Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Deuxième partie. Urbanisation, inégalités et mobilisations collectives

Chapitre 7. Processus d’émancipation et production d’action individuelle et collective 

Étude sur la question paysanne dans l’ouverture et le développement de la nouvelle zone de Pudong dans les années 1990

Li Youmei

Texte intégral

1Au début des années 1990, la nouvelle zone de Pudong, située en milieu rural, a été brusquement et rapidement mise en contact direct avec l’économie la plus moderne. La question paysanne soulevée dans cette zone diffère considérablement de celle apparue au cours du processus de développement économique et d’urbanisation rapide qu’ont connues d’autres zones rurales du pays (le sud du Jiangsu, la région de Wenzhou dans le Zhejiang et le delta de la rivière des Perles) ces vingt dernières années. Elle n’est pas seulement le produit structurel de la collision entre l’ancien et le nouveau système dans le processus de modernisation de la Chine, mais également le résultat des effets réciproques des actions stratégiques de différents acteurs, que sont le gouvernement, le marché et les paysans dont les terres ont été expropriées. Ces résultats ne s’expliquent pas simplement par un rapport de forces. La présente étude porte sur le cas de la société de développement de la zone de transformation pour l’exportation de Jinqiao à Pudong et sur le bourg de Jinqiao où se situe cette société. À partir d’enquêtes de terrain inspirées de l’anthropologie culturelle et de la méthode d’analyse stratégique en sociologie des organisations, nous tenterons de comprendre la question de l’émancipation des paysans et de leurs difficultés dans ce processus.

EXPROPRIATION ET PROCESSUS D’ÉMANCIPATION DES PAYSANS

2Au fur et à mesure de l’ouverture et du développement de Pudong, les technologies, systèmes d’entreprise, mécanismes de marché et systèmes de connaissance des pays occidentaux développés ne cessent de pénétrer cette zone et entrent en collision avec le système économique et politique local, les modes d’organisation sociale et les systèmes de valeurs culturelles des paysans. Le système économique et social rural tente de s’adapter aux exigences de ce nouvel environnement mais entre constamment en conflit avec la structure socio-économique et les valeurs culturelles locales qui se sont maintenues jusque-là. Si le développement de Pudong a débuté par des réquisitions de terres, les paysans concernés n’ont pas quitté ce lieu. Au contraire, ils ont été largement confrontés aux différents mouvements apparus au cours du développement de Pudong. Les problèmes auxquels les paysans doivent faire face sont à la fois les plus immédiats et les moins visibles. Pour ces paysans, il faut d’abord parvenir à transformer rapidement leurs compétences adaptées au fonctionnement de l’ancien système (le système administratif au service du développement de l’économie collective rurale) en compétences adaptées au fonctionnement du nouveau système (le système administratif au service du développement de l’économie de marché moderne de la nouvelle zone). La question à l’origine de notre travail est celle-ci : désormais privés de la protection de l’ancien système socioéconomique, comment les paysans expropriés peuvent-ils trouver, au sein du nouveau système, un espace productif qui leur convienne ? C’est la question de l’émancipation que ce chapitre se propose de décrire et d’analyser.

1. Ouverture et développement de la nouvelle zone de Pudong

3Face aux opportunités et aux défis apportés par le déplacement vers la région Asie-pacifique du centre de croissance de l’économie mondiale, le Comité central du Parti communiste et le Conseil des affaires d’État prirent la décision d’ouvrir la zone de Pudong de Shanghai en avril 1990. Puis le xive Congrès du Parti a défini clairement la stratégie suivante :

« Avec l’ouverture et le développement de la zone de Pudong de Shanghai ayant comme forme la “tête du dragon” nous allons développer davantage les villes riveraines du fleuve Yangtsé, faire le plus rapidement possible de Shanghai un centre mondial de l’économie, de la finance et du commerce, et entraîner un nouvel essor de l’économie du delta du Yangtsé et de l’ensemble de la région du bassin du Yangtsé ».

4Le sens de cette politique était de faire en sorte que la nouvelle zone de Pudong contribue à l’acquisition par la Chine d’une position offensive dans la concurrence du marché mondial au xxie siècle. Cette politique annonçait également qu’à Pudong l’ouverture globale de la Chine et la pratique de l’économie de marché socialiste allaient entrer dans une phase d’approfondissement et d’accélération. Par conséquent l’ouverture et le développement de Pudong ne représentaient pas une répétition des expériences d’autres zones économiques spéciales du pays.

5Conformément à la décision du Comité central et du Conseil des affaires d’État de faire de Pudong une « locomotive » de l’ouverture et du développement, le comité du Parti et le gouvernement populaire de la municipalité de Shanghai élaborèrent les objectifs de développement suivants pour Pudong : en 2010, doit avoir été construit un certain nombre d’équipements modernes correspondant aux plus hautes exigences internationales : un nouvel aéroport international doté de quatre pistes, un réseau de transport développé comprenant des lignes de métro, des autoroutes, un système de train léger, un port moderne. De plus, Pudong doit être dotée d’une structure industrielle à capacités multiples, ouverte et bénéficiant d’une force de rayonnement, dont le secteur tertiaire de haut niveau doit former le cœur, tout en s’appuyant sur une industrie tournée vers l’extérieur et à haut niveau technologique (Yao Xishang, 1994).

6Afin de promouvoir et de garantir le développement de Pudong, le Comité central et le Conseil des affaires d’État décidèrent de politiques préférentielles pour les cinq premières années.

  • 1 Bureau de développement de Pudong, Gouvernement populaire de Shanghai et Agence de Pudong du Burea (...)

« En résumé, les politiques préférentielles dont jouissent les quatorze zones de développement économique et technologique sont accordées à Pudong ; celles dont jouissent les cinq zones économiques spéciales sont pour l’essentiel accordées également à Pudong ; de plus, la zone de Pudong dispose de nouvelles politiques dans cinq autres domaines dont ne bénéficient pas les zones de développement et les zones économiques spéciales, à savoir : l’autorisation donnée aux entreprises étrangères d’ouvrir des centres commerciaux et des supermarchés ; l’autorisation accordée aux capitaux étrangers d’ouvrir des organisations financières telles que banques, sociétés financières et compagnies d’assurance sur l’ensemble du territoire de Shanghai ; l’autorisation donnée à Shanghai, pour favoriser le développement de Pudong, d’ouvrir une Bourse qui pourra discuter et approuver elle-même l’introduction sur le marché boursier d’actions en RMB et d’actions B ; la création de la plus grande zone franche de Chine à Waigaoqiao, qui soit également une zone de libre-échange ; l’élargissement du champ de décision sur les projets concernant Pudong par la municipalité de Shanghai1. »

  • 2 Ibid.

7Le gouvernement de la municipalité de Shanghai a également élaboré des politiques incluant des privilèges dans huit domaines accordés aux villes et provinces du delta et du bassin du fleuve Yangtsé participant au développement de Pudong et neuf mesures incitatives pour favoriser le développement de l’industrie de l’information de haute technologie. Outre ces politiques préférentielles, le gouvernement central et la municipalité définirent encore une multiplicité de politiques : encouragement des investissements, constitution d’un centre financier, ouverture commerciale, stimulation de la formation, amélioration technologique, orientation de l’activité, ainsi que des mesures dans le domaine des douanes et de la gestion des terres2.

  • 3 Pudong xinqu nianjian 1995 (Statistiques sur la nouvelle zone de Pudong, 1995), Pékin : Zhongguo t (...)

8La vitesse de développement et d’ouverture de cette zone nouvelle ces dernières années a été impressionnante. Fin 1992, quatre zones de développement de niveau étatique furent successivement fondées (la zone de transformation pour l’exportation de Jinqiao, la zone franche de Waigaoqiao, la zone financière et commerciale de Lujiazui et le parc technologique de Zhangjiang), sur des terres expropriées par anticipation qui couvrent une superficie de 77,49 km2. Les premiers fruits ont été récoltés dans l’économie et le commerce en 1994, par exemple dans la zone de transformation pour l’exportation de Jinqiao où une industrie de haute technologie a pris forme avec des entreprises opérant dans les secteurs de la communication, de la bio-technologie, de la standardisation internationale de mesures et d’appareils mécaniques et électriques, et de l’information. Parmi les grandes entreprises qui ont investi dans la zone, on compte une vingtaine de sociétés de renommée internationale ; 39 pays et régions ainsi que 23 collectivités territoriales chinoises (villes, provinces et ministères) ont fondé 1 380 projets dans la zone franche de Waigaoqiao3.

9Ces tendances montrent que l’ouverture et le développement de Pudong prend comme point de départ le secteur tertiaire de haut niveau et les entreprises internationales. Cela représente une mutation de la campagne qui s’urbanise. Mais il s’agit également d’une tentative d’établissement d’un nouveau système économique socialiste chinois. Autrement dit, le point de départ de cette transformation n’est pas la base économique locale existante, la force à l’origine de ces changements n’est pas liée aux forces internes locales. Ces tentatives passent par l’introduction, la participation et l’adaptation des hautes technologies et des modes de gestion les plus en pointe au niveau mondial ; on cherche à déterminer un nouvel itinéraire plus rapide et plus efficace pour l’approfondissement des réformes des systèmes traditionnels de notre pays. Par conséquent, il n’y a pas d’expériences « clé en main » à suivre pour résoudre les problèmes pratiques rencontrés dans l’ouverture et le développement de la nouvelle zone de Pudong.

2. Zones rurales de banlieue au début de l’industrialisation

  • 4 Également : Chuansha nianjian 1993 (Statistiques de Chuansha 1993) et Jinqiao xiangzhi (Chroniques (...)

1085 % de la surface totale de la nouvelle zone de Pudong est formée de l’ancien district de Chuansha, une banlieue de Shanghai. Deux bourgs, un bourg du niveau du canton et 26 cantons, une population totale de 563 100 habitants, relevaient de ce district. Les Shanghaïens avaient l’habitude d’appeler les habitants de Chuansha les « Pudongren » (« les gens de Pudong ») alors que ces derniers se considéraient comme des Shanghaïens. Avant de disparaître, le district de Chuansha comptait parmi les régions rurales les plus développées du pays. En 1991, le montant des exportations était pour la neuvième année consécutive en tête de toutes les banlieues shanghaïennes, et occupait la deuxième place parmi l’ensemble des districts du pays. En 1992, la valeur totale de la production agricole et industrielle du district dépassait les 10 milliards (dont le PIB industriel 11 milliards). Le PIB par capital dépassait les mille dollars (à la même époque, ce chiffre atteignait 4 742 yuans chez les citadins du delta du Yangtsé et 2726 yuans dans les régions côtières). La même année, son revenu total figurait pour la huitième année consécutive parmi les dix districts ruraux « dieux de richesse », et les impôts payés à l’État occupaient la deuxième place nationale parmi tous les districts ruraux (Cai Laixing, 1995)4.

  • 5 Rapport de travail du gouvernement du canton de Jinqiao rédigé par Wu Guoquan en mars 1993.

11Le canton de Jinqiao du district de Chuansha a constitué notre premier terrain de recherche ainsi que le cas que nous analysons dans cet article. Il s’agit d’un canton intégré assez tôt à la nouvelle zone de développement. En 1996, ce canton devient un bourg, ce qui marque son passage du système administratif rural au système administratif urbain. Selon les données concernant l’année 1992, ce canton abritait huit comités villageois et un comité de quartier ; sa superficie totale était de 23 840,25 mu, dont une partie importante était constituée de terrains déjà expropriés par la Société de développement de la zone de transformation pour l’exportation de Jinqiao. La main-d’œuvre locale était constituée de 11 079 personnes, dont 83 % exerçaient des professions non agricoles ; dans plus de 95 % des foyers, au moins une personne était employée dans l’industrie ou d’autres activités non agricoles. Avant les expropriations de terres, 70 % des paysans ne vivaient plus de la culture ; la valeur totale de la production agricole et industrielle était de 320,430 millions de yuans, dont 78 % pour la valeur totale de la production industrielle. Les profits industriels représentaient plus de 90 % de tous les profits du canton ; le produit social total du canton était de 317,42 millions de yuans, soit en moyenne 1 303 yuans par habitant et 2 708 yuans par travailleur5. Il s’agissait d’un canton aux conditions naturelles supérieures, à la main-d’œuvre abondante, à l’économie industrielle relativement développée, où les habitants menaient une vie relativement aisée.

12Le canton de Jinqiao se trouve à 11 km du centre-ville de Shanghai. Quatre types de professions dominaient : paysans, ouvriers dans les entreprises de bourg et de village, cadres de l’administration et des entreprises du niveau du village, et, cadres de l’administration et des « entreprises du niveau du bourg ». En ce qui concerne les individus occupant deux professions, deux profils émergeaient – à propos du premier, les revenus étaient principalement issus du travail dans l’industrie et accessoirement agricoles ; à propos du second, les revenus étaient essentiellement agricoles et accessoirement industriels – représentant respectivement 90 % et de 10 % de cette catégorie : les premiers étaient tous des employés des entreprises de bourg et de village ou d’autres entreprises, les seconds étaient essentiellement des personnes âgées. Les revenus de l’industrie occupaient une place importante dans la structure économique des foyers paysans. Selon une paysanne :

« Je travaillais dans une entreprise gérée par la coopérative. Mon salaire mensuel était de 700 yuans, je possédais également un terrain de trois mu qui nous permettait de produire des céréales et des légumes. Mon mari travaillait dans une administration et bénéficiait d’un salaire stable. En temps ordinaire, son salaire suffisait pour acheter des vêtements, payer les études des enfants et les dépenses quotidiennes. Le mien pouvait être mis de côté à la banque, pour d’autres usages, comme par exemple l’achat d’appareils électroménagers ou la construction d’une maison. »

13La structure des revenus de cette famille montre que, si le salaire de son mari n’avait pas été stable, les revenus du travail dans l’usine de cette femme auraient été encore plus importants pour le foyer. En général, les familles paysannes réglaient leurs dépenses quotidiennes avec le revenu issu de l’agriculture et d’autres activités auxiliaires, et les constructions des biens immobiliers avec le revenu de l’usine. Selon le dire de certains paysans :

« Céréales, légumes et volailles suffisaient non seulement pour la consommation quotidienne de la famille, mais il en restait pour vendre sur le marché, et pour compléter ainsi les dépenses quotidiennes. S’il n’y avait pas cette partie de revenu auxiliaire, le salaire n’aurait pu suffire pour l’accumulation économique de la famille. »

14Il ressort ainsi que les revenus du travail industriel et les revenus auxiliaires de l’agriculture sont les deux sources économiques principales des foyers paysans.

15Les industries de bourg et de village représentent la principale source des dépenses quotidiennes du canton de Jinqiao dans les domaines économique et social. Selon les documents économiques pour l’année 1992, les 2,33 millions de yuans dépensés par ce canton pour les subventions agricoles, l’éducation et la culture, ainsi que différentes sortes de protection sociale, ont été financés en totalité par les bénéfices de l’industrie. Un cadre du canton se rappelle :

« Plus de 70 % des dépenses de l’administration civile dépendaient des entreprises de bourg et de village. Les entreprises de bourg et de village devaient soutenir beaucoup d’activités, depuis l’agriculture et le service militaire, jusqu’à l’éducation, la culture, la santé, la sécurité publique, les retraites, l’assistance aux familles pauvres, les transports, les travaux hydrauliques, l’électricité et le bâtiment. »

16En ce sens, les fonctions des entreprises rurales dépassaient le domaine économique.

17À leur début, à la fin des années 1960, les entreprises de bourg et de village de Jinqiao n’étaient que de petits ateliers. Les cadres locaux de base ont été des organisateurs importants de leur développement et y ont largement contribué. Avant le développement de Pudong, les entreprises de bourg et de village de Jinqiao étaient pour l’essentiel des sous-traitants des entreprises d’État de Shanghai. Étant donné le faible niveau d’éducation et de formation technique de la main-d’œuvre, il n’était possible que de mettre en place des projets à forte intensité de main-d’œuvre, ce qui explique que les produits ne pouvaient aller au-delà des gammes basses et moyennes. Comme le racontent certains dirigeants du canton :

« À la fin des années 1980, dans les entreprises du village et du canton, le vieillissement des employés, des technologies et des équipements pesaient de plus en plus lourd sur le développement. À l’époque, la majorité des entreprises réalisait peu de profit, voire étaient en déficit. Les capitaux circulaient très lentement, les dettes augmentaient. Le problème de la baisse de la rentabilité était un problème qui se posait dans toutes les entreprises, mais à des degrés différents. »

18En fait, ces propos traduisent une interrogation des dirigeants locaux : s’il n’y avait pas eu l’ouverture et le développement de Pudong, quel aurait été le futur de ces entreprises ?

19Dans la réalité, les entreprises de bourg et de village étaient confrontées au problème de la réforme du système économique. À cette époque, le mode de gestion traditionnel des entreprises d’État et la configuration du marché domestique avaient déjà commencé à changer, ce qu’on appelait les « petites entreprises d’État » (c’est-à-dire les entreprises de bourg et de village) ne s’étaient pas adaptées. Bien que ces entreprises aient élaboré un programme de management, elles continuaient à reposer sur l’ancien système dans lequel l’administration et l’entreprise n’étaient pas séparées, voire même les dirigeants du Parti et de l’administration nommaient et révoquaient les principaux cadres de l’entreprise, définissaient les principes de répartition, discutaient et ratifiaient les principaux projets et les prêts. D’un certain point de vue, il n’était pas difficile d’en comprendre la raison : si le système administratif de la campagne avait perdu son contrôle sur l’économie collective, sa propre existence aurait été sérieusement remise en cause. De leur côté, en raison de leur manque de capacité d’innovation technologique et de la lenteur de leur adaptation aux changements dans leur environnement, il n’a pas été possible pour les entreprises de bourg et de village d’obtenir des contrats de sous-traitance pour de grandes marques sur le marché, entraînant une baisse continue de leur compétitivité. Ainsi, ces entreprises ont rapidement perdu leurs atouts. En 1992, pendant la grande vague d’investissements dans la zone, de nouvelles entreprises collectives de formes diverses ont été créées dans le canton de Jinqiao grâce à des investissements et des contrats de coopération.

20Mais ces nouvelles entreprises manquaient d’expérience, elles avaient des difficultés à saisir la stratégie réelle de leurs partenaires et se trouvaient souvent dans une position passive. Ainsi, les entreprises de bourgs et de village manquaient encore sérieusement de connaissance sur la complexité de la société et de l’économie modernes.

21De 1962 à 1978, comme dans toutes les autres campagnes du pays, le travail agricole dans la commune populaire de Jinqiao (forme précédente du canton de Jinqiao) était soumis au système des « trois niveaux de gestion avec à leur base les équipes de production ». L’équipe de production (ou la petite équipe de production) était l’unité comptable de base ; elle se gérait de manière indépendante, était responsable de ses profits et de ses pertes, et assurait la redistribution de manière unifiée. Après la mise en œuvre du « système de forfaits de production avec les familles », les paysans louèrent les terres collectives à des prix forfaitaires et commencèrent à gérer de manière indépendante leurs activités, en étant responsables de leurs profits et pertes. Ils disposaient des droits d’usage et d’usufruit sur les terres, mais n’en étaient pas propriétaires. Ils pouvaient sous-louer les terrains mais pas les vendre. En 1984, avec le démantèlement des communes populaires, la commune de Jinqiao devint un canton avec son administration des villages et des groupes de villageois. Conformément à la Constitution, le gouvernement du canton est l’organe de base du pouvoir d’État, les affaires publiques des villages sont gérées par les comités villageois, la gestion de l’économie collective est à la charge des coopératives de villages. Il n’est pas difficile de percevoir que le changement de politique agraire est contemporain de celui du système administratif à la campagne. Si l’on considère le développement de l’économie collective, celui-ci a commencé à la fin des années 1960 et a été lié aux changements de politique agraire. En dépit du changement d’appellation, le système administratif est toujours bâti sur la base des dizaines d’années d’économie collective. Par conséquent, s’il perdait le contrôle de l’économie collective, le système administratif se heurterait, pour son existence, à des problèmes difficiles à imaginer.

22Les données précédentes mettent en évidence que, entre le système de la nouvelle zone de Pudong et celui du district de Chuansha, tant dans le domaine économique que dans le domaine administratif, il n’y a pas eu de transition, et les paysans dont les terres ont été expropriées n’ont pas quitté leur terre. Comme la base économique de Chuansha était à l’origine relativement développée (si l’on compare avec Shenzhen, qui est devenu une zone économique spéciale en 1980, dont la rapidité du développement est impressionnante, et qui, avant son développement, n’était essentiellement qu’une zone de marais incultes et de collines sauvages, habitée seulement par un petit nombre de pêcheurs.), le coût du développement de la nouvelle zone de Pudong a été considérablement plus élevé que celui du développement de Shenzhen. C’est ce qui a fait croire à une partie des entreprises gérées par le bourg de Jinqiao qu’elles allaient bénéficier du rayonnement des grandes industries de cette nouvelle zone ; de même, des paysans se sont dits qu’ils pourraient

« travailler dans des entreprises étrangères sans partir à l’étranger, toucher des salaires élevés, et vivre comme les citadins ».

23Néanmoins, ces paysans n’ont pas réfléchi à la possibilité de concrétiser ces espoirs, ainsi qu’au prix social et culturel qu’il leur faudrait payer pour cela. Leurs connaissances actuelles ne leur permettent toujours pas d’aller si loin et si profondément dans la réflexion.

3. Tensions entre l’ancien et le nouveau système

24La mise en œuvre du projet de développement de la nouvelle zone de Pudong a commencé avec la réquisition des terres, suivant deux méthodes différentes : la pré-réquisition (réquisition préalable) et la réquisition effective. La pré-réquisition a pour objectif de répondre aux besoins de réserve de terrains, du contrôle des prix de terrains et de la planification de l’aménagement ; la réquisition effective répond aux besoins du développement à court terme des terrains. La pré-réquisition n’entraîne pas un changement du droit d’usage et de la nature de l’usage de ces terres, mais les droits de propriété et de gestion, qui étaient collectivement détenus par les paysans, sont transférés à l’État. Dans le canton de Jinqiao, l’indemnité moyenne pour l’expropriation suivait la norme fixée par l’État, c’est-à-dire 2 700 yuans par mu (répartie à part égale entre le canton, le village et l’équipe de production). En ce qui concerne les pré-réquisitions, 30 % des frais d’indemnisation étaient versés aux organisations économiques collectives, les 70 % restant devant être complétés lorsque la réquisition devenait effective, au prix fixé le jour de la pré-réquisition. La réquisition des terrains se déroule selon la procédure suivante : après la pré-réquisition, le terrain entre sur le premier marché pour être loué, puis, sur le second marché les droits d’usage des terres sont transférés aux promoteurs immobiliers. Le développement des lots est réalisé par des sociétés de développement à capitaux étatiques (telle que la Société de développement de Jinqiao) ayant bénéficié d’investissements de la part de l’État et de fonds financiers. Ces sociétés obtiennent de l’État de grandes surfaces de terrain sous forme de location, y réalisent des travaux d’infrastructures par l’intermédiaire d’entreprises conjointes ou d’entreprises par actions, puis cèdent les terrains disponibles aux différentes entreprises ayant des projets d’investissement. Cette dernière étape est le transfert de droit d’usage sur le second marché.

25À Shanghai, le développement d’un lot de terrain demande des investissements considérables. Le coût d’expropriation est d’environ 150 millions yuans/km2, celui des travaux d’infrastructures représente encore 150 millions yuans/km2 (l’infrastructure de base concerne le nivellement des terrains et l’accès aux sept réseaux : eau, électricité, routes, gaz, chauffage, télécommunication, poste.) Ainsi, il est impossible ou irréaliste d’envisager que ces investissements soient réalisés par le budget de l’État ou avec des prêts bancaires. C’est pourquoi la nouvelle zone de Pudong a adopté une méthode spéciale afin d’obtenir des terrains comme capital économique, qui, combiné au capital social permet d’enclencher un cercle vertueux de développement. Le gouvernement cède d’abord les terrains aux sociétés de développement des zones-clefs, puis sont adoptés des modes de financement – investissements financiers, transferts de fonds, transferts des droits sur les terrains, revenus versés à l’État, formant ainsi un circuit de fonds d’État. De cette manière, les droits d’usage sont transférés, les sociétés de développement obtiennent des terrains, mais les collectivités locales n’ont pas à effectuer de dépenses supplémentaires. Les quatre zones-clefs de la nouvelle zone de Pudong ont été développées chacune de façon unifiée par une société de développement, mais les autres terrains ont été exploités par la Société holding du développement foncier de Pudong. Le développement des terrains se présente donc comme une opération sur plusieurs niveaux de multiples combinaisons et de plusieurs pôles. Le premier niveau est constitué des zones clés ; le deuxième niveau de la société holding du développement foncier de Pudong et de nombreuses autres sociétés conjointes de développement ; sur le troisième niveau se trouvent des sociétés de développement qui s’appuient chacune sur un village au sein d’un canton. La zone de transformation pour l’exportation de Jinqiao a été créée en 1990 après approbation par Conseil des affaires d’État, et ses terrains se trouvent majoritairement sur le territoire du canton de Jinqiao. En septembre de la même année, la société de développement de la zone de transformation de Jinqiao a été créée, en tant qu’entreprise d’État du niveau équivalent à une direction ministérielle, prenant en charge le développement des terres, ainsi que la gestion et la coordination de la zone de Jinqiao.

26Les réquisitions effectuées par la société de développement modifient les droits de propriété et d’utilisation des terres du canton de Jinqiao, mais elles transforment également l’identité d’un grand nombre de paysans. Comme ils n’ont pas quitté la terre, les paysans espéraient généralement que la zone de transformation attirerait rapidement des entreprises étrangères. C’est qu’en 1993, ils ont constaté que de grandes entreprises étrangères ne cessaient de s’installer dans la zone de développement pour commencer la production mais qu’elles n’embauchaient pas la population locale ; les paysans ont enfin compris que leurs perceptions étaient trop éloignées de la réalité. Ils ont pressenti que le gouvernement pourrait également cesser de se préoccuper de leur insertion professionnelle.

27En fait, la société de développement de Jinqiao avait fondé une société de service pour l’emploi en 1991, spécialement chargée de la réinsertion de ces paysans dont les terres avaient été expropriées. Jusqu’en juillet 1997, la société de développement de Jinqiao est parvenue à intégrer 13 841 paysans, dont 3 847 ont été mis à la retraite (50 ans pour les hommes et 45 ans pour les femmes) et 9 643 se sont vus offrir un emploi (dont 700 avaient moins de 25 ans, 1 600 entre 25 et 35 ans et 7 000 entre 35 et 45 ans). 75 % de ces paysans ont été réinsérés en conformité avec la politique de « qui exproprie, réinsère », adoptée par le gouvernement de la municipalité de Shanghai en 1993. Il s’agit d’une politique qui assigne à l’État, ou aux sociétés qui réquisitionnent la terre, la prise en charge de la réinsertion des paysans touchés par ces expropriations. Grâce à cette politique, les paysans expropriés ont été intégrés au personnel d’entreprises d’État ; cependant, ils n’avaient pas de poste et bénéficiaient d’allocations chômage. Pour citer la société de développement de Jinqiao : « les paysans expropriés bénéficient eux aussi du “bol à riz en fer” (tie wanfan) ». Cette société n’avait pas d’autre activité que le développement et la location des terrains et des bâtiments, elle ne pouvait donc pas intervenir dans la gestion des entreprises de la zone. Dès le départ, les difficultés de réinsertion de cette main-d’œuvre étaient saillantes : près de 50 % des paysans expropriés âgés de 35 à 45 ans se trouvaient au chômage. De « travailleurs aux terres expropriées » ils sont devenus des « travailleurs aux terres expropriées en attente d’emploi ». En 1996, l’allocation chômage que recevaient ces paysans était de 275 yuans par mois à laquelle s’ajoutaient des prestations sociales : chaque paysan touchait ainsi en réalité 513 yuans par mois (non compris la prise en charge de la moitié des dépenses d’assurance-santé dont bénéficiaient les membres de leur famille). Pour cette seule population, la société de développement de Jinqiao devait verser chaque mois 3,5 millions de yuans, plus 5,6 millions de yuans de participation au financement du fonds de retraite. Ce fardeau financier a fait prendre conscience à la direction de la société que la réinsertion professionnelle des paysans expropriés n’était pas un problème qui pourrait être résolu sur le court terme. Si elle ne brisait pas le système du « bol à riz en fer », la société de développement risquait de sombrer elle-même dans une situation difficile.

28Des cadres de l’entreprise de service pour l’emploi se souviennent :

« au tout début, avec nos supérieurs on se disait qu’avec l’arrivée de tant de grandes entreprises dans la zone de transformation, la réinsertion de cette main-d’œuvre ne poserait aucun problème ! En réalité, ces grandes entreprises suivent le système de l’entreprise moderne, elles reposent sur les hautes technologies. La seule relation que la société de développement de Jinqiao entretient avec ces entreprises concerne la vente et l’achat des terrains ; ces entreprises ne dépendent pas administrativement de la société de Jinqiao qui n’a donc aucun pouvoir pour s’immiscer dans leurs politiques de recrutement. Ce n’est que lorsque la situation de l’emploi de milliers de ces paysans expropriés est devenue critique, que nous avons réalisé que, depuis le début, nous avions mal préparé cette question. »

29Selon l’estimation de quelques dirigeants de la zone, avec l’entrée en service des nouvelles entreprises, de nouvelles capacités devaient progressivement émerger, atténuant ainsi la pression de la réinsertion des paysans expropriés. Cependant, fin 1996, presque 70 entreprises industrielles étaient installées dans la zone de transformation, mais la situation de l’emploi des paysans expropriés ne s’était pas améliorée. Les entrepreneurs comme les paysans n’avaient pas prévu avec efficacité les exigences à l’embauche de la part des entreprises modernes, ni les problèmes d’emploi qui pourraient se poser pour les paysans expropriés. Ce n’est certainement pas parce qu’ils n’avaient pas suffisamment réfléchi mais parce qu’ils avaient trop simplifié les difficultés occasionnées par la transformation de la structure professionnelle à la campagne. Ce n’est pas non plus parce qu’ils avaient manqué d’analyse et de mesure concernant ce problème, mais parce qu’ils n’avaient pas su prévoir avec pertinence les forces sur lesquelles ils pouvaient compter et les ressources qui pouvaient être développées pour régler ce problème. Dans la pratique, lorsque ces paysans expropriés parvenaient à trouver un emploi dans une des grandes entreprises de la zone, il s’agissait toujours d’effectuer les opérations les plus simples ; de plus ils ne parvenaient pas à s’adapter à la gestion stricte de ces grandes entreprises. La situation était inévitablement mauvaise.

30En résumé, l’extension continue de la mise en œuvre de la réforme du droit d’utilisation des terrains a produit l’expropriation d’un grand nombre de paysans qui ont toujours, depuis de nombreuses générations, habité à cet endroit ; mais ils connaissent le même sort que dans l’ancien système : ils se heurtent à des difficultés d’emploi faute d’avoir pu se ménager une entrée réelle dans le nouveau système.

4. La question de l’émancipation des paysans expropriés

31Depuis le lancement des réformes en 1978, les zones rurales de la Chine littorale ont connu un phénomène d’industrialisation très rapide qui a attiré l’attention de beaucoup de sociologues et d‘économistes. Sur la base d’observations et de comparaisons, le milieu académique a présenté successivement deux modèles de voies de développement socioéconomique des campagnes : le « modèle du sud du Jiangsu » et le « modèle de Wenzhou ». Avant le développement de Pudong, le modèle d’industrialisation de cette zone rurale était proche du « modèle du sud du Jiangsu », c’est-à-dire que les gens pouvaient tout au plus utiliser des ressources locales pour mener à bien l’industrialisation. Ce modèle tire son origine des entreprises collectives mises en place dans le cadre du système des communes populaires, les capitaux de démarrage provenant de l’accumulation collective des paysans.

32Au début du développement de la nouvelle zone de Pudong coexistait dans cette zone au moins trois systèmes : le système de marché symbolisé par les grandes entreprises implantées dans la zone, le système administratif au service du développement de Pudong et enfin le système socio-économique rural original de Pudong. Les deux premiers sont nouveaux par rapport au troisième. Les grandes entreprises soumises au système de marché possèdent leur propre base de fonctionnement (information, haute technologie, logistique, services financiers, etc.), mode d’organisation, style de relations ainsi que leur propre logique socioéconomique. Elles ont les caractéristiques des sociétés industrielles développées et des sociétés post-industrielles reliées à l’économie mondiale. De son côté, le système administratif au service du développement de Pudong a plutôt tendance à s’adapter au marché. Mais du point de vue de la pratique concrète, ces trois systèmes possèdent des limites différentes et ont chacun leurs règles de fonctionnement. Parfois, certaines grandes entreprises suivent des logiques de marché différentes selon les moments. Mais nous avons également découvert que, si le droit de décision dans la zone de développement de Pudong relève du nouveau système, dans la pratique l’action organisatrice du processus de développement n’obéit totalement ni à la logique de l’administration d’État ni à celle du marché. Autrement dit, il est possible que les acteurs dépendent des organisations de l’État, ou bien qu’ils se soumettent à la domination de la loi de la concurrence du marché, ou encore, qu’ils soient influencés par la culture historique. Pour les paysans il est très difficile de se représenter cette complexité.

33Dans la réalité, le nouveau système est tout à fait déconnecté de l’ancien système qui tend à décliner car ses fonctions ne cessent de s’affaiblir. Fei Xiaotong avait proposé la métaphore de la relation entre la nouvelle « peau » et l’ancienne « peau » qui ne peuvent être ni collées ni greffées. Il se posait dès lors une question au sujet des poils : où vont-ils s’enraciner ? Ainsi, on peut avancer que le développement de Pudong a troublé l’ordre socio-économique original. Suite aux expropriations des terres, les paysans sont passés du statut de « sujet » dans l’ancien système à celui d’« objet » dans le nouveau. Non seulement ils ont perdu la terre, mais ils ont également perdu le soutien et la protection de l’ancien système. Plus grave encore, ils s’intègrent difficilement au nouveau système économique. Fei Xiaotong considérait que ce problème était apparu lorsque les Chinois ruraux, habitués à la vie de la campagne fondée sur l’économie de petite paysannerie, étaient brusquement devenus les citoyens d’une société industrielle moderne. C’est un phénomène produit par la volonté d’une force extérieure de transformer une zone rurale en une métropole internationale en l’espace d’un ou deux ans, processus qui a pris plusieurs siècles pour s’accomplir en Occident. Ainsi, comme le soulignait Fei Xiaotong, dans son développement et son ouverture, la nouvelle zone de Pudong s’est heurtée à un problème difficile à résoudre : comment asseoir un système administratif qui soit conforme aux besoins d’une économie industrielle moderne sur les fondations d’une économie rurale ? L’effacement du district de Chuansha et la promotion du canton de Jinqiao en bourg ne correspondent pas à un simple changement d’appellation de la structure administrative. Il s’agit en réalité de faire accepter par une économie rurale et le système administratif correspondant, un nouveau système administratif qui réponde aux exigences d’une économie industrielle moderne. Fei Xiaotong résume ce type de comportement comme ceci : comment ajouter une peau neuve sur l’ancienne peau ? Il s’agit d’une question cruciale. En réalité, une contradiction est déjà apparue entre les deux peaux ; comment, pendant que l’on demande aux paysans de prendre part au développement de la nouvelle zone, faire en sorte qu’ils puissent également jouir des fruits de cette ouverture et de ce développement ? Pour résoudre ce problème, il faut d’abord trouver les voies par lesquelles les paysans peuvent trouver un espace productif adapté à leur propre travail dans les circonstances actuelles.

EXPROPRIATION ET STRATÉGIES DE RÉINSERTION PROFESSIONNELLE

34Le problème de l’émancipation des paysans expropriés se résume à leur capacité ou non à s’adapter au manque d’espace productif pour gagner leur vie. Les changements de système dans la société peuvent être considérés comme la transformation et la restructuration des systèmes d’intérêts. Ces changements sont produits par la conjonction des forces des différents acteurs. En ce sens, la question de l’émancipation des paysans expropriés renvoie à un processus complexe dans lequel ces paysans forment un acteur à part entière. Par exemple, dans leur recherche d’une nouvelle issue, les paysans expropriés ont fini par adopter une tactique qui consiste à tourner le dos au nouveau système et réintégrer l’ancien système. Ce type de logique d’action traduit le fait qu’ils ne sont pas de simples « hommes rationnels » ou « hommes moraux », mais qu’ils se sont appuyés sur les connaissances issues de leur expérience pour évaluer les informations issues de l’environnement et ainsi effectuer des choix. Par conséquent, la question des paysans expropriés ne saurait être réduite au produit de l’insuffisante prise en charge par le marché et de la société étatique de développement.

1. Expropriation, réinsertion et le « projet du train »

35Pendant les trois premières années du développement de la zone, la société de développement de Jinqiao a appliqué la politique de « qui exproprie, réinsère », au tout début intégrant cette main-d’œuvre de paysans expropriés et en en faisant des employés d’entreprises d’État qui bénéficiaient de la protection sociale. Cependant, cette société était essentiellement engagée dans le développement des terrains, elle n’avait pas d’activité pouvant offrir des emplois et ne pouvait pas non plus contraindre les entreprises installées dans la zone à donner un emploi à ces paysans. De plus, le niveau de formation et de compétence technique de cette main-d’œuvre était très bas, leurs conceptions très traditionnelles : se tourner vers des emplois sur le marché n’était pas aisé pour eux. Par conséquent, beaucoup de paysans expropriés se sont retrouvés au chômage. Au début, ils ne se plaignaient pas de rester chez eux tout en touchant des allocations chômage chaque mois, voire même ne voulaient plus travailler. Or, la société de développement, face à cette charge financière qui s’alourdissait de jour en jour, souhaitait ardemment ne plus prendre en charge la réinsertion des paysans expropriés. Pour cela, la société a expérimenté un certain nombre de politiques d’insertion, comme par exemple créer des ateliers louées aux entreprises de bourg et de village pour développer des activités à forte intensité et offrir ainsi des emplois aux paysans expropriés sous sa responsabilité ; ou encore, fonder des entreprises conjointes avec les gouvernements des bourgs et des villages pour absorber une partie de ces paysans expropriés. Malheureusement, ces tentatives ont toutes fini par échouer et se sont arrêtées.

36Les raisons sont multiples. Par exemple, les entreprises de bourg et de village locataires des ateliers embauchaient les travailleurs et appliquaient une grille de salaires très égalitaire ; les dirigeants des « entreprises conjointes » étaient choisis par la société de développement parmi les cadres villageois, et quelques centaines de milliers de yuans leur étaient alloués afin qu’ils créent de nouvelles opportunités d’emploi. Toutefois, ces entreprises n’arrivaient pas à prendre en compte les changements du marché et ne parvenaient pas à monter de bons projets. Ainsi, la plupart d’entre elles ont cessé leur coopération avec la société de développement à cause des loyers d’ateliers trop élevés ou d’intérêts de prêts bancaires trop lourds. La société de développement a perçu ce résultat comme conséquence d’une mauvaise gestion des entreprises de bourg et de village. À l’inverse, pour ces dernières, la société de développement était une entreprise d’État qui possédait la qualité d’un organe administratif, et qui manquait d’expérience dans l’économie de marché. Ainsi, bien qu’elle disposât de ressources de pouvoir en raison de son appartenance au système, elle n’avait pas la capacité de mobiliser les ressources rurales, ce qui était pour eux la raison principale de l’échec.

37En réalité, certains dirigeants de la zone nouvelle de Pudong avaient dès 1993 rappelé que le gouvernement devait mettre en œuvre des mesures pour encourager les entreprises de bourg et de village à garder les paysans expropriés. Ils avaient compris dès le début du développement de Pudong que les entreprises de bourg et de village éprouvaient jusqu’à un certain point ce problème des paysans expropriés. Au début de 1995, après avoir mûrement réfléchi sur la fonction des entreprises de bourg et de village, Zhao Qizheng, directeur du comité de gestion de Pudong, proposa le « projet du train ». Il s’agissait de mettre en valeur l’esprit d’initiative des petites zones clefs, des villages et bourgs des alentours pour accélérer la croissance économique et faire de Pudong un « train » dans lequel tout le monde puisse monter. Il s’agissait de renforcer le lien entre la société de développement et les entreprises de bourg et de village, les zones clefs devaient diffuser certains projets vers les villages et bourgs des alentours, des capitaux devaient être versés pour promouvoir la transformation d’un certain nombre d’entreprises de bourg et de village. Tout cela montrait la volonté du gouvernement de la nouvelle zone d’accroître, à travers la société de développement, la capacité des entreprises de bourg et de village à saisir les opportunités, et d’unir leurs efforts avec ceux de la société de développement.

38Un an après le démarrage de ce « projet du train », nous avons observé lors de notre enquête dans le bourg de Jinqiao qu’il était loin d’être facile à mettre en œuvre. Pour citer certains cadres d’entreprises de bourg et de village :

« L’idée derrière ce “projet du train” était bonne, mais la société de développement, en tant que locomotive de ce train, ne pouvait aucunement commander les entreprises étrangères dans la zone de transformation, et au final, on ne savait pas à quels wagons appartenaient les entreprises de bourg et de village. ». « Demander aux entreprises de bourg et de village de monter dans le train, c’était leur demander de s’associer aux grandes industries. Mais la clé de cette combinaison ne réside pas dans les plans de réajustement de l’activité et de croissance annuelle, mais elle se trouve dans un changement de direction des hommes. Il faut voir que la majorité des industries dans la zone sont des entreprises internationales du premier rang qui se trouvent toutes à la pointe dans les conceptions et les modes de management. L’écart avec les entreprises de bourg et de village est trop considérable. »

39Ainsi, ce projet n’a pas réussi à faire monter les entreprises de bourg et de village dans ce « train » vers l’entreprise moderne, ni à régler de manière satisfaisante le problème de la réinsertion de la main-d’œuvre des paysans expropriés.

2. Le changement de cap radical des entreprises de bourg et de village

40Avant le développement de Jinqiao, les entreprises de bourg et de village semblaient installées pour accueillir la main-d’œuvre en excès. De nombreuses conditions ont favorisé leur développement : par exemple, les cantons et les villages avaient le pouvoir de décision sur l’utilisation des terrains et sur l’accumulation du capital collectif ; l’État appliquait des politiques préférentielles dans les domaines des prêts et de la fiscalité ; le marché était peu exigeant sur la qualité des produits des industries à forte intensité de main-d’œuvre. À cela il faut encore ajouter une économie de pénurie et la lenteur des réformes dans les villes. En 1997, ces conditions avaient pratiquement toutes disparu. À cette époque, l’organisation administrative des huit villages dépendant du bourg de Jinqiao fonctionnait encore, mais seuls deux villages disposaient véritablement de leurs terrains.

« Parmi les entreprises du niveau du village économiquement fortes, une partie a fermé, certaines ont été louées. Certains directeurs ont investi l’argent gagné après la vente de leur usine dans l’immobilier et d’autres investissements financiers dans d’autres provinces. Cela a entraîné une fuite des capitaux collectifs. L’usine de carton du canton s’étaient heurtée aux banques qui inclinaient à accorder des prêts aux zones urbaines et aux zones de développement, alors que le coût de la main-d’œuvre locale ne cessait d’augmenter. »

41Force est de reconnaître que ces entreprises de bourg et de village de Jinqiao manquaient de capacité de réaction face aux changements stratégiques de la nouvelle société et de la nouvelle économie, alors que ces changements exerçaient une influence directe sur leur existence.

42En fait, les cadres dirigeants du bourg ont plus ou moins pris conscience des problèmes qui allaient se poser : qui allait assurer le contrôle de l’économie collective une fois que le système villageois aurait changé ? Et quelles seraient les conséquences d’une crise de pouvoir du système traditionnel ? Certains dirigeants de sociétés ont noté finement que :

« l’économie des villages est formée des richesses produites collectivement par les travailleurs locaux. Avec le démantèlement des villages et des cantons, à qui doit-on confier cette richesse ? à l’État ? »

43Il est évident qu’ils appréhendaient d’avoir à perdre leur contrôle sur l’économie collective. Pour préserver ce pouvoir, ils ont réfléchi à nouveau à la voie de développement des entreprises de bourg et de village et proposé de passer d’un système de nature administrative à des entités économiques en formant un réseau autonome, de se servir de la réputation de Jinqiao et de la force des collaborateurs pour développer des entreprises d’une certaine taille tournées vers l’extérieur, de se repositionner sur des marchés plus adaptés. Les problèmes clefs que ces entreprises veulent résoudre maintenant ne sont plus du tout les mêmes : elles ne se contentent plus de produire ; elles ne mettent plus la réinsertion de la main-d’œuvre excédentaire au premier rang de leurs préoccupations. En un certain sens, c’est une nouvelle fondation marquée par l’établissement d’un nouveau mécanisme d’équilibre social : changer les modes de gestion des entreprises de bourg et de village, sortir du vieux système et devenir indépendant, former un espace productif autonome. Les entreprises de bourg et de villages sont, pour une partie des gens, non seulement des unités de travail où l’on touche ses revenus, mais également des outils indispensables pour obtenir d’autres ressources utiles.

3. Nouvel ordre socio-économique et remobilisation des anciens “savoirs locaux”

44Dans la société rurale, la terre ne constitue pas seulement un moyen de production et une garantie sociale, mais elle est également la base de la perpétuation d’un clan et des relations sociales. Avec la perte de la terre, cet ordre socio-économique ne peut se maintenir, et les capacités des paysans à gagner leur vie perdent également leur valeur. Dans cette situation, les paysans expropriés ont développé une « peur de l’avenir ». Bien que l’agriculture ne soit pas la seule source de revenus de leurs familles, ils ont peur de « devenir une force de travail qui n’a pas de moyens de production et sans “issue”, et que leur vie quotidienne soit décidée par autrui. » Ils ont désormais la conscience de ce qu’ils ont perdu : il ne s’agit pas seulement des terres et des techniques de production, mais également de leur autonomie et leurs ancrages matériels et spirituels.

45Par conséquent, au fur et à mesure des échecs successifs des divers projets pour leur réinsertion, les paysans expropriés soulèvent la question suivante : au cours du transfert des droits de propriété et d’usage, où est passée la valeur ajoutée ? Ils ont également souligné que les expropriations de terres sous propriété collective relèvent d’une action gouvernementale, la location des terrains par les sociétés de développement relève d’une action commerciale, alors que les paysans se sont trouvés exclus du marché des terrains. À un moment donné, quand un bruit non vérifié circulait sur le fait que les expropriations aient apporté la fortune aux paysans des zones économiques spéciales du Sud du pays, les paysans expropriés de Pudong ont manifesté le regret d’avoir renoncé si facilement à leur terre. Certains disent :

« Les expropriations sont avantageuses ou non en fonction de qui contrôle les terrains. Dans les années 1950, les terrains ont été donnés à l’État et gérés par les coopératives, les paysans n’étaient pas inquiets. Aujourd’hui, les terrains sont dans les mains de sociétés de développement, est-ce que ces sociétés peuvent représenter le gouvernement ? le petit peuple ? Les paysans ne sont pas rassurés. »

46Visiblement, les paysans craignent que l’État ne contrôle plus les terres, et cesse de s’occuper d’eux. Ils n’ont pas encore établi un rapport de confiance vis-à-vis des acteurs économiques et sentent que le système qui les protégeait ne les couvre plus. Par conséquent, ils réfléchissent, dans un calme sans précédent, et espèrent que le gouvernement sera capable de s’intéresser à la complexité de leur problématique. Leur investissement sur la confiance ne se construit plus en fonction des projets de développement qui leur sont présentés mais des avantages qu’ils peuvent obtenir. D’une certaine façon, les paysans expropriés se trouvent dans un rapport de pouvoir sérieusement asymétrique qui les a poussés à effectuer, consciemment ou inconsciemment, un choix : la remobilisation des savoirs locaux.

47Bien que Pudong soit une banlieue de Shanghai et que les paysans qui y résident aient connu des industries de bourg et de village, leur mode de vie quotidienne se caractérise toujours par de forts traits ruraux. Ils ont l’habitude d’associer le sens des événements passés et celui des événements à venir. Le concept de savoirs locaux de Geertz permet d’expliquer cette association : l’ordre de la vie quotidienne locale maintient un univers de sens. On peut dire que les « savoirs locaux » forment la base sur laquelle les paysans de Pudong acceptent les nouveaux savoirs et idées au cours du processus de transformation sociale. Ces paysans de Pudong, dans un nouvel environnement économique et social, utilisent et reproduisent les savoirs locaux pour participer à cet environnement et le modifier. Selon nos observations, confrontés à la complexité du nouvel environnement économique et social, parce qu’ils sont insatisfaits de la mise en œuvre des expropriations des terres, les paysans de Pudong retournent à l’ancien système et cherchent une fois de plus de l’aide auprès du chef de village, tentent d’obtenir des ressources via les relations claniques et les réseaux familiaux. Par exemple, ils demandent aux personnes âgées d’aller faire des « sit-in » devant les immeubles des sociétés de développement sous prétexte que des tombes d’ancêtres ont été excavées. Il en ressort que, face aux risques produits par le nouveau système, les réactions et les imaginaires des paysans expropriés s’appuient sur les savoirs locaux ; ils souhaitent même revenir à leur ancien mode de vie lorsqu’ils possédaient de la terre à cultiver. Ces solutions révèlent le désarroi des paysans mais également leur recours au savoir local. D’un autre côté, la combinaison de l’ancien et du nouveau système n’est pas une tâche facile à accomplir. Au contraire, lorsque l’investissement des paysans expropriés ne reçoit pas de retour équivalent, que leurs actions ne sont pas bien comprises et qu’ils ne trouvent pas de moyen pour s’intégrer au nouveau système, ils retournent à leur tradition. Car c’est là qu’ils retrouvent leur liberté et que leurs savoirs locaux peuvent avoir une utilité.

4. Stratégies et actions individuelles et collectives

48La question de l’émancipation des paysans expropriés, en un certain sens, n’est pas simplement un problème de réinsertion professionnelle, mais un problème structurel résultant des stratégies de certains acteurs situés dans différentes positions. Les écarts culturels provoqués par les brusques changements sociaux créent des contraintes qui les empêchent de s’adapter à la mutation sociale réelle. Dans le système d’entreprise moderne et la logique de fonctionnement de la société post-industrielle de l’économie de marché, après que l’ouverture et le développement de Pudong leur ait permis de développer une certaine rationalité, les paysans de la société rurale locale sont réduits en objets à transformer ou à éliminer ; la logique de fonctionnement de la société industrielle locale à laquelle ils sont habitués est niée. En fait, les paysans expropriés sont confrontés à la question « de s’en sortir » pour gagner leur vie. En revanche, le gouvernement de la nouvelle zone de Pudong et les sociétés de développement sont les promoteurs de l’ouverture et du développement de cette zone, ils ne peuvent pas trop se tourner vers l’ancien système, mais ils ne peuvent pas non plus se désintéresser complètement des paysans sans emploi qui dépendent d’eux. Par conséquent, la solution de ce problème de l’émancipation fait partie des problèmes auxquels ils doivent réfléchir. Comment, le gouvernement, les sociétés de développement et les paysans expropriés peuvent-ils régler de façon efficace cette question de la voie de sortie ?

49Dans la pratique, les administrations gouvernementales, comme les sociétés de développement, sont incapables d’intervenir sur les conditions de recrutement des grandes entreprises qui suivent l’économie de marché. Afin de se débarrasser au plus tôt des paysans expropriés au chômage, les sociétés de développement ne cessent de tenter d’utiliser leur pouvoir apparent dans le système pour créer des entreprises conjointes avec les entreprises de bourg et de village, et d’inciter certains de ces chômeurs à émigrer. Le gouvernement de la nouvelle zone, quant à lui, essaie de modifier les politiques d’expropriation et les modes d’exploitation des terres ; l’essence de ces tentatives est d’encourager ou d’obliger certaines entreprises à prendre en charge la réinsertion des paysans expropriés à travers des modes d’ingérence administrative ; en effet, le gouvernement ne souhaite pas voir le problème de l’« instabilité sociale » s’accroître. À en juger par les moyens utilisés, le gouvernement et les sociétés de développement, alors qu’ils se présentent comme des acteurs, dépendent toujours du pouvoir administratif. Cependant, lorsque certains de leurs cadres abordent la question des paysans, ils se montrent tantôt désemparés, tantôt confiants. C’est un phénomène très intéressant : incapables de s’immiscer par leur pouvoir administratif dans les affaires des grandes entreprises soumises à la loi du marché, ils semblent pourtant toujours confiants dans l’action administrative.

50Quant aux paysans expropriés, ils s’opposent aux acteurs qui tirent profit du développement de Pudong et ne gèrent pas les contradictions sociales. Ils sont également insatisfaits face à l’impuissance des sociétés de développement à régler la question de la réinsertion. Cette insatisfaction s’exprime souvent par les plaintes collectives des personnes âgées contre les sociétés de développement. Représentant leurs enfants, ces personnes âgées se rendent en groupe aux sièges des entreprises de développement pour y déposer leurs plaintes. En réalité, elles utilisent l’« instabilité sociale » pour forcer le gouvernement à résoudre le problème de leurs enfants. La logique sous-jacente est claire pour les paysans expropriés :

« Les entreprises de bourg et de village se heurtent elles-mêmes à des difficultés existentielles, elles ne peuvent se préoccuper des paysans expropriés. C’est l’État qui a réquisitionné les terrains, alors il se doit s’occuper des paysans. »

51Ces paysans tentent d’utiliser leurs propres moyens pour faire pression sur le gouvernement, tout en nourrissant l’espoir de retrouver leur rapport de dépendance de jadis envers le gouvernement, et ainsi de pouvoir échapper aux risques apportés par la nouvelle société industrielle.

52Les stratégies de ces différents acteurs montrent que la résolution du problème de la réinsertion des paysans expropriés est aujourd’hui leur objectif commun. Pour autant, chacun s’emploie à trouver un moyen pour faire payer davantage les autres tout en se préservant une marge de négociation et d’échange. Ceci montre que la « dépendance du chemin » est également un choix rationnel des acteurs ; elle montre que derrière l’idée de contradiction entre différentes parties de la société, il existe une sorte de relation de dépendance mutuelle très profonde qui constitue la nouvelle base des relations sociales.

RÉFLEXIONS SUR L’ANALYSE DE L’ÉMANCIPATION

53Les chercheurs occidentaux auraient peut-être tendance à analyser le problème des paysans expropriés au cours du processus de développement de Pudong en le plaçant dans le cadre de la modernisation, et au final verraient là un problème structurel produit par le passage d’une société traditionnelle vers la modernité. Comme l’a indiqué G. Rozman (1995),

« toute velléité de combiner consciemment les meilleures choses anciennes et les meilleures choses nouvelles, quelles que soient les bonnes intentions, sera défiée par l’interdépendance extraordinaire entre le modèle moderne et les autres structures sociales ».

54Les chercheurs qui prônent la théorie de la modernité pour analyser les problèmes chinois construisent généralement le cadre analytique suivant : choc venant de l’extérieur – réponse locale – processus de modernisation. Les chercheurs chinois, dans leurs réflexions actuelles sur la question des paysans expropriés de Pudong, sont relativement nombreux à se servir de la théorie de la modernité exogène du retard de développement et de la théorie comparative de la modernité.

55Selon la théorie de la modernité exogène du retard de développement, l’urbanisation rapide et le processus de développement des zones rurales consistent en fait à introduire très rapidement dans la structure sociale de la campagne traditionnelle l’expérience de la modernisation occidentale et les fruits des sciences et technologies modernes ; ceci résulte généralement d’une maturation plus rapide de la structure économique et du système de valeurs des zones rurales que celui de la structure sociale. Il en résulte que le développement fait apparaître des problèmes qui auraient dû émerger à différentes phases de la modernisation. Ainsi est produit l’« effet négatif du développement tardif » ou les « problèmes de la période de transition ». Ce modèle explicatif concentre son attention sur un processus « choc venant de l’extérieur – réponse locale » et permet de voir qu’au cours du développement rapide de l’économie de marché moderne, les valeurs culturelles et la structure sociale de la Chine rurale traditionnelle continuent à régir et à entraver très profondément la vie des paysans en jouant un rôle central dans la production des problèmes des paysans (Chen Wenke et alii, 2000). Une telle optique ignore dans une large mesure la capacité d’action spontanée des paysans dans la modernisation des zones rurales et est inapte à révéler le mécanisme concret de naissance du problème paysan, en privilégiant trop l’analyse de la macro-structure. Elle conduit facilement à une illusion : voir les paysans comme passivement impliqués dans la modernisation et attribuer la cause du problème à leur inadaptation face aux exigences de la modernité, et par là, conclure de façon simpliste que le « problème sérieux est l’éducation des paysans ».

56Selon la théorie comparative de la modernité, le développement des zones rurales emporte la société traditionnelle vers une transition à plusieurs niveaux. Ce processus peut être compris comme un ensemble de processus synchrones d’industrialisation dans le domaine économique, de démocratisation dans le domaine politique, d’urbanisation dans le domaine social et de rationalisation des valeurs. Si l’on impose à une société rurale basée sur une économie traditionnelle de se moderniser en fonction des standards d’une société développée, quels seront les défis que les paysans et la société rurale, toujours marqués par la ruralité, auront à relever dans leur comportement ? Par contre, pour une autre partie des chercheurs, ce type d’explication qui présente la modernisation comme une transition dans le sens de la société traditionnelle vers la société moderne, clive la société selon une opposition entre tradition et modernité, souligne le renforcement continu de la modernité de la société et le réajustement de ses mécanismes internes en niant la portée positive des savoirs locaux et de la tradition.

57Ces analyses prennent en compte le niveau d’éducation des paysans, la structure socio-économique et le système culturel du monde rural, leurs effets sur le clivage ville/campagne et sur les désordres générés par les changements rapides du système. Ces points de vue conduisent souvent à estimer que la solution des problèmes réside dans l’élévation du niveau d’éducation des paysans ou dans la transformation du système, tout en négligeant d’autres aspects, comme par exemple le fait qu’entre la vieille structure et la nouvelle structure émergente dans le processus de modernisation il n’y ait pas qu’un simple rapport d’« inadaptation » et de « résistance » ; ou encore que les paysans ne soient pas seulement des sujets passifs, mais qu’ils participent pleinement au développement par leurs propres stratégies. Le problème des paysans expropriés de la zone de développement de Pudong n’est pas produit unilatéralement par les paysans et l’ancien système, il est le résultat de productions et reproductions lors des interactions entre les acteurs liés par des relations d’intérêts. Le contexte spécifique chinois n’est nullement étranger à ce résultat. De plus, ce phénomène est souvent caché par la perception d’un choc structurel dans la théorie de la modernisation.

CONCLUSION

58Comme la modernité est multidimensionnelle, chaque science humaine s’intéresse de façon différente au concept de modernité. Mais les approches des changements qui se produisent dans une société dans la période de modernisation ne prennent pas en compte les frontières disciplinaires. En effet, si la théorie de la modernité nous éclaire sur certaines causes de la discordance entre des systèmes superposés à Pudong, elle ne permet pas d’observer les acteurs dans diverses structures systémiques, les stratégies utilisées dans leurs interactions et les modes de pensée sur lesquels s’appuie la mise en œuvre de ces stratégies.

59À travers l’analyse présentée dans ce chapitre, on découvre plus ou moins, que, pour résoudre le problème de la réinsertion des paysans expropriés, le gouvernement local, les sociétés de développement, les entreprises conjointes et les paysans expropriés, se comportent tous comme des acteurs rationnels à la poursuite de leurs propres objectifs. Ils extraient des facteurs essentiels dans différents systèmes et structures, tout en les combinant de manière stratégique selon leur propre logique de pensée et modes d’action. Ils tentent de s’influencer mutuellement et utilisent leurs propres moyens pour constituer des relations d’interdépendance et résoudre le problème à leur propre avantage. Par rapport à ces processus, l’industrialisation, l’urbanisation et le perfectionnement de l’économie de marché paraissent tous trop superficiels. Si l’on se contente de ces analyses de la modernité, on ne peut qu’obtenir quelques pistes pour comprendre le problème des paysans expropriés, mais on ne saura pas restituer une structure d’action collective composée par les acteurs et leurs stratégies. C’est précisément cette structure d’action collective qui constitue le mécanisme profond du problème de l’émancipation des paysans expropriés.

60Notre analyse montre qu’il y a influence réciproque entre cette structure d’action collective et la structure contextuelle dont elle dépend. Cette structure contextuelle résulte de l’ancien et du nouveau système que nous avons présentés ici, et du système d’action né de leurs interactions. Nous qualifions ce contexte de complexe. Connaître de façon efficace la formation de ce type de structure est primordial pour comprendre avec justesse les modes de fonctionnement de la structure d’action collective en son sein. Mais que ce soit pour dévoiler la structure d’action collective ou pour connaître son contexte, des enquêtes empiriques et des recherches sont indispensables. Toutefois, le point de départ de ces investigations et recherches ne doit pas se limiter aux rôles formels et aux compétences administratives de chacun. Il importe de partir des décisions rationnelles des protagonistes en tant qu’« acteurs libres » comme par exemple, dans la présente étude, les stratégies d’actions du gouvernement local, des sociétés de développement et des paysans expropriés pour résoudre le problème de la voie de sortie des paysans expropriés dans ce contexte complexe.

61Prendre la structure d’action collective des acteurs libres comme point de départ de l’analyse n’exclut pas des points de vue issus de la théorie de la modernisation. En fait, ces deux voies d’analyse nécessitent de faire la lumière sur les traits structurels des anciens et nouveaux systèmes. Nous souhaitons insister sur la nécessité, pour comprendre les phénomènes sociaux en profondeur, de dépasser le cadre de pensée constitué par la théorie de la modernisation. Depuis la fin des années 1960, la théorie de la modernisation a été l’objet de nombreuses critiques du fait qu’elle contient de manière implicite la dichotomie tradition/modernité et postule que les régions en retard connaîtront toutes le même itinéraire évolutif dans un sens unique qui les mène vers les systèmes social, économique, politique américain et européen. Selon cette théorie, la tradition et la modernité seraient deux systèmes foncièrement incompatibles ; tous les pays du monde pourraient être classés en sociétés traditionnelle ou moderne ; les caractéristiques communes des pays en avance se propageraient aux pays en retard. Pourtant, nombre de chercheurs, comme Cyril E. Black, soulignent que tradition et modernité ne sont pas deux états qui s’excluent de manière absolue et que dans la tradition de chaque société réside une possibilité de modernité. Ce débat théorique souligne l’insuffisance de la théorie de la modernité mais laisse ouvertes les questions suivantes : finalement quel est le mécanisme d’action sur lequel s’appuie la relation entre la tradition et la modernité ? Dans quelle situation le processus de modernisation se déroule-t-il plus facilement et dans quelles circonstances rencontre-t-il des obstacles ? En fait, ne se servir que d’une analyse structurelle ne saurait suffire pour apporter des réponses plus approfondies.

62Lorsque nous considérons la question de l’émancipation des paysans expropriés de Pudong comme un processus d’action collective d’acteurs rationnels sous des contraintes structurelles précises, le sens profond de la modernité, ainsi que les différences entre modernité et tradition, ne deviennent pas seulement une toile de fond pour la recherche, mais également le fil conducteur pour comprendre les actions et stratégies des acteurs. De plus, les interactions concrètes liées aux stratégies entre les acteurs modifient dès lors la structure de départ pour évoluer dans une direction nouvelle. La problématique du présent chapitre présente justement le résultat des discordances entre actions et stratégies individuelles de différents acteurs dans un processus d’action collective de différents acteurs : gouvernement local, sociétés de développement, entreprises conjointes et paysans expropriés. Cette discordance renforce la tension entre l’ancien et le nouveau système et finit par rendre difficile la possibilité de trouver des solutions face à des difficultés inattendues. On voit donc qu’il s’agit du résultat des interactions rationnelles entre plusieurs acteurs. Ces interactions ne correspondent pas seulement à des jeux de pouvoir mais produisent des rapports de pouvoir fondés sur des influences réciproques. Grâce à ce mécanisme de nouvelles règles et ordres sociaux ne cessent de se reproduire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BLACK, C. (1996) : Bijiao xiandaihua (Comparer les modernisations), Shanghai, Shanghai yiwen chubanshe.

BYRD, W., LIN QINGSONG (1990) : China’s Rural Industry : Structure, Development and Reform, Oxford, Oxford University Press.

CAI LAIXING (ed.) (1995) : Shanghai : chuangjian xi de guoji jingji zhongxin chengshi (Shanghai : créer une nouvelle métropole de l’économie mondiale), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

CHEN WENKE et alii (2000) : Zhongguo nongmin wenti (La question paysanne en Chine), Zhengzhou, Henan renmin chubanshe.

CROZIER, M. (1989) : L`entreprise à l`écoute. Apprendre le management post-industriel, Paris, Inter Éditions.

EISENSTADT, S. (1966) : Modernization : Protest and Change, Englewood Cliffs : Prentice Hall.

FEI XIAOTONG (1992) : Xingxing zhong xingxing : xiangzhen fazhan lunshu (Propos sur le développement des cantons et des bourgs), Yinchuan, Ningxia renmin chubanshe.

GEERTZ, C. (2000) : Difangxing zhishi : chanshi renleixue lunwenji (Connaissances locales – recueil d’interprétations anthropologiques), Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe.

GIDDENS, A. (1991) : Sociology, Cambridge, Polity Press.

GUO YUHUA (1998) : Nongcun xiandaihua guochengzhong de chuantong qinyuan guanxi (Les relations de parenté dans la modernisation de la Chine rurale), in JIA DEYU (ed.) : Xiandaihua jincheng zhong de zhongguo nongmin (Paysans chinois dans la marche vers la modernité), Nankin, Nanjing renmin chubanshe.

HUANG ZHONGZHI (1986) : Huabei de xiaonong jingji yu shehui bianqian (Économie de la petite agriculture et transformation sociale dans le Nord-Est), Pékin, Zhonghua shuju.

HUANG QIFAN (1995) : Tan pudong kaifa de zhanlue zhengce jiqi guanli (Sur les stratégies, la politique et la gestion du développement de Pudong), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

LI PEILIN (1998) : Zhongguo xiangcun lide dushi gongye (Industrie urbaine en Chine rurale), in ZHOU XIAOHONG (ed.) : Xiandaihua jincheng zhongde zhongguo nongmin (Les paysans chinois dans la marche vers la modernité), Nankin, Nanjing daxue chubanshe.

LIN NAN (1996) : Difangxing shichang shehuizhuyi : zhongguo nongcun difang fatuan zhuyi zhi shiji yunxing (Le socialisme de marché local : la pratique réelle du corporatisme en Chine rurale), Guowai shehuixue (Sociologies à l’étranger) n. 5-6.

NEE, V. (1992) : Organizational Dynamics of Market Transition : Hybrid Forms, Property Rights, and Mixed Economy in China, Administrative Science Quarterly vol. 37, n. 1.

PEI XIAOLIN (2003) : Jiti tudi suoyouzhi dui zhongguo jingji zhuangui he nongcun gongyehua de gongxian (Contribution du système de propriété foncière collective à la réforme de l’économie et l’industrialisation dans les campagnes), in HUANG ZONGZHI (ed.) : Zhongguo xiangcun yanjiu (Recherches sur les campagnes chinoises), Pékin, Shangwu yinshuguan.

POLANYI, K. (1958), The Great Transformation, Boston, Beacon Press.

QIN HUI, SU WEN (1996) : Tianyuanshi yu kuangxiangqu (Poème pastoral et musique de fantaisie), Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe.

ROZMAN, G. (1995) : Zhongguo de xiandaihua (La modernisation de la Chine), Nankin, Jiangsu renmin chubanshe.

SHE BIPING (2000) : Xiandaixing de yiyi yu juxian (Portées et limites de la modernité), Shanghai, Shanghai Sanlian Chuju.

SHI YAJIAN (1998) : Zhongguo nongcun de shichang he shehui jiegou (Marché dans les campagnes chinoises et structure sociale), Pékin, Zhongguo shehui kexue chubanshe.

SUN LIPING (1993) : Ziyou huodong kongjian yu ziyou liudong ziyuan (Espace de libre mouvement et ressources en libre circulation), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) vol. 2.

VON MISES, L. (2001) : Jingjixue de renshilun wenti (Questions épistémologiques en économie), Pékin, Jingji kexue chubanshe.

WANG MINGMING (1998) : Zhongguo minjian chuantong yu xiandaihua : fujian tangdongcun de ge’an yanjiu (Tradition et modernité du folklore chinois – le cas du village Tangdong du Fujian), in JIA DEYU (ed.) : Xiandaihua jincheng zhong de zhongguo nongmin (Paysans chinois dans leur marche vers la modernité), Nankin, Nanjing renmin chubanshe.

YAO XISHANG (ed.) (1994) : Maixiang ershi’yi shiji de pudong xinqu (La zone nouvelle de Pudong à l’entrée du xxie siècle), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

Notes

1 Bureau de développement de Pudong, Gouvernement populaire de Shanghai et Agence de Pudong du Bureau des ressources humaines de Shanghai : Pudong xinqu youhui zhengce yu caozuo chengxu (Politiques préférentielles pour Pudong et procédure d’application).

2 Ibid.

3 Pudong xinqu nianjian 1995 (Statistiques sur la nouvelle zone de Pudong, 1995), Pékin : Zhongguo tongji chubanshe, 1996.

4 Également : Chuansha nianjian 1993 (Statistiques de Chuansha 1993) et Jinqiao xiangzhi (Chroniques de Jinqiao). Document fourni par le Bureau de documentation du canton de Jinqiao.

5 Rapport de travail du gouvernement du canton de Jinqiao rédigé par Wu Guoquan en mars 1993.

Auteur

Professeur de sociologie, Département de sociologie, Vice-Présidente de l’Université de Shanghai (Shanghai).

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site