Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle Vague

 | 
Sellier Geneviève

Chapitre X. Brigitte Bardot et la Nouvelle Vague : une relation ambivalente1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

B. B., une image scandaleuse de l’émancipation féminine

Le statut de Brigitte Bardot par rapport à la Nouvelle Vague est paradoxal. Le film qui la lance fin 1956 (après une quinzaine de rôles d’importance inégale depuis 1952), Et Dieu créa la femme, premier film de Vadim, sera défendu avec vigueur par les critiques des Cahiers du cinéma (voir chap. IV) contre l’ensemble de la presse « sérieuse ». L’image de jeune femme « naturelle » et sexuellement émancipée que le film impose, rompt avec la tradition du cinéma français des années 1950, aussi bien avec les genres populaires qu’avec le « cinéma de qualité ». François Truffaut (Arts, 12-12-1956) y voit « un film documentaire sur une femme de sa génération ». Elle annonce en effet par bien des aspects les figures féminines de la Nouvelle Vague. Pourtant, le film est fait avec des recettes commerciales éprouvées et flatte sans vergogne le voyeurisme masculin. Ginette Vincendeau (1993) a montré toute l’ambivalence du film, « entre l’ancie...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search