Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Troisième partie. Les voies de la transcription du mouvement (chassé-croisé entre laboratoire scientifique, essor industriel et activités ludiques)

Chapitre XIII. Fin de parcours ? L’arrivée du phonographe et du gramophone

Texte intégral

1Tous les procédés que nous venons d’évoquer n’ont atteint que deux objectifs, l’inscription (notamment grâce au phonautographe et au télégraphe) et la transmission à distance (par les téléphone, microphone, télégraphe) du son. On avait réussi à obtenir le tracé graphique ou la visualisation de l’onde sonore, en utilisant des méthodes appliquées à toutes les études sur le mouvement ; nous en avons présenté quelques-unes, comme celle optique de Lissajous et Koenig, ou encore celle graphique de Scott, Bell et Marey. Il en restait un autre, sa reproduction. Deux noms sont particulièrement liés à cet aspect du problème, ceux de Charles Cros et de Thomas Edison.

  • 1 Charles Cros, Lettre à l’Académie des sciences du 18 avril 1877, présentée le 3 décembre 1877 (Char (...)

2Charles Cros fut un précurseur génial, victime de son éclectisme. Poète, peintre, musicien, physicien, chimiste, il n’a jamais été reconnu de son vivant comme un scientifique crédible. Ainsi, le pli cacheté déposé le 18 avril 1877 à l’Académie des sciences, ne fut ouvert, à la demande de Cros, qu’en décembre de la même année. Ce pli contenait la description précise de son « Procédé d’enregistrement et reproduction des phénomènes perçus par l’ouïe ». Cros cherchait à « obtenir le tracé du va-et-vient d’une membrane vibrante et à se servir de ce tracé pour reproduire le même va-et-vient avec ses relations intrinsèques de durée et intensité sur la même membrane ou sur une autre, appropriée à rendre les sons et bruits qui résultent de cette série de mouvements. Il s’agit donc de transformer un tracé extrêmement délicat, tel que celui qu’on obtient avec des index légers frôlant des surfaces noircies à la flamme, de transformer, dis-je, ces tracés en relief ou creux résistants, capables de conduire un mobile qui transmettra ces mouvements à la membrane sonore.[…] Dans tous les cas, le tracé en hélice sur cylindre est très préférable, et je m’occupe actuellement d’en trouver la réalisation pratique1 ». Charles Cros avait formulé là une découverte décisive qui permettait, enfin, de passer du rêve à la réalisation pratique : la transformation par la photogravure du tracé sonore en sillons gravés en creux et la lecture de ce sillon par une aiguille métallique, générant la vibration d’une membrane sonore de la même manière qu’au moment de l’enregistrement.

  • 2 The Phonograph and How to Use it, Being a short history of its invention and development…, New York (...)

3Cependant, en dépit de cette idée fondamentale, c’est Thomas Edison qui met en application ce que Charles Cros avait énoncé. Il ne nous revient pas d’entrer dans la polémique classique qui consiste à déterminer si l’inventeur du phonographe est le français Charles Cros, ou bien l’américain Thomas Edison. Il paraît inutile et vain d’établir la priorité de l’idée, puisque, avant Charles Cros, un certain F.-B. Fendy, de Worcester, déposait en 1863 un brevet pour un « Electro Magnetic Phonograph » (les mêmes mots seront utilisés quatorze ans plus tard par Edison). Le projet aurait pu fonctionner parfaitement pour l’enregistrement, mais certainement moins bien pour la reproduction du son. Il restera à l’état d’ébauche, le schéma de cet appareil étant trop compliqué pour être construit2. Cros et Edison sont tous les deux à l’origine de l’enregistrement sonore et leurs recherches ont été conduites parallèlement. L’un a été plutôt inspiré par son propre génie précurseur, l’autre, en revanche, a été guidé par des travaux plus orientés vers des applications industrielles et donc lucratives.

4Le phonographe a été réalisé dans une période essentielle pour l’histoire du son : entre 1877 et 1878. L’année 1877 correspond en fait à la date de publication du premier volume du fameux traité sur le son de Lord Rayleigh, The Theory of Sound, la « Bible » de l’histoire du son et de l’acoustique, dans laquelle les phénomènes sonores sont interprétés de manière complète. Nous allons maintenant rejoindre Thomas Edison et son phonographe. C’est à la fin du xixe siècle que le rêve a finalement pu être réalisé techniquement. Désormais, l’histoire du phonographe entre dans sa phase industrielle.

Thomas Alva Edison : synthèse des expérimentations

  • 3 Gordon Hendricks, The Edison Motion Picture Myth, Berkeley and Los Angeles, University of Californi (...)

5La figure de Thomas Alva Edison (1847-1931) symbolise parfaitement l’esprit des nouveaux « rassembleurs d’idées ». Son nom est étroitement lié aux recherches fondamentales de la fin du xixe siècle sur le son et sur le mouvement des images animées. Cependant, la reconnaissance de son œuvre n’est pas complètement acquise de nos jours, du moins en France. Effectivement, son travail a été toujours entouré de polémiques, qui, depuis 1878, n’ont cessé d’alimenter les débats. Ces controverses donnent naissance à diverses dichotomies, par exemple Edison/Cros, Edison/Marey, Edison/Lumière, et même Edison/Dickson (ce dernier étant l’un des ses pricipaux collaborateurs de West Orange)3.

6Aucun expérimentateur du xixe siècle n’a suscité de si vastes discussions. On reconnaît à Edison, au plus, le mérite d’avoir su « adopter » les idées préexistantes. Certains textes mettent en doute son apport décisif pour la réalisation du phonographe. Quelle est la véritable explication d’une telle méprise ? Y-a-t-il un fondement réel à ces polémiques ? La question se révèle plus complexe et les causes nous semblent plutôt à rechercher dans les raisons « externes » qui ont influencé négativement le débat autour de l’œuvre d’Edison.

7Ses qualités « d’adaptateur d’idées » et ses « défauts » – il est d’extraction modeste, autodidacte, touche-à-tout, il passe du téléphone à l’enregistrement sonore, ainsi qu’aux images animées, et pire encore : il est sourd ! – sont déjà mis en évidence par la presse contemporaine, comme le montre ce texte publié en 1878 par L’Univers illustré :

  • 4 F. B., « M. Edison », L’Univers illustré, 16 nov. 1878, p. 736.

« Thomas Alva Edison est bien l’incarnation la plus curieuse de l’esprit chercheur et pratique qui caractérise le peuple américain. Possédant au plus haut degré ce “génie de l’invention” qui a déjà fait surnommer le siècle où nous vivons le “siècle scientifique”, Edison est en même temps le plus étonnant “adaptateur” qui se soit encore rencontré. Son esprit d’assimilation lui fait immédiatement trouver l’utilisation de tous les principes que ses études et ses recherches lui font découvrir ou simplement rencontrer. Sa merveilleuse création, le Phonographe, n’est autre que l’application ingénieuse du principe de physique bien connu : la formation des sons par les vibrations de l’air. M. Edison est aujourd’hui âgé de trente-deux ans. Son instruction primitive n’a pas dépassé la plus vulgaire moyenne. D’une extraction fort modeste, il a suivi les cours de l’école primaire de son village […]. Un dernier détail : cet homme, qui doit surtout sa renommée – disons le mot, sa gloire – à ses découvertes relatives aux sons et aux appareils d’audition, est presque complètement sourd de naissance4. »

8Thomas Edison a donc tout pour déplaire : il n’est pas assez savant pour la communauté scientifique, il est trop entrepreneur et pas assez cultivé pour les défenseurs de l’art cinématographique. Dans ces conditions, sa reconnaissance européenne et surtout française continuera à faire défaut encore pendant peut-être des décennies. Si son histoire a été écrite maintes fois dans sa langue d’origine, elle n’a pas beaucoup inspiré les historiens français. Le grand public connaît, plus au moins, ses activités sur le phonographe, mais combien savent qu’on lui doit le film 35 mm perforé (étape décisive pour résoudre le problème de la photographie animée), le kinétoscope, l’amélioration du télégraphe, du téléphone, du microphone… ? Il est impossible de récapituler tous les détails de sa vie et de décrire l’ensemble de ses travaux (il a déposé au total 1 093 brevets), mais nous rencontrerons Thomas Edison chaque fois que ses recherches ont un lien direct avec l’enregistrement du son et des images animées.

  • 5 Paul Charbon, La Machine parlante, Éditions Jean-Pierre Gyss, 1981, p. 31.

9Né à Milan, Ohio, en 1847, d’une famille pauvre, Edison commence à travailler, après les études primaires, comme vendeur de journaux, sur la ligne du chemin de fer du réseau de Detroit. Dès 1861, « il construit lui-même une ligne télégraphique entre la maison de son ami et la sienne5 ». Entre 1863 et 1868, il voyage de ville en ville, en acceptant tout travail de télégraphie. En 1869, il s’installe à New York pour commencer véritablement sa carrière « d’inventeur professionnel ». Il crée sa première société de « conseil en électricité et Agence générale télégraphique », en association avec l’ingénieur Franklin L. Pope et James Ashley, éditeur du Telegraphist. Il met au point plusieurs machines télégraphiques, comme le « téléscripteur universel » pour la Bourse. Ensuite, après avoir prêté ses services à la Western Union, il se met entièrement à son propre compte. Il installe ses ateliers en 1870 à Newark dans le New Jersey, et se lance dans la production en série de téléscripteurs et d’autres matériaux télégraphiques.

10Les expérimentations scientifiques d’Edison se multiplieront quelques années plus tard, au moment où il décide d’abandonner le travail industriel, afin de réaliser finalement son rêve : la construction d’un laboratoire de recherches. Il trouve l’endroit idéal pour son invention factory, à quarante kilomètres de New York : Menlo Park, un petit ensemble de maisons en plein milieu des fermes et des champs. Il en achète une pour sa famille et commence la réalisation du laboratoire : un long bâtiment en bois, entouré d’autres constructions comme la menuiserie, l’atelier de mécanique et la bibliothèque. C’est ici qu’Edison réunit sa petite équipe de fidèles collaborateurs d’une compétence très précieuse pour ses recherches : Charles Batchelor, John Kruesi et John Ott, Francis Upton, Ludwig Boehm, plus tard William Kennedy Laurie Dickson et les meilleurs ouvriers avec lesquels il avait déjà travaillé à Newark.

  • 6 Ronald W. Clark, Edison, 1847-1931 l’artisan de l’avenir, Paris, Belin, 1986, p. 88.

11Ce rêve assez « concret » n’était pas pour autant ordinaire pour l’époque, puisque ceux qui construisaient des grands laboratoires de recherches et développement – quelques décennies plus tard cela deviendra une constante pour le développement industriel – passaient en 1876 « pour des révolutionnaires. Ils attiraient les critiques de deux secteurs, parmi d’autres : bon nombre de savants n’avaient que mépris pour l’application de la science à l’industrie ; quant aux hommes d’affaires, ils se méfiaient d’une approche scientifique de l’industrie6 ». Avec sa structure « révolutionnaire », Edison procède à de nouvelles recherches sur un nouveau système de télégraphe. Ses expérimentations dans cette direction se révèlent essentielles : en étudiant les applications du transmetteur téléphonique à plombagine, Edison formule sa première idée sur l’enregistrement sonore. À la fin de l’année 1876, il obtient un brevet pour un répéteur télégraphique, présenté comme « une méthode pour enregistrer les signaux télégraphiques à l’aide d’un stylet pointu qui marquait une feuille de papier enveloppant un cylindre ou appuyée sur une plaque, le long d’un sillon inscrit sur cette surface ».

  • 7 Paul Charbon, La Machine parlante, op. cit., p. 37.

12L’année suivante, il travaille au perfectionnement du téléphone de Graham Bell et dépose un brevet le 3 février 1877 : ce « répéteur » « ressemblait assez à un tourne-disque moderne : sur un plateau avait été gravé un profond sillon en spirale. Un petit récepteur télégraphique, monté sur un bras semblable par son aspect à nos bras de pick-up, était pourvu d’un stylet graveur. En plaçant une feuille de papier fort sur le plateau et en connectant le relais à une ligne télégraphique, on recueillait, emboutie dans le papier, une suite de points et de traits disposés en spirale. Pour “répéter” ces signaux, il suffisait de faire “lire” ces signaux sur un deuxième plateau, par un relais rendu émetteur7 ». Cet appareil fera, par la suite, l’objet de plusieurs mises au point : le disque de papier sera remplacé par une bande de papier perforée entraînée par des ergots latéraux d’un cylindre ; ensuite différentes sortes de papier-support seront expérimentées. Voici esquissée la structure de base pour la réalisation d’un enregistrement sonore : le cylindre à tracé hélicoïdal, un support, un graveur. À ce stade de sa recherche, Edison n’a guère d’autre ambition que de fabriquer un répéteur télégraphique. Ce serait en travaillant sur ces améliorations que l’idée de l’enregistrement sonore commence à prendre véritablement forme dans l’esprit d’Edison :

  • 8 Ronald W. Clark, Edison…, op. cit., p. 97.

« J’avais la tête remplie de la théorie des vibrations sonores et de leur transmission à l’aide de diaphragmes. Une idée me vint. Si la marque faite sur le papier permettait de reproduire le cliquetis du morse, pourquoi ne pourrait-on pas, d’une façon analogue, enregistrer et reproduire les vibrations d’un diaphragme ? J’installais rapidement un appareil, je fis passer une bande de papier et, en même temps, je criai “Allo !”. Puis je fis repasser la bande ; Batchelor et moi retenions notre respiration lorsque nous entendîmes un bruit qui, avec beaucoup d’imagination, pouvait correspondre à mon “Allo !”. Cela m’encouragea à poursuivre8… »

13L’idée de l’enregistrement du son en tant que dispositif indépendant du téléphone commence donc à émerger, lorsque dans son carnet de laboratoire Edison reporte sur un feuillet daté du 18 juin 1877 le croquis d’un appareil formé par deux rouleaux sur lesquels se déroule une bande de papier paraffiné. Un microphone « Bell » est placé au-dessus du premier rouleau et le stylet est fixé sur le diaphragme de cet enregistreur. De façon identique est constitué le lecteur installé au-dessus du deuxième rouleau. Ce croquis est accompagné de l’annotation suivante :

  • 9 Ibid., p. 98.

« X est une membrane de caoutchouc, raccordée au diaphragme central ; comme elle se trouve entre les deux lèvres ou au niveau de celles-ci au moment où elles se séparent, cette membrane se met à vibrer et transmet cette vibration du diaphragme central qui la communique à son tour au diaphragme externe ; ainsi, les consonnes sifflantes se trouvent renforcées et agissent sur le diaphragme – nous venons tout juste d’en faire l’essai. […] Je viens d’essayer un diaphragme muni d’une pointe qui appuie sur un papier paraffiné se déroulant rapidement. Les vibrations de la parole s’inscrivent correctement : je ne doute pas que, bientôt, j’arriverai à enregistrer et à produire la voix humaine automatiquement et de façon parfaite9. »

  • 10 E.-H. Johnson, « A wonderful invention, Speech capable of indefinite repetition from automatic reco (...)

14Entre le mois de juin et le mois de novembre nous n’avons aucune trace de l’amélioration éventuelle de ce projet. En outre, Edison, pendant ce même été 1877, travaille à la lampe à incandescence. Mais en novembre, une série d’événements accélère les recherches sur la « machine parlante » : le 3 novembre le Scientific American publie un article relatant les travaux d’inscription graphique de la parole par Marey et Rosapelly. L’article mentionne aussi le fait que dans un avenir assez proche, il serait possible de transmettre les mouvements des lèvres à distance par le biais de l’électricité. Quatorze jours après cette publication, E.-H. Johnson, membre de l’équipe d’Edison, signe un article dans le même journal, pour signaler qu’à Menlo Park on travaille aussi sur une « idée neuve et hardie d’enregistrer la voix humaine sur une bande de papier, grâce à laquelle il sera possible ensuite de la reproduire automatiquement avec toutes les caractéristiques de la voix du locuteur initial10 ». La nouvelle a été reprise en Angleterre par la revue Nature du 29 novembre : « Edison poursuit des recherches afin d’enregistrer par téléphone les sons qu’il transmet […] cette innovation permettra d’enregistrer un discours à distance, mot par mot, sans le recours à la sténographie. »

15Le 29 novembre 1877, Thomas A. Edison dessine sur son carnet de laboratoire un autre appareil. Ce « Phonograph » n’est plus formé que d’un cylindre métallique horizontal, monté sur un axe fileté. Par le biais d’une manivelle, le cylindre est entraîné selon un mouvement hélicoïdal et l’enregistrement s’effectue sur une feuille d’étain enroulée sur l’axe cylindrique. Le même jour, il confie ce schéma à son collaborateur John Kruesi. L’équipe de l’atelier de mécanique construit « matériellement » un premier prototype entre le 4 décembre et le 6 décembre 1877, date à laquelle l’équipe procède aux premiers essais.

  • 11 « The Talking phonograph », Scientific American Magazine, 22 décembre 1877, p. 384-385. Traduit en (...)

16Un journaliste du Scientific American du 22 décembre rapporte la visite qu’Edison a faite au bureau de la revue le 7 décembre : « M. Thomas A. Edison est venu dernièrement dans mon bureau, il a placé une petite machine sur notre table, a tourné la manivelle, et la machine nous a demandé des nouvelles de notre santé, si nous aimions le phonographe […] et nous a souhaité cordialement une bonne nuit11… ». Le brevet théorique, intitulé « Controlling by sound the transmission of electric current and reproduction sounds at a distance », est déposé aux États-Unis le 24 décembre 1877 et accordé sous le numéro 200 521 le 19 février 1878. Peu de temps après, le 15 janvier 1878, ce brevet est complété par un certificat d’addition où est reportée la description exacte de l’appareil et ou apparaît le terme de phonograph.

17En France, c’est le 11 mars 1878 que le phonographe est présenté à l’Académie des sciences par Théodore du Moncel (membre de l’Institut). Le journal L’Illustration rapporte cette mémorable séance :

Phonographe Edison. D’après L’Illustration, 11 mars 1878.

  • 12 « Le phonographe d’Edisson » (sic !), L’Illustration, n° 1839, 23 mars 1878, p. 196.

« L’Académie a entendu sortir du fond du cornet la reproduction de toutes les paroles sorties de la bouche de l’opérateur lors de la première opération représentée dans notre premier dessin. Mais le volume de la voix d’écho est beaucoup moindre que celui de la voix primaire. Le son est nasillard et visiblement transformé. De plus, l’opérateur reste toujours en présence de son instrument. Il n’ouvre jamais la bouche pendant la production de la voix d’écho. Ces circonstances ont fait naître des doutes dans l’esprit de plusieurs physiciens. Dans les premiers moments l’opérateur a été accusé d’être un habile ventriloque. Il n’est plus dorénavant possible d’émettre le plus léger doute sur la réalité de ces étonnants phénomènes12 ».

  • 13 The Phonograph and How to Use it, op. cit., p. 1.
  • 14 Daniel Marty, Histoire illustrée du phonographe, Lausanne, Edita Lazarus, 1979, p. 18.

18Après avoir créé la Edison Speaking Phonograph Company en janvier 1878, dès la fin du mois de mars 187813le phonographe d’Edison est mis en vente et six cents appareils sont construits cette même année14. L’enregistrement le plus ancien est évidemment celui que fit Edison avec cet appareil. Il lui confia une comptine qui avait bercé son enfance :

Mary had a little lamb,
It’s fleece was white as snow ;
And everywhere that Mary went,
The lamb was sure to go.

19Plusieurs années passeront avant qu’Edison ne perfectionne cette structure élémentaire du phonographe. Comme il l’affirme lui-même dans l’Univers Illustré du 24 août 1889 : « Il est très aisé d’inventer des choses étonnantes, mais la difficulté consiste à les perfectionner assez pour leur donner une valeur commerciale. Ce sont celles-là dont je m’occupe. »

  • 15 Plusieurs types des phonographes sont proposés : The Edison Concert, The Edison Sprig Motor, The Ed (...)
  • 16 Une rampe constituée de dix auriculaires permettait l’audition dans les lieux publics (cafés, parcs (...)
  • 17 Giusy Pisano-Basile, « Le phonographe class M et le Fonds Gustave Eiffel », Les Trésors de la BNF, (...)
  • 18 Ces cylindres, conservés au département de l’Audiovisuel de la BnF (dépôt Musée d’Orsay), sont parm (...)
  • 19 Charles Pathé, De Pathé frères à Pathé Cinéma, Lyon, Premier Plan, Serdoc, 1970, p. 18.

20À partir de 1887, les nouveaux laboratoires Edison installés à West Orange, dans le New Jersey, intensifient les recherches sur le phonographe. Le nouveau phonographe perfectionné sortira à la fin de cette même année, sa structure ressemble maintenant à celle des appareils scientifiques les plus précis. Plusieurs modèles de phonographes Edison sont réalisés et diffusés dans le monde entier15, comme le fameux Phonograph Class M ayant la particularité de permettre une écoute collective16. En Europe et particulièrement en France, sa diffusion commerciale n’est pas assurée avant 1890, mais le public français peut l’admirer lors de l’Exposition Universelle de 1889. À cette occasion, Thomas Edison rencontre Gustave Eiffel17. L’inventeur lui offre un exemplaire de son appareil dûment approvisionné en cylindres vierges, avec lesquels Eiffel enregistre la voix des membres de sa famille et ses amis (Ernest Renan, Jules Janssen, Eleuthere Mascart, René Vallery-Radot18). Le modèle de ce phonographe donnera à un jeune homme entreprenant, nommé Charles Pathé, l’idée de l’exploiter à la foire de Vincennes en 1894 : « Le phonographe Edison qui excitait alors la curiosité universelle, était loin de ressembler à nos instruments à pavillon.[…]. Je fus émerveillé comme tout le monde. Coup sur coup, j’y allais de tout le répertoire. Il consistait en une dizaine de cylindres ; il y avait comme de juste, l’air du toréador de Carmen, l’ouverture de Guillaume Tell, une tyrolienne, que sais-je encore. Mon parti fut pris. Instantanément, je décidais de faire l’impossible pour me procurer un phonographe et l’exploiter à mon tour19 ».

  • 20 Entre 1881 et 1885, les deux chercheurs américains de Volta Laboratory, Chichester A. Bell et Charl (...)
  • 21 En France, Henri Lioret dépose un brevet pour la réalisation de cylindres incassables en 1893.
  • 22 Roland Gelatt, The Fabulous Phonograph, London, Cassel, 1956.

21La machine parlante d’Edison commence une carrière qui la mènera jusqu’à la Première Guerre mondiale. Elle fera l’objet de nombreuses d’améliorations, comme le remplacement de la feuille d’étain par un cylindre de carton recouvert de cire, imaginé par Tainter et Bell en 1885 (le graphophone20) ou encore l’utilisation d’un moteur électrique pour assurer une rotation du cylindre enregistreur plus constante. En 1896, les cylindres commercialisés sont en cire tendre blanche ou de couleur jaune ou marron. En 1912, Edison propose à la vente des cylindres en celluloïd21 : les « Edison Blue Amberol Record ». La couleur varie du bleu clair au bleu foncé, au rouge, au noir. La taille reste standard (mise à part le grand format comme le Stentor ou le Concert) et l’on passe d’une minute et demie d’enregistrement à deux minutes. Edison propose en 1904 des cylindres en cire à quatre minutes. Grâce à cette durée, le cylindre est prêt à recevoir un discours, un air d’opéra, une chanson, un solo d’instrument22et dès la fin du xixe siècle, d’autres fabricants comme Lioret et Pathé commencent à proposer leurs appareils.

L’apparition du gramophone

22Parallèlement au développement du phonographe à cylindres, un Allemand, Emil Berliner, s’intéresse également à l’enregistrement et à la reproduction des sons.

  • 23 Brevet américain de Berliner, 4 mai 1887. Cité par Paul Charbon, La Machine parlante, op. cit., p. (...)

23Il étudie les différents procédés d’enregistrement sur cylindre et il en relève les défauts : dans le premier procédé, celui d’Edison, « on cherche à forcer un style adapté à un diaphragme vibratoire, à faire une empreinte sur une feuille d’étain en mouvement […]. Cette tentative, forcément, est plus ou moins efficace […], c’est un fait que la résistance de toute matière à l’empreinte augmente plus que la profondeur de l’empreinte ; de façon qu’une vibration de plus grande amplitude de style se produise avec une résistance disproportionnellement plus grande qu’une vibration d’amplitude plus petite23 ».

  • 24 Ibid., p. 87.

24Même diagnostic pour le second procédé, celui de Tainter et Bell à gravure sur cire : « Les causes de dérangement plus haut signalées existent encore24. » Résultat, la restitution des sons n’était pas souvent fidèle. En outre, le cylindre utilisé par les phonographes s’use trop vite et ne permet pas une duplication souple ; sa durée d’enregistrement se limite à deux minutes au maximum.

  • 25 Ibid., p. 87.
  • 26 Ibid., p. 87.

25Emil Berliner eu alors l’idée de remplacer ce support et de revenir à l’enregistrement à plat imaginé précédemment par Léon Scott de Martinville. Il pensait pouvoir éliminer les inconvénients des précédents appareils en modifiant la position et le mouvement du stylet pour réaliser un enregistrement sur spirale plane. Il écrit dans le préambule de son brevet d’invention : « Au lieu de faire mouvoir le style enregistreur à angle droit et contre la surface enregistrante, je le fais mouvoir sous l’influence des ondes sonores, parallèlement à la surface enregistrante et simplement en contact avec elle ; celle-ci est couverte d’une couche de matière quelconque qui offre une résistance minima à l’action d’un style agissant pour se déplacer […] de la même manière que dans l’appareil bien connu sous le nom de phonautographe de Léon Scott25. » Il reprend aussi le système d’inscription de la méthode graphique inauguré par Scott et utilisé plus généralement pour la gravure dite latérale. Un disque en verre enduit d’une couche d’huile de lin mélangée de noir de fumée constitue le support le plus adapté à cette opération. Pour la reproduction du son, Berliner effectue ses premiers essais avec un disque de zinc enduit de cire. Une fois le disque gravé, il obtient sa première photogravure en faisant tremper le disque en zinc dans l’acide chromique qui attaque le zinc mis à nu par la gravure : « Je copie alors cet enregistrement dans une matière solide résistante, en métal préférablement, soit par des procédés de gravure purement mécaniques, soit par un dépôt chimique, soit par la photogravure. Je préfère employer ce dernier procédé, qui me permet de produire la copie la plus exacte de l’enregistrement original dans du cuivre, nickel, ou tout autre métal, sans affecter en aucune façon l’enregistrement original26. »

26Le 7 novembre 1887, Emil Berliner dépose son brevet d’enregistrement latéral du son sur disque plat. Son appareil, qu’il baptise Grammophon, est d’abord exploité comme jouet assorti de petits disques de 12,5 cm de diamètre, avant d’être perfectionné à partir de 1890.

27Progressivement, le dispositif pour la duplication des disques est amélioré. Berliner conçoit un système qui permet la duplication industrielle des disques par galvanoplastie, et en demande le brevet le 18 mai 1893 (n° 548 623). Véritable anticipation des procédés d’aujourd’hui, ce procédé permet de fabriquer par dépôt électrolytique, à partir du disque original en zinc, une empreinte en cuivre, c’est-à-dire une matrice. Celle-ci servira de moule pour presser les disques en ébonite ou parfois en celluloïd.

Appareil Berliner, brevet du 30 mars 1892. Cinémathèque française, Collection des appareils.

  • 27 Daniel Marty, Histoire illustrée du phonographe, op. cit., p. 74.
  • 28 Pierre Gilotaux, L’Industrie du disque, Paris, PUF, 1962, p. 18.

28Comme pour les cylindres, le répertoire des disques dans ces premières années reste assez limité : quelques comptines (Old Mother Hubbard ; Twinkle ; Little Star ; Sing a Song of Six Pence ; Who killed Cock Robin, etc.) et des enregistrements instrumentaux (instruments à vent, piano, banjo, etc.). Ces disques ont un diamètre de 17 cm, une durée de 2 minutes et sont lus à une vitesse d’environ 70 tours par minute27. À partir de 1895, le catalogue de Berliner, riche déjà de centaines de disques, s’est considérablement diversifié. Fort de la suprématie de ses inventions, l’inventeur se lance dans la commercialisation de ses disques à grande échelle. Après avoir fondé l’United States Gramophone Company à Washington en 1893, il implante deux ans plus tard plusieurs filiales aux États-Unis, à New York et à Philadelphie. En 1898, Berliner quitte les États-Unis pour l’Europe et crée en Allemagne, à Hanovre, la Deutsche Grammophon Gesellschaft, première usine de pressage du monde. Le marché phonographique se développe rapidement et plusieurs sociétés voient le jour : la compagnie Columbia Phonograph en 1888 ; la société Pathé frères en 1896 ; la compagnie française du Gramophone en 1898 ; Zonophone en 1899 ; la Victor Talking Machine Company en 1901 ; Odéon en 1904 ; Fonotipia en 190428

  • 29 Centre d’Information et de documentation du disque et des publications sonores et audiovisuelles, A (...)

29En 1910, l’industrie du disque a atteint un degré important d’expansion et toutes les sociétés tentent d’élargir leur réseau en constituant des filiales dans le monde entier29. La société Pathé frères, par exemple, qui occupait déjà une position dominante sur le marché français, possède également des représentants en Europe et aux États-Unis. Les grandes firmes se partagent le marché phonographique (Pathé, Columbia, Odéon, Gramophone, Parlophone, etc.), tout en laissant de la place à une myriade de petites marques (APGA, Aspir, Dutreih, etc.).

  • 30 Pierre Gilotaux, L’Industrie du disque, op. cit., 1962, p. 18.

30Après la période héroïque, de nombreuses améliorations seront apportées : le disque en zinc, par exemple, employé lors de la phase de gravure, sera remplacé par un support en cire. Par ailleurs, le matériau utilisé pour la fabrication du disque évolue rapidement, passant de la vulcanite à l’ébonite, puis à la gomme laque, tandis que les dimensions passent de 17 à 25 cm, voire 30 et 35 cm, avec des durées de 3 à 4 minutes. L’étiquette placée au centre du disque sera aussi diversifiée selon le répertoire enregistré : par exemple entre 1901 et 1903, la firme Zonophone propose, sous des étiquettes bleues avec lettres argentées, des enregistrements prestigieux (Rose Caron, Sarah Bernhardt, Coquelin aîné, Enrico Caruso), alors que la série populaire est identifiée par une étiquette verte avec des lettres argentées, tandis que la série intermédiaire est dotée d’étiquettes oranges avec des lettres argentées. La structure mécanique de l’appareil atteint un degré de perfectionnement suffisant, même si la configuration technique ne marque dans l’ensemble aucune évolution notable pendant les trente premières années d’exploitation du système. Si le disque est produit de plus en plus massivement, la production des cylindres persiste jusqu’à la fin des années 1920 chez Edison pour répondre sans doute à la demande d’un public qui s’était équipé en appareils relevant de cette formule. « La période 1900 à 1910 est marquée en Amérique et en Europe par une grande diffusion de la musique enregistrée soit sous forme de disques, par Victor Records et Gramophone, soit sous forme de cylindres par Edison et Pathé, soit à la fois de disques et de cylindres, par Columbia30. »

Phonographe et Gramophone : pour quelles applications ?

  • 31 Th. du Moncel, Le Téléphone le microphone et le phonographe, Paris, Hachette, 1878, p. 312.

31Lorsque Edison répondit aux journalistes du North American Review de juin 1878 qui lui posèrent cette question, il était encore loin d’imaginer l’évolution que prendrait sa machine dans les années suivantes. Il la destinait à ce que l’on appelle aujourd’hui la « bureautique ». Les applications ludiques n’étaient présentées que comme une des éventualités. Il soutient dans cet article que, mis à part la fonction évidente de pouvoir étudier la parole par sa transcription, « on peut citer parmi les plus importantes applications du phonographe son application à l’écriture des lettres, à l’éducation, à la lecture, à la musique, aux enregistrements de famille, aux compositions électrotypiques pour les boîtes à musique, les joujoux, les horloges, les appareils avertisseurs ou les appareils à signaux, la sténographie des discours, etc31. » En fait, comme pour le microphone, l’idée d’utiliser le phonographe pour les loisirs a mis du temps à entrer dans l’esprit des industriels et inventeurs. Aux États-Unis, par exemple, l’exploitation du phonographe fut d’abord le fait des mêmes milieux financiers que ceux du téléphone, puisqu’il a été conçu et perfectionné par les mêmes personnes qui avaient auparavant déposé des brevets concernant le téléphone.

  • 32 Id., Le Microphone le Radiophone et le Phonographe, Paris, Hachette, 1882, p. 246.

32Edison lui-même délaisse son invention pendant dix ans pour se consacrer avec son équipe aux perfectionnements de générateurs et à l’élaboration de la lampe à incandescence, dont la promotion commerciale avait été entreprise bien avant sa mise au point. En ce qui concerne le phonographe, les choses se présentent de manière inverse : le produit existe et ne fait l’objet d’une promotion qu’auprès des Académies scientifiques. Il porte encore l’empreinte industrielle du téléphone et celle, scientifique, du phonautographe de Scott de Martinville, comme l’atteste un ouvrage de 1882 : « Cet instrument [le phonographe], quelque important et curieux qu’il soit au point de vue scientifique et de la curiosité, est resté dans le domaine des appareils de physique32… » Seule l’apparition de brevets concurrents (Berliner, Bell, Tainter, etc.) encourage Edison à perfectionner considérablement son invention à partir de 1887. Lui-même évoque le long parcours du phonographe depuis l’article de 1878 précédemment cité : « Il y dix ans dans mon article intitulé Le phonographe et son futur j’avais schématisé les solutions à donner pour résoudre certains problèmes techniques liés à la structure primitive de l’appareil et j’ai aussi présenté ses utilisations. Depuis, d’autres facteurs importants ont occupé mon attention, mais ce futur auquel je faisais allusion est maintenant arrivé et les prédictions que j’avais formulées à l’époque se sont réalisées. » En fait, dix ans après le fameux article, la North American Phonograph Company commençait la fabrication du phonographe et sa large diffusion en tant qu’outil professionnel. L’appareil prend alors une place dans les bureaux, pour remplacer la sténographie, par exemple. En raison de son prix élevé, les applications ludiques pour une consommation domestique n’ont pas été développées immédiatement. D’ailleurs, encore dans le catalogue de 1893 les modèles proposés sont à un prix élevé et la seule utilisation envisagée est celle du dictaphone.

33Ce n’est qu’en 1895 que la National Phonograph Company reprend la vente des phonographes et lance la production d’un modèle électrique, le Threadle and Water Motor, suivi peu après par The Edison Spring Motor Phonograph. À partir de cette époque, le phonographe commence à connaître une certaine popularité en tant qu’instrument de divertissement et en réponse à une demande plus importante, un modèle moins cher est réalisé : le Edison Home Phonograph, appareil à horlogerie. Ensuite, en 1897, un modèle destiné à la consommation domestique est mis sur le marché. Il s’agit du fameux The Standard suivi deux ans après par The Gem, encore moins cher que les précédents. Ce dernier constitue le meilleur exemple de ce que l’on pouvait obtenir avec un petit appareil fonctionnel d’un prix relativement modeste pour l’époque. Dix ans auparavant, un phonographe perfectionné, considéré comme un appareil scientifique, valait 500 dollars. Le prix commence à diminuer significativement avec l’amélioration des méthodes de production permettant de réaliser en série un nombre plus important d’appareils et, dès 1891, le prix passe à 100 dollars, tandis qu’en 1900, le « Standard » coûtait 20 dollars et les petits appareils étaient mis sur le marché à moins de 8 dollars. Ce qui ne signifie pas que les phonographes étaient moins fiables, bien au contraire, les recherches pour améliorer leurs prestations continuent dans plusieurs laboratoires. Edison, lui-même, apportait sa signature sur chaque appareil comme garantie de qualité. Le Volta Laboratory marquera les nouveaux graphophones de la marque Columbia Graphophone Company.

34Ce même parcours se reproduira, avec dix ans de décalage, pour les appareils à disques, dont l’application ludique était pourtant plus explicite. Là aussi l’évolution vers la réalisation d’instruments voués à une consommation domestique s’étalera sur plusieurs années. Chez Gramophone par exemple, la maison de Berliner dont la renommée est internationale, les premiers instruments mis sur le marché ne connaissent pas un grand succès, sans doute en raison du prix très élevé de ces appareils « inutiles » destinés aux activités ludiques et oisives. En effet, les machines à disques n’ont pas connu l’usage professionnel des phonographes ; elles ne se prêtaient qu’à la reproduction du son. Le sillon gravé dans le disque de cire ou de zinc devait être dupliqué selon des méthodes industrielles (galvanoplastie, moulage…), avant que l’on puisse obtenir l’exemplaire apte à l’écoute. Le cylindre du phonographe pouvait être facilement utilisé comme un magnétophone actuel : le son est enregistré et lu directement sur le même support. Celui-ci pouvait être raboté afin d’effacer le son gravé, ce qui permettait d’effectuer un nouvel enregistrement. Cet atout du phonographe qui en a permis la production et la vente jusqu’aux années 1920, constitue également un avantage qui a été exploité par tous les pionniers du synchronisme entre le son et l’image, car – comme nous le verrons – il autorisait les expérimentions à peu de frais.

35Finalement, ce n’est qu’autour de 1900 qu’apparaissent les premiers appareils à disques relativement bon marché et donc accessibles à un très large public. Ainsi, en France, la diffusion d’instruments fabriqués pour une consommation exclusivement ludique est prise en charge par des hommes d’affaires ou des « aventuriers » comme Charles Pathé. Ce dernier se lance dans la production en 1903, et présente au public son phonographe, le « xxe siècle », premier véritable phonographe Pathé construit par la Manufacture française d’appareils de précision, qui ne sera pas qu’une simple imitation des phonographes d’outre-Atlantique.

  • 33 Edison continuera à éditer des cylindres jusqu’en 1928, alors qu’en France après 1914 le cylindre e (...)
  • 34 D’après Gilbert Humbert, collectionneur et discographe, Pathé aurait édité un catalogue en 1897. Pa (...)
  • 35 Giusy Pisano-Basile, « Les premières musiques du phonographe », Musée des arts et métiers : La Revu (...)

36À la « consommation de masse » des phonographes et gramophones répond l’offre de plus en plus importante de cylindres et disques préenregistrés. Ils étaient vendus dans les magasins spécialisés parmi d’autres accessoires et par correspondance par le biais de catalogues. Le plus ancien catalogue de cylindres est édité par Edison en 188933 : au répertoire figurent des chansons, des airs d’opéra et des récitations ; en France, Pathé réalise son premier catalogue de cylindres en 189834. Suivront les catalogues de disques de maisons comme Gramophone, Zonophone, Fonotipia, Victor, Odéon, etc. Pendant une quinzaine d’années, les cylindres et les disques vont cohabiter et se partager le marché phonographique. Les catalogues des éditeurs phonographiques proposaient des enregistrements « parlés » : monologues ou duos le plus souvent comiques ou grivois ; déclamations (dont les plus fameuses étaient celles de Sarah Bernhardt) ; compliments pour enfant (petites formules, salutations, anniversaires…) ; récitations de fables et de poèmes (en France surtout celles de La Fontaine), ainsi que des discours. Mais l’offre phonographique la plus importante était certainement constituée par les enregistrements musicaux35. Pour conclure ce chapitre, rappelons que le répertoire phonographique servira de modèle aux premiers essais d’images animées et parlantes : portraits parlants, saynètes et chansons portés à l’écran par les pionniers du cinéma parlant entre 1898 et 1914. Nous y reviendrons à la fin de cet ouvrage.

37Dans ce contexte où des appareils conçus dans les laboratoires sont ensuite destinés au divertissement, une nouvelle expérience au service du « théâtre acousmatique » va permettre l’utilisation du télégraphe, du téléphone et du microphone.

La technique au service du spectacle : l’expérience de Théâtrophone

  • 36 Jacques Perriault, Mémoires de l’ombre et du son, une archéologie de l’audio-visuel, Paris, Flammar (...)

38Cet appareil est le résultat d’une série d’expériences qui vont des recherches sur le télégraphe à celles concernant le téléphone et l’électricité. Le Théâtrophone constitue le premier véritable exemple d’utilisation de la recherche scientifique et technique pour la réalisation d’un appareil voué manifestement au divertissement d’un public. Il y a encore aujourd’hui un voile mystérieux autour de cet objet mythique, comme s’il est difficile de croire à une telle prouesse technique dès 1881. « En parcourant – écrit Jacques Perriault – la littérature technique de l’époque, entre 1878 et 1890, on tombe sur des relations d’inventions dont on a peine à croire qu’elles sont si anciennes36… »

  • 37 Voire les articles suivants : « Le théâtrophone », La Nature, n° 995, 25 juin 1892, p. 55-54 ; « Il (...)
  • 38 Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces ou le temps des cinémas (1894-1918), Paris, CNRS Éditions, 1995, (...)
  • 39 Une des deux fameuses affiches publicitaires du théâtrophone, signées par Chéret, mentionne les ani (...)

39Or, le principe du fonctionnement du Théâtrophone est expliqué par plusieurs articles et ouvrages37, et sera encore utilisé pendant les années 1930. Le Théâtrophone n’est pas resté au stade de projet, ni à l’étape de l’attraction éphémère. Il fonctionnait non seulement dans un réseau de lieux publics – cafés, salles de spectacles, hôtels… –, mais aussi dans les foyers des particuliers abonnés au système. Le public parisien pouvait admirer cet objet, dont l’esthétique mérite encore aujourd’hui une attention particulière, tout en participant à l’audition des représentations dans une salle située derrière le boulevard des Capucines, là où on avait installé les montagnes russes et d’autres attractions comme une chiro-cartomancienne, le sphygmographe de Marey pour enregistrer les pouls, des labyrinthes, etc38. Le Théâtrophone qui avait servi pour l’Exposition de 1881, arrive au musée Grévin en 188939, après être passé le temps de quelques animations à l’Eldorado, boulevard Saint Denis. Dans ce temple de l’illusion et du rêve, le Théâtrophone prend tout naturellement sa place à côté d’autres animations fantastiques : fantasmagories, tableaux magiques et quelques années plus tard, le Théâtre optique d’Émile Reynaud.

40La disparition du Théâtrophone n’est probablement due qu’à l’arrivée de la radio qui a repris l’idée de transmettre en direct les spectacles représentés dans les théâtres français. Ce premier exploit de la technique a dû intriguer et encourager tous les expérimentateurs du « transport » de l’image et du son, notamment les pionniers du synchronisme qui voyaient dans sa réussite la possibilité de conjuguer l’appareil cinématographique et le phonographe par le biais d’un fil téléphonique.

  • 40 À notre connaissance il en existe quatre exemplaires plus ou moins complets dans des collections pr (...)

41Pourtant, le Théâtrophone, qui préfigure l’apport de la science dans les activités ludiques, n’a pas vraiment retenu l’attention de l’historien du spectacle et d’ailleurs, aucun exemplaire n’en est conservé dans les collections publiques40. Le téléphone était à peine entré dans la vie publique que l’un de ses inventeurs, Clément Ader, formulait l’idée de l’exploiter pour la distribution d’auditions théâtrales à tous les abonnés d’un même réseau. Sa première manifestation a eu lieu à l’Exposition en 1881, dans le pavillon de la Société générale des Téléphones, près de la Tour Eiffel. Ici les visiteurs pouvaient entendre en direct, pendant toute la durée de l’Exposition, les représentations données le soir aux théâtres de l’Opéra, de l’Opéra-Comique, du Théâtre-Français.

42Pour réaliser cette opération, Clément Ader conçoit des appareils basés sur le principe des téléphones à contacts complètement mobiles, dans lesquels les pièces de charbon qui reçoivent les vibrations de la parole et les transmettent au courant électrique ne sont plus appuyées sur aucun butoir, mais se composent de parties séparées se touchant librement. Lorsque cet ensemble est mis en mouvement par la parole, les diverses parties ne rentrent pas en vibration simultanément, ce qui va engendrer des différences de mouvement permettant de moduler le courant électrique selon les vibrations articulées. Dans ce système, c’est donc l’action de la pesanteur exercée par les pièces mobiles qui est employée comme force antagoniste aux effets de vibrations.

  • 41 Julien Brault, Histoire de la téléphonie et exploitation des téléphones en France et à l’étranger…, (...)

43Les appareils construits particulièrement pour le Théâtrophone étaient formés par une planchette carrée en bois, modelée comme une sorte de pupitre, au-dessous de laquelle on avait adapté le système microphonique. Ce dernier était constitué d’une double grille à 24 contacts de charbons accouplés par 12 et correspondant chacun à deux charbons réunis en tension. Cet ensemble venait relier à la bobine d’induction, un crochet de suspension qui fonctionnait comme interrupteur pour le circuit de sonnerie et le circuit téléphonique. Sur la partie supérieure du pupitre, se trouvait un petit parafoudre à pointes41. Le plus faible son exercé sur le transmetteur faisait vibrer la planchette en bois qui à son tour ébranlait les charbons du microphone et, en modifiant les 24 contacts, faisait varier l’intensité du courant en amplifiant le son.

  • 42 V.F.M., « Les auditions du phonographe dans la galerie des machines », L’Exposition de Paris de 188 (...)
  • 43 C’est le principe sur lequel repose la transmission stéréophonique.
  • 44 Th. du Moncel, Le Téléphone, Paris, Hachette, 1887, p. 125.

44Pour retransmettre un spectacle de l’Opéra, 24 transmetteurs microphoniques étaient rangés le long de la rampe de la scène, 12 de chaque côté du trou du souffleur. Ces transmetteurs étaient groupés par paires, l’un étant sensiblement éloigné de l’autre, pour permettre ainsi de suivre la marche des acteurs sur la scène. Les transmetteurs étaient reliés chacun à une pile ; celles-ci étaient à leur tour raccordées aux bobines d’induction qui en rejoignant les fils souterrains permettaient de mettre ces transmetteurs en communication avec le commutateur placé près de la grande salle téléphonique du Palais de l’Exposition. Cette grande salle avait été compartimentée en cinq pièces séparées l’une de l’autre. Des tapis de tous les côtés, pour amortir les bruits extérieurs, garnissaient chaque pièce de la salle téléphonique. Une vingtaine de téléphones étaient accrochés autour des chambres par deux. Ici, « chaque personne reçoit l’impression des deux transmetteurs distincts par l’une et l’autre oreille42 », plus ou moins fort selon les déplacements sur la scène, de la même manière que la voix d’un acteur se trouvant à droite du souffleur actionnera le microphone de droite plus énergiquement de celui de gauche43. Au milieu de la salle était placée une installation téléphonique. Par ce poste, un opérateur pouvait prévenir le public du commencement des pièces et aussi effectuer les coupures du circuit au moment du renouvellement des auditeurs, qui se pressent aux portes de la salle. « Le succès – écrit Du Moncel – de ces auditions théâtrales a été très grand. Tous les soirs d’Opéra on faisait queue pour y assister, et cette vogue a continué jusqu’à la fin de l’Exposition. Bien que des esprits chagrins aient voulu jeter de l’eau sur ce succès et protester au nom de l’art contre ses reproductions musicales, presque toutes les personnes de bonne foi ont été ravies…44 ».

Plan du Théâtrophone entre l’Exposition et l’Opéra de Paris. D’après Th. du Moncel, Le Téléphone, Paris Hachette, 1887.

  • 45 René Doncières, « Il est possible d’améliorer les auditions théâtrophoniques », Science et Vie, n° (...)
  • 46 Ibid.

45Après le succès de l’Exposition d’électricité, deux ingénieurs, Szavady et Marinovitch, reprennent le projet d’Ader pour la réalisation pratique d’un réseau d’abonnés. Ils soumettent un ingénieux système à l’appréciation du public de l’Exposition de 1889. À la suite de cette deuxième manifestation et après un accord entre la Société du Théâtrophone et la Société Générale des Téléphones, on passe à la réalisation d’un service public chargé de distribuer au domicile des abonnés et dans des lieux publics les auditions des principaux théâtres parisiens. Entre-temps, la Société Générale des Téléphones avait été rachetée par l’État le 1er septembre 1889 ; il y avait alors 11 140 abonnés en service sur tout le territoire français, ce qui représentait un potentiel certain de clients pour le Théâtrophone. Le théâtre à domicile est créé, son bureau central est situé au 23 rue Louis-le-Grand, près des grands boulevards. L’installation comporte très schématiquement une « rosace » au centre de laquelle convergent tous les fils provenant des microphoniques placés sur la scène, grâce auxquels on pouvait établir une liaison directe avec les différents théâtres. Chaque fil est rattaché à un plot qui renvoie la communication au standard, d’où les « jacks » des abonnés sont distribués dans le circuit du théâtre demandé. Le principe de base de ce système est resté le même pendant plusieurs décennies, comme le remarquait l’auteur d’un article paru en 1921 dans Science et Vie : « L’installation de ce bureau central, que nous avons visité, est restée ce qu’elle était à l’origine. Elle paraît présenter un caractère archaïque qui nous reporte aux premiers âges de la téléphonie45. » Bien sûr les microphones, les circuits électriques et l’appareil lui-même ont suivi le progrès qui a été cause de sa disparition, remplacé tout d’abord par la radio puis par la télévision. « Plus de musiciens, plus d’orchestre, dans les salons de notre temps pour les concerts et les bals, économie de place, économie d’argent. Avec un abonnement à l’une des diverses compagnies musicales qui ont éventuellement la vogue, on reçoit par les fils sa provision musicale46 », pronostiquait un journaliste de l’époque.

46De nos jours, ce théâtre transposé sous forme exclusivement de paroles, bruits et musique, est assez étrange et fort éloigné d’une culture où l’image est omniprésente. On pourrait même dire que cette expérience s’apparente plus aux contes acousmatiques que Pythagore prodiguait à ses élèves qu’aux divertissements auxquels nous sommes familiers. Cependant son apparition au xixe siècle n’a rien d’étonnant. Nous l’avons vu, le Théâtrophone n’est que l’un des dispositifs servant à la transmission et à la reproduction du son. Il apparaît à une période dans laquelle la parole occupe une place fondamentale. À la fin du siècle, la reproduction de la parole est encore une fois l’obsession de nombreux phonéticiens, mais aussi de saltimbanques, de chercheurs plus au moins sérieux qui s’acharnent à donner du son aux images mouvantes.

  • 47 Enrica Galazzi, « Machines qui apprennent à parler, machines qui parlent : un rêve technologique d’ (...)

47À Paris, l’abbé Rousselot, « le père » de la phonétique expérimentale, ouvre son propre laboratoire en 1889 au sein de l’Institut catholique de Paris, quelques années après qu’Hector Marichelle a installé le sien, pour la rééducation de la parole, à l’Institution des sourds-muets de Paris. Dans ces laboratoires d’acoustique – après les expérimentations effectuées en 1875 par les collaborateurs de Marey en liaison avec l’Institut de linguistique – la méthode graphique sera développée grâce à l’introduction d’appareils plus perfectionnés et avec d’autres supports : le cylindre du phonographe47 et plus tard, la photographie.

Notes

1 Charles Cros, Lettre à l’Académie des sciences du 18 avril 1877, présentée le 3 décembre 1877 (Charles Cros, « Procédé d’enregistrement et de reproduction des phénomènes perçus par l’ouïe », Comptes rendus des séances de l’Academie des sciences, t. 85, n° 23, séance du 3 septembre 1877, p. 1082-1083).

2 The Phonograph and How to Use it, Being a short history of its invention and development…, New York, 1900, p. 21 ; Grove’s Dictionary of Music, t. IV, p. 776.

3 Gordon Hendricks, The Edison Motion Picture Myth, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1961.

4 F. B., « M. Edison », L’Univers illustré, 16 nov. 1878, p. 736.

5 Paul Charbon, La Machine parlante, Éditions Jean-Pierre Gyss, 1981, p. 31.

6 Ronald W. Clark, Edison, 1847-1931 l’artisan de l’avenir, Paris, Belin, 1986, p. 88.

7 Paul Charbon, La Machine parlante, op. cit., p. 37.

8 Ronald W. Clark, Edison…, op. cit., p. 97.

9 Ibid., p. 98.

10 E.-H. Johnson, « A wonderful invention, Speech capable of indefinite repetition from automatic records », Scientific American Magazine, 17 novembre 1877, p. 304.

11 « The Talking phonograph », Scientific American Magazine, 22 décembre 1877, p. 384-385. Traduit en français sous le titre « Le phonographe parlant », Les Mondes, n° 3, t. 45, 17 janvier 1878, p. 113-118.

12 « Le phonographe d’Edisson » (sic !), L’Illustration, n° 1839, 23 mars 1878, p. 196.

13 The Phonograph and How to Use it, op. cit., p. 1.

14 Daniel Marty, Histoire illustrée du phonographe, Lausanne, Edita Lazarus, 1979, p. 18.

15 Plusieurs types des phonographes sont proposés : The Edison Concert, The Edison Sprig Motor, The Edison Home, The Edison Standart, The Edison Gem, The Edison ‘M’ Concert, The Edison ‘M’ electric (The Phonograph and How to Use it, op. cit., p. 42).

16 Une rampe constituée de dix auriculaires permettait l’audition dans les lieux publics (cafés, parcs d’attractions, expositions).

17 Giusy Pisano-Basile, « Le phonographe class M et le Fonds Gustave Eiffel », Les Trésors de la BNF, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999.

18 Ces cylindres, conservés au département de l’Audiovisuel de la BnF (dépôt Musée d’Orsay), sont parmi les plus anciens enregistrements français.

19 Charles Pathé, De Pathé frères à Pathé Cinéma, Lyon, Premier Plan, Serdoc, 1970, p. 18.

20 Entre 1881 et 1885, les deux chercheurs américains de Volta Laboratory, Chichester A. Bell et Charles S. Tainter, conçoivent un modèle plus simple et moins coûteux, le « graphophone ». Les deux grandes innovations, par rapport à l’appareil à feuille d’étain d’Edison, résident dans le fait que la gravure du sillon s’effectue sur un cylindre constitué d’un manchon en carton recouvert de cire ; d’autre part, le style qui était auparavant fixe, devient « flottant », ce qui permet à la tête porteuse du style de mieux suivre le mouvement de rotation du cylindre. Cet appareil apparaît au point en 1886, est mis sur le marché au début de 1887 par la société American Graphophone Company. Ensuite, la Columbia Phonograph Company équipera les graphophones d’un moteur d’horlogerie et les distribuera en France en 1896 et 1900. En 1898, le graphophone est distribué en France par diverses maisons, comme Pathé et Gaumont.

21 En France, Henri Lioret dépose un brevet pour la réalisation de cylindres incassables en 1893.

22 Roland Gelatt, The Fabulous Phonograph, London, Cassel, 1956.

23 Brevet américain de Berliner, 4 mai 1887. Cité par Paul Charbon, La Machine parlante, op. cit., p. 85.

24 Ibid., p. 87.

25 Ibid., p. 87.

26 Ibid., p. 87.

27 Daniel Marty, Histoire illustrée du phonographe, op. cit., p. 74.

28 Pierre Gilotaux, L’Industrie du disque, Paris, PUF, 1962, p. 18.

29 Centre d’Information et de documentation du disque et des publications sonores et audiovisuelles, ABC du disque, Paris, 1974.

30 Pierre Gilotaux, L’Industrie du disque, op. cit., 1962, p. 18.

31 Th. du Moncel, Le Téléphone le microphone et le phonographe, Paris, Hachette, 1878, p. 312.

32 Id., Le Microphone le Radiophone et le Phonographe, Paris, Hachette, 1882, p. 246.

33 Edison continuera à éditer des cylindres jusqu’en 1928, alors qu’en France après 1914 le cylindre est complètement supplanté par le disque.

34 D’après Gilbert Humbert, collectionneur et discographe, Pathé aurait édité un catalogue en 1897. Pathé publiera son dernier catalogue de cylindres en 1910.

35 Giusy Pisano-Basile, « Les premières musiques du phonographe », Musée des arts et métiers : La Revue, n° 27, juin 1999, p. 6-14.

36 Jacques Perriault, Mémoires de l’ombre et du son, une archéologie de l’audio-visuel, Paris, Flammarion, p. 194.

37 Voire les articles suivants : « Le théâtrophone », La Nature, n° 995, 25 juin 1892, p. 55-54 ; « Il est possible d’améliorer les auditions théâtrophoniques », Science et Vie, n° 58, sept. 1921, p. 273-277. Les ouvrages de la fin du XIXe sur le téléphone ont tous consacré quelques pages au sujet. Citons Le Téléphone de Th. du Moncel ; Téléphonie pratique de Montillot, Histoire de la téléphonie de Brault, etc.

38 Jean-Jacques Meusy, Paris-Palaces ou le temps des cinémas (1894-1918), Paris, CNRS Éditions, 1995, p. 15.

39 Une des deux fameuses affiches publicitaires du théâtrophone, signées par Chéret, mentionne les animations du musée Grévin.

40 À notre connaissance il en existe quatre exemplaires plus ou moins complets dans des collections privées.

41 Julien Brault, Histoire de la téléphonie et exploitation des téléphones en France et à l’étranger…, Paris, G. Masson, 1890, p. 37-47.

42 V.F.M., « Les auditions du phonographe dans la galerie des machines », L’Exposition de Paris de 1889, 28 septembre 1889, n° 39.

43 C’est le principe sur lequel repose la transmission stéréophonique.

44 Th. du Moncel, Le Téléphone, Paris, Hachette, 1887, p. 125.

45 René Doncières, « Il est possible d’améliorer les auditions théâtrophoniques », Science et Vie, n° 58, sept. 1921, p. 273.

46 Ibid.

47 Enrica Galazzi, « Machines qui apprennent à parler, machines qui parlent : un rêve technologique d’autrefois », Études de linguistique appliquée, n° 90, 1993, p. 73-84.

Table des illustrations

Légende Phonographe Edison. D’après L’Illustration, 11 mars 1878.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Appareil Berliner, brevet du 30 mars 1892. Cinémathèque française, Collection des appareils.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Plan du Théâtrophone entre l’Exposition et l’Opéra de Paris. D’après Th. du Moncel, Le Téléphone, Paris Hachette, 1887.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site