Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Troisième partie. Les voies de la transcription du mouvement (chassé-croisé entre laboratoire scientifique, essor industriel et activités ludiques)

Chapitre X. La voie physiologique d’Étienne-Jules Marey

Texte intégral

  • 1 Laurent Mannoni, Étienne-Jules Marey, la mémoire de l’œil, Paris, Cinémathèque française/ Mazzotta (...)

1La carrière physiologique d’Étienne-Jules Marey a attiré fortement l’attention des historiens du cinéma : plusieurs ouvrages lui sont entièrement consacrés et un nombre impressionnant d’articles ont paru depuis sa mort en 1904. En 1963, la Cinémathèque française lui a dédié une exposition, ainsi que le Musée national d’art moderne en 1977. En 2000, la Cinémathèque française lui a consacré une nouvelle exposition intitulée Étienne-Jules Marey, le mouvement en lumière1, tandis que la ville de Beaune lui a dédié un musée.

  • 2 F. Brunot 1860-1937, linguiste, créateur des Archives de la Parole en 1911 à la Sorbonne. Directeu (...)

2La beauté de ses photographies en mouvement est sans doute l’une des causes de ce véritable engouement esthétique pour Marey. De surcroît, le côté complexe de son œuvre contribue à entretenir l’aura et l’atmosphère mystérieuse qui entourent le personnage. Malgré leur éclatement, la richesse des archives conservées dans différentes institutions permet encore de découvrir des aspects inédits de son travail. C’est le cas, par exemple, de ses expérimentations sur la parole. Avant d’aborder les aspects plus techniques du travail de Marey défini par Ferdinand Brunot2 comme le créateur, avec l’abbé Rousselot, de la phonétique expérimentale, rappelons brièvement quelques étapes de sa vie pour mieux le situer dans les recherches de son temps.

  • 3 Henri Langlois, Hommage à Jules-Étienne Marey, Cinémathèque française, Musée du cinéma, Palais de (...)

3Étienne-Jules Marey naît à Beaune le 5 mars 1830 ; après des études secondaires dans sa ville natale, il passe son baccalauréat à Dijon et part à la fin de l’année 1849 pour rejoindre la Faculté de Médecine à Paris. Les années 1830-1850 sont cruciales pour l’essor de la physiologie en France. Marey suivra son cursus universitaire sous l’emprise des idées nouvelles, et c’est sous leur influence qu’il choisira, après sa thèse, la recherche en laboratoire plutôt que l’exercice de la médecine, tout comme Young, Claude Bernard ou Marcellin Berthelot. Marey préfère l’expérimentation concrète. Comme le dira Henri Langlois, Marey est « un médecin qui approche les malades, mais il veut atteindre à travers eux le secret de la vie. Comme jadis les alchimistes, il en confie le soin à l’algèbre des graphiques et à l’analyse systématique de milliers de schémas, de milliers de cas, certain qu’une formule scientifique livrera le secret qui permettra de guérir par la science et non plus par l’expérience3 ».

  • 4 Annales des sciences naturelles, 4e série, Zool., t. VIII, p. 329- 364.
  • 5 Notice scientifique sur les travaux scientifiques du Dr Marey, Paris, E. Martinet, 1868.

4De son expérience d’interne – de 1854-1858 à l’hôpital Cochin dans le service du professeur Simon Beau (1806-1865) – il en tirera la passion pour le mouvement qui guidera toute sa vie. C’est en effet durant cette période qu’il commence ses recherches sur les phénomènes physiques de la circulation du sang. En s’appuyant sur les expériences d’hydraulique, Marey définit les propriétés élastiques des artères et leur influence dans l’action de l’organe central de l’appareil circulatoire (le cœur) et indique ainsi les différentes formes de la « locomotion » artérielle. Il en fait l’objet de son premier article : « Recherches hydrauliques sur la circulation du sang », publié en 1857 dans les Annales des sciences naturelles4. Ce texte sera suivi par bien d’autres communications sur le même sujet5, avant que Marey ne synthétise l’ensemble de ses travaux dans sa thèse Recherches sur la circulation du sang à l’état physiologique et dans les maladies, qu’il soutiendra le 4 mars 1859.

  • 6 E.-J. Marey, Du mouvement dans les fonctions de la vie, Paris, Germer Baillière, 1868, p. 6
  • 7 Ibid., p. 5.

5« J’ai fait au mouvement une plus grand part – écrit-il en 1868 – et je pense, avec Claude Bernard, que le mouvement est l’acte le plus important, en ce que toutes les fonctions empruntent son concours pour s’accomplir6. » En fait, mis à part les innovations en terme de découvertes scientifiques sur le fonctionnement de la machine humaine et animale, la grande originalité de Marey est d’abord conceptuelle et méthodologique. Il applique à la médecine les instruments et les méthodes utilisés jusque-là par la physique. Pour Marey « les instruments sont les intermédiaires indispensables entre l’esprit et la matière ; le physicien, le chimiste, l’astronome, ne peuvent rien sans leur recours7 ».

6Le point culminant de cette « révolution » est l’étude systématique dans une « Station », jour après jour, des mécanismes qui régissent les mouvements de la vie – de la même manière que les météorologistes étudient les variations atmosphériques dans les stations de météorologie. C’est en effet dans sa Station physiologique, son nouveau laboratoire, qu’à partir de 1882 et jusqu’à sa mort en 1904 Marey, inlassablement, enregistre, traduit, classe et analyse les signes extérieurs des fonctions de la vie : pulsations du cœur et des artères, mouvements respiratoires, contractions des muscles, etc.

  • 8 Étienne-Jules Marey, Physiologie médicale de la circulation du sang, Paris, Delahaye, 1863, p. 9.
  • 9 Id., La Méthode graphique, op. cit., p. 111.
  • 10 Xavier Bichat, Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine, 1801, cité par Mauri (...)

7Quels sont ses outils de travail ? Bien évidemment, des appareils « explorateurs du mouvement » : les myographes pour l’observation des mouvements musculaires ; les sphygmographes pour enregistrer les pulsions du pouls ; les pneumographes pour suivre la respiration ; les hémodromographes pour mesurer la vitesse et la pression du sang ; les chronographes pour l’inscription de mouvements de différentes natures en relation avec le temps, etc. Pour Marey les propriétés de la « machine humaine » – la circulation du sang, la vue, l’ouïe, les principes cinématiques du mouvement, la parole – ne peuvent être expliqués que par le biais d’instruments capables de capter l’insaisissable et de « reculer les limites de nos sens8 ». Par les quelques lignes qui suivent, il explique l’essence de cette démarche : « Comme les météorologistes, les physiologistes ont senti que les sens ne suffisent pas à observer à la fois tous les phénomènes dont l’organisme est le théâtre. Température, pression et vitesse du sang, force et rapidité de l’action musculaire, il fallait tout mesurer, tout noter avec précision et cela sous les diverses influences perturbatrices que le physiologiste a l’habitude d’étudier9. » Marey n’avait pas pu, en fait, échapper aux « influences perturbatrices » entrouvertes par la philosophie positiviste d’Auguste Comte (1798-1857), par les précurseurs de la « logique du vivant » comme Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794), Xavier Bichat (1771-1802) et Legallois (1770-1814) et enfin par celui qui a élaboré une théorie générale de la vie, Claude Bernard (1813-1878). Le concept mareysien de machine animale ou humaine découle directement des observations histologiques – les études sur les propriétés vitales des tissus –, qui excluaient tout recours à des considérations extra scientifiques d’ordre métaphysique ou théologique et dont les postulats fondamentaux ont été réunis par Xavier Bichat dans l’ouvrage qui ouvre la première année du xixe siècle l’Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine : « Tous les animaux sont des assemblages de divers organes qui, en exécutant chacun une fonction, concourent, chacun à sa manière, à la conservation du tout. Ce sont autant de machines particulières dans la machine générale qui constitue l’individu10. » Dans le creuset de ces idées professées par d’illustres théoriciens, Marey apporte son concours en introduisant en France des méthodes et pratiques de recherches indispensables à l’expérimentation physiologique, première étape pour arriver aux découvertes scientifiques.

Les premiers appareils inscripteurs des physiologistes

  • 11 Dans les années 1880 ce sujet reste au cœur des expérimentations de Marey. Il en publie la synthès (...)

8Les premières applications des appareils inscripteurs dans le domaine de la physiologie sont dues aux études sur la circulation du sang via l’observation des battements du pouls, de la structure des artères ou celles des veines. Il s’agissait du sujet phare qui hantait déjà les physiologistes des « premiers temps » – l’exemple le plus patent en est William Harvey et son fameux Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus (1628) – et nombreux ont été au xixe siècle11 ceux qui ont poursuivi les recherches sur cette voie. La connaissance de la circulation du sang fournit la base pour édifier toute une série d’interprétations physiques des fonctions vitales. C’est cet ensemble de notions qui constitue la science baptisée « physiologie ».

  • 12 Pour l’historique et les applications de ces appareils, voir P. Lorain, Études de Médecine cliniqu (...)

9Les premiers pas dans la voie de l’expérimentation ont été faits par le physicien anglais Stephen Hales (1677-1671), qui a introduit pour étudier les pulsations du sang un tube de verre dans l’artère d’un cheval. Ses expérimentations pratiquées à l’aide de cet instrument, pulsmanometer, sont rapportées dans son traité Haemostatics (1733). Cette méthode annonce les recherches aujourd’hui classiques de Jean Poiseuille (1799-1869), initiées avec sa thèse de 1828, Recherches sur la force du cœur aortique et effectuées à l’aide d’un nouvel instrument, le « hémodynamomètre ». Dans le cas présent, le tube de verre est gradué et rempli en partie par du mercure, comme tous les manomètres servant à mesurer la pression d’un fluide : sous l’effet des pulsations, le sang rentre dans le tube et pousse, selon la pression exercée, le niveau du mercure, mesuré par le biais de l’échelle graduée12.

  • 13 Jules Hérisson, Le Sphygmomètre, Paris, Crochard, 1834.
  • 14 P. Lorain, Études de médecine clinique, op. cit., p. 60.
  • 15 « Dicrote, terme de médecine. Pouls dicrote, pouls qui, à certaines pulsations, semble battre deux (...)

10Dix ans après, en 1837, un autre appareil, nommé « sphygmomètre », est inventé par le médecin Hérisson13. Cet appareil était constitué par un tube rempli de liquide et fermé à l’une des deux extrémités par une membrane élastique que l’on serrait contre l’artère. Celle-ci imprimait sur la membrane les mouvements qui se transmettaient ensuite au liquide contenu dans le tube14. Avec cet instrument, un autre physiologiste, Chelius, démontrera que le mouvement ondulatoire du liquide dans le tube s’effectue en deux temps, découvrant ainsi le dicrotisme15 du pouls normal. Le « sphygmomètre » recèle dans sa conception l’idée de garder une trace du phénomène observé.

  • 16 W. Rive, De sphygmograaf en de Sphygmographische Curve. [Le sphygmographe et les tracés sphygmogra (...)

11Pourtant, les premières expérimentations avec un instrument pourvu d’un mécanisme d’enregistrement graphique n’ont eu lieu qu’en 1847, en Allemagne, et elles sont dues à Carl Ludwig. Ce physiologiste allemand apporte un grand perfectionnement à l’appareil de Poiseuille en utilisant un ingénieux mécanisme : il met l’artère en communication avec le manomètre de façon à ce que la pression du sang observée dans l’artère ne soit pas modifiée. Ensuite il place sur la surface libre du mercure un petit flotteur équipé d’un pinceau, qui enregistre sur un cylindre tournant les mouvements de montée et de descente de la colonne mercurielle. Pour enregistrer « l’ondée du sang », Ludwig reprend donc l’idée du cylindre tournant que Thomas Young utilisait pour enregistrer « l’onde sonore ». Le « kymographion » ainsi baptisé « était le premier instrument enregistreur appliqué à la physiologie »16.

  • 17 Karl Vierordt, Die Lehre vom Arterienpuls,, Braunschweig, F. Vieweg, 1855.
  • 18 Étienne-Jules Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. 112.

12Cependant, la nécessité de la vivisection, sur laquelle reposaient tous ces instruments, obligera les physiologistes à en rechercher un autre capable de transcrire les pulsations du sang chez l’homme. Encore une fois l’école allemande propose la solution la plus pertinente de toutes : au lieu d’enregistrer directement les changements de pression du sang, on utilise les changements de capacité que subit une artère sous l’influence de ces variations de pression. Sur ce principe et en adoptant la structure de base du « kymographion », Karl Vierordt17 invente le « sphygmographe » : un dispositif relié à une artère superficielle, sur laquelle repose un levier qui trace sur un papier enduit de noir de fumée, enroulé autour du cylindre du kymographion, les mouvements transmis par les pulsations. Cependant, alors que l’Allemagne commençait ses véritables expérimentations physiologiques en 1857, « la méthode graphique n’avait pas encore pénétré18 » dans les laboratoires français.

  • 19 P. Lorain, Études de médecine clinique, op. cit., p. 9-10.
  • 20 Étienne-Jules Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. 113.

13Voici donc l’état des recherches sur les instruments en physiologie expérimentale, lorsque Marey commence ses propres expérimentations, en 1854, dans les hôpitaux de Paris. Marey « n’est pas un physiologiste théoricien qui a imaginé un système sans en prévoir l’application prochaine ; c’est un observateur qui, en pratiquant la médecine au lit du malade, a trouvé un obstacle, s’y est arrêté au lieu de le tourner, et a demandé à la physiologie son appui pour la solution d’un problème médical. Il est des personnes qui redoutent l’intrusion des physiciens et des mécaniciens dans le domaine de l’art médical19 ». Marey non seulement ne redoute pas l’utilisation des instruments dans « l’art médical », mais il en revendique l’usage et n’hésite pas à explorer tous les domaines de la connaissance pour trouver la solution manquante. Il rassemble, analyse et synthétise les travaux existants en vue de les perfectionner. Sa curiosité est sans limites : il s’intéresse aussi bien aux recherches des météorologistes qu’à celles de la physique ou de l’acoustique. En fait, toute expérimentation sur « le mouvement de la vie » peut être susceptible d’intéresser les recherches physiologiques, ce qui engendre inévitablement des échanges entre des sphères du savoir au premier abord très éloignées. Quelques lignes extraites d’un de ses ouvrages illustrent pleinement son idée de la recherche : « Bien que la physiologie, objet principal de mes études, ait provoqué la construction de la plupart des instruments qui vont être passés en revue, j’ai dû rassembler dans ce travail des applications de la méthode graphique à des phénomènes de toute nature. En effet, sur le terrain de l’expérimentation rigoureuse, toutes les sciences se donnent la main ; quel que soit l’objet de ses études, celui qui mesure une force, un mouvement, un état électrique ou une température, qu’il soit physicien, chimiste ou physiologiste, doit recourir à la même méthode et employer les mêmes instruments20. »

  • 21 Ibid., p. 131-133.

14Marey se plonge alors dans l’analyse des recherches basées sur l’utilisation d’instruments inscripteurs de mouvement. Il trouve que les recherches les plus intéressantes se situent dans le domaine de l’acoustique21. Il constate alors des similitudes avec ses études sur la circulation sanguine : dans les deux cas il s’agit d’inscrire un mouvement ondulatoire. Le son comme tout mouvement commence à faire partie de ses intérêts, et il a besoin d’un appareil pour être « lu ». Il s’inspire des méthodes utilisées pour la visualisation du mouvement vibratoire du son.

15Le son aura d’ailleurs toujours une place importante dans ses expérimentations : d’une part comme source d’inspiration pour ses travaux en physiologie, et d’autre part, on le verra plus loin, pour l’étude de la transcription de la parole. Marey côtoie l’acoustique dès ses premières recherches, quand il passe en revue les expérimentations de Young, Wheatstone, Scott, Koenig, etc. Il explique leurs applications en physique et il étudie les possibilités de les exploiter en physiologie. Pour l’étude des mouvements composés (les mouvements de sens vertical et de sens horizontal, ceux de l’aile de l’oiseau, par exemple) s’exécutant sur un même plan, il reprend la méthode de Wheatstone et de Koenig pour enregistrer le mouvement vibratoire de deux verges. C’est en observant ces expérimentations en acoustique, que Marey déduit le principe qui guidera toutes ses recherches :

  • 22 Ibid.

« Tout mouvement qui se passe dans un plan peut être considéré comme formé par deux mouvements rectilignes perpendiculaires l’un à l’autre. Lorsque Wheatstone, adaptant à l’extrémité d’une verge vibrante une petite sphère brillante, montra que l’œil perçoit des images qui varient suivant le rapport de fréquence de deux ordres de vibrations produites dans deux plans perpendiculaires l’un à l’autre, l’illustre physicien anglais ouvrit à la méthode graphique une voie nouvelle. Bientôt en effet Koenig, armant les verges de Wheatstone d’un style écrivant, recueillit le tracé de leurs parcours. […] Plus tard Lissajoux (sic) rendit le phénomène plus facile à comprendre en construisant une machine qui, au moyen d’engrenages, communique à une pointe écrivante deux mouvements rectilignes, perpendiculaires l’un à l’autre. […] Puisqu’il en est ainsi, ne peut-on transmettre à distance un mouvement quelconque, en imprimant à la pointe écrivante les deux mouvements que le corps étudié exécute suivant un plan. Le mode de transmission par l’air se prête fort bien à cette inscription. Il m’a servi, dans un cas où il s’agissait de déterminer le mouvement que l’aile d’un oiseau exécute autour de l’articulation de l’épaule pendant le vol22. »

  • 23 Les tambours sont constitués par un cercle de métal recouvert d’une membrane tendue en caoutchouc. (...)

16Et, pour pouvoir apprécier la nature d’un mouvement trop lent ou trop rapide, il emploie les tambours à levier23, qui permettent de transmettre les deux mouvements à distance : le premier groupe de deux tambours formant l’appareil explorateur du mouvement est placé sur le corps, le second, l’appareil récepteur, est placé sur une table, en face d’une surface de verre enfumé sur laquelle sa pointe va tracer les mouvements. Il appelle ce système « pantographe à transmission ».

17Marey avait déjà résolu le problème de la transmission à distance d’un mouvement continu, lorsque, parallèlement à ces recherches dans les domaines de la physique et de l’acoustique, il travaillait au perfectionnement des appareils déjà utilisés par les physiologistes. C’est ainsi qu’en essayant d’améliorer le sphygmographe de Vierordt, il mit au point un instrument beaucoup plus fiable et sensible. Il le présente dans une communication au Journal de l’Institut de mars 1860 : pour obtenir « une expression graphique exacte des caractères du pouls », il applique son instrument (baptisé lui aussi sphygmographe) directement sur le poignet, grâce à un lacet. L’artère, sous l’effet des pulsations, met en mouvement un ressort d’acier. Ce mouvement est transmis à un levier inscripteur long et très léger. Le papier où le mouvement est enregistré se meut le long du levier par un mouvement d’horlogerie. Ce premier modèle allait être par la suite perfectionné par Marey lui-même en utilisant les fameux tambours à levier.

Marey, polygraphe, appareil enregistreur de la méthode graphique. Cinémathèque française, Collection des appareils.

  • 24 Étienne-Jules Marey, « Nouvelles expériences pour déterminer la vitesse du courant nerveux », Comp (...)

18Pour l’estimation d’un phénomène dans le temps – sa durée et l’instant où il se produit –, Marey recourt à l’inscription chronographique, qu’il définit comme « l’ensemble des procédés qui servent à représenter ainsi la durée et la succession des phénomènes ». Dans cette étude, les expériences de Young, Helmholtz, Duhamel, Wertheim et Scott ont été fondamentales, comme le montre, par exemple, l’utilisation par Marey du « diapason chronographe » afin de déterminer la vitesse du courant nerveux24. Marey reprend donc les principes de base dictés par ces expérimentateurs, mais, en même temps, les complète et les améliore en donnant à la chronographie des instruments plus perfectionnés qui trouveront de multiples applications dans l’exploration de la machine humaine et animale.

  • 25 Maurice Grammont, Traité de phonétique, Paris, Delagrave, 1933, p. 14.

19Parallèlement, Marey multiplie ses rencontres avec l’acoustique ; elles apporteront des résultats significatifs au cours de la seconde moitié du xixe siècle, lorsque – comme l’a écrit le linguiste Maurice Grammont – « on applique aux recherches de phonétique la méthode graphique, qui venait de prendre un grand essor sous l’impulsion du physiologiste français Marey25 ».

Notes

1 Laurent Mannoni, Étienne-Jules Marey, la mémoire de l’œil, Paris, Cinémathèque française/ Mazzotta, 2000.

2 F. Brunot 1860-1937, linguiste, créateur des Archives de la Parole en 1911 à la Sorbonne. Directeur de l’Institut de Phonétique (1911-1920), professeur de la chaire d’Histoire de la langue française de l’Université de Paris (1919-1928). Ferdinand Brunot, Discours d’inauguration des Archives de la parole : 3 juin 1911, Paris, Albert Manier, 1911, p. 10.

3 Henri Langlois, Hommage à Jules-Étienne Marey, Cinémathèque française, Musée du cinéma, Palais de Chaillot, 1963, p.[4].

4 Annales des sciences naturelles, 4e série, Zool., t. VIII, p. 329- 364.

5 Notice scientifique sur les travaux scientifiques du Dr Marey, Paris, E. Martinet, 1868.

6 E.-J. Marey, Du mouvement dans les fonctions de la vie, Paris, Germer Baillière, 1868, p. 6

7 Ibid., p. 5.

8 Étienne-Jules Marey, Physiologie médicale de la circulation du sang, Paris, Delahaye, 1863, p. 9.

9 Id., La Méthode graphique, op. cit., p. 111.

10 Xavier Bichat, Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine, 1801, cité par Maurice Daumas (dir.), Histoire de la science, Paris, Gallimard, 1957, p. 1213.

11 Dans les années 1880 ce sujet reste au cœur des expérimentations de Marey. Il en publie la synthèse dans son ouvrage : La Circulation du sang à l’état physiologique et dans les maladies, Paris, G. Masson, 1881.

12 Pour l’historique et les applications de ces appareils, voir P. Lorain, Études de Médecine clinique faites avec l’aide de la méthode graphique et des appareils enregistreurs, Paris, J.-B. Baillière, 1870 ; Gustave Le Bon, La Méthode graphique et les appareils enregistreurs, leurs applications aux sciences physiques, mathématiques et biologiques, Paris, 1879 ; C. Buisson, Quelques recherches sur la circulation du sang, à l’aide des appareils enregistreurs, Paris, 1862 ; F. Monoyer, Application des sciences physiques aux théories de la circulation, Strasbourg, 1863 ; Laurent Mannoni, L’Enregistrement du mouvement au xixe siècle, op. cit.

13 Jules Hérisson, Le Sphygmomètre, Paris, Crochard, 1834.

14 P. Lorain, Études de médecine clinique, op. cit., p. 60.

15 « Dicrote, terme de médecine. Pouls dicrote, pouls qui, à certaines pulsations, semble battre deux fois, tel que le marteau, qui frappant sur l’enclume, rebondit et achève son coup » (Littré).

16 W. Rive, De sphygmograaf en de Sphygmographische Curve. [Le sphygmographe et les tracés sphygmographiques, thèse inaugurale par le Dr Wilhelm Rive, Utrecht, 1866], cité par P. Lorain, Études de Médecine clinique, op. cit., p. 60.

17 Karl Vierordt, Die Lehre vom Arterienpuls,, Braunschweig, F. Vieweg, 1855.

18 Étienne-Jules Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. 112.

19 P. Lorain, Études de médecine clinique, op. cit., p. 9-10.

20 Étienne-Jules Marey, La Méthode graphique, op. cit., p. 113.

21 Ibid., p. 131-133.

22 Ibid.

23 Les tambours sont constitués par un cercle de métal recouvert d’une membrane tendue en caoutchouc. Un levier est relié à la membrane. Un tuyau de caoutchouc est adapté à un tube métallique fixe sur une partie de la capsule. Ce tuyau permet de relier le tambour avec un autre tambour. Voir Étienne-Jules Marey, Le Mouvement, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1994, p. 22 (rééd. de 1894).

24 Étienne-Jules Marey, « Nouvelles expériences pour déterminer la vitesse du courant nerveux », Comptes rendus de la Société de biologie, février 1866, p. 21.

25 Maurice Grammont, Traité de phonétique, Paris, Delagrave, 1933, p. 14.

Table des illustrations

Légende Marey, polygraphe, appareil enregistreur de la méthode graphique. Cinémathèque française, Collection des appareils.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540