Version classiqueVersion mobile

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Conclusion

Michel Wieviorka

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La sociologie chinoise se porte bien, elle est dynamique, elle est aussi « globale », au bon sens du mot : à la fois ancrée dans l’étude des problèmes de sa société, et insérée dans des discussions planétaires, et au meilleur niveau ; d’une part empirique, soucieuse de produire des données solides, éventuellement statistiques, de s’appuyer sur des enquêtes concrètes, du terrain, et d’autre part théorique, s’efforçant alors d’élaborer des concepts, de réfléchir aux méthodes qu’elle emploie, de se confronter aux théories disponibles, d’en proposer de nouvelles.

UNE SOCIOLOGIE NI ALIGNÉE, NI ENFERMÉE

Elle est parfois guettée, mais moins que d’autres sociologies nationales dans la région de l’Asie de l’Est, par deux dangers opposés. Le premier, auquel elle ne cède pas, est celui de l’alignement sans grande distanciation critique sur les pensées, les catégories, les outils analytiques forgés ailleurs, et auxquels elle a d’autant plus facilement accès qu’ils sont rédigés en anglais, ce qui ...

Auteur

Sociologue, Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Directeur du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques, CADIS/CNRS, Président de l’Association Internationale de Sociologie.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search