Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle Vague

 | 
Sellier Geneviève

Chapitre III. Le cinéma d’auteur, une affaire d’état

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Instauration d’un cinéma à deux vitesses

L’émergence de la Nouvelle Vague se fait dans le contexte d’un rapport entre l’État et la culture, où l’on passe peu à peu d’une forme négative (la censure) à une forme positive (les aides) d’intervention culturelle des pouvoirs publics, ce qui relativise le mythe fondateur de la Nouvelle Vague de la liberté du créateur. En fait, les rapports protectionnistes entre l’État et la profession mis en place en 1948 (Léglise, 1977 ; Creton, 2004), vont donner un rôle croissant à l’État mécène avec la création du ministère de la Culture en 1959 (Ory, 1989). Le cinéma français vit à la fin des années 1950 la transformation majeure de son histoire récente, avec l’instauration de l’aide à la qualité, puis, bientôt, de l’avance sur recettes, qui posent les bases institutionnelles et économiques du « cinéma d’auteur ». C’est pour remédier aux « effets pervers » de la première loi d’aide publique au cinéma votée en 19481 qu’une nouvelle loi institue en 1953...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search