétuellement de nouveaux appareils. En 1889, les séances de travail avec Rosapelly deviennent hebdomadaires et ce dernier met à disposition ses appareils : « Nous disposons d’un enregistreur, de deux tambours neufs, d’un vieux au rebut, des explorateurs du larynx et des lèvres, du pneumographe de Marey […]. J’ajoutai à mon inscripteur électrique de la parole, un nouvel explorateur du larynx, plus sensible et plus fidèle, un explorateur de lèvres, un palais artificiel, un spiromètre, et un diapason à curseurs8… »

  • 9 Enrica Galeazzi, « Phonétique/Université/Enseignement des langues à la fin du xxe siècle », Histoi (...)

6Entre-temps, en 1887, Rousselot est chargé du cours d’histoire de la langue française à la Faculté de lettres de l’Institut catholique. C’est là qu’il commence à installer son premier laboratoire. Dès 1889 – lorsqu’on instaure en France pour la première fois les cours de phonétique expérimentale en tant que matière d’enseignement – le laboratoire comptait une large panoplie d’appareils pour l’exploration de l’acte phonatoire. Ces cours s’appuyaient entièrement sur l’application pratique effectuée dans le laboratoire, ce qui relevait d’une démarche assez révolutionnaire pour l’époque et qui se reflète dans sa thèse, Les modifications phonétiques de langage étudiées dans le patois d’une famille de Cellefrouin, la première réalisée à travers la vérification instrumentale. La soutenance n’eut rien de l’orthodoxie du milieu universitaire de cette fin de siècle : « Les membres du jury, quelque peu décontenancés par l’apparat instrumental tout à fait inhabituel, avaient associé au jury un professeur de physique (Pellat) de la Faculté des Sciences de Paris, chose inouïe jusque-là. Cette thèse fit sensation dans le monde entier. Pour la première fois y étaient employés : palais artificiel, cylindre enregistreur, tambours, explorateurs de la langue, des lèvres, de la respiration, du nez, du larynx, inscripteur de la parole, spiromètre9 ! »

  • 10 Voir supra, « Quand la physiologie du mouvement rencontre la phonétique ».
  • 11 Pascal Cordereix, Les Fondements épistémologiques, op. cit., chap. IV et V.
  • 12 E.- J. Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. III.

7Il faut rappeler que lorsque l’abbé Rousselot arrive sur la « scène » des recherches sur la parole, le bouleversement des méthodes et des pratiques en la matière, était déjà en cours depuis plusieurs décennies. Nous avons signalé précédemment10 comment la profonde mutation de la pensée linguistique avait conduit à l’émergence d’une science phonétique11. Essor qui ne peut pas être expliqué sans le mettre en relation avec l’influence que le positivisme a exercé sur la linguistique et les sciences en général. Toutes les expérimentations déjà citées de Wheatstone, Marey, Bell, Koenig témoignent de l’extraordinaire imbrication des sciences physiques et naturelles avec la physiologie, l’acoustique et l’optique. On ne s’étonnera donc pas que la naissante phonétique expérimentale s’inscrit dans ce processus d’interpénétration des pratiques et des méthodes de la recherche scientifique. Le phonéticien comme le physiologiste recherchent dans d’autres domaines les méthodes permettant de saisir l’invisible, de pénétrer – disait Marey – « l’intime fonction des organes où la vie semble se traduire par une incessante mobilité12 ». Cette « incessante mobilité » qu’il faut arriver à fixer sur un support, l’abbé Rousselot la découvre dans la simple transcription phonétique de l’acte de la parole :

  • 13 Pierre-Jean Rousselot, Principes de Phonétique expérimentale, op. cit., Paris, H. Welter, t. 1, p. (...)

« Je dois me hâter de le reconnaître, même formée par tous ces moyens, l’oreille ne peut suffire à nous renseigner sur tout ce qu’il nous importe de savoir. Elle n’entend pas tout. […] L’échelle des sons n’est pas la même pour tous, et nous manquons de la note fixe qui servirait de base à nos appréciations. Ici encore, la recherche des procédés d’expérimentations, qui nous permettent d’atteindre la réalité en dehors de nous, s’impose au phonéticien désireux de dire ce qui est et non ce qu’il sent, de substituer la réalité objective à l’impression personnelle, d’agrandir la puissance visuelle et auditive, et d’étendre le champ de ses études au-delà des limites étroites assignées à nos sens13. »

8Les tracés que Rousselot obtient par l’emploi d’appareils inscripteurs, constituent à son avis les empreintes concrètes, le fait, d’un acte fugitif. La quête de cette « image réelle » – rappelons-nous que c’est dans ce même esprit que Marey travaille à la Station physiologique – le conduira à développer ses expérimentations avec l’apport d’instruments nouveaux et d’anciens perfectionnés. D’autant plus qu’entre 1880 et 1890 les études sur la visualisation de la parole par des méthodes autres que la méthode graphique si chère à Marey, s’étaient multipliées. En effet, de nouvelles recherches s’annoncent et une étape importante est abordée : la visualisation du mouvement de la parole par la photographie. Le laboratoire de l’abbé Rousselot s’enrichit alors de l’appareil de Stuycken, permettant de remplacer le noir de fumée par un rayon lumineux qui va impressionner un film en mouvement dans une chambre noire. Nous verrons dans les chapitres suivants que l’abbé Rousselot est loin d’être le seul à utiliser la nouvelle méthode photographique pour visualiser les vibrations sonores produites par un diapason ou gravées sur un cylindre phonographique. Malgré tout, la nouvelle méthode ne fait pas l’unanimité. La communauté des scientifiques se méfie-t-elle de l’aspect spectaculaire intrinsèque à la photographie ?

Rousselot devant un appareil enregistreur. Collection privée.

  • 14 Ferdinand Brunot, « La Phonétique expérimentale », Le Monde illustré, 31 janvier 1925, p. 72.

9Quoique les travaux de Rousselot commencent à être connus dans différents coins du monde, notamment en Allemagne où l’abbé est reçu par les universités de Berlin, Greifsmald et Königsberg entre 1892 et 1895, ils suscitent toujours la suspicion et le scepticisme d’une bonne partie de ces collègues linguistes. D’après Ferdinand Brunot14, l’idée d’ouvrir un nouveau laboratoire de phonétique expérimentale au Collège de France remonte à 1894, mais finalement c’est trois ans après, grâce à G. Paris et M. Bréal, qu’un modeste laboratoire sera annexé à la Chaire de grammaire comparée du Collège. Dans ce baraquement en planches situé dans l’arrière-cour du Collège, l’abbé Rousselot travaillera à ses expérimentations, jusqu’à sa mort, survenue en 1924. Ses travaux ont eu certainement une importance cruciale aux yeux des chercheurs en quête d’une méthode pouvant traiter certaines troubles comme celles de la parole et de l’ouïe. Comment ne pas voir dans l’œuvre de l’abbé Rousselot la matière (même si elle n’est pas la seule) dans laquelle Demenÿ, Marichelle, Marage et Dussaud vont puiser les lignes directrices de leurs expérimentations ? Pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de voir l’acte de la parole fixé sur un support, un tracé de noir de fumée ou comme nous allons y venir, une photographie.

10Au terme du parcours que nous avons tracé dans cette partie de notre étude, deux nouveaux appareils ont dorénavant leur place dans le laboratoire : le phonographe et la chambre photographique. Un troisième entrera plus tard, le chronophotographe, suivi du cinématographe. L’apparition de ces instruments alimentera durant les vingt dernières années du XIXe l’imagination de nombreux expérimentateurs. Leurs travaux constitueront la base la plus avancée des recherches sur le son et auront par ailleurs une incidence considérable sur les premiers essais de synchronisme avec l’image animée.

Notes

1 Abbé Rousselot, La Phonétique expérimentale Paris, Boivin, 1923, p. 6.

2 Ibid., p. 6-7.

3 Ibid., p. 7.

4 Voir supra : « Verba volant, scripta manent : la méthode Marey ».

5 Ferdinand Brunot, « La Phonétique expérimentale », Le Monde illustré, 31 janvier 1925, p. 72.

6 Robert de Souza, « La Phonétique expérimentale », L’Illustration, n° 4219, 12 janvier 1924, p. 37.

7 Ferdinand Brunot, « Discours d’inauguration des Archives de la parole… », Université de Paris, Inauguration des Archives de la parole : 3 juin 1911, sous la présidence de M. Th. Steel, Paris, Albert Maniez, 1911, p. 15.

8 Ibid., p. 9.

9 Enrica Galeazzi, « Phonétique/Université/Enseignement des langues à la fin du xxe siècle », Histoire Epistémologie Langage, 1995, t. 17, n° 1, p. 105.

10 Voir supra, « Quand la physiologie du mouvement rencontre la phonétique ».

11 Pascal Cordereix, Les Fondements épistémologiques, op. cit., chap. IV et V.

12 E.- J. Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. III.

13 Pierre-Jean Rousselot, Principes de Phonétique expérimentale, op. cit., Paris, H. Welter, t. 1, p. 44-45.

14 Ferdinand Brunot, « La Phonétique expérimentale », Le Monde illustré, 31 janvier 1925, p. 72.

Table des illustrations

Légende Rousselot devant un appareil enregistreur. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540