Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Première partie. Société de marché et transition sociale

Chapitre 2. Transition et stratification sociale dans les villes chinoises1

Li Lulu

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Les données utilisées dans cet article proviennent de deux sources. (1) une enquête menée en 1998 (...)

1Cet article part du point de vue de la mobilité intergénérationnelle pour analyser les types de relations entre les catégories sociales et l’évolution des mécanismes de mobilité entre elles dans les villes chinoises afin de tenter de discuter les lois de changement du modèle de stratification dans les sociétés en transition. En effet, dans le passage du système de planification centralisée vers l’économie de marché, on peut poser les questions suivantes :

  • la structure de stratification sociale globale et le groupe des élites suivent-elles un modèle « circulaire » (substitution et recombinaison) ou celui de la « reproduction » (continuité et hérédité) ?
  • quel est le rapport entre le changement de système et celui de la structure sociale ?

2Ces questions font l’objet de nombreuses recherches et de débats animés, et mettent de plus en plus en évidence les questions fondamentales que sont la structure sociale et les changements sociaux.

3L’approche théorique de la modernité dans une perspective fonctionnaliste souligne que le développement rationnel de l’économie et de la technologie exige fondamentalement une transformation des rapports entre les catégories sociales, ce qui rend la structure de la stratification sociale de plus en plus ouverte (Goldthorpe, 1964 ; Erikson et Goldthorpe, 1992) La théorie de la transition vers le marché, présentée par Victor Nee, suit ce type de logique : elle recourt à des analyses du système et de la structure qui mettent l’accent sur les mécanismes économiques dans le passage de la « redistribution » vers le marché pour avancer que les classes construites à partir des mécanismes de redistribution déclineront avec la croissance du marché, conduisant à une recombinaison ou une substitution (modèle circulaire) de la structure de stratification sociale (Nee, 1989, 1991, perspective 1996). Le présent article s’inscrit dans une perspective d’analyse politique, estimant que les changements de la structure de stratification sociale ne reflètent pas passivement l’économie. En effet les variables comme la politique, la société, la culture, la structure des intérêts, la tradition, exercent toutes une influence majeure sur ces changements. Au cours de la transition sociale chinoise, bien que les mécanismes de marché aient progressivement remplacé ceux de redistribution, les anciennes structures de pouvoir et les classes ont été, dans une large mesure, préservées en raison de nombreux facteurs politiques, culturels et sociaux, comme l’environnement institutionnel, le processus et les modes de transition, les forces dominantes de cette transition (Bian Yanjie, 1999). Cet article se propose d’analyser la montée des mécanismes de marché et le changement de modèle de stratification sociale à partir des relations entre classes et leurs mécanismes de structuration. Par ailleurs, nous souhaitons discuter des problèmes théoriques fondamentaux sur la stratification dans le contexte du nouveau changement de système.

CONTEXTE SPÉCIFIQUE DE LA CHINE EN TRANSITION

4Pour analyser le changement de modèle de stratification sociale au cours du processus de transition, il est nécessaire de bien connaître ses spécificités. Dans la société chinoise, la substitution progressive des mécanismes de redistribution par ceux de marché représente sans aucun doute un changement de grande ampleur. Cependant, selon nous, le changement de modèle de stratification sociale subit toujours l’influence de facteurs tels que le processus politique de l’instauration du marché, les caractéristiques de la « dépendance au chemin » et la structure des intérêts sociaux ; ce changement est donc l’aboutissement d’une série d’arrangements institutionnels (Walder, 1996 ; Stark, 1996). Dans le processus de transition du système en Chine, nous devons intégrer différents facteurs pour analyser le cadre des changements de modèles de la stratification sociale :

  • premièrement, cette transition est organisée par l’État qui a mis en place une série de politiques afin de mettre en marche les réformes, modeler le marché, déterminer le niveau et la direction des changements de système, toujours préserver et déployer son influence dominante et décisive et jouer un rôle clef dans le processus de réforme du système (Zhou Xuegang, 2000a).
  • deuxièmement, le processus de transition du système en Chine s’est déroulé dans différents secteurs et domaines, selon des modalités et des degrés différents de mise en œuvre ; par conséquent, cette transition possède les caractéristiques typiques d’un « système mixte ».
  • troisièmement, la très forte intervention politique présente dans l’ancien système de redistribution socialiste avait souvent pour conséquence de conduire à une redistribution dans la société des ressources sociales et par conséquent à une égalisation relative dans divers domaines, notamment celui des revenus (Whyte et Parish, 1984).
  • quatrièmement, pour expliquer les changements du modèle de stratification sociale de la Chine, la « dépendance au chemin », en tant que mécanisme de transformation sociale, doit être suffisamment prise en compte. Le processus et la tendance de la transition vers l’économie de marché subit nécessairement l’influence de l’ancien système de redistribution (Stark, 1992). Ce contexte théorique et les caractéristiques de la transition du système chinois nous conduisent à formuler les hypothèses suivantes :

1. Hypothèse de la double reproduction de la structure de classes

  • 2 À signaler que la présente recherche ne nie pas les changements provoqués dans la structure social (...)
  • 3 Beaucoup de recherches se sont intéressées au modèle de reproduction des catégories sociales dans (...)

5Cette hypothèse concerne l’évolution du modèle des classes au cours du processus de transition qui se traduit par le remplacement progressif des mécanismes de redistribution par ceux du marché, par la reproduction comme principale caractéristique du modèle de relations entre classes2 et qui contient deux significations : premièrement, l’hérédité sociale est déterminante3 ; deuxièmement, ce modèle de reproduction sociale est continuellement actif dans le processus de transition comme dans l’ancien modèle. Le développement des mécanismes de marché n’entraîne pas une recomposition du modèle de relations sociales ni un changement de la structure sociale. Les groupes privilégiés maintiennent leur position privilégiée dans les réformes du système économique. Dans cet article, nous parlerons de « modèle de la double reproduction » (Li Chunling, 1997 ; Xu Xinxin, 2000 ; Liu Jingming, 1999).

2. Hypothèse de la reproduction directe de la structure de classes

6Cette hypothèse concerne le mécanisme de formation de la structure de classes. À partir de la connaissance des logiques internes de l’intervention politique et des mécanismes du marché dans la société de redistribution traditionnelle et dans la société en transition nous avons posé l’hypothèse suivante : l’introduction et le développement des mécanismes du marché entraînent, d’une part, un affaiblissement du rôle du facteur politique étroitement lié au système de redistribution dans l’accès aux positions sociales, et, d’autre part, le maintien de l’éducation (le capital en ressources humaines) comme mécanisme intermédiaire dans la reproduction des classes de la société moderne ; enfin, l’influence de l’origine familiale émerge en raison des changements du système économique et de l’affaiblissement relatif de l’intervention politique. Par conséquent, l’introduction des mécanismes de l’économie marchande modifie les modes d’accès à une position sociale ; elle ne produit pas une recomposition de la structure sociale, mais plutôt un processus de reproduction des positions de classe.

CADRE DE LA RECHERCHE ET ANALYSE DES DONNÉES

7Notre objet d’analyse se limite aux personnes interrogées détentrices d’un hukou urbain de la ville dans laquelle ils résident. En effet, la distribution de ressources et le système de contrôle social étant basés sur le système du hukou, afin de diminuer le caractère complexe de l’analyse, nous excluons de cette étude les détenteurs d’un hukou rural ou d’un hukou urbain d’une ville autre que celle où ils résident actuellement.

8Afin de vérifier les hypothèses présentées précédemment, il est nécessaire d’établir au préalable un cadre de référence pour analyser l’évolution du modèle de stratification sociale. Dans cet article, nous distinguerons cinq catégories :

  • la catégorie privilégiée et détentrice de pouvoir qui comprend tous les responsables des unités de travail et les personnels de gestion de niveau supérieur.
  • la catégorie des gestionnaires et agents de direction ordinaires qui disposent d’une relative autonomie dans leur travail
  • la catégorie des personnels techniques spécialisés
  • la catégorie des ouvriers et des paysans4
  • la catégorie des travailleurs indépendants.

9Ces différentes catégories peuvent être définies par une diversité de propriétés. Nous insisterons ici sur la centralité des rapports de pouvoir et de domination pour développer une analyse comparative des deux systèmes de redistribution et de marché. La description de la structure sociale, y compris de son évolution, est, en règle générale, réalisée à travers une analyse de la mobilité intergénérationnelle, c’est-à-dire l’analyse des relations entre les positions sociales des parents et celles des enfants. La transmission des positions sociales d’une génération à l’autre témoigne de continuités et de ruptures intergénérationnelles. Par conséquent, l’analyse intergénérationnelle permet largement de vérifier les deux hypothèses présentées précédemment. Nous analyserons en premier lieu les transformations du modèle de relations entre classes pendant la transition.

THÉORIE DE LA « DOUBLE REPRODUCTION »

10L’analyse des données de l’enquête révèle les caractéristiques suivantes en ce qui concerne le modèle des relations entre catégories sociales avant et après les réformes (Li Lulu, 2002) :

1. Processus de reproduction des catégories privilégiées et détentrices de pouvoir et de celle des personnels techniques spécialisés

11L’héritage ou la reproduction des positions sociales entre les générations traduisent des relations de domination qui n’ont pas été modifiées par la transition de l’économie de redistribution vers l’économie de marché. En particulier, les catégories privilégiées et celle des personnels techniques spécialisés ont vu leur capacité de reproduction non seulement dépasser leurs propres capacités de mobilité, mais également dépasser les capacités de reproduction des autres catégories. Avant ou après les réformes, dans la société urbaine, il existe une mobilité entre les différentes catégories, mais l’hérédité ou la reproduction sont les caractéristiques dominantes du modèle de relations entre catégories dans le processus de transition du système.

2. Frontières sociales entre les travailleurs intellectuels et les travailleurs manuels

12Il existe un fossé manifeste entre, d’une part, les catégories détentrices de pouvoir, des personnels techniques spécialisés et des gestionnaires et agents de direction ordinaires et, d’autre part, les catégories de travailleurs indépendants, de paysans et ouvriers ; une rupture entre les travailleurs intellectuels et les travailleurs manuels qui traduit la reproduction de la structure des classes. Les caractéristiques de ce fossé sont les suivantes : premièrement, il existe des mobilités positives évidentes entre les trois premières catégories, coupées des deux dernières ; les frontières sociales se sont en effet redéfinies. Deuxièmement, bien qu’une mobilité intergénérationnelle existe entre les trois premières catégories, l’hérédité demeure la caractéristique dominante. Troisièmement, bien que les relations intergénérationnelles montrent que des mobilités peuvent avoir lieu entre travailleurs intellectuels et travailleurs manuels, il y a peu de chances qu’un fils d’ouvrier ou de paysan devienne membre des catégories détentrices de pouvoir ou des personnels techniques spécialisés. Les catégories les plus privilégiées restent fermées sur elles-mêmes et il est pratiquement impossible de passer directement des catégories les plus basses aux catégories les plus élevées.

3. Reproduction sociale et mobilité relative

13Bien que la reproduction caractérise les relations intergénérationnelles entre catégories, trois autres particularités de la mobilité dans les villes chinoises méritent l’attention. Premièrement, il existe une mobilité pouvant s’opérer entre certaines catégories mais ne peut être qualifiée de mobilité de « longue distance » – c’est-à-dire permettant aux travailleurs manuels de devenir des travailleurs intellectuels – mais il existe une mobilité de « courte distance » entre catégories proches. Deuxièmement, contrairement aux catégories des détenteurs de pouvoir et des personnels techniques spécialisés, l’hérédité ne pèse pas trop lourd dans les relations intergénérationnelles entre les catégories des gestionnaires et agents de direction ordinaires. Troisièmement, la séparation entre travailleurs intellectuels et manuels n’est pas vraiment nette.

14Il faut donc admettre que l’hérédité sociale pèse lourd mais qu’elle permet cependant certaines mobilités. Dans les sociétés modernes, une séparation complète entre les catégories sociales est impossible. Les institutions chinoises produisent des politiques publiques et de l’idéologie capables de modifier la distribution des ressources, entraînant par là une modification de la position relative entre les différentes catégories (Zhou, Tuma et Moen, 1996). La transition d’un modèle économique vers un autre peut offrir de fortes opportunités de mobilité sociale (Nee, 1989) ; peuvent même apparaître des « vides institutionnels » pendant la transition qui peuvent donner des occasions de modifier leur propre position à ceux qui, dans l’ancienne structure institutionnelle, souffraient d’un manque d’opportunités. Il s’agit probablement d’une particularité de l’économie centralement planifiée et de la structure sociale en transition.

COEXISTENCE D’UNE REPRODUCTION « DIRECTE » ET D’UNE REPRODUCTION « INDIRECTE »

15Afin d’analyser l’évolution du mécanisme de structuration des catégories sociales, nous avons construit un modèle du processus d’acquisition du statut social des interviewés (Li Lulu, 2003). En comparant les deux modèles d’acquisition du statut social, c’est-à-dire avant et après la transition du système de 1979, nous pouvons constater certains résultats significatifs. Avant les réformes, dans l’accès à la position sociale, à l’exception des personnels techniques spécialisés, l’origine sociale du père n’exerce pas une forte influence sur la position du fils. Ceci est particulièrement évident en ce qui concerne les pères issus des catégories de détenteurs de pouvoir qui ne peuvent exercer d’influence directe sur la position de leurs enfants, notamment dans l’accès à la position de gestionnaires ou d’agents de direction. Cependant, après la transition, non seulement l’influence intergénérationnelle s’accroît chez les personnels techniques spécialisés, mais, de plus, la position sociale des pères exerce une influence évidente sur celle des enfants.

16Quelle que soit la période, l’identité politique a toujours joué un rôle décisif dans l’accès aux positions dominantes. Pour les personnels techniques spécialisés, après les réformes, le statut de membre du Parti perd de son influence et n’est plus un des principaux facteurs dans l’accès à cette position. Cependant, en ce qui concerne la catégorie des gestionnaires et agents de direction ordinaires, l’appartenance au Parti est devenue un des principaux mécanismes d’accès à cette position. Un autre phénomène extrêmement important émerge de l’analyse précédente : dans l’accès aux métiers intellectuels la position du père, l’éducation et l’identité politique jouent un rôle important qui devient faible chez les travailleurs indépendants, voire même joue inversement.

17Une tendance vers la complexification se dégage nettement : la transition vers le système d’économie de marché met en lumière l’influence de la position du père (c’est-à-dire la dynamique de reproduction de la structure de classes sociales) ; dans le même temps, le rôle de l’éducation est maintenu et renforcé. Le rôle de l’identité politique diminue plus ou moins. On voit que, d’un côté, la transition produit un changement évident : l’affaiblissement du rôle de l’identité politique et le renforcement de l’hérédité sociale dans le processus de développement des mécanismes de marché. Dans le même temps, l’éducation joue un rôle considérable dans les deux systèmes. Par conséquent, il est nécessaire d’aller plus loin dans l’analyse des relations entre l’éducation, l’acquisition de l’identité politique et la position sociale du père pour expliquer les résultats des analyses précédentes.

18La comparaison des modes d’accès à l’éducation pendant les deux périodes met en lumière que ce soit avant ou après les réformes, il y a un lien évident entre le niveau d’éducation et la position sociale du père : ce lien est stable et exerce une influence positive. Il faut souligner que, avant les réformes, en raison de l’influence très forte de la politique dans le système de redistribution et le contrôle centralisé des ressources par l’État, le processus de reproduction sociale se réalisait par l’intermédiaire de l’éducation. Dans la transition vers l’économie de marché, d’un côté, l’éducation assure toujours une fonction de médiation dans la reproduction intergénérationnelle, et d’un autre côté, cette reproduction intergénérationnelle, qui était indirecte devient directe.

19Avant et après les réformes, au sein des trois catégories supérieures (c’est-à-dire les catégories des détenteurs de pouvoir, des gestionnaires et agents de direction ordinaires, et enfin des personnels techniques spécialisés), l’effet de l’influence de la position du père sur le niveau d’éducation du fils a changé. Avant 1979, cette influence était plus forte quand les pères appartenaient à la catégorie des gestionnaires et agents de direction ordinaires, alors qu’elle était plus faible chez les personnels techniques spécialisés. Après 1979, ce sont les pères détenteurs de pouvoir qui exercent l’influence la plus forte sur l’accès à l’éducation des enfants parmi toutes les catégories ; ils sont suivis des personnels techniques et en dernier par les agents de direction. Ces différents modes d’influence de la position du père sur le niveau d’éducation des enfants ont connu des changements évidents avant et après les réformes. La raison principale est que, avant les réformes, l’État maintenait un degré d’intervention relativement fort sur l’accès à d’éducation. Cependant, en raison de la coupure entre villes et campagnes, de la diversité des identités dans la société chinoise, les opportunités d’accès à l’éducation traduisent une tendance à la différenciation et à une marchandisation dans laquelle certaines catégories sont nettement privilégiées.

20L’analyse de l’évolution du rôle de l’identité politique des membres du Parti montre que, ce soit avant ou après les réformes, il n’existe pas de lien évident entre l’appartenance au Parti et la position des pères. Le rôle de l’identité politique est indépendant, et principalement déterminé par l’environnement institutionnel. Par conséquent, la diminution de l’influence de l’identité politique sur l’accès à la position sociale est plus directement le résultat de la transition du système.

21L’analyse du changement des mécanismes d’acquisition d’une position sociale avant et après les réformes permet d’avoir une connaissance plus claire de la relation entre la transition vers le marché et le changement de la structure de stratification sociale et montre qu’elle ne conduit pas à une recomposition de cette structure. D’une part, le développement des mécanismes de marché produit une baisse de l’influence de l’identité politique sur la structure sociale, et, d’autre part, la spécificité du processus de reproduction sociale apparaît plus saillante ; l’éducation joue un rôle important dans la reproduction de la structure de stratification sociale. Dans le système de redistribution, étant donné le rôle important des mécanismes de distribution des ressources et des facteurs politiques, la reproduction de la structure sociale était « indirecte » ; lorsque les mécanismes de marché deviennent progressivement très actifs dans la distribution des ressources, l’influence du politique diminue, l’éducation maintient son rôle médiateur dans la reproduction de la stratification sociale ; cependant, les positions sociales sont désormais marquées par la reproduction « directe » entre les générations.

LA REPRODUCTION DE LA STRUCTURE SOCIALE, UN PROCESSUS UNIVERSEL

  • 5 « The International Stratification and Mobility File » est un projet de collecte de données sur «  (...)
  • 6 Pour en savoir plus sur la CGSS, voir http://www.chinagss.org. Le sondage national administré par (...)

22Il nous reste encore à répondre à la question suivante : l’hérédité du processus de reproduction est-elle propre à la période de transition de la Chine ou bien est-elle une caractéristique universelle ? De nombreuses recherches ont souligné le fait que la structure sociale connaissait des transformations à la suite d’une modernisation ou de réformes institutionnelles. Cependant, l’expérience chinoise nous conduit à insister sur la portée universelle de la reproduction de la structure sociale. Pour vérifier ce point de vue, nous avons eu recours à deux ensembles de données. Premièrement, des données internationales sur la mobilité sociale provenant des tableaux de mobilité intergénérationnelle élaborés par le projet ISMF (The International Stratification and Mobility File)5. Parmi les 42 pays et régions disponibles, nous avons sélectionné les données sur la mobilité de 16 pays sur les années 1970 et 1980. Afin de mieux répondre à notre question, ces pays sélectionnés ont des niveaux de développement économique, des systèmes économiques et sociaux, des trajectoires historiques et culturelles différentes. Le second corpus concerne la mobilité sociale en Chine, et est constitué de deux sources : d’une part l’enquête sociale générale (GSS) de 2003 dirigée conjointement par le département de sociologie de l’Université du Peuple de Chine et le centre d’enquête sur la société de l’Université de sciences et technologies de Hongkong, et d’autre part une enquête de 1996 réalisée au niveau national par le département de sociologie de l’Université du Peuple de Chine et des chercheurs américains6.

23Notre analyse confirme globalement une conclusion de base d’Erikson et de Goldthorpe sur la mobilité sociale : dans tous les pays, si on compare les paramètres du « modèle d’infiltration », le modèle de l’hérédité sociale des privilèges reste dominant. Bien que l’hérédité et la transmission des privilèges entre générations soit plus ou moins forte selon les pays, la plupart des pays présente un processus de mobilité assez proche, l’hérédité sociale des privilèges est forte dans tous les pays (Li Lulu, 2006).

24Ces conclusions apportent également des éléments de réponse au débat autour de la théorie de la transition de marché. L’analyse des données des enquêtes sociales générales de 1996 et de 2003 montre que, même dans la société chinoise, qui connaît une considérable transition de système et une modernisation rapide, l’hérédité des privilèges a tendance à être plus forte que la mobilité, l’ancien ordre social (les positions et opportunités relatives des différentes catégories) n’est pas modifié en raison de l’évolution des mécanismes de redistribution vers les mécanismes de marché. Dans la suite de cette analyse nous allons tenter d’apporter une explication à ce modèle d’hérédité des privilèges par la logique politique-intérêts. Selon nous, ce modèle de mobilité sociale, dans lequel le modèle d’hérédité des privilèges est dominant, tient à deux types de mécanismes principaux : les mécanismes de reproduction des groupes sociaux et les mécanismes de domination. Le modèle d’hérédité intergénérationnelle des privilèges peut se maintenir de manière universelle dans des sociétés qui possèdent des structures, des institutions, des cultures ainsi que des situations de fonctionnement social différentes.

1. Indépendance relative de « l’arrangement institutionnel »

25Pour pouvoir discuter de la question de l’universalité des mécanismes de reproduction, il est nécessaire de commencer par considérer qu’entre différentes formes d’arrangements institutionnels il existe une indépendance relative, et non un simple rapport de détermination ou d’exigence fonctionnelle (Walder, 1996). L’ancien débat sur la rationalité de type économique et technologique refait surface aujourd’hui sous une nouvelle forme avec une approche en termes de mécanismes économiques. Mais, selon nous, ces questions théoriques ont la même origine : les approches des chercheurs sont en permanence influencées par deux variables de base qui restent cachées – c’est-à-dire la rationalité économique et le pouvoir social, autrement dit le marché et la politique. Selon la première, la structure sociale, la structure de pouvoir ainsi que les structures des intérêts et des opportunités de la société, sont toutes les produits de la rationalité de type économique et technologique ou des mécanismes économiques.

26Dans les actions sociales concrètes, y compris les actions économiques, les logiques qui déterminent l’action des individus sont multiples. Braudel avait montré qu’entre le capitalisme réel et l’économie de marché, la force économique n’était qu’un des facteurs, mais qu’il n’était pas possible d’éliminer les facteurs politiques et culturels pour comprendre les mécanismes de fonctionnement de l’économie (Xu Baoqiang, 2001). Bien que les modèles de la marchandisation et de la stratification sociale incluent tous une certaine logique économique, le modèle de stratification sociale contient également d’autres logiques. Les facteurs qui déterminent les changements de modèles de stratification sociale n’incluent pas seulement les mécanismes économiques, mais aussi d’autres facteurs sociaux, politiques et culturels. Bien que les mécanismes de marché jouent un rôle important dans la transition chinoise, dans le même temps, les changements politiques, les intérêts et fondements des catégories sociales ainsi que les modes de préservation des intérêts et positions de ces catégories, contribuent également à ces transformations et à la transition. Comme le fait remarquer Zhou Xueguang à juste titre : « étant donné que la politique et le marché évoluent ensemble au cours du processus de transition, le résultat de cette transition dépend des conditions spécifiques et changeantes dans le contexte institutionnel ». Dans cette évolution simultanée de la politique et du marché, la politique joue un rôle prépondérant dans le modelage du système économique (Zhou Xuegang, 2000b).

27L’État élabore et maintient les normes sociales, y compris les normes de transactions sur le marché ; par conséquent il joue un rôle crucial dans le processus de structuration de l’économie de marché (Xu Baoqiang, 2001). L’évolution de tout système dépend au final de la manifestation d’une diversité d’intérêts dans le domaine politique : d’une part l’État est un acteur actif qui possède ses propres intérêts et préférences, d’autre part l’autorité politique et les intérêts des catégories privilégiées agissent fortement sur l’organisation des activités économiques. Par conséquent, dans la sphère du marché, les actions économiques sont largement façonnées par le politique. En ce sens, l’action économique est une forme d’action sociale, l’économique « s’insère » dans les relations sociales, et dans les institutions politiques, le droit, la structure de pouvoir, la vie quotidienne, les traditions culturelles. Le marché n’est pas un concept abstrait, ses caractéristiques et sa nature varient grandement en fonction du contexte institutionnel et du processus d’institutionnalisation.

28Étant donné cette relative indépendance de « l’arrangement institutionnel », nous concluons de cette étude que le modèle de stratification d’une société est déterminé par le développement économico-technologique et les mécanismes économiques, tout en étant en même temps fortement influencé par les intérêts politiques et sociaux ainsi que les traditions culturelles. Les intérêts politiques et sociaux sont relativement indépendants de la rationalité économique. La ségrégation sociale et le repli sur soi apparaissent comme des processus qui traduisent de nouvelles dynamiques sociétales. Au cours de la transition sociale, les rapports entre les catégories sociales seront maintenus d’une façon ou d’une autre. En particulier, les catégories riches en ressources et en pouvoir transmettront ces capitaux par tous les moyens. Les statuts des catégories sociales assureront hérédité et stabilité dans la transition ou même dans des moments d’agitation sociale. La capacité reproductrice des mécanismes de transmission ou de structuration apparaît si forte qu’elle dépasse la logique des théories de la modernité fonctionnalistes et ne se laisse pas expliquer par elles.

29Les intérêts politiques, économiques et culturels déterminent les choix et les évolutions institutionnelles. Les institutions et les structures sociales résultent d’une construction sociale. Le processus de choix et le résultat de cette création dépendent de la participation de différents groupes sociaux et du degré de contrôle exercé sur le processus de transition.

2. Mécanismes de reproduction

30L’expression « mécanisme de reproduction » désigne le fait que des groupes sociaux sont placés dans un système inégalitaire : les groupes sociaux jouissant d’une position de monopole et de divers privilèges sociaux afin d’assurer le maintien de leur propre position et de leurs intérêts, mobilisent différentes ressources pour préserver et transmettre aux générations suivantes leur propre position sociale. Dans différentes structures sociales, régimes et cultures, ce type de mécanisme s’exprime sous des formes différentes mais les logiques internes sont identiques. En raison de l’existence de ces mécanismes, les modèles de mobilité sociale dans différents pays possèdent des similitudes. La force motrice interne de ce modèle d’hérédité tire son origine de structures sociales inégalitaires. À partir du moment où il y a des inégalités dans le régime de propriété, la structure de distribution, les moyens de production, le pouvoir social, les ressources sociales sont converties pour élargir et transmettre les intérêts des groupes sociaux et les inciter à s’auto-reproduire. Les groupes sociaux qui occupent une position dominante dans la société chinoise développent des stratégies pour maintenir, élargir et transmettre à tout prix leur position et leurs intérêts afin de reproduire la même structure sociale, manifestant ainsi une tendance à la « clôture sociale » forte et durable. Fermeture et exclusion sociales s’expliquent par les différences de position, d’opportunités et de capacités à défendre leurs intérêts réels dont disposent les différents groupes sociaux. Par conséquent, les stratégies et modes de « clôture sociale » sont également différents. Le système de stratification sociale est une structure de rapports de forces (Bourdieu et Passeron, 2002). Les modes de reproduction de l’ordre social sont actifs au sein de la structure de pouvoir. En d’autres termes, les « clôtures sociales » sont fondées sur les rapports de force sociaux par les groupes dominants qui utilisent leur pouvoir pour préserver leurs moyens de reproduction et maintenir l’ordre social.

31Ce type de mécanisme d’auto-reproduction des positions de monopole s’exprime pleinement dans l’économie de marché moderne. Sur la forme, cette économie de marché moderne a pour principe le libre-échange et l’égalité formelle des participants ; elle établit un système économique basé sur des relations d’échanges réciproques entre différents individus et organisations. Les participants ayant une position de monopole en matière de biens et de ressources peuvent utiliser leurs privilèges pour forcer les participants qui ont besoin de ces ressources à obéir à leur volonté et échanger ces biens et ressources contre leur soumission (Blau, 1967). Ce type de pouvoir ne s’exerce généralement pas de manière coercitive mais indirectement sous forme de conventions, d’action volontaire et de contrat. Quand les individus se trouvent en position faible sur le marché, qu’ils ne sont pas satisfaits du processus et du résultat de l’échange, peu ont la capacité et l’opportunité de changer cette situation ; dans la structure de pouvoir du marché, leur choix est préalablement limité. Ainsi Bourdieu soulignait que les symboles de l’acte éducatif dans les sociétés modernes expriment les intérêts matériels et symboliques des groupes ou catégories sociales ; que ce soit par un renforcement des formes, des contenus ou des objets, ils favorisent toujours la reproduction de la structure de distribution du capital culturel entre ces groupes ou catégories. Mais cela s’accomplit toujours sous des formes indirectes (Bourdieu et Passeron, 2002).

32Notre discussion sur les mécanismes de reproduction révèle la très forte rigidité de la structure sociale dans la réalité. Bien que, dans les sociétés modernes, et en particulier dans les économies de marché, il n’existe pas de réglementations ou de systèmes formels discriminatoires limitant les opportunités sociales des individus, la protection, l’expansion et la transmission des intérêts constituent la force motrice qui peut mobiliser une diversité de ressources pour construire cette stratification sociale et transmettre de génération en génération cet ordre social. Une telle logique de reproduction est indépendante de l’industrialisation et des institutions et se déploie dans différentes sociétés.

33Quand le système de stratification révèle un tel modèle d’hérédité stable des privilèges, une question ne peut être évitée : quel est le rapport entre les changements sociaux et les mécanismes de reproduction ? Serait-il possible que les changements sociaux n’exercent aucune influence sur l’ordre social ? Il s’agit là d’une question extrêmement complexe. Selon nous, un système de stratification sociale n’est pas une structure purement objective, c’est un système social que divers groupes sociaux construisent et font fonctionner. Les groupes qui détiennent des privilèges utilisent leur position pour déplacer les intérêts et ressources liés à une position vers d’autres positions. L’hérédité des privilèges dans l’ordre de la stratification est toujours préservée au cours du processus de changement social. Le changement de système se produit sous le contrôle des catégories privilégiées, les mécanismes de reproduction conduisent à la perpétuation directe de l’ancien ordre social. Nombre de recherches sur les pays d’Europe de l’Est et sur la transition de la Chine vers l’économie de marché confirment ce type de mécanisme de reproduction (Bian Yanjie, Sun Liping et Lu Hanlong, 2002). L’expérience de la Chine correspond à ce phénomène.

34Les réformes chinoises ont été dirigées par l’État. Une transition de système dirigée par l’État signifie que celle-ci est un processus promu par les groupes privilégiés dans lequel l’État déploie les ressources et le pouvoir du haut vers le bas et de manière contrôlée. Par conséquent, ces groupes disposent d’un pouvoir d’initiative et d’un pouvoir de direction dans ce type de transition (y compris les transitions vers d’autres mécanismes économiques). D’un côté, ils font sans cesse avancer le processus de développement du marché, ils se servent de leurs anciens privilèges pour le promouvoir aux moments opportuns. Au cours de ce processus, la perpétuation ou le transfert du pouvoir, le développement du marché, les traditions culturelles locales, le type et le degré de « dépendance au chemin », peuvent tous devenir des mécanismes pour assurer le maintien de leurs privilèges et leur transmission aux générations suivantes, et donc décider du résultat de l’évolution de la structure de stratification sociale. C’est dans ce genre de transition vers le marché que s’enracine le caractère de double reproduction.

35Le développement des mécanismes de marché diminue l’influence du politique, il favorise l’usage de la nature égalitaire apparente du « marché » dans la transmission de l’hérédité directe intergénérationnelle. Par conséquent, la question-clef concernant le changement de modèle de stratification sociale est : quelle catégorie sociale devient dominante dans la transition ? Ses membres sont-ils capables de promouvoir de manière contrôlée cette transition ? À l’heure actuelle, il existe déjà de nombreuses recherches qui montrent le déplacement réussi de cette position dominante et privilégiée dans les processus de transition (Rona-Tas, 1994 ; Lin Nan et Bian Yanjie, 1991 ; Stark, 1996 ; Lin Nan, 1995 ; Parish et Michelson, 1996 ; Zhou Xuegang, 2000a, 2000b).

36Lorsque la transition est dirigée et promue par des groupes occupant une position inférieure dans l’ancien système de stratification sociale, cet ancien ordre social peut connaître des bouleversements considérables : les anciennes catégories privilégiées « chutent » socialement et les anciennes catégories inférieures peuvent devenir les « catégories dominantes » dans le nouvel ordre social. Dans un tel changement de système, après la formation d’un nouvel ordre social, le modèle de mobilité sociale va rapidement révéler le processus de reproduction sociale par la transmission des privilèges. Certaines études sur les sociétés socialistes ont déjà démontré un tel processus (Giddens, 1973 ; Parkin, 1969). Ainsi, bien qu’une « révolution sociale » puisse transformer un ordre social et construire un nouveau système de stratification, le modèle de mobilité suivra toujours la logique de la reproduction. La concurrence et les conflits d’intérêts déterminent la logique de la reproduction.

3. Mécanisme de domination

37Si l’on s’accorde sur le fait que le modèle d’hérédité des privilèges est régi par un mécanisme de reproduction, et donc qu’il existe une logique de reproduction, il reste un point à analyser : comment se maintient un tel mécanisme ? Dans un système de stratification, tous les groupes sociaux qui se trouvent dans des positions sociales différentes adoptent toutes sortes de moyens pour défendre, élargir et maintenir leurs propres intérêts, se disputent les ressources, le pouvoir et les opportunités sociales pour maintenir leurs propres intérêts, engendrant une forte concurrence, voire même des conflits. Comment les groupes sociaux qui bénéficient de privilèges dans le système de stratification sociale face à la concurrence voire l’antagonisme des groupes sociaux relativement défavorisés réalisent-ils la transmission de génération en génération du monopole et de l’exclusivité de leur pouvoir, de leurs ressources et de leurs opportunités sociales ? Pourquoi les groupes défavorisés tolèrent-ils la transmission intergénérationnelle de leur position inférieure, et pourquoi sont-ils incapables de changer leur propre position ? Pour le dire autrement : pourquoi la logique de reproduction est-elle rarement rompue et remplacée par des mécanismes de mobilité ? À titre d’exemple, si le système éducatif est, comme le décrivait Bourdieu, un outil de reproduction des classes sociales, pourquoi les groupes ou classes en position inférieure ne peuvent-elles résister à un tel système et en établir un nouveau ? Ceci montre que d’autres mécanismes jouent un rôle dans l’existence d’un modèle d’hérédité des privilèges. C’est la une question que nous devons continuer à discuter dans ce chapitre. Selon nous, ces autres mécanismes qui coexistent avec ceux de la reproduction peuvent être appelés « mécanismes de domination ».

38Dans une société caractérisée par la pénurie relative des ressources et de vives concurrences d’intérêts, le maintien de la logique de reproduction, ou de toutes sortes de mécanismes de monopole, de clôture et d’exclusion, est permis parce que les groupes sociaux occupant une position de domination non seulement usent de leur pouvoir comme une « violence » ou une « force » directe, mais surtout transforment leur pouvoir en une forme particulière – la domination au sens de Weber – c’est-à-dire un ordre de domination qui maintient le système de stratification sociale ainsi que sa reproduction.

a) Pouvoir institutionnalisé

39La reproduction, pour être maintenue, suppose qu’une domination institutionnalisée soit établie impliquant la société entière, par exemple dans les domaines des droits sociaux, du droit de propriété ou celui des droits du citoyen. N’importe quel groupe social monopolisant des privilèges a la possibilité d’utiliser sa propre position pour imposer des règles de concurrence à ses adversaires réels ou potentiels, de sorte que ces règles correspondent à leurs propres intérêts et que les adversaires les respectent, favorisant ainsi la reproduction de la stratification sociale.

40L’institutionnalisation de la violence ou de la force en pouvoir de domination signifie que la domination s’appuie sur un ensemble de normes formelles, règles qui en principe ne sont pas individualisées mais universelles. Autrement dit, ces règles ne peuvent pas être modifiées en raison de changements individuels ou de changements de circonstances. L’institutionnalisation de la domination est mise en œuvre par une série de moyens coercitifs directs ; en règle générale, elle exige l’adoption de règles légales ; au final elle se lie avec la puissance et la violence, voire même on peut dire qu’elle-même est issue de la transformation de la force (Lenski, 1988). Les espaces de pouvoir que recouvre la domination institutionnelle sont moins nombreux que ceux liés à la stratification sociale. La domination institutionnelle est plus coercitive et directe ; par conséquent, elle est plus stable et plus efficace. D’un autre point de vue, la domination ne dépend pas seulement de la puissance ou de la faiblesse du pouvoir qui constitue sa base. Une telle domination par la force impose de faire face à beaucoup plus de résistance ou de sabotages de la part des groupes concurrents. Par conséquent, la domination a besoin d’être institutionnalisée.

41Lorsque les rapports de force dans le système de stratification sociale prennent la forme d’un pouvoir institutionnalisé, les mécanismes de reproduction – comme le monopole, la clôture et l’exclusion – se généralisent. La domination institutionnalisée conforte le rôle de l’État, voire même se présente comme le pouvoir d’État. Défier un tel pouvoir signifie affronter plus de pressions et de difficultés. Le pouvoir se traduit sous forme de « droits », de la garantie des intérêts ; et la préservation des positions des groupes sociaux, en particulier des groupes occupant une position privilégiée, devient encore plus stable : en effet, l’institutionnalisation de la domination signifie la production de droits institutionnalisés. Cela contribue à l’institutionnalisation des modes de clôture et d’exclusion sociale et favorise davantage le maintien des positions sociales. En d’autres termes, il suffit pour les individus d’occuper ces positions ou rôles pour disposer naturellement d’un pouvoir de domination ; comme l’a noté Gerhard Lenski (1988) : « le pouvoir institutionnalisé garantit que les intérêts affluent automatiquement vers ces gens-là… ». Lorsqu’ils étudient les modèles de mobilité sociale en Chine, certains chercheurs ont accordé une grande attention aux formes d’institutionnalisation du pouvoir : par exemple, la nature et le système des grades administratifs dans les unités de travail en Chine. On ne saurait expliquer convenablement le modèle de mobilité sociale en Chine sans prendre en compte ces pouvoirs de domination institutionnalisés (Walder, 1992, 1996 ; Lin Nan et Bian Yannan, 2002 ; Xu Xinxin, 2000)

b) De la « légitimation » du pouvoir

42Le pouvoir de domination ne possède qu’une légitimité sociale ; il faut faire en sorte qu’il corresponde aux idées de justice, d’égalité et de morale, d’éthique partagées par la plupart des membres de la société. Que ce soient les modes de « clôture sociale » ou d’institutionnalisation de la domination, bien qu’ils assurent la reproduction sociale, ils ne sont pourtant pas les moyens les plus efficaces pour mettre en pratique cette domination, préserver et transmettre les intérêts acquis par la position sociale et en tirer profit. Il faut socialement légitimer le pouvoir, faire en sorte qu’il soit admis comme un ordre social « naturel ».

43C’est à cette condition que les différents modes de reproduction peuvent se maintenir en se heurtant à un minimum de contestations et de résistances. Par conséquent, en ce qui concerne le maintien des mécanismes de reproduction, les mécanismes de légitimité de la domination sont plus dissimulés et plus intériorisés, et par conséquent probablement plus efficaces, que l’institutionnalisation du pouvoir.

44En réalité, les différentes formes de clôture sociale et les pouvoirs institutionnalisés existant dans le système de stratification possèdent une légitimité plus ou moins forte. S’ils ne sont pas légitimes, ils ne peuvent se maintenir dans un contexte de concurrences violentes et de conflits acharnés. Dans une telle situation, la domination par la violence ou la force serait devenue le mode le plus important du maintien du système de stratification sociale. Il est nécessaire d’indiquer que la « légitimité » ne désigne pas seulement une légitimité en termes de droits mais qu’elle reflète beaucoup plus une adhésion à des valeurs culturelles ou à une idéologie. Autrement dit, les groupes sociaux qui occupent une position privilégiée recourent à leurs pouvoirs culturels et idéologiques pour faire de l’ordre social et de l’ordre de domination une sorte d’ordre naturel. Ils les imposent à la majorité des membres de la société afin qu’ils les acceptent comme justes ou légitimes. Ces ordres sociaux et ordres de domination se donnent dès lors une « aura de légitimité », l’inégalité produite par la société est transformée en un droit « naturel ». Comme le disait Pascal : « Impuissants à rendre plus fortes les choses justes, les individus ont déjà rendu juste les choses fortes » (Lenski, 1988). Dans une telle situation, « obéir » à un ordre donné n’est plus le résultat de la peur ou de la contrainte, mais est devenu un « devoir » ou une « habitude ».

45L’institutionnalisation et la légitimation du pouvoir de domination sont encore dotées d’une autre vertu dans la reproduction : créer un espace de mobilité limité à côté du modèle dominant d’hérédité. D’un côté, elle donnent encore plus de stabilité à l’ordre social et diminuent les possibilités de contestation, et, d’un autre côté, elles restreignent le domaine dans lequel s’exerce le pouvoir de domination. Mais quand certaines mobilités entre des catégories proches ou des mobilités de courte distance deviennent possibles, l’ordre social apparaît posséder, malgré le poids de la reproduction, une flexibilité relative.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BIAN YANJIE et LOGAN, J. (1996) : Market Transition and the Persistence of Power : The Changing Stratification System in Urban China, American Sociological Review vol. 61.

— (1999) : Shichang zhuanxing yu shehui fenceng (Transition de marché et stratification sociale), in TU ZHAOQING, LIN YIMIN (eds.) : Gaige kaifang yu zhongguo shehui : xifang shehuixue wenxian pingshu (Réformes et société chinoise : commentaires dans les publications sociologiques en Occident), Hongkong, Oxford University Press.

BIAN YANJIE, SUN LIPING, LU HANLONG (eds.) (2002) : Shichang zhuanxing yu shehui fenceng : meiguo shehui xuezhe fenxi zhongguo (Transition de marché et stratification sociale : comment les sociologues américains analysent la Chine), Pékin, Sanlian shuju.

BLAU, P., DUNCAN, O. (1967) : The American Occupational Structure, New York, John Wiley Press.

BOURDIEU, P., et PASSERON, J-C. (2002) : Zaishengchan – yizhong jiaoyu xitong lilun de yaodian (La reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement), Pékin : Shangwu yinshuguan.

CAI RUIMING (1997) : Duishu xianxing moxing yu duishu xiangcheng moxing de fazhan yu yingyong (Développement et application du modèle linéaire de logarithme et du modèle de multiplication de logarithme), in YANG WENSHAN (ed.) : Shehui kexue jiliang fangfa fazhan yu yingyong lunwenji (Recueil d’articles sur le développement et l’application des méthodes de mesure en sciences sociales), Taipei, Centre Sun Yat-sen de recherche en sciences humaines et sociales de l’Institut de recherche central.

CHEN YINGYING (1995), Zhiye jiegou yu liudong (Structure professionnelle et mobilité), Pékin, Dongfang chubanshe.

CHEN YUAN, DAI JIANZHONG (1995) : Intergenerational Mobility in Modern China, European Sociological Review vol. 11.

ERIKSON, R., GOLDTHORPE, J. (1987a) : Commonality and Variation in Social Fluidity in Industrial Nations, Part 1 : A Model for Evaluating the “FJH Hypothesis”, European Sociological Review vol. 3.

— (1987b) : Commonality and Variation in Social Fluidity in Industrial Nations, Part 2 : The Model of Core Social Fluidity Applied, European Sociological Review vol. 3.

— (1992) : The Constant Flux : A Study of Class Mobility in Industrial Societies, Oxford, Clarendon Press.

FEATHERMAN, D., LANCASTER, J., HAUSER, R (1975) : Assumptions of Social Mobility Research in the United States : The Case of Occupational Status, Social Science Research vol. 4.

GANZEBOOM, H., TREIMAN, D., ULTEE, W. (2002) : Daiji fenceng bijiao yanjiu de sandai ji yihou de fazhan (Recherche comparative sur la stratification intergénérationnelle : trois générations et leur futur), Qinghua sheshuixue pinglu (Commentaires en sociologie de Tsinghua).

GIDDENS, A. (1973) : The Class Structure of the advanced Societies, Londres, Hutchinson.

GOLDTHORPE, J. (1964) : Social Stratification in Industrial Society, in HALMOS, P. (ed.) : The Development of Industrial Societies, Sociological Review Monograph No. 8, Keele, University of Keele Press.

GRUSKY, D. (ed.) (2001) : Social Stratification : Class, Race, and Gender in Sociological Perspective, Boulder, Westview Press.

HAUSER, R. (1984a) : Vertical Class Mobility in Great Britain, France and Sweden, Acta Sociologica vol. 27.

— (1984b) : Some Cross Population Comparisons of Family Bias in the Effects of Schooling on Occupational Status, Social Science Research vol. 13.

HAUT, M. (2004) : How Inequality May Affect Intergenerational Mobility, in NECKERMAN, K. : Social Inequality, New York, Russell Sage Foundation.

IMADA, T (1991) : Shehui jieceng yu zhengzhi (Classes sociales et politique), Pékin, Jingjiribao chubanshe.

LENSKI, G. (1988), Quanli yu tequan : shehui fencing de lilun (Pouvoir et privilèges : une théorie de la stratification sociale), Hangzhou, Zhejiang renmin chubanshe.

LI CHUNLING (1997) : Zhongguo chengzhen shehui liudong (Mobilité sociale dans les villes chinoises), Pékin, Shehuikexue chubanshe.

LI LULU (2002) : Zhidu zhuanxing yu fenceng jiegou de bianqian : jieceng xiangdui guanxi moshi de shuangchong zaishengchan (Transition institutionnelle et évolution de la stratification sociale : la « double reproduction » du modèle de relations entre les couches sociales), Zhongguo shehui kexue (Sciences sociales en Chine) n. 6.

LI LULU (2003) : Zhidu zhuanxing yu fenceng jiegou de bianqian : cong “jianjie zaishengchan” dao “jianjie yu zhijie zaishengchan” bingcun (Transition institutionnelle et évolutions de la stratification sociale : de la « reproduction indirecte » à la coexistence des reproductions « indirecte » et « directe »), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 5.

LI LULU (2006) : Social Reproduction and Dominance : Further study on social mobility regimes, Sociological Studies vol. 21, n. 2 (Mai).

LIN NAN (1995) : Local Market Socialism : Local Corporatism in Action in Rural China, Theory and Society vol. 24.

LIN NAN, BIAN YANJIE (1991) : Getting Ahead in Urban China, American Journal of Sociology vol. 97.

LIU JINGMING (1999) : Wenge shijian dui ruxue shengxue moshi de yingxiang (La récupercussion de la Révolution culturelle sur le mode de scolarisation), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) vol. 6.

NEE. V. (1989) : A Theory of Market Transition : From Redistribution to Markets in State Socialism, American Sociological Review vol. 54.

— (1991) : Social Inequalities in Reforming State Socialism : Between Redistribution and Market, American Sociological Review vol. 56.

— (1996) : The Emergence of a Market Society Changing Mechanisms of Stratification in China. American Journal of Sociology vol. 101.

NEE. V., MATTHEWS, R (1996) : Market Transition and Societal Transformation in Reforming State Socialism, Annual Reviews Sociology vol. 22.

PARISH, W., MICHELSON, E. (1996) : Politics and Markets : Dual Transformations, American Journal of Sociology vol. 101.

PARKIN, F. (1969) : Class Stratification in Socialist Societies », The British Journal of Sociology vol. 20.

— (1974) : The Social Analysis of Class Structure, London, Tavistock.

PENG YUSHENG (2000) : Xiandai Yingguo jieji yu zhiye de daiji liudong (Classes sociales en Grande Bretagne contemporaine et mobilité professionnelle intergénérationnelle), Guowai shehuixue (Sociologies étrangères) vol. 5.

RONA-TAS, A. (1994) : The First Shall Be Last : Entrepreneurship and Communist Cadres in the Transition from Socialism, American Journal of Sociology vol. 100.

SONG SHIGE (1998) : Quanli zhuanhuan de yanchi xiaoying : dui shehuizhuyi guojia xiang shichang zhuanbian guocheng zhong de jingying zaishengchan yu xunhuan de yizhong jieshi (Effet à retardement du transfert de pouvoir – une explication de la reproduction et de la circulation des élites dans la transition du pays socialiste vers le marché), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) vol. 3.

STARK, D. (1992) : Path Dependence and Societies Strategies in Eastern Europe, East European Politics and Societies vol. 6.

— (1996) : Recombinant Property in East European Capitalism, American Journal of Sociology vol. 101.

STARK, D., NEE, V. (1989) : Toward an Institutional Analysis of State Socialism, in Victor Nee et David Stark (eds.), Remaking the Economic Institutions of Socialism : China and Eastern Europe, Stanford, Stanford University Press.

SZELENYI, I. (1978) : Social Inequalities in State Socialist Redistributive Economies, International Journal of Comparative Sociology vol. 19.

— (1993) : Zirkulation der Elite ? Wandlung der Gesellschaftsstruktur in Mitteleuropa in der postkommunistischen Uebergangsperiode, in BAYER, J., DEPPE, R. (eds) : Der Schock der Freiheit, Ungarn auf dem Weg in die Demokratie, Francfort sur le Main, edition Suhrkamp.

SZELENYI, I., KOSTELL, E. (1996) : The Market Transition Debate : Toward a Synthesis ? American Journal of Sociology vol. 101.

WALDER, A. (1992) : Property Rights and Stratification in Socialist Redistributive Economies, American Sociological Review vol. 57.

— (1995) : Career Mobility and the Communist Political Order, American Sociological Review vol. 60.

— (1996) : Markets and Inequality in Transitional Economies : Toward Testable Theories, American Journal of Sociology vol. 101.

WANG FENYU, LI LULU (2001) : Zhongguo chengshi laodongli liudong : congye moshi, zhiye shengya, xin yimin (Migration de la main-d’œuvre dans les villes chinoises : mode d’accès à l’emploi, carrière professionnelle, nouveaux migrants), Pékin, Beijing chubanshe.

WHYTE, M., PARISH, W. (1984) : Urban Life in Contemporary China, Chicago, The University of Chicago Press.

XU XINXIN (2000) : Dangdai zhongguo shehui jiegou bianqian yu liudong (Évolution de la structure sociale et mobilité en Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

XU BAOQIANG (2001) : Fan shichang de zibenzhuyi (Le capitalisme antimarché), in XU BAOQIANG, LIANG JINGDONG (eds.) : Fan shichang de zibenzhuyi (Le capitalisme anti-marché), Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe.

Zhongguo tongji nianjian, 2001 (Annuaire statistique de Chine, 2001), Pékin, Zhongguo tongji chubanshe.

ZHOU XUEGUANG (2000a) : Economic Transformation and Income Inequality in Urban China : Evidence from Panel Data, American Journal of Sociology vol. 105.

— (2000b) : Reply : Beyond Debate and Toward Substantive Institutional Analysis, American Journal of Sociology vol. 105.

ZHOU XUEGUANG, TUMA, N., MOEN, P. (1996) : Stratification dynamics under State Socialism : The case of China cities, 1949-1993, Social Forces vol. 28.

ZHOU XUEGUANG (1997) : Institutional Change and Job-Shift in Urban China, 1949 to 1994, American Sociological Review vol. 62.

Notes

1 Les données utilisées dans cet article proviennent de deux sources. (1) une enquête menée en 1998 dans les trois villes de Beijing, Wuxi et Zhuhai. Parmi les 4 364 personnes sélectionnées possédant un hukou de la ville de résidence, 3 975 étaient valides. Afin de centrer l’analyse, les personnes possédant un hukou rural ou bien d’une autre ville n’ont pas été pris en compte. Pour une présentation détaillée de cette enquête, (2) l’enquête CGSS 2003 menée par l’Université du Peuple de Chine et l’Université des sciences et de la technologie de Hongkong, voir http://www.chinagss.org.

2 À signaler que la présente recherche ne nie pas les changements provoqués dans la structure sociale par la transition vers le marché. Mais étant donné la multi-dimensionnalité de ces changements, nous pensons que l’effet principal des mécanismes de marché s’exerce principalement dans le domaine des mécanismes de structuration, et non pas dans celui des rapports entre catégories sociales.

3 Beaucoup de recherches se sont intéressées au modèle de reproduction des catégories sociales dans les sociétés socialistes traditionnelles, par exemple Frank Parkin, Anthony Giddens.

4 Bien que tous les interviewés possèdent un hukou urbain, certains ont un premier emploi en tant que paysans, d’autres ont un père paysan. Compte tenu des limites de l’objet d’analyse de cette étude, ouvriers et paysans sont rassemblés dans la même catégorie, il s’agit dans les deux cas de travailleurs manuels.

5 « The International Stratification and Mobility File » est un projet de collecte de données sur « la stratification sociale et la mobilité sociale » initié par Ganzeboom et Treimain, et soutenu par le département de sociologie et la banque de données en sciences sociales de l’Université de Californie à Los Angeles. L’objectif était de créer une banque de données qui réponde au besoin des études comparatives internationales sur la mobilité sociale. En décembre 2004, cette banque recueillait déjà 200 enquêtes issues de 42 pays et régions. Voir http://www.sscnet.ucla.edu/issr/da/Mobiliy/mobindex.html.

6 Pour en savoir plus sur la CGSS, voir http://www.chinagss.org. Le sondage national administré par le département de sociologie de l’Université du peuple de Chine et des chercheurs américains en 1996 dans les villes et campagnes utilise l’échantillonnage PPS avec 6 090 échantillons. L’enquête aborde les domaines suivants : parcours éducatif et professionnel, histoire familiale, revenus et gestion, etc.

Auteur

Professeur de sociologie, Directeur du Département de sociologie de l’Université du Peuple, Pékin.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site