Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle Vague

 | 
Sellier Geneviève

Chapitre premier. Une nouvelle génération marquée par l’émergence des femmes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un phénomène sociologique

On sait que l’expression « Nouvelle Vague » a d’abord désigné une génération, celle qui, née avant-guerre, devient adulte après la Libération. Dernière génération des classes creuses, elle sera bientôt détrônée par celle des baby-boomers (Sirinelli, 2003), mais elle est la première à être appréhendée comme un phénomène sociologique à part entière. Fin 1957, l’IFOP et L’Express – deux institutions médiatiques qui incarnent la modernisation à l’américaine de la France – lancent simultanément une enquête1 pour essayer d’appréhender les spécificités de cette nouvelle génération née entre 1927 et 19392. Dans l’ouvrage que Françoise Giroud publiera en 1958 pour commenter un échantillon représentatif des 15 000 lettres reçues par l’hebdomadaire, elle fait le constat d’une différence si nette entre les réponses des hommes et des femmes qu’elle décide de les présenter séparément (p. 201) :

Pourquoi isoler les femmes de la Nouvelle Vague de leurs compagnons d’âge ? Non...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search