Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle Vague

 | 
Sellier Geneviève

Chapitre VII. La nostalgie d’une masculinité héroïque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les positions politiques des cinéastes de la Nouvelle Vague autant que l’analyse idéologique de leurs œuvres ont en général été considérées, par les critiques de l’époque, puis par les historiens, comme non pertinentes, pour ne pas dire taboues, à l’exception notable de la revue Positif, qui a dénoncé avec virulence au moment de leur sortie les orientations « droitières » de la plupart des films de la Nouvelle Vague1. Mais leurs excès polémiques et leur défaut d’articulation entre esthétique et politique a permis au courant critique dominant de les ignorer, même quand elles étaient aussi construites et argumentées que celle de Gérard Gozlan sur l’idéologie d’André Bazin (Positif, nos 46 et 47, 1962). Gozlan analyse l’utilisation du concept d’ambiguïté chez le théoricien catholique, cofondateur des Cahiers du cinéma comme un refus de prendre parti face aux contradictions sociales en général, et, en particulier, face aux choix qu’opère sur le réel n’importe quel film. L’idée qu’un fil...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search