Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Note sur le travail de traduction

Hu Yu et Pierre Miège

Texte intégral

1Ce livre est le fruit d’un travail de traduction mené de manière collective. Dès l’origine du projet, nous avons cherché à concilier deux exigences : rester au plus près du texte pour donner à lire la pensée chinoise telle qu’elle s’organise, et dans le même temps assurer que le choix des termes et expressions permette l’échange et la discussion entre les deux cultures scientifiques.

2Ainsi, en ce qui concerne la traduction des objets, concepts et notions plus modernes, qui a représenté l’essentiel de ce travail, la principale difficulté tient à l’inachèvement du processus de standardisation des traductions vers le mandarin. On peut rappeler que le dialogue entre les sociologies étrangères et la sociologie chinoise a connu une histoire heurtée, marquée par la fermeture officielle des départements de cette discipline en 1952. Chaque chercheur tente ainsi de rendre en chinois les notions qu’il emprunte aux sciences sociales occidentales, sans s’inscrire dans des consensus établis. Par la discussion avec les auteurs et une lecture très attentive de leurs travaux, nous avons pu revenir aux sources de leurs démarches, et proposer ainsi une traduction la plus juste possible de leur réflexion.

3Notre ambition était également de permettre au lecteur français de découvrir plus que des concepts : un mode d’approche des objets sociologiques et de déploiement d’une pensée logique, propre aux sciences sociales chinoises. En particulier, nous avons conservé la structure des textes, qui souvent procèdent par touches successives, par une accumulation minutieuse de différents éléments de théorie et d’observation, pour progressivement laisser apparaître le phénomène analysé. L’inscription de beaucoup de ces recherches dans des approches de type microsociologique, donne tout son sens à cette écriture, qui peut parfois sembler déconcertante, mais exige que chaque texte soit lu dans sa totalité.

4Nous avons regroupé par ailleurs dans le glossaire les expressions idiomatiques présentes dans cet ouvrage, ainsi qu’un certain nombre de termes spécifiques au contexte chinois. Nous avons privilégié les notions et les objets qui décrivent des réalités propres à ce pays, comme par exemple les « jeunes instruits », les « paysans-ouvriers » ou le hukou, accompagnés lorsque nécessaire d’une courte notice, permettant au lecteur moins familier de la Chine et de la langue chinoise moderne de mieux comprendre le travail des sociologues chinois.

5Pékin le 30 janvier 2008.

Auteurs

Hu Yu, Maître de conférences en français à l’Université des Langues Étrangères n° 2 de Pékin

Maître de conférences en sociologie à l’Université Normale de Pékin, Institut du développement social et de politiques publiques (ISDPP)

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site