Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Du bon usage de la « station thermale » en France (xixe siècle-début xxe siècle)

Carole Carribon

Texte intégral

  • 1 Loi du 13 avril 1910, J.O. du 15 avril 1910, p. 3429-3430.
  • 2 L’adjectif « hydrominéral » retenu par le législateur est, stricto sensu, plus correct que celui d (...)

1Selon les termes de la loi du 13 avril 1910, « toute commune, fraction de commune ou groupe de communes qui possède sur son territoire soit une ou plusieurs sources d’eaux minérales, soit un établissement exploitant une ou plusieurs sources d’eaux minérales, peut être érigée en station hydrominérale1 ». À la lecture de cet article de loi, deux constats s’imposent. Dans un premier temps, on ne peut manquer de souligner le caractère tardif de l’adoption d’une définition officielle des stations thermales2 alors que l’Etat s’intéresse depuis fort longtemps aux sources d’eaux minérales et à leur utilisation thérapeutique. Faut-il rappeler que dès 1605 et la création de la « Surintendance des eaux minérales de France », chargée du recensement, de la protection et de la prospection des sources du royaume, les pouvoirs publics ont eu à cœur d’exercer un contrôle sur le thermalisme, tant par souci de santé publique que par intérêt économique ? En second lieu, on ne peut qu’être frappé par la simplicité de la définition presque tautologique adoptée par l’Etat, et se demander dans quelle mesure celui-ci ne fait qu’entériner un fait accompli, une réalité médicale mais aussi économique, en accordant le titre de « station hydrominérale » à des localités déjà reconnues comme telles.

2Dès lors, pour quelles raisons l’Etat estime-t-il devoir fournir, au début du xxe siècle, une définition de référence des « stations hydrominérales » ? Le décalage chronologique entre réalité de pratiques thérapeutiques et sociales développées depuis des temps anciens et adoption tardive d’une terminologie officielle dans le cadre de la procédure de classement des stations françaises invite tout d’abord à inscrire la définition – voire les définitions – des « stations thermales » dans un contexte scientifique. Dans un second temps, dans le sillage des médecins du xixe siècle et du début du xxe siècle, l’existence d’un bon usage des eaux dans les villes thermales peut être questionnée, avant d’examiner les enjeux de la procédure de définition et de classement des « stations hydrominérales » françaises opérée en deux temps, en 1910 puis au lendemain de la Grande Guerre.

Eaux minérales et stations thermales : définitions scientifiques contre vision profane ?

3La littérature médicale sur le thermalisme est, au xixe siècle, pléthorique. Le chercheur a à sa disposition un nombre important de thèses de médecine et de pharmacie, une abondante presse médicale, parisienne et provinciale, ainsi que des journaux spécialisés incarnés par exemple par La gazette des eaux au xixe siècle ou La presse thermale et climatique après la Première Guerre mondiale. S’y ajoutent de très nombreux ouvrages consacrés à la thérapeutique thermale, des monographies, des annuaires et des guides pratiques constituant une passerelle entre écrits scientifiques et ouvrages de vulgarisation à l’usage de ceux que l’on appelle encore les « buveurs d’eaux ». Synthèses des connaissances du temps et outils au service d’un public averti, les dictionnaires médicaux constituent également une source pertinente pour appréhender la perception scientifique des eaux minérale et des stations.

Eaux et stations : définitions, débats, enjeux

  • 3 Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, Paris, Panckouk (...)
  • 4 Adelon, Béclard, Biett [et al.], Dictionnaire de médecine, Paris, Béchet jeune, 21 volumes, 1821-18 (...)
  • 5 Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, Gabon, Méquignon-Marvis, J.-B. Baillièr (...)
  • 6 P.-H. Nysten, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de (...)
  • 7 Dr Jaccoud (dir.), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J.-B. Bailli (...)
  • 8 A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, G. Masson, P. Asse (...)
  • 9 Dr Jaccoud (dir.), op. cit., tome 6, p. 507.

4« On donne le nom d’eaux minérales aux eaux qui contiennent une assez grande quantité de substances médicamenteuses, pour avoir sur l’économie animale une action particulière, dépendante de la nature et des proportions de ces substances. […] On distingue les eaux minérales naturelles relativement à leur température, en chaudes ou thermales, et en froides ». Cette définition, extraite du premier dictionnaire médical encyclopédique du xixe siècle, « le » Panckoucke3, est peu ou prou reprise dans les ouvrages analogues du siècle : dictionnaires d’Adelon, dans sa première comme dans sa deuxième édition4, d’Andral5 et, dans la seconde moitié du siècle, de Nysten6, Jaccoud7 ou Dechambre8, pour ne citer que les plus célèbres. La définition des eaux minérales naturelles comprend donc à la fois un élément interne – ses caractéristiques chimiques et physiques – et un élément externe, l’usage qui en est fait à des fins médicinales. La France en compterait plus de mille, quatorze cents selon le dictionnaire d’Andral9.

  • 10 20° Réaumur = 25 ° Celsius. En 1921, l’inventaire réalisé par le Service des Mines fixe par exempl (...)
  • 11 Du grec krêné/ source et therapeia/traitement : traitement par les eaux de source, à la source ell (...)

5Sont « thermales » les eaux minérales naturelles de température élevée : au xixe siècle, le chiffre plancher fréquemment retenu est de 20 degrés Réaumur, mais cette norme évolue10. Le thermalisme devrait théoriquement signifier l’exploitation et l’utilisation thérapeutique de sources chaudes mais, de fait, le terme est couramment employé pour désigner tout traitement médical par une eau minérale, quelque soit sa température. Il remplace le vocable plus savant, mais peu usité, de crénothérapie11. Dans le langage usuel, le terme de « station thermale » revêt donc une acception large.

  • 12 A. Furetière (dir.), Dictionnaire universel, 1690.
  • 13 Dictionnaire de l’Académie française, 1694.
  • 14 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle.
  • 15 Le mot « station » y désigne la capacité à se tenir debout.
  • 16 P.-H. Nysten, op. cit., 1865, p. 1428.
  • 17 A. Dechambre (dir.), op. cit., série 3, tome 11 (Spe-Ste), 1883, p. 521.

6« Lieu où l’on s’arrête pour se reposer12 », « pause, demeure de peu de durée qu’on fait dans un lieu pour se reposer13 », la « station thermale » est, dans le Grand dictionnaire universel Larousse, assimilée à « l’établissement thermal fréquenté pendant une certaine partie de l’année14 ». Aucune de ces définitions n’est fondée sur des critères scientifiques et les dictionnaires médicaux de l’époque n’utilisent pas le terme « station » dans les articles consacrés aux communes hydrominérales15. Il faut attendre l’édition de 1865 du Nysten pour que les stations thermales soient définies comme « diverses installations établies près des sources thermales à l’effet d’y séjourner et d’y suivre un traitement en rapport avec la nature des eaux et les conditions climatériques du lieu d’émergence16 ». Longtemps, les « stations médicales17 » restent assimilées aux lieux de villégiature hivernale et/ou marine ; dans le Larousse médical illustré de 1924, les « stations pour malades » sont soit balnéaires, soit en altitude, sans que soit mentionnée la spécificité des communes hydrominérales.

  • 18 G. Bardet, Notes hydrologiques, deuxième série – stations de France et d’Allemagne, Paris, Doin, 1 (...)
  • 19 En 1927, le rapport annuel de l’Office National du Tourisme dresse une liste de 117 stations hydro (...)

7Le terme de « station thermale » – « thermal » signifiant « hydrominéral » – n’est donc pas issu du vocabulaire médical ; il appartient au registre commun pour désigner un lieu de pause et de repos. Définition qu’a peut-être renforcée une autre acception courante de la « station », lieu d’arrêt des voitures publiques puis, dans la seconde moitié du XIXe siècle, des trains, à une époque où l’essor des villes d’eaux est indissociable de celui du chemin de fer. Les « stations thermales » sont à la fois des lieux de cure et de villégiature. Combien sont-elles en France ? En 1912, le docteur Bardet estime que « sur [un] chiffre maximum de 140 [communes hydrominérales] il en est un grand nombre dont les installations sont si rudimentaires qu’on pourrait facilement les considérer comme non existantes […] Si l’on admet le chiffre de 110, il comprend, très largement, la totalité des villes thermales capables de recevoir des malades18 ». Les guides touristiques et médicaux de l’entre-deux-guerres donnent une fourchette comparable19. Le critère le plus important demeure la capacité d’accueil d’une population exogène.

Des sources… d’incertitude

8Si l’utilisation abusive du terme « thermal » ne semble pas poser de problème, il n’en va pas de même de questions qui, aux yeux des hydrologues, sont primordiales pour expliquer l’action physiologique des eaux et, par là-même, fonder l’usage des eaux minérales sur une base scientifique.

  • 20 Dictionnaire des sciences médicales..., op. cit., volume 55 (Tet-Tric), 1821, p. 96.

9« Lorsqu’on voit jaillir du sein de la terre des eaux pourvues d’une grande chaleur, on est naturellement porté à chercher la cause de ce phénomène. La diversité d’opinions des auteurs sur cet objet est une triste preuve des bornes de l’esprit humain20 » assène le pessimiste Panckoucke au début du xixe siècle. L’origine des sources supposées guérisseuses demeure longtemps un mystère et deux grandes théories, que les articles scientifiques se plaisent parfois à inscrire dans un héritage antique, s’affrontent. La première voit dans les eaux minérales des eaux de surface qui, infiltrées, se réchauffent et se minéralisent avant de remonter à la surface ; la seconde affirme que les eaux chaudes naissent dans les profondeurs de la terre.

  • 21 Idem.
  • 22 Idem.
  • 23 Ibid., p. 98.
  • 24 J.-P. Beaude (dir.), Dictionnaire de médecine usuelle, Paris, Didier, 1849, tome I (A-H), p. 552.
  • 25 En référence à Pierre Simon de Laplace qui élabore vers 1820 la théorie géothermique selon laquell (...)
  • 26 P. Mathieu, M. Perrin, Les eaux minérales, leurs modes d’action, leur emploi, Paris, Flammarion, 1 (...)

10Le dictionnaire Panckoucke n’évoque la théorie d’un « feu central qui [communiquerait] aux eaux la chaleur que nous leur connaissons21 » que pour mieux la récuser d’une formule lapidaire – « l’énoncé seul de cette opinion suffit pour en faire sentir le vide22 » – avant de conclure « que les eaux thermales sont chaudes parce que telle fut la volonté de Dieu ; explication qui, quoiqu’elle ne souffre pas d’objections, ne laisse pas l’esprit sans désir, et ne satisfait pas la curiosité23 » ! Prédomine alors la théorie selon laquelle les eaux de surface, descendues dans les profondeurs de la terre, se réchauffent puis remontent, cycliquement remplacées par de nouvelles eaux de surface infiltrées. Au milieu du xixe siècle, toutefois, la tendance s’inverse : en 1847, dans ses Notes sur les émanations volcaniques et métallifères, le géologue Elie de Beaumont affirme l’origine volcanique des eaux thermales et hyperthermales ; deux ans plus tard, selon le Dictionnaire de médecine usuelle, cette théorie « rejetée pendant longtemps […] a repris faveur aujourd’hui. […] Ces explications qui paraissent avoir tout l’intérêt du roman tant elles sont simples et parlent vivement à l’imagination, sont, nous devons le dire, acceptées aujourd’hui par les savants24 ». Du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle, les deux explications perdurent et coexistent : la théorie « superficielle » ou « géothermique25 » devient « artésienne » ou « neptunienne » ; la théorie dite « volcanique », « éruptive » ou « plutonienne » affirme que les eaux minérales naissent par distillation des roches ignées puis remontent à la surface à la faveur de failles. Paul Mathieu et Maurice Perrin, dans leur ouvrage sur Les eaux minérales, parlent quant à eux d’eaux « exogènes » et d’eaux « endogènes26 ».

  • 27 Dr Jaccoud (dir.), op. cit., tome 12, 1870, p. 236 et sq.
  • 28 G. Levy, « Essai sur l’évolution des idées qui ont régné en hydrologie et influé sur le mode d’emp (...)
  • 29 A. Lerouge, Emanothérapie et cures thermales, Thèse de médecine de la Faculté de Lyon, no 109, 192 (...)
  • 30 Ch. Moureu, « La radioactivité », Presse thermale et climatique, 30 octobre 1922, p. 446.
  • 31 A Toulouse, le professeur Garrigou instaure ce type de cours au début des années 1890 et les assur (...)
  • 32 D’abord instaurées dans les facultés de Toulouse et Bordeaux, des chaires d’hydrologie voient ensu (...)

11La composition des eaux constitue un autre sujet d’incertitude, ce qui donne lieu à des classifications chimiques évolutives, où les nomenclatures se succèdent et se précisent. En 1870, le Jaccoud distingue par exemple les eaux acidules gazeuses, alcalines, salines, sulfureuses et ferrugineuses27. Mais il faut aussi prendre en compte les « eaux thermales indéterminées ou oligométalliques28 » ou parfois faire tout simplement abstraction de l’élément chimique dominant au profit d’une composante minoritaire mais essentielle comme le fer, le cuivre ou l’arsenic. Les classifications chimiques présentent des inconvénients et des lacunes : elles font se côtoyer dans la même catégorie des eaux aux effets thérapeutiques différents ; en outre, elles s’avèrent inopérantes pour les eaux faiblement minéralisées, dites « indéterminées », dont la composition chimique n’a pas une valeur signifiante. Ce qui explique sans doute l’engouement des hydrologues lors de la découverte de la radioactivité : à l’initiative de Charles Moureu et d’Adolphe Lepape, l’analyse et à l’étalonnage de la radioactivité des eaux minérales sont aussitôt entrepris. La radioactivité des eaux pourrait expliquer les propriétés thérapeutiques des eaux « indéterminées29 » mais aussi l’épuisement progressif des caractéristiques des eaux minérales naturelles dès lors que ces dernières jaillissent du griffon. S’agit-il pour autant de l’explication ultime de leur action ? Plus les savants progressent vers l’infiniment petit et l’invisible, plus ils constatent, avec humilité, leur ignorance : « Nous, chercheurs, constate Charles Moureu, nous sommes semblables à l’alpiniste qui, à mesure qu’il gravit les sommets, voit l’horizon s’élargir sans cesse devant lui. L’action des eaux minérales reste mystérieuse30. » Compte-tenu des incertitudes pesant sur les origines et la composition des eaux minérales, les médecins des stations peinent à faire accepter leurs pratiques thérapeutiques par des confrères peu versés dans l’usage médicinal des eaux. L’organisation générale des études médicales accorde en effet une place minime à l’enseignement de l’hydrologie jusqu’au début du xxe siècle, malgré l’instauration de cours entre les années 188031 et les années 1920. Dans l’entre-deux-guerres, l’enseignement universitaire de l’hydrologie acquiert certes progressivement la reconnaissance et le prestige que confèrent les chaires magistrales – les premières datent de 192232 – mais cela ne signifie pas que tous les médecins en exercice soient convaincus, loin s’en faut, de la valeur de la thérapeutique thermale.

12La littérature médicale du xixe siècle et des premières décennies du xxe siècle montre qu’une démarche apparemment simple – définir les eaux minérales et les « stations » – soulève des débats aux enjeux multiples : connaissances scientifiques, adoubement universitaire de la crénothérapie, tensions internes au milieu médical. Les pratiques thérapeutiques des médecins des villes d’eaux sont elles aussi sujettes à questionnement.

Du bon usage des eaux minérales dans les stations thermales

13Tout au long du xixe siècle et encore au siècle suivant, le thermalisme est régulièrement la cible des sceptiques, d’autant plus qu’il est remis en question par les succès d’autres techniques médicales, notamment la chimiothérapie et la chirurgie. Quel impact cela a t-il sur la perception de ce qu’est, ou doit être, une cure thermale ?

Une panacée pour patients crédules et médecins intéressés ?

  • 33 Société royale de médecine, puis Académie royale de médecine, puis Académie nationale de médecine  (...)

14L’usage médicinal des eaux minérales est placé sous la surveillance de l’Académie de médecine33. Or, les médecins sont au premier rang des sceptiques : dans les années 1830, dans le dictionnaire éponyme, le docteur Andral en personne, l’une des grandes figures de la faculté parisienne, et son confrère F. S. Ratier, s’insurgent contre la présentation des eaux minérales comme une panacée avec, preuve à l’appui, la liste des maladies pour lesquelles les eaux de Barèges sont recommandées :

  • 34 Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, op. cit., p. 512.

« Les maladies vénériennes, les affections catarrhales chroniques, l’asthme humide, les maladies laiteuses, les congestions lymphatiques, les scrofules, les suppressions menstruelles, les engorgements du vagin et de l’utérus, les diarrhées sérieuses, l’ictère, les engorgements des viscères abdominaux, les rétractions des muscles, des tendons, des ligaments ; enfin, pour qu’il ne manque rien à leurs propriétés merveilleuses, elles cicatrisent les anciens ulcères et les plaies d’armes à feu. [Elles] conviennent aussi dans les embarras hémorroïdaires, la gêne du sang dans le système de la veine porte, la paresse du foie. Peut-on voir quelque chose de plus vague et de plus incohérent, pour ne rien dire de plus ?34 ».

15Les deux médecins, irrités, dressent un bilan sévère :

  • 35 Ibid., p. 516-519.

« La foule des malades qui fréquentent les eaux peut se diviser en plusieurs classes, à part ceux qui s’y rendent pour faire des dupes. Les uns sont des gens qui s’ennuient et qui sont atteints de quelques affections légères, et susceptibles de guérir par la distraction, l’exercice, les bains, etc. : ceux-là guérissent. Mais ceux qui sont véritablement malades guérissent bien rarement […] Les eaux ont beaucoup perdu de leur crédit. Les idées que nous venons d’exprimer sur cette branche de la thérapeutique sont très généralement admises de nos jours, depuis qu’une juste appréciation des faits a succédé à l’aveugle engouement qui existait jadis en faveur des eaux minérales, et qui ne subsiste plus guère aujourd’hui que chez les médecins intéressés à la question35 ».

16Les auteurs dénoncent, non sans raison, le fait que les médecins assurant la promotion des stations sont ceux qui y exercent leur art durant la saison thermale, ce qui peut jeter la suspicion sur leur objectivité. Les ouvrages médicaux de la première moitié du xixe siècle ne sont certes pas tous aussi négatifs, mais l’intérêt de la critique acerbe du dictionnaire Andral est de synthétiser les reproches adressés au thermalisme : intérêt bien compris des médecins thermaux, absence de fondement scientifique unanimement reconnu, dispersion des indications thérapeutiques, difficulté à déterminer l’influence exacte du traitement thermal. L’évolution des pratiques thérapeutiques tout au long du siècle permet-elle au thermalisme de surmonter ces critiques ?

Pour un bon usage des eaux : la spécialisation des stations

  • 36 J. Penez, Histoire du thermalisme en France au xixe siècle. Eau, médecine et loisirs, Paris, Econo (...)
  • 37 Les contre-indications sont également posées, avec au premier chef les cancers, les cardiopathies (...)

17A côté des classifications chimiques existe une approche clinique qui définit les réactions que les eaux minérales sont supposées provoquer sur l’organisme humain et, en conséquence, les pathologies justiciables d’une cure thermale. Dans la thèse qu’il a consacrée au thermalisme au xixe siècle, Jérôme Penez a souligné à quel point toutes les classifications, chimiques ou cliniques, sacrifiaient à un impératif scientifique censé appuyer la crénothérapie sur des connaissances rigoureusement établies36 et donner au public une vision rationalisée et rassurante des usages thérapeutiques. Ainsi en est-il de la définition progressive d’indications thérapeutiques précises37, en nombre limité, et qui constituent dès lors l’élément majeur d’identification et de distinction de chaque station thermale.

  • 38 Voir un exemple de classification clinique en annexes.

18A l’échelle nationale, un large spectre de maladies est couvert grâce à l’abondance et à la diversité des sources françaises38 : maladies métaboliques telles que le diabète, l’obésité – Vichy, la reine des villes d’eaux, répond par exemple à ces deux indications thérapeutiques ; anémie, affections digestives, intestinales ou rénales sont soignées par les cures de diurèse. Certaines eaux ou boues thermales sont efficaces pour soulager les souffrances ostéoarticulaires (rhumatismes, goutte, arthrite), les affections respiratoires et oto-rhino-laryngologiques, traiter les maladies cutanées ou les « maladies des femmes ». Un séjour dans une station, parce qu’il associe cure et repos, peut également être profitable en cas de troubles neurologiques ou psychosomatiques. Il est recommandé, en termes d’efficacité, de prescrire une cure hydrominérale lors de la phase initiale de la maladie, mais elle peut aussi hâter une convalescence, s’avérer utile après une intervention chirurgicale en accélérant la cicatrisation de blessures ou la réduction de fractures.

19Finis les inventaires à la Prévert : la spécialisation des villes d’eaux françaises met fin aux interminables listes honnies au début du siècle par les docteurs Andral et Ratier. Une critique majeure portée à l’encontre du thermalisme est ainsi levée, mais cette rationalisation permet-elle une totale maîtrise des pratiques ?

Pour un bon usage des eaux : une cure sous contrôle médical ?

  • 39 Décret du 28 janvier 1860 portant règlement d’administration publique, relatif à la surveillance d (...)
  • 40 Dr P. Charmont, « De la nécessité d’une inspection médicale générale des stations thermales et cli (...)
  • 41 Cité dans les Annales des stations hydrominérales, septembre 1935.

20Un décret-loi impérial de 186039 a consacré le principe selon lequel l’usage des eaux n’est subordonné à aucune permission ou ordonnance du médecin. Cette règle est valable en amont – nul n’est tenu d’arriver dans une station muni d’une prescription de son médecin traitant – comme en aval : rien n’oblige le curiste à consulter sur place. Aussi croise-t-on dans les villes d’eaux de nombreux visiteurs qui, après avoir choisi leur destination sans avis médical, fixent eux-mêmes les modalités de leur « traitement », surtout s’il s’agit d’une cure de boisson. « Aucun de nos confrères des stations thermales, déplore un médecin des années 1920, ne pourra nier que des milliers de malades se passent absolument des indications du médecin, et pour obtenir souvent de plus importants pourboires, personnel des établissements, masseurs, masseuses et même parfois domestiques d’hôtels ou de maisons meublées deviennent les grands directeurs de la santé publique40. » Il n’est pas un article ou un ouvrage abordant la question du libre usage des eaux qui ne raconte l’anecdote tragique d’un curiste ayant succombé à une utilisation imprudente et intempestive des eaux. Les médecins mettent les patients en garde contre l’automédication et la croyance en une efficacité de la cure proportionnelle au nombre de bains ou au volume d’eau ingurgité. Tout traitement devrait donc être effectué sous le contrôle d’un praticien, seul qualifié pour déterminer la quantité globale, les rations d’eau, l’intervalle entre les prises, ou encore pour fixer la durée et la température des bains. Mais l’exigence d’une ordonnance médicale reste impossible au regard de la loi et en 1935, l’Académie de médecine se contente de proposer d’afficher près des sources l’avertissement suivant : « L’attention du public est tout particulièrement attirée sur les inconvénients, voire même les dangers des cures hydrominérales suivies sans direction ni surveillance médicale. […] Il est donc recommandé aux personnes désireuses de suivre une cure hydrominérale de ne le faire qu’après avis médical41. »

  • 42 « Lecture d’une communication de M. Boutarel au sujet de l’incident de Saint-Christau », Annales d (...)

21La suppression du libre usage des eaux ne fait cependant pas l’unanimité chez les médecins. Certains craignent que l’obligation d’une consultation médicale soit perçue comme une vexation inutile par les habitués et surtout par les touristes. « Il ne faut pas oublier, rappelle un médecin dans l’immédiat après-guerre, que la prospérité de nos stations est faite non seulement des malades mais des touristes qui viennent par exemple à Vichy ou à Aix pour se distraire, à Cauterets ou à Saint-Sauveur parce que ce sont des centres d’excursion importants. […] Dans nos stations les malades veulent la liberté, la liberté de consulter et la liberté de se mal soigner, même au risque de se faire du mal42. »

22Les médecins thermaux hésitent donc entre leur désir d’avoir plus de pouvoir – sur les patients, mais aussi dans les établissements thermaux, voire dans les communes hydrominérales – et le principe alors sacré de la liberté des curistes. Ils ont en revanche plus de latitude pour s’exprimer sur les modalités de la cure.

Recentrer la cure thermale sur l’eau : un débat scientifique ou politique ?

  • 43 N. Mangin, La vie de société dans les villes d’eaux européennes de 1850 à 1914 - cosmopolitisme et (...)
  • 44 G. Bardet, Notes hydrologiques : première série - Aux stations minérales d’Allemagne et de Bohême (...)

23A la fin du xixe siècle, en France, deux options se disputent l’organisation des cures thermales : soit fonder la cure sur un usage exclusif de l’eau, soit recourir à certains adjuvants. Cette seconde manière d’envisager le thermalisme est assimilée à un modèle germanique avec lequel les hydrologues hexagonaux entretiennent un rapport ambivalent, admiratifs de la réussite des stations d’outre-Rhin tout en étant convaincus de la supériorité des eaux françaises. Après une véritable « croisade patriotique »43 consécutive à la défaite de 1870-1871, la relation des médecins français avec le thermalisme allemand devient moins passionnée ; en témoignent des ouvrages tels que Climat et eaux minérales d’Allemagne du docteur Labat (1902), Notes hydrologiques du docteur Bardet (1910) et Ce que j’ai vu en Allemagne de Louis Lavielle (1913). Parmi les éléments de comparaison étudiés par les différents auteurs, l’organisation de la cure retient plus particulièrement leur attention. Si certaines pratiques, comme l’utilisation d’eaux artificielles, sont décriées, l’exemple allemand invite néanmoins à envisager une conception plus large du thermalisme : « Nos eaux minérales gagneraient certainement beaucoup si nous savions varier davantage leurs modes d’utilisation. Nos stations surtout prendraient plus de valeur économique si nous savions les doter d’une foule d’accessoires qui n’enlèveraient rien à la puissance de l’eau elle-même, mais qui permettrait de mieux occuper le temps du malade44. »

  • 45 L. Lavielle, Ce que j’ai vu en Allemagne (notes et impressions d’un voyage d’études aux stations t (...)
  • 46 Ch. et L. Lavielle, Le bluff des stations thermales austro-allemandes, Bordeaux, J. Péchade, 1916, (...)
  • 47 Idem.
  • 48 Ibidem., p. 26.
  • 49 O. Reclus, Préface de l’ouvrage de Ch. et L. Lavielle, op. cit., p. 4.

24Avec la Grande Guerre, l’heure n’est plus à l’admiration, fut-elle modérée, des villes d’eaux germaniques. L’engouement de la Belle Epoque pour l’organisation remarquable des stations allemandes se mue en une dénonciation systématique d’une utilisation mercantile d’eaux sans valeur thérapeutique ; l’absence de spécialisation des stations d’outre-Rhin est désormais jugée rédhibitoire. Louis Lavielle qui, avant-guerre, s’extasiait à « la vue de merveilles presque inconcevables45 » vilipende désormais « le bluff des stations thermales austro-allemandes46 », affirme que « le Prussien, commerçant malhonnête, a ravalé la médecine thermale au niveau d’un article d’épicerie47 » et parle de « bazar thérapeutique allemand48 ». Onésime Reclus affirme haut et fort que « la France est aussi supérieure à l’Allemagne en fait d’eaux minérales qu’elle l’est en grâce, en esprit, en intelligence et en honneur49 » : le débat a depuis longtemps quitté le champ scientifique…

  • 50 DrHuart, Pour une politique thermale, Aix-les-Bains, Ducret, 1923, p. 13.

25Dans la mesure où les thuriféraires du thermalisme prônaient, à la fin du xixe siècle, l’adoption de mesures déjà appliquées en Allemagne – l’enseignement de l’hydrologie, l’instauration de la taxe de séjour – la spécialisation thérapeutique des stations thermales françaises, opposée aux « eaux à tout faire de la Bochie »50, apparaît comme le véritable signe distinctif et la clef de voûte d’un modèle thermal français. Il ne faut cependant pas se laisser abuser par l’opposition manichéenne entre un modèle national vertueux, exclusivement centré sur l’eau et exempt de tout recours à des techniques étrangères à l’hydrothérapie, et une polyvalence de la cure « à l’allemande ».

  • 51 M. Piéry, « Stations minérales de France et stations minérales d’Allemagne », La Médecine, juin 19 (...)

« Nous devons certes continuer à préciser la spécialisation thérapeutique de nos stations thermales, tant par des travaux de clinique thérapeutique que par la spécialisation elle-même des médecins hydrologues et celle de l’outillage des stations thermales, affirme le docteur Piéry, mais il faut aussi, suivant l’exemple allemand, que nos villes d’eaux deviennent de véritables “villes de santé”. Il faut que ces stations soient aménagées de façon que les malades ou même les simples surmenés y trouvent tous les moyens physiques reconnus capables d’améliorer leur hygiène individuelle51. »

26Ce qui pose la question des moyens dont disposent les stations françaises pour évoluer et se moderniser.

Le classement en « station hydrominérale » : un sésame économique et financier ?

27Pour attirer davantage de curistes et de touristes, en particulier les étrangers, les villes d’eaux françaises doivent améliorer leurs capacités d’hébergement et devenir plus attractives. L’époque des visites royales ou impériales, assorties de dons destinés à l’embellissement des lieux de séjour choisis par les princes, est révolue. Il faut trouver des ressources, si possible régulières. Deux possibilités s’offrent alors aux villes thermales à la recherche de subsides : la première, traditionnelle, consiste à bénéficier des retombées des jeux pratiqués dans les casinos des villes d’eaux ; la seconde, inédite en France, consisterait à instaurer une taxe de séjour. Ces deux options sont retenues par l’Etat français, ce qui le conduit à préciser la définition des stations thermales.

Jeux interdits ?

28Une situation de tolérance illégale a progressivement été créée en France. L’exploitation publique des jeux y est en effet interdite depuis 1781 mais un décret impérial de 1806 a instauré une exception au bénéfice de Paris et des stations thermales. Cette décision a ensuite été abrogée par le Code pénal et par une nouvelle loi de 1836, mais, de fait, environ 150 établissements de jeu existent au début du xxe siècle. En 1902, un arrêt du Conseil d’Etat rappelle que l’application de la loi devrait conduire à la fermeture de tels lieux ; deux ans plus tard s’ouvre au Parlement la discussion du projet de loi Combes-Vallée sur le régime des jeux.

  • 52 Sénat, débats, séance du 31 mai 1907.
  • 53 Assemblée nationale, documents, 29 janvier 1907, annexe no 707.

29Lors des débats parlementaires, une position morale, ou moraliste, consiste à vouloir interdire le jeu par principe, car il s’agit d’un vice qui mène les joueurs à la ruine et au désespoir, en particulier les petites gens. Autre posture de principe : la loi ne doit pas souffrir d’exception, en l’occurrence en faveur des villes saisonnières. Certains voient même dans le jeu le principal responsable du déclin des stations thermales françaises car « ceux qui veulent véritablement se soigner les fuient, ces villes de jeu et de plaisir, et vont chercher ailleurs le repos52 ». Face aux partisans de l’interdiction définitive du jeu s’élèvent les tenants d’un discours plus pragmatique : certes, le jeu est un vice mais il n’est pas « immoral, antisocial, au sens absolu où le sont, par exemple, le faux, le vol, l’adultère. Il est simplement antiéconomique. Dès lors, si dans certaines conditions de temps et de lieu, la tolérance des jeux répond à de sérieux intérêts économiques et favorise la prospérité nationale elle-même, [il faut] faire fléchir un principe abstrait devant le bien général. Tel est précisément le cas des stations balnéaires, thermales et climatériques53 ». Ces dernières doivent faire face à de gros investissements pour se moderniser et accueillir une importante population saisonnière : le jeu est indispensable à la prospérité des villes d’eaux, dont beaucoup se sont endettées pour procéder à des travaux d’assainissement et d’embellissement, en garantissant justement leurs emprunts par le produit des jeux ou les redevances des casinos. La fermeture des établissements de jeu engendrerait donc la faillite des municipalités et celle de multiples acteurs économiques liés à la prospérité des stations. Interdire le jeu dans les stations thermales constituerait un acte suicidaire ; commerçants et élus des villes d’eaux abondent évidemment en ce sens.

  • 54 DrBlondel, Plan d’une station thermale idéale, Rapport au viiie Congrès international d’hydrologie (...)

30Les médecins eux-mêmes sont très partagés : si le docteur Blondel déplore que « la source [ne soit] plus qu’un prétexte pour l’installation d’un tripot fructueux que la loi empêcherait d’installer ailleurs54 », certains de ses confrères n’hésitent pas à affirmer que le divertissement fait partie de la cure et contribue même, lorsqu’il en est fait un usage raisonnable, à son succès. Par ailleurs, les curistes issus des classes les plus élevées et les touristes fuiraient les villes d’eaux s’ils n’y trouvaient plus ce type de distractions.

  • 55 Loi du 15 juin 1907, article 1, J.O. 16 juin 1907, p. 4177-4178.
  • 56 Idem. Cette commission spéciale, confirmée par le décret du 21 juin 1907, fut remplacée en 1911 pa (...)

31La loi du 15 juin 1907 consacre le triomphe du pragmatisme sur le moralisme. Elle prévoit qu’il « pourra être accordé aux cercles et casinos des stations balnéaires, thermales ou climatiques […] l’autorisation temporaire, limitée à la saison des étrangers, d’ouvrir au public des locaux spéciaux, distincts et séparés où seront pratiqués certains jeux de hasard55 ». L’Etat réaffirme le privilège des villes saisonnières en matière de jeu. La loi prévoit que « les autorisations ne pourront être accordées que dans les localités auxquelles le caractère de station balnéaire, thermale ou climatérique aura été reconnu par le ministre de l’Intérieur après avis d’une commission56 » : il devient donc nécessaire de statuer sur la définition desdites stations.

Le classement des stations thermales

  • 57 En vertu de la loi de 1907, un prélèvement (15 %) est opéré sur le produit brut des jeux au profit (...)

32Le terme de « station thermale » pouvait jusque-là être employé par le législateur sans qu’il éprouvât le besoin de le définir ; les textes officiels recouraient à toute une gamme d’expressions allant du général (villes saisonnières, villes d’eaux et stations balnéaires) au particulier (stations thermales ou hydrominérales, climatériques ou climatiques). Mais à compter de 1907, une définition plus stricte est imposée par l’attribution de ressources spécifiques aux stations avec le prélèvement sur le produit du jeu57, alors même que s’engage le débat parlementaire sur l’instauration d’une taxe de séjour.

33La réflexion politique et économique est en la matière fondée, une fois encore, sur l’exemple germanique. En effet, la kurtax, payée par tout étranger résidant plus de cinq jours dans une ville d’eaux allemande ou autrichienne, fournit des fonds importants qui permettent de procéder aux travaux d’aménagement et d’embellissement nécessaires et de pallier l’interdiction des jeux promulguée en Allemagne en 1872. La kurtax est une source de revenus efficace qui, contrairement au jeu, peut être considérée comme honorable.

  • 58 Lettre citée au Sénat, séance du 31 mai 1907.

34Faut-il pour autant l’instaurer en France ? Le célèbre médecin vittelois, le docteur Bouloumié, affirme que « cet impôt gênerait les petites bourses qui ont déjà de la peine à suffire aux dépenses des cures thermales58 » et exprime ses craintes de voir les stations réclamant une taxe désertées au profit de celles qui ne le feraient pas. Le Syndicat général des stations balnéaires et sanitaires de France, pourtant partisan de la taxe de séjour, ne cache pas ses inquiétudes quant aux difficultés d’application. Déposé en juillet 1907, le projet de loi Clemenceau-Caillaux sur « la création de stations hydrominérales et l’établissement de taxes spéciales » a pour objectif d’apporter aux communes thermales françaises une ressource budgétaire en rapport avec les dépenses exigées par leur statut et l’afflux de population saisonnière.

35Avant d’aboutir à la première loi de création des stations de 1910, ce projet subit lors de sa discussion au Sénat des modifications significatives, avec en premier lieu l’élargissement de la loi aux « stations climatiques ». Pour ne pas accabler curistes et touristes de nouvelles impositions, les sénateurs simplifient le projet initial en n’instaurant qu’un seul prélèvement – la taxe de séjour – alors que la première mouture prévoyait également des taxes sur les spectacles, les courses, les entrées aux casinos, les salles de lecture, etc. Cette taxe peut être perçue, contrairement au modèle germanique, dès le premier jour de visite, conséquence directe de l’extension de la loi aux stations climatiques, où les séjours peuvent être très brefs. En revanche, son caractère facultatif est maintenu.

  • 59 Loi du 13 avril 1910, J.O. du 15 avril 1910, p 3429-3430.

36Ainsi, la loi du 13 avril 1910 affirme que « toute commune, fraction de commune ou groupe de communes qui possède sur son territoire soit une ou plusieurs sources d’eaux minérales, soit un établissement exploitant une ou plusieurs sources d’eaux minérales, peut être érigée en station hydrominérale ». La création d’une station thermale « a pour objet de faciliter le traitement des indigents et de favoriser la fréquentation de la station et son développement par des travaux d’assainissement ou d’embellissement59 ». Les stations peuvent percevoir une taxe de séjour dont le montant est affecté à la réalisation de ces travaux, après avis d’une « chambre d’industrie thermale » également instaurée par la loi.

  • 60 Voir tableau en annexes.
  • 61 Dax, Vichy, La Bourboule, Royat-Chamalières, Le Mont-Dore, Saint-Nectaire, Châtel-Guyon, Lamalou, (...)
  • 62 D’après le rapport Queuille, Assemblée Nationale, documents, séance du 17 juillet 1919, annexe no  (...)

37Cette loi permet donc aux stations de disposer d’une source de revenus supplémentaires indispensables à leur développement. En contrepartie sont exigées des normes d’hygiène et d’accueil plus draconiennes que dans les autres communes de même importance démographique. Cela va dans le sens de l’intérêt bien compris des stations désireuses d’accroître leur clientèle, mais exige une politique de travaux rigoureuse et parfois lourde. Entre 1910 et 1919, 46 communes obtiennent leur classement en station hydrominérale (et parfois climatique)60, soit un tiers environ des villes communément considérées comme telles. Mais seulement neuf d’entre elles instaurent une taxe de séjour61. Leur fréquentation ne pâtit de cette décision62 mais la crainte demeure vivace, dans les communes thermales, d’éloigner la clientèle en instaurant une taxe de séjour : l’opportunité offerte par la loi est donc modérément utilisée.

  • 63 Assemblée Nationale, documents, séance du 17 juillet 1919, annexe no 6522.
  • 64 Loi du 24 septembre 1939, J.O. du 26 septembre 1919, p. 10 530-10 532. Elle reste en vigueur jusqu (...)
  • 65 Voir tableau en annexes.

38Après le premier conflit mondial, la relance du thermalisme est une priorité, ravivée par la volonté de surpasser l’Allemagne. Le Congrès des Stations Thermales, réuni à Lyon en avril 1919, émet alors le vœu « que la perception de la taxe de séjour soit rendue obligatoire dans toutes les stations hydrominérales ou climatiques françaises63 ». Il s’agit d’une différence majeure entre la loi de 1910 et celle du 24 septembre 191964 qui instaure également une taxe additionnelle destinée à alimenter l’Institut d’Hydrologie et de Climatologie de Paris, fondé en 1913, et l’Office National du Tourisme, créé en 1910 et chargé de favoriser le développement et la publicité de toutes les formes d’activités touristiques, au nombre desquelles figure le thermalisme. Ces mesures, ainsi que la création d’une appellation supplémentaire avec les « stations de tourisme », traduisent la volonté de la France de devenir une grande nation touristique, objectif dans lequel s’insère le développement des stations thermales. La réglementation de 1919 complète ainsi un arsenal législatif déjà complexe mais définit aussi des orientations plus larges. Le thermalisme est perçu comme une forme de tourisme un peu particulière, complétée mais aussi concurrencée par d’autres activités. Entre 1920 et 1939, vingt-cinq autres communes sont classées comme « station hydrominérale »65 ; au final, entre 1910 et 1939, soixante-quinze communes ont reçu ce titre.

39L’étude de la littérature médicale et thermale ainsi que celle des documents parlementaires permettent de mettre en lumière les enjeux ayant entouré la définition des eaux minérales et des stations thermales au cours du xixe siècle et des premières décennies du xxe siècle. Les pratiques médicales et sociales liées aux villes d’eaux doivent être replacées dans le contexte scientifique, marqué par des interrogations sur l’origine des eaux, leurs indications thérapeutiques, l’organisation et les bienfaits de la cure et, in fine, la reconnaissance de la médecine thermale. Les débats législatifs du début du xxe siècle soulignent l’existence d’enjeux politiques et économiques ayant présidé aux démarches de l’Etat – autorisation du jeu et classement des stations – dans un double objectif de développement du tourisme et de lutte contre une concurrence étrangère redoutée.

40Les débats évoqués et les réponses qui leur ont été apportées entre la fin du xixe siècle et les premières décennies du xxe siècle ont sans doute durablement conditionné la perception du thermalisme en France. Ils permettent de mieux comprendre les enjeux de l’organisation ultérieure du thermalisme français sous l’égide de la Sécurité sociale, organisation qui, à son tour, n’est pas sans susciter régulièrement de nouveaux débats tant scientifiques qu’économiques.

Annexes

Annexe 1. Un exemple de classification clinique (1938)

D’après : Les villes d’eaux et les stations climatiques françaises, Paris, Editions de la Presse médicale, 1938.

Annexe 2. Les stations thermales classées (1910-1939)

COMMUNES CLASSÉES APRÈS LA LOI DU 13 AVRIL 1910

COMMUNES

DÉPARTEMENTS

DATE DU CLASSEMENT

DAX

LANDES

21 AVRIL 1912

EAUX-BONNES

BASSES PYRÉNÉES

25 MAI 1912

SALIES-DE-BÉARN

BASSES PYRÉNÉES

25 MAI 1912

VALS-LES-BAINS

ARDÈCHE

25 MAI 1912

VICHY

ALLIER

25 MAI 1912

BIARRITZ*

BASSES PYRÉNÉES

30 MAI 1912

LA BOURBOULE

PUY-DE-DÔME

30 MAI 1912

LAMALOU-LES-BAINS

HÉRAULT

30 MAI 1912

VITTEL

VOSGES

30 MAI 1912

BOURBON-L’ARCHAMBAULT

ALLIER

10 JUIN 1912

CAPVERN

HAUTES-PYRÉNÉES

10 JUIN 1912

CONTREXÉVILLE

VOSGES

10 JUIN 1912

MARTIGNY

VOSGES

10 JUIN 1912

NÉRIS

ALLIER

10 JUIN 1912

CHÂTELGUYON

PUY-DE-DÔME

6 JUILLET 1912

CHAMALIÈRES-ROYAT

PUY-DE-DÔME

27 OCTOBRE 1912

LE MONT DORE

PUY-DE-DÔME

27 OCTOBRE 1912

LUXEUIL

HAUTE-SAÔNE

27 OCTOBRE 1912

SAINT-NECTAIRE

PUY-DE-DÔME

27 OCTOBRE 1912

GRÉOUX

BASSES-ALPES

17 NOVEMBRE 1912

LURBE

BASSES-PYRÉNÉES

16 FÉVRIER 1913

BAGNÈRES-DE-LUCHON*

HAUTE-GARONNE

2 MARS 1913

AX-LES-THERMES

ARIÈGE

8 MARS 1913

HYÈRES*

VAR

9 MARS 1913

LUZ-SAINT-SAUVEUR*

HAUTES-PYRÉNÉES

9 MARS 1913

AIX-EN-PROVENCE

BOUCHES-DU-RHÔNE

12 MARS 1913

BAGNÈRES-DE-BIGORRE*

HAUTES-PYRÉNÉES

12 AVRIL 1913

PLOMBIÈRES

VOSGES

12 AVRIL 1913

BRIDES-LES-BAINS*

SAVOIE

20 MAI 1913

BAINS-LES-BAINS

VOSGES

28 JUIN 1913

LA ROCHE-POSAY

VIENNE

7 AOÛT 1913

LACAUNE*

TARN

3 SEPTEMBRE 1913

SAINT-GERVAIS-LES-BAINS*

HAUTE-SAVOIE

25 SEPTEMBRE 1913

VERNET-LES-BAINS*

PYRÉNÉES ORIENTALES

17 MARS 1914

AIX-LES-BAINS*

SAVOIE

28 JUIN 1914

BOURBON-LANCY

SAÔNE-ET-LOIRE

28 JUIN 1914

BOURBONNE-LES-BAINS

HAUTE-MARNE

28 JUIN 1914

CHAUDESAIGUES

CANTAL

15 JUILLET 1914

GANTIES*

HAUTE-GARONNE

15 JUILLET 1914

BESANÇON (LA MOUILLÈRE)

DOUBS

25 FÉVRIER 1915

SAINT-HONORÉ-LES-BAINS

NIÈVRE

26 JUIN 1916

THONON*

HAUTE-SAVOIE

18 SEPTEMBRE 1918

ENGHIEN-LES-BAINS

SEINE-ET-OISE

28 FÉVRIER 1919

CAUTERETS*

HAUTES-PYRÉNÉES

9 AVRIL 1919

BETPOUEY-BARÈGES*

HAUTES-PYRÉNÉES

14 AVRIL 1919

EVIAN*

HAUTE-SAVOIE

28 MAI 1919

COMMUNES CLASSÉES APRÈS LA LOI DU 24 SEPTEMBRE 1919

COMMUNES

DÉPARTEMENTS

DATE DU

BUSSANG

VOSGES

CLASSEMENT 21 MARS 1921

AMÉLIE-LES-BAINS*

PYRÉNÉES ORIENTALES

16 AVRIL 1921

BAGNOLES-DE-L’ORNE

ORNE

15 MAI 1921

POUGUES-LES-EAUX

NIÈVRE

27 MAI 1921

SALINS

JURA

6 JUILLET 1921

MENTHON*

HAUTE-SAVOIE

13 AOÛT 1921

ALLEVARD-LES-BAINS

ISÈRE

9 JANVIER 1922

BISKRA*

ALGÉRIE

29 JUIN 1922

ARGELÈS-GAZOST*

HAUTES-PYRÉNÉES

15 FÉVRIER 1923

ALET

AUDE

28 MARS 1923

DIVONNE-LES-BAINS*

AIN

28 MARS 1923

URIAGE-LES-BAINS

ISÈRE

21 MAI 1923

AUDINAC-LES-BAINS-MONTJOIE

ARIÈGE

31 JUILLET 1923

SALIES-DU-SALAT*

HAUTE-GARONNE

31 JUILLET 1923

SALINS*

SAVOIE

11 MAI 1926

NIEDERBRONN-LES-BAINS

BAS-RHIN

7 JUILLET 1926

FORGES-LES-EAUX

SEINE-INFÉRIEURE

17 DÉCEMBRE 1926

MIERS-ALVIGNAC*

LOT

5 MARS 1927

CHALLES-LES-EAUX*

SAVOIE

9 AVRIL 1927

CHARBONNIÈRES

RHÔNE

9 AVRIL 1927

DIGNE-VALLÉE DES EAUX-CHAUDES

BASSES-ALPES

27 JUILLET 1927

BALARUC-LES-BAINS*

HÉRAULT

3 AOÛT 1927

MORSBRONN-LES-BAINS

BAS-RHIN

19 JANVIER 1929

AULUS

ARIÈGE

19 JUIN 1929

ENCAUSSE

HAUTE-GARONNE

4 AOÛT 1929

LE BOULOU*

PYRÉNÉES-ORIENTALES

17 FÉVRIER 1930

BAGNOLS-LES-BAINS*

LOZÈRE

10 AOÛT 1934

EVAUX-LES-BAINS

CREUSE

19 NOVEMBRE 1935

MEYLIEU-MONTROND

LOIRE

19 NOVEMBRE 1935

Station hydrominérale et climatique

D’après : liste des stations hydrominérales, climatiques et uvales établie à la date du 1er janvier 1939, journal officiel, 5 janvier 1939, p. 339.

Notes

1 Loi du 13 avril 1910, J.O. du 15 avril 1910, p. 3429-3430.

2 L’adjectif « hydrominéral » retenu par le législateur est, stricto sensu, plus correct que celui de « thermal » théoriquement réservé aux eaux chaudes.

3 Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, Paris, Panckouke, volume 11 (Eau-Emo), 1815, p. 15. « Le Panckouke », comme il est couramment désigné, comprend 60 volumes in-8° (35 000 pages) ; sa publication s’est échelonnée de 1812 à 1822.

4 Adelon, Béclard, Biett [et al.], Dictionnaire de médecine, Paris, Béchet jeune, 21 volumes, 1821-1828 ; Adelon, Béclard, Biett [et al.], Dictionnaire de médecine ou répertoire général des sciences médicales considérées sous le rapport théorique et pratique, Paris, Béchet jeune et Labé, 1832-1846.

5 Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, Gabon, Méquignon-Marvis, J.-B. Baillière, 1829-1836.

6 P.-H. Nysten, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, Paris, J.-B. Baillière, 1855 (10e édition). La 12e édition, en 1865, est entièrement refondue par É. Littré. La 13e édition, publiée en 1873, est plus connue sous le nom de : “le Littré”.

7 Dr Jaccoud (dir.), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J.-B. Baillière, 1864-1886.

8 A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, G. Masson, P. Asselin, 1864-1889 (cinq séries).

9 Dr Jaccoud (dir.), op. cit., tome 6, p. 507.

10 20° Réaumur = 25 ° Celsius. En 1921, l’inventaire réalisé par le Service des Mines fixe par exemple un seuil de 15° Celsius (soit 12 degrés Réaumur). Ministère des Travaux Publics, Direction des Mines, Statistique détaillée des sources minérales exploitées ou autorisées en France, Paris, Imprimerie Nationale, 1921, p. 202-320.

11 Du grec krêné/ source et therapeia/traitement : traitement par les eaux de source, à la source elle-même.

12 A. Furetière (dir.), Dictionnaire universel, 1690.

13 Dictionnaire de l’Académie française, 1694.

14 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle.

15 Le mot « station » y désigne la capacité à se tenir debout.

16 P.-H. Nysten, op. cit., 1865, p. 1428.

17 A. Dechambre (dir.), op. cit., série 3, tome 11 (Spe-Ste), 1883, p. 521.

18 G. Bardet, Notes hydrologiques, deuxième série – stations de France et d’Allemagne, Paris, Doin, 1912, p. 59.

19 En 1927, le rapport annuel de l’Office National du Tourisme dresse une liste de 117 stations hydrominérales ; en 1931, l’inventaire des Mines recense 138 communes possédant au moins un établissement thermal. Ministère des Travaux Publics, Statistique détaillée…, op. cit., 1932, p. 113-261. L’édition 1934 du Guide Michelin de la France recense 107 stations thermales tandis que l’Annuaire médical de 1936 retient 122 notices. Guide Michelin de la France, Paris, 1934, p. 28-32 ; Annuaire médical des stations hydrominérales, climatiques et balnéaires de France, Paris, L’Expansion scientifique française, 1936, 754 p.

20 Dictionnaire des sciences médicales..., op. cit., volume 55 (Tet-Tric), 1821, p. 96.

21 Idem.

22 Idem.

23 Ibid., p. 98.

24 J.-P. Beaude (dir.), Dictionnaire de médecine usuelle, Paris, Didier, 1849, tome I (A-H), p. 552.

25 En référence à Pierre Simon de Laplace qui élabore vers 1820 la théorie géothermique selon laquelle la température du sol, au-delà d’une douzaine de mètres de profondeur, s’accroît en moyenne d’un degré tous les trente-trois mètres.

26 P. Mathieu, M. Perrin, Les eaux minérales, leurs modes d’action, leur emploi, Paris, Flammarion, 1925.

27 Dr Jaccoud (dir.), op. cit., tome 12, 1870, p. 236 et sq.

28 G. Levy, « Essai sur l’évolution des idées qui ont régné en hydrologie et influé sur le mode d’emploi des eaux thermales et minérales », Strasbourg médical, 1927, p. 56.

29 A. Lerouge, Emanothérapie et cures thermales, Thèse de médecine de la Faculté de Lyon, no 109, 1920-1921, Toulouse, Editions Julia, 1921, 146 p.

30 Ch. Moureu, « La radioactivité », Presse thermale et climatique, 30 octobre 1922, p. 446.

31 A Toulouse, le professeur Garrigou instaure ce type de cours au début des années 1890 et les assure jusqu’à sa mort en 1920. A Bordeaux, les premiers cours d’hydrologie sont donnés sous l’impulsion du Pr Xavier d’Arnozan ; à partir de 1912, un enseignement officiel est confié au Pr Jean Sellier, qui devient le premier titulaire de la Chaire d’hydrologie thérapeutique et de climatologie créée en 1922.

32 D’abord instaurées dans les facultés de Toulouse et Bordeaux, des chaires d’hydrologie voient ensuite le jour dans les autres universités françaises : Paris, Lyon, Lille, Nancy et Montpellier en 1928, Strasbourg et Alger au début des années trente. En 1939, il existe neuf chaires d’hydrologie.

33 Société royale de médecine, puis Académie royale de médecine, puis Académie nationale de médecine : sous ses différentes appellations, cette institution a été chargée de la surveillance de l’exploitation des eaux minérales.

34 Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, op. cit., p. 512.

35 Ibid., p. 516-519.

36 J. Penez, Histoire du thermalisme en France au xixe siècle. Eau, médecine et loisirs, Paris, Economica, 2005, p. 130 et sq.

37 Les contre-indications sont également posées, avec au premier chef les cancers, les cardiopathies et la tuberculose.

38 Voir un exemple de classification clinique en annexes.

39 Décret du 28 janvier 1860 portant règlement d’administration publique, relatif à la surveillance des sources et des établissements d’eaux minérales naturelles, article 15.

40 Dr P. Charmont, « De la nécessité d’une inspection médicale générale des stations thermales et climatiques et de la révision de nos lois thermales françaises », Revue médicale de l’Est, 1er décembre 1924, p. 789.

41 Cité dans les Annales des stations hydrominérales, septembre 1935.

42 « Lecture d’une communication de M. Boutarel au sujet de l’incident de Saint-Christau », Annales de la Société d’hydrologie médicale de Paris, tome 61, 1919-1920, p. 105-106. L’incident en question est survenu en 1919 : le gérant de l’établissement thermal de Saint-Christau a refusé un malade n’ayant pas consulté de médecin ; assigné en justice par le client mécontent, il a été désavoué et condamné.

43 N. Mangin, La vie de société dans les villes d’eaux européennes de 1850 à 1914 - cosmopolitisme et nationalisme, thèse Paris IV, 1994, p. 269 et sq.

44 G. Bardet, Notes hydrologiques : première série - Aux stations minérales d’Allemagne et de Bohême (impressions d’un voyage d’étude), Paris, Doin, 1910, p. 106.

45 L. Lavielle, Ce que j’ai vu en Allemagne (notes et impressions d’un voyage d’études aux stations thermales), Paris, Maloine, 1913, p. 7-8.

46 Ch. et L. Lavielle, Le bluff des stations thermales austro-allemandes, Bordeaux, J. Péchade, 1916, p. 7. Charles Lavielle est médecin et directeur des Baignots à Dax ; son fils, également médecin, est son adjoint.

47 Idem.

48 Ibidem., p. 26.

49 O. Reclus, Préface de l’ouvrage de Ch. et L. Lavielle, op. cit., p. 4.

50 DrHuart, Pour une politique thermale, Aix-les-Bains, Ducret, 1923, p. 13.

51 M. Piéry, « Stations minérales de France et stations minérales d’Allemagne », La Médecine, juin 1921, p. 717.

52 Sénat, débats, séance du 31 mai 1907.

53 Assemblée nationale, documents, 29 janvier 1907, annexe no 707.

54 DrBlondel, Plan d’une station thermale idéale, Rapport au viiie Congrès international d’hydrologie et de climatologie, Paris, F. Alacan, 1909, p. 13.

55 Loi du 15 juin 1907, article 1, J.O. 16 juin 1907, p. 4177-4178.

56 Idem. Cette commission spéciale, confirmée par le décret du 21 juin 1907, fut remplacée en 1911 par la Commission Permanente des Stations Hydrominérales et Climatiques.

57 En vertu de la loi de 1907, un prélèvement (15 %) est opéré sur le produit brut des jeux au profit d’œuvres d’assistance et de bienfaisance. Pour une meilleure équité entre petits et grands casinos, il est remplacé par un prélèvement progressif par la loi de finances du 19 décembre 1926.

58 Lettre citée au Sénat, séance du 31 mai 1907.

59 Loi du 13 avril 1910, J.O. du 15 avril 1910, p 3429-3430.

60 Voir tableau en annexes.

61 Dax, Vichy, La Bourboule, Royat-Chamalières, Le Mont-Dore, Saint-Nectaire, Châtel-Guyon, Lamalou, Gréoux.

62 D’après le rapport Queuille, Assemblée Nationale, documents, séance du 17 juillet 1919, annexe no 6522.

63 Assemblée Nationale, documents, séance du 17 juillet 1919, annexe no 6522.

64 Loi du 24 septembre 1939, J.O. du 26 septembre 1919, p. 10 530-10 532. Elle reste en vigueur jusqu’en 1942.

65 Voir tableau en annexes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende D’après : Les villes d’eaux et les stations climatiques françaises, Paris, Editions de la Presse médicale, 1938.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26481/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540