Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle Vague

 | 
Sellier Geneviève

Chapitre VIII. Les « femmes » de la Nouvelle Vague, entre modernité et archaïsme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Mademoiselle Nouvelle Vague », réalité ou fantasme ?

Dès 1956 et le succès de Et Dieu créa la femme, la Nouvelle Vague est associée par les médias à l’émergence d’une nouvelle figure de femme. Comme le rappelle Antoine de Baecque (1998, p. 75), André Cayatte, spécialiste du « film à thèse », propose aux lecteurs de L’Express (30-10-1958) de « travailler [avec lui] en vue de l’élaboration d’un scénario sur la jeunesse d’aujourd’hui ». Cayatte reçoit plusieurs centaines de lettres et dresse le portrait de sa jeune héroïne, « mademoiselle Nouvelle Vague » :

Elle reste très sérieuse, mais en même temps très enfant, très jeune. Elle a son idéal bien à elle (égalité des sexes, liberté en amour), un goût pour le travail et pour le plaisir, pour les loisirs : cinéma, disques, lectures, sorties du soir. Elle aime s’habiller, de façon élégante, mais plutôt décontractée et sage, avec une certaine désinvolture. Surtout, elle a horreur du patriotisme tel qu’on le concevait autrefois. Ce qu’elle...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search