Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Les « Amusements des Eaux » dans la littérature thermale du xviiie siècle

Elisabeth Belmas

Full text

  • 1 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa et des environs. Ouvrage utile à ceux qui vont prendr (...)
  • 2 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, Amsterdam, P. Mortier, 1736, 3 vol.. Eloy(...)
  • 3 LA Pimpie P. J. de, dit chevalier de Solignac, Amusemens des eaux de Schwalsbach, des bains de Wisb (...)
  • 4 Merveilleux D.-F de, Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers. Avec la (...)
  • 5 Limbourg J.-P. de, Nouveaux Amusements des eaux de Spa, ouvrage, instructif à ceux qui vont boire c (...)
  • 6 id., Abrégé des vertus des eaux minérales de Spa, s.l., s. é., 1755 ; Traité des eaux minérales de (...)
  • 7 A titre d’exemple, les Amusemens des eaux de Spa… de K. L. von Pöllnitz furent réédités en 1734, 1 (...)
  • 8 Knabe P. E, Mortier R., Moureau F. (éds), L’aube de la modernité, 1680-1760, Amsterdam-Philadelphia (...)
  • 9 . Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., « Avertissement de l’auteur » (...)
  • 10 Solignac P. J. de, op. cit., « Avertissement du libraire », p. 2-4. Les récits « enchâssés » se li (...)
  • 11 Merveilleux D.-F de, op. cit., « Introduction », p. 3-5.
  • 12 Ibid., p. 4.
  • 13 Roche D., Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Faya (...)
  • 14 Limbourg J.-P. de, op. cit., « Epitre », n. p.

1En 1732 paraissaient les Amusemens des eaux de Spa et des environs du baron Karl Ludwig von Pöllnitz (ou Poellnitz), un petit noble allemand, aventurier et polygraphe, qui, après avoir couru la fortune à travers une bonne partie de l’Europe, finit ses jours à la cour du roi Frédéric II de Prusse, dont il devint le chambellan1. Les Amusemens des Eaux de Spa connurent un succès immédiat, qui suscita des émules. A leur suite, parurent en 1736 les Amusemens des eaux d’Aix-la Chapelle, dus également à la plume du baron von Pöllnitz2, puis en 1738 les Amusemens des eaux de Schwalsbach, des bains de Wisbaden et de Schlangenbad, œuvre de Pierre Joseph de la Pimpie, chevalier de Solignac, secrétaire du cabinet et des commandements du roi Stanislas, secrétaire du gouvernement de Lorraine et de Barrois, secrétaire perpétuel de l’Académie de Nancy3. Leur succédèrent en 1739 les Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers de David François de Merveilleux – docteur en médecine mais surtout secrétaire interprète du roi de France4 –, et en 1763 les Nouveaux Amusements des eaux de Spa de Jean-Philippe de Limbourg5, médecin à Thueux près de Spa, membre de la Royal Society de Londres, correspondant de la Société royale des Sciences de Montpellier, par ailleurs auteur de trois ouvrages célébrant les vertus des eaux minérales de Spa6. Rédigés en français pour un public cosmopolite, les Amusemens des eaux – réédités à maintes reprises7 –, constituent à première vue une chronique divertissante et instructive d’une dizaine de villes d’eaux rhénanes et suisses au xviiie siècle, chronique au sein de laquelle viennent s’enchâsser des narrations exotiques et/ou galantes voire des fictions utopiques8. Toutefois, la similitude des titres cache des intentions différentes. Si les Amusemens des eaux de Spa et ceux des bains d’Aix-la-Chapelle de K. L. von Pöllnitz entendaient distraire « les malades oisifs » par des « Histoires, Confidences, Avantures, Maladies singulières, Descriptions, Curiosités naturelles, Conversations physiques ou critiques », où la fiction l’emporte souvent sur la réalité9, dès les Amusemens des eaux de Schwalbach, des bains de Wisbaden et de Schlangenbad, l’accent est mis sur l’utilité des informations apportées, sur la véracité des « Faits et des Histoires qu’on raconte », tandis que la part des incises discursives diminue10. Les Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers, qui adoptent la forme d’un échange épistolaire, ne laissent « rien ignorer de ce qui regarde ces bains, soit pour la situation, soit pour l’histoire naturelle et autres choses qui peuvent contribuer à l’instruction de ceux qui par curiosité, ou par ordonnance de médecin, voudront faire un voyage dans ces endroits si renommés et si fameux pour la vertu de leurs eaux. On verra aussi […] quelque chose sur le gouvernement politique des différents petits états qui les environnent, avec quelques anecdotes curieuses »11. Les lecteurs y découvriront aussi « l’humeur des Allemands et le naturel des gens de cette nation »12. C’est une « science du monde », à tous les sens du terme, qui leur est révélée et elle doit leur être profitable13. Ainsi, les Nouveaux Amusemens des eaux de Spa, rédigés par un médecin thermaliste et qui se veulent sans « inutiles amusemens comme [le] titre pourroit le faire soupçonner » mais plutôt « frappé[s] au coin de l’utile », réservent-ils un tiers de l’ouvrage à des conseils médicaux et des digressions savantes sur l’origine et la composition des eaux14.

  • 15 Fürberth F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », in Boiss (...)
  • 16 Roche D., op. cit., p. 33-35 et 41-43.
  • 17 Engerand F., Les amusements des villes d’eaux à travers les âges, Paris, Plon, 1936, p. 141-142.
  • 18 Les témoignages les plus anciens sur l’activité thermale autour des sources chaudes d’Allemagne da (...)

2Lointains descendants des Badeconsilia italiens du Moyen Âge, les Amusemens des eaux apparaissent comme de proches héritiers de la littérature balnéologique allemande qui se développe à la fin du xvie siècle, avec les guides-conseils sur des sites particuliers et les Badenfahrt, les « séjours aux bains15 ». Ils s’apparentent également à deux genres littéraires en expansion depuis le xvie siècle, les guides touristiques et les récits de voyage, qui manifestent au xviiie siècle un intérêt croissant pour les pays germaniques et/ou germanophones16. La littérature du tourisme thermal consacre alors l’attrait qu’exerçaient les nombreuses stations d’Allemagne et de Suisse – ici Spa, Aix-la-Chapelle, Schwalbach, Bade en Argovie et leurs satellites –, sur les élites européennes17. Leur séduction – déjà ancienne pour la plupart d’entre elles18 –, provenait de la réputation de leurs eaux et de la qualité des soins proposés mais aussi de l’agrément de la société qui les hantait comme de l’étendue et de la variété des divertissements qu’elles offraient.

Les vertus des eaux

  • 19 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa…, op. cit., t. 1, p. 9.
  • 20 Ibid, p. 6 et 8.
  • 21 Ibid., p. 10-11.
  • 22 Le nom de Pohon viendrait du terme liégeois Pouhir, qui désignait un puisoir, c’est-à-dire un puit (...)
  • 23 Ibid., p. 46-47. Les eaux de la Pouhon étaient ferrugineuses et carbogazeuses. En 1763, l’intérieu (...)
  • 24 Id., Abrégé des vertus des eaux minérales de Spa, s.l., s. é., 1779, p. 5.
  • 25 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 69.
  • 26 Du nom du baron de Groesbeck chanoine de Liège qui la fit couvrir.
  • 27 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 158.
  • 28 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 66-68.
  • 29 Ibid., p. 236-237.
  • 30 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 366-367.
  • 31 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 383.

3La vie thermale et balnéaire que les Amusemens des eaux mettent en scène tourne autour de sources aux propriétés curatives variées, qui drainaient malades et curieux originaires de l’Europe entière. Spa, située dans la principauté-évêché de Liège, aux confins du massif ardennais, en limite des Hautes Fagnes, était alors la plus rustique des stations renommées d’Allemagne. Développée depuis 1540 dans la vallée du Vayai, elle nichait au cœur d ‘ un « vallon extrêmement resserré par les montagnes qui le pressent de tous côtés »19. Pour y accéder, on empruntait « des routes imparfaites […] assez souvent incertaines par l’écroulement des pierres »20. Dans les années 1730, elle se réduisait à un bourg modeste – entouré de faubourgs miséreux –, au centre duquel s’alignaient quelque deux cents maisons de bois « bâties à l’antique, obscures et fort petites », à même d’accueillir mille deux cents personnes environ21. Une rue mal pavée traversait la bourgade que dominaient les églises des capucins et de la paroisse. La source principale de Spa, le célèbre Pouhon, que fréquenta le tsar Pierre le Grand, coulait « dans le coin d’une petite place obscure22 ». Surmontée d’un portique de marbre brut, elle était précédée d’une esplanade, enclose de pierres de taille, autour de laquelle les buveurs s’alignaient. Du fond de la grotte formée par ce portique sommaire, jaillissaient des eaux froides qui se déversaient dans un bassin de grande capacité. Transparentes, légèrement pétillantes – on en combattait le goût « aigrelet et austère, ferrugineux, approchant de celui d’une dissolution de vitriol de mars un peu aiguisée par de l’acide23 » en mâchant des anis, des écorces d’oranges confites, voire des baies de genévrier ou des graines de cardamone –, elles agissaient sur « le relâchement des fibres et diverses maladies des nerfs[…] la viscosité et plusieurs sortes d’âcreté des humeurs, […] quelques ulcères, […] les obstructions et principalement celles du bas ventre24 ». À proximité de la fontaine s’élevait une salle chauffée, où les bobelets – un mot liégeois pour désigner les buveurs d’eau –, entraient s’abriter ou se réchauffer. Cinq autres sources, aménagées sommairement dans les environs immédiats du bourg ou les campagnes alentour, étaient exploitées pour leurs eaux froides oligométalliques. Les fontaines de la Géronstère – qui « convient mieux aux estomacs foibles, et aux personnes délicates […] dans toutes les maladies du sexe, dans les maladies des nerfs » –, de la Sauvenière – considérée comme la plus ancienne de Spa, légèrement soufrée, « souveraine contre la gravelle, la pierre, les maux de reins et quantité de maladies aiguës telles […] les hémorrhoïdes25 » –, celle de Groesbeck26, sise derrière la Sauvenière – au goût « fort piquant et aigrelet27 » –,étaient couvertes, la première d’un « dôme de pierre de taille soutenu par quatre pilliers de marbre rouge », les autres d’une « niche quarrée » et enceintes de murets28. De la Wattraz, située au nord-ouest de Spa, en bas d’une prairie marécageuse infestée de cousins, sortait une eau fortement nitrée29. A proximité, la fontaine du Tonnelet, ainsi appelée pour la forme en tonneau de son bassin, « mise au rang des Fontaines publiques en 175330 », laissait s’échapper des eaux très froides, chargées de soufre, de nitre et d’alun aux vertus purgatives. La fontaine du Barisart, plus éloignée du bourg, possédait presque les mêmes qualités que la Géronstère, mais « solitaire et négligée », elle tombait à l’abandon. Enfin, dans le village voisin de Chevron, s’écoulait une eau minérale dite « de Chevron », semblable à celle du Pouhon31.

  • 32 Cf Guide de l’étranger aux eaux de Wiesbade, Schwalbach et Schlangenbad et dans leurs environs, Wi (...)
  • 33 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 1.
  • 34 Ibid., p. 12.
  • 35 Ibid, p. 24-25.
  • 36 Ibid., p. 10-11.
  • 37 Ibid., p. 24.
  • 38 Ibid., p. 25.
  • 39 Le territoire de Schlangenbad séparant les états de Mayence de ceux de Hesse-Cassel, dépendait des (...)
  • 40 Ibid., p. 13.
  • 41 Ibid., p. 14.

4Les trois stations thermales du duché montagneux de Nassau - Schawlbach, Wiesbaden et Schlangenbad, comprises dans un périmètre de cinq lieues, offraient un cadre plus riant aux curistes. Abritées par la chaîne du Taunus, entourées de sites pittoresques32, elles étaient réputées, Schwalbach pour ses eaux minérales « gracieuses à boire […] vineuses » qui moussaient « comme du petit Champagne, donnant même du grimpant au vin du Rhin et au vin de Moselle33 », Wiesbaden pour les bains de ses eaux « les plus chaudes du Monde34 » et Schlangenbad pour ses eaux tièdes, douces au toucher, « insipides sans causer aucun dégoût, quoiqu’elles soient un peu savonneuses35 ». La source de la fontaine de Schwalbach, en haut du bourg, connue dès le milieu du xvie siècle, coulait « fort avec violence ». Ses eaux « apéritives [qui] poussent par les urines », échauffaient « beaucoup le fondement » que l’on calmait par de l’huile d’amande douce36. On s’y baignait aussi, dans une maison « située au milieu du bourg, où il y a une source à peu près de même qualité que celle où l’on va boire37 ». À une lieue de Schwalbach, le village de Schlangenbad, retiré dans la montagne, au milieu des bois, abritait les bains du serpent, ainsi dénommés car la source qui les alimentait grouillait d’inoffensives couleuvres, « plus longues que les vipères [à la] peau d’un gris bleuâtre et moins écailleuse ». Ces bains, propres et profonds où l’on « pourroit nager si on en avait envie », permettaient de se baigner à plusieurs « sans craindre qu’on en glose38 ». Chaque bain disposait d’un réduit chauffé où l’on mettait « le linge et les hardes » à tiédir39. La source de la troisième station de la région, Wiesbaden, qui conservait de vieux bains romains, produisait une eau au « goût d’un mauvais bouillon à la viande », « si chaude, qu’on y pourroit faire cuire jusqu’à extinction toutes sortes de viandes », assez vite recouverte d’une pellicule jaunâtre, et dont le mérite essentiel était de « purger sans causer aucune douleur40 ». La vapeur qui s’échappait de la source obscurcissait l’air « dans tous les environs du lieu41 ».

  • 42 Lucas C., Essai sur les eaux minérales et thermales d’Aix-la-Chapelle et de Borset, Liège, Everard (...)
  • 43 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 1. Après les désastre (...)
  • 44 Ibid., t. 1, p. 140-141.
  • 45 Ibid., t. 1, p. 142.
  • 46 Barjole M. de, op. cit., p. 79-81.
  • 47 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 188.
  • 48 Ibid., t. 1, p. 144-145 ; t. 2, p. 3-6. K. L von Pollnitz en dénombre une trentaine, Ibid., t. 2, (...)
  • 49 Ibid., t. 1, p. 242-249 ; t. 2, p. 11. Les eaux tièdes de l’étang de Borset, alimenté par la sourc (...)

5Le troisième complexe thermal allemand dépeint dans les Amusemens des eaux, le plus célèbre aussi, était celui d’Aix-la-Chapelle – prolongé de son faubourg Borset –, dont Celtes et Romains appréciaient déjà les eaux sulfureuses et ferrugineuses42. Cette vaste ville libre d’Empire cumulait maints avantages : sa situation entre Meuse et Rhin, non loin des hauteurs verdoyantes du Lousberg, « son antiquité » d’ancienne capitale de l’empereur Charlemagne, « sa noblesse, l’abondance de ses fontaines chaudes, la magnificence de ses bains, les rares qualités de ses eaux, les prodiges qu’elles opèrent, et les merveilles en tout genre que l’Art et la nature ont placées dans son territoire43 ». La ville comptait cinq sources d’eau brûlante, qui exhalaient des vapeurs soufrées à l’odeur suffocante, capables de pourvoir aux bains « distribués en différens quartiers ». Les curistes se rassemblaient autour de la fontaine chaude, à l’est de l’Hôtel de ville, non loin des bains de l’Empereur, pour y absorber une eau « blanchâtre comme si l’on y avoit délayé du savon », à l’odeur « de lessive et de souphre que l’on prendroit pour une odeur d’œufs pourris, laissant quelque chose d’onctueux et de salé sur la langue […] ; tout cela joint au degré de chaleur auquel on la prend est capable de rebuter le palais le moins délicat44 ». Ces eaux, qui provoquaient souvent des vomissements et entraînaient un « effet prompt et incommode45 », soulageaient les cardialgies, les asthmatiques, dissipaient la fièvre-quarte, remédiaient à la stérilité46. Autour de la fontaine chaude, s’élevaient de belles maisons abritant les bains des Seigneurs, de Sainte Corneille, de la Rose et des pauvres ; les deux premiers étant bâtis sur des sources particulières, d’où jaillissait une eau chaude « extrèmement souphré[e] et d’une odeur très forte47 ». Deux galeries longeaient la place, l’une bordant une « esplanade « ou quarré d’arbres » que les curistes parcouraient pour digérer ces eaux « apéritives et incisives, diurétiques et laxatives48 ». Aux portes de la ville, une belle prairie ombragée menait au faubourg de Borset, réputé pour son étang poissonneux, ses sources bouillantes – peu soufrées mais chargées « en alun, en sel et en vitriol de mars » –, et ses nombreux bains49.

  • 50 Duvotenay C., Atlas géographique, historique, statistique et itinéraire de la Suisse, Paris, Delloy (...)
  • 51 Merveilleux D.-F de, Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers, op. cit(...)
  • 52 Patissier P., Boutron-Chalard A. F., Manuel des eaux minérales naturelles, 2e édition Paris, Louis (...)
  • 53 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 235-237.
  • 54 Ibid., p. 77.
  • 55 Ibid., p 78.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid., p. 79.

6Les Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers emmènent le lecteur dans le canton d’Argovie, « riant et agréable […] coupé de collines et de monticules », au pied des contreforts du Jura, puis dans celui, plus montagneux, de Saint-Gall50. Les bains de Bade en Argovie, l’antique Aquae helvetiae citée par Tacite, où la Diète confédérale se réunissait jusqu’en 1712, s’étendaient en contrebas, à l’ouest de la ville, sur les berges de la Limmat51. Des deux côtés de la rivière ainsi que de son lit, sortaient des eaux aussi soufrées mais moins chaudes qu’à Aix-laChapelle52 ; elles remplissaient les « grands bains » sur la rive gauche et les « petits bains » – mal famés –, en face, sur la rive droite53. Les bains de Bade soignaient « presque […] toutes sortes de maux, excepté ceux de poitrine » : les irritations chroniques des voies digestives, les troubles des voies urinaires, les maladies cutanées, les rhumatismes, les paralysies. Ils luttaient également contre la stérilité, « fortifiaient les parties foibles, et [étaient] réellement utiles aux hommes mariés » comme aux femmes54. Aussi, le principal bassin public comportait-il un trou, surnommé le trou de Ste Vérène, « sur lequel les femmes stériles vont s’asseoir pour devenir fertiles, et elles s’y asséyent avec succès55 ». Les bains de Bade guérissaient aussi « les pâles couleurs » de la gent féminine ainsi que « la gale à quoi elles sont sujettes56 ». En dehors des femmes atteintes de « fleurs blanches », personne n’en consommait les eaux dont le goût évoquait « celui d’un œuf pourri ou d’urine57 ».

  • 58 Audin J.-M.-V., Guide du voyageur en Suisse, Paris, Audin-U. Canel, 1824, p. 640-641.
  • 59 Ibid., p. 44.
  • 60 Ibid.
  • 61 Duvotenay C., op. cit., p. 54.
  • 62 Patissier P., Boutron-Chalard A. F., op. cit., p. 476. L’eau de Pfeffers contenait des sulfates de (...)

7Non loin de là, à Schintznach, au pied du Wulpelsberg, sur la rive droite de l’Aar, à proximité du château en ruine des Habsbourg, les visiteurs venaient s’immerger dans des bains soufrés dits « des Habsbourg » ainsi qu’à la source même, sur une île au milieu de la rivière58. L’air y était « très souffré, sans pourtant qu’il incommode la poitrine, mais il ne faut avoir ici ni dorures ni bijoux quelque bien empaquetés qu’ils soient ; ils noircissent, principalement si l’on est logé dans le bâtiment neuf où il y a des bains au-dessous des chambres59 ». Ces bains s’avéraient efficaces pour cicatriser « les blessures de fer ou de feu, pour faire réunir les mognons des membres coupés60 ». Un chemin étroit, mais praticable à cheval, conduisait aux bains de Pfeffers, au pied du Mont-Thabor, dans le canton de Saint-Gall, à deux lieues du bourg de Ragatz61. Installés dans un ravin sauvage, au fond duquel courait le torrent de la Tamina, ils n’offraient qu’un équipement rudimentaire. Une eau claire, transparente, chaude, onctueuse au toucher et à la saveur douce, sourdait d’un rocher, en quantité suffisante pour remplir un réservoir où elle déposait un limon tenace, d’une couleur jaune clair. Réputées pour favoriser la transpiration et causer des vertiges, les eaux de Pfeffers, soulageaient les maux d’estomac, les vomissements nerveux, les maladies du foie, les affections nerveuses, les rhumatismes, les éruptions cutanées et les lésions des voies urinaires62.

L’« art » de prendre les eaux

  • 63 Les « règles substantielles » sont des règles qui guident la conduite sur les affaires que l’on es (...)
  • 64 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 132-133.

8Tout en décrivant la vie des curistes sur un mode plaisant, les Amusemens des eaux instruisaient leurs lecteurs des usages à observer lors d’un séjour dans une ville d’eaux à la mode, où malades fortunés et riches oisifs se rassemblaient, au printemps et/ou à l’automne, pour une durée de dix-huit jours à un mois. Le déroulement de la cure, le comportement des patients durant les soins, leur tenue également obéissaient à un mélange subtil de règles substantielles – concernant les prescriptions médicales –, et cérémonielles – relatives aux canons du savoir-vivre balnéaire –, ainsi que les définit Erwin Goffman63. Toute cure commençait par un traitement préliminaire : saignée, purge voire un bref séjour dans une autre station thermale. Aussi les médecins conseillaient-ils de « passer trois jours à Wiesbaden pour y avaler l’eau des bains » qui purgeait « très-doucement, sans douleur, ni échauffement », avant d’arriver à Schwalbach64.

  • 65 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 136.
  • 66 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 63.
  • 67 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, ibid., p. 12.
  • 68 A Schlangenbad, « il y a sur un balcon près de la fontaine, une troupe de musiciens juifs, qui jou (...)
  • 69 Ibid., p. 25-26.

9La cure autorisait des comportements allant souvent au rebours des normes en vigueur dans la société du temps. Comme les eaux se buvaient à la fontaine dès l’aube, les femmes s’y présentaient en « deshabillé », les hommes « en négligé et sans épée »65, ou en « robe de chambre de simple taffetas ou de toile blanche »66, une mise sans apprêt – réservée d’habitude à l’intimité –, qu’ils gardaient, les uns et les autres, toute la matinée. Divers accessoires aidaient les buveurs à mémoriser la quantité d’eau à ingérer. À Spa, les dames portaient à la ceinture des petits cadrans d’ivoire, que les messieurs « avoient à la boutonnière de leur habit ». Marqués de seize points et munis d’une aiguille, ces cadrans servaient à pointer le nombre de gobelets absorbés, « qui ne vont gueres au-dessous de seize, ce qui fait ordinairement deux grosses bouteilles67 ». Entre chaque verre, pour faciliter l’effet des eaux, les « buveurs » déambulaient autour de la fontaine, le long de la Galerie ou de l’esplanade contiguë à Aix-la-Chapelle, dans des prairies ou des jardins adjacents à Spa ou à Schwalbach. L’opération se déroulait parfois au son d’un orchestre68, et toujours au milieu d’un joyeux brouhaha, ponctué de plaisanteries et de conversations galantes qu’on pouvait interrompre sans cérémonie pour rendre les eaux : « les hommes et les dames ont là le privilège de se quitter et de se rejoindre, sans aucunes excuses ». Vers 10 heures du matin, les « gens du bel-air » se retiraient pour « aller à leur toilette » et prendre quelque repos69.

  • 70 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 2, p. 82 et sq.
  • 71 Ibid., t. 2, p. 81.
  • 72 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 48.
  • 73 Ibid., p. 86-87.
  • 74 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 2, p. 4-5.
  • 75 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 108.
  • 76 Studt B., « Pratiques thermales et sociabilité dans l’Allemagne de la fin du Moyen Âge », op. cit. (...)
  • 77 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 25.
  • 78 Ibid., p. 79.
  • 79 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 312.
  • 80 Ibid., t. 1, p. 375-376.
  • 81 Ibid., p. 376-377.
  • 82 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 180-181.
  • 83 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 3, p. 310-311.
  • 84 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 181.

10Les bains, précédés également d’une saignée ou d’une purge quand le baigneur n’avait pas ingurgité de « boisson thermale » auparavant, se prenaient – « selon ses maux, ses forces, son tempérament et son médecin particulier » –, à raison de deux par jour, toujours à la même heure, tôt le matin puis en fin d’après-midi, une fois la digestion passée70. À Aix-la-Chapelle, les baigneurs se plongeaient lentement dans l’eau, en chemise, la tête couverte, durant une demi-heure pour « les tempéraments délicats […] cinq quarts-d’heure » pour les plus robustes71 ; à Schintznach, ils y restaient « tout au plus deux heures72 ». Au sortir de l’eau, une fois séchés, les malades se reposaient dans une pièce abritée et chauffée, avant de « faire quelque petit exercice dans la chambre, ou se promener dans un lieu sec et couvert pendant une demi-heure […] pour empêcher l’action de l’air extérieur sur les pores » encore ouverts73. On se baignait en compagnie soit dans des bains publics, à ciel ouvert – l’un des plus célèbres était le bain de Sainte Vérène, sur la grand place de Bade, qui pouvait recevoir une centaine de personnes –, soit dans des bains particuliers couverts, les uns attenant aux hôtels, d’autres à l’intérieur d’établissements thermaux. Parmi ceux-ci, figurait le bain de l’Empereur à Aix-la Chapelle, édifié par Charlemagne dans son palais, au-dessus de thermes romains, dont subsistaient au xviiie siècle cinq bassins carrés, contenant chacun « une vingtaine de personnes à la fois74 ». La belle société préférait les bains privés – dotés de chambres chauffées –, aux bains publics, abandonnés aux pauvres et dont elle n’usait qu’en cas de nécessité, à l’instar de deux princesses allemandes séjournant incognito à Bade, qui vinrent de nuit « se mettre sur le trou de Ste Vérène pour les féconder75 ». En quelques endroits, les deux sexes partageaient encore les mêmes bassins, comme au Moyen Âge76. À Schlangenbad notamment, l’isolement des bains, d’une superficie de « dix pieds en quarré » et bordés de marches pour s’asseoir, facilitait les baignades mixtes à deux ou trois, une licence dont les baigneuses profitaient : « les dames y reçoivent sans façon leurs amis et leur permettent de se baigner avec elles77 ». A Bade aussi, hommes et femmes se trempaient de concert, « sans qu’on en médise, même tête à tête, ou plusieurs ensemble, mais on tâche toujours de s’associer partie quarrée ». On y prenait le thé, on y lisait, écrivait, chantait, « en un mot on y fait ce que l’on veut78 ». Certains bains tels ceux de Saint Quirin étaient équipés de pompes – « que l’on appelle communément la Douche » –, pour diriger l’eau thermale « sur les parties infectées de quelque infirmité particulière79 ». Les stations d’Aix-la-Chapelle et de Borset proposaient aussi aux curistes des « bains secs » ou des « bains de vapeurs », baptisés par les médecins « bains de vapeurs secs » et « bains de vapeurs humides ». Dans le cas des « bains secs », afin de déclencher une sudation abondante chez le patient, on posait des briques ou des pierres chaudes « presque ardentes » le long de ses reins, sous ses aisselles et sous la plante de ses pieds. Dans celui des bains de vapeurs, on l’installait en chemise dans un « vaporatoire », une sorte de caisson de bois dont seule émergeait sa tête. Ces « machines », placées « dans des chambres sous lesquelles passent des canaux d’eau thermale, qui vont remplir les bains », en recueillaient la vapeur par un orifice percé dans le sol, et fermé d’une « soupape de cuivre tournant sur un pivot, pour donner l’issue aux vapeurs d’eau chaude80 ». Les bains de vapeurs chaudes, qui « pénètrent les parties les plus secrettes, détachent les humeurs peccantes et les font résoudre par les humeurs qu’elles provoquent », très prisés, étaient censés réguler l’équilibre des humeurs internes81. L’application de ventouses constituait l’une des spécialités des bains allemands et suisses : « les Allemands font grand usage des ventouses et ils s’y prennent mieux qu’on ne fait en France », observe D.-F. de Merveilleux, notant qu’à Bade, les patients « se font ventouser » à moitié terme de la cure82 ; à Aix-la-Chapelle, la pose de ventouses qui entrait dans le traitement de « ceux qui ont quelque maladie sur la peau ou qui se plaignent de fluxions », se pratiquait dans le bain même « après que la peau s’est attendrie83 ». Les « ventousés » gagnaient ainsi le droit de faire « meilleure chère que de coutume », ajoute D.-F. de Merveilleux qui conclut « Les Suisses et les Allemands boivent alors un coup de plus84 ».

  • 85 Barjole M. de, op. cit., p. 83.
  • 86 P.-J. de Solignac, op. cit., p. 134.
  • 87 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 2, p. 88.
  • 88 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 102.
  • 89 Barjole M. de, op. cit., p. 83-84.
  • 90 C’est une plante herbacée de la famille des scrophulariacées, communes dans les bois et les prés, (...)
  • 91 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., p. 88.
  • 92 Id., Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, p. 33.
  • 93 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 135-137 et 143-144.
  • 94 Ibid., p. 136.

11Médecins et malades ne manquaient pas en effet de débattre du régime à suivre pendant une cure thermale et/ou balnéaire. Le corps médical préconisait les bienfaits d’une alimentation frugale et de « digestion facile » : ne manger qu’après avoir rendu la quantité bue85, user modérément de fruits et de « légumes légers » – pois, fèves, haricots, choux, navets, carottes86 –, pour entretenir la liberté du ventre87 ; s’abstenir de viande, quand on se baignait le soir, se contenter à souper d’un bouillon au boeuf sans beurre, d’une panade ou d’un gruau – dont la composition donnait matière à controverse88 –, de biscuits, de compotes, de vin trempé ou de bière89. Toute autre boisson que le thé et la véronique90 était interdite entre les repas91. Ces sages conseils souffraient de fréquentes entorses lors des nombreux soupers et pique-niques qui égayaient le quotidien des curistes, d’autant que les eaux aiguisaient l’appétit au point « que l’on souffre impatiemment que l’heure du repas se differe de quelques moments92 ». Les princes de Nassau Weilbourg et de la Tour-Taxis, à Schwalbach – le premier venait accompagné d’« un habile cuisinier françois, de bons officiers, des vins excellents » –, et celui de Nassau Istein à Wiesbaden tenaient table ouverte, servant « les mets les plus succulents », nuisibles aux « buveurs d’eau qui ne peuvent résister à la tentation de manger tant de bonnes choses93 ». Après le repas, au lieu de se promener, trop de buveurs d’eau minérale passaient l’après-midi à converser dans les auberges, la bouteille de vin du Rhin sur la table, « croyant observer un régime parfait pourvu qu’ils versent un peu d’eau minérale dans de grands verres de vin94 ».

Les plaisirs des eaux

  • 95 Les liens dynastiques qui liaient la couronne d’Angleterre aux Orange Nassau et aux Hanovre ont pr (...)
  • 96 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, 11-12.
  • 97 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 145-146.
  • 98 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 10.
  • 99 Solignac P.-J. de, op. cit., Avertissement et p. 4-7.
  • 100 Ibid., p. 13.
  • 101 Ibid., p. 20.
  • 102 Ibid., lettres II et III.
  • 103 Sur ce point, voir Bois J.-P., Les guerres en Europe 1494-1792, Paris, Belin, 2003, chap. 7 et 8.
  • 104 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 2.
  • 105 Id., Amusemens des eaux de Spa, op. cit, t. 1, p. 2-3.
  • 106 Goffman E., op. cit., p. 63-65. « Le terme rites de présentation, comprend tous les actes spécifiq (...)
  • 107 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 13-16.
  • 108 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 39.
  • 109 Goffman E., op. cit., p. 65.

12La société que décrivent les Amusemens des eaux était cosmopolite et bien née. Elle accourait de l’Europe entière dans les villes d’eaux – à Spa et Aix-la-Chapelle surtout –, pour se soigner en se divertissant quand ce n’était pas l’inverse : « Tout le monde affecte d’être malade », ironise J.-P. de Limbourg, lui-même médecin des eaux, « parmi tous ces malades, il y en a qui ne le sont pas ; entre ceux, qui le sont réellement, […] la plupart le sont moins, qu’ils ne l’imaginent ». À Spa se côtoyaient des Anglais – les premiers à ouvrir la saison95 –, des Flamands, des Hollandais, des Allemands, des Suédois et des Français. Ainsi, les auberges y servaient-elles « très proprement dans le goût françois, anglois et hollandois96 ». La station, agrandie et embellie dans les années 1750, s’enorgueillissait d’accueillir en 1752 le cardinal duc de Bavière, évêque et prince de Liège, marquis de Franchimont – dont Spa faisait partie –, en 1754 le prince de Hesse-Cassel, la duchesse de Bridgewater, le prince de Montmorency de Robecq, en 1757 l’Électeur de Cologne, le prince évêque d’Augsbourg, le duc d’Orléans, la duchesse douairière de Guastalla97. La société s’avérait aussi relevée et européenne à Aix-la-Chapelle : « au caffé du Gascon près de la Fontaine […] on y entendoit confusément toutes sortes de langues : on y parloit Allemand, François, Flamand, Italien et Anglois », espagnol également98. En comparaison, le rayonnement de Schwalsbach, Wiesbaden et Schlangenbad comme celui de Bade, Schintznach et Pfeffers paraissait plus régional. C’est « une perte pour les étrangers de que de ne pas connoistre ces eaux admirables, si estimées en Allemagne, et qui méritent d’attirer le concours des autres nations », déplore P.-J. de Solignac à propos de Schwalbach, station préférée des princes allemands de Nassau Weilbourg, de la Tour-Taxis, de Leeuwenstein, du landgrave de Hesse-Cassel et des chanoines de Wirtzbourg99. Wiesbaden – comparée à un « entrepos pour aller prendre les eaux vineuses100 » –, et Schlangenbad, isolée au fond des bois, recueillaient les faveurs des chanoines de Mayence qui « font les importans et se donnent des airs de grandeur101 ». Si le héros libertin des Amusemens des bains de Bade en Suisse est un jeune lord anglais, les autres personnages en sont essentiellement suisses – marchands cossus de Soleurre, riches bourgeois de Bâle, nobles bernois, aimables zurichois –, mâtinés de quelques gentilshommes allemands et italiens102. Les représentants de ces différentes nations européennes – parfois ennemies dans un siècle marqué par quatre conflits graves103 –, se réunissaient en des associations éphémères, où régnaient la « liberté qu’on souhaite partout ailleurs […] la facilité qu’on y a de faire des connoissances à titre de malade ou d’étranger […]. Ce qui y est unique […] c’est que l’on peut suivre absolument son goût dans l’ordre et le choix des plaisirs et des sociétés104.» On y vivait « dans une extrême liberté de mœurs, de sentimens et de manières, qui se communique d’abord entre tous les étrangers […]. Le commerce que l’on y a les uns avec les autres paraît extrêmement lié, et quoiqu’uniquement fondé sur la politesse et la complaisance, on en a banni toute contrainte pour y substituer une cordialité rare105.» Les rites de salutation qui régissaient la sociabilité ordinaire y étaient effectivement réduits au minimum106. À l’exception des capucins de Spa qui surveillaient l’arrivée des étrangers pour courir les saluer et leur proposer l’usage de leur jardin, un haut lieu de rendez-vous – contre une aumône d’un « Louis, une Guinée, un Ducat ou deux tout au plus107 » –, en dehors également du « vieux soldat invalide » qui tirait le canon à Schlangenbad « dès qu’il apperçoit une voiture ou un cavalier sur la montagne108 », partout ailleurs hommes et femmes s’abordaient directement autour de la fontaine, lors d’une promenade ou à l’auberge. En revanche, les trois autres rituels de déférence – invitations, compliments et menus services –, qui constituent « autant de moyens d’affirmer au bénéficiaire qu’il n’est pas isolé […], que les autres […] partagent ou cherchent à partager ses préoccupations », agrégeaient les membres de cette « bulle sociétale »109, au moment des soins et/ou à l’occasion des divertissements.

  • 110 Barjole M. de, op. cit., p. 83.
  • 111 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 2, p. 122-142.
  • 112 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 304.
  • 113 Ibid., p. 3.
  • 114 Ibid., p. 5.
  • 115 Ibid., p. 7-8.
  • 116 Ibid., p. 7. La taille est un terme employé dans plusieurs jeux de cartes et de hasard (pharaon, b (...)
  • 117 Ibid., p. 18.
  • 118 Ibid., p. 17.
  • 119 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 74.
  • 120 Ibid., p. 172.
  • 121 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 151-152.
  • 122 Selon l’expression de Muchembled R., La société policée. Politique et politesse en France du xvie (...)
  • 123 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 2.
  • 124 Goffman E., op. cit., p. 171.
  • 125 Fürbert F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », op. cit. (...)
  • 126 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 3.
  • 127 Goffman E., op. cit., p. 171.
  • 128 Solignac P. J. de, op. cit., p. 175.

13La liste des divertissements proposés aux curistes était d’autant plus longue que les médecins recommandaient d’éviter la sieste car le sommeil diurne, « entraîné par la raréfaction des humeurs liée à l’absorption des eaux », entravait le retour à l’équilibre desdites humeurs110. Les distractions que la bonne société appréciait alors figurent toutes dans les Amusemens des eaux : les promenades au grand air – dont la vogue commence vers 1730 –, les repas champêtres de truites et d’écrevisses ainsi que les médianoches, les fêtes paysannes, les concerts, les visites culturelles – celle de la basilique d’Aix-la-Chapelle en particulier, qui abritait non seulement les tombeaux de Charlemagne et d’Othon II mais aussi les reliques de la Vierge, objets de curiosité pour les catholiques comme pour les protestants111 –, les excursions touristiques, à Heidelberg par exemple, dont les eaux thermales étaient « aussi remplies de salpêtre, que celles des environs des bains de Wisbaden112 ». Le théâtre, les bals, le jeu d’argent et la conversation tenaient une place essentielle. Schwalbach offrait la quintessence de tous ces plaisirs : « on n’y fait que boire, manger et s’amuser agréablement », constate P.-J. de Solignac113. Le prince de la Tour-Taxis y entretenait un petit opéra114, tandis que « de deux en deux jours », le prince de Nassau Weilbourg – qui amenait ses propres musiciens –, donnait un concert et un bal gratuits, où ne dansait que la noblesse115. Schwalbach disposait de deux salles de jeu : la plus vaste pouvait contenir 800 à 1000 personnes, et jusqu’à 30 tables de jeu de toute nature. On y jouait au pharaon – un jeu de cartes et de hasard ruineux, interdit en France et dans les états d’Autriche –, « depuis la taille à 10 sols jusqu’à la main mise pleine d’or116 ». Dans la deuxième salle, assez éloignée de la fontaine, on s’assemblait « pour s’amuser à petit jeu, et on y fait quelquefois de grosses pertes117 ». A Schlangenbad, les curistes prisaient la comédie allemande, dont « le personnage comique se nomme Jean Saucisse », où l’on débite aussi « mille obscénités grossières qui font rire de bon coeur les Allemands118 ». A Bade, on tirait des loteries de cadeaux, en particulier de vaisselle d’argent119. Dans toutes les villes d’eaux, malades et visiteurs se réunissaient pour jouer en privé et/ou dans des salles publiques, telle la redoute de Spa « où, tout ce qu’il y avoit de beau monde […] se trouvoit120 ». De pareils flux d’argent faisaient, bien entendu, la fortune de nombreux tricheurs et filous, souvent accompagnés de complices accortes, qui s’associaient pour duper les « grands seigneurs de l’Empire passionnés pour le jeu121 ». Les joies inépuisables de la conversation divertissaient également cette société policée122 : jeux d’esprit, déclamation de poèmes, commentaire des nouvelles – vraies ou fausses –, débats religieux, discussions politiques et exposés scientifiques sur l’origine des eaux thermales, récits de vies et de voyages remplissaient les journées et les soirées des curistes, d’où « toute occupation sérieuse […] est interdite et pernicieuse123 ». La galanterie – que favorisaient bals, réunions et salles de jeux, des lieux propices à la conquête amoureuse124 –, occupait enfin ces compagnies oisives, un topos déjà présent dans la littérature balnéologique de la fin du Moyen Âge125, que reprennent K. L. von Pöllnitz et ses émules : « la galanterie paroit tenir sa cour en cette ville : chacun y subit ses loix ; princes, marquis, comtes, jeunes et vieux, prêtres, moines et moinesses, personne n’en est exemt ; et il semble qu’à Aix être malade ou galant soit une même chose126 ». Les deux temps de la conquête amoureuse, analysés par E. Goffman, rythment les multiples histoires insérées dans les divers Amusemens des eaux ; après l’échange de signes d’intérêt entre inconnus, se nouaient les conversations galantes qui préludaient aux liaisons127. Ainsi, « les parties des eaux minérales donnent un certain air de liberté et d’aisance qui permet qu’on parle en présence des dames, de choses dont on ne s’entretiendroit pas en leur compagnie dans d’autres tems128 ».

  • 129 Voir Blondé B., Briot E., Coquery N. et Van Aert L.(dir.), Retailers and consumer changes in Early (...)
  • 130 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, p. 2.
  • 131 Id., Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 1, p. 4.
  • 132 Ibid., t. 1, p. 5.
  • 133 Ibid.
  • 134 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 6.
  • 135 Solignac P.-J. de., op. cit., p. 11.
  • 136 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, p. 19.
  • 137 Comme le définit Adam Smith, à savoir des objets qui ne sont pas de première nécessité, Berg M. an (...)
  • 138 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 14-15.
  • 139 Ibid., p. 144.
  • 140 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 63-64 et 286.
  • 141 Berg M. and Clifford H., op. cit., « Introduction », p. 7-8. Voir Coquery N. (dir.), La boutique e (...)
  • 142 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 397.
  • 143 Denis M., Blayau N., Le xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1990, p. 138-142.
  • 144 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 33.
  • 145 Ibid., p. 34-35.
  • 146 Ibid., p. 206-207.
  • 147 Ibid., p. 139.
  • 148 Ibid., p. 155.
  • 149 Ibid., p. 34.

14Sous la légèreté du discours, les Amusemens des eaux apportent de précieuses informations sur la naissance de la consommation de luxe et les prémices d’une industrie des loisirs à l’époque moderne129. La clientèle noble et bourgeoise, qu’ils aiment à représenter, séjournait dans les villes d’eaux pour d’autres motifs que le souci de sa santé. Le plaisir en était un, aussi puissant sinon plus : il est « peu de lieux où l’on puisse plus agréablement passer la belle saison », reconnaît K. L. von Pöllnitz à propos de Spa130. Aix-la-Chapelle recélait de quoi satisfaire n’importe lequel de ses visiteurs : « les malades trouvent dans les fontaines salutaires des remèdes aux maux les plus invétérés […], les convalescens n’y respirent que la gaieté […], la galanterie paroit tenir sa cour, les plaisirs y sont assortis à tous les goûts. Le jeu, la bonne-chère, la musique, la promenade, la conversation et tout ce qui peut lier une aimable société sont des plaisirs qui n’y manquent jamais dans la belle saison131 ». L’auteur des Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle y vient d’ailleurs pour fuir des ennuis domestiques. Il ne souffre d’aucun mal, « ne va au bain que par plaisir et à la fontaine par cérémonie132 » ; il évite même de se loger dans « aucune de ces maisons où l’on prend les bains, pour [s’]épargner le triste spectacle des malades qui s’y font baigner133 ». « Je n’avois cependant nulle envie de me baigner », avoue le narrateur des Amusemens des bains de Bade, « mais il faut le faire quelquefois, sans cela on passeroit dans l’assemblée pour chercher à croquer quelque pucelage, ou quelque chose d’approchant134 ». Les occasions de se divertir étaient tellement fréquentes à Schwalbach que « les femmes de Francfort sur tout stipulent dans leur contract de mariage, que leurs maris leur donneront de quoi aller aux eaux de Schwalbach, lorsque le médecin le trouvera nécessaire135 ». Héberger, nourrir, soigner, divertir cette clientèle fortunée faisait vivre une foule de métiers patentés ou non, aubergistes et hôteliers, cuisiniers, lavandières et lingères, tenanciers de maisons d’hôtes ou d’établissements de bains, médecins et apothicaires tel le Salpéteur de Spa – dont les curistes comparaient les talents avec leurs praticiens habituels –, mais aussi perruquiers, musiciens, comédiens sans compter tricheurs et bonneteaux, charlatans et grisettes. Les retombées de la manne thermale touchaient également les populations locales : cochers du pays, religieux, viticulteurs et paysans qui approvisionnaient les auberges jusqu’aux « vieilles femmes, qui […] comme les prêtresses de la Nymphe », dès quatre heure du matin, fournissaient un verre aux buveurs de la fontaine du Pouhon, qu’elles maintenaient aussi en état de propreté136. Très vite, des commerces de luxe s’étaient implantés à la suite des élégants buveurs d’eaux137. À Schwalbach, des « jouailliers genevois » venaient présenter leurs parures aux « cavaliers allemands », dont les épouses étalaient linge, habits et diamants, au bal, au concert et au jeu138. Des marchands forains – savoyards, suisses ultramontains ou des Grisons, même de Paris et de Bruxelles –, accouraient également, ainsi qu’à Wiesbaden, pour vendre « toutes sortes de marchandises contrefaites en Allemagne », en particulier des bijoux d’or « d’un titre si bas, qu’il devient très vilain par l’usage139 ». Se livrer à des emplettes dans les boutiques de la station faisait partie des plaisirs obligés d’un séjour aux eaux. On y vendait des « crosses de Spa » – des bâtons de marche –, des boîtes de « vernis » en « lacque noire, relevée de desseins chinois en bosse », des bagues de crin, des colliers et des « bracelets de petits grains de verre de Venise, ou d’émail » – dont les Anglaises raffolaient et qui « ne sont pas fort chers » – ; un tourneur d’ivoire y fabriquait des objets minuscules, un sculpteur de nacres y travaillait les nacres de perles en gravure, ciselure et bas-relief « avec une délicatesse surprenante140 ». Séduits par l’élégance, le faible prix et l’originalité de ces colifichets, produits localement, les curistes ne manquaient pas de s’adonner aux joies du « shopping », au sens où l’entend Natacha Coquery141. À cet ensemble d’activités florissantes, s’ajoutait le commerce en plein essor des eaux minérales en bouteille, celles de Spa spécialement : « on envoie dans les pays étrangers une quantité prodigieuse de bouteilles d’eau du Pouhon […] quelquefois au nombre de cent cinquante mille ; jamais à moins de cent mille » au prix de six sous la bouteille142. Le tout concourrait au renouveau de l’espace rhénan, après les désastres du siècle précédent143. La comparaison entre l’ouvrage de K. L. von Pöllnitz sur les Amusemens de Spa, paru en 1732, et la version remaniée qu’en donna J.-P. de Limbourg en 1762, témoigne des effets bénéfiques du thermalisme sur l’économie régionale. Le nombre d’auberges suffisamment confortables « pour les gens d’un certain rang » s’était accru ; Spa en comptait désormais quatre au lieu d’une144. Le bourg s’était équipé d’hôtels ou de « maisons particulières » pour loger « les princes ; les personnes de premier rang ; et en général ceux qui veulent tenir table […] vivre en famille, ou en société choisie », pendant que les « bourgeois » du cru louaient « leurs maisons par parties » à ceux qui ne voulaient « point s’embarrasser d’y tenir ménage145 ». Sur la place principale, un café avait ouvert « pour prendre son chocolat et s’amuser […] Il y a là deux billards […] presque toujours occupés146 ». La prairie de sept heures-appelée ainsi « parce que le soleil y donne jusqu’à cette heure là » fut aménagée en promenade publique en 1758147, tandis qu’un « bâtiment fort commode » remplaçait la « misérable cabane » où se réchauffaient les bobelins amateurs des eaux froides sortant de la Géronstère148. « Il n’y a point d’année, que cet endroit ne change à son avantage, par les soins des habitans, qui emploient volontiers une partie du provenu de leurs saisons à y faire des réparations et des embellissemens, qui en rendent le séjour, le plus commode et le plus agréable, qu’il leur soit possible », conclut avec fierté J.-P. de Limbourg149.

Conclusion

  • 150 Pidoux J., Des fontaines de Pougues en Nivernois, de leur vertu, faculté et manière d’en user, Pari (...)
  • 151 Tavan D., sieur de Lautaret, Les Merveilles des bains naturels et des étuves de la ville de Digne e (...)
  • 152 LA Guthère, Du bon usage des eaux de Baignères, Tolose, J. D. Camusat, 1659.
  • 153 Colletet F., Les divertissements de Forges, où les avantures de plusieurs personnes de qualité sont (...)
  • 154 Ibid., p. 155.

15A la fois relations de voyages, guides touristiques, manuels du savoir-vivre thermal, les Amusemens des eaux qui entendaient informer en divertissant, constituent une branche originale de la littérature thermale. Il n’existe pas d’ouvrages similaires sur les stations françaises réputées de l’époque, telles que Bourbon-Lancy, Pougues, Bourbonne, Vals, Plombières, Bagnères. Les écrits de Jean Pidoux, doyen de la Faculté de médecine de Poitiers, médecin du duc de Nevers puis du roi Henri IV, sur La vertu et usage des fontaines de Pougues en Nyvernois150, ceux du médecin de Digne, David Tavan, sieur de Lautaret, sur Les Merveilles des bains naturels et des étuves de la ville de Digne en Provence151, en 1620, ou de la Guthère sur le Bon usage des eaux de Baignères en 1659152, appartiennent au genre des guidesconseils. Le plus proche par la forme et par l’esprit serait Les Divertissements de Forges parus en 1663 et attribués tantôt à François Colletet tantôt à François Charpentier153. Dans la tradition de l’Heptaméron de Margueritte de Navarre – où s’associent « chasse-ennui » et préservation de la santé –, Les Divertissements de Forges, qui relatent les jeux d’esprits, les conversations et les divertissements de patients venus traiter leurs maux dans la station de Forges-les-eaux, « lancée » par Louis XIII en 1613, ont inauguré en France la veine des « relations des eaux », dont la vogue se prolonge jusqu’au milieu du xviiie siècle154.

  • 155 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995, p. 12-14.

16Alliant propos légers et digressions utiles, historiettes galantes et controverses savantes, les Amusemens des eaux s’adressaient à un public cosmopolite, mondain et cultivé, habitué à vivre au rythme des « saisons », et qui développait, dans le premier tiers du xviiie siècle, un vif engouement pour la fréquentation des eaux. L’influence du discours médical, le renouveau d’intérêt pour les bienfaits de la nature, le goût des voyages poussaient malades et oisifs bien-nés vers les villes d’eaux allemandes et suisses à la mode, où tout en soignant leurs maladies – réelles ou imaginaires –, ils pourraient se distraire au sein d’une compagnie choisie. Cependant, le voyage aux eaux – tel qu’il apparaît ici –, débouchait sur une utopie, celle d’une existence libre et joyeuse dans des « lieux consacrés au plaisir et à la santé ». Bien que les Amusemens des eaux ne puissent être assimilés à des contes – en dépit de situations et de personnages souvent fictifs –, ils offrent un curieux mélange d’indications pratiques sur les pays et les peuples voisins, entrecoupées de descriptions ethno-géographiques155 et d’aventures imaginaires dans des contrées lointaines, qui communique un sentiment d’irréalité au lecteur, le renvoyant ainsi à la littérature romanesque du xviiie siècle.

Notes

1 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa et des environs. Ouvrage utile à ceux qui vont prendre ces Eaux sur les Lieux. Contenant plusieurs Aventures galantes & intéressantes arrivées à Spa, Amsterdam, P. Mortier, 1732, 2 vol. K. L. von Pöllnitz (1692-1775), né à Issouin, près de Cologne, en 1692, servit comme soldat en Italie, en Autriche et en Espagne entre 1710 et 1723. Il publia, entre autres œuvres, La Saxe Galante (1734), dans laquelle il relate les amours d’Auguste le Fort électeur de Saxe puis roi de Pologne sous le nom d’Auguste II, Quérard J.-M., La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique, t. VII, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964, p. 232. L’édition de référence dans le présent article est celle de 1734.

2 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, Amsterdam, P. Mortier, 1736, 3 vol.. Eloy N.F.J., dans son Dictionnaire historique de la médecin ancienne et moderne, Mons, H. Hoyois, 1778, t. 2, p. 471, attribue l’ouvrage au médecin Hecquet, neveu du célèbre Philippe Hecquet (1661-1737) qui fut doyen de la Faculté de médecine de Paris (1712).

3 LA Pimpie P. J. de, dit chevalier de Solignac, Amusemens des eaux de Schwalsbach, des bains de Wisbaden et de Schlangenbad. Avec deux Relations curieuses ; l’une de la Nouvelle Jérusalem, Et l’autre d’une partie de la Tartarie indépendante, Liège, Everard Kints, 1738. Sur P.-J. de Solignac (1684-1773), poète français médiocre mais bon historien de la Pologne, qui fit carrière au service de Stanislas Lesczinsky, voir Quérard J.-M., op. cit, t. IX, p. 205 ; voir aussi Bonnefont J.-C., « Ombres et lumières sur le chevalier de Solignac (1684-1773) », communication présentée le 17 novembre 2000 devant l’Académie de Stanislas, www.académie-stanislas.org/Tome XV/Bonnefont00.pdf, p. 189-207.

4 Merveilleux D.-F de, Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers. Avec la description & la comparaison de leurs Eaux avec celles des Bains de Schwalbach & autres de l’Empire. Le tout accompagné d’Histoires & d’Anecdotes Curieuses. Ouvrage aussi utile que récréatif, Londres, Samuel Harding, 1739. Issu d’une famille de Neufchâtel anoblie par François Ier, D.-F. de Merveilleux (mort en 1740), docteur en médecine, fut conseiller-secrétaire et interprète du roi de France aux Grisons, un poste qui relevait de l’ambassade de Soleure, Chandon L. M, (dir.), Dictionnaire universel historique, critique et bibliographique, Paris, Mames frères, 1812, vol. 19, p. 386 ; Courtin E. M. P. M. A., Encyclopédie moderne ou Dictionnaire des hommes et des choses, des sciences, des lettres et des arts, La Haye, T. Le Jeune, 1829, t. 15, art : Merveilleux (David-François). On lui a attribué, à tort, les Amusemens des eaux de Schwalsbach, des bains de Wisbaden et de Schlangenbad…, œuvre de P.-J. de Solignac.

5 Limbourg J.-P. de, Nouveaux Amusements des eaux de Spa, ouvrage, instructif à ceux qui vont boire ces eaux minérales sur ces lieux, Paris & Liège, Desoer, 1763. L’auteur a remanié l’ouvrage de K. L. von Pöllnitz en réduisant la part consacrée au divertissement au profit de considérations sanitaires et de descriptions touristiques. L’ouvrage parut au moment où son auteur devenait actionnaire associé pour la construction à Spa de la Redoute, une maison de jeux. Sur J.-P. de Limbourg (1726-1811), voir Quérard J.-M., op. cit., t. V, p. 311.

6 id., Abrégé des vertus des eaux minérales de Spa, s.l., s. é., 1755 ; Traité des eaux minérales de Spa, Leide, Elie Luzac fils, 1754 ; Recueil d’observations des effets des eaux minérales de Spa, De l’an 1764. Avec des remarques sur le système de Mr C. Lucas sur les mêmes Eaux Minérales, Liège, Desoer, 1765.

7 A titre d’exemple, les Amusemens des eaux de Spa… de K. L. von Pöllnitz furent réédités en 1734, 1752, 1782 et traduits du français en anglais dès 1737. Les Amusemens des eaux de Schwalsbach, des bains de Wisbaden et de Schlangenbad…, de P. J de Solignac furent réédités en 1739 et 1740. Les Nouveaux Amusements des eaux de Spa de J.-P. de Limbourg, parus en 1762, furent réédités à Liège en 1763 et à Amsterdam en 1782-1783.

8 Knabe P. E, Mortier R., Moureau F. (éds), L’aube de la modernité, 1680-1760, Amsterdam-Philadelphia, Benjamins, 2002, p. 144.

9 . Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., « Avertissement de l’auteur », n. p.

10 Solignac P. J. de, op. cit., « Avertissement du libraire », p. 2-4. Les récits « enchâssés » se limitent dans cet ouvrage à deux « relations curieuses ; l’une de la Nouvelle Jérusalem et l’autre d’une partie de la Tartarie indépendante ».

11 Merveilleux D.-F de, op. cit., « Introduction », p. 3-5.

12 Ibid., p. 4.

13 Roche D., Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 62-68.

14 Limbourg J.-P. de, op. cit., « Epitre », n. p.

15 Fürberth F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », in Boisseuil D. et Nicoud M. (dir.), Séjourner au bain. Le thermalisme entre médecine et société ( xie- xvie siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 99-109.

16 Roche D., op. cit., p. 33-35 et 41-43.

17 Engerand F., Les amusements des villes d’eaux à travers les âges, Paris, Plon, 1936, p. 141-142.

18 Les témoignages les plus anciens sur l’activité thermale autour des sources chaudes d’Allemagne datent du xiiie siècle, Studt B., « Les joies du thermalisme. Nouvelles pratiques thermales et sociabilité dans l’Allemagne à la fin du Moyen Âge », in Boisseuil D. et Nicoud M., op. cit., p. 114.

19 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa…, op. cit., t. 1, p. 9.

20 Ibid, p. 6 et 8.

21 Ibid., p. 10-11.

22 Le nom de Pohon viendrait du terme liégeois Pouhir, qui désignait un puisoir, c’est-à-dire un puits, Merveilleux J.-P. de, op. cit., p. 53-54.

23 Ibid., p. 46-47. Les eaux de la Pouhon étaient ferrugineuses et carbogazeuses. En 1763, l’intérieur du bassin était revêtu d’une plaque de plomb, Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 55.

24 Id., Abrégé des vertus des eaux minérales de Spa, s.l., s. é., 1779, p. 5.

25 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 69.

26 Du nom du baron de Groesbeck chanoine de Liège qui la fit couvrir.

27 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 158.

28 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 66-68.

29 Ibid., p. 236-237.

30 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 366-367.

31 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 383.

32 Cf Guide de l’étranger aux eaux de Wiesbade, Schwalbach et Schlangenbad et dans leurs environs, Wiesbade, H. W. Ritter, 1835.

33 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 1.

34 Ibid., p. 12.

35 Ibid, p. 24-25.

36 Ibid., p. 10-11.

37 Ibid., p. 24.

38 Ibid., p. 25.

39 Le territoire de Schlangenbad séparant les états de Mayence de ceux de Hesse-Cassel, dépendait des deux souverains. Comme les bains se trouvaient du côté de Cassel, leur cour était partagée par une barrière, gardée par des sentinelles des deux princes, Ibid., p. 25-26.

40 Ibid., p. 13.

41 Ibid., p. 14.

42 Lucas C., Essai sur les eaux minérales et thermales d’Aix-la-Chapelle et de Borset, Liège, Everard Kints, 1762, p. 6-7. Charles Lucas est un médecin anglais qui a analysé la composition des eaux minérales et thermales d’Aix-la-Chapelle et de Borset.

43 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 1. Après les désastres de la guerre de Trente Ans, la ville passa de 23 000 à 15 000 habitants. Au xviiie siècle, elle entre dans une nouvelle phase de croissance démographique, cf Bairoch P., Batou J., Chèvre P., Population des villes européennes de 800 à 1850, Genève, Centre d’histoire économique internationale, Université de Genève/Droz, 1988, p. 266-268. En 1784, Aix-la-Chapelle atteignait 24 000 à 25 000 habitants selon Barjole M. de, Lettres sur la villes et les eaux d’Aix-la-Chapelle, La Haye, Gosse, 1784, p. 11.

44 Ibid., t. 1, p. 140-141.

45 Ibid., t. 1, p. 142.

46 Barjole M. de, op. cit., p. 79-81.

47 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 188.

48 Ibid., t. 1, p. 144-145 ; t. 2, p. 3-6. K. L von Pollnitz en dénombre une trentaine, Ibid., t. 2, p. 5.

49 Ibid., t. 1, p. 242-249 ; t. 2, p. 11. Les eaux tièdes de l’étang de Borset, alimenté par la source qui contenait du soufre, « du sel, de l’alun, du vitriol de mars, etc. », abritaient des truites et des tanches « plus gros et plus grands qu’ailleurs », Ibid., t. 1, p. 239.

50 Duvotenay C., Atlas géographique, historique, statistique et itinéraire de la Suisse, Paris, Delloye, 1837, p. 64-65.

51 Merveilleux D.-F de, Amusemens des bains de Bade en Suisse, de Schintznach et de Pfeffers, op. cit., p. 234.

52 Patissier P., Boutron-Chalard A. F., Manuel des eaux minérales naturelles, 2e édition Paris, Louis Colas, 1837, p. 466 ; Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 71.

53 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 235-237.

54 Ibid., p. 77.

55 Ibid., p 78.

56 Ibid.

57 Ibid., p. 79.

58 Audin J.-M.-V., Guide du voyageur en Suisse, Paris, Audin-U. Canel, 1824, p. 640-641.

59 Ibid., p. 44.

60 Ibid.

61 Duvotenay C., op. cit., p. 54.

62 Patissier P., Boutron-Chalard A. F., op. cit., p. 476. L’eau de Pfeffers contenait des sulfates de soude et de magnésie, des carbonates de chaux et de magnésie, du chlorure de sodium et de magnésium, Ibid., p. 468.

63 Les « règles substantielles » sont des règles qui guident la conduite sur les affaires que l’on estime importantes par elles-mêmes. Une « règle cérémonielle » guide la conduite quant aux affaires jugées peu ou pas importantes mais qui valent comme moyens de communication conventionnels, Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, les éditions de Minuit, 1974, p. 48-49.

64 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 132-133.

65 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 136.

66 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 63.

67 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, ibid., p. 12.

68 A Schlangenbad, « il y a sur un balcon près de la fontaine, une troupe de musiciens juifs, qui jouent sans discontinuer toutes sorte de danses », Solignac P.-J. de, op. cit., p. 22.

69 Ibid., p. 25-26.

70 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 2, p. 82 et sq.

71 Ibid., t. 2, p. 81.

72 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 48.

73 Ibid., p. 86-87.

74 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 2, p. 4-5.

75 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 108.

76 Studt B., « Pratiques thermales et sociabilité dans l’Allemagne de la fin du Moyen Âge », op. cit., p. 120-122.

77 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 25.

78 Ibid., p. 79.

79 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 312.

80 Ibid., t. 1, p. 375-376.

81 Ibid., p. 376-377.

82 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 180-181.

83 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 3, p. 310-311.

84 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 181.

85 Barjole M. de, op. cit., p. 83.

86 P.-J. de Solignac, op. cit., p. 134.

87 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 2, p. 88.

88 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 102.

89 Barjole M. de, op. cit., p. 83-84.

90 C’est une plante herbacée de la famille des scrophulariacées, communes dans les bois et les prés, à petites fleurs à deux étamines. La véronique officinale a des propriétés astringentes, eupeptiques et cicatrisantes, Nouveau dictionnaire Larousse classique, Paris, Larousse, 1957, p. 1250.

91 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., p. 88.

92 Id., Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, p. 33.

93 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 135-137 et 143-144.

94 Ibid., p. 136.

95 Les liens dynastiques qui liaient la couronne d’Angleterre aux Orange Nassau et aux Hanovre ont probablement contribué à la découverte des stations thermales allemandes par les Anglais.

96 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, 11-12.

97 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 145-146.

98 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 10.

99 Solignac P.-J. de, op. cit., Avertissement et p. 4-7.

100 Ibid., p. 13.

101 Ibid., p. 20.

102 Ibid., lettres II et III.

103 Sur ce point, voir Bois J.-P., Les guerres en Europe 1494-1792, Paris, Belin, 2003, chap. 7 et 8.

104 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 2.

105 Id., Amusemens des eaux de Spa, op. cit, t. 1, p. 2-3.

106 Goffman E., op. cit., p. 63-65. « Le terme rites de présentation, comprend tous les actes spécifiques par lesquels l’individu fait savoir au bénéficiaire comment il le considère et comment il le traitera au cours de l’interaction à venir ». Les rites de présentation comme marque de déférence prennent quatre formes : salutations, invitations, compliments et menus services.

107 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 13-16.

108 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 39.

109 Goffman E., op. cit., p. 65.

110 Barjole M. de, op. cit., p. 83.

111 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 2, p. 122-142.

112 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 304.

113 Ibid., p. 3.

114 Ibid., p. 5.

115 Ibid., p. 7-8.

116 Ibid., p. 7. La taille est un terme employé dans plusieurs jeux de cartes et de hasard (pharaon, bassette, trente-et-quarante). Il désigne l’ensemble des cartes retournées par le banquier, sur la sortie desquelles les pontes (les joueurs) ont misé de l’argent.

117 Ibid., p. 18.

118 Ibid., p. 17.

119 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 74.

120 Ibid., p. 172.

121 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 151-152.

122 Selon l’expression de Muchembled R., La société policée. Politique et politesse en France du xvie au xxe siècle, Paris, Le Seuil, 1998.

123 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 2.

124 Goffman E., op. cit., p. 171.

125 Fürbert F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », op. cit., p. 99-109.

126 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit., t. 1, p. 3.

127 Goffman E., op. cit., p. 171.

128 Solignac P. J. de, op. cit., p. 175.

129 Voir Blondé B., Briot E., Coquery N. et Van Aert L.(dir.), Retailers and consumer changes in Early Modern Europe. France, Italy and the Low Counties, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2005 ; Berg M. and Clifford H. (eds.), Consumers and luxury. Consumer culture in Europe 1650-1850, Manchester & New York, Manchester University Press, 1999.

130 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, p. 2.

131 Id., Amusemens des eaux d’Aix-la-Chapelle, op. cit, t. 1, p. 4.

132 Ibid., t. 1, p. 5.

133 Ibid.

134 Merveilleux D.-F. de, op. cit., p. 6.

135 Solignac P.-J. de., op. cit., p. 11.

136 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 1, p. 19.

137 Comme le définit Adam Smith, à savoir des objets qui ne sont pas de première nécessité, Berg M. and Clifford H., op. cit., « Introduction », p. 4-7.

138 Solignac P.-J. de, op. cit., p. 14-15.

139 Ibid., p. 144.

140 Pöllnitz K. L. von, Amusemens des eaux de Spa, op. cit., t. 2, p. 63-64 et 286.

141 Berg M. and Clifford H., op. cit., « Introduction », p. 7-8. Voir Coquery N. (dir.), La boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles xvie- xxe siècle. Actes du colloque de l’université de Tours, 2, 3 et 4 décembre 1999, Tours, Publication de l’université François Rabelais, 2000, p. 223-237.

142 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 397.

143 Denis M., Blayau N., Le xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1990, p. 138-142.

144 Limbourg J.-P. de, op. cit., p. 33.

145 Ibid., p. 34-35.

146 Ibid., p. 206-207.

147 Ibid., p. 139.

148 Ibid., p. 155.

149 Ibid., p. 34.

150 Pidoux J., Des fontaines de Pougues en Nivernois, de leur vertu, faculté et manière d’en user, Paris, N. Nivelle, 1584 ; Id., Discours de l’origine des fontaines de Pougues, ensemble les plus notables observations de la guérison des malades faite par l’usage de ladite eau médicinale de Pougues par A. Fouilloux, Nevers, P. Roussin, 1592 ; Id., La vertu et usage des fontaines de Pougues en Nyvernois et administration de la douche. Discours qui peut servir aux fontaines de Spa et autres de pareil goust, Poictiers, J. Blanchet, 1595.

151 Tavan D., sieur de Lautaret, Les Merveilles des bains naturels et des étuves de la ville de Digne en Provence, Divisées en deux parties, la théorie et la practique. Avec un tracité de leurs serpents sans venin et une description de tous les autres, Aix, J. Tholosan, 1620.

152 LA Guthère, Du bon usage des eaux de Baignères, Tolose, J. D. Camusat, 1659.

153 Colletet F., Les divertissements de Forges, où les avantures de plusieurs personnes de qualité sont fidellement décrites. Nouvelle, Paris, C. Barbin, 1663 ; voir Cassidy V. M.-F., Les enjeux du divertissement dans les « Nouvelles françaises » de Jean Regnault de Segrais, Cambridge, ProQuest, 2011, p. 155.

154 Ibid., p. 155.

155 Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995, p. 12-14.

© CNRS Éditions, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540