Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Conclusion

Michel Wieviorka

Texte intégral

1La sociologie chinoise se porte bien, elle est dynamique, elle est aussi « globale », au bon sens du mot : à la fois ancrée dans l’étude des problèmes de sa société, et insérée dans des discussions planétaires, et au meilleur niveau ; d’une part empirique, soucieuse de produire des données solides, éventuellement statistiques, de s’appuyer sur des enquêtes concrètes, du terrain, et d’autre part théorique, s’efforçant alors d’élaborer des concepts, de réfléchir aux méthodes qu’elle emploie, de se confronter aux théories disponibles, d’en proposer de nouvelles.

UNE SOCIOLOGIE NI ALIGNÉE, NI ENFERMÉE

2Elle est parfois guettée, mais moins que d’autres sociologies nationales dans la région de l’Asie de l’Est, par deux dangers opposés. Le premier, auquel elle ne cède pas, est celui de l’alignement sans grande distanciation critique sur les pensées, les catégories, les outils analytiques forgés ailleurs, et auxquels elle a d’autant plus facilement accès qu’ils sont rédigés en anglais, ce qui assure aux travaux en provenance du monde « anglo-saxon » une prééminence linguistique qui devient une domination intellectuelle. Le second danger, auquel elle résiste également, est celui du repli sur soi, et donc d’un relativisme plus ou moins prononcé, qu’il soit d’inspiration nationale, chinoise, ou à vocation régionale, pour se dire alors « asiatique ».

3Dans l’ensemble, les textes que Laurence Roulleau-Berger a su rassembler avec bonheur témoignent de la vitalité de la sociologie chinoise, de sa diversité, qu’il s’agisse des orientations théoriques, des méthodes utilisées ou des objets d’étude. Ils attestent aussi de sa créativité et de sa capacité, donc, à contourner ces deux écueils que sont la soumission à un universalisme qui n’est jamais qu’un impérialisme intellectuel et linguistique plus ou moins voilé, d’un côté, ou l’enfermement dans un particularisme.

4Les sociologues chinois tiennent à affirmer l’épaisseur historique de leur discipline en Chine. Ils savent qu’ils reviennent de loin, de près de trente ans d’interdiction. Mais ils n’ont pas oublié un passé qui, déjà, faisait la part belle à l’étude de terrain – les liens intellectuels avec l’École dite de Chicago furent réels avant la Deuxième Guerre mondiale, et à suivre ce qui en est dit dans ce livre, la plus ancienne enquête de référence, qui avait porté sur la vie des conducteurs de « pousse-pousse », serait digne de figurer dans une histoire des sciences sociales aux côtés des « classiques » de l’École de Chicago. Le pouvoir a eu l’intelligence de redonner une place importante à la sociologie, en ouvrant pour elle des Instituts ou des centres de recherche, et des enseignements, et en une vingtaine d’années, les chercheurs ont su produire une somme impressionnante de connaissances.

5Pour le public de langue française, leur apport ne devrait pas être exotique, et lu seulement comme une sorte de curiosité. La Chine, cela devient une platitude que de le dire, est au cœur des processus les plus décisifs de la mondialisation, et penser « global » passe nécessairement par une connaissance de la façon décisive dont ce pays produit et vit ce phénomène. Comment intellectuellement pourrions-nous réfléchir sérieusement à la mutation économique, culturelle, ou géopolitique dans laquelle toutes les sociétés, y compris la nôtre, sont aujourd’hui à la fois entraînées, et amenées à jouer un rôle de coproduction, sans acquérir une compréhension sans cesse plus approfondie du fonctionnement et des changements sociaux dans ce pays si important ? Comment analyser la globalisation, telle qu’elle opère dans les sociétés occidentales, en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Afrique, ailleurs en Asie, si l’on ignore comment elle est à bien des égards impulsée par le dynamisme des transformations en Chine, y compris quand elles ont l’air de n’être qu’un processus interne, par exemple le passage du monde rural au marché ? Connaître la Chine, et sa sociologie, est un impératif intellectuel pour les sociologues du monde entier, ou devrait l’être, pour comprendre notre planète, mais aussi pour disposer d’outils analytiques renouvelés : la Chine est à l’évidence un formidable laboratoire, que nous devons aussi envisager pour son apport à notre travail théorique général, à nos efforts conceptuels pour analyser les problèmes du monde contemporain.

UN RAPPORT SUBTIL AU POUVOIR

6De ce point de vue aussi, les textes rassemblés par Laurence Roulleau-Berger sont précieux, car ils nous donnent à voir le travail de la société chinoise sur elle-même, un travail qui ne se réduit évidemment pas aux quelques images et stéréotypes dont trop souvent nous nous contentons. Ils nous aident, ou nous obligent à rompre avec tout évolutionnisme, une rupture qui est opérée fort clairement par nos collègues chinois qui ne parlent guère de passage de la tradition à la modernité, mais beaucoup plus, et beaucoup mieux, de mécanismes d’action et d’interactions entre ce qui semble relever de l’une, et de l’autre.

7Entre l’État, ou le pouvoir communiste, et la société, les promoteurs immobiliers, les investisseurs privés, les paysans, les ouvriers, avec les processus de changement parfois violents dans lesquels ils se trouvent engagés, il existe une fantastique épaisseur de médiations, une structuration institutionnelle fort complexe des comités, des coopératives, des structures anciennes, d’autres récentes.

8Les auteurs des textes réunis avec patience par Laurence Roulleau-Berger travaillent et, plus largement, vivent dans un contexte historique bien précis qui exerce une grande influence sur leur production intellectuelle. Le pouvoir leur laisse d’assez grands degrés de liberté, et il arrive que ce qu’ils décrivent, en termes généralement froids, sans émotion apparente, recouvre une forte critique politique. Celle-ci n’est que peu exprimée explicitement, du moins s’il s’agit de nommer le Parti et d’évoquer sans détours son emprise sur le social. Mais elle n’en est pas moins présente et lucide, par exemple dans l’analyse par Tong Xin de la lutte des ouvriers de l’usine « Z » qui ont fait reculer un État se préparant à laisser jouer les intérêts d’acteurs privés, mais ne pouvant pas totalement se déjuger et agir en contradiction trop flagrante avec son propre discours.

9Les sociologues chinois semblent parfois engagés, tel Shen Yuan, qui constate l’existence de mouvements citoyens et, surtout, qui promeut une méthode qu’il appelle d’« intervention sociologique forte » – une démarche qui s’apparente en fait plus à la recherche-action qu’à l’« intervention sociologique » à la Touraine. Quelle relation entretient cette sociologie avec le marxisme et le maoïsme ? Il arrive qu’elle ne se dégage que partiellement des catégories idéologiques nées de longues années d’imprégnation marxiste, ou maoïste, ou qu’elle nous fasse revivre des discussions et des débats qui peuvent sembler d’un autre temps, sur la propriété et la possession par exemple – les plus âgés d’entre nous n’ont pas oublié les pages que consacrait à la question l’économiste marxiste, le spécialiste de la Chine, Charles Bettelheim en pleine période du marxisme triomphant dans notre pays – ou bien encore à propos des couches et classes sociales.

10À la fin des années 1970 et au début des années 1980, en Europe occidentale, et tout particulièrement en France, en Espagne et en Italie, au moment où le communisme entrait dans sa phase de déréliction, un auteur a connu un succès considérable : Antonio Gramsci, dont le marxisme, particulièrement ouvert, autorisait d’associer l’idéal démocratique et l’appartenance à un parti ou une mouvance communiste. L’eurocommunisme, en particulier, se nourrissait de références à cette pensée qui prenait d’immenses distances vis-à-vis du stalinisme ou des conceptions pures et dures du « Parti ». Dans ce livre, et plus précisément chez Shen Yuan, Gramsci est une référence, qui pourrait aussi marquer le moment du dégagement, de la sortie en douceur, sans rupture complète, du marxisme plus dogmatique dans lequel la pensée a été emprisonnée jusqu’ici. Mais l’auteur, après avoir examiné cette possibilité – dans un autre vocabulaire, certes, que celui que j’utilise ici – l’écarte, comme une « voie classique » qui ne permet pas suffisamment de réfléchir aux mouvements de citoyens et à la subjectivité personnelle des acteurs.

POUR UNE CRITIQUE DE LA NOTION DE « TRANSITION »

11La sociologie chinoise, telle qu’elle est présentée dans ce livre, n’aborde pas tous les thèmes qui agitent aussi la discipline à l’échelle mondiale. Elle se tient dans l’ensemble, et pour des raisons faciles à comprendre, relativement à l’écart de l’étude du fait religieux. Elle semble aussi ne pas entrer dans les débats de fond qui occupent aujourd’hui bien des sociologues de par le monde à propos des phénomènes migratoires ou diasporiques – ceux-ci ne sont abordés qu’au passage, et principalement d’un point de vue psycho-sociologique (à propos des Chinois de Malaisie). Il est vrai qu’il existe par ailleurs, et notamment au sein de la diaspora chinoise de par le monde, d’importants travaux abordant les questions de transnationalisme ou de déterritorialisation, l’existence de réseaux, de flux, de mobilité mettant d’une façon ou d’une autre en jeu des identités chinoises : peut-être faut-il considérer – il s’agit là d’une simple hypothèse – que sur de tels enjeux, la sociologie chinoise de Chine n’a pas encore vraiment opéré sa jonction avec la sociologie chinoise de la diaspora, notamment nord-américaine.

12La prise en compte de leur situation politique éclaire certaines dimensions de l’apport des sociologues chinois, elle peut aussi aider à en saisir les creux, les manques, les limites. La sociologie chinoise contemporaine aborde, y compris très concrètement, l’étude du fonctionnement du pouvoir, local par exemple : comment il organise la société, la contrôle, tout en assurant un rôle impressionnant d’acteur du développement et de la modernisation. Mais elle n’est jamais à proprement parler une sociologie politique. Elle décrit le pouvoir, ici ou là, elle n’étudie pas la façon dont il se constitue, dont il se maintient, elle ne pose pas les grandes questions de la démocratie et de la façon dont la Chine pourrait s’en approcher. Elle développe brillamment une notion de « transition » à laquelle beaucoup de sociologues chinois se réfèrent, y compris en débattant avec des chercheurs occidentaux, notamment d’Europe centrale, mais elle ne veut penser cette « transition » que dans ses composantes économiques, comme un passage au marché. Les sociologues chinois savent fort bien qu’ailleurs, la sortie du communisme a pris l’allure d’une double purge, associant la fin de l’économie administrée à l’abandon du communisme, alors que dans leur pays, le « Parti » continue d’exercer le pouvoir politique, et qu’il leur faut faire comme si le communisme demeurait l’horizon politique de leur pays. Mais qu’est ce qu’une transition qui reste interne à une « civilisation originale du communisme », comme dit ici Sun Liping ? Il y a là un thème qui semble vite tabou, puisqu’on ne discute pas de la perspective d’une « transition » qui serait totale, à la fois économique et politique.

13La catégorie de « transition » mériterait elle-même d’être davantage questionnée. Elle donne à penser, en effet, qu’il existe un point de départ connu, ce qui est le cas certes, mais aussi un point d’arrivée relativement clairement dessiné – ce qui est une idée qui s’apparente à la thèse de la « fin de l’Histoire » proclamée par Francis Fukuyama au moment de la chute du Mur de Berlin : l’aboutissement, dans cette perspective, ne peut être que le triomphe de la démocratie et du marché. Or, non seulement le concept de transition adopté par nos collègues chinois laisse de côté, pour des raisons faciles à imaginer, la référence à la démocratie, mais aussi, et surtout, il postule une définition de ce à quoi aboutira un jour ou l’autre l’expérience historique de la Chine, enfermant l’analyse dans un espace fermé, et même presque déterminé, ce qui est une démarche discutable. Les sociologues chinois ont conscience de la vitesse et de l’intensité des changements gigantesques de leur société, qu’ils analysent souvent brillamment, on en a ici plusieurs illustrations, par exemple dans des monographies sur des situations locales, les « villages urbains », si bien décrits par Li Peilin, qui montre avec finesse que l’urbanisation est une chose, la fin des paysans une autre. Ils ont conscience du caractère unique, exceptionnel, du laboratoire qu’ils ont sous les yeux, ce qui rend le concept de transition encore plus problématique : comment un concept qui semble devoir recouvrir les expériences de passage à la démocratie et au marché pourrait-il être satisfaisant pour éclairer des processus uniques, et massifs, dont personne ne peut dire s’ils vont à terme s’inscrire dans un modèle donné, déjà existant ?

POUR CONCLURE

14La société chinoise est un immense chantier, les transformations sont intenses, et rapides, et les chercheurs s’efforcent en permanence de penser ces changements. Ils mobilisent parfois d’étonnantes catégories, comme lorsqu’ils jugent utile de parler de reproduction, de poids de l’ancien ordre social plus fort que la mobilité (cf Li Lulu) alors que tout indique que le pays se transforme, que les groupes sociaux se modifient, que la mobilité ascendante ou descendante joue à plein.

15Cet ouvrage laisse apparaître des différences, des perspectives à la limite opposées, une grande diversité d’orientations théoriques et pratiques, et du coup, nous pouvons nous interroger : comment les chercheurs chinois débattent-ils entre eux, jusqu’à quels points leurs débats sont-ils explicitement conflictuels ? On a parfois le sentiment que la situation politique, qui laisse en permanence planer des risques d’intervention du pouvoir au cas où la sociologie apparaîtrait comme trop critique à son égard, encourage l’ensemble de la discipline à se serrer les coudes, et à développer en interne une forte tolérance, une coexistence non conflictuelle assurant une certaine unité face au pouvoir. De là, peut-être – mais il s’agit là encore simplement d’une hypothèse – le fait que tous les paradigmes semblent coexister harmonieusement, dans un esprit de pluralisme qui ne s’intéresse pas à explorer les contradictions ou les conflits théoriques.

16La sociologie française contemporaine n’est guère présente dans les références des auteurs chinois de ce livre, qui maîtrisent par ailleurs parfaitement le Panthéon de la discipline, et savent évoquer les grands auteurs français, de Durkheim à Bourdieu ou Touraine. Mais si les générations plus jeunes de chercheurs français ne semblent pas aujourd’hui exercer un fort attrait sur leurs homologues chinois, nous pouvons constater, et l’étude introductive de Laurence Roulleau-Berger est éclairante, que de nombreuses passerelles pourraient être établies entre les deux pays, dans différents domaines, et pour une assez grande diversité de courants de pensée. Raison de plus pour nous réjouir de la parution de cet ouvrage.

Auteur

Sociologue, Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Directeur du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques, CADIS/CNRS, Président de l’Association Internationale de Sociologie.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site