Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Première partie. Société de marché et transition sociale

Chapitre 3. Mobilité sociale et classes sociales en Chine

Étude comparative des modèles de mobilité intragénérationnelle avant et après les réformes économiques

Li Chunling

Texte intégral

1Au cours du demi-siècle qui vient de s’écouler, la société chinoise a connu d’importantes mutations sociales, politiques et économiques. Le premier changement social correspond à la prise du pouvoir par le Parti communiste chinois (PCC) en 1949. Le nouveau gouvernement a procédé à une reconfiguration fondamentale de la structure sociale en supprimant la classe bourgeoise et celle des propriétaires fonciers et en améliorant le statut social, politique et économique des paysans et des ouvriers. Puis la Révolution culturelle des années 1960 et 1970 emporta la Chine toute entière dans sa deuxième mutation. D’un côté, la Révolution a touché de nombreux intellectuels et une partie des nouveaux membres du PCC en pleine ascension ; d’un autre côté, les mouvements révolutionnaires ont donné l’opportunité à des ouvriers et des paysans de former la nouvelle aristocratie politique. Le troisième changement fondamental a eu lieu avec les réformes économiques mises en œuvre à partir de la fin des années 1970. La réhabilitation de la propriété privée ainsi que le développement de l’économie de marché ont donné naissance à une classe nouvelle de riches Chinois. Dans le même temps, de nouvelles élites politiques et culturelles ont émergé pendant que le statut social des ouvriers et des paysans déclinait progressivement. Ces changements sociaux, politiques et économiques ont provoqué à chaque fois un processus de mobilité sociale sans précédent et la transformation de la structure sociale du pays. Ces deux périodes, avant et après les réformes économiques, ont produit deux modèles de mobilité foncièrement différents. Le présent article se propose de comparer les itinéraires et les obstacles à la mobilité sociale pendant ces deux périodes afin d’éclairer le processus de transformation structurelle de la société chinoise et la formation des classes sociales.

2Traditionnellement, les études de mobilité sociale s’intéressent aux analyses intergénérationnelles. Or une perspective intragénérationnelle est de notre point de vue plus éclairante pour comprendre la mobilité en Chine. Durant les six dernières décennies, la structure sociale chinoise a été l’objet de secousses radicales, chaque période a eu sa propre dynamique, les unes pouvant même s’opposer radicalement aux autres. Par exemple, si le capital économique était un facteur favorable à l’ascension sociale avant 1949, il devient défavorable après 1949 ; avant 1980, le capital culturel de l’individu ou de sa famille ne pesait d’aucun poids dans son ascension sociale, aujourd’hui il constitue l’élément le plus important dans le mécanisme de mobilité. Par ailleurs, les formes de différenciation sociale ont varié selon les périodes, la définition des catégories sociales n’est évidemment pas la même avant et après les réformes économiques. Pour toutes ces raisons, une analyse intergénérationnelle ne saurait faire émerger les modalités et les mécanismes spécifiques de la mobilité sociale de chaque période, alors qu’une analyse intragénérationnelle serait plus pertinente pour montrer les effets et les changements des mécanismes de mobilité, notamment en ce qui concerne la mobilité sociale depuis les réformes.

3Les données exploitées dans le présent article sont celles recueillies par l’équipe de recherche du projet « Études de la transformation de la structure sociale de la Chine contemporaine » du département de sociologie de l’Académie des sciences sociales de Chine (CASS). Les données viennent d’enquêtes réalisées en novembre et décembre 2001 dans 73 districts de 12 provinces chinoises ; 6193 personnes âgées de 16 à 70 ans ont été interrogées. Nos travaux s’appuient sur les méthodes traditionnelles d’analyse de la mobilité sociale : étude de tables de mobilité, et notamment de tables de mobilité professionnelle (intragénérationnelle). Il s’agit de comparer, chez un individu, le statut social de son premier emploi et celui de son emploi actuel, pour examiner les changements vécus quant à son statut professionnel ou social et, par là, la fréquence des mobilités constatées à l’intérieur d’une génération. On peut alors mesurer le nombre d’individus qui sont passés d’une position relativement basse vers une position plus élevée (taux de mobilité ascendante), ou au contraire la fréquence de passage vers une position plus basse (taux de mobilité descendante), tout en montrant quelles sont les catégories sociales qui bénéficient d’opportunités d’ascension relativement nombreuses, et celles qui, au contraire, ont peu de possibilités d’ascension, voire sont dans une dynamique de mobilité descendante. La nomenclature des catégories sociales retenue dans cette recherche est celle proposée par l’équipe de la CASS du projet « Études de la transformation de la structure sociale de la Chine contemporaine », qui distingue dix catégories (Li Chunling, 2005 ; Lu Xueyi, 2001) :

  • cadres du Parti et de l’administration (hauts fonctionnaires du Parti et de l’administration).
  • dirigeants d’entreprises publiques.
  • dirigeants d’entreprises privées.
  • techniciens spécialisés et ingénieurs.
  • personnels administratifs.
  • entrepreneurs individuels (geti gongshang hu).
  • employés des services et du commerce. – ouvriers.
  • paysans
  • les personnes sans activité, au chômage ou au chômage partiel.

4Nos tables de mobilité s’appuient donc sur ces dix catégories dont nous examinerons l’origine et la formation ; nous analyserons également les obstacles à la mobilité et les frontières entre les catégories sociales, comparerons la mobilité sociale avant et après les réformes économiques, et essaierons d’apporter une réponse à la question de savoir si le phénomène de formation des classes sociales a émergé dans la Chine d’aujourd’hui.

LA MOBILITÉ SOCIALE AVANT LES RÉFORMES ÉCONOMIQUES

5En Chine, la transformation d’une société agricole traditionnelle en une société industrielle moderne est un processus de longue haleine qui n’est toujours pas achevé à l’heure actuelle. Ce processus de modernisation s’accompagne d’ailleurs de mouvements politiques et de changements de régime violents. Étant donné ces spécificités, les évolutions structurelles de la société et les transformations des modes de mobilité sociale ont suivi un parcours différent des autres pays, comme par exemple ceux qui sont directement passés d’une société agricole féodale à une société industrielle capitaliste moderne.

6Après la prise de pouvoir par le PCC en 1949, le nouveau gouvernement a pris des mesures radicales pour transformer la structure sociale. Il a fait disparaître la classe bourgeoise et les propriétaires terriens et a favorisé considérablement le statut social, politique et économique des paysans et des ouvriers. Ces changements sociaux ont donné lieu à des mobilités sociales massives par lesquelles les membres originaires des classes moyennes et supérieures (propriétaires terriens, capitalistes et bureaucrates) se sont vus précipiter vers le bas de la société, tandis que des ouvriers et des paysans passaient des couches les plus basses vers les niveaux moyens ou élevés. Or, avant que la nouvelle structure ait eu le temps de se stabiliser, une nouvelle série de bouleversements sociaux eut lieu. Il s’agit de la Révolution culturelle des années 1960 et 1970 qui frappa bon nombre d’intellectuels et une partie des hauts cadres du Parti communiste. Dans le même temps, un grand nombre d’ouvriers et de paysans ordinaires accédèrent à la nouvelle aristocratie politique à travers les mouvements de rébellion politique. Cette série de mouvements de révolte et de mouvements politiques a produit un modèle de mobilité sociale spécifique. Bien que cette période soit aussi celle d’une importante industrialisation de la Chine, son modèle de mobilité sociale avait des caractéristiques très différentes des expériences d’autres pays, comme l’illustre la Figure 1.

  • 1 Dans les figures 1 et 2, les flèches indiquent le sens de la mobilité. Les doubles flèches représe (...)

Figure 1 – Itinéraires et obstacles à la mobilité sociale avant 19801.

  • 2 Jusque dans les années 1990, la majorité de la main-d’œuvre urbaine était distribuée dans le cadre (...)

7Si l’on part des modalités de mobilité et des positions socio-économiques individuelles, les membres de la société peuvent être répartis ainsi : les cadres, les ouvriers et les paysans. En se fondant sur les statuts socio-économiques et les trajectoires de mobilité professionnelle de ces trois groupes, il est possible de les ranger sur trois niveaux : dans un système d’échelons en fonction de la mobilité sociale, les cadres se trouvent au niveau supérieur, les ouvriers au niveau moyen et les paysans au niveau inférieur. Trois facteurs structurels constituent des barrières à la mobilité sociale des individus : le hukou, le dossier personnel (dang’an) et l’identité politique. Parmi ceux-ci, le hukou est la barrière la plus difficile à surmonter. Entre 1940 et 1979, seuls 5,2 % des paysans ont réussi à quitter leur lieu de résidence et à changer de hukou parmi lesquels 3,1 % sont devenus des ouvriers et 2,1 % des cadres. Le dossier personnel est également très important, le gouvernement se fonde sur un certain nombre de règlements pour distinguer deux types de travailleurs non ruraux : les cadres et les ouvriers. Une fois l’identité d’ouvrier acquise, il est extrêmement difficile de devenir cadre. Avec le système de la planification le gouvernement définit un quota limité de promotions d’ouvriers pouvant accéder au statut de cadre, offrant ainsi peu d’opportunités d’ascension sociale2. Les cadres, quant à eux, sont distingués cette fois-ci selon leur identité politique, ce qui empêche les techniciens spécialisés de rejoindre les rangs des cadres de la fonction publique et des entreprises d’État. Étant donné que le Parti au pouvoir affiche une attitude de suspicion à l’égard de la fidélité et de la position politique des techniciens spécialisés, ces derniers ont toujours été marqués par la marginalisation et la précarité au sein du groupe des cadres. Seul un nombre infime d’entre eux (1,5 %) réussit l’examen politique strict qu’ils doivent subir et peut devenir ensuite cadres administratifs ou cadres dirigeants d’entreprises. Ils doivent faire beaucoup d’efforts pour convaincre de leur fidélité au Parti et à l’État et de la fermeté de leur croyance dans le communisme.

8Ces trois barrières à la mobilité sociale ne sont pas la conséquence des écarts de positions socio-économiques ou de la stratification sociale. En fait elles résultent d’arrangements dans un système très spécifique qui se traduisent par des tentatives d’intervention administrative dans le but de définir pour chacun une « identité de statut » à laquelle correspondent l’accès à la protection sociale et la rémunération, identité qui pour chacun se rigidifie et ne peut pas évoluer. Comparés à d’autres types de facteurs sociaux qui peuvent bloquer la mobilité sociale, ces obstacles de nature institutionnelle apparaissent bien plus stricts et rigides, et en conséquence, plus difficiles à dépasser. Ainsi, ces trois facteurs – le hukou, le dossier administratif individuel et l’idéologie – représentent trois murs infranchissables, rendant la société d’avant les réformes rigide et fermée, limitant fortement la mobilité sociale.

  • 3 Par exemple Chen Yonggui (paysan à l’origine) et Wang Hongwen (ancien ouvrier) devinrent tous les (...)
  • 4 Les comités révolutionnaires furent mis en place à partir de 1967 en remplacement des comités du P (...)

9Mais d’un autre côté, malgré ces barrières institutionnelles, une mobilité peut toujours avoir lieu entre les trois catégories. Avant les réformes économiques, il est vrai qu’à cause des contraintes du hukou qui les empêchaient de trouver un emploi en ville, les paysans avaient moins d’opportunités de mobilité sociale. Or certains paysans ont fait un changement de position extraordinaire et sont devenus cadres, certains d’entre eux ont accédé au statut de cadre de rang élevé3. Ce type de mobilité est presque impossible après les réformes, de même qu’elle est peu probable dans d’autres sociétés industrialisées ou en phase d’industrialisation. La situation est identique pour les ouvriers. Si l’identité prescrite par leur dossier administratif réduit par avance la possibilité d’ascension, 13,1 % des ouvriers ont malgré tout pu rejoindre le corps des cadres avant 1980 – ce qui est un taux relativement élevé. En réalité, avant les réformes, le taux d’ascension des ouvriers est plus élevé qu’après les réformes. Le plus étonnant est le taux de mobilité descendante au sein de ces trois catégories. Du cadre vers l’ouvrier, la proportion est de 5,5 %, ce mouvement de descente de cols blancs vers les cols bleus est élevé au regard des modèles habituels de mobilité sociale. Du groupe des ouvriers vers celui des paysans, le taux est de 8,1 %, taux étonnamment plus élevé que celui de l’ascension du statut de paysan vers celui d’ouvrier (3,1 %). Le plus inattendu est la proportion du nombre de cadres qui deviennent paysans, c’est-à-dire du niveau social le plus élevé vers celui le plus bas : 15,3 %. Ces données montrent qu’avant les réformes, en même temps que les barrières institutionnelles restreignent la mobilité, il existe des dynamiques spécifiques qui maintiennent ouvertes les voies de mobilité entre les différentes catégories sociales. Ces modalités de changements de statut dépendent du niveau d’éducation supérieure, du service militaire, des promotions exceptionnelles et des mouvements et changements politiques. L’université et l’armée offrent une opportunité de changer d’identité à beaucoup d’ouvriers et de paysans. Notamment, la politique de recrutement privilégié des « ouvriers, paysans et soldats » pendant la Révolution culturelle a permis à un certain nombre d’ouvriers et de paysans de se convertir en cadres. Le remplacement de cadres par des ouvriers et des paysans, essentiellement pendant la Révolution culturelle, est aussi une politique qui a contribué à l’ascension sociale d’ouvriers et de paysans sans que leur appartenance institutionnelle soit modifiée, tout en risquant de devenir à nouveau un jour des ouvriers et des paysans. Les multiples mouvements politiques ont également ouvert des brèches, certains cadres et intellectuels sont devenus des ouvriers ou des paysans dans le cadre de la politique d’« envoi à la campagne » (xiafang) et, dans le même temps, des ouvriers et des paysans ont pu entrer dans les comités révolutionnaires constitués dans les collectivités locales et les entreprises pendant la Révolution culturelle4. Ces voies de mobilité spécifiques font aussi partie du système institutionnel : distinctes des dynamiques des sociétés industrialisées, ces opportunités d’ascension sociale ne s’obtiennent pas par le mérite ou l’accumulation de capitaux personnels, ni par l’hérédité familiale, elles dépendent des politiques ponctuelles mises en place par le gouvernement à des moments particuliers de l’histoire. C’est grâce à ces voies spécifiques que, dans la pratique, le gouvernement contrôle le sens et l’intensité de la mobilité sociale.

10Par ailleurs, les modes de mobilité intergénérationnelle d’avant les réformes économiques se distinguent de la mobilité intergénérationnelle des sociétés traditionnelles qui était fortement héréditaire, où la position sociale des parents déterminait fortement celle d’un individu. Au contraire, dans les sociétés industrielles modernes, cette hérédité s’affaiblit. En revanche, étant donné que la profession et le niveau culturel des parents exercent une influence notable sur l’accès à l’éducation des enfants, et que le niveau d’éducation détermine dans une large mesure la position sociale d’un individu, l’origine familiale influence toujours le statut socio-économique. Or, en Chine, dans la mobilité intergénérationnelle d’avant les réformes, l’origine familiale et le niveau d’éducation n’avaient qu’une faible influence sur l’accès à l’éducation et à l’emploi. La proportion de cadres nés dans une famille de cadres (ou d’intellectuels nés dans une famille d’intellectuels) était beaucoup moins élevée qu’elle ne le sera après le lancement des réformes, tandis qu’il était plus fréquent pour un enfant d’ouvrier ou de paysan de devenir cadre ou intellectuel. Mais l’origine familiale jouait un rôle décisif chez certaines populations, comme par exemple les descendants de propriétaires terriens, de paysans riches, de réactionnaires ou de « droitiers ». Ceux-ci étaient injustement traités dans leur accès à l’école et l’emploi. A contrario, à la même époque certains enfants de cadres supérieurs, peu nombreux, jouissaient de privilèges pour rentrer à l’armée, à l’Université ou obtenir un emploi.

11D’un point de vue global, avant les réformes, la société chinoise produit un modèle de mobilité sociale spécifique distinct de celle des sociétés industrielles. D’une part, les barrières institutionnelles, posées par l’État, entravent les évolutions de statut social et contribuent à une structure sociale rigide et inflexible. D’autre part, des politiques étatiques ouvrent souvent des voies de mobilité assurant une certaine fluidité entre les niveaux supérieur, moyen et inférieur. Elles évitent par là au groupe supérieur de se stabiliser en tant que classe privilégiée fermée sur elle-même, créant ainsi des porosités structurelles et assurant une certaine souplesse. Par conséquent, le modèle de mobilité de cette période se distingue à la fois des modèles traditionnels – marqués par l’hérédité, le déterminisme, la fermeture et un taux de mobilité bas – et de ceux des pays industrialisés – caractérisés par l’ouverture, la méritocratie, un taux de mobilité élevé et une ascension sociale par paliers. La mobilité en Chine affiche des spécificités à la fois dans les itinéraires et dans les règles de mobilité, étant le produit de politiques et d’institutions étatiques.

CHANGEMENT DE MODÈLE DE MOBILITÉ SOCIALE

12Les réformes économiques lancées à partir de 1978 entraînent dans la société chinoise des changements importants, notamment en matière de mobilité sociale. La figure 2 illustre les nouveaux itinéraires et les barrières institutionnelles apparues depuis les réformes économiques. Comparée à la figure 1, il ressort clairement que la structure sociale est beaucoup plus complexe que précédemment, que les groupes sociaux se différencient davantage, que les itinéraires sont plus nombreux, et que les barrières structurelles à la mobilité ne sont plus les mêmes.

13Les changements sont donc importants. Premièrement, à l’ancienne structure sociale – composée essentiellement de cadres, d’ouvriers et de paysans – se substitue progressivement une nouvelle structure qui décompose et dissocie les anciennes catégories. Ce processus s’accompagne évidemment d’évolutions dans le schéma de mobilité sociale. En se fondant sur les tendances fondamentales des mobilités sociales et professionnelles, nous obtenons une esquisse de la morphologie structurelle de la société actuelle. Ainsi, cadres supérieurs du Parti et de l’administration, dirigeants d’entreprises étatiques et privées, occupent le sommet de l’échelle, les techniciens spécialisés et ingénieurs, les personnels administratifs et les entrepreneurs individuels se trouvent au milieu, les employés des services et du commerce, les ouvriers de production et les travailleurs agricoles se trouvent au niveau inférieur, juste devant les chômeurs et les sans-emploi qui se trouvent tout en bas de cette échelle sociale.

Figure 2 – Itinéraires et obstacles à la mobilité sociale (intragénérationnelle) depuis 1980

14Deuxièmement, les trois principales barrières institutionnelles que nous avons analysées précédemment se sont écroulées depuis le lancement des réformes économiques. La première à s’effondrer a été celle de l’identité politique : au fur et à mesure que l’idéologie du Parti-État et que les politiques sociales ont évolué, l’identité politique a perdu de son influence sur la mobilité sociale. Si le fait d’être membre du Parti reste un préalable dans la sélection des cadres supérieurs du Parti et de l’administration publique, l’accès au Parti n’est plus aussi strictement conditionné qu’auparavant par des examens et des épreuves de nature politique. Le système du dossier personnel (dang’an), s’il subsiste toujours dans les organes du Parti et du gouvernement, n’est pratiquement plus qu’une formalité. L’accès des ouvriers au statut de cadre, ou toute autre position de col blanc, dépend aujourd’hui des qualifications et des savoir-faire. Quant à la barrière du hukou, elle s’est affaiblie progressivement. Dans les années 1990, à peu près la moitié (48,4 %) des travailleurs agricoles ont pu accéder à d’autres catégories sociales plus élevées, soit neuf fois plus qu’avant la réforme, ce qui prouve l’affaiblissement du rôle restrictif du hukou dans la mobilité sociale des paysans. Aujourd’hui, la principale barrière à la mobilité ascendante des paysans résulte plutôt de l’industrialisation et de l’urbanisation dans un contexte qui n’offre plus suffisamment d’emplois non agricoles.

15Pendant la première décennie des réformes (les années 1980 et le début des années 1990), les barrières institutionnelles s’affaiblissaient progressivement, sans que ne s’y substituent d’autres obstacles structurels. Les groupes supérieur, moyen et inférieur se sont recomposés, mais dans le même temps, de nouveaux espaces ont vu le jour à côté de l’ancien système. Tout cela a fait naître de nouvelles voies de mobilité sociale. Le niveau supérieur se dissocie, et l’apparition de nouveaux groupes offre des possibilités d’ascension sociale à la classe moyenne et inférieure. Cette nouveauté se manifeste le plus clairement en dehors de l’ancien système. Pendant les années 1980, les opportunités d’ascension sociale s’accroissent notoirement chez les ouvriers (incluant les employés de services et du commerce et les ouvriers de production) et les paysans. Le taux de passage des ouvriers dans la catégorie des cols blancs (cadres de la haute fonction publique et du Parti, dirigeants d’entreprises publiques ou privées, personnels administratifs, techniciens spécialisés et ingénieurs) atteint 16,1 %, chiffre largement plus élevé qu’avant 1980. Dans les années 1990, le taux d’ascension des paysans vers les positions de cols blancs est de 2,4 %, celui de leur mobilité vers les catégories d’ouvriers et d’employés de services et du commerce atteint 9,8 % ; enfin, 6,3 % deviennent des entrepreneurs individuels. Si on compare aux années 1980, les paysans connaissent un fort accroissement de leur taux d’ascension sociale.

16La situation évolue cependant depuis 1990. Les écarts socio-économiques qui continuent à se creuser aboutissent à un phénomène de fractionnement en catégories. Une hiérarchie nouvelle commence à apparaître dans la structure sociale et a des effets sur les processus de mobilité sociale. Ainsi apparaissent trois nouveaux types de barrières à la mobilité sociale nées de la différenciation des catégories sociales (figure 2). Les individus se heurtent ou pas à une première barrière selon leurs ressources (ressources politiques et économiques), ce qui participe également à la différenciation sociale. Les individus dépourvus de ces ressources doivent surmonter des difficultés quand ils cherchent à accéder aux catégories supérieures. Rappelons qu’avant les réformes économiques, et encore dans les années 1980, le fossé entre ceux qui disposaient de telles ressources et ceux qui en étaient privés n’était pas aussi marqué. La deuxième barrière découle de la différenciation sociale produite par la division technique du travail (entre les cols blancs et les cols bleus) et par le volume de ressources culturelles. Pour un col bleu, il est désormais beaucoup plus difficile qu’auparavant de devenir un col blanc faute des diplômes et des qualifications qui constituent le fondement de cette barrière. La troisième barrière se situe entre ceux qui ont accès à l’emploi et ceux qui en sont privés. Les individus dépourvus de ressources politiques, économiques et culturelles, mais également de relations sociales, voire même de capital physique, sont relégués en bas de la société sans beaucoup d’espoir d’améliorer un jour leur destin. Ces trois nouvelles barrières structurelles expliquent les différences de mobilités entre aujourd’hui et avant les réformes économiques. De nos jours, la mobilité sociale est caractérisée par des mouvements de petites distances et des passages progressifs, des mouvements ascendants ou descendants de plus grande ampleur étant plus rares. Les mouvements horizontaux sont de loin plus fréquents que ceux qui se produisent entre différents niveaux, car de telles mobilités entre catégories nécessitent le dépassement de barrières structurelles.

17Parallèlement, si les anciennes barrières institutionnelles s’effacent, de nouvelles s’imposent de manière évidente en séparant les populations intégrées de celles qui sont reléguées « hors système » (voir Tableau 2). Certains individus ou groupes (tels que les entrepreneurs individuels, les travailleurs agricoles et les entrepreneurs privés) ne peuvent se déplacer qu’en dehors du système, qu’il leur est très difficile d’intégrer. À l’intérieur du système, certains membres des catégories inférieures se voient exclure petit à petit (c’est le cas des xiagang) ; les membres des catégories moyennes ou supérieures ont le libre choix de rester dans le système ou de le quitter, leur mobilité vers l’extérieur étant souvent une ascension sociale (avec un métier ou une profession bien meilleurs). Cette barrière du système apparaît comme une caractéristique de la mobilité sociale dans la période de transition (d’une économie planifiée vers une économie de marché). Son effet s’atténue progressivement au fur et à mesure que la transition s’approfondit.

OUVERTURE ET TAUX DE MOBILITÉ

18La comparaison des modèles de mobilité avant et après les réformes montre que les catégories sociales, les mécanismes de la mobilité et ses obstacles sont extrêmement différents à ces deux périodes ; ceci accroît la difficulté de saisir les principales tendances de l’évolution de la mobilité sociale en Chine. L’un des critères utilisé pour évaluer la tendance à l’ouverture ou la fermeture d’une société est l’augmentation (ou la réduction) du taux de mobilité. De plus, c’est à l’aune du degré d’égalité dans la distribution des opportunités d’ascension que l’on mesure l‘équité d’une société. Alors, si l’on s’en tient aux formes actuelles de la mobilité sociale, la société chinoise évolue-t-elle vers plus d’ouverture et d’équité ? Si l’on considère les taux intergénérationnels et intra-générationnels de mobilité, la structure sociale semble s’assouplir depuis les réformes, car, pendant cette période, les taux de mobilité ont sensiblement augmenté.

19Le Tableau 1 présente les taux de mobilité intergénérationnelle et intragénérationnelle, ascendante et descendante pendant différentes années. Ces chiffres montrent un taux de mobilité plus élevé après les réformes qu’avant. Si l’on considère les taux de mobilité intra-générationnels, le taux de mobilité total (incluant les mobilités ascendante et descendante) est de 41,4 % parmi les personnes ayant commencé à travailler avant 1980 ; il est de 54 % parmi celles ayant commencé à travailler après 1980. La mobilité a donc augmenté de 13 points de pourcentage après les réformes, la mobilité ascendante augmentant de 8 points et la mobilité descendante de 4 points. On remarque la même tendance en ce qui concerne la mobilité intragénérationnelle entre le premier emploi et l’emploi actuel. Le taux de mobilité (ascendante et descendante) des personnes ayant eu leur premier emploi avant 1980 est de 35,3 % contre 38,2 % chez celles qui ont commencé à travailler après 1980. La différence entre ces deux chiffres peut ne pas sembler très importante, mais il faut prendre en compte le fait que les individus ayant commencé à travailler avant 1980 ont déjà derrière eux une période de travail relativement longue, et par conséquent ont eu plus de possibilités de mobilité que ceux entrés dans la vie active après 1980. Cependant, le taux de mobilité des premiers reste plus bas que celui des seconds, ce qui montre que, depuis les réformes économiques, la société offre plus d’opportunités de mobilité. Dans le même temps, la mobilité intragénérationnelle entre le premier emploi et l’emploi actuel montre un phénomène étrange : bien que la mobilité sociale soit plus élevée chez les personnes ayant commencé à travailler après 1980, leur mobilité ascendante demeure plus faible et leur mobilité descendante plus forte que chez ceux qui ont obtenu leur premier emploi avant 1980. Cela s’explique peut-être par un parcours professionnel plus long chez les personnes ayant commencé à travailler avant 1980, parcours qui leur a offert plus de possibilités de mobilité ascendante. Toutefois, les écarts entre les taux de mobilité descendante de ces deux groupes montrent qu’après la réforme économique, les perspectives de mobilité descendante sont plus grandes qu’avant les réformes.

Tableau 1 – Comparaison chronologique des taux de mobilité intergénérationnelle et intragénérationnelle

20La mobilité intragénérationnelle entre l’emploi précédent et l’emploi actuel traduit la même tendance : les taux de mobilité totale (ascendante et descendante) sont toujours plus élevés après qu’avant les réformes. En ce qui concerne les changements d’emploi qui ont eu lieu entre 1949 et 1979, un peu plus d’un dixième (13,3 %) a entraîné un changement de catégorie sociale, dont 7,4 % une ascension et 5,9 % un déclassement social ; les individus qui ont changé de travail entre 1980 et 1989 ont été 30,2 % à connaître une mobilité sociale, dont 18,7 % ascendante et 11,5 % descendante ; quant aux changements d’emploi ayant eu lieu entre 1990 et 2001, plus de la moitié (54,2 %) ont provoqué un changement de catégorie sociale, dont 30,5 % ascendant et 23,7 % descendant. Ces chiffres montrent très clairement que, depuis les réformes économiques, les opportunités d’ascension sociale sont plus nombreuses, mais que, dans le même temps, la probabilité d’une mobilité descendante est également plus élevée.

21Une autre analyse confirme cette conclusion. Le Tableau 2 enregistre les taux de mobilité selon les classes d’âge. Chaque classe d’âge connaît une mobilité sociale ou professionnelle à des périodes différentes ; de plus, leurs taux de mobilité diffèrent. Ce qui signifie que les taux de mobilité sociale ne sont pas les mêmes suivant les époques. Le parcours professionnel du groupe le plus âgé (de 51 à 70 ans) s’est principalement déroulé avant les réformes ; le groupe des personnes d’âge moyen (de 31 à 50 ans) a commencé à travailler essentiellement après la Révolution culturelle et les réformes ; le groupe des plus jeunes (de 16 à 30 ans) a débuté dans la vie professionnelle après les réformes économiques. La comparaison des taux de mobilité nous révèle que les taux de mobilité intragénérationnelle et intergénérationnelle sont tous plus élevés dans le groupe des personnes d’âge moyen que dans le groupe des plus âgés, en particulier en ce que concerne le taux de mobilité ascendante. De leur côté, les plus jeunes, bien qu’ayant commencé à travailler il y a peu de temps, connaissent une mobilité relativement élevée. Ces éléments confirment que les opportunités de mobilité sociale sont plus nombreuses depuis les réformes, et que l’apparition de nouvelles catégories sociales a ouvert de nouveaux canaux de mobilité sociale ascendante.

Tableau 2 – Comparaison de la mobilité intergénérationnelle et intragénérationnelle selon les classes d’âge (16-70 ans).

22Si l’on en juge par la croissance de la mobilité, on pourrait dire que la société chinoise s’ouvre de plus en plus. Cependant, cette évolution présente des différences par rapport aux pays industrialisés ; l’augmentation de la mobilité ne concerne pas seulement la mobilité ascendante, mais également la mobilité descendante. Cette particularité est probablement la conséquence d’une « double transition » : c’est-à-dire l’industrialisation et le changement de système. L’industrialisation favorise le développement des structures d’activités et d’emploi, ce qui entraîne nécessairement l’augmentation des opportunités de mobilité ascendante et simultanément une augmentation du taux de mobilité descendante. C’est une tendance commune à tous les pays industrialisés. La spécificité de la Chine est que cette industrialisation accompagne un changement de système : la réforme du système économique.

CATÉGORIES SOCIALES ET ITINÉRAIRES DE MOBILITÉ INTRAGÉNÉRATIONNELLE

23Si, d’un côté, la hausse de la mobilité montre que depuis les réformes économiques la société chinoise est de plus en plus ouverte, d’un autre côté, les différentes tendances de mobilité entre les catégories sociales ou les groupes professionnels expriment une fermeture plus grande de la société chinoise. En effet, dans le même temps, la distance entre catégories sociales augmente, leurs frontières se précisent, témoignant de la formation d’une nouvelle structure sociale entièrement différente de ce qui prévalait avant les réformes économiques.

24Pour étudier avec précision la mobilité des catégories sociales en Chine, cet article présente sept tables de mobilité intragénérationnelle. La Table 1 enregistre le premier emploi et l’emploi actuel de chaque enquêté. Les Tables 2 et 3 présentent également le premier emploi et l’emploi actuel pour les personnes ayant commencé à travailler avant 1980 (Table 2) et après 1980 (Table 3). Ces trois tables montrent que les taux de mobilité intragénérationnelle présentent de faibles différences. Pour l’ensemble des personnes ayant participé à l’enquête, le taux de mobilité (ascendante et descendante) est de 36,6 %, dont 24,1 % pour la mobilité ascendante et 12,5 % pour la mobilité descendante. Pour les personnes ayant obtenu leur premier emploi avant 1980, le taux de mobilité est de 35,2 %, dont 24,3 % pour la mobilité ascendante et 10,9 % pour la mobilité descendante. En ce qui concerne les personnes ayant commencé à travailler après 1980, le taux de mobilité est de 37,9 %, dont 24 % pour la mobilité ascendante et 13,9 % pour la mobilité descendante. Le taux de mobilité des personnes ayant commencé à travailler après 1980 n’est donc que très peu supérieur à celui des enquêtés ayant obtenu leur premier emploi avant 1980. Ces derniers ont derrière eux une vie active plus longue, et ont donc bénéficié de possibilités de changement d’emploi plus nombreuses. Par conséquent, les variations du taux de mobilité entre ces deux catégories ne peuvent refléter une évolution du nombre d’opportunités de mobilité intragénérationnelle avant et après les réformes. Les Tables 4, 5, 6 et 7 enregistrent les derniers changements d’emploi des enquêtés, afin d’analyser les taux de mobilité suivant les époques. La Table 4 présente l’époque à laquelle les enquêtés ont connu leur dernier changement d’emploi, en distinguant trois périodes (1) entre 1940 et 1979, (2) entre 1980 et 1989 et (3) entre 1990 et 2001. Les Tables 5, 6 et 7 enregistrent les mêmes données respectivement pour chacune de ces trois époques, et comparent les taux de mobilité intragénérationnelle ainsi que l’orientation de cette mobilité et reflètent les écarts entre les taux de mobilité avant et après les réformes. Dans notre échantillon, 1 685 personnes ont connu leur dernier changement d’emploi entre 1940 et 1979 (y compris ceux qui ont eu leur premier emploi pendant cette période sans changement depuis), c’est-à-dire avant la réforme. Leur taux de mobilité est de 13,3 %, et leur taux de mobilité ascendante et descendante sont respectivement de 7,5 % et 5,8 % (Table 5) ; 1 270 personnes ont changé d’emploi pour la dernière fois entre 1980 et 1989 (y compris ceux qui ont décroché leur premier emploi pendant cette période sans changement depuis), c’est-à-dire pendant les dix premières années des réformes. Leur taux de mobilité s’élève à 29,9 %, dont respectivement 19,9 % et 10,9 % de mobilité ascendante et descendante (Table 6). Enfin, 2 623 personnes ont changé d’emploi pour la dernière fois entre 1990 et 2001 (y compris ceux qui ont obtenu leur premier emploi pendant cette période sans changement depuis), à savoir la deuxième décennie des réformes. Leur taux de mobilité atteint 53,9 %, avec un taux de mobilité ascendante de 32,9 % et un taux de mobilité descendante de 21 % (Table 7). Ces chiffres reflètent une augmentation des opportunités de mobilité intragénérationnelle depuis les réformes économiques. Non seulement les possibilités de mobilité ascendante sont plus élevées, mais la mobilité descendante s’avère également plus importante. Cependant, le plus significatif est le fait que, suivant les époques, chaque catégorie sociale (ou groupe professionnel) connaît des modèles et des orientations de mobilité différents.

1. Renforcement de la fermeture des catégories supérieures

25Les sociologues chinois distinguent dix catégories sociales : cadres du Parti et de l’administration, directeurs d’entreprises publiques, dirigeants d’entreprises privées, techniciens spécialisés et ingénieurs, personnels administratifs, entrepreneurs individuels, employés des services et du commerce, ouvriers de production, paysans, chômeurs et sans emploi. Les trois premières catégories sont considérées comme privilégiées, parce que détentrices de capitaux sociaux, économiques et culturels. Parmi elles, les cadres du Parti et de l’administration représentent la catégorie détenant la position la plus privilégiée, ce que reflètent les tendances de la mobilité sociale.

26Si l’on regarde la tendance générale de la mobilité intragénérationnelle, les cadres du Parti et de l’administration forment une catégorie sociale dans laquelle il n’est possible que d’entrer mais pas de sortir. Autrement dit, cette catégorie apparaît à la fin de la chaîne de mobilité. Une fois intégrés à cette catégorie, les individus ne souhaitent pas se déplacer vers une autre catégorie, ce qui reflète la position privilégiée de cette catégorie dans la structure sociale. De plus, les voies d’entrée dans ce groupe des cadres sont limitées et fixes. Environ 20 % des cadres du Parti et de l’administration ont commencé leur carrière en tant que cadres ; 60 % étaient auparavant des techniciens spécialisés ou des personnels administratifs ; 20 % sont issus des professions suivantes : ouvriers de production, employés des services et du commerce et paysans (Table 1). Ainsi, globalement, les techniciens spécialisés et les personnels administratifs sont les deux principales catégories de cadres. Les ouvriers et les paysans ont moins d’opportunités de devenir cadres. Les directeurs d’entreprises d’État, les dirigeants d’entreprises privées et les entrepreneurs individuels ne disposent fondamentalement pas d’opportunités pour rejoindre cette catégorie. Les voies d’accès au groupe des cadres ont connu un changement majeur après les réformes. Jusque-là, une partie des entrées dans cette catégorie était réservée aux ouvriers et aux employés des services et du commerce, et surtout aux paysans : le premier emploi pour plus de 10 % des cadres était paysan. Après les réformes, la part des ouvriers, paysans et employés des services et du commerce intégrant la catégorie des cadres a baissé. Si la proportion des employés de services et du commerce qui accède au groupe des cadres reste fixe, les ouvriers de production et les paysans n’ont fondamentalement plus aucune chance de devenir des cadres du Parti et de l’administration. L’origine de la catégorie des cadres a connu une évolution qui reflète les nouvelles normes de sélection de cette catégorie apparues depuis les réformes économiques (à titre d’exemple : avant les réformes, la sélection des cadres était basée sur le comportement et l’identité politique, mais depuis les réformes la sélection accorde plus d’importance au niveau d’éducation). Ceci reflète également le renforcement du caractère dominant et fermé de cette catégorie en position privilégiée par rapport aux catégories inférieures.

27Comparées à la catégorie des cadres du Parti et de l’administration, les deux autres catégories en position supérieure, c’est-à-dire les dirigeants d’entreprises privées et les directeurs d’entreprises publiques, sont moins fermées du fait qu’il s’agit de deux catégories apparues plus récemment avec les réformes économiques, et encore en voie de formation. En général, les catégories en formation restent plutôt ouvertes, mais récemment ces deux catégories se sont fermées. La mobilité intragénérationnelle des directeurs d’entreprises publiques (Table 1) montre que, bien que cette catégorie soit, comme celle des cadres, dans une position supérieure dans la structure sociale, elle est beaucoup plus ouverte que cette dernière, avec des voies d’entrée plus larges et moins fermées. La probabilité pour les ouvriers, les employés des services et de commerce et les paysans d’y pénétrer est beaucoup plus élevée que celle d’entrer dans la catégorie des cadres. Dans les entreprises, ces trois catégories (les ouvriers, les employés de services et de commerce et les paysans qui sont entrés dans l’entreprise) ont des chances de mobilité ascendante vers la catégorie des dirigeants, même si, bien entendu, ce sont les personnels administratifs qui bénéficient le plus de ce type de mobilité ascendante dans l’entreprise. La probabilité d’ascension des techniciens vers la catégorie des dirigeants reste stable ; cependant celle qu’ils deviennent des cadres du Parti et de l’administration reste de loin supérieure à celle de devenir directeur. Le taux de sortie de la catégorie des dirigeants d’entreprises publiques est assez faible : parmi nos enquêtés, parmi ceux dont le premier emploi était directeur, 77,3 % ont conservé cette position, et seuls un peu plus de 20 % ont intégré une autre catégorie. En ce qui concerne ce taux de sortie, le plus fort facteur de différenciation d’avec la catégorie des cadres vient du fait que les dirigeants d’entreprises ne bénéficient pas de la même protection absolue de l’emploi ; ils peuvent connaître le chômage, situation que ne peuvent connaître les cadres du Parti et de l’administration (Table 1). Depuis les réformes économiques, les chances de mobilité des ouvriers vers cette catégorie des dirigeants d’entreprises publiques ont considérablement diminué. L’origine des directeurs a connu des évolutions avec les réformes (Tables 6 et 7) : parmi les directeurs qui ont débuté leur carrière professionnelle avant 1980, 26,4 % ont eu un premier emploi en tant qu’ouvrier. En revanche, ce taux descend à 16,2 % chez les directeurs qui ont débuté leur carrière professionnelle après 1980. Les données des Tables 9, 10 et 11 confirment également que la probabilité qu’un ouvrier connaisse une mobilité ascendante vers la catégorie de directeur ne cesse de se réduire. Avant 1980, parmi les directeurs d’entreprises publiques, presque un sur trois avait été directement promu d’ouvrier à directeur (26,7 %) ; au contraire, dans les années 1980, ce taux (13,0 %) avait fortement baissé et était même inférieur à ce même taux dans la structure générale (15,2 %), Et dans les années 1990, ce taux était de 14,0 %, c’est-à-dire beaucoup plus bas que celui de la structure générale (27,4 %). Cependant, depuis les réformes économiques, la probabilité pour un paysan de devenir directement directeur connaît une courbe ascendante (Tables 9, 10 et 11). Il s’agit pour la plupart de paysans âgés (ayant commencé à travailler avant 1980), ce qui s’expliquerait par le développement des entreprises de bourg et de village. Ces résultats montrent que, en tant que catégorie privilégiée en formation, le groupe des directeurs ne manifeste pas le même caractère exclusif à l’égard des groupes inférieurs que la catégorie des cadres, et maintient une petite voie d’ascension pour les personnes issues des catégories inférieures, comme les ouvriers, les employés des services et du commerce et les paysans.

28Les directeurs d’entreprises privées forment une nouvelle catégorie apparue avec les réformes économiques. Faute d’accumulation de capitaux économiques par la génération précédente, il s’agit majoritairement d’entrepreneurs. La plupart d’entre eux a connu une histoire professionnelle complexe, 16,9 % d’entre eux ont directement commencé leur carrière en créant une entreprise, dont la moitié a changé de domaine d’activité tout en restant entrepreneurs ; 35,7 % sont devenus dirigeants d’entreprises privées après avoir exercé une seule autre profession ; les 47,4 % restant ont d’abord travaillé dans diverses professions avant de créer leur entreprise. À peu près les deux tiers des dirigeants d’entreprises privées ont occupé des emplois de « cols bleus » (Table 4) ; 9,7 % ont été entrepreneurs individuels, 11,3 % employés des services et de l’industrie, 11,3 % ouvriers et 29 % paysans. Seuls un dixième des chefs d’entreprise a précédemment fait partie des « cols blancs » – c’est-à-dire des cadres du Parti ou de l’administration, directeurs d’entreprises publiques ou techniciens spécialisés. La majorité des dirigeants d’entreprises privées est donc issue des catégories inférieures, dont une proportion importante de la catégorie des paysans. Parmi les trois catégories privilégiées, celle-ci est la plus ouverte, elle offre des voies de mobilité ascendante aux membres des catégories intermédiaires et inférieures. Cependant, depuis une dizaine d’années, ces voies de mobilité ascendante sont de moins en moins accessibles, et aujourd’hui les individus liés aux catégories intermédiaires et inférieures – c’est-à-dire ceux qui ne disposent pas de capitaux importants, de réseaux de relations politiques ou de niveaux de qualification élevés n’ont pratiquement aucune chance de devenir des dirigeants d’entreprises privées.

2. Perspectives de mobilité des catégories intermédiaires

29Dans les sociétés ouvertes à fort taux de mobilité, les catégories intermédiaires jouent souvent le rôle de maillon central dans la chaîne de mobilité. Elles absorbent les membres des catégories inférieures, et dans le même temps, certains de leurs membres intègrent les catégories supérieures. Aujourd’hui, en Chine, ce groupe intermédiaire est composé de techniciens spécialisés, de personnels administratifs et d’entrepreneurs individuels. Les deux premières catégories forment l’armée de réserve des cadres et des directeurs d’entreprises publiques, alors que les entrepreneurs individuels constituent l’armée de réserve de la catégorie des dirigeants d’entreprises privées. Depuis les réformes économiques, ces trois catégories ont effectivement joué le rôle de maillon intermédiaire de la chaîne de mobilité et ont offert à de nombreux membres des catégories inférieures des opportunités de mobilité ascendante, tout en permettant à ses membres un grand nombre d’opportunités de mobilité. Cependant, en raison des changements dans le système, les catégories intermédiaires ont conservé un nombre relativement élevé de possibilités de mobilité descendante. De plus, ces dernières années, les obstacles à la mobilité – c’est-à-dire les barrières entre catégories et les obstacles institutionnels – se sont renforcés.

30Avant et au début des réformes, la catégorie des techniciens spécialisés offrait de nombreuses opportunités de mobilité ascendante aux catégories inférieures – en particulier les ouvriers et les paysans. Mais aujourd’hui, cette situation a déjà totalement changé. Cette catégorie tend à intégrer de plus en plus de techniciens qualifiés et de niveau de formation élevé. Par conséquent, cette catégorie est de plus en plus fermée aux membres des catégories inférieures. Ainsi, la stabilité de cette catégorie ne cesse de se renforcer. Le taux de mobilité intragénérationnelle de la catégorie des techniciens spécialisés est le plus bas de l’ensemble des catégories, à l’exception de celle des paysans (Table 1). La plupart des techniciens spécialisés (60,5 %) reste dans cette catégorie toute leur vie active. Depuis les années 1990, comme le taux de mobilité intragénérationnelle des paysans a augmenté, la catégorie des techniciens spécialisés est devenue la plus stable (pratiquement sans mobilité) de l’ensemble (Table 7). Sur un autre plan, la qualification professionnelle et le capital culturel étant de plus en plus importants, la position socio-économique des techniciens spécialisés ne cesse de s’élever, et leurs opportunités de mobilité ascendante sont nombreuses. Deux grandes orientations de mobilité peuvent être relevées : « congzheng », c’est-à-dire « s’engager en politique », mobilité vers les catégories de cadres et de personnels administratifs et « xiahai » (c’est-à-dire « plonger dans la mer », mobilité vers les catégories de dirigeants d’entreprises publiques, de directeurs d’entreprises privées et d’entrepreneurs individuels).

31Pour 74,6 % d’entre eux, ils ont commencé leur carrière en tant que personnel technique, les autres étaient employés, ouvriers ou paysans. Presque aucun ne vient des catégories sociales supérieures (cadres, dirigeants d’entreprises privées et publiques). Ces mouvements de trajectoire rendent compte de la position supérieure des trois catégories sociales précédentes qui attirent les personnels techniques. Ceux-ci accèdent principalement à deux secteurs : la politique (comme cadres du Parti ou employés) et les affaires (comme dirigeants d’entreprises privées ou comme entrepreneurs individuels). Par contre, en zone rurale, des mobilités ont lieu entre techniciens spécialisés et paysans mais la plupart d’entre eux préfèrent ne pas se déplacer.

32En comparaison avec la catégorie précédente, la catégorie des personnels administratifs possède un caractère relativement ouvert, et joue pleinement son rôle de maillon intermédiaire dans la chaîne de mobilité. Ses membres forment l’armée de réserve de trois catégories : cadres du Parti et de l’administration, dirigeants d’entreprises publiques et techniciens spécialisés. Dans le même temps, ouvriers et paysans ont aussi la possibilité d’évoluer vers cette catégorie. Du point de vue de la mobilité intragénérationnelle (Tables 1 et 4), presque la moitié des personnels techniques (48,1 %) occupait déjà ce type d’emploi ; 40 % étaient auparavant des employés des services et du commerce, des ouvriers de production ou des paysans ; moins de 10 % est originaire de la catégorie des techniciens spécialisés. Très peu d’entre eux appartiennent aux catégories supérieures : cadres, dirigeants d’entreprises publiques et directeurs d’entreprises privées. De même rares sont les entrepreneurs individuels à avoir évolué vers cette catégorie. Lorsque l’on étudie les mouvements de sortie de cette catégorie, on constate qu’environ 10 % des personnels administratifs ont connu une mobilité ascendante vers les trois catégories supérieures, environ 10 % vers les deux autres catégories intermédiaires (techniciens spécialisés et entrepreneurs individuels) et presque 30 % ont connu une mobilité descendante vers les catégories inférieures (employés des services et du commerce, ouvriers, paysans, ainsi que sans emploi). Ces itinéraires témoignent clairement du fait que, dans l’espace social, cette catégorie fait « zone tampon » entre les catégories supérieures et les catégories inférieures ; autrement dit, elle constitue une catégorie intermédiaire. Par rapport à l’autre catégorie intermédiaire – les techniciens spécialisés –, les membres de cette catégorie ont beaucoup plus de probabilités de connaître une mobilité descendante. On peut donc dire que, alors qu’ils appartiennent tous à des catégories intermédiaires, les techniciens spécialisés jouissent néanmoins d’une position plus élevée que les employés administratifs dans la chaîne de la mobilité sociale.

33Les entrepreneurs individuels représentent une catégorie produite par les réformes. Elle se compose de ceux que le système n’avait pas la capacité d’absorber et d’autres qui ont été exclus par le système. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, les zhiqing de retour dans les villes et les prisonniers libérés que les entreprises sous propriété collective ne voulaient ou ne pouvaient recruter sont devenus les premiers entrepreneurs individuels ; dans les années 1980, des jeunes sans emploi et une partie de la main-d’œuvre rurale excédentaire ont rejoint cette catégorie ; dans les années 1990, certains xiagang, rejetés par le processus de réforme des entreprises d’État et des entreprises collectives, n’ont pas eu d’autre choix que de les rejoindre également cette catégorie. Ainsi, 15 % des entrepreneurs individuels étaient des xiagang. Dans le même temps, beaucoup de mingong (paysans-ouvriers) installés en ville sont également devenus des entrepreneurs individuels. Cette catégorie peut être considérée comme une catégorie intermédiaire qui intègre une partie des membres des catégories inférieures. Cependant, la catégorie des entrepreneurs individuels ne joue qu’à moitié le rôle de maillon intermédiaire dans la chaîne de mobilité sociale. En effet, elle intègre un certain nombre de membres des catégories inférieures, mais ses voies de sortie ne fonctionnent que dans une seule direction, à savoir une mobilité descendante. Par rapport aux deux autres catégories intermédiaires (les techniciens spécialisés et les personnels administratifs), les entrepreneurs individuels disposent de très peu d’opportunités de mobilité ascendante, ils n’ont pratiquement pas de possibilité de devenir cadres ou dirigeants d’entreprises publiques ; de plus, très peu parviennent à devenir des dirigeants d’entreprises privées.

34Si, du milieu des années 1980 à la première moitié des années 1990, un nombre limité d’entrepreneurs individuels pouvait devenir chefs d’entreprise, cette perspective s’est considérablement réduite depuis le milieu des années 1990. De même, impossible pour eux de se transformer en personnels techniques. Une brèche modeste reste cependant ouverte pour entrer dans la catégorie des employés. Du côté du taux de sortie, près de 60 % d’entre eux restent immobiles, 40 % accèdent aux professions dans les services. On en déduit que, moins prestigieuse que les deux autres catégories sociales intermédiaires, cette catégorie se situe dans une position intermédiaire inférieure. Il importe de remarquer que, contrainte par la barrière du système public, elle peut absorber les sortants du système sans que ses membres puissent migrer vers l’intérieur du système. Pour beaucoup, en particulier pour les « cols bleus » sans qualification spécifique, passer du statut de « in » à celui d’« out » signifie perte d’appartenance sociale.

3. Opportunités de mobilité des catégories inférieures

35Les employés de services et du commerce, les ouvriers, les paysans et les chômeurs constituent les catégories inférieures. En termes de mobilité, ces catégories ont en commun de disposer de moins d’opportunités de mobilité ascendante vers les trois catégories supérieures, mais sont confrontées à une probabilité de mobilité descendante relativement forte. Cependant, ces trois catégories disposent de possibilités relativement importantes de mobilité vers les catégories intermédiaires. Environ le quart des employés de services et du commerce parviennent à intégrer des catégories plus élevées, essentiellement les catégories intermédiaires – pour la plupart, ils rejoignent les catégories des personnels administratifs et des entrepreneurs individuels. Rares sont ceux qui intègrent les trois catégories supérieures ou la catégorie intermédiaire des techniciens spécialisés. En outre, moins de 20 % connaissent une mobilité vers les catégories des ouvriers, des paysans et des sans-emploi. L’origine des employés de services et du commerce, ainsi que leurs mouvements vers d’autres catégories varie selon les périodes (Tables 2, 3, 5, 6 et 7). Avant 1990, les membres de cette catégorie représentaient une part modeste de la structure générale. Après les années 1980, leur nombre a commencé à connaître une hausse, beaucoup de personnes récemment intégrées à cette catégorie sont des paysans. À partir des années 1990, l’expansion de cette catégorie s’est accélérée, et sa part dans la structure sociale s’est accrue, les nouveaux membres étant essentiellement d’anciens ouvriers. Ceci s’explique probablement par la forte réduction des effectifs dans l’industrie. Depuis les réformes économiques, la part des membres de la catégorie des employés de services et du commerce qui connaissent une mobilité descendante vers la catégorie des sans-emploi ne cesse d’augmenter. Avant 1980, les membres de cette catégorie ne connaissaient pratiquement pas le chômage ; dans les années 1980, environ 3,6 % sont devenus chômeurs ; depuis les années 1990, ce taux est monté à 10,4 %.

36Les ouvriers partagent un certain nombre de points communs avec les employés de services et du commerce, mais ils présentent également des différences. Comme les employés de services et du commerce, rares sont les ouvriers (environ 3 %) qui connaissent une mobilité ascendante vers les trois catégories supérieures. Cependant, environ 20 % des ouvriers parviennent à intégrer les catégories intermédiaires, soit une proportion légèrement moins élevée que pour la catégorie des employés des services et du commerce. Les ouvriers sont également plus nombreux que les employés de services et du commerce à devenir chômeurs. Quant aux perspectives de mobilité réciproque entre ces deux catégories, la tendance dominante va de la catégorie des ouvriers vers la catégorie des employés des services et du commerce, le mouvement inverse étant nettement moins fréquent. Cette tendance traduit les évolutions de la structure professionnelle et sociale : le nombre des ouvriers se réduit alors que celui des employés de services et du commerce augmente. La mobilité intragénérationnelle des ouvriers connaît, aux différentes époques, les mêmes évolutions que celle des employés de services et du commerce. Avant 1980 et dans les années 1980, un nombre relativement grand d’ouvriers connaissait une mobilité ascendante vers la catégorie des personnels administratifs, alors que dans les années 1990, le principal mouvement de mobilité ascendante les conduisait vers la catégorie des entrepreneurs individuels. De plus, avant et pendant les années 1980, rares étaient les ouvriers qui devenaient chômeurs, alors que dans les années 1990, 14,3 % connaissaient une mobilité descendante due à la perte de leur emploi (Tables 5, 6 et 7).

4. Les paysans

37La catégorie des paysans est une catégorie avec un haut niveau de stabilité qui ne connaît que des mouvements de sortie. 91,5 % des paysans appartiennent à cette catégorie depuis leur premier emploi, et leur mobilité vers d’autres catégories reste relativement faible. De plus, parmi les individus dont le premier emploi était paysan, 73,4 % demeurent aujourd’hui dans la même catégorie. Il s’agit là du taux d’immobilité le plus élevé de l’ensemble de la structure sociale. Seulement un quart environ des personnes dont le premier emploi était un emploi de paysan a changé de catégorie. Seuls moins de 2 % ont réussi à rejoindre les trois catégories supérieures, 10 % les catégories intermédiaires et 15 % les deux autres catégories les plus basses que sont les employés des services et du commerce et les ouvriers (Tables 1 et 4). Ce type de modèle de mobilité, avec peu de sorties et pratiquement aucune entrée, montre, d’une part, que les effectifs paysans se réduisent progressivement et, d’autre part, que cette catégorie est la plus basse dans l’ensemble de la chaîne de mobilité sociale (à l’exception des chômeurs et des sans-emploi). Bien que les réformes économiques aient ouvert des opportunités inédites de migration géographique et de travail en ville pour les paysans, ceux-ci forment la catégorie au plus faible taux de mobilité et aux plus rares opportunités de mobilité ascendante.

Conclusion

38Les évolutions de la mobilité intragénérationnelle avant et après les réformes nous conduisent à la conclusion suivante : les réformes ont multiplié les opportunités de mobilité sociale, l’apparition de nouvelles catégories ouvre de nouvelles voies de mobilité ascendante, mais dans le même temps, les obstacles à la mobilité ascendante entre des catégories inférieures et des catégories supérieures se sont multipliés. Les membres des différentes catégories sociales empruntent différents itinéraires et voies de mobilité. De ce point de vue, les frontières entre les catégories sociales deviennent plus distinctes.

39Les réformes économiques ont modifié les modes, mécanismes, voies et obstacles à la mobilité sociale qui, avant les réformes, restaient sous le contrôle de l’État à travers une série d’arrangements institutionnels. Après les réformes, un nouveau système – lié aux mécanismes de marché – domine et contrôle la mobilité des individus en supprimant les voies et obstacles à la mobilité sociale liés aux arrangements institutionnels. Les mécanismes de marché ont fait naître de nouvelles catégories – comme les dirigeants d’entreprises publiques et privées, les entrepreneurs individuels et les employés des services et du commerce – qui ont offert aux individus un grand nombre d’opportunités de mobilité ascendante, mais ont également produit de nouveaux obstacles. Les écarts socio-économiques s’élargissent, de même que ne cesse de s’accroître la distance sociale entre les différents groupes professionnels et les catégories, et plus particulièrement entre les catégories privilégiées et les catégories « inférieures » ; le caractère fermé des catégories « supérieures » se renforce, accroissant les obstacles à la mobilité ascendante des autres catégories, et réduisant notablement la possibilité d’ascension de grande « enjambée », c’est-à-dire la mobilité ascendante des catégories inférieures directement vers les trois catégories supérieures. Les modes et les itinéraires de mobilité de chaque catégorie rendent compte d’une différenciation sociale de plus en plus visible. Ces tendances à la mobilité sociale reflètent un phénomène de stratification sociale.

40Dans le même temps, les barrières et les orientations de la mobilité nous permettent de décrire la situation fondamentale de la structure sociale dans la Chine d’aujourd’hui. Le premier obstacle à la mobilité apparaît entre les niveaux supérieurs et les niveaux intermédiaires de la société. Les trois catégories supérieures – cadres du Parti et de l’administration, dirigeants d’entreprises publiques et directeurs d’entreprises privées – sont détenteurs d’importantes ressources économiques et de pouvoir. En ce qui concerne la mobilité, elles partagent des caractéristiques communes : elles correspondent souvent à la position finale des parcours de mobilité ; elles se caractérisent par des entrées mais pratiquement pas de sorties, et elles excluent des membres des niveaux inférieurs de la société. Ces traits sont les plus évidents dans la catégorie des cadres du Parti et de l’administration, laquelle fait preuve d’une « fermeture » (avec une hérédité intergénérationnelle) aux membres des catégories inférieures pour qui il est de plus en plus difficile d’intégrer les catégories supérieures dont le seuil d’entrée est plus élevé. Selon Parkin (1974), ces caractéristiques expriment des influences de la structure sociale sur la mobilité sociale ; autrement dit, les catégories privilégiées adoptent des tactiques pour tenter de maintenir et de renforcer leurs privilèges. Il s’agit d’un mécanisme important qui accélère la formation de la structure sociale (Parkin, 1974). Ce phénomène apparaît moins nettement dans les deux autres catégories supérieures (les dirigeants d’entreprises privées et publiques) qui réservent une petite voie d’entrée aux membres des niveaux inférieurs et reflète le fait qu’elles sont encore en voie de développement comme classes privilégiées.

41Les trois catégories intermédiaires – techniciens spécialisés, personnels administratifs et entrepreneurs individuels – disposent de peu de ressources économiques et de pouvoir. Cependant, elles se distinguent des catégories inférieures (les « cols bleus ») par la possession de ressources culturelles ou d’un petit capital économique. Leurs points communs sont les suivants : ces trois catégories jouissent d’opportunités déterminées d’ascension sociale pour intégrer les trois catégories supérieures, mais leurs membres peuvent aussi être contraints à une mobilité descendante vers les niveaux inférieurs de la société. Elles intègrent une partie des membres des catégories inférieures, auxquels elles offrent des opportunités de mobilité ascendante. De plus, elles intègrent également un petit nombre de membres issus des catégories supérieures. Ces trois catégories se trouvent dans une zone intermédiaire de la chaîne de mobilité sociale.

42Les trois catégories de « cols bleu » – les employés de services et du commerce, les ouvriers et les paysans – constituent les « catégories inférieures » de la société chinoise. En raison du renforcement des caractères « fermé » et « exclusif » des trois catégories privilégiées, les membres des catégories inférieures se heurtent à des obstacles de plus en plus importants dans leur ascension sociale ; de plus, ils risquent à tout moment de perdre leur emploi et de se retrouver au niveau le plus bas de la société.

43Ces voies et caractéristiques de la mobilité sociale montrent que les différences de statut socio-économique ont tendance à se structurer, que de nouvelles classes sociales sont en train de se former, et que les frontières entre classes sociales sont en train de se préciser.

Tableau 1 –Table de mobilité intragénérationnelle.

Tableau 2 – Table de mobilité intragénérationnelle des personnes ayant leur premier emploi avant 1980.

Tableau 3 – Table de mobilité intragénérationnelle des personnes ayant leur premier emploi après 1980.

Tableau 4 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent.

Tableau 5 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent (1940-1979).

Tableau 6 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent (1980-1989).

Tableau 7 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent (1990-2001).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

LI CHUNLING (2005) : Duanlie yu suipian. Dangdai zhongguo shehui jieji fenhua qushi de shizheng fenxi (Clivages et fragments. Une analyse empirique sur la stratification sociale de la Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LU XUEYI (2001) : Dangdai zhongguo shehui jieceng yanjiu baogao (Rapport d’étude sur la stratification sociale de la Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

PARKIN, F. (ed) (1974) : The Social Analysis of Class Structure, Londres, Tavistock.

Notes

1 Dans les figures 1 et 2, les flèches indiquent le sens de la mobilité. Les doubles flèches représentent une mobilité dans les deux sens. L’épaisseur des flèches indique l’intensité de la mobilité. Les chiffres sont ceux des taux de mobilité.

2 Jusque dans les années 1990, la majorité de la main-d’œuvre urbaine était distribuée dans le cadre d’un système de planification, contrairement à ce qui se passait dans les autres pays socialistes où des formes de marché du travail dominaient.

3 Par exemple Chen Yonggui (paysan à l’origine) et Wang Hongwen (ancien ouvrier) devinrent tous les deux des hauts dirigeants (vice premier ministre et vice-président).

4 Les comités révolutionnaires furent mis en place à partir de 1967 en remplacement des comités du Parti. Ils devaient être constitués pour un tiers de militaires, un tiers de cadres du Parti réhabilités et un tiers de représentants des gardes rouges et autres groupes révolutionnaires radicaux. À partir de 1969, le Parti s’est progressivement reconstitué, et les comités révolutionnaires ont été marginalisés, avant d’être démantelés.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Itinéraires et obstacles à la mobilité sociale avant 19801.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 2 – Itinéraires et obstacles à la mobilité sociale (intragénérationnelle) depuis 1980
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Tableau 1 – Comparaison chronologique des taux de mobilité intergénérationnelle et intragénérationnelle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Tableau 2 – Comparaison de la mobilité intergénérationnelle et intragénérationnelle selon les classes d’âge (16-70 ans).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Tableau 1 –Table de mobilité intragénérationnelle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Légende Tableau 2 – Table de mobilité intragénérationnelle des personnes ayant leur premier emploi avant 1980.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Légende Tableau 3 – Table de mobilité intragénérationnelle des personnes ayant leur premier emploi après 1980.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Tableau 4 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Légende Tableau 5 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent (1940-1979).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Légende Tableau 6 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent (1980-1989).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Tableau 7 – Table de mobilité entre emploi actuel et emploi précédent (1990-2001).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2650/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 558k

Auteur

Professeur de sociologie, Institut de sociologie de l’Académie des Sciences Sociales de Chine (CASS), Pékin.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site