Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Deuxième partie. Urbanisation, inégalités et mobilisations collectives

Chapitre 6. Les « villages urbains » dans la Chine en mutation : le cas de Yangcheng à Canton1

Li Peilin

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Ce chapitre reprend pour partie l’article Douchi li de cunzi de yanjiu (Villages urbains dans le S (...)

1Il y a 17 ans, j’ai traduit un ouvrage classique, La Fin des Paysans, de Henri Mendras, célèbre sociologue français, spécialiste du monde rural. Si cette traduction publiée en Chine en 1991 a attiré l’attention du monde académique, beaucoup considéraient que sa problématique restait encore très éloignée des réalités de la Chine, grand pays agricole. Depuis sa réédition en 2005, cet ouvrage est devenu incontournable pour qui veut étudier la transformation des campagnes chinoises. En effet le changement fondamental que représente la fin des paysans et des villages a déjà commencé en Chine. Il s’agit, d’un côté, de la disparition des paysans : depuis une vingtaine d’années, plus de 200 millions de paysans sont devenus ouvriers et en raison du système du hukou, ils forment un groupe social très important de paysans-ouvriers. Selon une enquête du Bureau national des statistiques réalisée en 2004 dans 31 provinces auprès de 680 000 foyers paysans et de 7 100 villages, près de 120 millions de paysans étaient partis travailler en ville, soit 24 % de la main-d’œuvre rurale. Si on y ajoute les ruraux employés dans les entreprises de bourg et de village, l’ensemble de paysans-ouvriers atteignait 200 millions. Âgés en moyenne de 28 ans, ayant le niveau scolaire du secondaire, ils travaillent principalement dans les secteurs manufacturier, du bâtiment et dans les services (Centre de recherche du Bureau des affaires d’État, 2006).

2D’un autre côté, il s’agit de la fin des villages. De 1985 à 2005, les villages ayant une existence administrative ont vu leur nombre dramatiquement réduit de 940 617 à 539 210. Ce processus s’est particulièrement accéléré ces dernières années, en raison de la rapidité de l’urbanisation et de la fusion des villages, à tel point qu’en 2005 l’on comptait 170 047 villages administratifs de moins qu’en 2001, soit en moyenne 116 villages disparaissant chaque jour. Nombre de villages millénaires disparaissent ainsi sans bruit, sans chant funèbre, sans éloge, sans rituel, sans même des adieux. Les seules cérémonies sont celles qui marquent la pose de la première pierre, puis l’inauguration, de l’édification de la civilisation moderne sur les ruines des villages.

3Mendras soulignait dans La Fin des Paysans, que :

« Un ou deux milliards de paysans au seuil de la civilisation industrielle ; tel est le problème majeur que le monde actuel pose aux sciences sociales en cette seconde moitié du xxe siècle. Car au siècle dernier, comparée aux progrès accélérés de l’industrie, la lente évolution de l’agriculture pouvait donner l’impression d’une stabilité rassurante et d’un équilibre millénaire. Par contraste avec la fièvre industrielle, la sagesse paysanne paraissait éternelle : la ville et l’industrie attiraient toutes les énergies mais la campagne alimentait toujours les rêves bucoliques de bonheur possible, de sécurité et éternité. Or les règles impitoyables de l’industrialisation et de l’urbanisation brisent l’équilibre existant et transforment l’ensemble de la structure sociale » (Mendras, 1984).

4Si, pour l’ensemble de la Chine, cette mutation s’est déroulée sur un temps long, en raison du caractère déséquilibré du développement local, certaines régions plus développées connaissent déjà une accélération de cette mutation. Beaucoup pensaient que ces deux processus – disparition des paysans et disparition des villages – étaient en réalité identiques, à savoir qu’il s’agissait de la désertification rurale, de l’industrialisation et de la transformation du système du hukou. Or, dans la réalité, le village, à la fois institution de vie et réseau de relations sociales, connaît une fin plus retardée et difficile que celle des paysans. L’urbanisation n’accompagne pas seulement l’industrialisation, elle présente une trajectoire bien différente.

PROBLÉMATIQUE ET MÉTHODES D’ENQUÊTE

1. Problématique

5Phénomène original lié à l’urbanisation rapide de la Chine, les « villages urbains » (cheng zhong cun) offrent une excellente entrée pour étudier la fin des villages en Chine. Ils ont été produits par l’intégration de certains anciens villages dans les villes, au fur et à mesure de l’expansion rapide des espaces urbains. Certains de ces villages se situent même dans les centres-villes. Dans le même temps, en raison des différences entre la ville et la campagne, dans les domaines de la propriété foncière, du hukou et de la protection sociale, les villages urbains constituent en fait un « espace flottant » au sein des villes, avec un corps urbain et un cœur rural.

6Étant donné les différences culturelles et les différences de développement urbain entre le Nord et le Sud du pays, le « village urbain » est plutôt propre à la Chine du Sud. C’est également la raison pour laquelle nous avons choisi la ville de Canton pour réaliser notre enquête. Dans tout le delta de la rivière des Perles, le phénomène des villages urbains est très présent et fait l’objet d’histoires et de ragots dans la région. Depuis 20 ans, la rapidité du développement de l’industrie et de l’urbanisation dans la région du delta fascinent. On serait tenté d’attribuer directement la naissance des villages urbains à cette expansion exceptionnelle. Or la réalité est plus complexe, il suffit de rappeler que le phénomène des villages urbains ne s’est pratiquement jamais produit au cours du processus d’urbanisation d’autres pays. Ainsi, nous sommes plutôt tentés de le penser comme propre à la Chine. De nombreux chercheurs relient ce phénomène des villages urbains au système du hukou mis en œuvre depuis des dizaines d’années et qui sépare la ville et la campagne. Pourtant, ce système est commun à tous les villages chinois ; un autre mécanisme particulier doit donc expliquer le phénomène étudié. Quel est donc finalement ce mécanisme ? Voici ce qui nous passionne dans cette recherche.

7Avant de commencer l’enquête, nous nous représentions ce que l’on appelle les villages urbains comme devant exister dans beaucoup de municipalités, dans les zones où la ville et la campagne se confondent. Nous imaginions que les activités des villages étaient essentiellement liées à l’industrie et au commerce, que ces villages formaient une extension naturelle de l’espace urbain. Cette image correspond au « village du Zhejiang » à Pékin, regroupant des migrants d’une même origine géographique, ou au « Hancunhe », un village industriel, c’est-à-dire des villages déjà très urbanisés. Cependant, lorsque nous sommes allés enquêter dans les villages urbains de Canton, capitale économique, politique et culturelle de la Chine du Sud, nous avons été profondément surpris malgré nos lectures sur ce sujet. Les villages urbains nous apparaissaient vraiment très éloignés de ce que nous avions imaginé : dans la zone centrale et prospère de la ville, parmi de hauts immeubles en rangs serrés, chaque village urbain ressemble à un « monstre de béton » de 20 mètres de haut et quelques kilomètres de diamètre. La surprise ne s’arrête pas là : ce « monstre de béton » n’a pas été construit par une entreprise ou une collectivité économique, ces bâtiments ont été construit par une des familles qui ont chacune monté leur propre habitation. Cependant, à cause des profits sur les terrains et les locations de logement, ces constructions ont perdu de leur originalité et de leur esthétique, se sont vidées de la signification culturelle que prennent les habitats harmonieux des villages traditionnels (Li Peilin, Wang Chunguang, 1993). Entre des immeubles voisins très analogues, de 7 ou 8 étages, la largeur des rues conserve l’ancien intervalle entre les résidences, soit entre 1,5 mètres et 2 mètres. Cependant, à partir du premier étage, les bâtiments des deux côtés de la rue se rapprochent au-dessus de la rue. Ainsi, chaque espace laissé en plein air est entièrement rempli, formant un paysage que les locaux appellent « immeubles aux visages collés », « immeubles s’embrassant », « une seule ligne de ciel ». La plupart des habitants ont besoin de laisser les lumières allumées dans la journée, et les rues dans ces villages ressemblent à des passages souterrains. Cependant, dans un tel environnement, les villages attirent foule et activités commerciales. Enseignes, épiceries et services animent ces rues étroites et obscures. Les villageois partagent cet espace avec plusieurs dizaines de milliers de locataires venus d’ailleurs pour travailler.

8Ces villages dans la ville ressemblent à la fois à des vestiges historiques et des entités nouvelles nées de l’urbanisation rapide. Les histoires de toutes sortes produites dans ces « villages urbains » ont parfois été l’objet de critiques simplistes de la part de médias et de chercheurs. Un chercheur a écrit sur ces villages urbains que :

« l’aménagement, la construction et la gestion sont totalement désordonnés, les populations migrantes ne cessent d‘y croître ; les chambres à louer des façades intérieures sont non seulement des terrains propices au développement de la prostitution, des jeux illégaux et de la drogue mais encore cachent les familles nombreuses qui enfreignent la politique de l’enfant unique (…) Tout cela contraste fort avec l’écologie, la propreté et le confort de la ville moderne » (Ma Zhongzhu, 2000).

9Un journaliste décrit ainsi ces paysans qui ont quitté le travail des

10champs :

« Ils n’ont pas besoin de travailler car les primes distribuées par le village ainsi que les loyers suffisent à leur ôter tout souci… Ils deviennent un groupe particulier de la ville – ils fréquentent les lieux publics de la ville, mais n’ont ni les vêtements convenables ni le tempérament approprié. Au contraire, le concept de clan, la croyance dans les esprits et la vénération du Bouddha diffusent dans tout le village. Les villes évoluent, les villages disparaissent au milieu de ces deux tendances, les villageois se dédoublent. Les personnes âgées passent les dernières années qui leur restent devant la table de mahjong ; les adultes peu qualifiés et éliminés par l’industrie de pointe défendent le statu quo, chaque nouvelle politique concernant les villages urbains constituent une menace à leurs conditions d’existence » (Commentaire d’un journaliste en 2000).

11Le 6 septembre 2000, la municipalité de Canton a organisé une réunion de travail sur la construction et la gestion de la ville, et a décidé, pour les cinq années suivantes, d’accélérer le processus d’unification de la ville et de la campagne et d’établir un système urbain harmonieux. Une tâche essentielle consiste à achever la transformation des villages urbains dans le centre-ville, à promouvoir la construction d’habitations pour les paysans à l’intérieur de l’agglomération, à proposer des reconversions professionnelles aux paysans sans terre qui n’exercent pas les professions agricoles en milieu urbain, et à mettre en place une meilleure gestion de l’urbanisation (Zheng Yi et alii, 2000). Toutefois, par contraste avec cette forme de planification optimiste, lors d’une interview accordée à un journaliste le maire de Canton a fait preuve de prudence et de retenue. Selon lui, la transformation de ces villages urbains

« prendra très longtemps, nécessitera peut-être une ou de deux générations, mais son accomplissement n’est pas envisageable en l’espace de trois, cinq ou dix ans (Interview avec le maire de Canton, 2000). »

12D’un point de vue macrosociologique, l’urbanisation est un passage obligé pour déplacer la main-d’œuvre rurale en surplus, augmenter le revenu des paysans et transformer la structure sociale des villages. De plus, nous avons tendance à croire que l’urbanisation est un processus qui emplit les paysans de joie, de félicité et de rêves. Dès lors, comment expliquer, au cours de cette dernière phase de l’urbanisation, cette fin des villages, ces difficultés dans la mutation d’une civilisation villageoise millénaire ? La question que nous nous posons et à laquelle nous essaierons de répondre dans cet article est la suivante : pourquoi, dans l’histoire mondiale de l’urbanisation, les « villages urbains » sont – ils uniquement apparus dans le delta de la rivière des Perles, la région la plus développée de Chine ? Est-ce un choix rationnel des paysans ou une construction irrationnelle ? Quelles sont les dynamiques ou les fonctions qui permettent la persistance de ces villages urbains ? Par où commencer pour pouvoir transformer ces villages urbains ?

2. Méthodes de recherche

13L’objet de cette étude étant un processus – la fin des villages –, l’observation participante est apparue comme la méthode de recherche sociologique la plus appropriée. Une enquête par questionnaire effectuée à un moment donné présente un caractère limité, empêchant l’analyse de cet objet de nature historique qu’est un processus. Même si la méthode du questionnaire a efficacement progressé dans le cadre des recherches sur les trajectoires de vie, les chiffres semblent toujours ne pas rendre compte de la substance et de la vie inhérentes aux processus. Cependant, l’étude des cas produits par l’observation participante risque aussi de s’enfermer dans les particularités de chaque cas au détriment d’une capacité de compréhension plus générale. Peut-être notre objectif est-il trop vaste. Nous ambitionnons d’établir un idéal-type doté d’une force de compréhension plus générale pour rendre compte de la fin des villages en Chine. Cette méthode est bien entendu inspirée par les théories de Max Weber, mais elle présente quelques différences. Comme bon nombre de penseurs allemands, Weber a été profondément marqué par la philosophie spéculative allemande selon laquelle plus une pensée est formalisée, plus elle correspond à la logique des idées, plus elle est susceptible de refléter la nature des choses. Ce qui diffère considérablement de l’approche des faits sociaux du sociologue français E. Durkheim influencé par l’empirisme. Pour E. Durkheim, plus une théorie est prouvée par l’expérience, plus elle se rapproche de la vérité ; face à des réalités complexes et diversifiées, il n’est pas possible d’utiliser la logique philosophique. Pour Weber au contraire, l’essence transcende l’expérience. Ainsi, selon lui, seule la formalisation des actions dotées d’objectifs et de sens peut être analysée. Mais l’idéal-type que nous souhaitons établir n’est pas une architecture abstraite construite par des philosophes, il est doté de chair et de sang, il vient de la vie mais ne saurait cependant être réduit à la vie.

  • 2 Yangcheng, qui signifie littéralement « ville des chèvres », est un des surnoms de la ville de Can (...)

14Nous appelons « Yangcheng »2 cet idéal-type de village en fin de vie dans la région du delta de la rivière des Perles. Si nous nous servons d’un véritable village comme modèle de base pour cet idéal-type, nombreux sont les autres villages qui ont fourni des matériaux. Nous avons extrait les particularités et les histoires les plus représentatives de nos matériaux pour les synthétiser. Toutes ces histoires reposent sur la vérité, elles ne sont pas des inventions, mais nous laissons les détails de côté afin de mieux faire émerger les lignes de force de notre problématique.

15En ce qui concerne la chaîne de l’urbanisation des villages depuis les réformes, beaucoup de recherches sociologiques de différents types ont déjà été réalisées. Citons par exemple l’étude de Zhou Daming sur le « village de Nanjing » à Canton ; celle effectuée par Wang Chunguang, Xiang Biao et Wang Hansheng sur le « village du Zhejiang » à Pékin, où se concentrent des paysans migrants et de petits commerçants ; celle effectuée par Zhe Xiaoye sur le « village de Wanfeng » hautement industrialisé et situé dans le sud-est ; celle effectuée par Lu Xueyi sur le village « Xingrenzhuang » au début de l’industrialisation dans le nord ; celle de Wang Mingming sur les villages « Meicun » et « Tangdong » dans le sud de la province développée du Fujian ; celle enfin sur 8 villages de 4 provinces moins développées dont sont originaires de nombreux paysans-ouvriers (mingong) (Zhou Daming, 2001 ; Wang Chunguang, 1995 ; Xiang Biao, 1998 ; Wang hansheng et alii., 1997 ; Zhe Xiaoye, 1997 ; Lu Xueyi, 2001 ; Huang Ping, 1997). À travers l’établissement d’un idéal-type pour chaque maillon de cette chaîne de l’urbanisation des villages, nous pourrons sur un plan théorique rendre compte de la vie mais aussi de la richesse de l’urbanisation des villages.

16Du point de vue de l’objet de cette recherche, l’entrée dans les villages ne présente pas de difficulté majeure en comparaison avec les entreprises, les organismes publics et les organes de quartiers. D’abord, les villages urbains se trouvent au plus bas de la société chinoise. Les chercheurs non issus de ces villages sont en général considérés comme issus des classes supérieures de la société, ou du moins du haut du système, ils sont donc généralement reçus avec respect et sérieux. Ensuite, les villages sont des sociétés de connaissances, il est facile de s’y intégrer en passant par des relations personnelles. Les paysans sont des gens simples, hospitaliers et non méfiants. Contrairement aux entreprises qui portent souvent un regard vigilant et suspicieux. Dans ce deuxième type d’enquêtes, les chercheurs passent souvent pour des voyeurs de la vie privée ou des journalistes avec une caméra cachée cherchant des scandales. Même s’ils passent par un canal officiel, les enquêteurs sont souvent confrontés à un discours passe-partout préparé à l’avance. Troisièmement, dans les villages, il n’y a pas une division claire et marquée entre la vie et la gestion productive, entre la famille et l’espace de travail, entre les territoires privés et publics. Il est relativement facile d’approcher son terrain par le quotidien et ensuite de concentrer son attention sur le domaine essentiel de l’enquête. Enfin, il y a peu de secrets dans les villages. Chaque femme d’un village est un « Sherlock Holmes » local doté d’une forte capacité de décryptage des secrets. Même quand il s’agit de documents écrits, il n’est pas difficile de les emprunter pour les photocopier. Cependant, dès qu’une enquête implique la police, les questions se compliquent. Nous aurions par exemple voulu photocopier les registres du hukou et les cartes de résidence temporaire des locataires d’un village, mais, malgré tous nos efforts, nous n’avons pas réussi.

17Pour réaliser cette enquête, nous avons pu rentrer dans les villages sans trop de difficultés en passant par des canaux administratifs et des relations personnelles. La première fois, en octobre 2001, nous avons enquêté dans neuf villages urbains de la municipalité de Canton : Shipaicun, Tangxiacun, Yaotaicun, Sanyuanlicun, Tongdecun, Xiancuncun, Yangjicun, Linhecun et Liedecun. Nous avons réalisé des entretiens auprès de fonctionnaires, de cadres du village, et de résidents – à la fois des villageois d’origine et des travailleurs venus d’autres régions. Par la suite, nous avons défini une grille d’entretien directif et avons invité des étudiants à participer aux entretiens après leur avoir donné une formation. La première série d’entretiens a donné lieu à des transcriptions de 400 000 mots pour chacun. Mais nous nous sommes rendus compte que les étudiants étant trop contraints par la grille d’entretien, un certain nombre d’entretiens de bonne qualité abordaient tous les sujets mais manquaient de profondeur. Nous avons alors modifié la grille d’entretien en mettant l’accent sur les « histoires » de la vie quotidienne, orientant l’enquête vers des « histoires de vie ». Ainsi, nous avons obtenu des matériaux de 800 000 mots et élargi notre recherche en nous rendant dans 40 villages urbains. Au cours de la rédaction du présent chapitre, nous sommes retournés plusieurs fois sur le terrain pour obtenir des informations complémentaires.

  • 3 Le spécificatif « tiao » est employé pour quantifier des objets en longeur ; « ge » est le spécifi (...)

18Selon les statistiques, la ville de Canton compte 139 villages urbains. Les Chinois et les textes officiels emploient « tiao » au lieu de « ge » comme « spécificatif » pour calculer le nombre total de ces villages urbains, ce qui illustre bien la particularité de leur intégration dans la ville3. Ces 139 villages urbains peuvent être divisés selon trois types : premièrement, les villages qui se trouvent dans des zones urbaines prospères et qui n’utilisent plus de terres à des fins agricoles ; deuxièmement, ceux qui se trouvent aux abords de la ville et conservent encore quelques terres consacrées à l’agriculture ; troisièmement, ceux qui sont situés dans les faubourgs plus éloignés, et dont une part importante des terres sont cultivées. Dans cette recherche, nous ne prenons en compte que la première catégorie, car elle présente les caractéristiques les plus saillantes de la fin des villages urbains. Ce type de village, représente à peu près le tiers des 139 villages urbains de Canton.

LE VILLAGE DE YANGCHENG DEVIENT UN « VILLAGE URBAIN » : L’IMPACT DES BÉNÉFICES RÉALISÉS SUR LES TERRAINS ET LES LOYERS

19Pour comprendre les raisons d’apparition et d’existence des villages urbains, il faut d’abord s’intéresser aux caractéristiques particulières de la dualité ville/village. Si l’on peut parler de l’existence d’une « économie mixte » entre économie du marché et économie de redistribution, alors le « village urbain » peut être considéré comme un quartier qui emprunte à la ville et aux villages ses spécificités. Le mode de vie dans le village de Yangcheng est complètement urbanisé. Les villageois résident tous en ville voire en centre-ville ; ils ne pratiquent plus, ou pratiquement plus, des activités agricoles ; ils sont tous, ou presque, enregistrés par le système du hukou comme citadins. Pourquoi alors faire perdurer les appellations de village et de villageois ? Les aspects cités ci-dessus ne sont-ils pas précisément les critères sur lesquels nous nous appuyons généralement pour reconnaître les villages et les villageois ? Le terme de mingong ne s’explique-t-il pas seulement par la possession d’un hukou rural ?

20Les caractéristiques du village de Yangcheng mettent à jour certains facteurs de distinction entre ville et campagne.

21En premier lieu il faut considérer les différences entre régimes de propriété des terres. Selon la loi, les droits de propriété des terrains en ville appartiennent à l’État, alors que dans les campagnes, les terres appartiennent collectivement aux villages. Au cours du processus d’urbanisation, l’État peut exproprier les paysans des terres agricoles, mais pas des terrains sur lesquels sont construits des logements, car ils sont considérés comme des ressources vitales. Par conséquent, jusqu’à aujourd’hui, les terrains sur lesquels sont bâtis les logements individuels ou collectifs des villages urbains incrustés en ville appartiennent toujours collectivement au village. Nous verrons dans la suite de notre analyse l’importance et les répercussions de ces différences de régimes de propriété.

22La seconde catégorie de facteurs tient aux différences dans les systèmes de gestion administrative. Selon la loi, les quartiers d’habitation sont gérés par des comités de quartier, organismes représentant le gouvernement local, les frais de gestion étant à la charge du budget du gouvernement. Tandis que dans les villages relevant de la responsabilité des comités villageois, organisations autonomes des villageois, les frais sont à la charge de la vie collective villageoise. Ceci représente un facteur fondamental dans la constitution du « système du village-unité de travail » que nous analyserons dans la suite de ce chapitre.

23La troisième catégorie de facteurs tient au statut de villageois, système lié à la fois au régime de propriété de la terre et au système administratif. Les gens sont souvent portés à croire que le système du hukou constitue une barrière majeure à l’urbanisation et que la conversion de l’identité des paysans consiste dans la substitution d’un hukou urbain à un hukou rural. Cependant, si les villageois des villages urbains ont presque tous déjà acquis un hukou urbain, en raison de l’expropriation des terrains agricoles par l’État, ils ont conservé leur statut de villageois. Car pour eux, ce dernier statut est beaucoup plus important que le hukou. Grâce à leur appartenance villageoise, ils sont acteurs de la puissante économie collective du village, qui leur donne une position économique bien différente de celle des locataires non originaires du village, mais également des citadins ordinaires. De ce fait, ils préfèrent être villageois que citadins.

24Le système officiel étant appliqué de manière égale dans le pays tout entier, pourquoi cet ensemble architectural villageois est-il apparu dans le delta de la rivière des Perles avec ces deux caractéristiques majeures : l’extrême densité et l’optimisation de l’exploitation des terrains ? Les paysans ne se sont-ils pas rendus compte que ce genre de monstre, bâti à l’encontre des règles d’habitat humain, est, dès sa naissance, voué à une vie éphémère et à une destruction finale » ? Même du point de vue de l’intérêt économique, pourquoi les paysans ne cherchent-ils pas à rendre leur habitation plus élégante (ce qui permettrait d’augmenter les loyers, comme le font les promoteurs des résidences modernes) ? Est-ce parce que ces villageois ne disposent pas du capital financier des promoteurs ni ne connaissent leur intention ? Face à cette interrogation, les chercheurs sont nombreux à développer leurs analyses à partir des changements du système. Ils l’expliquent par l’immense décalage entre la très grande rapidité de l’expansion urbaine et les transformations d’un système villageois sérieusement arriéré. Ce décalage nourrit les contradictions et conflits entre une rationalité sociale de l’urbanisation et une action individuelle irrationnelle des paysans. Le « village urbain » serait ainsi un produit de ces contradictions et de ces conflits. Nous préférons ici adopter le point de vue de la rationalité des choix individuels pour faire émerger les raisons d’apparition de ces « villages urbains » afin de comprendre leurs difficultés à se transformer.

25En s’appuyant sur la rationalité des choix individuels, un ensemble architectural et une forme de système villageois comme Yangcheng apparaissent comme le fruit d’une recherche de maximisation des profits des terrains et des loyers de la part des paysans dans un contexte où les prix des terrains et les loyers croissent très rapidement. Cependant, les paysans sont-ils, ou peuvent-ils être pourvus d’une rationalité économique permettant la recherche d’une maximisation des profits ? C’est depuis longtemps un sujet de vive polémique dans le monde académique. La plupart des sociologues et des anthropologues insistent sur les notions de « petites traditions » et de « savoirs locaux », s’accordent sur le manque de rationalité économique moderne dans la petite paysannerie. Mais on ne peut pas arbitrairement estimer qu’ils sont irrationnels ; la rationalité de la petite paysannerie est autre qu’instrumentale et peut être définie comme une rationalité propre. Chez les paysans riches, il s’agit d’une philosophie de vie qui traduit une autarcie et une attitude du juste milieu (une sorte de sagesse de la modération) dans un contexte de manque d’accumulation de capital et de faible stimulation par les prix. Chez les paysans connaissant des difficultés, éviter les risques représente une « rationalité existentielle » (Geertz, 1973 ; Chayanov, 1986 ; Scott, 1976). Contrairement à la thèse de cette autre rationalité de la petite paysannerie, bon nombre d’économistes et quelques historiens ont exposé et défendu un modèle théorique par la rationalité économique pour comprendre le comportement économique universel des petits paysans. Ils avancent l’idée que leur potentiel n’est pas radicalement différent de celui des investisseurs immobiliers, et qu’ils sont tout à fait capables de se libérer de leur logique existentielle pour choisir la recherche de la maximisation de leurs intérêts à partir du moment où de nouveaux stimulis viennent de l’extérieur (Schultz, 1964 ; Popkin, 1979 ; Huang Zongzhi, 2000). En réalité, du point de vue de l’analyse des processus, ces deux thèses ne sont foncièrement ni conflictuelles ni différentes. Elles n’apparaissent comme différentes et conflictuelles que si nous supposons qu’une mutation importante entraînerait la transition d‘une « rationalité existentielle » vers une rationalité économique. Chez les villageois de Yangcheng, dont le village approche de sa fin, cette mutation a eu lieu.

  • 4 « fen » et « mu » sont deux mesures traditionnelles de la superficie. 15 mu = 1 hectare, 100 fen = (...)

26D’après notre enquête, les foyers de Yangcheng possèdent chacun un immeuble d’une superficie au sol d’un peu plus de 70 mètres carrés, soit un terrain de plus d’un fen4. Ce « miracle du fen » créé par les paysans, tient à l’optimisation de l’utilisation du terrain. En construisant des immeubles de 6 ou 8 étages, ils augmentent la superficie de construction jusqu’à atteindre entre 400 et 600 mètres carrés. De plus, l’avancement des façades à partir du premier étage permet d’occuper pleinement l’espace public au-dessus des rues, sans toucher au territoire proprement dit de ces rues. Les villageois habitent généralement au rez-de-chaussée et louent le reste de l’immeuble. La pièce située sur la rue est louée à une activité commerciale. Les loyers de ces commerces varient considérablement en fonction de leur localisation. Au contraire, les loyers des appartements évoluent en général entre 10 et 15 yuans par mètre carré et par mois, ce qui est très bon marché étant donné l’emplacement de ces immeubles dans le centre-ville. En règle générale, il y a deux appartements par étage. Étant donné que beaucoup de locataires sont des travailleurs migrants célibataires, chaque appartement abrite fréquemment plusieurs personnes en co-location. Nous avons noté un phénomène intéressant dans ces villages urbains : le loyer d’un appartement n’est pas fixe. Si c’est une famille entière qui loue, le loyer est de 600 yuans par mois, mais si quatre célibataires sont en co-location, le loyer s’élève à 800 yuans, soit 200 yuans par personne ; cinq co-locataires se partageront 900 yuans soit 180 yuans par personne ; six co-locataires se partageront 1 000 yuans soit plus de 160 yuans par personne. Cette logique ne continue pas indéfiniment car les villageois ont intégré l’idée d’amortissement. Ils s’en tiennent à un rapport optimal entre le nombre de locataires et la superficie des logements.

27L’histoire du village de Yangcheng me rappelle la célèbre théorie du métayer de Zhang Wuchang appliquée à l’Asie. Autrefois, les chercheurs occidentaux s’accordaient à dire qu‘un loyer fixe favorisait la maximisation des profits plus qu’un système de commission sur la production agricole, parce qu’un loyer fixe pousse davantage les métayers à travailler et à investir qu’un paiement proportionnel à la production. Zhang Wuchang (2000) a démontré que dans certaines conditions particulières – forte concurrence et offre abondante de main-d’œuvre en raison du manque de terres par rapport au nombre de paysans – le système de revenu fixe se présente comme un contrat favorisant la maximisation de la production. La logique de son argumentation provient d’une histoire simple : si un propriétaire loue un grand terrain à un métayer, il a la garantie d’une commission assez élevée car la gestion d’un vaste terrain promet d’importants bénéfices que le métayer ne veut pas abandonner au profit d’autres activités. Or si le propriétaire ne s’en contente pas et qu’il divise son terrain pour le louer à deux métayers, bien que son pourcentage de commission descende, la réduction de quantité de terrains fait augmenter le taux d’investissement sur une unité de superficie, la croissance de la production totale fera augmenter le revenu total du propriétaire. Cette logique de l’augmentation des revenus du propriétaire par la division du terrain en un nombre croissant de parcelles ne peut durer indéfiniment. À un certain moment, le revenu total du propriétaire atteint son point culminant. Autrement dit, sur une courbe représentant les profits réalisés par le propriétaire en fonction du nombre de parcelles qu’il découpe sur ses terres, il y a un point qui correspond au moment ou ses profits atteignent leur maximum sans menacer l’équilibre de concurrence. Dans certaines régions d’Asie, les réformes foncières fixent le taux de commission à 37,5 % du revenu agricole, proche justement de ce point optimal. Ce sont des succès de la réforme foncière sous impulsion gouvernementale dans certains pays, mais également, en réalité, une sorte de succès du contrat concurrentiel (Zhang Wuchang, 2000).

28Il y a une similitude entre l’histoire des locations du village Yangcheng et cette histoire de la location des terres de Zhang Wuchang. En fait, étant donné l’existence d’un prix d’équilibre dans la libre concurrence, sous certaines contraintes institutionnelles et conditions de gestion, il arrive que le taux de bénéfice des terrains urbains baisse et que le loyer disparaisse. En réalité, le loyer ne disparaît jamais complètement, il est compensé par d’autres moyens, ou par le prix de revient fixé par le gouvernement. La construction d’habitations dans les villages urbains n’est pas indépendante des contraintes institutionnelles : la réglementation fixe la hauteur des immeubles à trois étages et demi sous peine d’amende. Mais les villageois construisent tous des bâtiments de six ou huit étages, car l’augmentation des profits issus des loyers dépasse largement le coût des amendes. Lorsque les prix de l’immobilier flambent en ville, ces habitations dispersées de six ou huit étages ne peuvent valoir autant que le prix d’équilibre des revenus des terres. Sachant que les six ou huit étages ont déjà atteint la limite de tolérance fixée par le gouvernement, les paysans ne peuvent faire autrement que d’exploiter au maximum les espaces exploitables pour pouvoir compenser la différence entre les profits sur leur terre et le prix d’équilibre de la concurrence. Voici l’origine fondamentale de l’apparition des monstres architecturaux si denses dans les villages urbains. Il paraît donc logique que, si dans le processus de transformation de ces villages, les villageois ne veulent pas perdre leurs profits sur les loyers, alors que le gouvernement refuse de payer d’énormes indemnisations, le seul moyen d’atteindre ou de se rapprocher du prix d’équilibre du marché des profits sur la terre reste d’augmenter la hauteur des immeubles et par là les profits sur l’espace loué.

DU « VILLAGE-UNITÉ DE TRAVAIL » AU « VILLAGE-ENTREPRISE » : VIE COMMUNE, PROPRIÉTÉ COMMUNE ET PRIMES

29Le « système de l’unité de travail (danwei) » désigne à l’origine une forme d’organisation des organes étatiques dans le cadre du système de redistribution économique De nombreuses recherches ont déjà été menées sur ce sujet (Walder, 1986 ; Li Hanlin, 1988 ; Lu Feng, 1989 ; Li Peilin et alii, 1992 ; Li Hanlin, 1993 ; Li Peilin, Zhang Yi, 2000). Dans ce système de l’unité de travail, les organes d’État, les entreprises d’État et les services publics sont non seulement des unités de travail et de gestion, mais également des unités de vie sociale et de gestion politique. Leurs membres en sont fortement dépendants dans beaucoup de domaines : statut social, emploi, retraite, santé et protection sociale. Dans les villages urbains nous avons découvert un système similaire à cette forme d’organisation : le système du village-unité de travail. Si les villageois n’ont plus de terre cultivable et si beaucoup ne travaillent même plus dans le village, ils conservent des liens de dépendance étroits avec leur village au niveau des relations affectives et sentimentales, de leurs fréquentations sociales… mais aussi sur le plan économique.

30Ce système du village-unité de travail est produit d’une part des réseaux de relations sociales formés dans la vie commune du système de gestion du village, et, d’autre part, des primes issues des droits de propriété collectifs sur l’économie collective. Dans ce système, les villages urbains ressemblent à des îlots dans l’océan urbain. La mer est un monde étranger alors que les îlots sont des sociétés où tout le monde se connaît.

31La gouvernance des villages a peu de points communs avec celle des quartiers urbains où la compétence du comité du quartier est limitée à un certain nombre de services sociaux tels que l’éducation, la santé, la sécurité, l’eau, l’électricité, les routes, l’environnement et le service militaire, domaines directement gérés par des organes spécialisés. Au contraire, dans les villages, le comité villageois est responsable de tout ce qui relève de la vie villageoise, et le chef du village doit assumer une responsabilité illimitée comme le chef d’une grande famille. Les dépenses de construction et de gestion des comités de quartier sont financées par le budget de État, alors que celles des villages sont prises en charge par la collectivité villageoise. Il y a dans le village de Yangcheng 6 000 villageois et 30 000 travailleurs venus d’autres provinces. Pour gérer la vie communautaire, la collectivité recrute plus de 100 agents de sécurité, une trentaine d’agents de propreté, 15 gérants des marchés, 6 inspecteurs du planning familial, une vingtaine d’éboueurs. À cela s’ajoutent les retraites de plus d’un millier de personnes âgées, les assurances médicales, les allocations hors salaires des enseignants de l’école primaire, l’équipement de cette dernière, la construction des routes et des câbles, la subvention du service militaire et des dons du sang, et enfin les subventions pour l’éducation supérieure. Si les bénéfices annuels nets de l’économie collective atteignent en moyenne les 100 millions de yuans, 12 à 15 % de cette somme sont destinés aux dépenses publiques pour la gestion, les constructions et les services. Ce pourcentage est à peu près le même dans les autres villages urbains. Par exemple dans le village de Shipai, qui compte plus de 9 000 villageois et 40 000 travailleurs venant d’autres régions, les bénéfices nets annuels s’élèvent à plus de 90 millions de yuans. Les recettes fiscales sont de 5 à 8 millions de yuans. Les dépenses pour l’administration courante représentent plusieurs millions de yuans, les services sociaux entraînent plus de dix millions de dépenses. Il reste par conséquent de 40 à 50 millions de bénéfices qui peuvent être distribués aux villageois sous forme de primes. Cette prise en charge de la vie de la communauté par les dirigeants du village entraîne la dépendance des villageois envers l’unité de travail, la danwei que constitue le village. Cependant, il existe également une autre raison à cette dépendance, plus profonde : le système des primes est exclusivement réservé aux villageois d’origine et n’est pas ouvert aux autres habitants du village.

32Au début, la source principale des revenus collectifs du village de Yangcheng était constituée par des entreprises créées par la collectivité dans des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre : filature du coton, brasserie, fabrication de papier, briqueterie, fabrication de thé, travail de la pierre, fabrication de vêtements. Mais, en raison de la hausse du coût de la main-d’œuvre et du prix des terrains, ces industries à fort taux de main-d’œuvre ont connu un déclin, et le village urbain a subi un processus de désindustrialisation. Aujourd’hui, les charges mensuelles de gestion des immeubles sont devenues la principale source de revenus du village. La société coopérative centrale gère l’économie collective du village, et, sous son autorité, des coopératives économiques. Ces dernières disposent d’une comptabilité autonome, et, en ce qui concerne la gestion administrative, elles sont fortement unies avec le comité du village et les groupes villageois. On voit ici la trace de l’ancienne structure des trois niveaux de gestion que formaient la commune populaire, la brigade de production et les équipes de production. Dans les « villages urbains », les communes populaires se sont complètement désintégrées, mais l’héritage de l’organisation en brigades de production et équipes de production a été préservé, constituant la structure organisationnelle à partir de laquelle les paysans se sont réorganisés avec le système des coopératives par actions Les villageois sont à la fois les actionnaires de la « société coopérative centrale » et des « coopératives économiques ».

33Ces deux types de coopératives mettent en pratique le système de coopératives par actions, qui diffère à la fois du système des sociétés par actions et du système des entreprises privées. C’est en réalité le produit de l’unification de l’administration et de l’économie d’un village. Dans le système des sociétés par actions, une action représente une voix, tandis que dans celui des coopératives par actions, une personne représente une voix. De plus, dans le système des entreprises privées, les co-investisseurs sont tous des patrons ayant la possibilité de retirer leur capital. Dans les coopératives par actions, les villageois-actionnaires ne possèdent pas vraiment de pouvoir de décision et ne peuvent retirer leur participation. Il y a pourtant un point commun avec les autres systèmes, c’est que la possession des actions permet aux villageois de toucher des primes.

  • 5 Actions distribuées à des personnes qui n’appartiennent pas au village, soit pour entretenir des l (...)

34La distribution des actions s’effectue selon deux principes : la distribution selon la résidence – à savoir que tout villageois sans distinction d’âge possède en général cinq actions ; ce sont les « actions par tête ». Le second principe est la distribution fondée sur l’ancienneté : chaque année donne droit à une action appelée action par année. Un villageois ne peut détenir plus de 25 à 30 actions, que ce soit des « actions par tête » ou des « actions par années ». Les actions peuvent faire l’objet de succession, mais ne peuvent être ni cédées, ni remboursées, ni utilisées pour rembourser des dettes. Comme l’essentiel des revenus du village urbain provient de la gestion des immeubles et non plus de l’industrie, les « actions par capital », « les actions techniques » et « les actions par relations »5 n’y sont pas apparues, comme cela a été le cas dans des villages industriels plus développés.

35Ces dernières années, le village de Yangcheng a connu deux changements organisationnels importants :

  • le premier changement concerne le système économique : la société coopérative centrale a été remplacée par un groupe d’entreprises ; ce sont les villageois qui ont choisi ce changement.
  • le second changement concerne la gestion administrative du village : un comité de quartier a pris la place du comité villageois. Mais ce dernier arrangement institutionnel est le résultat d’une décision gouvernementale. Ces deux changements s’inscrivent dans deux processus. Le premier a été plus rapide sur le fond que sur la forme, alors que le second connaissait une dynamique inverse, étant plus rapide sur la forme que sur le fond.

36Dans la transformation du système économique en 1994 et 1995, afin d’éviter des conflits sur la possession d’actions provoquées par les migrations de villageois et la venue de nouveaux habitants, de clarifier les frontières de la propriété collective et les droits de propriété, le village de Yangcheng, à l’appel des villageois et avec le soutien du gouvernement, a mis en œuvre une réforme du système des droits de propriété dite « coupé d’un trait de couteau » c’est-à-dire appliquée à tous sur le même mode. À partir de cet instant ont été appliqués les principes suivants : le nombre d’actions ne se multiplie pas avec la naissance ou l’entrée dans le village, il ne réduit pas non plus avec la mort ou le départ du village. Désormais, l’augmentation ou la réduction du capital total de l’économie collective sont déterminées par le nombre d’actions détenues par les actionnaires. La fixation du nombre des actions a permis aux villageois d’accéder à un droit de propriété presque complet. Non seulement chaque actionnaire dispose d’un droit sur les bénéfices, mais il est également autorisé à céder ses actions, les mettre en gage, ou les transmettre par héritage. Le retrait d’actions a lieu cependant sous conditions. Ainsi, le fonctionnement des droits de propriété ne suit plus le système officieux des conventions villageoises, mais applique désormais un système officiel régi par la loi. Sur cette base, il devient logique que ce fonctionnement soit calqué sur le modèle des sociétés anonymes. Cependant, étant donné que cette société anonyme puise l’essentiel de ses revenus dans la gestion des immeubles sans prix de revient, les droits de propriété et les bénéfices possèdent un caractère communautaire fermé. L’introduction de capitaux extérieurs est donc exclue car cela conduirait à la transformation de la structure de propriété et au partage des profits.

37Le deuxième changement s’est produit dans le domaine de la gestion administrative. En 2000, pour accélérer l’urbanisation, le gouvernement met en application un projet de renouvellement planifié des villages urbains, exigeant de ces villages la séparation entre l’administration et l’économie. Selon ce projet, l’organisation économique collective doit être gérée comme une société, et les compétences administratives de l’ancien comité villageois doivent désormais être transférées par le comité de quartier. Or, lorsque nous avons mené notre enquête, cette politique n’avait pas encore été concrétisée par des transformations substantielles dans les modes de gestion. Si le village de Yangcheng n’est plus chargé de l’enregistrement de la population migrante, les autres fonctions sociales restent toujours de sa responsabilité. Le groupe n’est qu’un personnage fantôme, car le gouvernement ne semble pas très impatient de dégager les ressources budgétaires nécessaires pour financer les dépenses publiques jusqu’ici à la charge du comité villageois. Le remplacement des villages par des quartiers devait être une transformation institutionnelle fondamentale visant la fin des villages urbains. Elle ne semble pourtant pas avoir abouti à grand-chose.

38Le système de l’unité de travail, est confronté aux mêmes défis, que ce soit dans le cadre des villages ou dans celui des entreprises d’État. L’exclusivité des profits et la quête des avantages sociaux renforcent la cohésion interne ; mais dans le même temps, elles limitent la circulation des ressources et alourdissent le coût de la gestion du social. La clé pour transformer le système de la danwei, qu’il s’agisse des villages ou des organisations étatiques, ne réside pas dans une quelconque transformation superficielle du système. Elle consiste à trouver les moyens de remplacer ou de faire disparaître les dépenses sociales des danwei.

39Dans cette transition d’une « danwei villageoise » à une « entreprise villageoise » que connaît le village de Yangcheng, si le coût des services sociaux avait vraiment pu être pris en charge par le budget public, il y aurait eu une réelle amélioration de l’efficacité et des bénéfices. Or, dans notre enquête, les cadres du village ne semblent pas avoir manifesté beaucoup d’enthousiasme devant cette perspective. Nous ne savons pas si cela est dû à la perte potentielle de pouvoir administratif ou au fait que le développement de l’économie du village dépende du soutien de ce type de pouvoir.

STRATIFICATION ET TRANSFORMATION DANS LES VILLAGES URBAINS

40Quatre facteurs contribuent à la stratification sociale dans le village de Yangcheng : l’identité, la propriété immobilière, le pouvoir organisationnel, le capital et enfin les connaissances et le savoir-faire.

41Au niveau de l’identité, avoir ou non le statut de villageois reste décisif. Les revenus des non-villageois proviennent uniquement de leur travail, contrairement aux villageois qui bénéficient de trois sources de revenus : les primes, les loyers et les revenus du travail. Les deux premiers étant souvent largement plus élevés que le troisième, le statut économique des villageois est supérieur non seulement à celui des travailleurs non originaires du village, mais également aux niveaux de salaires des citadins moyens. Beaucoup de villageois ne vivent qu’avec les loyers et les primes, et mènent ainsi une existence oisive, formant une nouvelle couche sociale. Même lorsqu’ils possèdent le local donnant sur la rue, ils le louent à d’autres qui gèrent ainsi un commerce ; les villageois dédaignent ces activités épuisantes qui ne rapportent que des micro-profits. Ils se considèrent comme faisant partie de la couche supérieure du village. Certains villageois riches ont déjà acheté un autre logement dans un environnement plus propre et plus élégant, estimant que le mélange avec les travailleurs venus de l’extérieur est néfaste pour le développement de leurs enfants.

42Deuxièmement, la stratification se produit à l’intérieur des villageois sous l’influence d’un pouvoir organisationnel. Si le village de Yangcheng est une société minuscule, son système de gestion possède de nombreux niveaux. La seule société coopérative centrale se compose de différents départements : comptabilité, gestion des immeubles, ressources humaines, administration, conseil juridique. Les coopératives économiques qui en dépendent possèdent également une structure avec plusieurs niveaux. En outre, les personnels chargés des questions de sécurité, de santé, de surveillance des marchés, de planning familial, d’éducation et de retraite, sont également à la charge des villageois, qui disposent ainsi de différentes ressources en pouvoir organisationnel. Ces responsabilités sont très bien rémunérées, assurant par exemple à un dirigeant un salaire annuel de 100 000 yuans. L’effet stratifiant du pouvoir organisationnel ne s’arrête pas là. Les détenteurs de pouvoir peuvent mieux valoriser leur propriété foncière et transformer leur épargne en capital actif.

43Troisièmement, une différenciation sociale se produit parmi les travailleurs venus de l’extérieur et qui résident dans le village, suivant qu’ils disposent ou non de capital. Les quelques dizaines de milliers de travailleurs vivant dans le village peuvent se répartir en deux catégories. Ceux qui sont dotés d’un capital parce qu’ils exercent une activité dans le commerce ou dans les services, c’est-à-dire ceux qu’on appelle en général les entrepreneurs individuels (getihu) ; et ceux qui n’ont pas de capital et qui vivent uniquement grâce aux revenus du travail. Il est nécessaire de souligner que la différence entre ces deux catégories n’est pas aussi marquée qu’on pourrait le penser. Cela s’explique probablement par le fait que les entrepreneurs individuels ne gèrent que de petites affaires, employant souvent des membres de leur famille ; une fois réglés les loyers et les impôts, leur revenu n’est souvent que légèrement supérieur aux niveaux de salaires généralement perçus par les salariés. Nous percevons ici la complexité du secteur tertiaire. Dans le village de Yangcheng, les propriétaires de biens immobiliers et les patrons de petits commerces et services appartiennent tous au secteur tertiaire. Néanmoins, le statut économique et la position sociale de ces deux groupes diffèrent considérablement. Cette différence est parfois plus importante que celle qui sépare l’agriculture et l’industrie. Par ailleurs, nous avons également observé que, dans cette zone économique dynamique, il existe une importante « économie invisible », comme par exemple la location d’appartements, qui reste absente des statistiques du PIB.

44Enfin, le dernier facteur de différenciation concerne les salariés, selon qu’ils sont des travailleurs manuels ou possèdent un savoir-faire technique. Les travailleurs se divisent en « cols blancs » et « cols bleus ». Les cols blancs qui résident à Yangcheng sont en général des techniciens, des commerciaux, des enseignants, des médecins, des chauffeurs de taxi, des éditeurs, des journalistes et des petits employés dans les entreprises ; les cols bleus travaillent en général dans les secteurs manufacturiers, du bâtiment, de la restauration, des transports… À ces deux populations, il faut encore ajouter les « cols roses », jeunes femmes travaillant dans les salons de coiffure, et les « cols noirs » qui gagnent leur vie illégalement. Lors de nos enquêtes nous avons remarqué une nouvelle tendance qui se développe depuis quelques années : une part croissante de ces travailleurs n’est plus issue des campagnes, mais peut venir aussi bien de petites que de grandes villes. Se dessinent peut-être les prémices d’un nouveau type de mobilité professionnelle : en effet de plus en plus de personnes quittent des régions et des villes développées ou moins dynamiques pour se rendre dans des villes plus riches. Il est nécessaire de signaler que, dans ce village de Yangcheng, les cols bleus sont principalement issus de la paysannerie alors que les cols blancs sont le plus souvent des citadins.

45Nous avons présenté ci-dessus la structure sociale existante du village de Yangcheng, mais celle-ci n’est nullement figée. Sous l’influence des choix rationnels individuels, le processus de stratification ne produit pas une simple reproduction de la structure sociale. Grâce à leur vigoureux esprit d’innovation ou leurs savoir-faire techniques, les petits commerçants et les « cols blancs » bénéficient d’excellentes perspectives d’ascension sociale. Le village de Yangcheng a vu émerger une série d’entrepreneurs ayant réussi. A contrario, la classe supérieure de ceux qui ne vivent que des rentes des loyers se heurte à des difficultés pour trouver un emploi satisfaisant, faute de qualifications suffisantes. L’oisiveté et la tranquillité de la vie ont fait disparaître leur esprit d’innovation et d’entreprise. Par conséquent, ils risquent réellement de connaître une trajectoire sociale descendante. Une partie d’entre eux finiront par devenir de simples gardiens de la civilisation agricole, incapables de transformer leur statut social.

LE RÉSEAU DE RELATIONS SOCIALES : LES FAMILLES SE DIVISENT ET LA RICHESSE NE DURE PAS AU-DELÀ DE TROIS GÉNÉRATIONS

46Un village est une communauté de vie formée de réseaux de relations sociales basés sur les liens du sang, de parenté, claniques et l’origine géographique. Yangcheng ne fait pas exception. Jadis, au cours du processus d’organisation des villages, les gens ont tenté de briser ces réseaux de relations sociales pour leur substituer des liens plus modernes, juridiques et administratifs, ou des formes d’organisation économique. Mais rares ont été les succès. Insérées dans ces réseaux de relations, les structures modernes introduites de l’extérieur ont subi des transformations, discrètes mais profondes. Ainsi, les paysans migrants installés dans les villes, qui sont un peu comme de « nouveaux Hakkas », ont réussi à déplacer leurs réseaux sociaux dans la ville, donnant naissance à des communautés comme le « village Zhejiang » à Pékin. Beaucoup de gens ne parviennent pas à comprendre pourquoi ces réseaux villageois de relations sociales conservent une telle force.

47Les modes de vie dans le village de Yangcheng, situé en centre-ville, sont déjà très urbains. Toutefois, l’ancien réseau de relations sociales est toujours actif. La communauté villageoise de Yangcheng se distingue fortement des communautés de quartier et des communautés des unités de travail. En effet, ce village urbain n’est pas une communauté formée par des personnes qui sont étrangères les uns aux autres (comme c’est le cas des communautés de quartiers ou des ensembles résidentiels) ; il ne représente pas non plus une communauté de connaissances basée uniquement sur des liens professionnels (comme les ensembles résidentiels abritant les employés d’une même unité de travail) mais sur des liens de sang, de parenté, claniques et l’origine géographique.

48Le village de Yangcheng présente des caractéristiques communes à tous les villages urbains. Dans un ensemble bâti très dense, seuls trois types de bâtiments plus luxueux semblent jouir d’un privilège en termes d’espace qui leur permet de dépasser la logique de la maximisation des loyers. Ce sont les temples des ancêtres, la maternelle/école primaire et le centre d’animation pour les personnes retraitées. Ils existent en tant que symboles de valeurs communes : vénération des ancêtres, respect pour les personnes âgées et amour des enfants. Il y a en général trois à cinq grandes familles dans un village, chacune possédant leur propre temple des ancêtres, dont l’allure reflète le statut du clan au sein du village. Généralement, la répartition du pouvoir doit correspondre à cette structure des clans pour préserver la paix dans la communauté. Les relations claniques semblent largement plus répandues dans les villages du Sud du pays que dans ceux du Nord, probablement parce que les gens accordent une plus grande importance à leurs racines après une migration collective.

49Dans le village de Yangcheng, les liens de parenté et matrimoniaux entre les villageois sont complexes. En moyenne, un foyer est lié à 20 autres foyers par des liens de sang ou de parenté. Mais les grandes familles peuvent étendre ces liens avec 50 voire 100 foyers. Ces communautés claniques sont divisées en groupes familiaux. Le clan peut être assimilé à un groupe qui fédère un certain nombre de sociétés, ou encore à une maison mère dont dépendent des filiales. La structure de propriété dans l’organisation économique est sous-tendue par ces réseaux.

50La force de cohésion de « la grande famille » villageoise est éminemment liée au caractère fermé de ces réseaux, assurant que la collectivité qui « fabrique le gâteau » est la même que celle qui ensuite « se partage le gâteau ». Autrefois, les sorties et entrées de femmes par le mariage étaient équilibrées, maintenant intacts les intérêts collectifs. Cet équilibre d’un réseau fermé se maintient difficilement depuis les années 1990. Les mariages mixtes villageois et urbains se font de plus en plus nombreux, menaçant les intérêts de l’économie collective qui forme la base du réseau social du village, car l’augmentation du nombre des « mangeurs de gâteau » signifie la diminution de la part de chacun. En conséquence, au milieu des années 1990, les villages urbains ont majoritairement appliqué le système d’actions limitées, quelle que soit la situation matrimoniale.

51Un dicton a traversé l’histoire chinoise : « La richesse ne dure pas au-delà de trois générations » (fu bu guo san dai). On peut aussi traduire cette expression par « loi du cycle de la prospérité et du déclin des familles ». La signification morale de cette loi est que les fils des familles riches sont pour la plupart des « fils à papa » qui ne font que dépenser sans compter. Cette loi est loin d’être universelle, car l’hypothèse de la reproduction familiale du capital humain est facile à prouver. Il semble plus fiable d’interpréter cette loi par le biais du régime d’héritage. Le système d’héritage des familles traditionnelles se différencie des systèmes européens, mais également de celui du pouvoir impérial. Ce n’est pas le régime de l’aîné qui hérite de l’ensemble des biens, système qui concentre l’argent et le pouvoir sur une seule personne ; mais au contraire un système de séparation des biens familiaux entre les frères vise à répartir la richesse et le pouvoir. La fonction de ce régime se rapproche de l’impôt sur les successions pratiqué dans les pays modernes. C’est une conception de la part de l’État qui ne permet pas à une famille d’étendre sans limite sa puissance car elle risquerait de rivaliser avec le pouvoir impérial ou le pouvoir étatique. La division de la famille à la mort du fondateur des affaires constitue souvent un virage à partir duquel suspicion, conflits et déclin guettent la famille. Nous pouvons souvent observer les effets de cette loi dans l’histoire de la prospérité et du déclin des entreprises familiales. Pour cette raison, pour échapper au risque de déclin, les grandes familles ont toujours préféré ne pas opérer de séparation, car qui dit séparation, dit redistribution des droits de propriété et recomposition des relations sociales.

52Yangcheng est en réalité comme une « grande famille », liée par un réseau de relations de sang, de parenté et de filiation. Ce type de réseau social villageois est doté d’une fonction réelle de rassemblement de richesse et de capitaux. Ce système d’actions du village interdit strictement la vente des actions. Les paysans restent dépendants du réseau social du village même après avoir changé d’identité professionnelle, et donc perdu leur statut de paysan ; en effet, dans un contexte nouveau et inconu, ils ont besoin de résister collectivement face aux risques et aux pressions venant de l’extérieur. La force du réseau social dans le village de Yangcheng résulte de l’insistance des villageois à ne pas séparer les biens familiaux afin de maintenir la prospérité acquise. Les villageois s’appuient sur leurs choix rationnels pour faire perdurer le souffle vital de leur « grande famille ».

CONCLUSION

53Dans le passé, les recherches sur l’urbanisation des villages se centraient principalement sur la réforme du système de hukou, beaucoup croyaient que la réforme radicale de ce système garantirait le triomphe de l’urbanisation. Cependant, comme nous l’avons vu avec la fin des villages urbains, ce système a eu peu d’influence, et le processus d’urbanisation est loin d’être achevé. La fin des villages impose encore une redéfinition des droits de propriété et une recomposition sociale douloureuse. Si le village de Yangcheng présente des particularités, il annonce des conflits de portée universelle.

54Lorsque nous sommes retournés à Yangcheng en 2006, le réaménagement massif prévu n’avait pas eu lieu. D’un côté parce que les coûts étaient trop élevés, de l’autre, parce que le gouvernement craignait d’attiser les conflits sociaux. Cependant la plupart des villageois avaient emménagé dans de hauts immeubles investis par les collectivités villageoises. Celles-ci avaient vendu les appartements aux villageois à des prix de loin moins élevés que le marché. Les anciens appartements des villageois étaient mis en location. L’environnement des rues et des quartiers s’était beaucoup amélioré. Le mode de vie des villageois n’avait pas changé malgré un contexte d’incertitude.

55Une société rurale profondément structurée par le sang, la parenté, le sol, la généalogie, les croyances et les coutumes, ne prend pas nécessairement fin avec la désertification rurale ou l’industrialisation. Les fractures et les transformations ne donnent pas lieu non plus à des expériences légères et heureuses. La fin progressive des villages urbains peut être définie comme un processus marqué de conflits et de chocs culturels, fait de désillusions et de contradictions.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bulletin officiel du district Tianhe de Canton (1994) : Guanyu jinyibu wanshan nongcun gufen hezuozhi de ruogan guiding (Règlements pour améliorer l’actionnariat coopératif rural).

Bulletin officiel du district Tianhe de Canton (2001) : Guanyu nongcun gufen hezuo jingji zuzhi de jiben guiding (Règlements de base sur les organisations économiques par actions en zone rurale).

CAO JINQING (2000) : Huanghe biande zhongguo : yige xuezhe dui xiangcun shehui de guancha yu sikao (La Chine au bord du fleuve Jaune. Observations et réflexions d’un chercheur sur la société rurale), Shanghai, Shanghai wenyi chubanshe.

CHAYANOV, A. (1986) : The Theory of Peasant Economy, Madison, University of Wisconsin Press.

CHOW Y. (2000) : Zhongguo shehui de jieceng yu liudong : yige shequ zhong shishen shenfen de yanjiu (Classes et mobilité dans la société chinoise : étude sur le statut de notable dans un quartier), Shanghai, Xuelin chubanshe.

COASE, R. et alii (1994) : Caichan quanli he zhidu bianqian (Droits de propriété et changements institutionnels), Shanghai, Shanghai Sanlian shudian.

Documents provenant des villages ou les enquêtes ont été menées en 1988 et 1995, dont plusieurs Cun hezuo jingji gufenzhi zhangcheng (Chartes d’actionnariat de l’économie collective).

DUARA, P. (1994) : Wenhua quanli yu guojia : yijiulingling dao yijiusi’er nian de huabei nongcun (Culture, pouvoir et État : les campagnes dans le nord-est entre 1900 et 1942), Nankin, Jiangsu renmin chubanshe.

Équipe de recherche du bureau d’affaires d’État (2006) : Zhongguo nongmingong diaoyan baogao (Rapport d’enquête sur les paysans-ouvriers en Chine), Pékin, Zhongguo yanshi chubanshe.

Équipe de recherche sur les « paysans migrants » (1995) : Zhujiang sanjiaozhou wailai nongmingong zhuangkuang (Situation des paysans migrants dans le delta de la rivière des Perles), Zhongguo shehui kexue (Sciences sociales en Chine) n. 4.

FEI XIAOTONG (1985) : Xiangtu zhongguo (La Chine rurale), Pékin, Sanlian shudian.

GEERTZ, C. (1973) : The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books.

GEERTZ, C. (1999) : Difangxing zhishi (Savoir local), Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe.

GUO YUHUA (1996) : Nongcun xiandaihua guocheng zhong de chuantong qinyuan guanxi (Les relations de parenté traditionnelles dans le processus de modernisation de la Chine rurale), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 6.

HUANG PING (ed.) (1997) : Xuqiu shengcun : dangdai zhongguo nongcun waichu renkou de shehuixue yanjiu (En quête de survie : Étude sociologique sur la population des paysans migrants en Chine), Kunming, Yunnan Renmin chubanshe.

HUANG ZONGZHI (2000) : Changjiang sanjiaozhou xiaonong jiating yu xiangcun fazhan (Foyers de petits paysans dans le delta du Yangtsé et développement rural), Pékin, Zhonghua Shuju.

Commentaire d’un journaliste (2000) : Zai chengshi de jiafengzhong liebian (La fission dans les interstices de la ville), Nanfang doushi bao (Le quotidien de la capitale du sud) 6 septembre 2000.

Interview du maire de Canton (2000), « Anzhao guihua lingli’erxing gaizao chengzhongcun » (Transformer les villages urbains en conformité avec la planification), Nanfang doushi bao bao (Le quotidien de la capitale du sud) 6 septembre 2000.

KE LANJUN, LI HANLIN (eds.) (2001) : Dushili de cunmin : zhongguo dachengshi de liudong renkou (Villageois dans la ville : la population migrante dans les grandes villes chinoises), Pékin, Zhongguo bianyi chubanshe.

LI HANLIN (1988) : Xunqiu xin de xietiao. Zhongguo chengshi fazhan de shehuixue fenxi. (À la recherche d’une nouvelle harmonie. Analyse sociologique du développement des villes chinoises), Pékin, Cehui chubanshe.

(1993) : Zhongguo danwei xianxiang yu chenghsi shequ de zhenghe jizhi (Le phénomène de l’unité de travail et la dynamique d’intégration dans les quartiers urbains), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 5.

(1996) : Liudong mingong shehui wangluo he shehui diwei (Réseau social des paysans-ouvriers migrants et statut social), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 4.

LI PEILIN et alii (1992) : Zhuanxing zhongde zhongguo qiye. Guoyou qiye zuzhi chuangxinlun (Entreprises chinoises en transition. Discussion sur la créativité organisationnelle des entreprises d’État), Jinan, Shandong Renmin chubanshe.

LI PEILIN, WANG CHUNGUANG (1993) : Xinshehui jiegou de shengzhangdian. Xiangzhen qiye shehui jiaohuanlun. (Point de développement d’une nouvelle structure sociale. Échanges sociaux dans les entreprises de bourg et de village), Jinan, Shandong Renmin chubanshe.

LI PEILIN, ZHANG YI (2000) : Guoyou qiye shehui chengben fenxi (Analyse du coût social des entreprises d’État), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LIU MENGQIN (2001) : Shipai liudong renkou jujuqu yanjiu. Jian yu beijing zhejiangcun bijiao (Étude de la zone de résidence de la population migrante dans le village de Shipai. Étude comparée avec le village du Zhejiang à Pékin), in KE LANJUN, LI HANLIN, (eds.) : Dushi lide cunmin. Zhongguo dachengshi de liudong renkou (Villageois dans la ville. La population migrante dans les grandes villes chinoises), Pékin, Zhongguo bianyi chubanshe.

LIU PEILIN (1998) : Gu cunluo. Hexie de renju kongjian (Anciens villages. Espace d’habitation harmonieux), Shanghai, Shanghai sanlian shudian.

LU FENG (1989) : Danwei : yizhong teshu de shehui zuzhi (Danwei : une organisation sociale particulière), Zhongguo shehui kexue (Sciences sociales en Chine) n. 1.

LU XUEYI (ed.) (2001) : Neifa de cunzhuang : Xingrenzhuang (Village spontané : Xingrenzhuang), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

MA GUOQING (1999) : Jia yu zhongguo shehui jiegou (La famille et la structure sociale chinoise), Pékin, Wenwu chubanshe.

MA ZHONGZHU (2000) : Gaizao chengzhongcun shi jianshe xiandaihua chengshi de xuyao (Transformer les villages urbains est une nécessité pour la construction de villes modernes), in : Guangdong jingshen wenming tongxun (Communiqué de presse sur la civilisation spirituelle dans le Guangdong), édition spéciale, n. 87-88.

MENDRAS, H. (1984) : La Fin des Paysans, Arles, Actes Sud.

OLSON, M. (1996) : Jiti xingdong de luoji (Logiques de l’action collective), Shanghai, Shanghai sanlian shudian.

POLANYI K. (1958) : The Great Transformation, Boston, Beacon Press.

POPKIN, S. (1979) : The Rational Peasant : The Political Economy of rural Society in Vietnam, Berkeley, University of California Press.

SCHULTZ, T. (1964) : Transforming Traditional Agriculture, New Haven, Yale University Press.

SCOTT, J. (1976) : The Moral Economy of the Peasant : Rebellion and Subsistence in the South-east Asia, New Haven, Yale University Press.

TANG CAN, FENG XIAOSHUANG (2000) : Henancun liudong mingong de fenhua (Désagrégation des paysans migrants du village du Henan), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 4.

WALDER, A. (1986) : Communist Neo-Traditionalism : Work and Authority in Chinese Industry, Berkeley, University of California Press.

WANG CHUNGUANG (1995) : Shehui liudong yu shehui chongzu. Jingcheng zhejiangcun yanjiu (Mobilité sociale et reconfiguration sociale. Étude du village du Zhejiang dans la capitale), Hangzhou, Zhejiang Renmin chubanshe.

WANG HANSHENG et alii (1997) : Zhejiangcun : Zhongguo nongmin jinru chengshi de yizhong teshu fangshi (Le village du Zhejiang : un mode particulier d’entrée des paysans dans la ville), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 1.

WANG HUNING (1991) : Dangdai Zhongguo cunluo jiazu wenhua (Culture de filiation dans les villages chinois contemporains), Shanghai, Shanghai Renmin chubanshe.

WANG MINGMING (1997) : Cunluo shiye zhongde wenhua yu quanli. Minnan sancun diaocha (Culture et pouvoir dans l’approche rurale. Enquêtes sur trois villages dans le sud du Fujian), Pékin, anlian shudian.

WANG XIAOYI (1993) : Xueyuan yu diyuan (Liens du sang et liens du sol), Hangzhou, Zhejiang Renmin chubanshe.

WANG YING (1996) : Xin jitizhuyi. Xiangcun shehui zaizuzhi (Néo-collectivisme. La réorganisation de la société rurale), Pékin, Jingji guanli chubanshe.

WEI ANXIONG (2000) : Jujiao chengzhongcun (Mise au point sur les villages urbains), Wenming daobao (Journal de la civilisation) n. 10.

XIANG BIAO (1998) : Shequ hewei ? Dui Beijing liudong renkou jujudi de yanjiu (Que font les quartiers ? Étude des quartiers de populations migrantes), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 6.

ZHANG JIJIAO (1999) : Shichanghua zhongde feizhengshi zhidu (Les systèmes officieux dans la marche vers le marché), Pékin, Wenwu chubanshe.

ZHANG LETIAN (1998) : Gaobie lixiang : renmin gongshe whidu yanjiu (Fin d’un idéal : étude sur le système des communes populaires), Shanghai, Dongfang chuban zhongxin.

ZHANG WUCHANG (2000) : Diannong lilun : yingyong yu yazhou de nongye he taiwan de tudi gaige (Théorie du métayer : application à l’agriculture en Asie et aux réformes foncières à Taiwan), Pékin, Shangwu yinshuguan.

ZHE XIAOYE (1997) : Cunzhuang de zaizao : yige chaoji cunzhuang de shehui bianqian (La reinvention d’un village et la transformation sociale d’un village), Pékin, Zhongguo shehui kexue chubanshe.

ZHENG YI et alii (2000) : Guangzhou gaizao chengzhongcun mubiao queding (Définition des objectifs de la transformation des villages urbains à Canton), Nanfang doushi bao (Le quotidien de la capitale du sud) 6 septembre 2000.

ZHOU DAMING (2001) : Chengxiang jiehebu shequ de yanjiu : guangzhou nanjingcun wushinian de bianqian (Étude sur les quartiers à la frontière de la ville et de la campagne : cinquante ans de changements du village de Nanjing à Canton), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 4.

Notes

1 Ce chapitre reprend pour partie l’article Douchi li de cunzi de yanjiu (Villages urbains dans le Sud de la Chine), Zhonguo shehuixue, Sociolologie chinoise, n° 3, 2004.

2 Yangcheng, qui signifie littéralement « ville des chèvres », est un des surnoms de la ville de Canton.

3 Le spécificatif « tiao » est employé pour quantifier des objets en longeur ; « ge » est le spécificatif universel.

4 « fen » et « mu » sont deux mesures traditionnelles de la superficie. 15 mu = 1 hectare, 100 fen = 1 mu.

5 Actions distribuées à des personnes qui n’appartiennent pas au village, soit pour entretenir des liens (par exemple on donne à des officiels), soit pour payer en partie une transaction.

Auteur

Professeur de sociologie, Directeur de l’Institut de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine (CASS), Pékin. Vice-Président exécutif de l’Association Chinoise de Sociologie.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site