Version classiqueVersion mobile

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Troisième partie. Les voies de la transcription du mouvement (chassé-croisé entre laboratoire scientifique, essor industriel et activités ludiques)

Chapitre XII. La voie de la communication à distance (le télégraphe, le téléphone et le microphone)

Texte intégral

  • 1 Jean Garrigues, Philippe Lacombrade, La France au xixesiècle 1814-1914, Armand Colin/VUEF, 2001, p (...)
  • 2 Antoine Olivesi, André Nouschi, La France de 1848 à 1914, Paris, Nathan, 1997, p. 58.
  • 3 G. Duveau, La Vie ouvrière sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946 ; P. Guiral, La Vie quoti (...)
  • 4 Antoine Olivesi, André Nouschi, La France, op. cit., p. 59.

1Durant les années 1852-1870, le « capitalisme français franchit une étape décisive, grâce à la volonté de Napoléon III et au dynamisme des nouveaux financiers et entrepreneurs1 ». L’État bonapartiste fait de l’expansion économique l’un de ses objectifs prioritaires. Il participe directement dans le domaine financier par la création de banque comme le Crédit foncier (1852), en encourageant l’expansion des sociétés anonymes ou encore l’usage du chèque ; l’État dans l’industrie passe d’importantes commandes d’armement, contribue aux financements de la construction du réseau ferroviaire et aménage les grands ports des villes comme Le Havre, Marseille ; dans l’agriculture il procède à l’aménagement du territoire ; dans le domaine de la communication il intervient en renforçant de manière spectaculaire le réseau du télégraphe. La révolution des transports « est le phénomène majeur du Second Empire pendant lequel la circulation des capitaux s’accompagne d’une circulation accrue des hommes et des marchandises, essentiellement par les chemins de fer2 ». Le plan ferroviaire de 1842 est en plein développement et en vingt ans – entre 1851 et 1871 – le nombre de voyageurs-kilométriques a quintuplé et celui des tonnes-kilométriques plus que décuplé. Dix fois plus de marchandises ont été transportées. Les effets de cette « révolution » sont largement connus : dans l’industrie avec l’essor de la production minière, métallurgique et sidérurgique et par conséquent le développement de la classe ouvrière3 ; dans le commerce par le bouleversement du marché intérieur qui est désormais unifié ; dans la société par les migrations intérieures, etc. Elle a « transformé la vie des Français, leurs migrations, leurs mentalités. [Elle] a créé une catégorie sociale nouvelle et originale, les cheminots. Dès la guerre d’Italie de 1859, on ne peut plus l’ignorer sur le plan militaire4 ».

  • 5 François Caron et Fabienne Cartot (dir.), Histoire de l’électricité en France, t. 1, 1881-1918, Pa (...)
  • 6 H. de Parville, L’Électricité et ses applications. Exposition de Paris, Paris, Masson, 1882, p. I- (...)
  • 7 François Caron, Histoire de l’électricité, op. cit., p. 128.

2C’est également du côté des transports – mais cette fois-ci, de l’information – que, d’après les historiens des sciences, apparaissent les premières grandes applications de l’électricité. La télégraphie parvient à toute sa maturité entre les années 1830 et 1870, alors que l’électricité ne joue pas encore un rôle direct dans la production matérielle. Ce n’est qu’au tournant des deux siècles que le développement d’électrification se généralise. Par exemple, en ce qui concerne l’industrie, le principal moyen de transmission de la force pour animer les mécanismes dans les usines était la machine à vapeur. Bien évidemment cette dernière est progressivement associée à des génératrices électriques ; cependant, avant 1914, la vapeur était « en pleine expansion ; elle donnait aux chefs d’entreprise l’assurance de pouvoir maintenir leur autonomie de fonctionnement, à condition de prévoir des stocks de charbon suffisants, alors que la fourniture de courant à moyenne ou à haute tension était le plus souvent insuffisante, irrégulière5 ». Difficile dans ces conditions de sortir du système technique de la première industrialisation définie autour de la fameuse trilogie : houille-fer-vapeur. Comme l’écrit l’un des chroniqueurs de l’Exposition d’électricité de Paris de 1881 : « Chaque science se partage à tour de rôle la faveur publique. Depuis quelque temps, c’est électricité qui règne dans l’opinion, en attendant qu’elle gouverne. Tout le monde a les yeux tournés vers cette branche […]. Du reste la curiosité est justifiée ; les découvertes les plus saillantes, les inventeurs les plus extraordinaires sont, en effet, du domaine de l’électricité6. » L’électricité ne « gouverne » pas encore et pourtant, dans les années 1880, après plusieurs mises au point, le réseau du télégraphe électrique se généralise. Il s’agit même de la première application historique à grande échelle de l’électricité : « Ce fut, en effet, avec les communications télégraphiques que l’électricité quitta décisivement le monde de l’observation des phénomènes naturels et de leur simple reproduction expérimentale en laboratoire, où elle était restée cantonnée depuis l’Antiquité, pour aborder le domaine de la technologie opérationnelle la plus quotidienne7. »

  • 8 Ibid., p. 131.

3En France, le télégraphe électrique est d’abord employé au service des chemins de fer, notamment en tant qu’outil de synchronisation pour régler le trafic ferroviaire ; il sert ensuite pour les liaisons internes de l’administration, enfin pour les communications privées du public. Le télégraphe électrique devient en moins de cinquante ans l’instrument principal de coordination des activités industrielles et de la vie quotidienne. Comme l’affirme François Caron, « de toutes les innovations du xixe siècle, il fut certainement celle qui changea le plus radicalement le rythme même de l’histoire, en le mettant au diapason de cette accélération que les contemporains ressentirent comme la conséquence la plus générale de l’avènement de l’âge industriel8 ».

4Le télégraphe est aussi à l’origine d’autres appareils, comme le téléphone et le microphone, et aussi le phonographe, puisque les recherches sur la télégraphie ont inspiré les travaux de Thomas Edison. Le parcours de ces trois appareils se situe à la croisée de différentes disciplines, comme la physiologie, l’acoustique ou encore la linguistique. Leurs applications sont aussi très variées, puisqu’elles concernent le domaine médical, aussi bien que les exploitations industrielles, jusqu’aux expérimentations sur le synchronisme du son et de l’image. Cependant, si les recherches sur le télégraphe ont croisé celles sur le téléphone, le microphone et le phonographe, c’est en raison du fait qu’elles ont à la base une quête commune : la communication à distance, une idée qui comme on vient de le voir était dans « l’air du temps ».

Le synchronisme dans la circulation des messages : le télégraphe

  • 9 Armand Mattelart, L’Invention de la communication, Paris, La Découverte, 1994, p. 64.

5Dans la première partie de cet ouvrage, nous avons constaté que l’idée d’amplifier la voix au moyen d’un appareil, afin de la « transporter » auprès d’interlocuteurs lointains, date de plusieurs siècles. L’utilisation même de signaux sonores ou optiques pour transmettre des informations était également une idée très ancienne. Déjà, en 1684, le physicien et astronome anglais Robert Hooke avait imaginé un système de télégraphie visuelle. Mais le mot « télégraphe » n’a été introduit qu’en 1792, quand Claude et Ignace Chappe ont mis au point un système de télégraphe optique ou à bras articulés, permettant de transmettre de station à station des lettres et des mots. Les lignes « sémaphoriques » des frères Chappe balisent en peu de temps la totalité du territoire français puis, pendant la période napoléonienne, connaîtront une extension internationale. Entre 1793 et 1852, la communication restera sous le contrôle de l’État en raison des problèmes liés à la Sécurité nationale et à la gestion des codes secrets. La logique de guerre fait de cette technique un support indispensable pour les armées napoléoniennes en campagne, tandis qu’à l’arrière-plan on retrouve toujours le même dessein d’une « vaste entreprise de rationalisation et de maîtrise de l’espace9 ».

  • 10 A. Belloc, La Télégraphie historique depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, F (...)

6Alors qu’en Angleterre à la même époque les liaisons télégraphiques couvraient déjà 6500 kilomètres de lignes10, la mainmise sur le télégraphe ne sera levée, en France, qu’autour de 1851, lorsqu’un autre système sera introduit : le télégraphe électrique (1839). Celui-ci est le fruit des travaux d’un physicien « aux mille inventions », que nous avons déjà rencontré, l’Anglais Charles Wheatstone. L’accès au service télégraphique est à ce moment-là autorisé aux compagnies de chemin de fer, aux bourses et commerces, aux agences de presse et au public. Le nouveau télégraphe représente la première application pratique des lois de l’électromagnétisme, reprise ensuite et perfectionnée pour le téléphone et le microphone. Le principe de base sur lequel repose le télégraphe électrique exploite la caractéristique fondamentale que possèdent les électro-aimants d’acquérir et de perdre instantanément leur aimantation, dès qu’ils reçoivent l’influence d’un courant ou qu’ils cessent de la recevoir.

  • 11 J. Langlebert, Physique, Paris, Delalain, 1883, p. 378-379.

7Nous empruntons l’exemple de l’installation d’un télégraphe utilisée par J. Langlebert dans son précis sur la physique11 :

Télégraphe. D’après Langlebert, Physique, Paris, Delalain, 1883.

8Supposons un fil métallique chef partant du pôle positif P d’une pile placée à Paris, allant s’enrouler sur un électro-aimant G, situé à Rouen et revenant sur Paris par le pôle négatif N de la même pile. Entre A et B le fil est interrompu ; mais les deux bouts du fil sont placés en regard l’un de l’autre de telle sorte qu’ils peuvent être mis facilement en contact ou bien séparés de façon que l’on puisse facilement ouvrir le passage du courant ou l’interrompre. En face de l’électro-aimant G est placé un petit levier en fer doux LT, mobile, et deux arrêts x et y limitent les excursions du levier lorsqu’il se rapproche ou s’écarte de l’électro-aimant.

9Mais, une fois le système mis en place, examinons ce qui se passe lorsque le courant est alternativement établi ou interrompu. Les bouts A et B du fil conducteur sont mis en contact, le circuit est fermé : le courant partant du pôle P se propage dans le fil cd, comme l’indique la flèche, et passe dans les bobines de l’électroaimant G, pour enfin revenir par le fil de retour et au pôle négatif N de la pile. À ce moment, le magnétisme, qui s’est développé instantanément dans l’électro-aimant, attire le levier en fer LT, qui aussitôt va battre contre l’arrêt x. Il restera dans cette position pendant que le courant circule, mais, dès qu’on interrompt la communication des deux bouts A et B, l’électro-aimant perd le magnétisme et ne peut plus attirer le levier, qui aussitôt s’écarte pour battre contre l’arrêt y. Si l’on reprend la communication, les mêmes effets vont se reproduire à l’infini, de manière à faire osciller le levier de la position x à la position y. Le mouvement de va-et-vient permet la transmission des signaux. Pour envoyer et recevoir des dépêches, le poste télégraphique doit disposer d’un manipulateur placé au point de départ du fil conducteur (le fil cd dans l’illustration) d’un récepteur, d’un électro-aimant, de son levier et du mécanisme destiné à la formation des signaux et d’une pile, placée à côté du manipulateur.

10Ce dispositif élémentaire connaîtra des perfectionnements, par exemple en utilisant une émission par modulation binaire d’un courant continu, ce qui donnait le fameux alphabet de Samuel Morse (1845). D’autres expérimentations donneront des nouvelles versions du télégraphe, citons le télégraphe imprimant de Hughes, le pantélégraphe de Caselli (ancêtre de la télécopie, il pouvait par le biais de la méthode graphique transmettre à distance un dessin), le télégraphe à cadran de Breguet, inventé par Charles Wheatstone, ou encore le bélinographe de Belin, inventé plus tard, en 1907.

La voix « portée » : le microphone et le téléphone

11À la suite du télégraphe, d’autres systèmes de communication à distance animés par le courant électrique sont mis au point : le téléphone et le microphone. Ces appareils sont le résultat des applications des lois de l’électromagnétisme aux électro-aimants, et représentent également l’aboutissement d’une longue série de recherches et d’expérimentations sur la nature, la propagation et l’amplification du son. Le porte-voix du père Kircher – nous l’avons vu – est le véritable ancêtre du cornet acoustique, du téléphone, du phonographe et du microphone. Nous avons abordé les origines mythologiques de cet instrument, à travers les extravagantes recherches de Kircher et de Della Porta. Pourtant, au-delà de certaines idées fantaisistes, les expérimentations de ces deux savants ont représenté un point de départ non négligeable pour les recherches suivantes. Kircher, par exemple, était convaincu qu’un support solide, situé entre la source sonore et l’oreille, permettrait de mieux entendre les sons. Selon sa théorie, l’objet devait être de préférence construit en fer et surtout avoir une forme conique, puisque cela aurait permis une meilleure amplification. Or, cette intuition du père Kircher sera par la suite intégrée dans un circuit d’expérimentations moins mystiques et moins fantaisistes, puisque l’histoire de l’invention du téléphone et du microphone est étroitement liée à d’autres recherches qui ont permis d’aboutir à la réalisation d’instruments scientifiques porteurs de nombreuses applications dans le domaine médical.

  • 12 Charles Wheatstone, « Experiments on Audition », Quarterly Journal of Science, 1827.

12Pour mieux cerner ce parcours à l’apparence désordonnée, bien qu’inspirée par une logique expérimentale commune, notons que « l’objet solide » de Kircher reposait sur le même principe de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « téléphones à ficelles ». Il s’agissait là encore d’un dispositif constitué par des tubes cylindro-coniques en métal ou en carton, dont le fond était fermé par une membrane tendue de parchemin, au centre de laquelle était fixée, par un nœud, la ficelle ou le cordon destiné à les réunir. Les deux tubes étant reliés par un fil bien tendu, il suffisait qu’une personne parle de très près de l’embouchure d’une des extrémités pour que toutes les paroles prononcées soient transmises à l’interlocuteur qui l’écoute. Dans ces conditions, les vibrations de la membrane en contact avec la voix se trouvaient mécaniquement transmises à l’autre membrane par le biais du fil qui conduisait les sons bien mieux que l’air. Cette même idée est également à la base du stéthoscope, inventé par Laennec en 1819 : un cylindre de bois, que le médecin appuie sur la poitrine du malade, afin de mieux entendre les battements du cœur. Charles Wheatstone propose, en 1827, un instrument destiné à faciliter l’écoute des sons faibles qu’il désigne sous le nom de microphone12.

  • 13 Rodolphe Radau, L’Acoustique, Paris, Hachette, 1870, p. 57.

13Rodolphe Radau décrit ainsi cet instrument qui reprend l’idée du « corps solide » de Kircher : « C’est un petit bassin de cuivre qui s’applique sur l’oreille et qui porte en son milieu une longue tige métallique, sorte de tentacule ou de poulpe qui doit propager le son. On peut adapter un appareil semblable à chaque oreille et réunir les deux poulpes en une tige unique. Lorsqu’on frappe sur une cuiller d’argent, un timbre de verre ou tout autre corps sonore suspendu à un fil dont on introduit l’extrémité libre dans le conduit auditif (on peut aussi la saisir entre les dents et se boucher les oreilles), on entend un son grave et plein, comme celui d’un bourdon éloigné13. »

  • 14 Ch. Bontemps, « Le Téléphone de M. Reuss », La Nature, 17 juillet 1876, n° 163, p. 108.
  • 15 Jacques PERRIAULT, Mémoires de l’ombre et du son, une archéologie de l’audio-visuel, Paris, Flamma (...)

14Au cours des années suivantes, ce système vraiment rudimentaire de transmission des sons à distance sera au centre des recherches des savants du monde entier. Deux physiciens américains, Henry et Page14, découvrent en 1837 qu’une tige magnétique soumise à des aimantations et à des désaimantations très rapides pouvait émettre des sons qui étaient en rapport direct avec le nombre d’émissions de courant qui les provoquaient. En 1854, le Français Charles Bourseul, polytechnicien au service de l’Administration des télégraphes, est le premier à avoir songé à la possibilité de transmettre électriquement la parole à distance et il publie une note à ce sujet : « Imagine que l’on parle près d’une plaque mobile, assez flexible pour ne perdre aucune des vibrations produites par la voix ; que cette plaque établisse et interrompe successivement la communication avec une pile. Vous pouvez ainsi avoir à distance une autre plaque qui exécutera en même temps les mêmes vibrations15. » Quelques années plus tard, en 1860, Philippe Reiss, physicien à Friedrichsdorf, imagine un appareil permettant la transmission électrique à distance de la mélodie musicale.

15Ce n’est pourtant qu’en 1876 que le problème de la transmission électrique de la parole a été définitivement résolu et cette découverte a donné alors lieu à une polémique sur la primauté des brevets entre Elisha Gray et Graham Bell. Les deux inventeurs ont déposé le même jour, le 14 février 1876, une demande de brevet pour deux appareils identiques, qui selon les dessins annexés à chaque demande, pouvaient tous les deux parfaitement fonctionner. Cependant, le brevet n’a été accordé qu’à Graham Bell, dont les indications pour la réalisation de l’objet étaient plus précises que celles d’Elisha Gray.

16Le premier dispositif de Graham Bell était constitué par une plaque vibrante placée devant un aimant ; lorsque la plaque était mise en mouvement par le son, l’éloignement ou le rapprochement des vibrations troublaient l’aimant dans son magnétisme. Ces variations réunies dans un fil, sous forme de courants électriques, se reproduisaient à l’autre extrémité de ce conducteur. Une deuxième plaque vibrante était alors mise en mouvement de la même manière que la première, répétant les paroles que celle-ci avait reçues. Une de ces plaques avait donc la fonction de « récepteur », l’autre de « transmetteur ».

  • 16 Julien Brault, Histoire de la téléphonie et exploitation des téléphones en France et à l’étranger, (...)

17À la fin de l’année 1876, un appareil plus perfectionné sera présenté à l’Exposition de Philadelphie : 300 mètres de câble séparaient le récepteur de l’émetteur. Le physicien anglais William Thomson disait : « Au département du Canada, j’ai entendu : To be or not to be. There’s the rub, articulés à travers un fil télégraphique, et la prononciation électrique ne faisait qu’accentuer encore l’expression railleuse des monosyllabes ; le fil m’a récité aussi des extraits des journaux de New York […]. Tout cela, mes oreilles l’ont entendu articuler très distinctement par le même disque circulaire formé par l’armature d’un électro-aimant. C’était mon collègue Watson, qui à l’autre extrémité de la ligne, proférait ces paroles à haute et intelligible voix, en appliquant sa bouche contre une membrane tendue16. »

  • 17 « Première expérience du téléphone à Paris », La Nature, 10 novembre 1877, n° 232, p. 284.

18En France, c’est à Paris qu’on commence les expériences du téléphone de Bell. La séance du 2 novembre 1877 à la Société de physique présente les premiers effets : « L’impression la plus généralement éprouvée par les personnes qui emploient pour la première fois le merveilleux instrument de M. Graham Bell, c’est que la voix a l’air de sortir d’un trou, d’un soupirail, d’une cave17. »

  • 18 Emil Berliner est aussi l’inventeur du gramophone (1887), nous y reviendrons dans les pages suivan (...)
  • 19 De fil en aiguille : les pionniers de la communication, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1 (...)

19La même année un autre inventeur commence à s’intéresser à la transmission de la parole : l’Allemand Emil Berliner18. Le 8 avril 1877, il entreprend des expériences avec un émetteur constitué d’une petite caisse en bois, dont le fond est remplacé par une feuille métallique : une vis réglable vient buter au centre de cette membrane, formant le diaphragme. Un fil relie ce dernier à une des bornes de la batterie, un deuxième raccorde la vis à l’autre borne. Il fait ses premiers essais en enroulant une des extrémités du fil servant au circuit à une des branches d’un diapason qui, une fois excité, transmettait la note émise sur la membrane. Aussitôt, Berliner en déduit : « Si cette membrane était capable de reproduire un son musical, elle devait, en toute logique, pouvoir reproduire des mots, lorsque, à la place d’un courant alternatif simple, un courant modulé plus complexe interviendrait pour l’influencer19. »

20Emil Berliner venait d’inventer le premier modèle de « microphone » à contact imparfait ; il déposa le brevet le 4 juin 1877 qu’il vendra par la suite à la Bell Company. Son émetteur n’aura aucune véritable application pratique et il sera vite oublié, d’autant que toutes les recherches s’orientent désormais vers l’utilisation de « charbons » comme conducteurs pouvant influer sur l’intensité électrique.

21Ce nouveau cycle d’expérimentations nous amène finalement à la découverte du microphone et aux inévitables controverses qui ont accompagné l’attribution de la paternité de l’invention. Les « disputes » entre David Edwards Hughes et Thomas Alva Edison, à ce sujet, feront la « une » de la presse scientifique au cours de l’année 1878 (l’Électricien, l’English Mechanic, Telegraphic Journal, Scientific American, La Lumière électrique, Nature, etc.). Les articles relatent dans les moindres détails les attaques violentes d’Edison, qui accuse Hughes de piraterie, de plagiat et d’abus de confiance. Dans une lettre envoyée au journal anglais Nature, du 30 juillet 1878, Sir William Thomson écrivait :

  • 20 Th. du Moncel, Le Téléphone, le Microphone et le Phonographe, Paris, Librairie Hachette, 1878, p. (...)

« Au plaisir que le public a éprouvé en prenant connaissance de ces magnifiques découvertes qui, sous le nom de téléphone, de microphone et de phonographe, ont tant étonné le monde savant, est venu se mêler dernièrement, très inutilement, j’ai besoin de le dire, un des incidents les plus regrettables qui puissent se produire. Il s’agit d’une réclamation de priorité accompagnée d’accusations de mauvaise foi, qui a été lancée par M. Edison contre une personne dont le nom et la réputation sont depuis longtemps respectés dans l’opinion publique. […] Les magnifiques résultats présentés, au commencement de l’année, par M. Hughes avec son microphone, ont été décrits par lui-même sous une forme telle, qu’il est impossible de mettre en doute qu’il n’ait travaillé sur son propre fonds et en dehors de toutes les recherches de M. Edison qu’il n’avait pas le plus petit intérêt à s’approprier20. »

  • 21 Le terme « amplifier » est à nuancer, car à cette époque il ne s’agissait pas d’amplifier le son a (...)
  • 22 Il montre ses résultats devant les fonctionnaires de la Submarine Telegraph Company.
  • 23 Th. du Moncel, Le Téléphone, op. cit., Paris, Hachette, 1887, p. 87.

22Au-delà de cette âpre polémique, une constatation demeure irréfutable : le transmetteur téléphonique d’Edison et le microphone de Hughes reposent exactement sur le même principe physique, c’est-à-dire la transformation du son en oscillations électriques. À partir d’un tel acquis, ils ont découvert que la pression exercée au point de contact entre deux corps conducteurs appuyés l’un sur l’autre, pouvait influer considérablement sur l’intensité électrique développée. Le travail en parallèle des deux inventeurs, portant sur le même principe, s’orientait cependant vers des buts divergents. Pour Hughes, dont les premières expériences datent de décembre 1877, il s’agissait avant tout de trouver un instrument capable de transformer un son très faible en un son très fort. Son secret résidait dans l’utilisation d’un morceau de charbon de cornue pouvant vibrer sous les actions les plus faibles et transmettre ainsi le courant d’une manière intermittente. Grâce au contact que ce charbon effectuait sur d’autres charbons et à la pression exercée sur tous les points de contact, il était possible « d’amplifier21 » les sons. Par analogie avec le microscope, il lui donne en janvier 187822 le nom de « microphone ». En réalité, un tel instrument avec une telle configuration technique ne pouvait véritablement se comporter comme un microscope, mais « à une époque où le téléphone ne parlait pas haut23 », ces résultats demeuraient extraordinaires.

23Quant à Edison, il cherchait, en revanche, un transmetteur téléphonique pouvant envoyer un message audible à une station de réception. Il ne se posait aucune question sur l’amplification mais plutôt sur la distance car, quand on parlait, les courants induits par le jeu du diaphragme vibrant placé dans le transmetteur ne suffisaient pas à fournir des transmissions à longue distance. Il songera alors à l’utilisation des substances charbonnées actionnées directement par un diaphragme vibrant (et non pas par d’autres charbons) et, à la suite de ce premier modèle, Edison construira lui-même des microphones plus « sensibles », à plusieurs charbons.

24Dans les années suivantes, d’autres systèmes de microphones ont été mis en place par différents inventeurs et constructeurs, avec des résultats plus ou moins satisfaisants : Varey, Ader, Navez, Thomson, Righi, Trouvé, Vercker, de Combettes, Loiseau, Lippens, Courtois, Pollard, Voisin, Dumont, Jackson, Paterson, Taylor, Carette, etc. Le microphone à charbon sera utilisé quelques années encore après l’invention (1920-1930) du microphone électrique. Ensuite, l’accélération technologique entraînera un processus de constante modification du système : microphones électromagnétiques, électrodynamiques, électrostatiques, à condensateur, à ruban, jusqu’aux derniers modèles à hautes fréquences. Les principales applications du microphone ont été assez semblables à celles du téléphone. Compte tenu de la nature scientifique des expérimentations qui avaient permis leur réalisation, les utilisations les plus importantes et diversifiées se situent dans les domaines de la médecine et de la physiologie. On retiendra principalement les applications suivants : le stéthoscope pour l’auscultation des poumons et des battements du cœur ; le tambour explorateur de Marey auquel on a adapté un microphone à charbon comme moyen de transmission des vibrations et d’exploration des artères et des veines ; les instruments pour explorer l’artère radiale de Verdin ; les instruments du Dr d’Arsonval et le myophone et le sphygmophone du Dr Richardson (sorte de combinaison du sphygmographe, du microphone et du téléphone) afin d’explorer le pouls ; la sonde exploratrice d’Henry Thompson pour l’exploration de la vessie ; le microphonographe Dussaud-Berthon, les différents modèles d’audiomètres, ceux de Moure et Bordier, Baratoux, du Dr Gellé, du Dr Arsonval pour la rééducation auditive des sourds-muets, etc.

  • 24 Nous avons analysé cet aspect dans un article spécifique : Giusy Pisano, « Le Microphone et la Mus (...)

25C’est seulement à la fin du xixe siècle que les propriétés du microphone et du téléphone commencent à être mises au service d’applications autres que celles suggérées par les expériences de laboratoire. Pour le spectacle cinématographique, par exemple, le premier contact avec ces nouvelles applications intervient en 1898, au cours d’expériences effectuées par l’un des pionniers du cinéma parlant, Auguste Baron. Bien que les recherches sur la communication à distance (télégraphe-téléphone-microphone) aient donné une forte impulsion à celles sur l’enregistrement et la reproduction sonore, leur application dans ce domaine demeure cependant plus tardive. Rappelons l’absence emblématique du microphone dans le domaine de la musique enregistrée ainsi que de la scène, durant environ cinquante ans (1878-1925), avec néanmoins deux seules exceptions connues : celle du « théâtrophone » et du « microphonographe Dussaud », que nous présenterons par la suite. En fait, pour ce qui concerne l’enregistrement de la musique, seul le cornet acoustique relié au phonographe – une des variantes du cornet d’Athanase Kircher – sera utilisé pour les séances d’enregistrement et il ne sera véritablement détrôné qu’en 1925 avec l’arrivée de l’enregistrement électrique. Ce décalage ouvre une autre problématique que nous aborderons de manière générale dans notre conclusion. Néanmoins, on peut déjà poser la question de savoir si ce décalage est dû simplement aux qualités sonores déplorables des premiers microphones, ou bien s’il s’agit de problèmes d’ordre esthétique, voire anthropologique, qui ont freiné leur application aux pratiques artistiques24.

Notes

1 Jean Garrigues, Philippe Lacombrade, La France au xixe siècle 1814-1914, Armand Colin/VUEF, 2001, p. 59

2 Antoine Olivesi, André Nouschi, La France de 1848 à 1914, Paris, Nathan, 1997, p. 58.

3 G. Duveau, La Vie ouvrière sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946 ; P. Guiral, La Vie quotidienne à l’âge d’or du capitalisme 1852-1879, Paris, Hachette, 1976.

4 Antoine Olivesi, André Nouschi, La France, op. cit., p. 59.

5 François Caron et Fabienne Cartot (dir.), Histoire de l’électricité en France, t. 1, 1881-1918, Paris, Fayard, 1991, p. 536.

6 H. de Parville, L’Électricité et ses applications. Exposition de Paris, Paris, Masson, 1882, p. I-3.

7 François Caron, Histoire de l’électricité, op. cit., p. 128.

8 Ibid., p. 131.

9 Armand Mattelart, L’Invention de la communication, Paris, La Découverte, 1994, p. 64.

10 A. Belloc, La Télégraphie historique depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Firmin-Didot, 1888.

11 J. Langlebert, Physique, Paris, Delalain, 1883, p. 378-379.

12 Charles Wheatstone, « Experiments on Audition », Quarterly Journal of Science, 1827.

13 Rodolphe Radau, L’Acoustique, Paris, Hachette, 1870, p. 57.

14 Ch. Bontemps, « Le Téléphone de M. Reuss », La Nature, 17 juillet 1876, n° 163, p. 108.

15 Jacques PERRIAULT, Mémoires de l’ombre et du son, une archéologie de l’audio-visuel, Paris, Flammarion, 1981, p. 143. Les travaux de Bourseul sont cités par Th. du Moncel, Comptes rendus de l’Académie des sciences, t. LXXXI, séance du 18 février 1878, p. 521. ; Id., Exposé sur les applications de l’électricité, Paris, Hachette, 1857, t. III, 464 p. ; Anonyme, Le Téléphone à la belle époque, Bruxelles, Libro Sciences, S.R.P.L., 1976, 142 p.

16 Julien Brault, Histoire de la téléphonie et exploitation des téléphones en France et à l’étranger, Le Phonographe, Le Gramophone, Paris, G. Masson, 1890, p. 32-33.

17 « Première expérience du téléphone à Paris », La Nature, 10 novembre 1877, n° 232, p. 284.

18 Emil Berliner est aussi l’inventeur du gramophone (1887), nous y reviendrons dans les pages suivantes.

19 De fil en aiguille : les pionniers de la communication, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1989, p. 38.

20 Th. du Moncel, Le Téléphone, le Microphone et le Phonographe, Paris, Librairie Hachette, 1878, p. 216.

21 Le terme « amplifier » est à nuancer, car à cette époque il ne s’agissait pas d’amplifier le son au sens actuel, mais d’arriver à maintenir la même intensité de départ pour joindre un correspondant placé plus loin.

22 Il montre ses résultats devant les fonctionnaires de la Submarine Telegraph Company.

23 Th. du Moncel, Le Téléphone, op. cit., Paris, Hachette, 1887, p. 87.

24 Nous avons analysé cet aspect dans un article spécifique : Giusy Pisano, « Le Microphone et la Musique », Ecouter/Voir, novembre 1999, n° 95, p. n° 4-15.

Table des illustrations

Légende Télégraphe. D’après Langlebert, Physique, Paris, Delalain, 1883.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search