Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Première partie. Société de marché et transition sociale

Chapitre 5. Continuité de la tradition culturelle socialiste : action collective et résistance dans les entreprises d’État

Tong Xin

Texte intégral

1En juillet 1997, le xve congrès du Parti communiste chinois décidait de procéder à une transformation radicale des entreprises d’État, en provoquant des faillites, des mises en vente, des fusions et leur transformation en sociétés par actions, poussant ainsi vers le marché un grand nombre des entreprises de petite ou moyenne taille. Depuis, les effectifs dans le secteur étatique sont passés de 112,610 millions d’employés en 1995 à 76,4 millions en 2001 (Bureau national des statistiques, 2002), soit une réduction de 36,210 millions d’employés, équivalente à près du tiers des effectifs. Au cours du processus de réforme des entreprises d’État, le statut de la classe ouvrière s’est détérioré, et ce sont en fin de compte les ouvriers qui ont principalement assumé le coût de ces réformes. Sur un plan idéologique, cette ancienne « classe dirigeante » a vu son statut chuter jusqu’à l’avant-dernière place dans la structure sociale (Lu Xueyi, 2002).

2Face aux licenciements massifs et à la dégradation de leur statut social, quelle a été la réaction des ouvriers ? Y a-t-il eu des actions collectives ? Comment s’est construite leur mobilisation ? Quelles sont les ressources organisationnelles et culturelles qu’ils ont utilisées ? À la lumière d’une enquête sur l’action collective menée par des ouvriers de l’usine Z contre la fusion avec une entreprise privée, ce chapitre se propose de comprendre l’état actuel des mouvements collectifs de résistance des ouvriers des entreprises d’État et les fondements organisationnels et culturels de leur action pour replacer l’action collective ouvrière dans la culture propre de cette classe sociale.

LES ACTIONS DE RÉSISTANCE COLLECTIVE DES OUVRIERS DE L’USINE Z CONTRE LA FUSION

  • 1 Ce projet de recherche a obtenu le soutien de la Fondation pour la recherche sur le développement (...)

3En mai 2002, des articles publiés sur Internet rendent compte de l’action collective des ouvriers de l’usine Z qui résistent à un plan de fusion en occupant l’usine et en bloquant des rues. Cette action a eu un grand impact et a attiré notre attention. Quatre fois, en juillet 2003 puis à la fin de 2003, à la veille de la fête du Nouvel an 2004 et enfin en juin 2004, les membres de notre équipe de recherche1 se sont rendus dans cette usine pour y mener une enquête. Nous avons interviewé 45 personnes, recueilli des matériaux représentant 200 000 caractères et obtenu plus d’un million de caractères de retranscription d’entretiens. Nous souhaitions prendre en compte fidèlement cette action collective et étudier cette mobilisation.

4Construite en 1958, l’usine Z se trouve située le long d’une route à l’extrémité Ouest de la ville de Z. En 1995, elle avait été classée « entreprise propriété du peuple tout entier de taille moyenne de type I » qui produisait principalement de la papeterie ordinaire, des livres, cahiers, journaux… et accessoirement des papiers pour l’industrie. En février 1998 les actifs représentent au total 88,3 millions de yuans dont 72,6 millions d’actifs de production, le reste étant consacré aux dépenses sociales (logement, assurances sociales, équipements collectifs, etc.). L’endettement de l’entreprise atteint 59,4 millions de yuans, dont 26 millions de prêts bancaires et 10 millions d’intérêts, soit un taux d’endettement total de 67,2 %. L’usine occupe une superficie de 7 hectares, elle emploie 860 personnes dont 171 retraités et 689 actifs. Il faut noter que dans cette usine, comme dans toute entreprise d’État traditionnelle, le logement des employés est conforme au modèle traditionnel de l’industrie étatique, un mur séparant la zone d’habitation de la zone de production.

5Les difficultés de l’usine Z datent du début des années 1990. En avril 1995, en raison de la pollution liée à la production et de la baisse de rentabilité, le gouvernement contraint l’usine à cesser la production en invoquant la nécessité de protéger l’environnement. La plupart des ouvriers sont renvoyés chez eux. Afin de maintenir un niveau de vie minimum aux employés, l’usine maintient une chaîne de production par le biais d’achat de pâte à papier ; cette politique prend fin en 1999 avec la fusion, cette chaîne étant alors mise en location.

6En juin 1997, le directeur de l’usine de l’époque souhaite hypothéquer une partie des terrains afin d’obtenir un prêt bancaire. Cette action se heurte à la forte opposition des ouvriers. Les ouvriers plus âgés et les représentants du personnel s’organisent spontanément et bloquent des rues afin de protester. Ce mouvement de protestation représente la première action collective de résistance à grande échelle des ouvriers de Z contre la vente des biens de l’usine. Elle attire l’attention de la municipalité et des autorités concernées qui ont recours à l’assemblée des représentants du personnel afin de résoudre le problème ; les membres de cette assemblée rejettent la vente des terrains par un vote à main levée.

7Le 24 août 1998, l’usine Z fusionne avec la société privée H et est enregistrée comme la filiale papier. Cette dernière s’engage à verser les arriérés de salaires ainsi que les allocations diverses sur une année, à régler progressivement le problème du remboursement des frais de santé, à contribuer au fonds d’assurance retraite des employés en déficit, et enfin à résoudre de façon convenable la réinsertion des employés au chômage. L’assemblée générale des représentants du personnel vote cet accord de fusion.

8Le 28 octobre 1999, la filiale papeterie de la société H (c’est-à-dire l’ancienne usine Z) convoque une assemblée générale des représentants du personnel pour discuter de la non application de la convention par la société H. Les ouvriers redéfinissent la nature de cette fusion en la qualifiant de « fusion escroquerie », estimant que le principal objectif de la société H est la vente de terrains pour y développer des projets immobiliers. L’assemblée des représentants décide, par vote, d’exiger l’application de l’accord par la société H, sous peine de « détacher » l’usine Z et d’annuler la fusion.

9Le 17 mai 2000, une nouvelle assemblée générale, par vote, décide d’annuler la fusion. Pendant les six mois qui suivent, les relations entre les employés de Z et la société H sont tendues. Les représentants du personnel eux-mêmes transmettent quatre fois de suite aux organes concernés du gouvernement municipal des avis, des rapports et des sollicitations concernant l’annulation de la fusion. Leur demande est claire : ils souhaitent l’application de la décision de l’assemblée des représentants du 28 octobre 1999.

10Le 7 juin 2000, la société H n’ayant pas rempli ses engagements, l’assemblée des représentants du personnel décide de lancer une « action ferme de reprise des droits de la société H considérée comme “fusionneur” illégal ». Le mouvement est nommé : « mouvement pour sauver l’usine et pour protéger la maison ». Ce jour-là, plus de 200 employés se rendent à l’usine pour participer à l’action. Ils créent une équipe de garde de l’usine, bloquent le site et empêchent les personnels de la société H d’y pénétrer. Selon la plainte du parquet contre les représentants du personnel, ceux-ci

« ont occupé par la force le bâtiment administratif de la filiale Z de la société H, ont coupé l’électricité, perçu de force les loyers des locataires de H, gardé l’entrée, empêché le transport de marchandises de l’entreprise locatrice… et ceci durant deux mois, rendant impossible le fonctionnement normal des activités de production et de gestion… »

11Parmi les slogans affichés à la porte de l’usine, on lit :

« Les réformes ne sont pas la privatisation », « Appliquons avec détermination la décision de l’assemblée des représentants du personnel du 28 octobre 1999 »…

12Le mouvement de protection de l’usine mené par les ouvriers dure jusqu’au 8 août 2000, jour que les employés ont appelé l’« affaire du 8 octobre ». À 8 heures du matin, la porte de l’usine est encerclée par 500 agents de sécurité et policiers armés. Une quarantaine d’ouvriers gardent l’usine ce jour-là, principalement des retraités et des membres de leur famille. Au cours de cette intervention, une vingtaine de personnes gardant l’usine sont arrêtées, interrogées par la police, puis relâchées. De nombreux ouvriers qui se sont précipités vers l’usine lorsqu’ils ont appris la nouvelle sont également embarqués. La veille, Li Gong, représentant du personnel très actif dans ce mouvement collectif, a été arrêté.

13Du 30 août au 1er septembre 2000, le groupe de travail du gouvernement municipal, dirigé par le président du syndicat de la ville de Z, préside une assemblée générale des représentants du personnel de l’usine Z, et organise l’élection de nouveaux représentants. Cette nouvelle assemblée des représentants du personnel, contrairement à la précédente, relève de la filiale Z de la société H. La nouvelle assemblée est composée de 58 représentants. Pour l’essentiel, il s’agit de représentants réélus, y compris Li Gong qui avait déjà été arrêté précédemment par la police. La première session de la nouvelle assemblée des représentants du personnel adopte une motion qui déclare que :

« La société H, sous la supervision de l’assemblée des représentants du personnel, ou bien fixe un délai pour la pleine exécution de l’accord de fusion, ou bien se retire de cette fusion. L’assemblée dispose du pouvoir de nommer et révoquer le directeur de l’usine, les dirigeants et les cadres de niveau intermédiaire, et veille à l’application du système de gestion démocratique de l’usine par l’assemblée. »

14Le 16 octobre 2000 s’ouvre la seconde session plénière de l’assemblée. Les 53 représentants présents votent à l’unanimité « l’annulation de la fusion ».

15Le 7 janvier 2001, sous la coordination et la supervision du groupe de travail du gouvernement municipal, la société H et sa filiale Z parviennent à un accord d’annulation de la fusion qui déclare que la filiale Z

« ne redevenant pas propriété étatique, après une réévaluation de ses actifs, en conformité avec les politiques de l’État, comptera ses actifs par rapport au nombre d’employés, afin de fonder une entreprise dont les actions sont détenues par les employés… »

16En août 2003, l’assemblée des représentants du personnel de Z élit un conseil d’administration, enregistre les capitaux, et fonde la société M. En février 2004, les deux sociétés M et H négocient les questions en suspens, telles que la dette. À l’heure actuelle, si la société M a réussi à sauvegarder les équipements de production et les 7 hectares de terrain, les dettes s’accumulent et aucune solution n’a été trouvée pour garantir les conditions d’existence des employés. Toutefois, ce qui est certain, c’est que l’action collective des employés a empêché la privatisation rapide de cette entreprise d’État.

FONDEMENTS ET ORGANISATION DE L’ACTION COLLECTIVE DES OUVRIERS DANS LES ENTREPRISES D’ÉTAT

17Plusieurs pistes peuvent permettre d’analyser cette résistance collective des ouvriers, mais dans cet article nous souhaiterions répondre à une question essentielle : quelles sont les bases de l’organisation de l’action collective des ouvriers dans les entreprises d’État ?

1. Pérennité de l’organisation des ouvriers et spécificités du système des unités de travail

18La fermeture, l’arrêt, la fusion et la reconversion des entreprises d’État sont des réformes conduites sous la direction du gouvernement, confiées aux Commissions pour le développement et la réforme des collectivités locales. Afin de réduire le coût de ces réformes pour le gouvernement, celui-ci a mis en place des méthodes qui permettent la participation des employés. Dans ce processus de transformation, les assemblées des représentants du personnel assument des fonctions importantes. Ces assemblées favorisent une organisation efficace de l’action ouvrière et permettent une diffusion large des informations. En ce sens, dans les entreprises d’État, les formes d’organisation des employés ont été sauvegardées et constituent la base de l’action collective des ouvriers. Par exemple, dans l’usine Z, l’assemblée des représentants du personnel et le syndicat ont toujours été les organisateurs et les responsables de l’action collective.

19Un autre point qui mérite l’attention est le fait que les 700 ouvriers de l’usine habitent tous dans les logements réservés aux employés et situés près de l’usine, ce qui facilite grandement l’organisation et la transmission de l’information. Il s’agit également d’une des bases sur lesquelles se sont déployées les actions des ouvriers. L’exemple de Maître Xiao Yang (femme, née en 1961) illustre les conditions d’existence des familles. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires en 1980, elle est entrée à l’usine Z et y a travaillé jusqu’à l’arrêt de la production en 1994. Elle raconte :

« Nous sommes quatre enfants dans la famille, dont trois travaillent dans cette usine. Mes parents, moi et mes deux sœurs aînées travaillons tous ici. J’ai également un frère, il travaille dans l’usine de roues dentées. Dans cette usine, il y a beaucoup de familles comme la nôtre, la moitié des effectifs à mon avis. Quand j‘ai commencé à travailler, on achetait des herbes, puis elles étaient hachées avec une machine, elles étaient cuites, puis lavées, mélangées pour faire une pâte et enfin on fabriquait du papier sur une machine. En 1994, parce qu’ils disaient que l’usine polluait, le gouvernement a fait arrêter la production. En 1996 quelqu’un a loué la machine n° 4, je suis retournée travailler pendant un an sur cette machine n° 4. Après, j’ai travaillé encore deux ans dans le grand atelier. Ensuite, la production a de nouveau été arrêtée. Je suis restée chez moi. En 2000 je suis allée travailler dans une autre usine de papier, une petite usine privée. Comme j’ai un savoir-faire, ils m’ont mise technicienne. Ils payaient à la pièce, les patrons privés sont cruels. Maintenant je gagne plus de 500 yuans par mois, alors que les autres n’ont que 300 yuans. Il (le patron) dit que j’ai des compétences techniques, il a voulu me garder à tout prix, donc il me paie 150 yuans de plus chaque mois »

20Même dans des conditions extrêmement difficiles, l’usine Z utilise les recettes provenant de la location de ses locaux pour payer les frais quotidiens des employés comme l’eau, l’électricité, etc. (l’usine paie chaque mois 20 kW d’électricité pour les ouvriers). Ainsi, la tradition de protection des conditions d’existence des ouvriers par l’usine Z s’est maintenue pour partie, le logement, l’eau et l’électricité étant pour l’essentiel assurés.

2. Continuité et complexité des relations entre les ouvriers, l’usine et l’État

21Dans le système d’économie planifiée, le modèle des unités de travail (danwei) donne lieu à des relations d’interdépendance entre les ouvriers, les entreprises et le gouvernement. Un objectif important de la réforme des entreprises d’État est justement de rompre la dépendance des ouvriers envers l’État et de les pousser vers le Marché. Pourtant, dans le processus de réforme, les ouvriers restent liés au gouvernement, et ce rapport constitue la source psychologique de leur résistance contre les décisions gouvernementales. Alors que l’usine Z se trouve dans une situation particulièrement difficile, les ouvriers espèrent toujours que le gouvernement va résoudre les problèmes, ils lui font confiance pour trouver une solution. Lorsque la société H est venue pour absorber l’usine Z, les ouvriers ont retrouvé l’espoir. Ils ont cru aux promesses de l’acquéreur concernant le paiement des arriérés de salaires, le remboursement des frais médicaux, la reprise et l’accroissement de la production. Les représentants du personnel ont très rapidement accepté cet accord de fusion qui avait des répercussions importantes sur l’existence même des ouvriers. Par conséquent, pendant l’année qui a suivi la fusion, les ouvriers ont mené une enquête active sur la situation réelle de la société H, enquête qui a abouti à une meilleure connaissance de cette société : H est une société intimement liée au gouvernement et elle n’est qu’une « enveloppe vide » sans force réelle ; le véritable objectif de la fusion est de vendre les 7 hectares de terrain à la société H pour qu’elle gagne de l’argent. Dans le même temps, les ouvriers ont monté la garde pour protéger leur usine et ses 7 hectares qu’ils considéraient comme un « trésor » garantissant leur existence pour le reste de leur vie.

22La présidente du syndicat d’un atelier (femme interrogée en 2003, 57 ans, membre du Parti communiste depuis 1976), explique :

« Ils (la société H) m’avaient dit qu’ils étaient une entreprise d’État et que c’était donc une fusion de type holding d’État. Mais ils n’ont pas du tout appliqué l’accord, ce qui a mis les ouvriers en colère. Ils voulaient juste réaliser une opération immobilière. Ils allaient vendre toute l’usine jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien, et qu’est-ce qu’on allait faire ?… Comment je vivrais ?.. Je dépends encore de l’usine, mes parents sont ici, moi aussi. Je dois réfléchir sur le long terme. Voilà pourquoi je ne peux pas laisser la société H piller ces biens. La demande des ouvriers n’est pas excessive, ils souhaitent juste garder ce terrain et relancer la production. Nous n’avons que deux demandes envers le gouvernement municipal, la mise en œuvre de l’accord et la relance de la production. Dans l’accord, il est dit que la production doit être développée. »

23Cette notion de « notre usine » fait partie du sens commun et dévoile la dépendance envers « leur usine » des individus dans leur existence. La majorité des employés n’ont pas tiré d’avantages de la fusion. Que ce soit les retraités, les ouvriers de première ligne, les cadres moyens ou les techniciens, tous se considèrent comme des victimes de cette opération. Face à la réforme, le sentiment d’« avoir été trompé » renforce chez les ouvriers la perception négative d’une situation injuste et accroît leur mécontentement envers le gouvernement. Les ouvriers ne cessent de solliciter de manière collective les autorités concernées. À leurs yeux, non seulement l’accord de fusion qu’ils ont voté à main levée ne leur a pas garanti leur existence, mais il a conduit à la perte de leur dernier espoir – le terrain de l’usine. Non contents de perdre ce terrain, ils perdent également la protection que leur assurait l’entreprise d’État traditionnelle, d’autant plus que l’« escroquerie » de la société H s’est déroulée avec l’autorisation du gouvernement. Par conséquent, la lutte des ouvriers pour obtenir le droit de décision dans la réforme de l’usine s’est transformée en une lutte politique ayant pour cible le gouvernement.

24Dans la croyance des ouvriers traditionnels, le gouvernement représente leur espoir. Ils sont persuadés que le gouvernement ne saurait pas laisser les actifs d’État être privatisés et les ouvriers mourir de faim, tandis que l’une des motivations les plus importantes du gouvernement pour réformer les entreprises d’État est d’alléger le « fardeau », de diminuer la dépendance des ouvriers à son égard en les poussant à compter plus sur le marché. Un conflit aigu apparaît alors entre la logique et les intérêts des réformes pour le gouvernement et les aspirations et les intérêts des ouvriers. L’action collective des ouvriers cache leurs attentes et leur déception envers l’État.

25En septembre 1999, une trentaine d’ouvriers de l’usine Z se sont rendus au Bureau de l’industrie légère, l’administration responsable de l’usine, et au comité du Parti de la municipalité, afin de présenter leur situation. Parmi les activistes se trouvait maître Zhao. De retour à l’usine, il a été sanctionné par une « expulsion de l’usine avec sursis » pendant un an, pour avoir :

« à de nombreuses reprises, provoqué des troubles, perturbé le travail normal, et parce que, malgré l’éducation et la critique de la part des dirigeants de différents niveaux, il ne se corrige pas ».

26À deux reprises, le 30 août et le 5 septembre, il a pris part au blocage de la porte de l’usine, collé des dazibaos, attaqué les dirigeants, causé des troubles injustifiés et provoqué des rassemblements. Le 6 septembre, il a de nouveau rassemblé du public pour bloquer la porte de la mairie, bouleversant sérieusement l’ordre du travail dans l’usine et l’ordre social, dérangé le travail administratif et politique des organes du Parti et de l’administration, produisant une influence très « néfaste. »

27Nous avons interrogé maître Zhao deux fois, en juillet 2003 et juin 2004. Né en 1955, il est entré à l’usine en 1974 à son retour de la campagne et y a travaillé jusqu’en 2000 ; il a été marchand ambulant en 1999, mais a été obligé de retirer son stand en raison du désordre provoqué par l’occupation de la rue ; il est redevenu marchand ambulant de boissons gazeuses. Plus tard, tombé malade, il a dû cesser de travailler. Son épouse est une xiagang. Ils ont une fille, sans travail après avoir obtenu son diplôme de l’école normale de puériculture. Elle garde un stand dans un magasin, sa situation est précaire. Lorsque nous l’avons rencontré, toute la famille vivait des 300 yuans de l’allocation pour les familles à bas revenus.

« Ce n’est pas moi qui ai organisé la plainte déposée devant le comité du Parti de la municipalité. Tout était spontané de la part des ouvriers. Pourquoi ils font ça ? Parce qu’ils ont toujours dit qu’ils allaient vendre notre terrain. Dans ces circonstances, il (le gouvernement) tarde à résoudre le problème, et que fait-on quand il aura vraiment vendu les terrains ? D’un côté, notre vieillesse n’est pas assurée, de l’autre, ce sont des biens de l’État, ça appartient à l’État, ce sont des actifs d’État. Qui provoque des troubles contre toi (le gouvernement) ? Je n’ai pas raison de vouloir dialoguer avec toi ? Je veux manger, je dois manger. Tu (le gouvernement) ne peux pas me donner du travail, tu ne réalises pas les promesses d’une protection minimum des xiagang, cette allocation de base tu ne la donnes pas »

28Au cours de cette action collective, les ouvriers ont toujours cru qu’ils pouvaient compter sur le gouvernement pour résoudre leurs problèmes et seulement sur le gouvernement. Même après la répression de leur mouvement, ils ont continué à croire en la justice du gouvernement, à sa volonté de régler les problèmes des gens ordinaires qui n’ont pas de quoi manger. Par conséquent, le dépôt de plainte auprès des autorités supérieures, le blocage des routes, et même l’envoi d’une plainte jusqu’à Pékin reposaient sur cette confiance ferme dans le gouvernement, cette certitude qu’il écouterait les ouvriers et qu’il pourrait protéger leurs intérêts. Dans leur logique d’action, l’adoption de moyens radicaux d’action collective ne représentait pas une opposition au gouvernement, mais visait à se signaler au gouvernement dont ils espéraient attirer l’attention.

29En résumé, en même temps que les ouvriers expliquent leurs difficultés, ils évaluent leurs relations avec la société H et le gouvernement, forment leur propre notion de la justice et défendent leur « droit de subsistance ».

SAUVER L’USINE ET PROTÉGER LA FAMILLE : MOBILISATION POLITIQUE ET ACTION COLLECTIVE

30La question qui émerge alors concerne la culture partagée dans cette mobilisation politique. D’après nous, le fondement culturel de l’action ouvrière reste, comme auparavant, l’idéologie socialiste traditionnelle. C’est bien celle-ci qui rend l’action légitime et appropriée.

1. Tradition culturelle socialiste

31De nombreuses années d’expérience de travail à l’usine et de vie sous le régime socialiste ont forgé un système de savoirs communs liés à l’expérience productive des entreprises d’État. Lorsque le développement de la réalité va à l’encontre de leurs désirs et de leurs points de vue, non seulement les ouvriers donnent des explications différentes de l’idéologie dominante, mais ils mettent en question la légitimité de cette dernière et entreprennent des actions. La tradition culturelle socialiste a marqué ces ouvriers qui ont travaillé à l’époque de Mao Zedong (époque qui peut être étendue jusqu’aux alentours des années 1980). Lorsque ceux-ci se trouvent placés dans les conditions de l’économie de marché, ils continuent à lier leurs conditions d’existence et le régime de propriété des moyens de production ; ils forgent ainsi des croyances et des points de vue sur la justice, l’équité et l’égalité sociales. Ces croyances et opinions ont un fort contenu idéologique et de conscience de classe. En s’appuyant sur cette tradition culturelle les ouvriers distinguent les situations supportables de celles qu’ils ne peuvent supporter.

2. Idéologiser l’action : la clef de la mobilisation politique

  • 2 « Maître » ici au sens où dans le discours socialiste traditionnel, les ouvriers sont les « maître (...)

32En octobre 1999, le slogan « sauver l’usine et protéger la maison », définit directement l’action des ouvriers de Z comme une action de « la classe ouvrière qui, avec un esprit de maître2, gère parfaitement les biens détenus par l’usine Z ». Depuis, l’action des ouvriers de l’usine Z est directement associée à la question de la propriété des moyens de production. L’idéologie traditionnelle des entreprises d’État selon laquelle « les ouvriers sont les maîtres des biens de l’usine » est exploitée de manière efficace comme une ressource politique. Les idées de Li Gong, activiste lors des actions collectives de l’usine Z, ont joué un rôle prépondérant dans le mouvement de « sauver l’usine et protéger la maison ». Né en 1942, il a travaillé dans l’usine de 1972 jusqu’à sa retraite en 2004.

« Je peux dire que j’ai passé toute ma vie dans cette usine. C’est vrai que pour tout le monde c’est pareil, quand tu restes longtemps dans une usine, tu as un certain sentiment envers l’usine, et ce sentiment est… une source fondamentale pour la réforme des entreprises d’État aujourd’hui. Ça fait plusieurs dizaines d’années que je suis ici. J’ai été successivement ouvrier, contremaître, technicien, directeur de service. Le poste le plus élevé que j’ai occupé est celui du directeur-adjoint de l’usine, j’étais en charge de la production et de la technologie ; et puis j’ai aussi été ingénieur général adjoint.
Je suis rentré dans le Guangdong (sa province natale) en 1992. J’y suis resté 5 ou 6 ans. J’ai travaillé dans des entreprises étatiques, privées, ou à capitaux étrangers… ce qui se passait dans l’usine (l’usine Z) était organisé par quelques anciens ouvriers, je n’y avais pas participé. Après, un vieux camarade m’a dit… ils sont allés à la mairie, ils sont allés à la mairie pour voir. J’ai répondu pour quoi faire ? Allons voir, ça concerne l’usine, tout le monde devrait être impliqué. Il avait raison. Alors, je suis resté ici, je ne suis plus retourné dans le Guangdong. Ainsi, je me suis laissé impliquer. Je me suis rendu là-bas pour voir, j’ai trouvé que les documents ne respectaient pas les procédures légales. Après, ils ont vu que je participais aussi et il leur manquait des gens éduqués. Ils m’ont donc souvent contacté, ils m’ont demandé d’écrire beaucoup de dossiers d’information à soumettre aux autorités ou pour éduquer les employés. De là, j’ai commencé à me lier aux ouvriers de l’usine. Dès le début de ma participation, j’avais mes idées. “Prêter le serment de reprendre l’usine” devait absolument être notre objectif ultime. On ne pouvait plus faire autrement. On ne pouvait plus juste leur demander d’améliorer un peu les choses. Il était impératif de retrouver tous les biens. On devenait les maîtres chez nous – c’était mon idée. Alors j’ai commencé à transmettre cette idée à tout le monde. Mais, au cours de ce processus, les deux anciens camarades membres du Parti qui conduisaient le mouvement ne partageaient pas mon objectif, alors il y a eu divergence entre nous… Leur objectif consistait seulement à faire respecter l’accord de fusion. Ils avaient des visées à plus court terme… mais petit à petit ils ont accepté mon idée – on devait absolument récupérer l’usine… On la récupèrerait pour restaurer notre position de “maître”. Si on laisse vendre l’usine, on perd l’usine et on n’aura plus de maison. Tout le monde a fini par trouver que j’avais raison, tous les employés ont accepté cette idée, et se sont unis derrière ce slogan. »

33Pour les gens à l’époque de Mao Zedong, l’usine était la « famille », comme une évidence.

34Pour Li Gong :

« C’est une usine d’État. Les ouvriers sont les « maîtres du pays », c’est donc une question politique. Puisque vous voulez réformer cette usine étatique, pourquoi vous ne donnez pas la parole aux ouvriers ? c’est une question politique, mais également une question économique. Parce qu’avant, nous, les ouvriers, tenions la première place dans les entreprises d’État. Maintenant, si tu prends toute la plus-value, comment garantir la vie des ouvriers ? Politiquement, il nous faut régler ce problème. »

35L’assemblée des représentants du personnel a rédigé un rapport sur

« La véritable histoire et les raisons fondamentales du conflit entre les employés de l’usine Z et le patron de la société qui mène la fusion ».

36Selon ce rapport :

« Les biens de l’usine Z, personne morale, étaient à l’origine propriété de l’État, c’est-à-dire qu’ils appartenaient au peuple tout entier. Étant une partie du peuple, ses employés ou leurs représentants jouissent, de manière inébranlable, de la position de « maître », et sont donc, au cours de la fusion, responsables de superviser la légitimité du transfert de la propriété des biens. Ceci est clairement énoncé par l’article 16 de la Constitution et l’article 9 de la « Loi sur l’industrie ». L’assemblée des représentants du personnel de l’ancienne usine de papier possède suffisamment de pouvoir légal pour demander justice au représentant de la personne morale qu’est l’usine, aux quelques personnes de la société H et à ceux qui substituent le pouvoir à la loi, et qui ont tous, à plusieurs reprises, cherché à tromper les ouvriers. D’où vient ce principe légal qui “autorise la duperie mais interdit de se révolter” ? ! En outre, chaque employé est une personne physique, sujet civil indépendant. Comme le stipule les articles de l’« accord de fusion », des relations civiles légales lient les employés avec le fusionneur ; ce dernier est débiteur, et chaque employé est créancier. Étant donné le double statut légal – global et individuel – du sujet civil, lorsque nous découvrons que le fusionneur possède de mauvaises intentions, tente de prendre par la duperie les biens, ne remplit pas ses obligations de débiteur, mais au contraire fait du tort aux créanciers, conformément à l’article 114 du Code civil sur la défense de la propriété, nous agissons pour recouvrer la propriété de l’usine et pour garantir que les dommages sur les droits et intérêts légaux ne vont pas continuer à s’accroître, Tout cela est incontestablement légal. Ceci reflète également la nature profonde de la classe ouvrière, la vitalité du système socialiste ainsi que l’avancée de la gouvernance par la loi. »

37Le 7 juin 2000, les employés commencent à lancer des actions concrètes pour reprendre les biens de l’usine. L’assemblée des représentants du personnel publie une Déclaration sur les actions pratiques pour annuler la fusion et récupérer l’usine de papier.

38Du point de vue des actions des ouvriers de l’usine Z, expliquer leurs conditions d’existence difficiles à travers les rapports de production implique une force de mobilisation politique et de sensibilisation. À ce moment, la logique des exigences des ouvriers avait changé et ne concernait plus seulement l’application de l’accord par la société H : les ouvriers exigeaient de reprendre le pouvoir de décision ; il ne s’agissait plus de quémander un bol de riz à la société H, mais de devenir les « maîtres » de l’usine.

39Finalement, sous la pression de l’action des ouvriers, le groupe de travail du gouvernement municipal a joué le rôle de coordinateur et le résultat fut l’annulation de la fusion. L’usine Z,

« ne redevenant pas propriété étatique, après une réévaluation de ses actifs, en conformité avec les politiques de l’État, comptera ses actifs par rapport au nombre d’employés, afin de fonder une entreprise dont les actions sont détenues par les employés… »

40Les ouvriers ne sont pas revenus à leur maison imaginaire – l’entreprise d’État ; toutefois, l’accord de fusion a été proclamé en faillite. Face à la résistance des ouvriers, le fusionneur a été obligé de renoncer à son projet de développement de l’usine Z. M. Wen, qui conseillait le fusionneur, commente ainsi :

« L’opposition des ouvriers a fait annuler une fusion signée et mise en application depuis un an. Ce genre d’événement ne pourrait pas se produire en Occident, à Canton, ou à Shanghai. Les ouvriers de cette usine ont leurs traditions, leur vision est trop arriérée. »

41En effet, une affaire qui « ne pouvait se produire » fut mise en scène dans la ville Z et l’usine Z !

CONCLUSION ET DISCUSSION THÉORIQUE : CONTINUITÉ HISTORIQUE DE LA CULTURE

42Cette action collective des ouvriers de l’usine Z montre que l’idéologie maoïste peut servir d’appui pour réussir à mobiliser les ouvriers et pour lutter contre les activités de fusion dans le contexte de l’économie de marché qui sacrifie les intérêts des ouvriers. Ce fait peut être expliqué par la théorie de la transition ou d’autres théories sociologiques, mais nous avons mis l’accent sur les fondements culturels de l’action collective des ouvriers et sur sa continuité historique.

43Premièrement, bien que le syndicat et l’assemblée des représentants du personnel semblent être faibles, ils peuvent devenir des ressources organisationnelles essentielles. Deuxièmement, les actions collectives des ouvriers du secteur d’État traditionnel sont différentes de celles observées dans d’autres pays ou d’autres types de régimes de propriété. La différence réside principalement dans la tradition culturelle propre aux ouvriers de ce secteur ; elle fournit une explication de sens commun aux ouvriers sur la situation difficile dans laquelle ils se trouvent dans le contexte de l’économie de marché, et permet une mobilisation collective. L’usine est une « maison », une « communauté de production et de vie », les ouvriers sont idéologiquement les « maîtres » de cette « famille » : ces deux éléments forment le fondement culturel de leur action collective.

44La culture de la classe ouvrière produite à l’époque de Mao Zedong mérite une attention particulière, car, dans l’économie de marché, elle a peut devenir la base culturelle de l’union des ouvriers et une ressource importante de la mobilisation politique. Dans son étude sur la formation de la classe ouvrière anglaise, Thompson met l’accent sur la continuité politique et culturelle que la classe ouvrière a su préserver. Il estime que la formation de la classe ouvrière n’est pas seulement un fait de l’histoire économique, mais également un fait de l’histoire politique et culturelle. Les ouvriers sont à la fois objets d’une inculcation d’une croyance religieuse populaire et créateurs d’une nouvelle tradition politique. La classe ouvrière est formée par autrui, elle se forme également elle-même (Thompson, 2001).

45Comment, dès lors, expliquer que dans le processus de réforme des entreprises les ouvriers ne se mobilisent pas souvent collectivement ? Certains chercheurs estiment que le manque d’action est dû à l’absence d’organisation des ouvriers, la transformation des entreprises d’État entraînant l’érosion des intérêts des ouvriers, car ces transformations contiennent une série de mesures draconiennes contre les ouvriers : licenciements collectifs, perte des avantages sociaux, détérioration des conditions de travail, etc. Au moment où les ouvriers perdent la protection efficace de l’État, ils deviennent les victimes du marché et d’une gestion dictatoriale parce qu’ils n’ont pas leur propre organisation (Lee, 1999). D’autres chercheurs considèrent que la liberté de l’embauche accordée aux entreprises d’État n’encourage pas la résistance des ouvriers, parce qu’une division est faite entre ouvriers en fonction de l’âge et des compétences techniques, ce qui réduit les licenciés au statut de « hors-jeu », les privant du droit à la parole et de l’idéologie nécessaire pour défendre leurs droits et leurs intérêts (Tong Xin, 2002). D’autres encore estiment que les ouvriers se sont conformés aux réformes, y compris en obéissant, en se retirant et en disant ce qu’ils ont sur le cœur. Ces comportements d’adaptation exprimeraient dans une situation difficile le choix rationnel des ouvriers en tant qu’acteurs rationnels dans une situation difficile (Liu Aiyu, 2003). On en déduit que l’incapacité d’action collective des ouvriers se produit dans le cadre de la logique du marché et que leur force est désagrégée par l’idéologie de l’économie de marché – l’idéologie de la concurrence. La situation de l’usine Z est différente, car dans cette opération de fusion, l’usine a été préservée dans sa forme originale de « danwei », ce qui a permis aux ouvriers de maintenir leur « conscience collective » dans leur vie quotidienne. Quand les réformes cherchent à démanteler progressivement la « communauté », par le recours à des moyens tels que les licenciements, les retraites anticipées ou le choix de l’embauche pour bâtir la logique concurrentielle liée à l’économie de marché, il est difficile pour la classe ouvrière de s’unir en un laps de temps très court. Le marché est doté d’une force dévastatrice évidente à l’encontre de la conscience d’appartenance dans les entreprises d’État traditionnelles, mais elle renforce aussi l’attachement des ouvriers à cette communauté. Si la fusion prend en compte les intérêts des ouvriers, la logique concurrentielle du marché peut fonctionner ; mais si la fusion est fondée sur la perte des intérêts généraux des ouvriers, elle perd sa légitimité et les ouvriers peuvent se servir de la force de la culture traditionnelle pour réaliser leur union.

46En ce sens, si, au cours du processus de réforme des entreprises d’État, le gouvernement a mobilisé une grande quantité de ressources pour réinsérer les ouvriers, c’est parce qu’il est conscient du potentiel de lutte des ouvriers des entreprises d’État traditionnelles. Ce qui signifie qu’une action collective comme celle de l’usine Z, quelle que soit son envergure, possède une portée non négligeable. Elle montre que, au cours des réformes vers le marché caractérisées par l’hégémonie de l’État, se cache encore un espace pour l’action collective des ouvriers. Le pouvoir et la volonté de domination de l’État ne sont pas monolithiques. Dans une lutte entre des intérêts multiples, les objectifs du gouvernement sont eux aussi multiples. Alors quel est l’objectif prioritaire : la réforme ou la stabilité ? L’exemple de l’action collective des ouvriers de l’usine Z montre que, face à la perte de leurs intérêts, les ouvriers exploitent le discours de la stabilité sociale avec compétence et sens tactique, et qu’ils modifient en quelque sorte l’itinéraire et la progression des réformes des entreprises d’État. En réalité, l’action collective ouvrière peut exercer une pression sociale considérable. Quand le gouvernement adopte le point de vue des ouvriers des entreprises d’État traditionnelles pour comprendre et examiner leurs intérêts, ces derniers peuvent admettre sa légitimité par leur silence ; dans le cas contraire, la vaste base culturelle et organisationnelle des ouvriers des entreprises d’État traditionnelles formera une force non négligeable.

47Il est certain que l’action collective de l’usine Z n’est pas subversive, les ouvriers ayant souligné maintes fois qu’ils ne visaient pas le gouvernement. L’action de résistance des ouvriers de l’usine Z avait un caractère spontané et réactif et possédait des traits particuliers. D’une part, les ouvriers ont pris conscience que la période où les entreprises d’État traditionnelles assuraient leur protection était révolue ; ils se sont servis de cette tradition culturelle pour mettre en cause la légitimité des nouveaux groupes d’intérêts. D’autre part, les exigences des ouvriers suivent la logique du marché, car ils réclament leur droit de propriété sur les « actifs étatiques ». En ce sens, leur action collective possède un caractère spontané, elle contient peut-être de nouvelles formes de lutte entre différents intérêts dans l’économie de marché. Il s’agit peut-être d’une forme embryonnaire de nouveaux types de mouvements sociaux. Si une société civile se met en place en Chine, les forces qui pourront être recherchées et sur lesquelles compter seront plurielles, mais sa propre tradition culturelle, en particulier celle de l’époque de Mao Zedong reste certainement une ressource importante pour construire des forces sociales.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BUREAU NATIONAL DES STATISTIQUES (2002) : Zhongguo tongji zhaiyao (Abrégé des statistiques chinoises), Pékin, Guojia tongji chubanshe.

CHEN FENG (2003) : Industrial Restructuring and Workers’Resistance in China, Modern China.

LEE CHING KWAN (1999) : From Organized Dependence to Disorganized Despotism : Changing Labor Regimes in Chinese Factories, China Quarter vol. 157, n. 3.

LI QIANG (1998) : Guojia nengli yu guojia quanli de beilun (Capacités de l’État et pouvoir d’État), in ZHANG JING (ed.) : Guojia yu shehui (l’État et la société), Hangzhou, Zhejiang renmin chubanshe.

LIU AIYU (2003) : Guoyou qiye zhidu biange guocheng zhong gongren de xingdong xuanze (Choix d’action des ouvriers dans la réforme des entreprises d’État), Sociological Research n. 6.

LU XUEYI (ed.) (2002) : Dangdai zhongguo shehui jieceng yanjiu baogao (Rapport d’étude sur les couches sociales en Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

MORRIS, A., MULLER, C. (2002) : Shehui yundong lilun de qianyan lingyu (Les frontières dans la théorie du mouvement social), Pékin, Beijing daxue chubanshe.

ROSCIGNO, V., HODSON, R. (2004) : The Organizational and Social Foundations of Worker Resistance, American Sociological Review vol. 69.

THOMPSON, E.P. (2001) : Yingguo gongren jieji de xingcheng (La formation de la classe ouvrière anglaise), Nankin, Yilin chubanshe.

TILLY, C. (1978) : From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley.

TONG XIN (2002) : Shehui bianqian yu gongren shehui shenfen de chonggou (Mutation sociale et reconstruction de l’identité sociale des ouvriers), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 6.

WALDER, A. (1986) : Communist Neo-traditionalism – Work and Authority in Chinese Industry, Berkeley, University of California Press.

Notes

1 Ce projet de recherche a obtenu le soutien de la Fondation pour la recherche sur le développement de la Chine. L’équipe de recherche était composée en particulier de Dai Jianzhong, Zhu Xiaoyang, Tong Xin, Long Yan, Zhu Qinghua, Wu Feng, Ma Dan, Li Wenfen, Fu Li, Liang Meng.

2 « Maître » ici au sens où dans le discours socialiste traditionnel, les ouvriers sont les « maîtres du pays » (Guojia zhuren).

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site