Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Deuxième partie. De la machine - homme aux appareils étranges

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Pierre Wagner, Les Philosophes et la science, op. cit., p. 110-163.

1Nous venons de constater que certaines pratiques magico-scientifiques persistent, mais aussi que paradoxalement, entre la fin du xviie et le début du xviiie, plusieurs théories rationnelles se querellent au nom des principes mathématiques (cartésienne et newtonienne, par exemple1), alors que chez l’une comme chez l’autre on pouvait déceler des ambiguïtés. Un siècle plus tard, l’orientation conceptuelle de la réflexion scientifique et philosophique est profondément marquée par l’idée de « discontinuité ».

  • 2 Y. Gingras, P. Keating, C. Limoges, Du scribe au savant, op. cit., p. 286.
  • 3 Ibid.

2En fait, sur un plan méthodologique, mais aussi en ce qui concerne les thèmes et les formes du savoir, les efforts semblent tous converger vers une remise en question du modèle cognitif imposé par Descartes. Le modèle cartésien et son aspiration à définir, par la Méthode, le cadre d’évolution de la pensée, entre définitivement en crise. Comme certains historiens des sciences l’ont affirmé, « les plus grands savants européens abandonnèrent définitivement la physique de Descartes et s’appliquèrent à développer la physique mathématique de Newton2 ». Le nouveau mot d’ordre Hypotheses non fingo (« Je n’invente pas d’hypothèses ») est mis en opposition aux pouvoirs supposés de l’entendement cartésien. « La vision newtonienne du monde ramène au calcul le mouvement de tous les corps et permet ainsi de prévoir leur mouvement futur […]. C’est dans ce cadre analytique que le paradigme newtonien fut étendu, au cours des xviiie et xixe siècles, à tout un ensemble de sciences demeurées jusque-là plutôt empiriques et qualitatives comme la chaleur, l’électricité et le magnétisme3. »

3De nouvelles méthodes sont explorées pour aboutir à une nouvelle intelligibilité, dont la valeur heuristique se définit et évolue selon les différents axes propres à chaque domaine du savoir. À l’évidence aux rapports intelligibles se substitue, désormais, l’évidence des faits, par le biais d’une approche soucieuse d’analyser, de comprendre et d’expliquer la réalité. L’idéal méthodologique de la construction d’une théorie scientifique est donc celui d’une logique inductive, qui en autorise la généralisation seulement après une rigoureuse vérification expérimentale. Une certaine méfiance s’instaure à l’égard des hypothèses dénuées de liens avec l’évidence empirique.

  • 4 Henri Gouhier, Introduction à Henri Bergson, Œuvres, Paris, PUF, 1970, p. xii.
  • 5 H. Driesch, Die organischen Regulationen, Leipzig, 1903.
  • 6 Ernest Cassirer, « Storia della filosofia moderna », t. VI, Teorie della conoscenza e riflessione (...)

4Ce mouvement de déconstruction des principes du rationalisme classique et la fondation simultanée d’un esprit scientifique moderne ont pour première conséquence d’accentuer la fragmentation des branches scientifiques et de laisser apparaître de nouvelles disciplines. Dans son introduction à l’œuvre de Bergson, Henri Gouhier résume le sens de cette nouvelle approche : « Le xixe siècle a vu se constituer une biologie positive, avec toute l’extension que l’étymologie permet de donner au mot “biologie” pour désigner les diverses sciences de la vie4. » Une fois postulée avec Driesch « l’autonomie de l’organique5 » apparaissent les sciences de la vie sociale et de la vie psychique qui, rejetant la logique suivie de Descartes à Kant, fondent les bases d’une nouvelle épistémologie et donnent une conception radicalement neuve du savoir. En suivant cette articulation, les disciplines scientifiques se structurent alors autour d’un pôle historique et d’un pôle rationnel : le premier montre les « vérités de fait » et analyse l’évolution problématique des concepts ; le second démontre la logique intrinsèque de ces vérités et essaye d’en mesurer la portée universelle6.

  • 7 Claude Bernard, Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Paris, 18 (...)
  • 8 Concept développé par Michel Foucault, notamment dans L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 9 Voir, au sujet des « dépravations » (taylorisme et eugénisme) de la méthode graphique et chronopho (...)
  • 10 Léon Morokhowetz, professeur de physiologie, directeur de l’Institut physiologique impérial de Mos (...)
  • 11 Le Dr Marage construit en 1908 un étonnant appareil pour la « Photographie de la voix », basé sur (...)

5L’investigation concrète et rationnelle remplace donc l’ancien système de représentation du savoir. La clef de voûte de cette approche aboutit à la généralisation progressive de la méthode expérimentale. La polémique voulue par Goethe contre les instruments (tels le microscope ou le télescope) qui ne font que confondre le « pur esprit humain » semble résolument dépassée. Cette lutte contre la médiation des « instruments artificiels », basée sur une surévaluation excessive de l’apparat sensoriel de l’homme, perd son sens sur un plan tant méthodologique que cognitif. Dorénavant, il ne suffira pas de se mettre face à l’objet pour le connaître, car, comme l’affirme Claude Bernard en 1878, « la seule voie pour arriver à la vérité est la voie expérimentale7 ». Dans cette nouvelle configuration du savoir, qu’en est-il de l’être ? Quelle est la relation entre la nature et la nature humaine ? Au moment où l’homme devient lui-même un objet d’expérimentation scientifique, le symbolisme immobile de la représentation8 s’écroule et le regard des chercheurs se déplace à l’intérieur même de la machinerie humaine. Dans les laboratoires scientifiques les physiologistes font parfois de l’homme un cobaye9 ; l’observation expérimentale guide les recherches vers des fonctions organiques. Les yeux, l’oreille, le système nerveux deviennent des objets d’expérimentation qui sont souvent étudiés à l’abri des contraintes imposées par les lois éthiques. C’est en effet dans la sphère des recherches physiologiques plus que dans d’autres que l’observation des phénomènes comme le mouvement animal ou humain, le mouvement d’une source sonore vers le nerf auditif ou encore le mouvement imprimé aux nerfs optiques par les rayons du soleil, a fait l’objet de toutes sortes d’expériences : des photographies réalisées par Duchenne de Boulogne, en passant par les appareils inscripteurs de Marey et les expérimentations de Léon Morokhowetz10 sur l’électricité en physiologie, jusqu’à l’appareil pour la visualisation de la parole du Dr Marage11. Ces chercheurs en physiologie humaine et animale n’ont pas hésité à établir des théories dans les domaines limitrophes en utilisant, par exemple, les recherches sur la production de la chaleur, sur l’acoustique, sur la météorologie, l’électricité ou l’hydrostatique, pour lesquelles existait déjà un appareillage technique permettant des applications empiriques.

6La « liberté » de ces recherches et la confiance dans un dispositif d’analyse très précis et sophistiqué constituent la condition préalable de l’approche expérimentale qui s’est développé au xixe siècle en France.

Notes

1 Pierre Wagner, Les Philosophes et la science, op. cit., p. 110-163.

2 Y. Gingras, P. Keating, C. Limoges, Du scribe au savant, op. cit., p. 286.

3 Ibid.

4 Henri Gouhier, Introduction à Henri Bergson, Œuvres, Paris, PUF, 1970, p. xii.

5 H. Driesch, Die organischen Regulationen, Leipzig, 1903.

6 Ernest Cassirer, « Storia della filosofia moderna », t. VI, Teorie della conoscenza e riflessione scientifica dopo Hegel, Rome, Newton Compton editori, 1978, p. 190.

7 Claude Bernard, Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Paris, 1878, t. I, p.17.

8 Concept développé par Michel Foucault, notamment dans L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969 ; Les Mots et les Choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 ; L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971.

9 Voir, au sujet des « dépravations » (taylorisme et eugénisme) de la méthode graphique et chronophotographique, Laurent Mannoni, L’Enregistrement du mouvement du xixe siècle : les méthodes graphiques et chronophotographiques, Michel Marie (dir.), thèse de doctorat, Université Paris III, 2003, p. 940-983 (inédit).

10 Léon Morokhowetz, professeur de physiologie, directeur de l’Institut physiologique impérial de Moscou.

11 Le Dr Marage construit en 1908 un étonnant appareil pour la « Photographie de la voix », basé sur le principe du récepteur téléphonique et dont la visualisation des voyelles était assurée par des bouches artificielles (Paul Olivier, « À propos des voyelles par M. Marage », extrait de la Revue internationale de rhinologie, otologie et laryngologie, juin 1898).

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540