Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Quatrième partie. Modes de production de la connaissance sociologique en Chine

Chapitre 12. Rétrospective et réflexion sur l’enquête sociologique en Chine depuis 1980

Chen Yingying

Texte intégral

1Depuis la restauration de la sociologie en Chine en 1979, face aux changements considérables de la société chinoise, les chercheurs ont mené un grand nombre d’enquêtes sociales minutieuses et approfondies. Ils ont tenté, à l’aide de ces enquêtes, d’explorer les faits sociaux en cette période de transition sociale, afin d’analyser les mécanismes de fonctionnement de la société, voire même de participer à sa construction. Ces enquêtes ont obtenu des résultats féconds, et ont largement contribué à l’accumulation de travaux scientifiques depuis la restauration de la sociologie ; de plus, elles constituent une composante majeure de l’expérience chinoise dans cette discipline. Cet article propose d’effectuer une rétrospective sur l’enquête sociale au cours de ces vingt dernières années, de mener une réflexion critique sur son parcours, et d’en discuter ses particularités, ses problèmes et ses tendances dans le cadre du développement de la Chine.

LA TRADITION DE RECHERCHE : PRODUIRE DE LA CONNAISSANCE PAR LA PRATIQUE ET RÉALISER « L’ENQUÊTE SOCIALE »

2L’enquête sociale est la méthode de recherche la plus utilisée en sociologie, mais sa définition ne fait pas l’objet d’un consensus. Le volume sur la sociologie de la Grande encyclopédie chinoise définit l’« enquête sociale » en distinguant un sens large et un sens étroit. Le premier désigne une activité et une méthode permettant de comprendre sur le terrain certains phénomènes sociaux ; le second se réfère à des techniques de collecte et d’analyse de données dans les approches méthodologiques. Le mot anglais survey, signifie « regarder d’en haut », « dominer du regard », et comprend le sens d’observer, de mesurer, d’évaluer, etc. Ce terme spécialisé de la sociologie est principalement employé pour désigner les enquêtes statistiques quantitatives. Un certain nombre de chercheurs pensent que le terme chinois « shehui diaocha » (enquête sociale), traduction littérale de social survey, doit être utilisé pour désigner les enquêtes statistiques quantitatives. C’est la raison pour laquelle certains appellent « recherche par enquête » toutes les méthodes quantitatives et « recherche de terrain » les méthodes qualitatives (Feng Xiaotian, 2001). Or le travail sur le terrain est indispensable même pour une enquête quantitative. Avant l’adoption générale des méthodes statistiques en Chine, les expressions « enquêtes sociales » et « recherches par enquête » étaient largement utilisées dans la langue chinoise, englobant souvent les enquêtes sociologiques de terrain et les enquêtes typiques de « dissection de moineau » (jiepou maque, (type d’étude développé à l’époque de Mao) effectuées par les autorités gouvernementales et le Parti. Par conséquent, beaucoup de sociologues parlent d’« enquête sociale » en référence aux deux méthodes d’enquête quantitative et qualitative (Grande encyclopédie chinoise, volume sociologie, 1991). Par ailleurs, certains identifient recherches qualitatives à recherches théoriques et recherches quantitatives à recherches empiriques. La réduction du terme « enquête sociale » aux enquêtes quantitatives a peut-être renforcé ce malentendu. Ces raisons nous conduisent à considérer l’enquête sociale comme une des méthodes de recherche en sociologie qui consiste à collecter sur le terrain des données quantitatives ou qualitatives de première main pour rendre compte ou expliquer des faits sociaux.

3Une telle définition de l’enquête sociale s’explique aussi par la tradition académique de la sociologie chinoise qui lui accorde une grande attention. Elle comprend non seulement les enquêtes quantitatives dans le « mouvement d’enquêtes sociales » mais aussi et surtout les recherches qualitatives comparatives sur des communautés que les chercheurs de l’École de Yanjing ont conduites à travers diverses méthodes, telles que l’entretien et l’observation participante. Dans cette tradition, le qualitatif et le quantitatif ne s’excluent nullement. Au contraire, leur combinaison a été un horizon continuellement visé par les enquêtes sociales en Chine.

4Malgré les péripéties qu’a connues la sociologie chinoise, les efforts de plusieurs générations ont permis de forger une tradition académique originale de production de savoir par la pratique. À l’occasion du vingtième anniversaire de la fondation du département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine, Fei Xiaotong rappelait :

« notre discipline n’est pas un savoir imaginaire, c’est une science. La science naît de la pratique. Il faut partir de la pratique pour atteindre le savoir, il faut “rechercher le savoir par la pratique” (Cong shi qiu zhi). (…) Nos enquêtes ne sauraient s’éloigner de la pratique » (Fei Xiaotong, 2000).

5Depuis presque un siècle, la sociologie chinoise a produit une tradition qui s’attache à suivre de près la réalité chinoise et à s’appuyer sur des enquêtes sociales ; tradition qui s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. Les enquêtes sociales étroitement liées à la réalité fournissent des matériaux détaillés et exacts pour observer, analyser et étudier de façon minutieuse la société chinoise, et constituent une assise solide pour la construction de théories sociologiques. Cependant, la question qui se pose à ce stade est de savoir comment « partir de la pratique » ? Autrement dit, quelle méthode devons-nous emprunter pour connaître la réalité chinoise ? Le plus gros problème auquel a été confrontée la sociologie chinoise restaurée après 30 ans d’interruption a été la pénurie de chercheurs bien formés. Un programme permettant d’assurer la tâche fondamentale de former des chercheurs qui connaissent les théories de la sociologie et maîtrisent les méthodes d’enquête a donc été discuté. Bien que, dans les premiers temps après sa restauration, le marxisme et les théories sociologiques occidentales aient été objets de controverses, un consensus a eu lieu sur le fait que les méthodes de la sociologie occidentale formaient un savoir que les chercheurs chinois pouvaient et devaient apprendre et maîtriser. Hu Qiaomu, à l’époque Président de l’Académie des sciences sociales, soulignait :

« Notre défi immédiat, c’est que nous sommes trop peu familiers avec la diversité des méthodes développées dans la seconde moitié du xxe siècle… Il nous faut maîtriser les données accumulées par la sociologie moderne ainsi que les méthodes qu’elle a employées » (Institut de sociologie de l’Académie des sciences sociales, 1981).

6Pour former des chercheurs au plus vite, l’Association chinoise de sociologie et le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales ont organisé à Pékin deux sessions de cours de sociologie, en 1980 et 1981, formant ainsi des chercheurs et des enseignants spécialisés dans cette discipline. À l’exception de quelques spécialistes chinois, les formateurs de ces deux sessions étaient principalement des sociologues américains de grande renommée. Le milieu sociologique américain des années 1980 étant encore dominé par la tradition positiviste et les méthodes quantitatives de la sociologie américaine ont représenté essentiellement la majorité des méthodes enseignées pendant ces cours. Les méthodes quantitatives, telles que l’« enquête par échantillon » et l’analyse statistique, y ont été présentées de façon complète et approfondie. Nombre de stagiaires de ces deux sessions de cours sont devenus par la suite des piliers de la sociologie chinoise, aussi bien dans la recherche que dans l’enseignement, ce qui a par la suite largement contribué au penchant quantitatif dominant de la sociologie chinoise. Toutefois, après sa restauration, la sociologie chinoise n’a pas intégralement accepté la tradition quantitativiste américaine. Parallèlement à cet apprentissage des méthodes statistiques quantitatives, une grande importance a été accordée aux méthodes comparatives des communautés qui privilégient des enquêtes qualitatives, méthodes forgées par des générations plus anciennes. Fei Xiaotong, sociologue de la génération précédente, a également fourni un enseignement complet des méthodes d’enquête qualitative par ses cours et ses travaux. Il n’est pas exagéré de qualifier cet enseignement de « main dans la main » ; en effet, outre les cours magistraux, beaucoup de jeunes chercheurs et d’étudiants ont reçu des directions concrètes au cours de travaux de recherche de terrain, qui leur ont permis d’acquérir une compréhension systématique de la tradition de recherche sur les communautés et de rapidement devenir des enquêteurs qualitatifs. De plus, la méthode d’enquête de cas typique de « dissection de moineau », encouragée et préconisée par le Parti depuis très longtemps, et incarnée par les enquêtes à la campagne menées par Mao Zedong, a également influencé l’enquête qualitative après la restauration de la sociologie.

7Au moment de sa recréation, les jeunes chercheurs formés aux méthodes sociologiques étaient nombreux à préférer les enquêtes quantitatives qu’ils estimaient comme seules méthodes scientifiques. D’autres chercheurs ayant eu des expériences antérieures différentes pensaient au contraire que la méthode traditionnelle d’enquête de cas typiques était la plus efficace pour comprendre la société chinoise. Un quart de siècle plus tard, est-ce l’enquête qualitative ou l’enquête quantitative qui occupe la place dominante dans la sociologie chinoise ? Les points de vue diffèrent selon les chercheurs en fonction de leurs expériences antérieures. Certains chercheurs étrangers vont jusqu’à estimer que la sociologie chinoise produit peu de recherches quantitatives. Ceci est dû pour partie à une méconnaissance de la situation chinoise, mais reflète le fait que les études quantitatives de la sociologie chinoise n’ont pas encore exercé une grande influence au niveau international. Selon l’enquête de Feng Xiaotian de 2000, 60 % de toutes les recherches empiriques menées en Chine ont eu recours à la méthode du questionnaire, notamment dans les départements de sociologie des universités où ce taux atteint 72 % (Feng Xiaotian, 2001). Il y a eu des tentatives pour évaluer la part des méthodes quantitatives et qualitatives dans la recherche empirique, en se fondant sur les recherches publiées dans les revues de prestige comme La recherche sociologique et Les Sciences sociales en Chine. Cependant, l’influence de nombreux autres facteurs intervenant dans la publication d’articles rend difficile l’évaluation de l’importance des deux méthodes dans la recherche et l’estimation des tendances futures. Si l’on considère les articles publiés, bien que l’importance de chacune des méthodes varie selon les années, il n’est pas possible d’affirmer que l’une domine l’autre. Nous avons autrefois tenté de réaliser un tel recensement en nous fondant sur les projets de recherche. Mais l’origine des financements étant de plus en plus large, il est difficile d’avoir accès à des données exhaustives. Au fond, il est juste de dire que les enquêtes quantitatives et qualitatives forment les deux traditions de l’enquête sociale en Chine. Depuis la restauration de cette discipline, débats et critiques sur ces deux méthodes n’ont cessé de se faire entendre. Bien qu’il existe des polémiques sur les qualités et les défauts des deux méthodes, cela n’implique nullement que dans les cercles académiques l’une exclue l’autre. Beaucoup de chercheurs soulignent, face à la réalité chinoise, l’importance de la complémentarité des deux approches et tentent de trouver un mode d’articulation entre elles. C’est dans ce contexte que les enquêtes sociales se sont développées à partir de 1980.

« ENREGISTRER ET ANALYSER » LA TRANSITION SOCIALE ET LES CHANGEMENTS SOCIAUX

  • 1 En raison du nombre de signes auquel nous sommes limités dans cet article.

8Se fonder sur la réalité chinoise, privilégier la recherche empirique et les enquêtes de terrain, forment les traditions académiques majeures de la sociologie chinoise depuis un siècle. Après le rétablissement de la sociologie en 1979, en dépit de la pénurie de spécialistes, de documents et d’outils de recherche, les sociologues ont rapidement centré leur attention sur des recherches étudiant les problèmes réels de la Chine ainsi que la transition et les mutations sociales. Dans les premières années suivant la restauration de la sociologie, Fei Xiaotong a plusieurs fois rappelé aux chercheurs et aux étudiants l’importance de noter et d’analyser le processus de transition qui fait passer la Chine d’une société rurale traditionnelle à une société moderne. Fei Xiaotong et les autres sociologues de la génération précédente soulignent le lien étroit entre la sociologie et la réalité sociale de la Chine, présentant la sociologie chinoise comme « une sociologie nourrie de la réalité, au service de la construction du socialisme » (Fei Xiaotong, 1994). Dans les années 1980, Fei Xiaotong et Lei Jieqiong ont ouvert la voie en dirigeant deux enquêtes : l’une sur les problèmes des bourgs et des petites villes et l’autre sur le mariage et la famille dans cinq villes. Pendant les vingt ans qui ont suivi, les chercheurs ont réalisé un très grand nombre d’enquêtes sur le terrain. Les recherches mentionnées plus haut incluent des enquêtes quantitatives par questionnaire et des enquêtes qualitatives basées sur des études de cas et des entretiens. Nous ne pouvons ici présenter dans cet article de manière exhaustive les enquêtes quantitatives menées depuis la restauration de la sociologie, et discuter des problèmes qu’ils ont posés1.

9Depuis la restauration de la sociologie, les chercheurs chinois de cette discipline ont réalisé un très grand nombre d’enquêtes sociales quantitatives, enquêtes très variées. Ont été menées des enquêtes à caractère local et des enquêtes à l’échelle nationale. En ce qui concerne la méthode des échantillons, il y a des enquêtes avec échantillons probabilistes et d’autres avec échantillons non probabilistes. En ce qui concerne la dimension temporelle, les enquêtes longitudinales coexistent avec les enquêtes transversales. Les sujets abordés sont tout aussi variés : ils peuvent concerner aussi bien les représentations des individus à un niveau microsociologique que des structures macrosociologiques. Il serait difficile de présenter de manière exhaustive l’ensemble des enquêtes réalisées. Nous allons présenter un certain nombre de recherches quantitatives significatives menées depuis les années 1980 dans divers domaines.

1. Enquête sur le mariage et la famille

10Pour nombre de chercheurs, il n’est pas exagéré d’insister sur l’importance de la famille dans la société chinoise. Par conséquent, les recherches sur la structure des foyers et l’institution familiale constituent l’une des problématiques auxquelles les chercheurs ont accordé le plus d’attention. Du point de vue des enquêtes quantitatives, les recherches dans ce domaine sont celles qui mettent le plus l’accent sur la standardisation, la continuité et l’accumulation des données.

11Lorsque l’on discute des enquêtes quantitatives, il est impossible de ne pas mentionner l’enquête sur le « désir d’enfant des jeunes Chinois », qui est sans aucun doute la première enquête quantitative réalisée après le rétablissement de la sociologie. Menée à Pékin et au Sichuan, cette enquête a été commandée par l’UNESCO et mise en œuvre par le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine. Les chercheurs ont avancé des hypothèses sur la base des données disponibles à l’époque et ont construit un programme d’enquête Au lieu de reproduire les questionnaires des enquêtes occidentales de même type, ils ont d’abord mené des entretiens auprès de jeunes Pékinois exerçant une cinquantaine de professions différentes, puis, sur cette base, ont conçu le questionnaire. Celui-ci abordait la structure familiale, la forme de foyer idéal et le nombre idéal d’enfants. Les personnes participant à l’enquête étaient des jeunes ayant entre 15 et 30 ans. Dans le contexte social de l’époque, l’enquête a été réalisée à partir d’un mode de construction d’échantillons par professions et par unités de travail, de la sélection d’un total de 7 000 personnes appartenant à 16 unités de travail. Il s’agit de la première enquête sociale menée depuis la restauration de la sociologie. En la considérant aujourd’hui, du fait des restrictions dues aux conditions de l’époque, elle posait des problèmes, depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre. Cependant, il faut noter l’effort de standardisation de la part des chercheurs. Dans la note qu’il a rédigée, Zhang Ziyi, sociologue plus âgé ayant participé à cette enquête, après avoir pointé les insuffisances du questionnaire, souligne que :

« Globalement, cette enquête a été une réussite… Nous avons l’intention de laisser partir les jeunes dans l’aventure, de les laisser autonomes dans leur travail. Cela leur permettra de mûrir plus rapidement » (Zhang Zhiyi et alii, 1982).

12Voici probablement la portée principale de cette enquête.

13En 1982, sous la direction de Lei Jieqiong, une « recherche sur la famille dans cinq villes chinoises » était réalisée en collaboration avec le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine, l’Institut d’économie de Pékin, les départements de sociologie des Académies des sciences sociales de Tianjin, de Shanghai et du Sichuan, l’Université de Fudan, l’École professionnelle de sécurité publique du Jiangsu et le Centre de recherche en sciences sociales de la municipalité de Chengdu. En 1983, cette recherche est devenue un projet prioritaire de recherche en sociologie dans le cadre du sixième plan quinquennal. Dans cette recherche ont été choisies cinq villes de différentes régions : Pékin, Tianjin, Shanghai, Nankin et Chengdu, pour y effectuer une enquête par questionnaire auprès de 5 057 femmes mariées et 4 385 foyers. L’enquête a abordé le choix du conjoint, les relations familiales, la consommation, la naissance des enfants, la vieillesse, la structure familiale et les cycles de vie d’une famille. La recherche a adopté une méthode d’échantillonnage par groupes déterminés : dans chaque ville un ou deux comités de quartier représentatifs ont été sélectionnés, et chaque comité de quartier a proposé un groupe de 400 à 500 femmes mariées. Pour la première fois, l’ordinateur a été utilisé pour traiter et analyser les données de l’enquête quantitative, ce qui a permis de fournir de précieux matériaux et d’accumuler des données pour les recherches ultérieures (Équipe de recherche sur la famille dans cinq villes, 1985).

14En 1994, en continuité avec ce programme de recherche, l’Académie des sciences sociales de Chine a organisé de nouveau une enquête sur le mariage et la famille dans sept villes. La direction scientifique a cette fois encore été assurée par Lei Jieqiong. Et les participants appartenaient aux institutions de recherche suivantes : le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine, le département de sociologie de l’Université de Pékin, les départements de sociologie des Académies des sciences sociales de Shanghai et du Sichuan, le Centre de recherche en sociologie et démographie de l’Académie des sciences sociales du Guangdong, le Centre de recherche sur la situation nationale de l’Académie des sciences sociales du Gansu, et le Centre de recherche en sciences sociales de la municipalité de Harbin. L’enquête s’est déroulée dans sept villes : Pékin, Shanghai, Nankin, Canton, Harbin, Chengdu et Lanzhou. Par rapport à l’enquête précédente, la ville de Tianjin a été remplacée par celle de Canton, Lanzhou et Harbin, dans le but d’obtenir une répartition géographique plus homogène de l’échantillon. Les femmes mariées et leurs maris constituaient l’objet de cette recherche dont le contenu est resté pratiquement le même. Par contre, la composition des échantillons a connu des changements relativement importants, en adoptant la méthode des échantillonnages stratifiés. Dans chaque ville, 800 foyers ont ainsi été étudiés, permettant d’obtenir un échantillon total de 5 664 personnes (Sheng Chonglin, Yang Shanhua, 1995).

15Parallèlement, des enquêtes relativement systématiques ont été réalisées concernant les familles paysannes. Sur la base de l’enquête menée dans les cinq villes, deux projets ont été successivement menés sur le mariage et la famille dans les campagnes. En 1986, le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine a dirigé une enquête sur le mariage et la famille à la campagne dans 14 provinces et municipalités, soit Shanghai, Tianjin, le Heilongjiang, le Jilin, le Hebei, le Shandong, le Jiangsu, le Zhejiang, l’Anhui, le Fujian, le Hubei, le Sichuan, le Guizhou et le Guangxi. Des chercheurs et des professeurs d’académies des sciences sociales et d’universités de ces régions ont participé à cette collaboration à grande échelle. En plus des questions posées dans les enquêtes déjà mentionnées, le questionnaire a également porté sur la production familiale et la question de la main-d’œuvre familiale dans les campagnes. L’enquête a adopté la méthode des échantillonnages stratifiés avec probabilité proportionnelle à la taille. 7 258 foyers ont été interrogés. En 1987, l’Université de Pékin a conduit une étude sur « l’évolution du mariage et de la famille en zone rurale depuis les réformes économiques ». Sur la base du niveau de développement économique, 14 districts de Pékin, de Shanghai, du Sichuan, du Heilongjiang, du Henan et du Guangdong ont été sélectionnés, et 2 799 foyers ont répondu au questionnaire (Lei Jieqiong, 1988).

16Par la suite, la sociologie chinoise a réalisé un grand nombre d’enquêtes à plus petite échelle sur la famille. Elles ont fourni des données abondantes et détaillées, qui ont permis aux chercheurs de rédiger de nombreux articles et ouvrages concernant la structure familiale en ville et à la campagne ainsi que leur évolution, les relations familiales, la situation économique et les revenus des familles, l’institution matrimoniale et familiale. Ces travaux ont fait avancer la recherche sur le mariage et la famille. Lorsque ces recherches ont été lancées, l’enquête sociale quantitative avait été interrompue pendant 30 ans et restait une « page blanche ». Les enquêtes à grande échelle impliquant de larges collaborations que nous venons de présenter ont relevé le niveau des enquêtes quantitatives, et ont contribué à former un nouveau noyau de chercheurs qui connaissent les méthodes quantitatives. Les techniques de conception des questionnaires et d’échantillonnage sont excellentes, et leur niveau se rapproche progressivement du niveau international. Une autre portée de ces recherches concerne l’enregistrement de données sur l’évolution du mariage et de la famille depuis les réformes, qui a permis de constituer, malgré certaines difficultés, un corpus de données sur plusieurs années précieux pour la recherche ultérieure. Mettre l’accent sur l’accumulation scientifique est une forte tradition dans ce domaine, les chercheurs se sont efforcés de réaliser des enquêtes transversales pour pouvoir saisir les évolutions et les tendances en ce qui concerne le mariage et la famille. Ainsi, lors de la préparation des enquêtes, une grande importance est accordée à la relation et à la comparaison avec les recherches précédentes. Par exemple, les enquêtes successives sur les villes apportent de précieux enseignements sur l’évolution de la structure familiale depuis une vingtaine d’années. Ce type d’enquête quantitative se poursuit encore aujourd’hui notamment dans le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine qui a lancé en 2006 une enquête sur les cinq villes dans laquelle les chercheurs sont revenus enquêter auprès des mêmes comités de quartier. Cette étude est actuellement encore en cours.

2. Enquêtes sur les classes et les catégories sociales

17Une autre question brûlante de la sociologie chinoise est celle des classes et des catégories sociales. En 1988, le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine organisait avec des chercheurs de Pékin, de Shanghai, du Liaoning, du Hebei, du Shandong et du Guizhou un groupe de recherche intitulé « recherche sur les classes et les catégories de la société chinoise », afin de mener une enquête par échantillons dans les villes et les campagnes de six provinces et municipalités autonomes au sujet de la stratification et de la mobilité sociale. 4 658 foyers citadins et 4 723 foyers ruraux ont répondu au questionnaire qui incluait les problématiques suivantes : structure professionnelle, prestige professionnel, mobilité intra-générationnelle et mobilité intergénérationnelle. Il s’agit du premier projet de recherche mené sur ces thèmes de la stratification sociale et de la mobilité depuis le rétablissement de la sociologie chinoise. Il est regrettable qu’en raison de circonstances politiques et de divergences au sein du groupe de chercheurs, cette enquête n’ait pu être menée à son terme. Hormis quelques articles rédigés avec les données recueillies, il n’a pas été possible de présenter un rapport de synthèse et les données obtenues n’ont pu être pleinement utilisées. Dans les années 1990, les enquêtes sur la situation nationale, dont nous parlerons dans les pages suivantes, ont également inclus la stratification sociale, ainsi que des questions concernant la mobilité professionnelle et la mobilité intergénérationnelle. Par ailleurs, nombre d’établissements de recherche et d’enseignement supérieur ont réalisé des enquêtes sur ce thème, auxquelles il faut ajouter les projets de coopération sino-étrangers menés également sur ces questions.

18En 1999, sous la direction de Lu Xueyi, le groupe de travail sur le changement de la structure sociale de l’Académie des sciences sociales de Chine, commençait une vaste enquête sur la stratification et la mobilité. Ce projet s’est accompli en deux phases. Dans la première phase, qui jouait le rôle de recherche exploratoire, les chercheurs ont d’abord distribué 11 000 questionnaires et ont interviewé presque mille personnes sur 11 sites : la ville de Shenzhen au Guangdong, la ville de Hefei dans l’Anhui, la ville de Hanchuan dans le Hubei, le district de Zhenning dans le Guizhou, la ville de Wuxi dans le Jiangsu, le district de Qidu de la ville de Wujiang dans le Jiangsu, la ville de Haicheng dans le Liaoning, la ville de Fuqing dans le Fujian, l’usine pétrochimique Yanshan à Pékin, l’usine automobile n° 1 de Changchun dans le Jilin et l’Université Nankai à Tianjin. La seconde phase a été lancée sur cette base en 2001, avec un travail d’échantillonnage aléatoire réalisé au niveau national avec la méthode des échantillons stratifiés composites. Parmi 3 300 unités du niveau du district, ont été sélectionnés 408 comités de quartier et comités villageois dans 73 municipalités (districts et arrondissements), composant un échantillon de 6 240 résidants permanents âgés de 16 à 70 ans. Le questionnaire incluait les thèmes suivants : revenu, éducation, parcours professionnel, prestige professionnel, catégorie sociale à laquelle l’enquêté s’identifie, etc. (Lu Xueyi, 2004)

19En plus des enquêtes générales sur l’évolution de la structure sociale, de nombreux chercheurs utilisent la méthode d’enquête quantitative pour étudier des catégories sociales spécifiques. C’est le cas par exemple de Zhou Xiaohong qui a dirigé une enquête sur l’évolution sociale de la Chine et le développement de la classe moyenne, réalisée par questionnaire téléphonique dans les villes de Pékin, Shanghai, Canton, Nankin et Wuhan. La recherche a été menée à bien grâce au système d’entretien téléphonique du département de sociologie de l’Université de Nankin. Un échantillon de 3 038 personnes a été constitué par la technique de génération aléatoire de numéros de téléphone par un ordinateur. Le questionnaire comportait 79 questions concernant, outre le contexte social des foyers, les problématiques en relation avec la classe moyenne et son développement en Chine : identité sociale, comportements de consommation, loisirs, fréquentations sociales, transmission éducative et culturelle, goûts culturels, participation politique et usage des médias, etc. En complément, des entretiens individuels ont été réalisés auprès d’une centaine d’individus de cette classe moyenne dans les cinq villes ainsi qu’à Suzhou et à Shenzhen (Zhou Xiaohong, 2005).

20Dans le contexte de transition sociale, l’évolution de la structure sociale fait l’objet d’une attention particulière de la part du milieu académique chinois. De plus, les recherches sur la stratification et la mobilité sociale représentent des domaines dans lesquels l’utilisation des méthodes quantitatives atteint une certaine maturité. Ces dernières années, les chercheurs chinois ont réalisé de nombreuses enquêtes sur ce thème avec d’excellents résultats. Il n’est pas possible de les présenter une par une dans ce chapitre. Il faut souligner que, dans ces recherches, la méthode des entretiens a été également utilisée en parallèle à la méthode du questionnaire. Il s’agit d’un premier pas vers la combinaison des méthodes qualitatives et quantitatives. Cependant, le partage des données des enquêtes sociales n’est pas encore réalisé en Chine, les héritages et leçons tirées d’enquêtes différentes ne sont pas clairs, de nombreuses enquêtes manquent de liens organiques entre elles. Nous de disposons donc pas encore de données permettant des comparaisons entre des enquêtes réalisées à différents moments et dans des lieux différents.

3. Enquêtes sociales générales

21Beaucoup d’enquêtes sociales générales ont été menées. Elles se consacrent à une large palette de problématiques sociales, réalisent des enquêtes par questionnaire de manière régulière, continue et standardisée. Les thèmes de base nécessaires à l’enquête sociale apparaissent dans chaque sondage, mais les thèmes dominants sont fluctuants et réapparaissent après un certain temps. L’objectif est d’avoir une vision immédiate de la société actuelle et d’accumuler des données à différents moments afin d’étudier les évolutions et les tendances.

22La première tentative depuis la restauration de la sociologie en Chine est celle de l’« enquête sur mille foyers citadins à Tianjin ». En 1983, le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Tianjin collaborait avec la mairie de Tianjin pour mener une enquête sociologique dans 9 districts de la ville. Par la méthode des échantillons par proportion de profession, mille ménages de différents types, résidant dans 36 quartiers des 9 districts, composaient l’échantillon de cette enquête. Le questionnaire abordait une grande variété de sujets : situation des membres de la famille, situation matrimoniale et familiale, consommation de la famille, relations familiales, profession, tâches ménagères et leur partage, temps libre et loisirs, éducation, environnement du logement, attitude envers le travail, évaluation du travail du gouvernement et attitudes sociales, etc. De 1983 à 1993, cette enquête menée sur dix années a accumulé des matériaux de base pour les recherches sociologiques et a fourni des éléments pour la définition de politiques locales (Wang Hui, 1995).

23Pour la situation du pays en mutation, l’Académie des sciences sociales de Chine a planifié une enquête de grande envergure intitulée « enquête sur l’économie et la société de cent districts et municipalités ». Organisée par le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine, une enquête générale a été réalisée entre 1988 et 1999 dans 119 districts et villes des 31 provinces. L’objectif principal était de connaître les évolutions politiques, sociales, économiques et culturelles depuis 1949, et plus particulièrement depuis les réformes. Chaque site dans lequel l’enquête était menée devait soumettre un rapport pour composer au final une « collection des enquêtes sur la situation du pays » comportant cent volumes. Les onze ans d’enquêtes se sont accomplis en quatre phases. Au début, les études typiques et l’analyse de la documentation étaient les méthodes principales, complétées par des questionnaires dont chaque site décidait de la nécessité. La deuxième phase a commencé en 1990. Cette fois-ci, les chercheurs ont ressenti, pour une enquête de contexte national de cette envergure, le besoin de données quantitatives disponibles pour des comparaisons interrégionales. Ils ont alors eu recours à un questionnaire unique pour tous les échantillons. Afin de réaliser une enquête sur la situation du pays, une partie du questionnaire embrassait un champ très large comprenant la situation matrimoniale et familiale, la démographie et la natalité, l’emploi et la mobilité, les revenus et la consommation, les relations sociales et la participation politique, etc. Certains des paramètres sont objectifs, comme la population du foyer, la profession, le revenu, etc. ; d’autres sont plus subjectifs, comme le degré de satisfaction de l’enquêté par rapport à sa vie, ses attentes professionnelles, etc. L’enquête a adopté la méthode des échantillonnages combinant probabilité proportionnelle à la taille (PPT) et échantillonnage systématique. Chaque site constituait de manière aléatoire un échantillon de 300 à 500 personnes. Étant donné que le questionnaire unique n’a été mis en place qu’à partir de cette seconde phase, et que le niveau des chercheurs participant à cette étude était hétérogène, certains sites se sont heurtés à de nombreux problèmes et les enquêtes n’ont pas abouti. Au final, 82 sites ont pu terminer cette enquête avec succès, soit 70 % des sites. Lorsque nous avons participé à cette enquête, notre objectif était, outre de garantir la normalisation de l’enquête, d’établir un système d’indices de mesure des statuts sociaux efficaces et adaptés au contexte chinois. Dans ce système d’indices une série de paramètres visaient à déterminer de façon précise la position sociale de chaque individu – le hukou, le lieu de travail, la profession, le secteur d’activité, le régime de propriété de l’unité de travail, la hiérarchie et le pouvoir à l’intérieur de l’unité de travail, les modalités d’emploi. Durant ces onze années d’enquête, nous n’avons cessé d’apporter des perfectionnements à ce système d’indices, afin de l’adapter au mieux à la réalité chinoise (Shen Chonglin et alii, 1998 ; 2000 ; 2001).

24Après cette enquête sur la situation du pays, en 1995, le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine a réalisé une nouvelle enquête sociale synthétique sur la Chine intitulée « enquête sur les évolutions sociales dans les régions côtières développées de Chine ». Le projet avait pour objet d’essayer de vérifier des problématiques à différents moments avec parfois des questions différentes. Par des analyses comparatives des données de différentes époques, la recherche tentait de saisir la trajectoire des évolutions de la société dans ces régions côtières développées, et ainsi de prévoir l’orientation du développement de la société chinoise. La méthode d’enquête sociale générale permet d’accumuler des données sur la durée qui peuvent être comparées. De plus, la recherche a adopté une méthode comparative interculturelle qui permet quant à elle des comparaisons spatiales maximales. Le projet de recherche et les indices de mesure ont autant que possible été maintenus identiques à ceux des recherches précédentes (que ce soient les enquêtes chinoises sur la situation du pays ou des enquêtes menée l’étranger sur des sujets équivalents). Les thèmes abordés incluaient la situation générale de la population, le travail et la profession, la situation matrimoniale et familiale etc. Par la méthode des échantillonnages combinant probabilité proportionnelle à la taille (PPT) et échantillonnage systématique, 6 villes ont été sélectionnées parmi les 14 villes côtières et les 4 zones économiques spéciales : Dalian, Shanghai, Canton, Yantai, Ningbo et Beihai. En tout, 3 013 adultes entre 20-65 ans ont constitué les échantillons. En 2000, l’enquête s’est élargie pour devenir l’« enquête sur les évolutions sociales en Chine », intégrant la comparaison entre l’Est et l’Ouest du pays. Mais ont été conservées les villes de Dalian, Shanghai et Canton, auxquelles ont été ajoutées les villes que sont Nanning, Chengdu et Canton Cette recherche est encore en cours (Shen Chonglin et alii, 2005).

25Depuis 2002, le département de sociologie de l’Université du Peuple coopère avec le Centre d’enquête et de recherche de l’Université des sciences et des technologies de Hongkong pour mener une enquête sociale à grande échelle sur l’ensemble du pays, intitulée « Enquête sociale générale, 2003 ». Dans 801 districts urbains et ruraux de 22 provinces, quatre régions autonomes et quatre villes relevant directement de l’autorité centrale, la méthode des échantillonnages avec probabilité proportionnelle à la taille a été adoptée pour sélectionner 5 900 citadins (appartenant à 559 comités de quartier de 262 quartiers dans 92 districts), qui ont répondu en face à face au questionnaire. 894 questionnaires ont réellement été recueillis. Les principaux thèmes traités par cette enquête étaient : la structure sociale, la mobilité professionnelle, les changements de hukou, le réseau social, le parcours scolaire, l’attitude et l’identité sociales, l’évaluation de l’environnement, etc. Cette enquête s’est achevée en décembre 2004, et les données sont désormais disponibles sur internet. Par la suite, le département de sociologie de l’Université du Peuple a réalisé deux autres enquêtes en 2004 et 2005, élargissant la recherche à la population rurale. Les résultats de ces deux enquêtes ne sont pas encore publiés2. Il convient de remarquer que, soutenue par l’idée du partage des données, une banque de données des enquêtes sociales du département de sociologie de l’Université du Peuple est désormais ouverte à tous depuis 2005. Les données de première main de l’enquête sociale générale de 2003 seront également accessibles bientôt. Cela constituera la première banque de données d’enquête sociale générale gratuite et librement accessible. Cette initiative aura un effet important sur l’utilisation efficace et l’approfondissement des données, la promotion de l’ouverture de la recherche scientifique et le partage des données.

26Des recherches similaires incluent les enquêtes réalisées chaque année par l’équipe d’analyse et de prévisions de la situation sociale en Chine, et publiées sous la forme des Livres bleus sur la société par le département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine. Depuis 1998, le Livre bleu réalise presque chaque année des enquêtes sur les attitudes sociales et la structure sociale ; ces recherches sont menées par des organisations différentes et les enquêtes manquent de continuité dans les contenus. En 2006, le département de sociologie a tenté de les transformer en une enquête sur la situation du pays tout entier, englobant des thèmes comme la situation familiale, l’emploi individuel, l’évaluation de différents problèmes sociaux et l’attitude sociale. L’échantillonnage stratifié a permis de collecter un échantillon de 7 061 personnes.

27Les enquêtes sociales générales sont confrontées aux mêmes difficultés que les recherches sur la stratification et la mobilité sociale : le manque d’échanges et le bas niveau du partage de données. À l’étranger, les recherches similaires réalisées à cette échelle sont généralement accompagnées de coopérations intra et interdisciplinaires qui augmentent la qualité des enquêtes. Les échanges sur les recherches et le partage des données permettent d’éviter le gaspillage de ressources causé par les répétitions. La coopération et la répartition du travail entre différents organismes peuvent optimiser l’utilisation des ressources et augmenter le niveau des enquêtes. Il s’agit d’une tâche urgente pour le milieu sociologique chinois.

NORMALISATION ET LOCALISATION : RÉFLEXIONS CRITIQUES SUR LES ENQUÊTES SOCIALES QUANTITATIVES EN CHINE DEPUIS 1980

28Cette présentation montre que la méthode d’enquête quantitative est à l’heure actuelle la méthode dominante en sociologie. Que peut-on tirer comme expériences et leçons d’une réflexion critique sur l’enquête quantitative depuis 1980 ? Comment combiner l’enquête quantitative née en Occident et la réalité chinoise, question qui préoccupe les sociologues chinois. C’est avec ce sentiment de perplexité que nous avons traversé un quart de siècle. Aujourd’hui, l’effort se poursuit pour « rendre chinoise » l’enquête sociale et ses méthodes. Dans les sciences sociales, la question de la normalisation et de la localisation a été débattue à plusieurs reprises, et les méthodes sociologiques et l’enquête sociale ne font pas exception. En ce qui concerne l’enquête sociale, certains perçoivent la normalisation comme copie des méthodes occidentales ; d’autres opposent la localisation comme allant à l’encontre de la disciplinarisation et de la scientifisation, posent la question sous forme d’antagonisme entre la normalisation et la localisation. En fait, ces deux notions se situent sur deux niveaux différents et ne sont pas situées à deux pôles opposés. Elles se présentent comme deux conditions de base pour garantir la qualité de l’enquête sociale. Poser la question en termes antagonistes est souvent le résultat d’un malentendu sur ces deux notions. Toutefois, la normalisation et la localisation n’en forment pas moins deux problèmes majeurs auxquels l’enquête sociale en Chine fait face. Depuis les années 1980, l’enquête sociale en Chine a graduellement pris le chemin de la normalisation et de la localisation ; les chercheurs ont fourni un effort considérable pour cela et obtenu des progrès relativement importants. Bien entendu, il subsiste de nombreuses difficultés aussi bien en ce qui concerne la normalisation que la localisation. Nous souhaitons présenter quelques réflexions tirées de nos propres expériences sur le parcours accompli et les problèmes auxquels nous faisons face.

29Il est nécessaire de reconnaître que la méthode et la technique ne sont pas les seuls problèmes auxquels l’enquête quantitative en Chine fait face. Le premier problème est celui de la construction théorique. Certains chercheurs formulent de vives critiques à l’encontre de la recherche empirique dans la sociologie chinoise, estimant qu’une grande partie de la recherche sociologique est comme « un arbre sans racines, de l’eau sans source ». Ces recherches ne « parlent pas toutes seules », elles ne sont pas déconnectées de la réalité, mais au contraire se lient entre elles et dialoguent avec l’international (Ying Xing et alii, 2006). L’origine de ce problème tient à la faiblesse d’une construction théorique située, et d’une pensée sociologique affirmée. L’enquête, qu’elle soit quantitative ou qualitative, doit toujours avoir un point de départ théorique et un objectif théorique. Or les enquêtes, quantitatives et qualitatives menées en Chine depuis les années 1980 n’ont jamais été claires sur cette question. Bien entendu, ce manque d’attrait de la part de la recherche empirique pour la théorie existe également dans la recherche empirique occidentale, mais ce problème se manifeste de manière particulièrement aigue en Chine.

30Le problème de la méthode d’enquête quantitative commence par celui de la conception de la recherche. Une règle de base de la normalisation de la conception de l’enquête est de choisir une méthode qui s’accorde à l’objectif de la recherche ; échantillonnage et conception du questionnaire ne peuvent s’éloigner du but de la recherche. Nous constatons souvent dans la pratique l’adoption de méthodes qualitatives pour vérifier une théorie existante, ou encore des velléités de découvrir des faits sociaux complexes à l’aide de quelques variables simples sans enquête préalable complète. Ce sont des erreurs que nous avons commises nous-mêmes. Un choix erroné de méthode d’enquête dans la phase initiale de conception de la recherche est souvent à l’origine de l’échec d’une enquête. Poussés par la quête de la « norme », certains pensent que seules les enquêtes de grands échantillons à l’échelle nationale peuvent répondre à des standards et être reconnues par le milieu académique. En réalité, il n’y a pas de lien entre les normes de l’enquête et la taille des échantillons. La Chine est un grand pays avec de gigantesques écarts entre villes et campagnes et entre les régions. Des chercheurs étrangers s’interrogent : « Les conclusions d’une enquête réalisée dans une ville ou un village peuvent-elles être généralisées à toute la Chine continentale ? » (Bian Yanjie et alii, 2001) Nous nous demandons nous-mêmes souvent si nous pouvons discuter de différences régionales complexes à l’aide d’un échantillon national composé d’une vingtaine ou d’une trentaine de cas tirés de chaque ville. Par conséquent, quand les deux conditions ne peuvent être satisfaites en même temps, nous devons faire le choix douloureux entre une généralisation et la recherche des différences. Il est sans aucun doute nécessaire de mener des enquêtes d’envergure nationale pour proposer une vision de la Chine toute entière, mais il faut éviter à tout prix de rechercher avec avidité la perfection. Face à la complexité de la réalité chinoise, il est sans doute plus pressant et plus important de découvrir, de décrire et d’expliquer l’hétérogénéité de la société à travers des enquêtes.

31Ensuite vient le problème de la mesure dans l’enquête quantitative. Au début de la restauration de la sociologie, les enquêtes copiaient souvent des échelles ayant été utilisées avec succès dans des enquêtes en Occident. Cependant, en raison de différences de contexte culturel et de système social, de nombreux problèmes sont apparus dans l’utilisation de ces échelles. Certains chercheurs parlent d’« inadaptation aux conditions locales » de ces échelles de mesure occidentales, ce à quoi nous adhérons. Il existe une quantité considérable de mesures qui ne sont pas standardisées dans les enquêtes. Une erreur souvent commise est de considérer l’expérience et la connaissance subjectives des faits sociaux par l’enquêté comme la réalité sociale elle-même. Par exemple, des chercheurs ont posé la question suivante : « Estimez-vous que votre emploi est stable ? », puis n’ont utilisé que cet indice pour mesurer la stabilité de l’emploi et discuter des facteurs qui l’influencent. Dans une large mesure, les enquêtes quantitatives ne peuvent reproduire les faits sociaux. Comme la recherche qualitative, les enquêtes quantitatives présentent généralement l’expérience et les connaissances d’un enquêté sur les faits sociaux. Ce point ne doit pas être négligé. Une échelle de mesure standardisée doit s’accorder à la situation réelle et clarifier le sens et les dimensions des concepts. Un facteur majeur de l’inefficacité de la mesure est la préparation théorique insuffisante. Ce n’est qu’avec un contexte théorique clair que l’on peut savoir ce qu’il convient de mesurer. De plus, seule une échelle de mesure efficace permet de vérifier que ce qui a été mesuré est bien ce que l’on souhaitait mesurer. La question du niveau de fiabilité et d’efficacité des outils de mesure doit être confirmée avant l’enquête. Comment ainsi proposer une échelle de mesure normalisée et correspondant au contexte local ? Il faut pour cela renforcer la recherche sur la mesure elle-même, accroître la maîtrise théorique et l’imagination des chercheurs. Certains ont une vision trop simplifiée de l’enquête quantitative, ils estiment que ses techniques ne demandent pas de recherches spécialisées : il n’y aurait besoin que d’un questionnaire pour mener l’enquête et collecter les données. Le travail de définition en amont est un travail hautement complexe, non seulement chaque chercheur doit y réfléchir mais encore des recherches spécialisées sont nécessaires dans ce domaine.

32L’enquête quantitative doit également faire face à des difficultés lors du processus de mise en œuvre. Depuis la restauration de l’enquête sociale, les techniques d’échantillonnage ne cessent de se perfectionner, et de nouvelles questions ne cessent d’apparaître concernant les échantillons. Avec l’intensification de la mobilité démographique et professionnelle, il est souvent difficile de disposer de données sur lesquelles baser l’échantillonnage. Il est facile d’imaginer le désarroi du chercheur face à un cadre d’échantillonnage désordonné, Comment intégrer la mobilité géographique dans le cadre de l’échantillonnage ? Il s’agit là d’une difficulté à laquelle nous faisons souvent face. Les recherches sur de nouvelles techniques d’échantillonnage et d’analyse des données pourraient probablement aider à résoudre ce problème. Parmi les difficultés lors de la réalisation des enquêtes, il faut encore mentionner le manque de bons systèmes d’enquête et d’enquêteurs qualifiés, le besoin de renforcer la conscience de la protection de la vie privée chez les enquêteurs.

33Enfin, nous ne pouvons passer sous silence la question des échanges, des collaborations et du partage des données. Depuis la restauration de la sociologie et les réformes économiques, un grand nombre d’enquêtes sur les évolutions sociales ont été menées et beaucoup de données précieuses ont été accumulées. Cependant, beaucoup de ces enquêtes sont réalisées de manière dispersée, les échanges et collaborations entre chercheurs sont rares et les données sont préservées par les organisations ou les individus. Dans le même temps, les modes de traitement des données et des enquêtes ne sont pas suffisamment normalisées, elles se prêtent difficilement à un partage ou à des comparaisons. Les chercheurs et les étudiants doivent collecter des matériaux pour chacune de leurs enquêtes, gaspillant des ressources humaines et financières. De plus, une partie des matériaux des enquêtes est perdue. Lorsque l’on étudie les évolutions sociales, les données collectées pour réaliser ces enquêtes de grande envergure sont des matériaux extrêmement importants, et qui nécessitent souvent des dépenses importantes, financières et humaines ; un chercheur ne peut y parvenir seul. Réaliser des analyses diachroniques nécessite un grand nombre de matériaux historiques. De plus, le partage des données contribue également à identifier des problèmes dans les enquêtes et à améliorer ainsi le niveau de la recherche. Par conséquent, les chercheurs doivent accorder une plus grande importance à la promotion de la coopération entre chercheurs et au partage des données. Le département de sociologie de l’Université du Peuple a déjà commencé une première tentative d’ouverture d’un stock de données issues des enquêtes sociales en Chine, et il serait souhaitable que plus de chercheurs participent à cette coopération.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Comité de rédaction de la Grande encyclopédie chinoise, (1991) : Zhongguo dabaikequanshu shehuixuejuan (La Grande encyclopédie chinoise, volume sociologie), Pékin, Dabaikequanshu chubanshe.

Équipe d’enquête sur les familles rurales en Chine (1993) : Dangdai zhongguo nongcun jiating (La famille rurale en Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

Équipe de recherche sur la famille dans cinq villes (1985) : Zhongguo chengshi jiating : wu chengshi jiating diaocha baogao ji ziliao huibian (Famille urbaines chinoises – rapport d’enquête sur cinq villes et recueil de données), Jinan, Shandong Renmin chubanshe.

Institut de sociologie de l’Académie des sciences sociales (1981) : Shehuixue tongxun (Lettre d’information sur la sociologie) n. 1.

BIAN YANJIE, TU ZHAOQING, SU YAOCHANG (2001) : Huaren shehui de diaocha yanjiu : fangfa yu faxian (Enquête sur les sociétés de Chinois d’outre-mer – méthodes et découvertes), Hongkong, Oxford University Press.

FANG CHANGCHUN (2006) : Cong fangfalun dao zhongguo shijian : diaocha yanjiu de juxianxing fenxi (De la méthodologie à la pratique chinoise : analyse des limites de la recherche par enquête), Huazhong shifan daxue xuebao (Journal de l’École normale de la Chine centrale) n. 3.

FEI XIAOTONG (1994) : Luetan zhongguo de shehuixue (Sur la sociologie en Chine), Shehuixue yanjiu (La recherche sociologique) n. 1.

—– (2000) : Congshi qiuzhi (Rechercher le savoir par la pratique), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 4.

FENG XIAOTIAN (2001) : Shehuixue fangfa ershinian (Vingt ans de méthodologie en sociologie), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 1.

—– (2001) : Shehuixue yanjiu fangfa (Les méthodes de la recherche en sociologie), Pékin, Zhongguo renmin daxue chubanshe.

LEI JIEQIONG (ed.) (1988) : Gaige yilai zhongguo nongcun hunyin jiating de xinbianhua (Nouveaux changements dans la famille et le mariage en Chine rurale depuis les réformes), Pékin, Beijing daxue chubanshe.

LI DONGSHAN, SHEN CHONGLIN (eds.) (1991) : Zhongguo chengshi jiating – wuchengshi jiating diaocha shuangbianliang he sanbianliang ziliao huibian (Familles urbaines chinoises – recueil de données des enquêtes à deux variables et à trois variables dans cinq villes), Pékin, Zhongguo shehui kexue wenxian chubanshe.

LU XUEYI (ed.) (2002) : Dangdai zhongguo shehui jieceng yanjiu baogao (Rapport de recherche sur les classes sociales en Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

— (2004) : Dangdai zhongguo shehui liudong (Mobilité sociale en Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

SHEN CHONGLIN, YANG SHANHUA (1995) : Dangdai zhongguo chengshi jiating yanjiu – zhongguo qichengshi hunyin jiating diaocha baogao he ziliaoji (Recherche sur la famille dans les villes chinoises – rapport d’enquête sur la situation matrimoniale et familiale dans sept villes et recueil de données), Pékin, Zhongguo shehui kexue wenxian chubanshe.

SHEN CHONGLIN et alii (1998) : Baixianshi guoqing diaocha di’erpi diaochadian diaocha baogao yu ziliao huibian (Rapport et recueil de données de l’enquête des sites de deuxième phase de l’étude sur le contexte national dans cent districts et villes), Pékin, Dabaikequanshu chubanshe.

— (2000) : Baixianshi guoqing diaocha disanpi diaochadian diaocha baogao yu ziliao huibian (Rapport et recueil de données de l’enquête des sites de troisième phase de l’étude sur le contexte national dans cent districts et villes), Pékin, Dabaikequanshu chubanshe.

— (2001) : Baixianshi guoqing diaocha disipi diaochadian diaocha baogao yu ziliao huibian (Rapport et recueil de données de l’enquête des sites de quatrième phase de l’étude sur le contexte national dans cent districts et villes), Pékin, Dabaikequanshu chubanshe.

— (2005) : Zhongguo yanhai fada diqu shehui bianqian diaocha (Enquête sur les évolutions sociales dans les régions côtières développées de Chine), Pékin, Zhongguo shehui kexue wenxian chubanshe.

WANG HUI (ed.) (1995) : Tianjinshi qianhu chengshi jumin hujuan diaocha (Enquête sur mille foyers citadins à Tianjin), Tianjin, Tianjin Shehui kexue wenxian chubanshe.

YING XING, WU FEI, ZHAO XIAOLI, SHEN YUAN (2006) : Chongxin renshi zhongguo shehuixue de sixiang chuantong (Redécouvrir les pensées traditionnelles de la sociologie chinoise), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 4.

ZHANG ZIYI et alii (1982) : Zhongguo qingnian de shengyu yiyuan (Désir d’enfant chez les jeunes Chinois), Tianjin, Tianjin Renmin chubanshe.

ZHOU XIAOHONG (2005) : Zhongguo zhongchan jieji diaocha (Enquête sur la classe moyenne chinoise), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

Notes

1 En raison du nombre de signes auquel nous sommes limités dans cet article.

2 Voir le site : http://www.chinagss.org

Auteur

Professeur de sociologie, Directrice du département des méthodes en sciences sociales, Insitut de sociologie de l’Académie des Sciences Sociales de Chine, (CASS), Pékin

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site