Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une archéologie du cinéma sonore

 | 
Giusy Pisano

Première partie. Du mythe de la conservation du son à l’époque où philosophie et science étaient une seule et même chose

Introduction à la première partie

Texte intégral

1L’archéologie de l’image projetée coïncide, par bien des aspects, avec le mythe de la conservation du son. Si les observations du soleil dans une chambre obscure effectuées par le moine anglais Roger Bacon, dal grande Leonardo da Vinci, par le physicien italien Giambattista Della Porta ou encore par le jésuite allemand Athanase Kircher constituent l’archéologie des projections lumineuses, les expériences sur le son de ces mêmes savants représentent également la base archétypique des recherches qui président à la captation des phénomènes sonores. Pour les historiens des deux domaines, ces sources restent pourtant tout à fait distinctes, les uns et les autres s’ignorant. Il s’agit d’une véritable césure entre deux éléments qui sont partie intégrante du même phénomène et du même processus d’évolution technique. Césure intervenue, a posteriori, en raison d’une spécialisation des recherches qui a engendré parfois une segmentation des sources. Ainsi on cite l’Ars magna lucis et umbrae (1646 et 1671) d’Athanase Kircher, tout en méconnaissant l’importance de ses travaux en acoustique exposés dans les traités Musurgia universalis (1650) et Phonurgia nova (1673) ; ou encore faudrait-il citer également pour ses expériences sur le son le fameux ouvrage de Giambattista Della Porta, Magiae naturalis, sive de miraculis rerum naturalium, habituellement connu pour sa description de la camera oscura. Il faut rétablir, tant sur le plan de l’histoire de l’évolution technique qu’au niveau de l’analyse culturelle, l’existence d’un tronc commun, d’un énorme réservoir d’observations et d’expérimentations où les réflexions dans le domaine de l’optique ont côtoyé pendant plusieurs siècles les recherches acoustiques.

  • 1 « Il me semble que les sciences, c’est ce qu’on peut apprendre chez Théodore, la géométrie et les (...)
  • 2 Ibid., p. 146.
  • 3 Pierre Wagner (dir.), Les Philosophes et la Science, Paris, Gallimard, 2002, p. 100.

2À ce tronc commun s’ajoutent, plus tard, les études physiologiques, l’essor de la physique expérimentale, le rôle des cabinets de curiosités, etc., en bref l’histoire des sciences et des techniques, parfois mêlées à l’histoire de l’art. Les savants de l’Antiquité, du Moyen Âge qui se sont penchés sur les questions de l’optique et de l’acoustique, avaient une approche d’ordre mimétique. Ils essayaient par simple déduction de recréer, de façon empirique, les effets des phénomènes que la nature présentait à leurs yeux ou à leurs oreilles. D’un point de vue conceptuel et sur un plan plus strictement méthodologique, la démarche de ces « chercheurs » recouvre un champ de recherche très vaste. Par exemple, Platon et Aristote ne dissocient pas la « science » – quoique au mot science ils donnent une connotation bien plus large que celle admise actuellement1 – de la philosophie et des autres formes de la connaissance. La notion même de science est assez vague et toujours couverte d’une aura de mystères. Même lorsque dans Théétète, Platon revient plusieurs fois sur la question de la science qu’il formule directement par « qu’est-ce que la science2 ? », la réponse demeure ouverte. Le dialogue entre Socrate et le jeune mathématicien Théétète « est aporétique, c’est-à-dire sans réponse définitive à la question. Toutes les réponses successives que propose Théétète sont examinées et réfutées les unes après les autres, sans qu’il parvienne à une réponse finale satisfaisante3 ».

3Depuis les théories des philosophes jusqu’aux expériences plus naïves des charlatans, le rêve de capter et de reproduire la parole et les sons est imprégné d’une aura mystique. Le modèle subliminal qui préside à ces intentions s’apparente à l’image puissante de la voix de Dieu ou de la voix venant de l’au-delà, signe concret d’une présence qui n’a besoin d’aucun support physique pour se manifester. Les recherches puisent donc dans un imaginaire toujours vivant, où les anciennes sources animistes se mélangent au cours des siècles avec une approche d’abord simplement empirique, puis plus technique, capable d’imposer aux exemples fournis par la nature le cadre rigoureux de ses propres réflexions scientifiques.

  • 4 Étienne-Gaspard Robert remplace son nom de Robert par « Robert-Son » vers 1797. Son biographe Pier (...)
  • 5 Étienne-Gaspard Robertson, Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques du physicien-aéronau (...)

4Dans la complexité des sources, qui se croisent tout en restant parallèles, nous verrons qu’un personnage a eu l’intuition d’utiliser dans leur globalité les recherches de ces savants, et d’en tirer des leçons pour ses propres expériences. Il s’agit d’Étienne-Gaspard Robertson, personnage important pour l’archéologie du spectacle visuel, mais totalement délaissé par la littérature sur le son. Robertson représente, parmi tous les acteurs qui ont d’une manière ou d’une autre contribué à l’invention du spectacle audio-visuel, l’ancêtre des « projections sonores ». ROBERT-SON4, nom éminemment sonore, va puiser dans les traités de Kircher et Della Porta, les « astuces » pour ses expériences de fantasmagorie et d’acoustique. Il anime ses séances par la musique et les bruits et associe à l’image lumineuse et animée des « accessoires de la fantasmagorie » : l’harmonica de Franklin, le « tam-tam chinois », les systèmes pour le bruit de la pluie, l’imitation du vent et de l’ouragan, car tous ces moyens « contribuent puissamment aux effets de la fantasmagorie, en préparant non seulement les esprits, mais les sens mêmes à des impressions étranges5 ».

Notes

1 « Il me semble que les sciences, c’est ce qu’on peut apprendre chez Théodore, la géométrie et les autres sciences que tu as énumérées à l’instant, et qu’aussi la cordonnerie, ce n’est d’autre qu’une science, ainsi que les techniques des autres artisans, toutes ensemble mais aussi chacune séparément », Platon (dialogue de Socrate avec Théétète), Théétète, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1950, t. II, p. 146.

2 Ibid., p. 146.

3 Pierre Wagner (dir.), Les Philosophes et la Science, Paris, Gallimard, 2002, p. 100.

4 Étienne-Gaspard Robert remplace son nom de Robert par « Robert-Son » vers 1797. Son biographe Pierre Delrée explique ainsi cette initiative : Robertson est un « […] nom plus sonore pour une entreprise ouverte avec éclat ; et, sans doute, désir de se distinguer des autres Robert parisiens ». P. Delrée, « Robertson physicien et aéronaute liégeois », La vie wallonne, t. XXVIII, 1954, p. 24.

5 Étienne-Gaspard Robertson, Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques du physicien-aéronaute, Paris, chez l’auteur et à la librairie de Wurtz, t. I, 1831, p. 356.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540