Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Deuxième partie. De la machine - homme aux appareils étranges

Chapitre VI. L’analyse des phénomènes imperceptibles à l’œil nu

Texte intégral

1Au xixe siècle, les recherches sur la « persistance rétinienne » et sur l’étude du mouvement se sont associées aux observations du mouvement vibratoire de l’onde sonore, car, pour l’un comme pour l’autre, les applications empiriques se situent dans la sphère des expérimentations physiologiques. Les explorations dans les deux domaines s’appuient sur une observation concrète et sur la vérification des postulats scientifiques des phénomènes. Dès lors la mise au point de dispositifs techniques permettant la fixation et l’analyse des phénomènes imperceptibles à l’œil nu, devient l’une des priorités des chercheurs de cette époque : la pertinence des théories élaborées par les savants des siècles passés doit désormais être corroborée par la vérification expérimentale.

2Les explorations des physiciens, chimistes, biologistes et physiologistes visaient notamment à dépasser les limites fixées par la mécanique classique qui envisageait uniquement l’étude des changements de position des corps dans l’espace ; il s’agissait désormais d’analyser le mouvement qui avait engendré ce changement. La mise en relation des principes du mouvement avec les concepts d’énergie, tels que la chaleur, le magnétisme et l’électricité, ouvre la voie à des progrès considérables qui, tant sur un plan théorique qu’au niveau expérimental, redéfinissent la nature et le fonctionnement des phénomènes étudiés.

3Dans le domaine proche de notre sujet, les recherches se focalisent principalement sur l’analyse concrète des phénomènes insaisissables : comment substituer à l’invisible – le son, la lumière, le temps – un signe visuel qui en permette l’analyse, la reproduction et la conservation ? Quelle méthode utiliser : optique ou graphique ? Quels instruments ? Quelles applications ? Quels rapports de succession établir entre deux ou plusieurs phénomènes ?

Un réseau d’échanges

  • 1 L’abbé Moigno, Préface à John Tyndall, Le Son, op. cit.
  • 2 Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, op. cit., p. 15.

4À partir de ces interrogations, commencent à se tisser des liens méthodologiques entre des recherches portant sur des thèmes de nature apparemment différente (le son, l’image, le corps humain, la machine animale, etc.). Et, à partir de ce moment, la distance par rapport aux démarches universalistes et mystiques de type kircherien, ou semi-scientifique à la manière de Della Porta, se creuse irrémédiablement. L’idée positive selon laquelle ce qui échappe à l’interprétation scientifique appartient provisoirement au domaine de l’inconnu, « mais non plus de l’impénétrable1 », commence lentement à pénétrer dans les esprits. La logique qui sous-tend ces nouveaux travaux est donc radicalement différente car il ne s’agit plus de créer une rigide taxinomie des méthodes et des systèmes. Au contraire, l’axe principal de la nouvelle démarche vise au déploiement d’un vaste réseau d’échanges et d’influences réciproques. Dorénavant, un objet d’étude – par exemple le mouvement du cheval, le mouvement vibratoire du son – est expliqué par les lois qui règlent des phénomènes de nature différente, comme celles de la physique, celles de la physiologie animale et humaine ou celles des mathématiques. Les critères méthodologiques, les théories scientifiques, l’appareillage expérimental déterminent finalement les conditions d’une approche multi-fonctionnelle et interdisciplinaire, qui rend la tâche certainement plus intéressante, mais également plus complexe. Il faudra alors saisir les éléments conceptuels et les vérifications expérimentales qui, dans chaque discipline, produisent l’avancement du savoir. Pour Michel Foucault, il s’agirait « d’isoler, de grouper, de rendre pertinents, de mettre en relation, de constituer des ensembles2 » à partir d’une masse d’éléments. Dans le réseau de multiples interférences qui semble caractériser la recherche scientifique au xixe siècle, la physiologie – comme l’avait été la physique au siècle précédent – représente l’élément fédérateur d’une importante partie des recherches scientifiques. Ce n’est pas étonnant puisque, selon la définition de Jean Senebier :

  • 3 Jean Sénebier, Éloge historique d’Albert Haller, Genève, I. Bardin, 1778.

« La physiologie est la base de la Médecine, elle présente à celui qui l’exerce l’état naturel de la machine qu’il doit entretenir en prévenant les dérangements qui la menacent, et en les réparant quand ils sont arrivés. Cette science est une des parties les plus difficiles de la Physique, elle demande presque la connaissance de toutes les autres. Il faut avoir approfondi l’Anatomie : si l’on n’avait pas observé dans le plus grand détail toutes les parties de nos organes, il serait impossible de pouvoir en pénétrer le jeu. Il faut avoir solidement étudié la Physique générale, la Mécanique, l’Hydrostatique, la Pneumatique, l’Optique, l’Acoustique, la Chimie, pour comprendre divers phénomènes qui seraient incompréhensibles si l’on ne possédait pas parfaitement les principes de ces sciences, et pour faire des découvertes au milieu de cette foule de cas qui ne sont pas encore bien connus3. »

5Ces interactions sont capitales pour la compréhension du sujet qui nous intéresse, car elles établissent un réseau d’échanges des connaissances et ont une relation directe avec le processus général qui a créé les conditions historiques pour l’invention du phonographe et du cinématographe. Au cours d’un seul siècle, les recherches d’inventeurs et de scientifiques, comme Young, Edison, Scott de Martinville, Rousselot, Marey, Muybridge, Demenÿ, Anschütz, ont abouti à la réalisation d’instruments et d’appareils dont les finalités dépassaient très souvent l’analyse pure des phénomènes, et entraînaient des retombées et des applications concrètes dans différents domaines. En médecine par exemple : inscription automatique des battements du pouls (le sphygmographe), enregistrement des mouvements des lèvres et les vibrations du larynx pour les sourds-muets, enseignement des langues (appareils de Marey et Koenig, perfectionnés par l’abbé Rousselot). Pour Marey comme pour l’abbé Rousselot, il ne s’agissait pas seulement de réaliser des instruments scientifiques destinés à des spécialistes de tel ou tel domaine, mais d’arriver à la création d’un nouveau « langage » capable ainsi de surmonter les déficiences de l’appareil sensoriel. C’était déjà la préoccupation de Marey quand il écrivait en 1863 dans son premier livre :

  • 4 Étienne-Jules Marey, Physiologie médicale de la circulation du sang basée sur l’étude graphique de (...)

« Comment sentir avec le doigt les nuances délicates du pouls ? Comment garder fidèlement le souvenir de ces sensations fugaces ? Aussi est-il bien peu de médecins qui sachent réellement apprécier les caractères cliniques du pouls pris en lui-même, et s’en servir utilement pour le diagnostic et le pronostic des maladies. Mais ce n’est pas tout : si quelque médecin, doué d’un tact subtil et d’une grande patience arrive, à force d’observations, à reconnaître dans le pouls des malades, certains caractères importants, comment va-t-il exprimer à ses élèves ce qu’il perçoit lui-même ? […] Il n’y réussira assurément que dans un nombre de cas très restreint ; aussi nous ne pouvons, dans les descriptions classiques, comprendre ce que l’auteur a voulu dire et contrôler la valeur de ses travaux4. »

  • 5 Id., La Méthode graphique dans les sciences expérimentales et principalement en physiologie et en (...)

6Voici énoncée l’exigence d’une méthodologie expérimentale capable de fixer les sensations et les éléments empiriques qui, isolés de leur contexte, sont privés de toute valeur scientifique. Il fallait, dans l’esprit de Marey, traduire les pratiques gestuelles codifiées par l’expérience dans un support plus précis et fiable, en mesure de reproduire mécaniquement l’analyse sensorielle du médecin. À la suite de ces réflexions, il se consacra à la définition et à la mise en place d’un modèle expérimental qu’il présentera quelques années plus tard dans son fameux ouvrage La Méthode graphique : « La science a devant elle deux obstacles qui entravent sa marche : c’est d’abord la défectuosité de nos sens pour découvrir les vérités, et puis l’insuffisance du langage pour exprimer et pour transmettre celles que nous avons acquises5. »

  • 6 L’abbé Rousselot, La Phonétique expérimentale : leçon d’ouverture du cours professé au Collège de (...)

7Dans des termes semblables, l’abbé Rousselot, évoquant le début de ses recherches, manifeste une sorte de frustration face à l’approximation des méthodes classiques, comme la transcription phonétique pour l’étude du langage parlé ou l’analyse des mouvements des lèvres et des vibrations du larynx : « Je ne saisissais pas à mon gré l’objet de mes études. Mes notations phonétiques suffisaient à réveiller mes souvenirs. Qui pourrait les lire comme moi ? Et puis, que de choses je n’avais pu noter6 ! »

  • 7 Ibid., p. 7.
  • 8 Id., La Machine animale, op. cit., p. 121.

8Marey d’abord, l’abbé Rousselot peu après, ont trouvé dans « l’expérimentation mécanique7 » la solution à leurs critiques. La méthode graphique qu’ils appliquent à leur champ de recherche « permet seule, jusqu’ici du moins, d’apprécier la nature réelle des mouvements8 ». Enregistrer, inscrire, tracer, lire, conserver, sont les maîtres mots de la nouvelle méthodologie. Cylindre, noir de fumée, aiguille, tambour à levier, membrane, diapason, sont les pièces principales des instruments précis et perfectionnés qui ont permis aux deux savants de traduire l’invisible en langage graphique : l’analyse du mouvement dans les différentes fonctions cinétiques de l’organisme humain. L’écriture du mouvement d’abord, la photographie de la parole ensuite ont ouvert inconsciemment ou consciemment la voie aux expérimentations de Thomas Edison, Georges Demenÿ, Auguste et Louis Lumière, Léon Gaumont, Auguste Baron, etc.

Notes

1 L’abbé Moigno, Préface à John Tyndall, Le Son, op. cit.

2 Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, op. cit., p. 15.

3 Jean Sénebier, Éloge historique d’Albert Haller, Genève, I. Bardin, 1778.

4 Étienne-Jules Marey, Physiologie médicale de la circulation du sang basée sur l’étude graphique des mouvements du cœur et du pouls artériel, avec l’application aux maladies de l’appareil circulatoire, Paris, Adrien Delahaye, 1863.

5 Id., La Méthode graphique dans les sciences expérimentales et principalement en physiologie et en médecine, Paris, G. Masson, 1878, p. 1.

6 L’abbé Rousselot, La Phonétique expérimentale : leçon d’ouverture du cours professé au Collège de France, Paris, Boivin et Cie [c. 1923], p. 7.

7 Ibid., p. 7.

8 Id., La Machine animale, op. cit., p. 121.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540